Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. Le travail en milieu urbain

L’exploitation des travailleuses domestiques : le cas du Nordeste brésilien

Marie Anderfuhren

Texte intégral

1Article original, 2001, Genève.

Introduction

2Le travail domestique gratuit (ou travail ménager) de la ménagère et des femmes de l’unité domestique a longtemps été ignoré dans les statistiques et comme objet d’études, tant par les économistes que par les sociologues. Sa visibilité dans les comptabilités nationales s’est améliorée et les chercheur-e-s et féministes ont réussi à en faire un vrai objet d’études et de débats. Il s’agit là de résultats récents et partiels d’un effort pourtant persistant. En revanche, le sort réservé par les sciences humaines à l’emploi domestique rémunéré, s’il doit être jugé par le nombre de recherches menées, reste très largement marqué par la marginalité et la rareté.

  • 1 Bruno Lautier et Jaime Marques Pereira notent par exemple, en analysant la situation de “marginalit (...)

3Il s’agit pourtant d’un emploi occupant un nombre extrêmement important de femmes1, dans une moindre mesure d’hommes voire d’enfants des deux sexes. L’emploi domestique est une activité rémunérée très courante dans pratiquement tous les pays du sud.

  • 2 Il s’agissait d’avoir des données pour connaître les stratégies des employées domestiques pour amél (...)

4L’article qui suit s’intéresse à l’emploi domestique dans le contexte latino-américain.. Plus précisément, il analysera la situation des employées domestiques du Nordeste brésilien. Après de brèves considérations sur la domesticité dans les pays du nord, il va montrer l’importance de l’emploi domestique dans le travail rémunéré et dans celui des femmes en Amérique Latine et au Brésil. Il utilisera les données spécifiques de la situation brésilienne, en se référant parfois à la situation latino - américaine dans son ensemble et les résultats d’une enquête sur les domestiques, menée en 1992-1993, dans la région métropolitaine de Recife (RMR), dans le Nordeste brésilien2. Il donnera des indications sur les conditions économiques concrètes du travail domestique, salaire, accès à la sécurité sociale, congés, etc. Mais il s’emploiera surtout à montrer quelques-uns des mécanismes mis en œuvre permettant l’exploitation à si bon compte des employées domestiques. Il indiquera de manière succincte les difficultés auxquelles sont confrontés les syndicats d’employées domestiques. Le travail de mobilisation syndicale avec des employées très isolées sur leur lieu de travail s’avère une gageure, d’autant plus que l’emploi est rejeté par une partie importante des domestiques, les plus jeunes en particulier. Le lieu de réalisation de l’emploi (la famille des employeurs), sa parenté avec le travail de la ménagère donnent à cet emploi et à l’exploitation de cette main d’œuvre féminine des contours particuliers. Ceux-là devraient permettre de réfléchir à quelques spécificités de l’exploitation du travail féminin.

Dans les pays du Nord

  • 3 André Gorz soulignait déjà cette renaissance du travail servile en 1988, la liant à l’augmentation (...)
  • 4 En France, selon l’Institut de retraite complémentaire des employés de maison, le nombre des femmes (...)
  • 5 En Suisse par exemple, le sous-payement a souvent pour corollaire l’emploi de travailleuses clandes (...)
  • 6 AGenève toujours, et selon des estimations plutôt que des statistiques, les travailleuses migrantes (...)

5Dans les pays du Nord, il est loin d’avoir disparu et l’augmentation des flux migratoires transnationaux et transcontinentaux ainsi que l’approfondissement de l’écart des revenus3 entraînent sa recrudescence4 dans les pays riches. L’entrée des femmes sur le marché du travail n’a pas été, la plupart du temps, accompagnée d’une politique sociale cohérente les déchargeant de manière suffisante et significative de leur double journée de travail. Les familles n’ont donc pas toujours pu confier leurs enfants à des garderies et des crèches, soit trop chères soit trop rares Un mouvement vers un partage du temps et des tâches de travail domestique dans le couple, n’a pas fait de progrès significatifs Les hommes continuent à travailler à temps plein et les femmes cumulent travail domestique et travail professionnel. De plus, même s’ils sont sans activité rémunérée ou s’ils avaient l’occasion de travailler à temps partiel, les hommes ne se mettent pas ipso facto à prendre en charge les tâches ménagères indispensables à la bonne marche du ménage. Pourtant, les revenus d’une partie des classes moyennes permettent, moyennant souvent un sous-paiement draconien5, d’employer pour des tâches domestiques et de garde d’enfants des femmes qui n’ont elles-mêmes pas d’alternative d’emploi. Du côté des travailleuses migrantes, celles-ci migrent en quête de travail, par suite des changements économiques et sociaux abrupts liés à la restructuration des marchés et des systèmes d’emploi dans leur propre pays, et à l’incapacité dans laquelle elles se trouvent d’avoir des alternatives d’emploi, même quand elles sont formées. On pense ici à l’ouverture des marchés et aux transformations des structures familiales dans le pays d’origine6.

En Amérique latine : un emploi numériquement très important

  • 7 La population économiquement active de l’Amérique Latine et des Caraïbes s’élève à 217 000 000 pers (...)
  • 8 Anoter qu’en Amérique du sud, la population active féminine se répartit de la manière suivante : ag (...)
  • 9 (CEPAL, 2001,)
  • 10 IPEC, (Programme international pour l’abolition du travail des enfants) : Les enfants domestiques, (...)
  • 11 IBGE, 2000, Pesquisa nacional por amostra de domicícilios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, 1 (...)

6En Amérique latine7, l’emploi domestique rémunéré occupe grosso modo 25 % de la force de travail féminine (Pollack, M., 1997 : 25)8. En 1999, dans le Brésil urbain, l’emploi domestique à lui tout seul mobilise 8,5 % du total de la population urbaine occupée, soit 0,8 % de la main d’œuvre masculine occupée et 19,6 % de la main-d’œuvre féminine9. D’autres chiffres donnent à l’emploi domestique son importance réelle par rapport à l’emploi féminin ainsi que dans la mise au travail des jeunes filles. L’IPEC estime par exemple que “20 % des filles de 10 à 14 ans au Brésil, en Colombie et en Equateur travaillent comme domestiques”10. L’Institut brésilien de statistiques estime que dans la Région Métropolitaine de Recife, RMR, 11,6 % des employées auraient entre 10 et 19 ans, ce qui ne reflète sans doute que mal l’importance des adolescentes dans l’emploi domestique, car toutes les recherches s’accordent sur le fait que ce travail commence très jeune11.

Un emploi largement sous rémunéré et mal protégé

  • 12 “Il y a un petit carnet, (le carnet de travail) dans lequel le contrat et tous les changements qui (...)
  • 13 Il y a une déduction de 8 % sur le salaire brut de l’employée et l’employeur doit cotiser à hauteur (...)

7Bien que numériquement important, l’emploi domestique reste un emploi sous rémunéré, mal protégé, et mal considéré. Pourtant, l’emploi domestique est soumis à la législation du travail et bénéficie d’une protection inscrite dans la constitution brésilienne de 1988. La protection dont les domestiques bénéficient théoriquement, oblige notamment leurs employeurs à signer un carnet de travail12, à octroyer le salaire minimum, et un treizième salaire proportionnel au temps service et leur interdit de réduire leur salaire au cours de la relation de travail. La législation les oblige également à octroyer à leurs domestiques un congé hebdomadaire, des vacances payées proportionnelles au temps de travail sur une base de 30 jours par an. Elle contraint les employeurs à cotiser pour leur employée au système de sécurité sociale13 qui donne accès à la retraite, à 120 jours de congé maternité, à une rente en cas d’invalidité, entre autres.

  • 14 Au moment de l’enquête de terrain, le salaire minimum se situait entre 70 et 90 dollars mensuels en (...)
  • 15 IBGE : Pesquisa nacional por amóstra de domicílios, síntese de indicadores, 1993.
  • 16 IBGE : Pesquisa nacional por amostra de domicílios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, versão p (...)
  • 17 IBGE : Pesquisa nacional por Amostra de domicílios, Pernambuco e Região Metropolitana de Recife, 19 (...)

8En 1992-199314, au moment de l’enquête, 82 %15 des employées domestiques sont sans carnet de travail. Si l’on prend la Région Métropolitaine de Recife, l’enquête nationale par échantillon domiciliaire de 1992 établit que 51,6 % des domestiques gagnent entre moins d’un demi - salaire minimum à un demi-salaire minimum et 41,5 % gagnent d’un demi-salaire jusqu’à un salaire minimum par mois16. Seules 9,2 % des employées de la RMR gagnant plus d’un salaire17. Il est vrai que le législateur a autorisé des déductions sur ce salaire minimum. Ces retenues concernent l’usage du savon, la location de la chambre, l’alimentation. Pour être valables cependant, ces déductions doivent être explicites, ce qui n’est pratiquement jamais le cas. Un tiers du salaire minimum au moins doit être versé en argent. Il est certain que le salaire est souvent complété par un salaire en nature, en fait un entretien comprenant la nourriture, le logement et des cadeaux sous forme de vêtements, d’aide pour la famille, etc. Mais, comme le note Christine Delphy (1998 : 12), il ne faut pas confondre le salaire et l’entretien.

“Trop de gens “traduisent” l’entretien en son équivalent monétaire, comme si une femme qui reçoit un manteau recevait la valeur de ce manteau. Ce faisant, ils abolissent la distinction cruciale entre salariat et rétribution en nature, distinction qui, indépendamment de la “valeur” consommée, crée la différence entre consommation libre et consommation non-libre”.

  • 18 Cette donnée, en soi pas très précise, est intéressante quand elle est comparée à d’autres catégori (...)

9Au Brésil en 1996, la rémunération moyenne des employées domestiques correspond à 1,5 fois le montant déterminé pour fixer la ligne de pauvreté par tête. Les employés domestiques hommes s’en tirent un peu mieux que les femmes, puisqu’ils gagneraient quant à eux deux fois le montant correspondant à cette ligne de pauvreté18. De manière générale et pour permettre une comparaison, signalons que le revenu moyen de la population brésilienne urbaine masculine équivaut à 4,7 fois ce revenu et qu’il n’est que de 2,2 fois ce revenu pour la population urbaine féminine.

10Moins de 20 % des employées domestiques cotisent à la sécurité sociale. Les employées domestiques sont la seule catégorie de salariés pour qui aucun horaire de travail maximum n’a été prévu. Manifestement la loi n’est pas respectée.

11Il est frappant de noter l’étendue relative de la protection juridique dont pourraient bénéficier les domestiques et les néanmoins déplorables conditions de travail existant dans ce secteur d’activité. Relevons encore que lorsque les domestiques vont au tribunal pour faire valoir leur droit, elles parviennent en général à obtenir gain de cause, mais que les cas jugés en tribunal sont rares si on les met en regard du non-respect massif de la loi qui domine dans cette activité. Il va de soi que l’emploi domestique n’est pas le seul emploi à avoir ces caractéristiques de précarité et de non-respect de la loi. Dans les zones urbaines, le secteur de la construction, largement dominé par les hommes, est également un secteur où une partie importante des travailleurs est surexploitée et soumise à un système extrême de dépendance. Le caractère non exclusif de l’exploitation et de la dépendance ne doit cependant pas occulter que la relation de travail qui s’établit entre patronnes et employées a des caractéristiques qui lui sont propres et qui expliquent en partie au moins, comment les conditions économiques de ce secteur d’emploi peuvent se reproduire sans changement majeur, malgré l’introduction de droits pour ses travailleuses.

  • 19 On peut, à l’instar d’Alain Morice, qualifier cette relation de travail de “forme bâtarde du patern (...)

12Il est donc important de regarder comment les représentations sociales de l’emploi de la part de ses protagonistes directs, mais également de la société en général, et le lieu de réalisation du travail contribuent à façonner en quelque sorte la reproduction de ses conditions économiques de réalisation. On peut, sans grande crainte de se tromper affirmer que dans le Nordeste brésilien, la relation de travail prévalant dans l’emploi domestique est une relation paternaliste19. Les langages familial et affectif y sont prédominants et contribuent à construire une situation de domination de la famille employeuse sur l’employée, permettant une exploitation importante. Il faut entendre la domination comme un système où la légitimation de l’extrême asymétrie de la relation est intériorisée et naturalisée par les protagonistes du travail et par l’ensemble de la société.

L’entrée dans l’emploi

  • 20 Dans notre enquête, les migrantes entrent environ à 12 ans dans l’emploi domestique et les nonmigra (...)

13Les domestiques sont très souvent recrutées à un très jeune âge20 et d’une manière qui permet d’entretenir une confusion sur la réalité du travail que devra fournir la jeune recrue. Pour une partie des employées - principalement pour les plus jeunes – l’entrée dans l’emploi correspond à l’arrivée en ville et la famille employeuse devrait jouer pour cette jeune fille ou jeune adolescente, un rôle de protection. Les domestiques sont envoyées dans “la maison des autres” pour y travailler, mais le travail ou plutôt le placement qui va avec lui est souvent considéré à la fois comme un travail et comme un des aspects d’une relation d’aide mutuelle. On aurait alors une famille employeuse concédant une aide à une famille pauvre, la plus souvent connue de la famille employeuse. En effet, le recrutement d’une jeune enfant allègerait la famille pauvre de certaines charges familiales, notamment elle permettrait que les parents aient “moins de bouches à nourrir”. De l’autre côté, on aurait une jeune fille prêtée à une ménagère patronne pour “l’aider” dans ses tâches ménagères et pour la libérer de tâches lui permettant de travailler à l’extérieur, permettant ainsi que la division du travail domestique entre les hommes et les femmes du foyer ne soit pas revue. Dans la deuxième partie de cet échange d’aide, le terme “aide” contribue à euphémiser la réalité du travail fourni. La connaissance réciproque – préalable à l’emploi – qui existe entre employeurs et famille de la recrue, est parfois totalement indirecte et quelque peu fictive. Mais elle n’est pas indifférente, puisqu’elle contribuera à créer une relation de contrôle de la vie de la domestique dont – symboliquement du moins – les parents ne seront pas totalement absents.

14Le travail de gardienne d’enfants est très présent dans les premiers emplois. Il est souvent décrit par les futur-e-s patron-ne-s et les parents de la recrue domestique comme un accompagnement de l’enfant des patrons dans ses jeux. La réalité est souvent assez différente, puisque cette garde d’enfant comporte des responsabilités variées, vues parfois comme très lourdes et piègeantes. Cette première tâche de gardienne est dès lors associée de manière très ambiguë et ambivalente à la notion de travail. Si alors, les employées détestent ce travail, c’est qu’il implique une responsabilité peu, voire jamais reconnue et pas toujours facile à assumer à l’âge où les domestiques entrent dans leur premier emploi. Cette première responsabilité implique également pour la toute jeune employée domestique, une première confrontation avec la quotidienneté de la différence de traitement entre les enfants des patronnes et elle-même, pourtant parfois pratiquement du même âge. Elle apprend par la comparaison, la place réelle qui lui est dévolue au sein du foyer employeur. Elle découvre alors à quel point son travail l’isole et combien il l’enferme dans la maison de ses patron-ne-s.

15Dans son ou ses premiers emplois, la domestique fait souvent face à une augmentation très rapide de la quantité de travail qui lui incombe. Cette augmentation n’avait été ni décrite ni prévue lors des éventuels contacts préalables que les parents de la domestique avaient pu avoir avec la patronne.

16Il existe d’autres modalités d’entrée dans le travail. Plus progressives et nettement moins traumatisantes pour l’enfant domestique, ce sont par exemple celles où la domestique accompagne sa mère et accomplit le menu travail domestique pendant que celle-ci s’occupe du linge, de la cuisine, etc. Cette fois là encore, le statut de travail n’est pas clair et entretient l’idée, déjà bien ancrée, que le travail domestique n’en serait pas vraiment un. Il est dès lors aisé d’imaginer que cette ambiguïté persistante lorsqu’il s’agit de nommer un travail qui n’est guère reconnu comme tel, ou en tous cas, rarement exclusivement comme tel, facilite une exploitation abusive de la force de travail infantile féminine.

Un emploi temporaire et une appartenance pseudo-familiale

17La confrontation de la jeune fille à son propre statut d’employée domestique est souvent un moment très difficile et pénible et la difficulté peut durer fort longtemps. La domestique apprend, par la confrontation avec des tiers et d’autres domestiques à quel point l’emploi est socialement mal considéré. Elle expérimente souvent au sein du foyer pour lequel elle travaille, toute une série d’humiliations, qui lui apprendront rapidement la place subordonnée qu’elle a dans le foyer. Même lorsque les relations avec leurs patronnes sont plutôt bonnes, même lorsqu’elles se sentent protégées par leurs patronnes (qu’elles échappent par exemple par leur emploi et leur éventuelle migration à des conditions familiales mauvaises), l’apprentissage de la déconsidération sociale par l’emploi se fera.

  • 21 Piniqueira.
  • 22 Le terme emploi désigne ici l’ensemble des places de domestiques que les travailleuses occuperont.

18Les remarques malveillantes, l’assimilation de la domestique à une “videuse de pots de chambre21”, les connotations sexuelles attachées à ce travail, le rappel de la place sociale de la domestique par ses employeurs, la subordination systématique du temps de la domestique au temps de ses patrons, tout concourra à rendre cet emploi méprisable et à rejeter. Deux mécanismes importants coexistent alors. Le premier consiste à rendre l’emploi supportable en le considérant comme temporaire. Les récits le montrent : même lorsqu’elles ont de très sérieux doutes sur la possibilité de sortir de l’emploi22, les domestiques mettront longtemps avant de pouvoir supporter l’idée qu’il pourrait s’avérer un emploi duquel elles ne sortiront pas. Elles font donc en quelque sorte “d’espérance nécessité”, faute de quoi, le poids du stigmate serait sans doute trop pesant.

  • 23 Anoter que coexiste à l’utilisation du langage familial, celle du terme “secrétaire” qui a pour fon (...)
  • 24 Entendue ici comme le fait de tirer profit ou avantage de quelqu’un en le faisant travailler. La cr (...)

19Le deuxième mécanisme consiste à vouloir appartenir à la famille employeuse. L’expression est forte et elle n’est pas forcément très limpide. Elle signifie probablement des choses diverses selon l’âge des domestiques qui l’utilisent. Pour les plus jeunes, surtout pour celles qui sont éloignées de leurs familles par la migration, le contraste entre le niveau de vie des employeurs et celui de leur propre famille leur fait désirer le mode de vie de la famille employeuse. Si l’on ajoute à ce désir de meilleur niveau de vie, le constat que l’emploi est fortement stigmatisé et l’extrême proximité physique qu’il impose, on a tous les ingrédients pour alimenter le désir de l’employée de se fondre dans la famille employeuse en devenant “fille” ou “membre” de la famille. Cette incorporation dans le foyer dans des termes relevant du langage familial (sœur, fille, cousine, nièce23), doit faire disparaître les signes de la domesticité. Il devrait également donner à l’employée, l’accès à des biens présents ou futurs, auxquels elle ne peut prétendre si elle restait dans le seul registre de la relation contractuelle de travail. Le recours au registre de la faveur, souvent au détriment du droit, est donc facilité par le désir de la part des domestiques d’échapper à leur statut. L’importance des affects, qu’ils soient dirigés vers la patronne ou vers ses enfants, facilite naturellement la croissance de ce désir d’appartenance. Du côté des employeurs, cette incorporation familiale facilite une délimitation très floue des obligations mutuelles liées à l’emploi. Comme le relève Jean-Claude Kaufmann (1996), ce qui caractérise les transactions familiales c’est la gratuité, le don, et l’absence de calcul, notamment concernant l’ampleur du travail accompli par les un-e-s et les autres. Comme cela a été relevé maintes fois pour le travail domestique gratuit accompli par la ménagère, cela entraîne une invisibilisation d’une partie importante de la charge de travail des femmes. Dans le cas de l’emploi domestique, cela semble permettre une extension des exigences des patron-ne-s envers leur personnel, les domestiques devant être à disposition de la famille employeuse. La fausse appartenance familiale facilite alors cette extension des exigences en matière de disponibilité. Mais il y a plus. Pour Suely Kofes (1990), le recours au langage familial, la pseudo - incorporation familiale, permet à la patronne d’éloigner un danger potentiel, celui d’une concurrente à la ménagère-épouse. Il permet également d’extraire l’emploi domestique des relations de travail habituelles, relations réglées par le contrat, le droit, et le contrôle public. D’une certaine manière, le recours au langage familial neutralise les effets du droit sur les relations de travail. Ceci n’est pas sans incidence sur l’exploitation du travail. Le non-respect du droit fait l’objet, sinon d’un consensus entre l’employée et l’employeuse, du moins d’une absence de revendication systématique de la part de l’employée. Cela s’explique dans la mesure où la première espérera obtenir par la faveur ce à quoi elle n’a pas droit et pas accès, pendant que l’employeuse pourra se dispenser - sans grand risque - de se plier aux obligations légales liées à l’engagement d’une domestique et à l’exploitation24 de sa force de travail.

20Le désir par la domestique d’appartenir à la famille employeuse et l’utilisation de la part de la famille employeuse du langage familial pour parler de la domestique n’opèrent cependant pas les miracles attendus par les protagonistes de l’emploi. Au contraire, ils débouchent, la plupart du temps sur une intense frustration de la part des domestiques. Les domestiques vivent tous les jours la dévalorisation de leur travail, que ce soit lorsqu’elles remplacent la ménagère qui s’absente pour effectuer à l’extérieur du foyer un travail rémunéré et valorisé, ou que ce soit en effectuant un travail dont leur patronne garde la maîtrise et la définition, alors qu’il est socialement considéré comme relevant “naturellement” d’une capacité féminine quasi “innée”. L’employée reste donc dans un rôle inférieur au sein du foyer employeur. Rien ne permettra vraiment d’effacer les signes de cette infériorité. La fausseté de l’incorporation est consubstantielle à la relation de travail. Elle semble même presque prévue ou du moins est-elle guettée par les domestiques qui savent combien l’emploi est déconsidéré. Elles ne semblent dès lors plus avoir de choix autre que de quitter leur place de travail, de rompre la relation de travail à la première ou ixième manifestation vexante de la subordination. La rotativité dans l’emploi domestique est donc forte, et peut s’expliquer de diverses manières : quitter l’emploi, c’est pour les domestiques, maintenir par un acte concret l’idée que celui-ci peut être provisoire et c’est peut-être reconquérir, même de manière provisoire une liberté malmenée, même si la place de travail suivante sera également un emploi dans la domesticité. Le rêve d’appartenance familiale et le guet des signes de cette appartenance par la recherche de faveurs, ajoutés au rejet de l’emploi par les domestiques et l’extrême stigmatisation dont il souffre dans la société, la frustration liée aux conditions concrètes de réalisation du travail, l’énorme difficulté à trouver un nouvel emploi hors de la domesticité construisent ensemble les conditions idéales pour que cet emploi demeure précaire, mal payé et mal protégé et cela malgré les droits acquis. Lassées de relations de travail qui ne peuvent se décliner sur un mode satisfaisant pour elles, et insatisfaites par les conditions de travail concrètes qui sont souvent fort mauvaises, les employées domestiques se retrouvent pourtant dans l’impossibilité de sortir de l’emploi domestique pour trouver un nouveau type de travail ; mais elles passeront d’une place de travail domestique à l’autre.

  • 25 Le temps “pour soi” peut cependant être totalement absorbé par les obligations de ménagère que l’em (...)

21Avec le temps25, et surtout avec l’acquisition d’une maison pour soi, la signification de l’appartenance à la famille employeuse va se modifier. C’est un peu comme si la mobilisation pour faire disparaître les signes les plus visibles de la stigmatisation, laissait place à une mobilisation pour trouver une manière d’avoir un foyer à soi. Bien sûr, les domestiques travaillant et logeant chez leur employeur ont souvent d’énormes difficultés pour rassembler les conditions nécessaires permettant la constitution d’un foyer à soi. Le célibat, malgré le désir de se marier est fréquent dans cette catégorie de domestiques. Cependant, lorsqu’elles parviennent à avoir une maison à elles, ou à en partager une avec leur compagnon ou mari, ou encore à louer une chambre, l’appartenance à la famille employeuse permet éventuellement d’avoir accès à des biens indispensables pour monter son propre foyer ou élever ses enfants. La recherche de ces faveurs peut signifier, lorsqu’elles n’obtiennent rien de leurs employeurs, la recherche d’un nouveau travail.

22Dans tous les cas, l’acquisition d’un lieu où loger en dehors de la maison des employeurs est un désir exprimé presque unanimement par les domestiques. Seules quelques rares employées mentionnent les surcoûts que cette modalité non résidentielle de l’emploi domestique entraîne. Logeant hors du foyer des employeurs, elles perdent en effet une partie de l’entretien en nature, sans, pour autant, qu’il y ait amélioration du salaire en espèces. Cependant, loger hors de son travail signifie se constituer des temps pour soi 25 et, d’une certaine manière, contraindre les employeurs à autoriser la mise en place d’un certain horaire de travail, une limite à la mise à disposition de son temps, même si cet horaire peut demeurer extrêmement flexible et irrégulier. La non résidentialité signifie une certaine distance par rapport aux employeurs, permettant peut-être mieux de revendiquer des droits ou du moins de s’y référer. Le syndicat des employées domestiques de la région métropolitaine de Recife ne s’y est pas trompé qui a mis en bonne place de ses revendications, la possibilité pour les domestiques de loger hors de chez leurs employeurs.

Représentation de ses compétences scolaires, scolarisation et accès à d’autres emplois

23Les tentatives des domestiques pour masquer leur identité favorisent une forte dépendance à la “bonne employeuse” si mythique soit-elle et rendent plus difficile le recours aux droits acquis. D’autres mécanismes se mettent également sur pied qui naturalisent l’infériorité sociale des domestiques et les empêchent de chercher des emplois ailleurs que dans la domesticité, alors que ces emplois sont très massivement désirés. La scolarisation irrégulière, marquée par les échecs, les abandons, les redoublements, joue un rôle non négligeable dans l’intériorisation par les domestiques de leur infériorité sociale. De manière générale, l’école est valorisée par la population brésilienne et les domestiques ne font pas exception à cette tendance. Beaucoup parmi les plus jeunes voudraient aller à l’école. Certaines ont même pensé que l’arrivée à la ville leur donnerait accès à l’école. Certaines se voient encouragées par leurs patronnes à aller à l’école. Mais il est beaucoup plus rare que du temps soit réellement imparti et de manière constante par les employeurs pour que leurs domestiques puissent suivre l’école, l’après midi ou le soir. Les domestiques suivent alors l’école de manière irrégulière et essuient des échecs à répétition. Se comparant aux enfants de la famille employeuse, ou à n’importe quelle personne de leur âge, elles sont amenées à constater qu’elles ne parviennent pas à réussir leurs classes. Ces échecs sont vus par les domestiques comme des incompétences personnelles, alors même que la proximité de la vie des employeurs les font rêver d’avoir accès à des professions ne correspondant pas à leur niveau de scolarité. La combinaison entre l’échec scolaire et le désir d’accès aux professions des employeurs, renforcent le sentiment d’incompétence. Si elles se mettaient à chercher un travail hors de la domesticité, ces incompétences seraient du reste confirmées par les niveaux scolaires requis pour pouvoir avoir quelque chance que ce soit dans les postes convoités. Il n’est dès lors que logique que les domestiques considèrent à la fois qu’elles ne peuvent être que ce qu’elles sont et qu’elles n’en continuent pas moins à rêver à ce qui leur est pourtant pratiquement inaccessible. Ce double standard ne facilite pas une mobilisation univoque et durable dans un effort scolaire soutenu. Pourtant l’amélioration du niveau scolaire constitue avec le mariage les seules sorties de l’emploi domestique auxquelles les employées font systématiquement allusion. Toutes deux sont fort souvent illusoires, et les employées ne sont pas rares à souhaiter cet improbable tout en se doutant qu’il ne pourrait bien s’agir là que d’un mirage. La valorisation de l’école, quand elle est accompagnée d’une impossibilité de la suivre avec l’assiduité minimale nécessaire à son succès, contribue donc à maintenir les domestiques dans le statut dans lequel elles se trouvent et facilite ipso facto la justification de l’exploitation qui prédomine dans la profession.

L’émergence du droit

  • 26 Une enquête menée en 1991 montre que pas moins de 87 % de 300 employées interrogées ne connaissent (...)

24Si le droit du travail est très largement bafoué, cela ne signifie pas pour autant qu’il soit indifférent qu’il existe. Lorsqu’on interroge les plus jeunes des employées domestiques, on se rend compte que la référence au droit n’est pas absente du discours. Il n’est pas rare bien sûr, que les employées domestiques adoptent une position tout à fait ambiguë par rapport au droit, craignant que celui-là ne les confine dans un statut qu’elles voudraient fuir. C’est bien là une difficulté que doit affronter le syndicat des employées domestiques. Au-delà du fait que le syndicat reste très souvent méconnu des principales intéressées26 les plus jeunes ont beaucoup de réticence à se syndiquer. Plusieurs raisons expliquent ces difficultés de syndicalisation. La première est que les intéressées elles-mêmes ne veulent pas être reconnues comme employées domestiques. Le travail domestique étant considéré comme “sans valeur “, l’employée l’exerçant est elle-même très rapidement considérée comme sans valeur. La deuxième raison est que le travail syndical va à l’encontre d’une perception de la relation de travail en termes d’appartenance familiale. La troisième raison est qu’il semble inutile pour les domestiques de se mobiliser pour améliorer leur propre sort, alors que le travail ne doit être que tout à fait provisoire. Appartenir au syndicat, c’est en quelque sorte admettre que l’emploi peut durer, c’est admettre que le statut de travailleuse domestique en vaut un autre, que c’est un emploi “comme n’importe quel autre”. D’autres freins très concrets empêchent la syndicalisation des domestiques. Ils ne sont pas à sous-estimer : l’isolement dans lequel se trouve l’employée de maison joue un rôle important dans la difficulté à considérer qu’il y aurait une condition commune à défendre. Le contrôle, voire l’interdiction de sortie par leurs employeurs, ou une fois mariées, par leur compagnon ou mari ne facilite pas l’accès au syndicat. Il faut du reste se souvenir que souvent, pour les domestiques logeant chez leurs employeurs, c’est l’entier de leur temps qui est mis à disposition de celui-ci, et donc l’entier du temps qui peut être l’objet d’un contrôle. Il est donc difficile de penser qu’elles peuvent participer à des activités du syndicat. Enfin, le syndicat est surtout vu comme un service public auquel l’employée fera éventuellement appel en cas de problèmes sérieux avec son employeur.

25Dans ce contexte, il ne faut pas s’étonner si le syndicat recrute difficilement et surtout des personnes plutôt âgées, qui ont fait le pas d’accepter la pérennité de leur condition. Le syndicat tente de travailler avec les plus jeunes, mais la tâche est difficile. Le syndicat doit rappeler inlassablement que l’emploi domestique est un emploi comme n’importe quel autre, et que la travailleuse domestique est par conséquent, une travailleuse comme une autre. Le travail du syndicat consiste principalement à conseiller les employées et trouver des accords entre employeurs et employées, à préparer les cas litigieux devant passer au tribunal. Ce travail d’appui individuel prend un temps considérable au syndicat. Il est cependant indispensable. De plus, le syndicat bien que petit, a de très bonnes capacités à se faire entendre dans les médias, notamment à la radio, à faire les bonnes alliances pour se faire entendre d’autres catégories professionnelles. Il travaille également avec certaines écoles où l’on retrouve des employées domestiques. Le syndicat contribue de manière importante à la très lente transformation de la perception de la relation de travail par les domestiques elles-mêmes, perception du travail d’où le droit n’est plus totalement absent, même si la référence demeure assez approximative et floue.

Conclusion

26Persuadée que la perpétuation de l’exploitation économique abusive des domestiques ne peut se déployer que parce qu’elle est accompagnée de représentations sociales de ce travail et de ses travailleuses qui le permettent et dans lesquels l’infériorisation sociale a une place prédominante, j’ai tenté de montrer quelques-uns des mécanismes, quelques-unes des conséquences pratiques de ces représentations. L’analyse de ces mécanismes permet de mettre en exergue des particularités qui sont propres à la division du travail entre les hommes et les femmes. Ainsi, l’ambiguïté autour de l’idée que le travail domestique serait un travail, et de plus un travail comme un autre, semble provenir de sa parenté avec les activités ménagères, elles-mêmes rendues invisibles. La dévalorisation et l’invisibilisation du travail de la ménagère ne sont pas étrangères au fait que sa délégation à la domestique – partielle et sans qu’elle soit accompagnée de la reconnaissance de la responsabilité que cela représente – signifie une dévalorisation encore plus aiguë de ce travail délégué, tout salarié qu’il soit. Enfin, le fait que le travail se déroule dans un espace appartenant plus que pour les autres emplois à la sphère privée de l’employeur, favorise des rapports d’où le droit tend à être exclu. Le travail des associations professionnelles et des syndicats pour faire de l’emploi domestique, aux yeux des domestiques elles-mêmes “un emploi comme un autre” paraît effectivement un pas indispensable pour que ces travailleuses puissent un jour espérer accéder à des conditions de travail meilleures. Le travail, on s’en doute est encore gigantesque.

Bibliographie

Abreu, Alice Rangel de Paiva ; Jorge, Angela Filgueiras ; Sorj, Bila, 1996, “Informalité et précarité du marché du travail des femmes au Brésil”, in : Marques Pereira, Bérengère, Carrier, Alain (coord.) : La citoyenneté sociale des femmes au Brésil, CELA-IS, L’Harmattan, UNESCO, Bruxelles, Paris, pp. 117-146.

Almeida, Maria Suely Kofes (de), 1982, “Entre nos mulheres, elas as patroas e elas as empregadas”, in : Almeida, Maria Suely Kofes de, et alii : Colcha de retalhos, estudos sobre a família no Brasil, Ed. Brasiliense, São Paulo.

ALTERNATIVES ECONOMIQUES, 1999, “l’Eladorado des emplois domestiques“, n° 172, juillet août, Paris.

ANDERFUHREN, Marie, 1994, “The Union of Women Domestic Employees, Recife, Brazil”, in : HOSMER M., MITER S., (ed.), Women in Trade Unions, Organizing the unorganized, International Labour Office, Geneva, pp. 17-31.

Anderfuhren, Marie, 1995, “La maison des autres “a casa dos outros” : l’emploi domestiques à Recife, Nordeste du Brésil, in : Preiswerk, Yvonne ; Milbert, Isabelle (org.) : Femmes villes et environnement, DDC, UNESCO, IUED, Genève, pp. 179-189.

ANDERFUHREN, M., 1999, L’employée domestique à Recife (Brésil), entre subordination et recherche d’autonomie, thèse, Université de Paris 1, Panthéon-Sorbonne, Institut du Développement Economique et Social, Paris.

BALS, Myriam, 1992, “Les travailleuses domestiques immigrées : entre la loi, l’amour et les soins” in : “Prendre soin, liens sociaux et médiations institutionnelles”, Revue Internationale d’action communautaire, 28/68, Université de Montréal, Ecole de Service Social, Montréal, Automne, pp. 171-176.

Camargo, José Márcio, Amadeo, Edward J., 1991, “Labour legislation and institutional aspects of the Brazilian labour market”, in : OIT, Reestructuracíon y regulacíon institucional del mercado de trabajo en America Latina, Serie Investigaci8/68, Université de MontréalCARVALHO, Lenira, 2000, Aluta que me fez crescer, Ed. Bagaço, Recife.

Castro, Mary Garcia : Chaney, Elsa ; Castro, Mary Garcia (org.), 1988 : Muchachas no more, Household workers in Latin America and the Carribean, Temple University Press, Philadelphia.

Castro, Mary Garcia, l989, “Empregadas domésticas : a busca de uma identidade de classe”, in : Cadernos do CEAS, n° 123, Salvador, Setembro/outubro, pp. 49-58.

Castro, Mary Garcia, 1991, “A alquimia das categorias sociais-género, raça e geração, na produção de sujeitos políticos ; o caso de líderes do sindicato de trabalhadores domésticos em Salvador”, XV Encontro da AMPOCS, GTrelações sociais de género, Caxambú, outubro, Minas Gerais, (ronéo).

CEPAL, 2001, Panorama social de America Latina, 1999 – 2000, Santiago de Chile Chabaud-Rychter, Danièle, Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Sonthonnax, Françoise, 1985, Espace et temps du travail domestique, col. réponses sociologiques, Librairie des Méridiens, Paris.

Conselho nacional dos trabalhadores domÉsticos do Brasil, 1993, Pesquisa : O novo perfil da trabalhadora doméstica brasileira, Relatnses sociologiques, Librairie deDELPHY Christine, 1998, L’ennemi principal, économie politique du patriarcat, tome 1, col. Nouvelles questions féministes, Syllepse, Paris.

Dussuet, Annie, 1997, Logiques domestiques, essai sur les représentations du travail domestique chez les femmes actives de milieu populaire, col. Logiques sociales, L’Harmattan, Paris, Montréal.

Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, “Le travail domestique : économie des servitudes et du partage” Hirata, Helena ; Senotier, Danièle (dir.) : Femmes et partage du travail, col : alternatives sociologiques, Syros, Paris, 1996, pp. 87-101.

Fraisse, Geneviève, 1979, Femmes toutes mains, essai sur le service domestique, col. libre à elles, Seuil, Paris.

GIRARD, Christiane, 1995, “La citoyenneté des employées domestiques à Brasilia”, in : Marques-Pereira, Bérangère, Bizberg, Ilán : La citoyenneté sociale en Amérique Latine, L’Harmattan/CELA. IS, Paris, pp. 246-253.

GIRARD, Christiane, 1996, “Citoyenneté et culture de la domesticité des femmes noires au Brésil”, in : Marques Pereira, Bérangère ; Carrier, Alain (org.) : La citoyenneté sociale des femmes au Brésil, l’Harmattan/UNESCO/CELA. IS, Paris, pp. 147-164.

GORZ, André., 1988, Métamorphoses du travail, quête du sens, ed. Galilée, Paris.

IBGE, 1995 : Pesquisa nacional por Amostra de domicílios, Pernambuco e Região Metropolitana de Recife, 1993, Rio de Janeiro.

IBGE, 1993, Pesquisa nacional por amostra de domicílios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, versão preliminar, 1992.

IBGE, 1995 : Pesquisa nacional por amnal por amostra de domicílios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, versIBGE, 2000, Pesquisa nacional por amostra de domicílios, síntese de indicadores, Brasil, 1999, Rio de Janeiro.

IBGE, 2000, Pesquisa nacional por amostra de domicícilios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, 1999, Rio de Janeiro.

IPESPE, 1991, Realidade social da empregada doméstica apôs a nova Constituição, Recife, maio, (ronéo)

KAUFMANN, Jean - Claude : (dir.), 1996, Faire ou faire faire ?, familles et services, col. le Sens social, PUR, Rennes.

KOFES, Maria, Suely, 1990, Mulher, Mulheres, diferença e identidade nas armadilhas da igualdade e desigualdade. Interação e relação entre patroas e empregadas domésticas. Tese de Doutorado, Dpt. de antropologia, Universidade de São Paulo.

LAMOUILLE, Madeleine, 1978, Pipes de terre et pipes de porcelaine, souvenir d'une femme de chambre en suisse romande, 1920-1940, publié par Luc Weibel, Zoé, Carouge-Genève.

LAUTIER, Bruno, MARQUES-PEREIRA, Jaime, 1994, “Représentations sociales et constitution du marché du travail, employées domestiques et ouvriers de la construction en Amérique latine “, in : Cahiers des Sciences Humaines, n° 30, (1-2) Paris.

MARTIN-FUGIER, Anne, 1979, La place des bonnes, la domesticité féminine à Paris en 1900, Grasset, Paris.

MORICE, Alain, 1996, “Une forme bâtarde du paternalisme contemporain : le déni du contrat sous contrôle juridique “, in : Lusotopies, L'oppression paternaliste au Brésil, Karthala, Paris, pp. 299-311.

POLLACK, M., 1997, Reflexiones sobre los indicadores del mercado de trabajo para el diseño de políticas con un enfoque basado en el género, Comisión económica para América Latina y el Caribe, serie Mujer y desarrollo, n° 19, Julio, Santiago de Chile.

PREUSS, Miriam Raja Gabaglia, 1990, “Emprego doméstico, um lugar de conflitos “, in : Cadernos du CEAS, n° 128, julho-agosto, Salvador, pp. 41-45.

ROLLINS, J., 1990, “Entre femmes, les domestiques et leurs patronnes“, Actes de la recherche en sciences sociales, n° 84, septembre, Paris, pp. 63-77.

SAFFIOTI, Heleieth B. I, 1979, Emprego doméstico e capitalismo, Avenir editora, Rio de Janeiro.

VANDELAC, Louise ; BELISLE, Diane ; GAUTHIER, Anne ; PINARD, Yolande, 1985, Du travail et de l'amour, les dessous de la production domestique, col. Femmes, Ed. Saint Martin, Montréal.

Le commerce de l’eau à Lomé : un exemple de “l’infiniment petit” du commerce informel
Certaines femmes ont de l’eau au robinet, dans leur cour ; c’est là que d’autres femmes viennent en acheter en remplissant un bidon, une bassine... Cela leur coûte 1 FCFA le litre (1 FCFA = 1 centime). Des femmes préparent de l’eau glacée et la vendent dans des petits sachets pour 10 F le sachet Des femmes plus ou moins jeunes viennent leur en acheter en assez grandes quantités – 100 unités pour 75/80 FCFA – et les revendrent dans la rue ou sur le marché. C’est de l’eau pour se désaltérer. Elles revendent le sachet qui contient environ deux verres, 40 centilitres, à 15 FCFA. Cela rapporte à la famille 2 500 FCFApar jour en moyenne. Les gains fluctuent beaucoup selon la saison !
Les sachets sont mis le soir au congélateur pour être vendus le matin. Les glaçons restent 24 h au congélateur. On en fait moins de sachets de glaçons, mais chaque sachet a la même contenance que celui de l’eau glacée ; il est vendu à 15 FCFA. Ce sont des revendeuses qui viennent les chercher. Elles utilisent des bassines pour les transporter, comme pour l’eau glacée, mais dans ce cas, elles les protègent avec des plastiques. Quelques femmes possèdent des glacières, mais elles sont très peu nombreuses. Les glaçons sont utilisés pour préparer de la boisson au maïs, ou comme moyen de conservation pour les revendeuses de nourriture sur le marché. Les glaçons rapportent environ 1 500 FCFA par jour. Quelques particuliers viennent acheter des glaçons pour leur besoin personnel.
Les clients sont accueillis par les personnes présentes au foyer : femmes, mari, jeunes de passage (famille en vacances, jeunes en difficultés hébergés contre service). Les pièces de monnaie sont rangées dans des boîtes différentes selon les différents usages auxquels ils serviront : glace = alimentation ; glaçon = électricité ; bassine = eau (l’eau au robinet doit être payée).
Communication de Marie Behaegel, en stage avec l’Association” Echoppe”, Lomé, Togo, Juillet 2001

Notes

1 Bruno Lautier et Jaime Marques Pereira notent par exemple, en analysant la situation de “marginalité” des domestiques et des travailleurs de la construction en Amérique Latine : “Ces caractéristiques d’une situation “marginale” n’empêchent pas que ces deux catégories, ensemble, sont plus nombreuses que les ouvriers de l’industrie manufacturière, alors que la littérature qui leur est consacrée par les sciences sociales est dix ou vingt fois moins importante”. (1994 : 309).

2 Il s’agissait d’avoir des données pour connaître les stratégies des employées domestiques pour améliorer leurs conditions de travail et de vie et/ou pour sortir de l’emploi domestique. Le mode d’enquête a consisté en un questionnaire appliqué à 106 employées domestiques dans trois quartiers de Recife. Les employées étaient choisies en fonction de leur “régime de travail” c’est à dire en tenant compte du fait qu’elles habitaient chez leur employeur (travail résidentiel) ou non (travail non résidentiel) ou qu’elles travaillaient comme femmes de ménages pour plusieurs employeurs ou clients. Le questionnaire a été complété par la récolte de récits de vie de quarante employées domestiques et 16 ex-employées domestiques, des femmes exerçant d’autres activités rémunératrices. Le travail a également comporté une série d’entretiens avec des patronnes, des responsables de personnel dans des entreprises de la RMR, des responsables syndicaux et du mouvement féministe. Il a été complété par des observations dans des classes du soir où l’on retrouvait de nombreuses domestiques.
La recherche a fait l’objet d’une thèse de doctorat en sciences sociales sociologie, dirigée par Bruno Lautier, et soutenue à l’Institut d’Etude du Développement Economique et Social de l’Université de Paris 1, Panthéon Sorbonne en 1999. Le titre de la thèse est : “L’employée domestique à Recife (Brésil), entre subordination et recherche d’autonomie”.

3 André Gorz soulignait déjà cette renaissance du travail servile en 1988, la liant à l’augmentation de la disparité des revenus. (Gorz, 1988).

4 En France, selon l’Institut de retraite complémentaire des employés de maison, le nombre des femmes de ménage, gardes d’enfants et aides aux personnes âgées aurait augmenté de 360 000 entre 1991 et 1997, passant de 467 000 à 830 000 travailleuses et travailleurs. 90 % d’entre elles et eux seraient des femmes de ménage. Une partie de cette augmentation (20 % environ) serait due à la légalisation des situations de femmes de ménage déjà employées. Avant l’introduction d’une possibilité d’obtenir des déductions d’impôts pour les employeurs, une partie donc de telles catégories professionnelles travaillaient au noir, et ont passé dans le travail légal. Voir le dossier : “l’Eladorado des emplois domestiques “in : Alternatives économiques, n ° 172, juillet août 1999.

5 En Suisse par exemple, le sous-payement a souvent pour corollaire l’emploi de travailleuses clandestines. Ainsi à Genève, ville de 300 000 habitants, le syndicat interprofessionnel des travailleurs et travailleuses (SIT) estime qu’il y aurait en 2001, environ 15 000 travailleurs et travailleuses sans permis de travail ni de séjour, dont 8 000 à 9 000 employées domestiques.

6 AGenève toujours, et selon des estimations plutôt que des statistiques, les travailleuses migrantes clandestines employées comme domestiques seraient dans une très forte proportion des latino américaines. Elles auraient supplanté les clandestines, femmes de travailleurs munis d’un permis de travail qui ne permettait pas le regroupement familial, mais qui pouvaient espérer une transformation de leur statut de clandestines en travailleuses légales, une fois que leur partenaire avait obtenu un meilleur statut Cette possibilité de transformation de statut n’existe pas pour les nouvelles venues latino-américaines.

7 La population économiquement active de l’Amérique Latine et des Caraïbes s’élève à 217 000 000 personnes pour l’année 2000. (CEPAL, 2001).

8 Anoter qu’en Amérique du sud, la population active féminine se répartit de la manière suivante : agriculture : 10 % ; industrie : 14 % ; services : 76 %. (Organisation internationale du travail, 1994). Au Brésil ces proportions sont assez proches : agriculture 10 % ; industrie : 19 % ; services : 71 %. (Organisation internationale du travail, 1994). http://www.focusinstl.com/statr4f4.htm.

9 (CEPAL, 2001,)

10 IPEC, (Programme international pour l’abolition du travail des enfants) : Les enfants domestiques, L’intolérable en point de mire : une nouvelle convention internationale pour éliminer les pires formes de travail des enfants, BIT, Genève, 1999. http://www.ilo.org/public/french/comp/child/domes-tique.pdf.

11 IBGE, 2000, Pesquisa nacional por amostra de domicícilios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, 1999.

12 “Il y a un petit carnet, (le carnet de travail) dans lequel le contrat et tous les changements qui lui sont apportés, doivent être enregistrés par l’employeur. Une limite du nombre d’heures travaillées par semaine est définie, la limite supérieure des heures supplémentaires, le paiement minimum pour les heures supplémentaires, le salaire minimum, les vacances, les protection spéciales pour les femmes et les enfants, les mesures de sécurité dans le travail, et les règles propres à des activités spécifiques sont déterminées. Cet ensemble de règles définit les conditions de travail dans le poste de travail.” (CAMARGO, J. M ; AMADEO, E. J., Julio 1991, 81-109).

13 Il y a une déduction de 8 % sur le salaire brut de l’employée et l’employeur doit cotiser à hauteur de 12 %.

14 Au moment de l’enquête de terrain, le salaire minimum se situait entre 70 et 90 dollars mensuels environ.

15 IBGE : Pesquisa nacional por amóstra de domicílios, síntese de indicadores, 1993.

16 IBGE : Pesquisa nacional por amostra de domicílios (PNAD), Região Metropolitana de Recife, versão preliminar, 1992. Aucune autre catégorie professionnelle retenue par le PNAD ne concentre une telle proportion de salaires aussi bas.

17 IBGE : Pesquisa nacional por Amostra de domicílios, Pernambuco e Região Metropolitana de Recife, 1993.

18 Cette donnée, en soi pas très précise, est intéressante quand elle est comparée à d’autres catégories d’occupations. Les employés du secteur public gagneraient environ 7 fois ce montant correspondant à la ligne de pauvreté par tête, les indépendants non professionnels ni techniciens 3,7 fois. (CEPAL, 2001).

19 On peut, à l’instar d’Alain Morice, qualifier cette relation de travail de “forme bâtarde du paternalisme”. En effet elle associe des éléments propres au paternalisme à d’autres qui le sont moins. Ainsi, faut-il mentionner les couples droit - faveur, travail - aide, gratuité - salaire. (Morice, A., 1996).

20 Dans notre enquête, les migrantes entrent environ à 12 ans dans l’emploi domestique et les nonmigrantes à 14 ans.

21 Piniqueira.

22 Le terme emploi désigne ici l’ensemble des places de domestiques que les travailleuses occuperont.

23 Anoter que coexiste à l’utilisation du langage familial, celle du terme “secrétaire” qui a pour fonction de cacher le statut de domestique.

24 Entendue ici comme le fait de tirer profit ou avantage de quelqu’un en le faisant travailler. La création ou non d’une plus-value par le travail domestique n’est donc pas l’objet de la discussion.

25 Le temps “pour soi” peut cependant être totalement absorbé par les obligations de ménagère que l’employée a dès lors qu’elle acquiert une maison à elle.

26 Une enquête menée en 1991 montre que pas moins de 87 % de 300 employées interrogées ne connaissent pas le syndicat, et 4,3 % en ont entendu parler mais ne savent pas ce qu’il est ni à quoi il sert. IPESPE : Realidade social da empregada doméstica apôs a nova constituiçao, Recife, maio 1991. Voir également : Anderfuhren, Maire : “The Union of Women Domestic Employees, Recife, Brazil”, in : Margaret Hosmer, Swasti Miter (ed.) : Women in Trade Unions, Organizing the unorganised, International Labour Office, Geneva, 1994, pp. 17-31.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable