Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. Le travail en milieu urbain

Les ouvrières en France

Danièle Kergoat

Note de l’éditeur

In : Danièle Kergoat, Les ouvrières Paris, Le Sycomore, 1982, p. 5-8 (extraits).

Texte intégral

Introduction

1L quart des ouvriers sont des femmes. Le quart des femmes actives sont, actuellement, des ouvrières ; pour ne pas parler de toutes celles qui, à un moment ou à un autre de leur vie, l’ont été ou le seront.

Les activités indépendantes des femmes
[…]
Depuis le Moyen Age, l’activité artisanale est contrôlée par les corporations qui réglementent l’apprentissage et l’accès à la maîtrise, défendent leurs membres contre la concurrence extérieure, en veillant au respect du monopole sur le marché, et limitent la concurrence entre artisans en leur interdisant de dépasser un certain volume de production. Quelques métiers sont exercés uniquement par les femmes, principalement dans le travail de la soie ou la fabrication de vêtements (les lingères, brodeuses, bonnetières, modistes…). Au XVIIIe siècle, nombre de femmes peuvent ainsi exercer un métier de façon indépendante. Dans les corporations mixtes ou féminines, les femmes ont librement accès à la maîtrise et forment des apprenties, mais elles sont souvent exclues de la fonction de juré permettant d’exercer le pouvoir de direction de la corporation, qui reste alors aux mains des hommes.
La notion de métier dans le sens corporatif impliquant un savoir-faire et la possession d’un outil de production, reconnus de façon institutionnelle, ne s’applique qu’à une partie des activités féminines. Les travaux multiples effectués par les femmes peuvent-ils être qualifiés de métier ?
A la campagne comme à la ville, dans les familles dénuées de bien, les femmes se livrent à de multiples activités. A la campagne, elles se louent dans les fermes comme journalières, filent, cousent, tricotent, cultivent des potagers, élèvent des volailles et vendent leur production au marché Autour des villes, elles deviennent aussi nourrices, accueillant les enfants des urbaines occupées dans l’atelier familial ou la boutique. Cette pratique, de plus en plus controversée, se maintient cependant tout au long du XIXe siècle parmi les familles d’artisans ou de boutiquiers, alors que les familles plus aisées recourent plus volontiers à des nourrices à domicile.
Les villes offrent de nombreuses opportunités de travail aux femmes. Certaines tiennent de petits commerces, d’autres sont charretières, démarcheuses, marchandes ambulantes, blanchisseuses, tenancières de pension, etc. Ces “petits” métiers exercés par les femmes des milieux populaires survivent au siècle suivant. Dans la confection, le travail à domicile continue de s’étendre au XIXe siècle suscitant des formes particulières d’exploitation : les rythmes de travail des ouvrières en chambre sont soumis aux impératifs de la production pour de très faibles rémunérations (ce qui a été qualifié de sweating system).
[…]
In : F. Battagliola, 2000, “Histoire du travail des femmes”, La Découverte, coll. Repères, Paris

2Qui sont donc ces ouvrières ? Quel travail font-elles ? Que deviennent-elles en vieillissant ? Ont-elles des revendications spécifiques ou partagent-elles au contraire celles de l’ensemble de la classe ouvrière ? Telles sont les questions que nous voudrions traiter ici.

3Pour ce faire, nous devrons aller à contre-courant de la majeure partie des travaux portant sur “la classe ouvrière”. En effet, ils reposent trop souvent sur le postulat selon lequel cette classe serait une et indivisible et les variables de sexe (entendez : le fait d’être femme) n’introduiraient jamais que des modifications mineures n’altérant en rien le grand modèle dominant. Pour notre part, nous pensons au contraire qu’à l’intérieur même de la classe ouvrière, le fait d’être homme ou femme n’est pas indifférent : non seulement les situations sont différentes mais il y a de surcroît une manière homme et une manière femme d’être ouvrier.

  • 1 Selon l’ONU, les femmes occupent le tiers des emplois dans le monde, mais font les deux tiers du tr (...)

4Certes, le mouvement féministe a fortement ébranlé le discours unificateur des sciences sociales : de nombreuses études sont consacrées aux femmes, le travail domestique et plus largement le travail reproductif, sont désormais reconnus comme donnée économique à part entière et comme fondement théorique du statut des femmes dans la société1, on connaît maintenant relativement bien les discriminations dont sont victimes les travailleuses, tout comme on commence à mettre en relation les nombreux paramètres attachés à l’activité féminine.

5Mais là encore, ces approches sont trop souvent faussées par le postulat selon lequel la variable “femmes” aurait une valeur explicative universelle. Car si cette variable permet de mettre en évidence de grandes régularités sociales (la discrimination salariale pour ne prendre qu’un seul exemple), elle est inopérante pour rendre compte de la diversité des conditions féminines. Or, si le terme “classes sociales” revient fréquemment dans ces travaux, il n’est utilisé que pour signifier des différences entre “catégories”, des inégalités, et non pas des rapports sociaux, des rapports de classe Du même coup ; l’exploitation tout à fait particulière que subit la force de travail féminine est délaissée au profit des seuls phénomènes de discrimination et de domination.

6Quant à nous, sous l’ouvrière, nous ne rechercherons ni l’ouvrier, ni la femme (ces identités, elles les vivent d’ailleurs souvent comme un double destin – destin de classe, destin de femme – qui enclot dans des limites bien étroites l’exercice de leur liberté individuelle et collective). Mais nous partirons de ce double rapport social – rapport d’exploitation, rapport de domination – qui, assigne aux ouvrières une place toute particulière tant au sein même de leur classe sociale qu’au sein du groupe des femmes.

7[…]

8Si l’histoire, l’économie et les statistiques sont des outils pertinents pour donner une photographie des situations des ouvrières à un moment daté dans le temps, la situation est toute différente dès lors que l’on veut suivre ces femmes sur une longue durée : c’est qu’elles travaillent rarement toute leur vie en usine. Bien au contraire, elles vont et viennent de l’activité à l’inactivité, passent du secondaire au tertiaire et occupent des emplois, dont la double caractéristique est d’être très différents les uns des autres mais toujours déqualifiés et sous-payés : ouvrières, employées de commerce, emplois déqualifiés du tertiaire, femmes de ménage, nourrices, etc.

9Parler des ouvrières suppose donc que l’on fasse sans cesse référence, implicitement ou explicitement, à cette situation Ce qui élargit considérablement notre propos : les 1 700 000 ouvrières actuelles ne représentent qu’une partie de celles qui l’ont été ou le seront au cours de leur vie ; du même coup, des problèmes qui ne touchent que peu les actuelles ouvrières de production (le travail à temps partiel par exemple) doivent cependant être traités car ils concernent au premier chef celles que nombre d’entre elles deviendront dans quelques années.

10Ne pas prendre centralement en compte dans l’analyse une donnée aussi structurelle de la condition de ces femmes serait risquer de passer à côté de ce qui fait l’originalité même de la condition ouvrière féminine : l’évolution que subit celle-ci, pour chaque femme donnée, tout au cours de sa vie.

11De plus, ce va-et-vient dans et hors le marché du travail ne peut que marquer profondément les pratiques revendicatives des ouvrières, scander la genèse et les modalités de leur conscience de classe qui ne peut, en tout état de cause, être assimilable à celle des hommes.

12[…]

La mise au travail industriel des femmes

13C’est en fait dès la fin du XVIIIe siècle, c’est-à-dire bien avant l’extension massive du machinisme, et par le truchement des manufactures et du travail à domicile, que se développe largement le travail des femmes et des enfants. Dès 1850, la France compte 450 000 ouvrières dans le textile, industrie la plus puissante de l’époque : ouvrières de la soie, du coton, de la laine, du lin… Mais elles sont nombreuses aussi dans la porcelaine, les tabacs, les papeteries, les briqueteries, les fabriques de chaussures, dans la métallurgie et même dans les mines. En 1866, elles sont près de 1 300 000, dont 600 000 dans le travail des étoffes.

14Durant toute cette période, le recours à la main-d’œuvre féminine se fait de plus en plus massivement mais s’exerce pour la plus large part dans le cadre traditionnel de la famille patriarcale, alors unité de production et de reproduction ; l’exode rural n’est pas réellement commencé et peu de grands centres industriels existent (ce qui différencie profondément la France de sa voisine anglaise)

  • 2 C’est en avril 1916 que fut créé un Comité du Travail Féminin chargé de recruter les ouvrières, de (...)

15II faut attendre en fait la grande crise de 1880 pour voir la mise en place des nouvelles modalités de la mise au travail des femmes. On sait que cette période marque le tournant décisif dans le mode d’industrialisation : avec la reprise économique (1890-1895), le machinisme se développe intensivement, les implantations industrielles urbaines se multiplient tandis que s’amorce la “désertification des campagnes”. Pour vendre sa force de travail, il faut aller travailler dans les fabriques : la famille perd sa fonction productive pour ne garder que sa fonction reproductive. Il y a séparation dans l’espace des lieux de production et de reproduction tandis que la division sexuelle du travail se cristallise : à l’homme le seul travail productif, à la femme, le seul travail reproductif ; le statut de celle-ci se réduit à celui d’épouse et de mère, son rôle à une prestation de services pour les membres de sa famille. Comme l’écrivait Engels, “la femme devint une première servante, elle fut écartée de la participation à la production sociale”2.

16Les modalités de la mise au travail des femmes sont ainsi bouleversées : ce sont les jeunes filles et les très jeunes femmes qui travaillent comme ouvrières à l’extérieur de la famille ; le travail à domicile, dans les secteurs où il est encore existant, n’est plus le fait que des seules femmes.

17A cette transformation du mode d’industrialisation correspond une transformation de l’emploi féminin. Car les chiffres ne doivent pas faire illusion : si en 1906, les femmes sont plus de deux millions à travailler dans l’industrie et représentent un peu plus du tiers de la population ouvrière, il ne s’agit pas pour autant d’une progression linéaire. En même temps que la mise au travail des femmes prend sa forme définitive, s’amorcent les grands mouvements qui structureront ultérieurement le marché de l’emploi féminin : déclin des services domestiques et – déjà ! – montée du tertiaire (commerces et banques) ; sur 100 femmes actives en 1906, 17 travaillaient dans les professions commerciales et 17 dans les services domestiques, contre respectivement 8 et 37 en 1866.

18L’évolution est tout aussi profonde dans le seul secteur industriel : si l’emploi féminin dans le textile n’augmente que faiblement et baisse même dans les mines et la métallurgie, il est par contre en nette augmentation dans les industries chimiques et les industries des métaux.

19Mais c’est la guerre de 1914 qui marqua le tournant décisif dans les modes d’exploitation de la force de travail féminin dans l’industrie. D’abord en faisant un appel sans précédent à la main-d’œuvre féminine ; les femmes, elles aussi, furent bien “mobilisées “puisque durant cette période, elles ont représenté jusqu’à 42 % de la population industrielle de certains secteurs. Mais surtout, en les faisant entrer dans des branches où elles n’avaient pas, ou peu, accès précédemment, et à des postes de travail pour lesquels elles n’avaient pas la formation requise. Du coup, le procès de travail va être réorganisé.

  • 3 De grandes grèves ont été menées dès 1916, et particulièrement au printemps 1917, par les femmes po (...)

20“Peu touchée jusque-là par le courant de rationalisation qui s’est déjà manifesté aux Etats-Unis, c’est au cours de la guerre de 1914-18 que l’industrie française est amenée, pour s’adapter à une main-d’œuvre nouvelle et à une production d’un genre nouveau, à envisager une transformation de ses méthodes de fabrication”3 : mécanisation accentuée, standardisation et parcellisation des tâches. Mais aussi, mise et place et systématisation de la division sexuelle du travail, tâches qualifiées et postes de commandement étant réservés aux hommes. Et, effet en retour de cette nouvelle organisation du travail, le patronat découvre les qualités de la main-d’œuvre féminine, et leur adaptation “naturelle” aux tâches non qualifiées, c’est-à-dire simples et répétitives.

21Que dès 1920, le nombre d’ouvrières soit redevenu sensiblement le même qu’en 1906 ne change rien à l’affaire. Car alors la division sexuelle du travail est totalement opérée : division sexuelle stricte entre travail productif et travail reproductif, division sexuelle par branches et secteurs d’activité, division sexuelle par postes de travail.

22Bien évidemment, l’écart des salaires masculins/féminins qui avait été comblé partiellement durant la guerre va en se creusant de nouveau dès la fin des hostilités. Le seul acquis des femmes durant cette période aura été celui de la syndicalisation : en 1920, les ouvrières représentent 15 % des effectifs syndiqués contre 8,7 % en 1914.

23La période de l’entre-deux-guerres malgré la crise des années 30 ne voit guère de grands changements en ce qui concerne le travail des femmes : la population active féminine est relativement stable tandis que sa structure interne continue à se modifier dans le sens amorcé dès la fin du XIXe siècle : le secteur tertiaire va en s’accroissant (mais sa féminisation était achevée dès 1921) ; les effectifs féminins dans l’industrie stagnent ou même régressent (une femme sur quatre actives environ y travaille), mais cela recouvre des mouvements contradictoires : fléchissement dans les industries traditionnellement féminines, montée dans d’autres comme les métaux et l’alimentation.

24Cette évolution lente se poursuit en fait jusqu’après la seconde guerre mondiale puisqu’il faut attendre les années 60 pour observer un nouvel appel spécifique à la main-d’œuvre féminine : dans le tertiaire bien sûr, mais également dans le secondaire : la régression des effectifs féminins se ralentit, puis s’arrête entre 1968 et 1975 grâce aux industries nouvelles (industries électriques et électroniques par exemple) et à celles en expansion (comme les industries agroalimentaires) ; les femmes entrent dans des secteurs masculins (automobile, matériaux de construction, travail des métaux, industries mécaniques, industries chimiques et caoutchouc) tandis que le déclin des secteurs traditionnels s’accentue (textiles, confection, cuirs et peaux).

25Deux mouvements concourent à cette mobilisation des femmes dans l’industrie :

  • l’intensification de la mécanisation, le développement de l’automation, qui transforment le procès de travail des industries de série, grandes consommatrices de main-d’œuvre, et permettent donc le recours à de nouvelles catégories de main-d’œuvre, non qualifiées ;

  • la politique de déconcentration des entreprises qui tend à séparer géographiquement les usines de montage des ateliers et services de conception ; ces derniers restent le fait d’une main-d’œuvre très qualifiée urbanisée, tandis que les chaînes de montage s’implantent en province dans des régions où le patronat sait pouvoir trouver une main-d’œuvre abondante, bon marché, et qui accepte, tout au moins dans un premier temps, des tâches et des rythmes de travail que le prolétariat masculin et organisé des grandes cités urbaines n’acceptait plus.

26Parallèlement, il faut noter durant cette période un très fort mouvement de salarisation. Qu’on en juge : 59 % des femmes actives étaient salariées en 1954, 68,5 % en 1962, 74,6 % en 1968 et 84,1 % en 1975 ! A cette date, et pour la première fois, les femmes sont proportionnellement plus souvent salariées que les hommes (81,8 % des actifs).

27Cette rapide présentation historique permet d’ores et déjà de mettre en évidence les dimensions structurantes de l’emploi féminin :

  • non seulement l’entrée des femmes dans la production ne date pas d’hier mais le nouveau rapport de production mis en place par le capitalisme au XIXe siècle se fit largement à partir des femmes (et des enfants) ;

  • l’entrée des femmes sur le marché du travail et plus particulièrement dans l’industrie ne s’est pas faite de façon linéaire : il n’est pas possible de raisonner sur “le travail des femmes” sans le rapporter très précisément à une période historique donnée, c’est-à-dire à 1’état des forces productives, à l’évolution technologique, à la mutation des procès de travail et à la situation économique ;

    • 4 On peut d’ailleurs noter que :
      - les emplois féminins sont souvent une prolongation des rôles domest (...)

    les femmes n’entrent pas dans le travail industriel de la même façon que les hommes : dès le tout début de l’industrialisation, elles n’y travaillent ni dans les mêmes branches, ni, en tout cas, aux mêmes postes et avec les mêmes salaires ; il n’y a pas simple substitution de main-d’œuvre, les femmes remplaçant les hommes selon les aléas de la conjoncture économique ; – la famille, le travail domestique ne sont pas réductibles à des survivances archaïques mais sont la pierre angulaire de la mise au travail différenciée des hommes et des femmes, tant dans le temps que dans l’espace4.

28La division sexuelle du travail est une dimension intégrante du mode de production, elle ne lui est pas extérieure, même si elle existait antérieurement au capitalisme. Elle doit donc être prise en compte dans toute analyse de la constitution de la classe ouvrière. Non par souci humanitaire mais parce que les mouvements de mobilisation/démobilisation des femmes sur le marché du travail font partie intégrante du mouvement de valorisation du capital et ne sont pas simplement ceux d’une armée de réserve indifférenciée (femmes, immigrés, ex-agriculteurs) que l’on fait entrer et sortir du marché du travail au gré des aléas, même si l’insertion des femmes dans celui-ci reste toujours limitée, quelle que soit la période historique considérée.

  • 5 L’utilisation du terme “patriarcat” ne doit pas prêter à confusion. Nous ne voulons pas dire par là (...)

29Comme elle a été une condition nécessaire de l’établissement du mode de production capitaliste, la division sexuelle du travail l’est toujours de sa survie. Capitalisme et patriarcat5 ne sont pas autonomisables : le capitalisme a su changer les modalités de l’oppression des femmes pour utiliser au mieux de ses intérêts leur force de travail ; le patriarcat a donné au capitalisme la possibilité de différencier et de hiérarchiser la force de travail.

30Puisque, à la différence de la force de travail masculine, sphère productive et sphère reproductive ne sont pas disjoignables, il n’est pas possible d’aborder les problèmes sans poser, simultanément, celui de leur place dans la famille. Tous les débats sur le travail féminin en témoignent d’ailleurs largement.

31[…]

“Les femmes qui relèvent leurs cheveux”
En Chine du Sud, dans le district Sun Tak de la province de Kwangtung, les jeunes filles rejoignirent le mouvement appelé “les filles qui ne veulent pas de famille (the girls who do not go to the family)” pour protester contre le mariage traditionnel. La plupart de ces jeunes filles travaillaient dans les industries de la soie et étaient indépendantes économiquement parlant. La pression pour qu’elles se marient était si forte que beaucoup d’entre elles devinrent des “femmes qui relèvent leurs cheveux”, c’est-à-dire qu’elles les coiffaient en chignon comme le font les femmes mariées. Lors d’une cérémonie, elles invitaient leurs amis et relations à une “fête de mariage” pour annoncer qu’elles étaient “comme mariées” et que par conséquent on ne pouvait plus les forcer à se marier réellement. Beaucoup de ces jeunes filles devaient payer une forte compensation à la famille du soi-disant mari, étant donné que nombre d’entre elles avaient été promises en mariage dès leur très jeune âge. Malgré cette compensation, la famille créait des ennuis à la jeune fille, surtout si elle restait travailler dans le même district ; en effet, le rejet du mariage était une grande honte pour le garçon et sa famille. C’est ainsi qu’à partir de 1933, lorsque la migration féminine fut encouragée pour la Malaisie et Singapour, des bateaux entièrement chargés de femmes cantonaises s’y rendirent, la plupart venant des districts de Sun Tak et de Dun Kwan. Entre 1934 et 1938, 190 000 femmes chinoises avaient émigré. A Singapour, beaucoup de ces femmes travaillèrent comme domestiques, s’organisant en associations et ne se marièrent pas.
[…]
In : Noeleen Heyzer, 1981, “Women Subsistence and the Informal Sector : Towards a Framework of Analysis”, Discussion Paper, IDS Sussex.
Traduit par Jeanne Bisilliat.

Notes

1 Selon l’ONU, les femmes occupent le tiers des emplois dans le monde, mais font les deux tiers du travail réellement effectué.

2 C’est en avril 1916 que fut créé un Comité du Travail Féminin chargé de recruter les ouvrières, de les acheminer vers les usines d’armement et d’organiser leur hébergement.

3 De grandes grèves ont été menées dès 1916, et particulièrement au printemps 1917, par les femmes pour les salaires et la réduction du temps hebdomadaire de travail.

4 On peut d’ailleurs noter que :
- les emplois féminins sont souvent une prolongation des rôles domestiques : services, industries agroalimentaires, confection … ;
- les tâches féminines salariées, ressemblent par bien des aspects aux tâches domestiques (nous aurons l’occasion d’y revenir) ;
- plus le travail salarié ressemble au travail domestique, par exemple faire le ménage, et plus il est dévalorisé, moins il est payé.

5 L’utilisation du terme “patriarcat” ne doit pas prêter à confusion. Nous ne voulons pas dire par là que la famille est restée inchangée au cours de l’histoire, ou que domination des femmes par les hommes est assimilable à un retard des mentalités. Au contraire, si nous utilisons – faute de mieux – ce terme, c’est pour signifier que les rapports de domination entre hommes et femmes peuvent et doivent faire l’objet d’une analyse matérialiste.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable