Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. Le travail en milieu urbain

Le mariage à l’épreuve du travail en usine : ouvrières de l’industrie de la chaussure en Inde du Sud

Fabienne Venou

Note de l’éditeur

In : Nouvelles configurations économiques et hiérarchiques, Journal des anthropologues (Paris), 1999, n° 77-78, p. 123-139.

Note de l’auteur

Cette étude s’inscrit dans le cadre d’une recherche interdisciplinaire sur la vallée de la Palar et reçoit dans ce cadre le soutien logistique de l’Institut français de Pondichéry.

Texte intégral

  • 1 Il s’agit ici d’un pseudonyme.
  • 2 Il s’agit ici d’un pseudonyme.
  • 3 Lors du dernier Censys of India, en 1991, la population était de 75 911 habitants. Depuis 1998, ell (...)

1Tholpuram1 est une ville moyenne2 du Tamil Nadu (Inde du sud), caractérisée par une industrie du cuir3 importante. Le travail de transformation des peaux est présent dans cette région sous forme artisanale depuis le début du XIXème siècle (Dupuis, 1960). L’activité de tannerie et ses procédés ont été régulièrement transformés, particulièrement lors de l’industrialisation du secteur soutenue par le gouvernement indien dans les années soixante-dix. A partir des années quatre-vingt, plusieurs propriétaires de tanneries ont créé des usines de chaussures qui sous-traitent aujourd’hui pour des marques européennes et nord-américaines. En vingt ans, ce bourg rural s’est transformé en une ville industrielle prospère. La trentaine d’usines de chaussures et les quatre-vingts tanneries fournissent environ 30 000 emplois.

2En Inde, l’activité du cuir est chargée d’une signification sociale particulière. Dans l’idéologie hindoue, le contact des peaux d’animaux morts et de leurs dérivés est facteur d’impureté et d’intouchabilité… De ce fait, les activités du cuir sont restées reléguées à deux types de populations : des castes “intouchables “parce que spécialisées dans ce domaine, et des musulmans, qui se placent hors de ce système hiérarchique.

3[…] Dans les années quatre-vingt, la syndicalisation et les grèves qui s’en sont suivies, ont entraîné le licenciement massif d’ouvriers. Ils ont été remplacés par une main-d’œuvre féminine, souvent très jeune, moins payée et jugée plus méticuleuse par les employeurs. Leur recrutement a produit une nouvelle catégorie de femmes actives dans la ville “ouvrières d’usines de chaussures“. Les conditions de cette nouvelle activité féminine (hétérogénéité sociale et religieuse du personnel, mixité, interchangeabilité des ouvriers, etc.) bousculent les règles d’une société dominée par l’affirmation des traditions sociales et religieuses.

4L’accroissement soudain de l’emploi des femmes dans les usines crée de nouveaux enjeux relatifs au rôle et à la position de celles-ci dans les institutions traditionnelles de la société. Les ouvrières acquièrent un statut d’agent économique autonome, vecteur d’émancipation sociale et familiale. […]

Norme familiale et mariage

5[…]

6La nubilité de la femme est annoncée lors d’une cérémonie ostentatoire et dispendieuse (puppa nannirattu) au cours de laquelle elle est honorée par ses proches et présentée à un cercle choisi d’alliés et de consanguins susceptibles de la demander en mariage. Son mariage s’accompagne d’un changement radical de résidence, de rôle et de statut. Il définit son existence sociale. Traditionnellement, la famille est l’unité centrale autour et à partir de laquelle s’organisent ses espaces de sociabilité, son activité salariée et/ou domestique, ses décisions de la famille ou belle-famille. Peu d’autonomie lui est accordée dans cet espace. A Tholpuram particulièrement, la majorité des familles musulmanes et celles de castes élevées chez les hindous, revendiquent la réclusion de leurs femmes. Cependant, ces dernières circulent plus librement – et certaines musulmanes ôtent le voile qui leur couvre le visage – lorsqu’elles sortent de la ville.

7[…]

Une nouvelle activité féminine

8Dans la ville, l’emploi à l’usine domine aujourd’hui les autres activités féminines. Ces dernières sont motivées par le faible niveau économique des foyers et correspondent à des tâches socialement dévalorisantes (portefaix dans la construction, domestique ou confection de cigarettes locales, beedi). Les rares femmes présentes dans les boutiques sont les épouses des commerçants. D’autres femmes travaillent sur des chantiers de construction, dans la vente de fruits ou légumes, en petit nombre dans les administrations (postes, banques, police) ou encore dans des ateliers familiaux (tisserands). A partir d’un niveau de revenu familial jugé suffisant, l’épouse se consacre uniquement aux tâches domestiques et à l’éducation des enfants. Sa réclusion participe ainsi à l’expression du niveau social et économique de sa famille.

9Cependant, l’attrait de nouveaux types d’emplois proposés par les usines (salaires réguliers et élevés par rapport aux autres emplois, horaires fixes, avantages sociaux dont prêts sans intérêt) a favorisé l’accroissement rapide de l’activité féminine. De plus en plus de familles voient dans un salaire supplémentaire la possibilité d’améliorer leur niveau de vie, et de s’élever socialement (instruction des enfants, réinvestissement de leur formation pour contracter de nouvelles alliances etc.). Dès lors, l’entourage des jeunes femmes les autorise, les incite, voire les oblige à sortir de chez elles pour travailler à l’usine.

10Le recrutement massif de main-d’œuvre a bouleversé la répartition initiale des femmes actives dans la ville. L’usine regroupe celles auxquelles aucun autre emploi local ne convient (type d’activité dévalorisé et trop bas salaire), et celles, déjà actives qui recherchent les avantages offerts par cette contractualisation du travail. Ainsi, elle ouvre de nouvelles opportunités d’emplois à des jeunes filles diplômées et à des jeunes filles non scolarisées auxquelles elle évite l’attente passive du mariage ; elle offre à d’autres un salaire supérieur à celui auparavant perçu.

11[…]

12Les ouvrières sont officiellement employées à partir de 16 ans mais certaines, issues de familles à très faibles revenus, sont acceptées plus jeunes. Leur âge est compris entre 12 et plus de 40 ans mais la majorité se situe entre 16 et 24 ans. Environ la moitié d’entre elles n’est pas encore mariée bien que la plupart le soit souvent avant 20 ans.

13[…]

Un nouvel espace de sociabilité

14De nombreux changements à l’intérieur des unités familiales sont déterminés ou favorisés par une relative émancipation économique et sociale des ouvrières.

  • 4 Signe de la prospérité de la ville, dans le bazaar, des boutiques s’ouvrent ou s’agrandissent régul (...)
  • 5 Des femmes qui habituellement ne choisissent pas même leurs tenues vestimentaires, - achetées par u (...)

15Dans la ville, leur pouvoir d’achat leur confère une reconnaissance sociale à l’intérieur des espaces marchands et les transforme en agents singuliers qui contribuent à l’expansion économique locale4. Leur salaire leur permet d’accéder à de nouveaux biens de consommation personnels ou familiaux5 ainsi qu’à des services (médecins, transports, soins) et des loisirs (cinéma, excursions).

16La participation des femmes à l’économie du ménage modifie leur rôle et leur position dans l’unité domestique. Leur salaire contribue activement aux ressources des familles ou belles-familles, rendues tributaires de ce nouveau revenu, complémentaire ou principal. En effet, revers ou non du recrutement préférentiel des femmes dans les usines, beaucoup de leurs parents ne travaillent pas. Alors que les discours attribuent cette inactivité à la pénurie d’offres d’emplois, les entretiens permettent de rencontrer des hommes qui se satisfont de l’entrée des salaires de leurs parentes sans chercher eux-mêmes une autre activité.

17[…]

  • 6 Par exemple, une même fonction (chef d’équipe) et un long trajet commun en car, peuvent rapprocher (...)

18Lieu de travail, l’usine est aussi un espace de sociabilités nouvelles où se côtoient des individus d’origines diverses, de religions différentes. Les multiples interactions offrent la possibilité de tisser des liens par affinités. Entre collègues, des situations quotidiennes permettent l’émergence de relations basées sur d’autres critères que la parenté, la religion, la caste ou le voisinage. Les temps de pause, le déjeuner, la promiscuité des postes ou le trajet en car de ramassage, sont autant d’occasions de discussions et d’échanges entre collègues. Les relations ne dépassent pas pour autant le cadre de l’usine, à l’exception de quelques cas6 et les amitiés ne peuvent s’épanouir à l’extérieur que lorsque les familles respectives y consentent ou, dans de rares cas, les ignorent. Cependant, les nombreuses interactions permettent de rompre certaines barrières, dont celle de commensalité. Lors des repas pris en commun dans les salles et cours communes, les regroupements ne suivent pas les origines et distinctions religieuses mais les hiérarchies de postes. Dans les familles, l’hétérogénéité de l’usine est souvent critiquée car elle met en relation des jeunes gens qui ne seraient jamais amenés à se rencontrer par ailleurs et les conduit à porter un regard nouveau sur d’autres milieux que le leur. Les ouvrières font connaissance de modèles et de pratiques inconnus – et parfois même critiqués – dans leurs autres sphères d’appartenance (famille, communauté religieuse etc.). Surtout, le travail à l’usine, lieu de mixité et de mélanges, remet en question la stricte séparation sexuée de la société et l’isolement relatif des femmes. La situation quotidienne de mixité au travail réduit la distance sociale vis-à-vis de l’autre sexe, parfois jusqu’à la transgression des règles sociales en vigueur dans les autres espaces (discussions avec des hommes, relations de séduction, voire de flirt).

  • 7 Le purdah est l’organisation spatiale (des maisons, quartiers, etc.) qui, chez les musulmans, empêc (...)

19Le travail à l’usine suppose que la femme sorte du foyer, qu’elle soit vue d’étrangers, en contact avec des individus de milieux différents dans des interactions non contrôlables par les familles. La confrontation quotidienne de jeunes filles ou femmes mariées, à un environnement masculin (notamment l’encadrement) va à l’encontre des règles sociales en vigueur. Ceci est particulièrement visible chez les musulmanes qui doivent se voiler hors du foyer et suivre chez elles les règles du purdah7, tandis qu’à l’usine, elles ôtent leurs voiles, portent l’uniforme, et côtoient des collègues masculins.

20Les familles craignent que de ces relations de travail mixtes, naissent des rencontres amoureuses et des “mariages d’amour “qui dérogeraient aux règles d’endogamie et au choix contrôlé du conjoint. Aussi, des systèmes de contrôle existent. Les trajets de la majorité des ouvrières sont organisés par les familles ou les entreprises pour qu’elles soient accompagnées ou regroupées. Les musulmanes se voilent dès qu’elles sortent de l’établissement – même lorsqu’elles ne sont pas encore pubères, contrairement à la pratique habituelle. Dans l’usine, l’anonymat n’existe pas. Chaque individu y est repéré et surveillé par ses pairs. Chacun, chacune, est connu(e) de plusieurs membres du personnel, parents, voisins, amis qui lui ont permis l’accès à l’usine. Par ailleurs, pour contrer les rumeurs et les éventuels problèmes, certaines entreprises veillent elles-mêmes à maintenir une division sexuée du travail socialement acceptable. Les chaînes mixtes sont évitées. Les ouvrières placées à proximité de collègues masculins sont souvent des femmes mariées ou veuves, distinctions qui ne s’effectuent cependant pas dans les bureaux, où les compétences sont spécialisées.

21Si la mixité sur le lieu de travail reste un sujet problématique pour les familles, elle n’empêche toutefois plus aujourd’hui les jeunes femmes de chercher un emploi à l’usine. L’avantage du salaire prend le pas sur l’inconvénient de la mixité.

De l’usine au mariage

22De par les nouvelles formes de socialisation qu’elle introduit, l’usine constitue un espace d’altérité sociale et culturelle. Les règles et les hiérarchies sociales qui y prévalent officiellement sont déterminées par l’organisation rationnelle de l’activité de production.

23Quotidiennement, les ouvrières circulent entre des univers de socialisation contradictoires. Leurs journées se partagent entre deux espaces distincts, salarial et familial. Certaines profitent du chemin de retour pour s’arrêter dans les boutiques qui jalonnent leur itinéraire et prolonger les discussions avec des collègues. Au foyer, elles retrouvent leur statut de mère, épouse, fille, ou sœur, soumises aux dominations et hiérarchies internes de la famille, et aux règles sociales relatives à la caste ou la religion. Assignées aux tâches domestiques, elles sont aussi maintenues dans des positions prédéfinies et des réseaux de sociabilité contrôlés.

24A l’extérieur de l’usine cependant, l’attitude des ouvrières traduit parfois leur double univers référentiel. Elles manifestent plus d’assurance que les autres jeunes femmes et sont souvent qualifiées d’effrontées. Lorsqu’elles cherchent un autre emploi, elles négocient leur salaire ; dans les commerces, elles se montrent exigeantes sur la qualité et le choix des produits, contrairement aux pratiques habituelles de consommation.

25L’enjeu de l’altérité introduite par le travail à l’usine s’exprime particulièrement au moment du mariage.

26[…]

27Cependant, l’usine introduit de nouveaux moyens de connaissance du mariage et de ce qui l’entoure par la fréquentation de femmes plus âgées et déjà mariées. Les discussions entre collègues de sexe et d’âge identiques ou différents, se révèlent plus libres que dans les familles. Elles permettent d’explorer des questions qui restent interdites dans le cadre du foyer. Avant leur mariage, les ouvrières ont connu un univers de socialisation différent de celui de leur famille, conduisant à une émancipation relative. Elles jouissent parfois de temps libre, et d’une partie de leur salaire qui leur permet d’accéder à des biens de consommation personnels. Au moment du mariage, elles doivent intégrer une famille nouvelle, se soumettre à ses règles et adopter ses pratiques. Se marier peut alors signifier une perte d’indépendance et de nouvelles obligations. Conscientes de l’influence nouvelle que leur salaire leur accorde au sein de la famille et de ses décisions, certaines cherchent à interférer dans le choix de leur futur époux ou retarder l’échéance du mariage pour prolonger la relative indépendance acquise dans leur foyer parental. La possibilité de négocier ou d’intervenir sur leur propre mariage dépend cependant du pouvoir que leur confère leur salaire : ainsi les stratégies d’évitement ou de retardement réussissent d’autant mieux qu’elles sont facilitées par les familles qui souhaitent continuer à bénéficier de leurs revenus. D’autre part, ce pouvoir se combine parfois à l’émergence chez les ouvrières, d’une attitude plus critique vis-à-vis de l’institution du mariage et des hommes. Cette position les rend plus volontaires et directives sur le cours des évènements qui les concernent individuellement. Ainsi, une jeune ouvrière de 18 ans refuse de se marier lors de la visite “impromptue “de beaux-parents potentiels et propose sa sœur cadette à sa place. Dans ce type de cas, le mariage ne se présente plus comme l’événement inéluctable sur lesquels les jeunes femmes ne peuvent agir, ni comme l’institution primordiale qui permet seule d’acquérir un statut et une position sociale ; les contraintes que le mariage implique sont davantage objectivées.

28La question du mariage intervient également dans l’usine où elle opère des distinctions entre ouvrières. Alors que le salariat assure l’autonomie de nombreuses femmes devenues célibataires, une grande partie de jeunes ouvrières souhaite que le mariage les en libère. Certaines appartiennent à un milieu qui privilégie les femmes aux foyers, d’autres aspirent à une ascension sociale par le mariage. C’est souvent le cas des musulmanes pour lesquelles il peut signifier l’arrêt attendu d’un travail effectué parfois depuis plus de dix ans pour celles qui l’ont commencé dès l’âge de 10 ou 12 ans. A l’inverse, la majorité des employées qualifiées ou membres du personnel d’encadrement affirment vouloir maintenir leur activité après leur mariage pour profiter d’un double salaire et de la relative autonomie qu’il confère.

29[…]

Bibliographie

Bhatty, 1996. “Social Stratification Among Muslims in India”, in : SRINIVAS M. N. (ed.), Caste, its Twentieh Century Avatar. Delhi, Penguin Books India : 244-262

Donnan, H., 1993. “Marriage Preferences Among the Dhund of Northern Pakistan”, in : UBEROI P. (ed.), Family, Kinship and Marriage in India. Delhi, Oxford University Press : 307-329

Dupuis, J., 1960. Madras et le Nord du Coromandel. Etude des conditions de la vie indienne dans un cadre géographique. Paris, Adrien-Maisonneuve

Dumont, L., 1966. Homo hierarchicus, le système des castes et ses implications. Paris, Gallimard

Dumont, L., 1975. Dravidien et Kariera, l’alliance de mariage dans l’Inde du Sud et en Australie. Paris, Mouton

Dupont, V. ; Selim, M., 1996. “Travail industriel et hiérarchie dans le sous-continent indien, l’emprise des status “in : CABANES R. & LAUTHIER B., Profils d’entreprises du sud. Paris, Karthala : 145-158

Fanselow, F. S., 1996. “The disinvention of Caste Among Tamil Muslim”, in : FULLER C. J. (ed.), Caste Today. Delhi, Oxford University Press : 202-26

Heuze, G., 1992. Pour une nouvelle compréhension des faits et des hommes du secteur non structuré. Paris, ORSTOM

Heuze, G. (dir.), 1992. Travailler en Inde. Paris, EHESS (Purusartha)

Heuze, G., 1996. “Le monde ouvrier”, in : JAFFRELOT C. (ed.). L’Inde contemporaine. Paris, Fayard : 349-371

Heuze, G. ; Selmi (dir.), 1998. Politique et religion dans l’Asie du Sud. Paris, Karthala

Hussain Khan, C. G., 1994. Marriage and Kinship Among Muslims in South India. New Delhi, Rawat Publications

Holmstrom, M., 1981. Factory Workers & “Unorganised” Labor in India, (7th European Conference on Modern Asian Studies). Londres, SOAS

Isa, Baud, 1993.- “Institutional Support for Women in the Footwear industry : Recent Experiences in India”. Paper presented at the seminar on “Women’s Employment in Industry : the Case of Indian Footwear”, Madras, 1993, August 16-17

Reiniche, M. L., 1996. “The Urban Dynamics of Caste : à Case study from Tamilnadu”, in : FULLER C. J. (ed.), Caste Today. Delhi, Oxford University Press : 124-149

Trautman, T. R., 1981. Dravidian Kinship. Cambridge, Cambridge Univ. Press

VATUK, S., 1996. “Identity and Difference of Equality and Inequality in South Asian Muslim Society”, in : FULLER C. J. (ed.). Caste Today. Delhi, Oxford Univ. Press : 227-262

Notes

1 Il s’agit ici d’un pseudonyme.

2 Il s’agit ici d’un pseudonyme.

3 Lors du dernier Censys of India, en 1991, la population était de 75 911 habitants. Depuis 1998, elle dépasse 100 000 habitants.

4 Signe de la prospérité de la ville, dans le bazaar, des boutiques s’ouvrent ou s’agrandissent régulièrement, proposant sans cesse de nouveaux produits. Les ouvrières représentent une part importante de leur clientèle, en particulier des fancy shops – magasins d’objets fantaisie : maquillage, décoration, jouets, etc. – qui n’ont cessé de se développer dans la ville depuis 1991.

5 Des femmes qui habituellement ne choisissent pas même leurs tenues vestimentaires, - achetées par un père, frère, époux, etc. – jouissent aujourd’hui d’un pouvoir d’achat, restreint mais individuel.

6 Par exemple, une même fonction (chef d’équipe) et un long trajet commun en car, peuvent rapprocher une jeune fille musulmane (ourdouphone), future mariée résidant en famille indivise et une jeune femme hindoue (Cengunta Mudalivar), déjà mère et veuve et qui vit avec sa mère retraitée.

7 Le purdah est l’organisation spatiale (des maisons, quartiers, etc.) qui, chez les musulmans, empêche les hommes étrangers de voir les femmes et selon laquelle les femmes ne peuvent être en contact direct qu’avec les membres proches de leur famille. Les relations entre hommes et femmes sont classifiées en 3 catégories : celles entre “premières” personnes (parents très proches, époux, parents/enfants, qui vivent sous un même toit), celles entre “deuxième” personnes (parents qui peuvent se “voir”), et celles entre “troisième” personnes (les étrangers, ceux qui ne peuvent se “voir”).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable