Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

1. Généralités sur le genre et l'économie

“Montre-moi la terre d’où je peux extraire de l’argent”

Lisette van der Wel
Traduction de Bernard Walter

Note de l’auteur

Traduit de l’anglais. Texte original: “Tell me the earth where I can mine money” in : Rapport (non publié) VENA (Leiden University), 1986 (extraits).

Texte intégral

Femmes, argent et développement : une introduction

1“Montre-moi la terre d’où je peux extraire de l’argent…”, fut la réponse d’une femme africaine à la question qu’on lui posait sur ses conditions de vie et ses problèmes.

2Cette formule illustre de façon frappante le problème central pour le lecteur : quelle est la position des femmes dans les pays en développement en ce qui concerne l’accès à l’argent ?

3J’ai tenté de limiter le champ large et compliqué de “femmes et argent” aux questions suivantes : pourquoi les femmes dans les pays en développement considèrent-elles comme important de gagner de l’argent ? Comment la société répond-elle à ce problème ? De quelles façons les femmes essayent-elles d’avoir accès à l’argent, ou d’améliorer cet accès ?

4Il est important de relever que ce n’est que relativement récemment que l’argent a été introduit dans les pays en développement et spécialement dans les régions les plus isolées. Dans le processus de développement, l’argent a maintenant un impact croissant sur la vie, même dans des villages très retirés. Les transactions non-monétaires du type troc (biens contre travail, par exemple) sont remplacées toujours plus par les relations monétaires. L’utilisation de l’argent pénètre tous les aspects de la vie quotidienne : il faut payer pour les impôts, les frais de scolarité, la santé, les transports et bien d’autres choses encore.

5Au niveau macro-économique des Etats, l’introduction de l’économie monétaire est un fait planétaire. Toutes les nations sont désormais aspirées dans le système monétaire et soumises à son fonctionnement.

6Pour une compréhension des processus et des problèmes économiques au niveau micro-économique, il convient d’avoir un certain regard sur les manières dont ceux-ci sont influencés par les processus et structures macroéconomiques. C’est pourquoi il va être question dans le premier paragraphe du contexte des problèmes de la dette des pays en développement et du rôle joué par le Fonds monétaire international (FMI). Les mesures de politique économique et leurs conséquences sur le plan social y seront particulièrement mises en évidence, fournissant un cadre pour la discussion des processus au niveau micro-économique dans les deux paragraphes suivants.

7Enfin, dans le dernier paragraphe, les données au niveau micro-économique sur la condition économique et sociale des femmes vont être reliées au niveau macro-économique, et aux mesures politiques qui sont proposées au niveau national et international.

Le cadre macro-économique

1 – Les problèmes de la dette des pays en développement

8En 1982, le monde entier était en effervescence lorsqu’il devint évident que le Mexique était au bord de la banqueroute. Les réserves financières du pays étaient complètement épuisées ; le paiement des intérêts et le remboursement de la considérable dette extérieure (80 milliards de dollars à l’époque) ont été stoppés immédiatement. Le gouvernement des Etats-Unis, en accord avec la Federal Reserve Board, a dû récolter des milliards de dollars en quelques jours, étant donné que la faillite du Mexique allait signifier la faillite d’un grand nombre de banques américaines qui avaient des intérêts dans ce pays, ce qui pourrait causer l’écroulement de tout le système financier international. Grâce à l’intervention de quelques banques occidentales et du FMI, une crise a pu alors être évitée.

9Mais depuis ce moment-là, les problèmes de dette de nombreux pays en développement ont été un sujet de préoccupations international. De nos jours, ce n’est plus seulement le Mexique qui donne mal à la tête au système bancaire international ; plus de 40 pays ne sont plus en mesure de rembourser leurs dettes, en particulier le Brésil, l’Argentine, la Corée du Sud, le Venezuela et le Chili.

10En guise d’illustration de l’ampleur du problème : les pays de l’ensemble de l’Amérique Latine ont au total une dette d’environ 350 milliards de dollars (Volkskrant, 7 juin 1984). Ces problèmes de dette nécessitent qu’on s’y penche de plus près.

11Les dettes des pays en développement proviennent du fait que leurs gouvernements ou leurs peuples font des achats à l’étranger qu’ils ne peuvent payer avec leur revenu normal (c’est-à-dire leurs exportations). Il y a plusieurs raisons à ces achats :

  • Les gouvernements veulent stimuler la croissance économique. En empruntant de l’étranger, ils n’ont pas besoin d’attendre que leurs exportations atteignent le niveau leur permettant de financer leurs importations. Les prêts étrangers peuvent aussi servir à bâtir une capacité d’exportation (par exemple par l’achat de machines permettant de travailler les matières premières locales).

  • Les gouvernements peuvent aussi contracter des dettes extérieures lorsque le prix des importations grimpe soudainement (exemple : la crise du pétrole), ou lorsque le prix des produits d’exportation s’effondre (matières premières, par exemple). Avec l’argent de l’emprunt, ils peuvent maintenir le volume normal de leurs importations et l’adapter graduellement à la nouvelle situation. Ils peuvent en outre compter sur le caractère temporaire de ces augmentations ou réductions des prix. Par le passé, ces prévisions se sont souvent réalisées. Une des raisons principales du problème actuel est que personne ne s’attendait à ce que la récession et les bas prix à l’exportation pour les pays en développement dureraient aussi longtemps.

  • Les prêts peuvent aussi provenir des demandes faites au gouvernement par les groupes de pression politiques. Afin de satisfaire aux demandes de ces groupes, le gouvernement finance l’importation de biens de consommation ou d’armes.

12Normalement, des prêts étrangers contractés pour ces raisons ne causent pas de problèmes particuliers. Pourquoi sont-ils alors survenus ces dernières années ? Une raison importante est que les taux d’intérêts internationaux ont atteint des hauteurs sans précédent. Ce fait est dû en premier lieu au taux d’intérêt élevé aux Etats-Unis, lequel, pour sa part, est causé par le déficit budgétaire considérable du pays (comme conséquence entre autres de dépenses militaires élevées) et la politique monétaire plutôt restrictive de sa Banque Centrale. Une baisse du taux d’intérêt de 1 % économiserait au Tiers Monde environ 5 milliards de dollars de paiements d’intérêts par an. A cela s’ajoute la hausse de la valeur du dollar (monnaie de la plupart des prêts) d’environ 30 % en quelques années. Pour beaucoup de pays, ce fait a considérablement aggravé leurs problèmes de balance de paiements.

13Mais le facteur principal est la récession des pays riches et la politique qui en résulte. D’un côté, les ventes des pays en développement ont stagné dans les dernières années, en raison du protectionnisme et de la politique de déflation : le prix des biens exportés a en conséquence chuté. De l’autre côté, le prix des marchandises importées n’a cessé d’augmenter pour les pays en développement. Ceci est dû à la seconde vague de hausse du prix du pétrole en 1979-1980, ainsi qu’au fait que la récession dans les nations industrialisées ne s’est pas accompagnée d’une baisse des prix. Comme conséquence, le pouvoir d’achat, celui de pays à bas revenu en particulier, a constamment décliné depuis 1977. Cette combinaison de facteurs a eu pour conséquence une rapide détérioration des conditions du commerce dans les pays en développement. Pour pouvoir payer leurs dettes dans le futur, leur balance des paiements devra s’améliorer, ce qui signifie que soit leurs importations devront être réduites, soit leurs exportations devront augmenter. Ceci n’est pas qu’une question technico-économique, mais aussi une question politique. Tout le problème est : comment, à quel degré et à quel taux seront fixés les ajustements lors des choix politiques.

2 – Le rôle du Fonds Monétaire International

14Dans le débat international sur la dette, le Fonds monétaire international (FMI) joue un rôle important. Le FMI a été fondé en 1944 comme instrument de stabilité, garde-fou du système financier international. Il est chargé de superviser le taux des changes et les liquidités internationales. De ce fait, le FMI contrôle les moyens de fournir des crédits à certaines conditions afin de permettre aux pays de corriger les déséquilibres dans leur balance des paiements. A cette fin, le FMI dispose entre autres des contributions (quota) des Etats membres. La taille de ce quota est déterminée par des critères tels que le PNB et la part du pays dans le commerce mondial. Le poids du vote d’un pays membre dépend de la taille de son quota. Ce qui signifie que plus un pays est riche, plus il a d’influence sur la politique et les opérations du Fonds.

15Durant un certain nombre d’années, les banques privées, disposant de fortes sommes d’argent provenant des pays producteurs de pétrole, se sont précipitées auprès des pays en développement dans le besoin pour y investir leurs dollars et offrir des emprunts facilement contractés. L’émergence soudaine des problèmes de la dette cependant a fait comprendre aux banques que leur politique de prêts aurait due être plus rigoureuse. Elles changèrent alors leur fusil d’épaule et devinrent réticentes à traiter avec les pays en développement. Actuellement, de plus en plus de pays sont confrontés aux problèmes monétaires ; de plus en plus, les banques privées attendent du FMI qu’il se porte garant de la solvabilité des débiteurs avant d’envisager de nouveaux prêts ou de procéder à des plans de restructuration de la dette.

16Cette attitude opportuniste des banques privées peut être considérée comme un facteur supplémentaire responsable de l’état actuel des problèmes de la dette. En retirant les possibilités de crédit aux pays ayant bénéficié auparavant de prêts substantiels, les banques ont mis en danger la continuité du flux des paiements des intérêts et des remboursements, menaçant au bout du compte tout le système financier et leur propre position.

17La crise de la dette et l’implication des banques privées a cependant renforcé le rôle du FMI. Lorsqu’un pays désire emprunter au FMI ou que les banques demandent l’approbation du FMI avant de contracter des prêts avec un pays, ce pays particulier doit présenter un programme économique conforme aux normes du FMI.

18Les conditions générales faites par le FMI pour l’octroi de crédits (les “conditionnalités”) sont :

  • réduction des dépenses du gouvernement ;

  • réduction des salaires ou suppression de l’indexation (c’est-à-dire la compensation salariale en fonction de la hausse des prix) ;

  • primes au secteur de l’exportation ;

  • dévaluation de la monnaie ;

  • pas de restriction du commerce.

19Ce paquet de mesures doit servir à rééquilibrer la balance entre importations et exportations. La croissance du secteur de l’exportation combinée à un ajustement de la politique socio-économique au niveau national, est considéré comme le meilleur remède pour faire face aux déficits de la balance des paiements et au remboursement de la dette.

20L’idée que cette politique est favorable sur le plan monétaire est critiquée aussi bien par des théoriciens (Kissinger, 1984) que par des personnes de terrain. La faisabilité de l’encouragement aux exportations et de la réduction des importations est mise en question lorsque le remède est “prescrit” de manière uniforme à tous les “patients”.

21Il est particulièrement important, dans l’optique de cette étude, de considérer les conséquences sociales des mesures macro-économiques imposées par le FMI : quels sont les effets de ces mesures pour les personnes dans leur vie quotidienne ?

3 – Conséquences sociales des mesures d’ajustement financier

22Pour résumer, les effets au niveau micro des mesures macro-économiques telles qu’elles sont proposées par le FMI sont variées.

23Le gouvernement peut réaliser une réduction des dépenses de différentes manières, par exemple par la suppression des subventions à l’alimentation. Ceci va confronter le consommateur à une hausse des prix des denrées de première nécessité telles que pain, blé, sucre, huile alimentaire, pétrole, alors que les producteurs vont voir diminuer le prix de leurs produits. A quel point cette mesure touche politiquement aux limites de l’acceptable, les exemples de pays comme le Pérou, l’Egypte, la Tunisie et la République Dominicaine le démontrent : dès sa mise en application, des émeutes spontanées ont éclaté parmi les pauvres des villes. Ils ont ressenti cet acte du gouvernement comme une menace directe à leur existence quotidienne. Quant aux producteurs, lesquels vivent généralement dispersés dans les campagnes, l’organisation leur fait souvent défaut pour manifester leurs protestations contre des politiques gouvernementales défavorables. Des milliers d’entre eux, en particulier les petits producteurs vont avoir à souffrir de la baisse de leurs revenus ; ils pourront être contraints de vendre (une fois de plus) leur force de travail ou leurs terres et de devenir (encore plus) dépendants des riches propriétaires terriens ou des bailleurs de fonds.

24Le gouvernement peut user d’une autre méthode pour réduire ses dépenses, en diminuant le nombre de postes de travail dans le secteur de l’Etat ou en gelant ou baissant les salaires. Ce qui va affecter tous les fonctionnaires du gouvernement et va augmenter le chômage.

25Une autre possibilité pour le gouvernement est de diminuer le budget de l’éducation, de la santé publique et d’autres services sociaux. On peut être certain des retombées négatives de cette mesure sur le degré et la qualité des services sociaux. Les micro-effets des réductions de salaire ou de la suppression de l’indexation tombent sous le sens. Les employés devront s’en sortir avec moins de revenus. Ceci est d’autant plus sérieux quand on constate qu’ils sont déjà souvent sous-payés. De plus, la réduction des salaires va fréquemment de pair avec d’autres mesures telles que la suppression des subventions à l’alimentation mentionnée ci-dessus. Ainsi, beaucoup d’employés sont doublement touchés.

26La troisième mesure (la stimulation du secteur de l’exportation) va probablement créer un certain emploi dans les secteurs de l’industrie d’exportation et de ce qui s’y rapporte. Cependant, cela va renforcer, dans le secteur agricole, certaines évolutions préjudiciables à la majorité des petits producteurs (spécialement des femmes, comme on va le voir plus loin). La promotion de l’exportation va favoriser les cultures extensives au détriment de l’agriculture de subsistance qui a toujours été déterminante dans la nourriture de base d’une population. Les efforts faits pour augmenter la productivité de l’agriculture au moyen de l’introduction de nouvelles technologies, de services supplémentaires, de fourniture de crédits, se concentrent sur l’agriculture extensive pour l’exportation, laissant de côté par là même les cultures de subsistance et le développement des marchés ruraux domestiques. Pour de nombreuses régions du monde, il a été démontré que ce type d’agriculture conduit à la marginalisation des petits paysans.

27La dévaluation de la monnaie nationale, laquelle au niveau macro-économique favorise une politique orientée vers l’exportation en abaissant les prix des produits du pays pour les acheteurs étrangers, conduit à une baisse du pouvoir d’achat au niveau local. Le revenu des produits ne compense généralement pas la baisse due à la dévaluation.

28La libéralisation du commerce et des investissements va créer de l’emploi puisque cela attirera les investisseurs étrangers et que les industries non-viables (c’est-à-dire subventionnées par le gouvernement) vont être éliminées.

29Mais dans le même temps, cela va porter un coup mortel à de nombreuses petites industries et artisanats qui ne peuvent concurrencer les articles produits en masse et bon marché par les industries du gros capital étranger, lequel peut produire à très bas prix dans un contexte de totale dérégulation.

30Pour résumer, le tableau qui ressort de la discussion sur les conséquences au niveau micro-économique est celui d’une augmentation des prix combinée à une diminution des salaires et des revenus, de réduction des services sociaux, de développements peu évidents dans le domaine de l’emploi et, last but not least (dernier point et non le moindre), d’un mépris systématique de la production alimentaire domestique, en particulier dans le domaine des produits de base.

31Cette politique économique fait peser la charge la plus lourde sur les épaules des plus faibles. L’impact négatif des mesures macro-économiques est ressenti le plus fortement dans les secteurs les plus pauvres de la population, dans les villes comme à la campagne. On constate donc que, dans une société donnée, les mesures proposées par le FMI défavorisent les groupes aux revenus les plus faibles.

Auteur

Bernard Walter (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable