Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

3. Division sexuelle du travail : ses diverses implications

La participation des femmes aux coopératives mixtes : temps et idéologie

Jeanne Bisilliat

Note de l’éditeur

In : «La sortie des femmes du travail invisible : les femmes dans l’économie - Revue Tiers Monde, tome XXVI, n° 102, avril-juin 1985, 409-417 (extraits)

Texte intégral

1Depuis quelques années, un débat s’est instauré sur la question suivante : quel type de coopérative – mixte ou féminine – est le plus pertinent pour les femmes du Tiers-Monde, le mieux adapté à leurs besoins et à leur situation ?

2Nous voudrions ici esquisser une analyse des deux principaux facteurs qui nous semblent rendre compte de l’ambiguïté fondamentale qui fonde la volonté de voir les femmes participer aux coopératives mixtes : le temps et l’idéologie.

3Une coopérative est, en soi, un projet qui se déroule dans un temps linéaire ou, plus exactement, dans une série de différents temps linéaires : celui de la ou des récoltes au cours de l’année, celui des investissements pour les moyens de production, à court terme, ou pour la communauté, à moyen et long terme (infrastructures, formation, etc.). Il s’agit ici d’un temps organisé, structuré sur des modèles et un calendrier plus ou moins rigides. Cela implique donc une forme de capitalisation, d’appropriation du temps sous des modalités diverses, bref d’un présent et d’un futur maîtrisable par la volonté et l’effort collectif.

4En regard de cela, le temps féminin – toutes les études le démontrent amplement – est un temps morcelé, éparpillé par les contraintes multiples relevant de l’ordre de la reproduction comme de la production auxquelles les femmes doivent faire face Elles sont d’excellentes gestionnaires du quotidien, capables de faire plusieurs choses à la fois, de programmer leurs nombreuses activités tout au long de la journée, de la semaine et du mois. Il s’agit donc ici d’un modèle souple, à temps court, qui fonctionne sur une programmation par grappes de nécessités ponctuelles et d’aléas plus ou moins prévisibles.

5Néanmoins, les femmes vivent également un temps long qui prend trois formes principales : celle de la répétition – refaire tout au long de la vie de fillette et de femme les mêmes tâches, celle de la gestation et celle de la projection dans l’avenir de leurs enfants. Mais, on doit le souligner, elles n’ont de maîtrise d’aucune de ces trois formes, soit pour des raisons biologiques – la grossesse leur est imposée - soit pour des raisons culturelles et économiques, la répétition même des tâches les dévalorise et les rend invisibles. Enfin, leur pouvoir de décision relativement faible concernant l’avenir de leurs enfants est encore affaibli par leur pouvoir économique presque nul. Elles ne peuvent que parer au plus urgent.

  • 1 Lecarme Mireille, Femmes dakaroises en quartier flottant : activités mères, épouses, marchandes de (...)

6Cette fragmentation du temps est si consubstantielle aux femmes qu’elle se retrouve à tous les niveaux dont celui de leur système de capitalisation monétaire. Telles ces femmes, marchandes de poisson de Dakar1, écartelées entre deux nécessités aussi impérieuses l’une que l’autre : accumuler, par le biais d’une tontine à rendement élevé mais à rythme de remboursement long, une somme relativement forte leur permettant de faire face aux dépenses importantes (frais de scolarisation, mariage, décès, etc.), mais aussi, disposer de manière immédiate de petites sommes pour l’achat quotidien des denrées nécessaires à la vie familiale (huile, savon, pétrole, etc.). Etant donné l’extrême faiblesse des revenus féminins, cette double obligation se transforme en une contradiction que les femmes ne peuvent résoudre qu’en abandonnant bien souvent le premier système pour le deuxième. En regard de cela, les hommes, eux, ont des rentrées d’argent mieux groupées. Cette différenciation sexuelle de la capitalisation explique, en partie, le fait que les hommes ne sont généralement pas des utilisateurs de tontines et fonde la dépendance économique des femmes.

7La maîtrise d’un temps long suppose pour les femmes une certaine assise économique que la plupart d’entre elles n’ont pas. Cultiver de l’arachide rouge, d’un haut rendement et d’un bon prix, n’est pas possible pour les femmes Mbochi du Congo, car cette variété se récolte et doit être commercialisée en une seule fois, ce qui ne correspond pas à leurs besoins quotidiens de numéraire. On voit comment la contrainte fondamentale du temps-argent à laquelle elles sont soumises oblige les femmes à faire des choix dont la rationalité n’apparaît qu’à ceux qui souhaitent véritablement comprendre le fonctionnement socio-économique d’une unité familiale où le semblable et l’autre – l’homme et la femme – s’opposent et se complètent dans le jeux complexe de la domination et de la dépendance.

8Les hommes, en revanche, peuvent gérer un temps long, ne serait-ce que parce qu’ils perçoivent, nous l’avons vu, en une ou deux fois, des sommes importantes venant de la commercialisation des cultures d’exportation qui sont, ne l’oublions pas, presque toujours produites et commercialisées par des coopératives, mais aussi parce qu’ils sont dans toutes les instances de décision, politiques, économiques, et autres.

9Au-delà de la dénonciation habituelle des budgets-temps si accablants pour les femmes et leur santé, il faut donc considérer la distribution du temps comme un des instruments du pouvoir masculin, comme une des formes les plus efficaces de la perpétuation de la subordination féminine. Quiconque a été sur le terrain ne peut avoir été insensible au refus quasi général des hommes à pouvoir envisager que leurs femmes puissent avoir du temps pour elles, ne serait-ce que pour se reposer. Ce refus explique en partie l’échec des technologies appropriées pour l’allègement des tâches féminines. On a coutume de feindre de croire les raisons données par les hommes lorsqu’ils refusent un moulin, une pompe ou un broyeur, parce que, disent-ils, si leurs femmes étaient libérées des corvées, elles les tromperaient. Cette explication n’est que l’écume culturelle d’une peur beaucoup plus profonde : donner du temps aux femmes, c’est leur donner les moyens d’améliorer leurs revenus et leur formation, c’est accepter en dernière analyse un partage du pouvoir. Il nous semble nécessaire d’établir ici une analogie : les hommes refusent les moulins à mil aux femmes comme ils leur refusent la contraception. La contraception ne donne-t-elle pas en effet aux femmes pouvoir sur leur propre corps parce qu’elle leur permet, entre autres, de maîtriser leur propre temps ?

10Temps quotidien et temps biologique forment ainsi dans l’inconscient culturel et social, un couple dont la force rétrograde est d’autant plus puissante qu’il reste enseveli dans l’obscurité de l’antagonisme mâle-femelle. Nous touchons ici le pivot autour duquel s’articule l’ensemble des refus sociaux, le point central de cette constellation de valeurs culturelles qui permettent à chaque société de placer les femmes dans une situation de dépendance.

11D’autre part, pour “expliquer” l’absence des femmes, bien des observateurs ont évoqué “la timidité” des paysannes à rejoindre les coopératives. Il est évidemment important de comprendre les raisons de leur non-participation : timidité des femmes ? Passivité engendrée par subordination ? Non-perception des occasions due à un manque d’information ? Ou, enfin, indifférence provoquée par l’ascendant, jamais mis en question, des hommes dans les affaires du village ? La timidité – convenant si parfaitement à la notion-prétexte de la pudeur féminine tant utilisée par les hommes – n’est probablement, dans ce cas précis, que le résultat des autres variables, et ne peut, en aucun cas, être retenue comme une explication de l’abstention des femmes. Une raison plus sérieuse, nous semble-t-il, réside en fait dans l’assimilation généralement établie entre les hommes et la société. Cela veut dire que, si la société “active”, “consciente” est partout composée d’hommes, organiser la société ou une partie de la société, comme les paysans à travers les coopératives, équivaut à organiser les hommes, et à concevoir l’appareil juridique des institutions selon ce décalage “naturel” où les femmes ne sont que leurs compagnes, leurs aides, les mères de leurs enfants. Cette dévalorisation est compensée, au plan idéologique, par l’extrême valorisation de la maternité. Cette place centrale dans l’invisibilité est partiellement mise en lumière dans l’ensemble des discours sur la population et de certains programmes mis en œuvre. Dans ces programmes, la femme est conçue avant tout comme un réceptacle passif des contraceptifs.

12On voit comment l’idéologie de l’égalité fondée en fait sur la mise à l’écart, implicite le plus souvent dans l’énoncé, mais inscrite dans les faits de la division sexuelle du travail, ne peut que renforcer la subordination et l’inégalité des femmes dans les coopératives mixtes.

13Mais l’idéologie de l’égalité implique également une égalité du pouvoir de décision de chacun des coopérateurs/trices. Que peut-il en être exactement dans les situations historiques et économiques des pays où les coopératives sont implantées ? Les coopératives ont été créées en premier lieu pour faciliter la commercialisation des cultures marchandes, coton, café, cacao, etc. Ces cultures, on le sait, ont renforcé la plupart du temps, sinon créé, la dépendance des femmes en donnant aux hommes, par le biais de la monétarisation de l’économie et par leur exploitation plus systématique de la force de travail féminine, un surcroît de pouvoir. La coopérative dans cette optique doit donc être vue comme un instrument du pouvoir, local et politique où la prise de décision ne peut, dans les faits, que revenir aux hommes.

14Si notre analyse est juste, il serait donc pour le moins paradoxal que les hommes accordent aux femmes, dans un cadre institutionnel, un pouvoir de décision puisque la négation du travail productif féminin est justement l’élément essentiel de leur position dominante. Cette contradiction structurale ne peut être résolue par la seule vertu d’une conception utopique et mythique – si valable soit-elle – de l’organisation sociale et du changement social.

15Nous aimerions pour conclure poser quelques questions : Pourquoi les groupements de femmes se retrouvent-ils en si grand nombre dans les villes ? Serait-ce parce que l’urbanisation, accompagnant souvent une accentuation des déstructurations de la famille ou de la solidarité conjugale, permet aux femmes de se retrouver plus libres et moins contraintes ? Serait-ce parce que, entre elles, les femmes peuvent plus facilement maîtriser leur temps en construisant un système démocratique où elles ont, enfin, droit à la parole publique même si l’espace public de ce type de groupement reste un espace “cloîtré” à l’intérieur de l’espace social global ?

La pêche, une autre forme de travail où persiste la division des tâches selon le genre
Sur la côte de l’Afrique de l’Ouest, les hommes assurent la production, les femmes commercialisent et transforment le poisson. Sur les plages de débarquement de la Côte de Guinée, à chaque unité de pêche est associée une femme, liée par la parenté avec le propriétaire de pirogue ou les pêcheurs. Elle coordonne la vente du poisson, le répartit entre d’autres femmes, qui le prennent à crédit pour le vendre. Enfin elle remet l’argent réuni au capitaine. La rémunération des femmes varie entre 10 à 20 % du prix de vente. Autre possibilité : le prix étant fixé avec les pêcheurs, le bénéfice revient aux femmes, mais en cas de mévente, elles sont débitrices. La dette peut alors être reportée sur le mari pêcheur, à titre d’avance sur rémunération. Elles passent leur journée à attendre sur la plage le retour des pirogues, soir et matin.
In : Lecarme-Frassy, Mireille. Marchandes 2001, Dakaroises entre maison et marché : approche anthropologique, Paris, l’Harmattan, coll. Etudes Africaines

Notes

1 Lecarme Mireille, Femmes dakaroises en quartier flottant : activités mères, épouses, marchandes de poissons, Rapport de mission, ENDA, avril 1984

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable