Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

3. Division sexuelle du travail : ses diverses implications

Plus de travail rémunéré ne veut pas dire moins de travail non rémunéré

Note de l’éditeur

In : Rapport mondial sur le développement humain, 1999 Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), De Boeck Université, 1999 (extraits)

Texte intégral

La solidarité et les récompenses du marché

1Le marché ne récompense pratiquement pas la solidarité. La majeure partie de l’aide est non rémunérée et incombe la plupart du temps aux femmes, et parfois aux hommes. Le marché pénalise aussi les individus qui consacrent du temps à ces activités et qui n’en disposent plus alors assez pour investir dans des qualifications en vue d’un travail rémunéré ou pour s’occuper un emploi.

2Les services d’aide sont généralement fournis par le marché, souvent contre une rémunération insuffisante Comment se fait-il que le travail d’aide soit pénalisant pour celui qui l’effectue ? Cela s’explique tout d’abord par la discrimination entre les sexes. Deuxièmement, en raison de la récompense intrinsèque qu’il y a à aider les autres, les employeurs se sentent le droit de proposer des emplois sous-payés. Troisièmement, les individus sont mal à l’aise lorsqu’il s’agit de fixer un prix pour quelque chose d’aussi sacré que la solidarité.

3En outre, la concurrence économique mondiale renforce ces tendances, tandis que le différentiel de salaires se creuse entre les secteurs marchand et non marchand. Les salaires des enseignants, des aidants à domicile et autres stagnent, voire baissent, dans les pays industrialisés.

4La solidarité produit des biens avec des externalités sociales, qui constituent des avantages considérables pour ceux qui n’ont pas à les payer. Elle crée du capital humain et social, la prochaine génération, celle des travailleurs dotés de compétences sociales et humaines sur lesquels on pourra compter, et qui seront de bons citoyens. Mais les mères ne peuvent pas demander de redevance aux employeurs qui embauchent leurs enfants. Cette aide sera sous-produite et surexploitée à moins que des organisations non marchandes répartissent équitablement entre tous la responsabilité de la fournir. La famille patriarcale traditionnelle, et la discrimination entre les sexes au sein de la société, qui limitent les opportunités des femmes à l’extérieur de leur rôle d’épouse et de mère, constituent jusqu’ici la réponse à ce problème. Or, c’est une attitude manifestement inéquitable qui ne saurait tenir lieu de solution.

Répartir les coûts et les obligations de la solidarité entre la famille, l’Etat et l’entreprise

5Quelle est la place des effets de la mondialisation dans les conflits plus vastes concernant la répartition des coûts de la solidarité ? Prenons le cas d’une mère qui consacre beaucoup de temps et d’énergie à accroître les capacités de ses enfants, et celui d’un pays qui affecte une grande partie du budget national à la protection de la famille. A court terme, l’un comme l’autre souffrent d’un handicap concurrentiel : ils disposent de moins de ressources pour les activités directement productives. Cependant, à long terme, leur situation dépend de leur capacité à revendiquer une part des bienfaits économiques produits par la génération suivante.

6Aujourd’hui, la famille peut être comparée à une sorte d’Etat-providence. Les femmes investissent du temps et de l’énergie dans les enfants, qui constituent donc par essence un “bien collectif familial”. Elles paient la majeure partie des coûts, tandis que les autres membres de la famille absorbent une plus grande part des bienfaits. Ce qu’elles font est beaucoup plus difficile à transférer à l’extérieur que les investissements dans une carrière. Il en résulte une perte de pouvoir de négociation qui peut se traduire par moins de consommation ou de temps de loisir pour les femmes, même si elles restent mariées et bénéficient d’une partie du revenu marchand de leur époux.

7Les dépenses que consacre l’Etat aux enfants restent modestes par rapport à celles supportées par les parents. Prenons le cas des dépenses publiques des Etats-Unis, qui représentent environ 38 % du budget total. Au cours des 30 dernières années, dans ce pays, les personnes âgées ont reçu nettement plus que les jeunes, pour une simple raison : elles représentent davantage de voix que les parents avec enfants. Les études réalisées dans des pays d’Europe occidentale et orientale font état d’une distorsion analogue au détriment des enfants. Les parents qui investissent dans la génération de travailleurs suivante ne sont pas explicitement récompensés pour leurs efforts. Ces efforts revêtent une grande importance sur le plan social, mais sont improductifs sur le plan économique.

8Pendant une bonne partie des deux derniers siècles, les pays ont exercé un grand contrôle sur la production de services sociaux tels que l’éducation, la santé et l’aide aux personnes dépendantes L’analogie entre la famille et l’Etat est évidente : ces deux entités exigent un engagement pour le bien-être de la collectivité plutôt que de l’individu. Mais, revers de la médaille, elles peuvent générer des hiérarchies oppressives qui entravent le développement des capacités humaines.

9Imaginons une multinationale qui, lassée des tracasseries des négociations sur la fiscalité et la réglementation avec l’administration des pays d’implantation, achète une petite île, rédige une constitution et annonce la naissance d’un nouveau pays, l’Etat-entreprise. Tout citoyen de cet Etat perçoit automatiquement un salaire élevé. Cela semble alléchant, mais il y a des restrictions. Les individus doivent pouvoir justifier d’études supérieures, être en bonne santé physique et mentale, ne pas avoir d’enfants et être âgés de moins de 60 ans. Ils n’ont pas besoin d’émigrer, car ils peuvent travailler depuis chez eux grâce à Internet. Ils perdent automatiquement leur nouvelle citoyenneté s’ils ont besoin d’une formation, tombent gravement malades, ont des enfants ou atteignent l’âge de 60 ans.

10L’Etat-entreprise peut bénéficier sans contrepartie des capacités humaines de ses citoyens travailleurs, sans payer leur production ou leur présence lorsqu’ils sont malades ou vieux. Il peut offrir des salaires élevés pour attirer les meilleurs travailleurs du monde entier sans menacer sa rentabilité. Le capital sans attache de l’économie mondialisée distend les liens entre les entreprises et les communautés et les obligations envers les citoyens. Dans ce cas, pourquoi les entreprises multinationales resteraient-elles dans des pays qui les taxent pour soutenir la production des capacités humaines lorsqu’elles peuvent se délocaliser et éviter ce genre de coût ? Elles resteront un temps, par habitude et par loyauté. Mais celles qui franchiront le pas les premières pour tirer parti de ces opportunités gagneront la course à la ligne d’arrivée.

Le défi de la solidarité dans l’économie mondiale

11Comment les sociétés peuvent-elles concevoir de nouveaux dispositifs au sein de l’économie mondiale pour éviter que la solidarité ne disparaisse ?

12Nombreux sont ceux qui craignent qu’il n’existe pas de solution pour remplacer le modèle traditionnel du ménage patriarcal dans lequel les femmes assument la majeure partie des obligations dans le cadre d’un travail non rémunéré. La résurgence du fondamentalisme religieux dans le monde atteste des angoisses suscitées par l’évolution des relations patriarcales traditionnelles qui créent une certaine offre de main-d’œuvre d’aide. Nombre de spécialistes des questions sociales redoutent que la mondialisation alimente l’individualisme économique au détriment des engagements sociaux envers la famille et la communauté.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable