Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

3. Division sexuelle du travail : ses diverses implications

Femmes chefs de ménage et migration

Laura Oso et Christine Catarino

Note de l’éditeur

In : Jeanne Bisilliat (ed.), Femmes du Sud, Chefs de famille Paris, Karthala, 1996 (Hommes et sociétés), p. 61-99 (extraits)

Texte intégral

Introduction

La migration féminine, un phénomène invisible

1La littérature concernant les mouvements de population a traditionnellement sous-estimé la participation féminine au processus migratoire.

2Les approches théoriques traditionnelles de la migration, qu’elles

3soient de type micro-économique (centrées sur la décision de l’individu de migrer) ou de type macro-économique (fondées sur les déterminants structurels du mouvement migratoire) n’ont pas considéré la spécificité de la migration féminine.

4L’invisibilité de la migration féminine a été créée par le stéréotype de la femme considérée économiquement inactive et dépendante de l’homme. Les activités professionnelles exercées par les femmes dans la migration (emplois domestiques, emplois saisonniers, prostitution, activités illégales) ou les emplois formels mal rémunérés, occupés pendant une courte période du cycle de vie féminin (emplois dans les industries en Asie au sortir de l’adolescence), n’ont pas été appréhendés comme de véritables activités économiques ou ont été perçus comme des activités marginales, renforçant ainsi la mésestimation du phénomène de la migration féminine (Morokvasic M., 1984).

5La littérature a donc relégué la femme au rôle passif de l’épouse qui reste ou de la compagne qui rejoint son mari dans le cadre du regroupement familial ; passivité présumée, qui n’a pas fait de la femme migrante un objet de recherche pertinent.

6Cette invisibilité conceptuelle de la migration féminine a influencé l’élaboration des statistiques qui n’ont pas assez pris en compte la spécificité féminine dans la caractérisation démographique et socioéconomique des mouvements migratoires (flux et stock, âge, état civil, nationalité, statut socioprofessionnel, niveau d’instruction ventilés par sexe).

Nouvelles approches théoriques des mouvements migratoires

  • 1 Sur l’introduction des relations de genre dans l’analyse des processus migratoires. Voir L. Brydon (...)

7Ces dernières années sont apparues de nouvelles orientations théoriques rendant compte des phénomènes migratoires. A contre-courant du stéréotype de la femme qui rejoint son mari, les études soulignent de plus en plus le caractère autonome et l’importance des déterminants économiques de la migration féminine (Zlotnik H. et Bilsborrow R. 1992 ; FNUAP 1993). Par ailleurs, la prise en considération de divers facteurs socioculturels (structures familiales, réseaux sociaux, ménages) dans l’analyse du processus migratoire a mis en lumière les hiérarchies fondées sur la différenciation sexuelle qui existent dans ces unités sociales et qui influent sur les divers aspects de la migration (décision de migrer…)1. Autrement dit, la dimension des relations de genre introduite dans l’analyse des processus migratoires a permis de pointer la spécificité des migrations féminines et de la situation des femmes qui restent.

Femme chef de ménage, un phénomène lié à la migration

  • 2 Ainsi, un tiers des foyers aux Caraïbes sont dirigés par des femmes, situation en grande partie pro (...)

8La situation de migration a conduit des femmes (qui restent ou qui partent) à assumer le rôle de chef de ménage. La hausse des migrations masculine et féminine s’est traduite par une augmentation du nombre de foyers dont le chef est une femme, ce qui rend compte d’une meilleure visibilité du phénomène2.

9La littérature a distingué les femmes chefs de ménage de facto et de jure. La femme chef de ménage de jure est celle qui est officiellement considérée comme telle, elle est souvent veuve, divorcée, séparée ou mère célibataire (Due Jean M. 1991 ; Kennedy E. et Peters P. 1992), La femme chef de ménage de facto est celle dont le mari est absent pendant de longues périodes selon Jean M. Due (1991), pendant 50 % du temps selon E. Kennedy et P. Peters. Les femmes qui restent et qui deviennent chefs de ménage le sont de facto, celles qui migrent peuvent l’être de facto (si elles ont un conjoint) ou de jure (s’il s’agit par exemple de femmes veuves, divorcées ou séparées ayant des dépendants à charge).

10[…]

La migration féminine, un phénomène en hausse

  • 3 Sur la question de la diversification et de l’augmentation des mouvements migratoires, voir Tendanc (...)

11L’internationalisation et l’interdépendance accrues des phénomènes économiques, sociaux et politiques, les croissants déséquilibres Nord-Sud, la crise économique qui a généré un redéploiement des stratégies nationales de développement (politiques d’ajustement structurel, délocalisations industrielles, installation de zones franches) ont influé sur les mouvements de population qui se sont accélérés et diversifiés3. Ainsi, les femmes sont de plus en plus représentées dans les processus migratoires, notamment dans les migrations internes rural/urbain (Zlotnik H, Bilsborrow R. 1992). Par ailleurs, contrairement à ce qui est traditionnellement supposé, les femmes constituent près de la moitié des émigrants (FNUAP1993). En effet, “comme le prouvent les recensements réalisés depuis 1970 : 48 % des 77 millions de personnes nées à l’étranger dénombrées sont des femmes. Dans plus d’un quart des 157 pays ou régions considérées, il y a plus de femmes que d’hommes parmi les immigrés de première génération (…). Dans les trois quarts des pays considérés au moins 44 % des immigrés sont des femmes” (Nations unies 1991 : 75).

Les grandes tendances migratoires selon les zones géographiques

12La participation féminine aux mouvements migratoires varie de manière significative dans les différentes régions du monde.

Les migrations internationales

  • 4 La comparaison des données sur les migrations au niveau international pose problème car la définiti (...)

13Les statistiques concernant les pays dont la proportion des personnes nées à l’étranger par rapport à la population totale est supérieure à 5 %4 montrent que :

  • en Amérique du Nord (États-Unis, Canada) les femmes sont plus représentées que les hommes parmi la population née à l’étranger. Ainsi par exemple, les femmes ont-elles prédominé depuis 1930 dans l’immigration internationale vers les États-Unis, elles sont notamment majoritaires parmi les immigrés latino-américains (Porto-Ricains, Cubains, Sud-Américains ou provenant de l’Amérique centrale) (Safa H. 1984) ;

  • en Europe, cinq pays sur les huit considérés présentent un sexe ratio de population née à l’étranger favorable aux femmes. Dans les pays européens de l’OCDE, “les projections suggèrent que, dans un avenir assez rapproché et à longue échéance, les femmes constitueront la plus forte partie de la population née à l’étranger” (FNUAP 1993 : 25) ; - en Amérique latine, dans les quatre pays pris en compte (Argentine, Paraguay, Venezuela, Belize), la population née à l’étranger est principalement masculine ;

  • en Afrique, bien que les mouvements migratoires aient été historiquement fondamentalement masculins, quatre pays présentent une proportion de femmes nées à l’étranger supérieure à celle des hommes : Congo, Malawi, Swaziland, Togo ;

  • en Asie, six pays sur sept ont une population née à l’étranger en majorité masculine, notamment au Koweït, en Arabie Saoudite et aux Émirats arabes où le sexe ratio est supérieur à l, 5. Cependant, pour ce qui est des pays d’Asie du Sud et du Sud-Est, on peut observer que dans les années 80, “un nombre croissant de femmes (…) ont émigré, en particulier à destination du Japon, de Hong Kong, de Singapour et de l’Asie de l’Ouest pour travailler comme employées de maison ou dans le domaine des spectacles et des loisirs” (Nations unies 1991 : 75).

Les migrations internes

14En Amérique latine, l’exode rural est traditionnellement un fait en majorité féminin (Elizaga J. 1971 ; Jelin E. 1977 ; Orlansky D ; Dubrovsky S. 1987 ; Oliveira O. 1991) alors qu’en Afrique et en Asie, il est principalement masculin. La lecture du tableau des sexe ratios montre néanmoins que, dans ce dernier continent, le sexe ratio est favorable aux femmes à Bangkok et à Manille.

15Ces dernières années, il est possible d’observer une participation croissante des femmes africaines à l’exode rural (Khoo E. S, Smith C. P., Fawcett J. T. 1984 ; Bisilliat J., Fieloux M. 1992) notamment dans les pays ayant les plus faibles revenus (Hugo J. G. 1993) et une claire tendance à la féminisation des processus migratoires internes en Asie (Zlotnik H., Bilsborrow R. 1992).

Les causes de la migration

16La participation croissante des femmes aux mouvements migratoires résulte de facteurs “push” (rejet) et de facteurs “pull” (attraction). La participation des femmes à la production agricole constitue un des facteurs “push” utilisé en vue d’expliquer les différences géographiques observées dans l’ampleur des mouvements migratoires féminins (Brydon C., Chant S. 1989). L’implication des femmes dans l’agriculture, qui est faible en Amérique latine et forte en Afrique, expliquerait que les femmes latino-américaines aient une plus forte propension à migrer que les femmes africaines. Ainsi, la migration féminine latino-américaine procéderait-elle d’une faible participation féminine au travail agricole, et de faibles opportunités d’emploi en milieu rural (Orlansky D., Dubrovsky S. 1981). Les réformes agraires intervenues dans les pays latino-américains ont accentué les mouvements migratoires en générant une augmentation des surfaces des latifundia au détriment des minifundia, et en plaçant les femmes en situation d’excédent de main-d’œuvre.

  • 5 Zlotnik, H. ; Bilsborrow, R., (1992) ; Pessar, P ; Grasmuck, S. (1991) ; Recchini de Lattes, Z. (19 (...)
  • 6 Pittin, R. (1984).

17Les autres facteurs push peuvent être : les politiques d’ajustement structurel qui, en affectant plus particulièrement les femmes (Zlotnik, Bilsborrow 1992), ont contribué à accentuer le processus migratoire féminin ; la représentation que les femmes se font de la migration, envisagée comme un mécanisme permettant I’élévation du statut de la femme au sein de la famille et de la société, comme un moyen de s’affranchir de l’autorité patriarcale traditionnelle5, la volonté d’échapper au mariage arrangé, explication notamment avancée pour la migration des femmes africaines (ethnie Haoussa au Niger)6.

18La demande de main-d’œuvre féminine en ville constitue un facteur pull prééminent. Les villes d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est offrent des opportunités d’emploi pour les femmes dans les services (notamment domestiques) et dans le secteur industriel, ce qui n’est pas le cas en Afrique, dans le sud de 1’Asie ou dans les pays du Moyen-Orient où les emplois formels de l’industrie et du secteur public sont réservés aux hommes (Brydon C., Chant S. 1989).

19En Afrique par exemple, où les emplois domestiques urbains sont occupés par les hommes, héritage possible de la colonisation, les femmes n’ont pas été traditionnellement attirées vers les villes. La création de nouveaux types d’occupations en milieu urbain (nourrices, baba), les nouvelles opportunités d’emploi créées dans le secteur formel et informel ont cependant contribué récemment à alimenter l’exode rural féminin.

20Cette demande de main-d’œuvre féminine urbaine doit également être interprétée dans le cadre des stratégies industrielles mises en place à travers les délocalisations et la création de zones franches. Ainsi, S. Sassen (1988) signale que l’on trouve une importante proportion de jeunes femmes employées dans la production industrielle dans les régions qui ont opté pour des stratégies d’industrialisation basées sur la promotion des exportations (industrie électronique, confection, textile, industrie du jouet et de la chaussure).

21L’émergence de zones franches (notamment en Amérique latine, aux Caraïbes, dans l’est de l’Asie) a ainsi stimulé les migrations féminines. Celles-ci emploient un pourcentage élevé de femmes (environ 70 % selon S. Sassen 1988). Les femmes représentent 95 % des personnes employées dans les zones franches en Malaisie (Lin Lean Lim 1988) et sont également majoritaires dans les zones franches des Caraïbes. Des enquêtes menées auprès d’employeurs de six entreprises aux Barbades, à Grenade, Saint-Vincent, Grenadines et en Jamaïque ont révélé que le recrutement des femmes était délibéré. Les critères de choix d’embauche sont la conscience professionnelle, l’obéissance aux mesures disciplinaires considérées comme plus fréquentes chez les femmes que chez les hommes, notamment parmi les mères célibataires (Bishop M. Long F., St Cyr J. 1990). Ainsi 85 à 90 % d’employées sont dans cette situation.

22En Asie, les jeunes femmes célibataires prédominent dans les emplois des zones franches (Sassen S. 1988). Au Mexique, à la frontière avec les États-Unis, l’installation de “maquiladoras” a provoqué une augmentation de la migration féminine, la majorité des employés étant des femmes (Oliveira O. 1991). Les femmes qui travaillent dans ces zones frontalières constituent les principaux soutiens économiques du ménage, dans un contexte de fort taux de chômage masculin (FNUAP 1993).

23Notons encore que se développe un commerce mondial de la prostitution (notamment lié au tourisme sexuel) qui déplace des femmes dans le monde entier en tant “qu’objets sexuels” (Potts L. 1994). Au demeurant, ces dernières décennies ont donc vu se créer des “formes spécifiques de migration exclusivement féminines” : service domestique, prostitution, etc. (Potts L. 1994) […]

La famille, productrice bénévole de “travailleurs libres“
Dans les milieux populaires, la famille se perpétue selon le modèle éthique et dans le cadre idéologique et juridique imposé par la classe dominante, car elle reste l’institution au sein de laquelle naissent, se nourrissent et s’éduquent les enfants, grâce au travail largement bénévole des parents et surtout de la mère. Elle demeure le lieu de la production et de la reproduction de la force de travail (…). La force de travail ainsi produite, qui est pourtant marchandise sur le marché du travail, n’est pas commercialisable par ses producteurs. Légalement, en effet, l’âge de la majorité libère le rejeton de toute obligation à l’égard de ses parents dès le moment où il atteint le seuil productif. Ne peuvent alors exploiter sa force de travail, légalement, que ceux qui, possédant les moyens de production capitalistes, sont en mesure de lui offrir un emploi. Le coût de fabrication du producteur n’est jamais comptabilisé en termes capitalistes comme un investissement privé, ni comme susceptible de rapporter un bénéfice par la vente ou un intérêt au producteur du producteur. N’étant pas une entreprise, la famille ne jouit d’aucun des avantages légaux accordés aux sociétés. Hors le cas de la famille bourgeoise, propriétaire d’une entreprise, donc en mesure d’employer ses rejetons, l’investissement consacré par les parents à la reproduction de la force de travail est fait à fonds perdus.
Le mode de production capitaliste dépend ainsi pour sa reproduction d’une institution qui lui est étrangère mais qu’il a entretenue jusqu’à présent comme étant la plus commodément adaptée à cette tâche et la plus économique par la mobilisation gratuite du travail – particulièrement du travail féminin – et par l’exploitation des sentiments affectifs qui dominent encore les rapports parents/enfants.
La majorité d’âge libérant le rejeton de toute obligation de restitution à l’égard de ses progéniteurs, il est à l’avantage du capitalisme de fixer cette majorité dès que l’adolescent est en âge physique de produire afin d’allonger au maximum sa durée de vie active et de soustraire aussitôt que possible le bénéfice de son salaire éventuel aux parents (sa formation intellectuelle ultérieure étant orientée plus aisément hors de la tutelle familiale). La notion de majorité d’âge – qui n’existe pas dans la société domestique – fixe ainsi légalement le moment où apparaît sur le marché du travail ce que Marx avait appelé le “travailleur libre”.
Claude Meillassoux, 1975, In : Femmes, greniers et capitaux, Maspéro, Paris

Bibliographie

BILSBORROW R., “Internal female migration and development : an overview”, in Internal Migration of Women in Developing Countries, Proceedings of the United Nations Expert Meeting on the Feminization of Internal Migration, Aguascalientes, Mexico, 22-25 oct. 1991, United Nations, New York, 1993, pp. 1-17

BISHOP M., LONG F., SAINT CYR J., Export processing zones and women in the Caribbean, Regional Conference on the Integration of Women into the Economic and Social Development of Latin America and the Caribbean, Cuba, ECLAC, United Nations, 1990 BRYDON L., “Gender and migration”, in L. Brydon, S. Chant, Women in the Third World Gender Issues in Rural and Urban Areas, Edward Elgar, 1989, pp. 121-133.

CHANTS., “Single-parent families : choice or constraint ?, The formation of female-headed households in Mexican shanty towns”, Development and Change, vol. 16, n° 4, act. 1985 DUE Jean M., “Policies to overcome the negative effects of structural adjustment programs on African female-headed households”, in Christina H. Gladwin (ed.), Structural Adjustment and African Women Farmers, University of Florida Press, 1991, pp. 103-127.

ELIZAGA J., Migraciones a las areas metropolitanas de America Latina, CELADE, Santiago du Chili, 1971.

Etat de la population mondiale, FNUAP, 1993.

GRASMUCK S., PESSAR P., Between Two Islands. Dominication International Migration, University of California Press, 1991.

JELIN E., Migracion a las ciudades y participacion en la fuerza de trabajo de las mujeres latinoamericanas : el caso del servicio domestico, Estudios Sociales, n° 4, Buenos Aires, Centro de Estudios de Estado t Sociedad, 1976.

KENNEDYE., PETERS P., “Household food security and child nutrition : the interaction”, World Development, vol. 20, n° 8, 1992, pp. 1077-1085.

KHOO S. E., SMITH P. C., FAWCETT James T., “Migration of women to cities : the Asian situation in comparative perspective”, International Migration Review, vol. 18, n° 68, hiver 1984, pp. 1247-1263.

LIN LEAN LIM, “Women workers in multinational corporation : the case of the electronics industry in Malaysia and Singapour”, in Krishna Kumar, Transnational Entreprises : their impact on third World Societies & Cultures, Boulder Co, Westview Press, 1988.

LIN LEAN l1M, “The structural determinants of female migration of women in developing countries”, in Internal migration of women in developing countries. Proceedings of the United Nations Expert Meeting on the Feminization of Internal Migration Aguascalientes, Mexico, 22-25 oct. 1991. United Nations, New York, 1993, pp. 207-222.

MAKINWA-ADEBUSOYE Paulina, “Labour migration and female-headed households”, in F. Federici, K. Oppenheim-Mason, Solvi Sogner (eds.), Women’s Position and Demographic Change, Clarendon Press Oxford, Oxford, 1993.

MASSIAH J., Les femmes chefs de ménage dans les Caraïbes : structures familiales et condition de la femme, Paris, UNESCO, 1983.

MOROKVASIC M., “Birds of passage are also women”. International Migration Review, vol. 18, n° 68, hiver 1984. pp. 886-907.

OLIVEIRAde O.. “Family organization and labour markets in Mexico”. in E. Jelin (ed.), Family. Household and Gender Relations in Latin America. Kegan Paul International. UNESCO, 1991.

ORLANSKYO., DUBROVSKY S., Effet de l’exode rural sur le rôle et la condition de la femme en Amérique latine, Rapport et documents en sciences sociales n° 41, Paris, UNESCO, 1987.

PESSAR P., “The role of gender in Dominican settlement in the United States”, in Women and Change in Latin America, Bergin & Garvey, New York, 1985.

PITTIN R., “Migration of women in Nigeria : the Hausa case”, International Migration Review, vol. 18, n° 68, hiver 1984.

POTTS L., “Las migrantes en el mercado de trabajo mundial de mano de obra”, in Extranjeros en el paraiso. Edicions la Lletra, Virus editorial, Barcelone, 1994, pp. 75-80

RECCHINI DE LATTES, Zulma : Las mujeres en las migraciones internas e internacionales. con especial referencia a America Latina, Cuaderno del Centro de Estudios de Poblacion (CENEP), no40, Buenos Aires, 1988.

SAFAH., “The differential incorporation of Hispanic women migrants to the United States labour force”, in Women on the Move. Contemporary Changes in Family and Society, Paris, UNESCO, 1984, pp. 159-173.

SASSEN S., The Mobility of Labor and Capital : a Study in International Investment and Labor Flow, United Nations, Cambridge University Press, 1988.

ZLOTNIK H., BILSBORROWR., “Preliminary report of the United Nations Expert group meeting on the feminization of international migration”, International Migration Review, 26 (1), printemps 1992

Notes

1 Sur l’introduction des relations de genre dans l’analyse des processus migratoires. Voir L. Brydon (1989) ; Lin Lean Lim (1993) ; P. Pessar, S. Grasmuck (1991).

2 Ainsi, un tiers des foyers aux Caraïbes sont dirigés par des femmes, situation en grande partie provoquée par la migration masculine (Massiah J. 1983). Au Botswana ou au Lesotho, 40 % des foyers ruraux ont à leur tête une femme, phénomène résultant également de l’exode masculin (Makinwa-Adebusoye P. 1993).

3 Sur la question de la diversification et de l’augmentation des mouvements migratoires, voir Tendances des migrations internationales, Rapport SOPEMI, Paris, OCDE, 1994

4 La comparaison des données sur les migrations au niveau international pose problème car la définition du migrant varie suivant les pays considérés, les années de référence servant au recueil des données peuvent ne pas être les mêmes. Les méthodes servant à mesurer les mouvements migratoires diffèrent.

5 Zlotnik, H. ; Bilsborrow, R., (1992) ; Pessar, P ; Grasmuck, S. (1991) ; Recchini de Lattes, Z. (1988)

6 Pittin, R. (1984).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable