Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

3. Division sexuelle du travail : ses diverses implications

Le travail des enfants dans le monde : quelques données chiffrées

Note de l’éditeur

In : Bénédicte Manier, 1999, Le travail des enfants dans le monde, Ed. La Découverte, Paris

Texte intégral

  • 1 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

Afrique : pourcentage d’enfants actifs dans la tranche d’âge 10 - 14 ans1 (en %)

Mali

54 %

Burkina Faso

51 %

Burundi

49 %

Niger

45 %

Ouganda

45 %

Ethiopie

42 %

Kenya

41 %

Tanzanie

39 %

Madagascar

35 %

Sénégal

31 %

Zimbabwe

29 %

Bénin

27 %

Cameroun

25 %

Nigeria

25 %

Côte-d’Ivoire

20 %

Zambie

16 %

Ghana

13 %

Egypte

11 %

Source : Economically Active Population. Estimates and Projections 1950-2010, BIT

  • 2 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

Asie : pourcentage d’enfants actifs dans la tranche d’âge 10-14 ans2

Bhoutan

55 %

Népal

45 %

Bangladesh

30 %

Pakistan

17 %

Thailande

16 %

Inde

14 %

Chine

11 %

Indonésie

9 %

Viet-Nam

9 %

Philippines

8 %

Source : Economically Active Population. Estimates and Projections 1950-2010, BIT

  • 3 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

Amérique latine : pourcentage d’enfants actifs dans la tranche d’âge 10-14 ans3

Haïti

25 %

Brésil

16 %

Guatemala

16 %

Rép. Dominicaine

16 %

Nicaragua

14 %

Bolivie

14 %

Honduras

8 %

Paraguay

7 %

Colombie

6 %

Mexique

6 %

Argentine

4 %

Costa Rica

5 %

Uruguay

2 %

Source : Economically Active Population. Estimates and Projections 1950-2010, BIT

Les âges minimaux au travail dans quelques pays en développement

Pays

Minimum légal de base

Dérogation pour travaux légers

Seuil pour les travaux dangereux

Singapour

12 à 14

12

16 à 18

Bangladesh

12 à 15b

-

16 à 18c

Thailande

13

13 à 15

15 à 18

Népal

14

-

16

Indonésie

14d

-

18

Inde

14

-

18

Mali

14

12

16 à 18

Sénégal

14

12

16 à 18

Côte d’Ivoire

14

12

18

Bénin

14

12

18

Colombie

14

12

18

Guatemala

14

-

18

Salvador

14

-

18

Bolivie

14

-

18

Pakistan

14 à 15e

-

15 à 21

Ghana

15

-

18

Turquie

16

13

-

Kenya

16

-

16

Brésil

16

-

18 à 21a

Chine

16

-

18

Cambodge

16

-

18

a. Travaux souterrains et docks.
b et c. 12 pour les plantations de thé et les magasins, 14 dans les usines, 15 en mer, 16 pour les machines d’usines, 17 dans les industries extractives, 18 pour le travail en mer.
d. Sauf autorisation, et moins de 4 heures par jour.
e. 14 : usines, magasins, pêche. 15 : mines, chemin de fer
Source : Conseil de l’Europe, BIT

Mondialisation égale féminisation de la main d’œuvre mais avec quels résultats
Nombreuses sont aujourd’hui les études empiriques qui permettent d’analyser la manière dont les changements survenus dans les échanges d’un pays y affectent l’emploi. Ainsi, une enquête réalisée entre 1985 et 1990 et couvrant 165 pays conclut que l’ouverture des échanges amène un accroissement de la part des femmes dans l’emploi rémunéré. Une autre analyse, menée à l’échelle des entreprises en Colombie et en Turquie – deux pays où les exportations sont en croissance rapide – montre que les entreprises travaillant à l’exportation emploient davantage de femmes, souvent à des postes nécessitant des qualifications.
Cependant, cette participation accrue à la main-d’œuvre n’est pas toujours synonyme de recul de la discrimination. Ainsi, les ouvriers travaillant de manière informelle en sous-traitance, par exemple dans l’habillement, sont très souvent des femmes. Elles sont mal payées et leurs conditions de travail sont peu enviables. Dans ce secteur, la vivacité de la concurrence internationale se traduit également par une grande volatilité de la charge de travail : il suffit de modifications infimes des coûts ou de la réglementation des échanges pour attirer ou faire fuir les commandes.
La mondialisation est également associée à de nouvelles formes de travail : à domicile, à distance ou à temps partiel. Au Royaume-Uni, la part des actifs travaillant selon une forme atypique est passée de 17 % en 1965 à 40 % en 1991. En 1965, ces formes de travail concernaient 15 % de la population active au Japon, 33 % en République de Corée et 50 % au Mexique, au Pérou et au Sri Lanka. Par ailleurs, la Grèce et au Portugal, les femmes représentent 90 % des travailleurs à domicile. Or, il n’y a pas que du bon dans un tel phénomène : une place dans l’économie formelle est certes conciliable avec les obligations familiales des femmes, mais les emplois qui sont offerts sont souvent précaires et mal payés.
Plus de travail rémunéré ne veut pas dire moins de travail non rémunéré
C’est sur les femmes que pèse la plus grande partie du travail familial non rémunéré : cette habitude sociale est lente à évoluer. Une étude de l’utilisation du temps publiée dans le Rapport mondial sur le développement humain 1995 faisait certes apparaître une tendance générale à un partage plus égal des tâches non rémunérées dans les pays de l’OCDE, tandis que la répartition restait la même dans les pays en développement et s’aggravait au détriment de la population féminine des économies en transition d’Europe de l’Est et de la CEI.
Le Bangladesh peut se targuer d’une des augmentations les plus spectaculaires du pourcentage de femmes participant à la main-d’œuvre : 5 % en 1965, 42 % en 1995. Cette progression a joué un rôle important dans la croissance des exportations, les femmes étant très majoritaires dans le secteur de l’habillement. Pourtant, dans le même temps, elles continuent de consacrer de longues heures à des tâches non rémunérées. Ainsi, une étude portant sur les populations masculine et féminine exerçant des activités de production formelles en milieu urbain montre que les femmes passent en moyenne 31 heures par semaine à réaliser des travaux non rémunérés, à préparer les repas, à s’occuper des enfants, à aller chercher du combustible, de la nourriture ou de l’eau (tableau encadré 3.3). Les hommes, quant à eux, consacrent en moyenne 14 heures à des activités telles que l’entretien du logement. On rencontre peu ou prou les mêmes tendances parmi les travailleurs du secteur informel.
Les femmes d’Europe de l’Est et des pays de la CEI consacrent certes davantage d’heures à un emploi rémunéré que celles de la plupart des autres pays, mais les inégalités n’en demeurent pas moins fortes. Elles ont même tendance à s’aggraver avec les soubresauts économiques que connaît cette région depuis qu’elle est entrée en transition. En Bulgarie, la part des hommes dans le total du travail (rémunéré et non rémunéré) était inférieure de 17 % à celle des femmes en 1988, contre 15 % en 1977. Sur cette période, la charge de travail des femmes s’est accrue dans le travail rémunéré comme dans les tâches non rémunérées : en 1977, pour 100 heures de travaux ménagers effectuées par les femmes, les hommes en effectuaient 52. En 1988, cette proportion était tombée à 48. En République de Moldova, les femmes travaillent en moyenne 73,5 heures par semaine.
Dans les pays de l’OCDE, les hommes contribuent de plus en plus au travail non rémunéré. Cependant, une femme travaillant à plein temps n’en effectue pas moins une grande part de travail non rémunéré. Une femme élevant un enfant peu s’attendre à passer chaque jour 3.3 heures supplémentaires à effectuer des tâches ménagères non rémunérées. C’est sur les femmes mariées occupant un emploi salarié et ayant des enfants de moins de 15 ans que pèse la charge de travail la plus lourde : près de 11 heures par jour.
Temps consacré au travail rémunéré et non rémunéré au Bangladesh, 1995 (en heures par semaine)

Travail

Travailleurs du secteur formel

Travailleurs du secteur informel

Hommes

Femmes

Hommes

Femmes

Non rémunéré

14

31

14

24

Rémunéré

53

56

23

21

Total

67

87

37

45

Source : Zohr, 1998 ; PNUD, 1995 […]
L’économie solidaire, qu’est-ce au juste ?
Les Associations, les SCOP (Sociétés coopératives ouvrières de production), les mutuelles, les Régies de quartier, les entreprises d’insertion, les SELs (Systèmes d’échanges locaux) et maintenant les SCIC (Sociétés coopératives d’intérêt collectif) sont du ressort du nouveau Secrétariat d’Etat à l’Economie solidaire, créé en France en 1999.
Il est difficile de définir ce que recouvre la notion actuelle d’économie solidaire. Je serais tentée de souligner que c’est une économie conduite par des femmes et des hommes conscients de participer à la reproduction socioéconomique de la société, et, à ce titre, attachés à préserver les équilibres tant entre les ressources naturelles et les groupes sociaux qu’au sein de ceux-ci, dans les perspectives de maintien, sinon d’amélioration, de leur bien-être social, culturel et politique.
Aujourd’hui, différents champs bien différents tant dans leur conception que dans leur fonction, sont apparemment intégrés dans le même registre du fait que leur objet commun est de ne pas avoir au programme de faire du profit. Cela signifie ne pas rechercher prioritairement la productivité, mais produire biens et services répondant à un besoin, et n’avoir pas pour objectif de rémunérer les actionnaires. L’économie solidaire s’oppose là à l’économie dominante, économie marchande et économie de marché. Il est vrai que certains secteurs ne sont pas rentables et nécessitent pour se réaliser d’être subventionnés. D’autres produisant du lien social sont effectués de façon bénévole, ou dans des relations de réciprocité, en particulier dans les associations. C’est le cas pour nombre des productions de services - domestiques, et aux personnes - tous relevant des services relationnels. Mais tous les services relationnels ne sont pas concernés.
D’autres services du domaine de l’intendance requièrent de gros investissements que toute la société finance à travers taxes et impôts, mais sont exclues de l’économie solidaire, comme les entreprises de service public transport, eau, routes, etc. nouveau statut de l’économie solidaire vient d’être accepté par le Conseil Constitutionnel : la Société de production d’intérêt collectif (SCIC).
Ne faut-il pas y voir la reconnaissance d’un premier constat : l’entreprenariat est une prise de risque qu’il est possible de partager solidairement et socialement lorsque le produit répond à un besoin partagé par un certain nombre et dont l’absence ferait énormément défaut.
Un autre constat est nécessaire, les sociétés ne fonctionnent que parce qu’elles partagent un certain nombre de choses comme des valeurs, un cadre institutionnel, des structures et qu’elles en échangent d’autres, biens consommables, culture, par exemple. Ceci également participe de l’économie solidaire de la société et la construit, refusant le profit et la concurrence, travaillant sur la construction de complémentarités et de réciprocités.
L’économie solidaire, revalorise les circuits sociaux pour s’y appuyer. Elle ne s’insère pas dans le système économique formalisé, système d’exploitation du travail salarié.
Anne Biquard, 2001, Paris (anthropologue, CNRS)

Notes de fin

1 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

2 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

3 Dans les pays pour lesquels ces estimations sont disponibles

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable