Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

4. Le travail dans le monde rural

Dix ans d’irruption des sciences humaines dans le domaine du travail des paysannes

Andrée Michel

Note de l’éditeur

In : La sortie du travail invisible : les femmes dans l’économie, Revue Tiers Monde, tome XXVI, n° 102, avril-juin 1985, p. 161-273 (extraits)

Texte intégral

  • 1 Jacqueline Feldman, Le savant et la sage-femme, Impact, Paris, Unesco, vol. 25, n° 1, 1975

1Au cours des dix dernières années qui ont constitué la décennie de la Femme déclarée par l’ONU, les recherches entreprises en sciences humaines ont permis de donner une certaine visibilité au travail des femmes paysannes, jusqu’ici ignorées, sous-estimées ou encore masquées sous le concept d’“aides familiales”, ou de “femmes au foyer”. Cette sous-estimation, cette invisibilité étaient particulièrement choquantes dans les statistiques de population active aussi bien de chaque pays que des organisations internationales et, d’une façon générale, dans les indicateurs de la science économique. C’est que la statistique comme la science économique se sont constituées à partir d’une rationalité qui, loin d’être universelle, épousait les postulats les plus ancrés d’une classe dominante qui, pour des raisons que l’on exposera ci-dessous, avait réussi à occulter le travail des femmes mariées, urbaines d’abord, paysannes ensuite. “La rationalité est avant tout le privilège de ceux qui détiennent le pouvoir”1. Il s’ensuivait qu’un discours dominant consistant à déclarer “femmes au foyer” ou “inactives” des paysannes qui dépensaient dix à quinze heures par jour à travailler dans les champs, autour ou dans la maison, tenait lieu d’évidence au lieu de faire l’objet d’une interrogation ou d’une problématique. […]

La souffrance au travail
[…]
La perspective ouverte par Hannah Arend sur la banalisation du mal trouve a posteriori un écho puissant dans la question qui est à l’origine du présent essai, à savoir : d’un côté l’indifférence et la tolérance croissante, dans la société néo-libérale, au malheur et à la souffrance d’une partie de notre population ; de l’autre côté, la reprise par la grande majorité de nos concitoyens des stéréotypes sur la guerre économique et la guerre des entreprises, incitant à attribuer le mal à la “causalité du destin” ; enfin, l’absence d’indignation et de réaction collective face à l’injustice d’une société dont la richesse ne cesse de s’accroître cependant que la paupérisation gagne simultanément une part croissante de la population.
In : Christophe Desjours, 1998, Souffrance en France : la banalisation de l’injustice sociale, Editions du Seuil, Paris.

L’apport des recherches historiques sur l’origine de l’invisibilité du travail des paysannes

  • 2 Cette théorie a été démontrée par plusieurs auteurs, notamment par l’anthropologue américaine Elean (...)

2L’histoire de la famille européenne et de la colonisation apprend comment s’est imposé au cours des siècles un modèle juridique et sociologique de la famille conjugale dans laquelle le mari est le “chef de famille” et le gagne-pain tandis que l’épouse, subordonnée au mari et cantonnée officiellement dans les tâches domestiques et l’éducation des enfants, est censée ne pas travailler, même si par ailleurs elle contribue par sa production non marchande à la survie ou au confort de la famille. Certes, de tout temps, une division sociale du travail entre les sexes au sein du couple et de la société a existé dans les cultures pré-capitalistes mais celle-ci n’engendrait pas nécessairement une inégalité économique aux dépens des femmes puisque les deux conjoints contribuaient dans des domaines différents à la survie du groupe domestique, même si l’épouse avait parfois un statut social inférieur à celui du mari2.

3L’historien(ne) a donc été amené à s’interroger sur l’origine d’une inégalité économique fondamentale entre les sexes et sur son extension aux pays du Tiers Monde. Aussi loin qu’il est possible de cerner cette inégalité en Europe, on constate qu’elle est contemporaine de l’avènement du capitalisme commercial dans ce continent. Deux changements se produisent en effet qui hâtent l’avènement de ce modèle de famille où une division du travail entre les sexes génère l’invisibilité du travail des femmes, c’est-à-dire leur exploitation et l’appropriation de ce travail par le mari :

4– En premier lieu, se développent la fortune mobilière et la monnaie dans la classe des marchands des villes, qui permettent plus facilement que la propriété immobilière et la propriété privée soient au profit du mari. En effet, dans les grandes familles féodales, l’indivision de la terre permettait aussi bien aux femmes qu’aux hommes d’administrer et de gérer les grands domaines fonciers. C’est parce que le mari commerçant utilise la monnaie comme instrument de l’échange et de la multiplication de la fortune du foyer qu’il peut plus facilement devenir le propriétaire de celle-ci aux dépens de son épouse même si celle-ci se transforme en “aide domestique” travaillant à temps plein dans l’arrière-boutique de l’échoppe ou de l’atelier artisanal. D’où la tentation pour le légiste bourgeois de faire des femmes des mineures perpétuelles, ayant perdu tout droit dans l’administration d’abord des biens communs du ménage, ensuite de leurs biens propres. La bourgeoisie a mis des siècles à perfectionner son instrument juridique (le Code Napoléon de 1805), frappant les femmes mariées d’incapacité juridique puisque l’économie monétaire rendait “invisible” leur travail d’aide domestique du mari.

  • 3 Pierre Petot, in Sociologie comparée de la famille contemporaine, Paris, CNRS, 1956

5– En second lieu, l’Etat national naissant a compris très vite l’intérêt d’un modèle familial où le mari étant le “chef”, l’administrateur des biens communs du ménage et le gagne-pain officiel de la famille, une hiérarchie sociale s’établissait dans la famille entre les générations et les sexes qui fournissait un modèle à la hiérarchie de l’Etat sur le citoyen3. Ainsi le modèle de la famille conjugale bourgeoise devenait l’instance médiatrice qui garantissait l’ordre hiérarchique dans la société. En outre, il était plus aisé pour l’Etat monarchique de lever des impôts sur un groupe social ayant un chef à sa tête, qui devenait ainsi le seul responsable de l’impôt vis-à-vis de l’Etat. Le Code Napoléon de 1805 que de nombreux pays dans le monde ont adopté ou adapté (Europe du Sud, Amérique latine, Louisiane, Afrique noire, etc.) est la phase ultime d’institutionnalisation dans la loi civile de ce modèle familial bourgeois dont l’origine remonte dès le XIVème siècle.

6Le statut des femmes n’est donc pas indépendant des rapports sociaux de production, eux-mêmes liés aux modes de production. L’histoire de l’introduction du modèle familial occidental dans les pays du Tiers-Monde ayant subi la colonisation européenne dans le passé ou soumis aujourd’hui à la prégnance de ce modèle révèle que sa généralisation aux sociétés du Tiers-Monde ne fut pas l’effet du hasard mais la conséquence des pratiques volontaristes aussi bien des premiers colonisateurs que des Etats nationaux et aujourd’hui des sociétés multinationales.

  • 4 Comme l’a montré par exemple Cheywa Sprindel pour la culture du café au Brésil dans Capital, famili (...)

7Ainsi pour l’Etat capitaliste ou le grand propriétaire foncier du Brésil, imposer ce modèle d’abord aux familles d’immigrants4, ensuite aux autochtones, par la subordination juridique et économique de l’épouse au mari, en déclarant “femmes au foyer” des épouses travaillant gratuitement sur les plantations avec leurs maris ou contribuant à reproduire la force de travail de ces derniers par leurs productions domestiques autoconsommés, était le meilleur moyen de rendre invisible cette “accumulation primitive” de temps de travail non payé des femmes favorisant l’accumulation capitaliste tirée du travail salarié ou rémunéré des maris. […]

Rôle de l’invisibilité du travail des paysannes dans la survivance d’un mode de production non capitaliste dans la famille et dans le maintien des inégalités de sexe

  • 5 Christine Delphy, L’ennemi principal, Partisans, juillet-octobre 1970, n° 54-55

8Christine Delphy a montré de façon rigoureuse comment dans le modèle familial dominant, entériné par la science économique qui transforme les femmes en “femmes au foyer”, le statut d’épouse permettait de masquer un mode de production de valeurs d’usage, produit par la femme au profit du mari. Ainsi le lien marital permet d’occulter le lien de servage de l’épouse au mari selon “un mode de production domestique patriarcal” qui existe encore de nos jours parallèlement au mode de production marchand5. En d’autres temps, de même que le contrat libre de travail entre l’entrepreneur du XIXème siècle et le salarié permettait de masquer l’exploitation du second par le premier, le “contrat libre” du mariage permet de masquer la relation de servage au sein du couple qui existe encore dans la prestation de services effectués gratuitement par l’épouse au profit du mari et du groupe familial.

Rôle de l’invisibilité du travail des paysannes dans l’accumulation capitaliste

  • 6 A. Gunder Frank, Sur l’accumulation qu’on appelle primitive, L’Homme et la Société, Paris, 1976, n° (...)

9Ce sont également des chercheuses en sciences humaines (sociologie, anthropologie, etc.) qui ont utilisé les concepts de l’économie politique, pour montrer la contribution des productions “invisibles” des femmes à l’accumulation capitaliste. Il existe en effet à côté de cette dernière “une accumulation primitive” qui résulte de la production de valeurs d’usage dans la société contemporaine et de leur articulation à la production de valeurs marchandes. C’est ce que souligne A. Gunder Frank très clairement : “Si la production capitaliste est une production de valeurs d’échange, elle implique également la circulation ou l’échange de valeurs d’usage… La réalisation du capital par le moyen de l’échange entre valeurs d’usage et valeurs d’échange au cours du procès de circulation constitue elle aussi une partie du procès de production et d’accumulation capitaliste et devrait être essentielle dans la définition ou le critère de ce procès”6.

  • 7 Isabel Larguia et John Dumoulin, Hacia una ciencia de la liberacition qu’on app, La Havane, Casa de (...)

10C’est ce que montraient déjà en 1971, Isabel Larguia et John Dumoulin qui soutenaient que les millions d’heures de travail invisible des “femmes au foyer” qui servent directement à reproduire la force de travail du mari et des enfants, sont indirectement transférées dans la création de la plus-value7.

  • 8 A. K. H. Weinrich, La situation de la femme au Zimbabwe avant l’Indépendance, Paris, Unesco, 1981, (...)

11Au Zimbabwe, une recherche d’anthropologie conduite par A. K. Weinrich aboutit aux mêmes conclusions : Si, dans l’ensemble, les femmes sont restées à l’arrière-plan du développement capitaliste de la Rhodésie du Sud, c’est pourtant leur apport qui a permis ce développement. En effet si elles n’avaient pas libéré leurs maris des travaux agricoles, et si elles ne s’étaient pas chargées de faire vivre leur famille à la campagne, et de compléter le maigre salaire du chef de famille, l’accumulation du capital aurait été beaucoup plus lente8.

  • 9 Philippe Rey, Le transfert du surtravail de la paysannerie vers le capitalisme, L’homme et la Socié (...)
  • 10 Samir Amin, La structure de classe du système impérialiste contemporain, L’homme et la Société, 197 (...)

12Enfin, Philippe Rey a montré qu’à côté de l’extorsion de la plus-value qui résulte de la loi de la valeur appliquée à la production de valeurs marchandes, il existe une autre extorsion dans le secteur de la production non marchande : celle du surtravail résultant de l’échange inégal de temps de travail contre temps de travail. C’est par le mécanisme de fixation des prix des salaires des ouvriers accordés par le capital ou la bourgeoisie dominante dans les pays du Tiers-Monde que se fait cette seconde exploitation du travail par le capital. D’après Rey, les salaires payés à ces ouvriers sont inférieurs de 20 à 30 % au coût de la valeur de la reproduction de leur force de travail9. Et cela est possible, d’après Samir Amin, car “en même temps que chacun de ses ouvriers, le capital exploite simultanément dix paysans qui fournissent le surplus agricole nécessaire à la reproduction de la force de travail de cet ouvrier”10.

  • 11 Andrée Michel, Multinationales et inégalités de classe et de sexe, Current Sociology, vol. 31, n° 1 (...)
  • 12 Andrée Michel, Les productrices invisibles, l’emploi et les besoins essentiels, in AMPS, Quel monde (...)

13Les recherches sociologiques sur les paysannes entreprises à partir de données collectées en Amérique latine11 ont permis de vérifier cette thèse mais d’y ajouter que “ces dix paysans sont en fait des paysannes dont le temps de travail non payé est investi dans les productions vivrières qui permettent la reproduction quasi gratuite de la force de travail des hommes, ouvriers des plantations ou des industries. Cela permet aux multinationales et à la bourgeoisie compradores de les payer à bas prix”12. Autrement dit, à l’extorsion de plus-value, effectuée principalement à partir de la production marchande des hommes du Tiers monde, s’ajoute, dans le secteur non marchand, une extorsion de surtravail (temps de travail) par le capital aux dépens des femmes paysannes. […]

[…]
Paola Tabet (1979) a été l’une des rares chercheuses à interroger le lien hommes/femmes/techniques en puisant dans l’anthropologie des éléments pour comprendre l’affirmation réitérée de l’extériorité des femmes aux techniques. Ce travail sur les imaginaires sociaux ou la longue durée des formes symboliques et matérielles de la domination a été notamment poursuivi par Michelle Perrot dans son article “Femmes et machinisme au XIXe siècle” (1983).
L’audace de Paola Tabet est de formuler l’hypothèse suivant laquelle le contrôle des outils et des armes (c’est-à-dire des techniques) est très inégalement réparti dans la plupart des sociétés. Elle parle d’un sous-équipement technologique des femmes et d’un “gap” entre les deux sexes qui déterminent une capacité inégale à élargir l’emprise sur le réel. Elle insiste sur la valorisation, par l’héroïsation, de la réalisation de nombre de tâches masculines. Il semble, par la fonction de reproduction, que les femmes soient aux hommes ce que la technique est aux hommes : un outil, une emprise possible.
[…] Une partie de la sociologie et de l’histoire des techniques actuelles reprend cette idée d’une mâle dominance assise sur une maîtrise des artefacts actuels.
In : Chantal Rogerat et Marie-Hélène Zylberberg-Hocquard, 2000, “Techniques et genre”, Dictionnaire critique du féminisme, Sous la coordination de Héléna Hirata, Françoise Laborit, Hélène Le Doaré, Danièle Senotier, PUF, Paris

Notes

1 Jacqueline Feldman, Le savant et la sage-femme, Impact, Paris, Unesco, vol. 25, n° 1, 1975

2 Cette théorie a été démontrée par plusieurs auteurs, notamment par l’anthropologue américaine Eleanor Leacock. Voir Ideologies of male dominance as divide and rule politics : An anthropologist’s view, in Marian Lowee et Ruth Hubbard (éd.), Woman’s Nature, Londres, Pergamon Press (The Athens series), 1983, 155 p.

3 Pierre Petot, in Sociologie comparée de la famille contemporaine, Paris, CNRS, 1956

4 Comme l’a montré par exemple Cheywa Sprindel pour la culture du café au Brésil dans Capital, familia y mujer. La evolucion de la produccion rural de base familia, un caso en Bresil, in Magdalena de Leon (éd.), Las Trabajadoras del agro, Bogota (Colombie), ACEP, t. 2, 1982

5 Christine Delphy, L’ennemi principal, Partisans, juillet-octobre 1970, n° 54-55

6 A. Gunder Frank, Sur l’accumulation qu’on appelle primitive, L’Homme et la Société, Paris, 1976, n° 39-40

7 Isabel Larguia et John Dumoulin, Hacia una ciencia de la liberacition qu’on app, La Havane, Casa de Las America, 1971, IX, pp. 65-66

8 A. K. H. Weinrich, La situation de la femme au Zimbabwe avant l’Indépendance, Paris, Unesco, 1981, p. 24

9 Philippe Rey, Le transfert du surtravail de la paysannerie vers le capitalisme, L’homme et la Société, 1977, n° 45-46

10 Samir Amin, La structure de classe du système impérialiste contemporain, L’homme et la Société, 1977, n° 45-46

11 Andrée Michel, Multinationales et inégalités de classe et de sexe, Current Sociology, vol. 31, n° 1, Spring 1983

12 Andrée Michel, Les productrices invisibles, l’emploi et les besoins essentiels, in AMPS, Quel monde pour demain ? Genève, 1981

Auteur

Directeur de recherche au CNRS, France.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable