Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

1. Généralités sur le genre et l'économie

Genre et économie : les voies possibles du changement

Irene van Staveren
Traduction de Emmanuelle Chauvet

Note de l’éditeur

Traduit de l’anglais. Texte original : Gender and Economics : Chances for Change, in : Connections (Rotterdam), n° 3, septembre 1996, p. 10-12 (extraits)

Texte intégral

Tout comportement humain est sexué

1Si le genre parle des relations de pouvoir entre hommes et femmes, des significations culturelles et historiques de la masculinité et de la féminité, et de l’interdépendance de ces relations et façons de penser, et si l’économie parle de la façon dont les individus gagnent leur vie en interrelation avec d’autres individus et avec l’environnement naturel, alors genre et économie sont liés par les modèles du comportement humain.

2Les interactions humaines naturelles, les significations de genre déterminées culturellement et les divisions économiques entre hommes et femmes sont les trois composantes d’une relation qui doit être perçue comme interdépendante. De ce point de vue, il est clair que le genre n’est pas un thème que les économistes féministes ont rajouté à l’économie, pas plus qu’il n’est rattaché à la pratique des comportements économiques par les activistes féministes. Les comportements économiques et de genre sont liés “depuis Adam et Ève”, et depuis aussi longtemps que les hommes et les femmes travaillent pour gagner leur vie et faire vivre les personnes qui dépendent d’eux.

3L’économie est influencée par le genre, que les économistes et les hommes politiques aiment l’entendre ou non, et ce lien existe depuis assez longtemps.

4Dès lors, pourquoi les féministes ont-elles mis si longtemps à rendre les questions de genre visibles dans l’économie et dans l’étude que l’on en fait ? Dans la sociologie, l’anthropologie, même dans la théologie, les études de genre ont trouvé leur place depuis quelques décennies déjà. […]

Des modèles qui ne correspondent pas aux femmes - Le paradigme qui correspond aux hommes

5Les théoriciens de l’économie pensent selon leurs modèles économiques. Les expériences des femmes ne sont pas intégrées à ces modèles. Les conseils en matière de politique économique émanant des mouvements de femmes, et reflétant les expériences des femmes, ne seront pas pris en compte par les institutions économiques dominantes, qu’elles soient nationales ou internationales (par exemple la Banque mondiale et le FMI) tant que l’interdépendance entre la théorie économique et le genre ne sera pas reconnue.

6L’économie est de préférence considérée comme une science “exacte” : quantitative, non normative, objective et dotée d’un statut supérieur. Il est vrai que cette discipline se montre à la hauteur de l’image ambitieuse, moderniste et masculine qu’elle a d’elle-même. Tout débat télévisé sérieux comprend un économiste, tout comité consultatif auprès du gouvernement, quel que soit le sujet, comprendra un économiste, et tout journal ou magazine généraliste comporte, par numéro, au moins une ou deux interviews avec un économiste.

7Les revues économiques sont essentiellement constituées d’équations mathématiques et de références à des modèles informatiques et à des analyses statistiques. Ses pairs attendent souvent de l’économiste (homme et parfois femme) qu’il se tienne à l’écart des déclarations normatives. Les économistes sont formés à décrire “ce qui est” et à ne pas partager leurs idées sur “ce qui devrait être”. “L’utilité” est une expérience personnelle qui peut être évaluée sur une échelle allant de bonne à mauvaise, et par conséquent elle ne peut pas être le sujet des considérations d’un économiste.

8Lorsque j’étudiais l’économie aux Pays-Bas au début des années 1980, environ cinq pour cent des étudiants étaient des femmes, et encore maintenant la croissance de la représentation des femmes parmi les étudiants en économie est très lente. Le pourcentage que représentent les femmes dans le personnel de l’université est encore plus décevant, et augmente à peine. Dans l’histoire des sciences économiques européennes et nord-américaines, on ne voit que quelques femmes économistes ayant réussi à être titularisées. L’une des plus connues fut Joan Robinson qui fut une étudiante et à bien des égards une héritière de Keynes. Elle vécut et travailla à partir des années 1970. La première femme qui écrivit sur l’économie à l’ère classique fut Harriet Taylor. Elle n’avait pas une formation d’économiste, mais elle coécrivit plusieurs ouvrages avec son compagnon John Stuart Mill, le célèbre économiste politique et féministe libéral du dix-neuvième siècle. Son nom ne figura jamais sur la couverture et n’apparut que dans les dédicaces et remerciements de Mill dans les premières pages de leurs ouvrages communs. Des prix Nobel ont été attribués à des femmes dans toutes les disciplines, même dans les sciences “exactes” de la médecine et de la physique, mais aucune femme n’a jamais reçu le prix Nobel d’économie.

Le monopole de l’idéologie de l’économie de marché

9Finalement, le facteur le plus gênant dans la présentation de l’économie comme une science “exacte” et masculine, hostile à tout regard féminin, réside dans son caractère de forteresse protégeant le paradigme néoclassique. La théorie économique, dans sa forme dominante, est synonyme de l’idéologie libérale du marché. Dans la science, notamment dans les sciences sociales – auxquelles l’économie appartient dans la mesure où elle parle de comportement humain – des théories diverses cohabitent pacifiquement. Les sciences économiques ne tolèrent pas les théories “déviantes” et considèrent la théorie néoclassique comme la seule et unique théorie économique.

10Gary Becker, prix Nobel d’économie, déclare même que la théorie néoclassique n’explique pas seulement le comportement économique mais tout comportement, de la fertilité à la criminalité en passant par le mariage et l’abus de drogue. L’économie est, selon Becker, une approche du choix rationnel qui est applicable à tous les domaines du comportement humain. Il est intéressant à noter que, par l’auto-proclamation héroïque de leur théorie comme le seul et unique modèle, les économistes néoclassiques en contredisent le mécanisme central : la liberté du marché. Récemment quelques économistes connus ont signé et publié une pétition dans un journal économique faisant autorité aux États-Unis. Leur dénonciation du monopole de la théorie néoclassique se réclamait de cette même théorie : le paradigme de la liberté du marché qui devrait permettre la diversité et la compétition entre diverses idées.

L’émergence de l’économie féministe

11Certaines économistes féministes s’inscrivent dans le paradigme néoclassique lui-même, en essayant de le changer de l’intérieur ou d’ajouter aux analyses usuelles des conseils politiques. Mais la plus grande partie de l’économie féministe est ancrée dans la théorie économique keynésienne, marxiste/socialiste, institutionnaliste et politique, ou dans un hybride de ces théories et d’autres écoles d’économie marginalisées.

12C’est au début de cette décennie que l’économie féministe a émergé comme une sous-discipline sérieuse. À cette période également, l’Association internationale pour l’économie féministe (IAFFE) fut créée aux États-Unis. La première conférence internationale sur l’économie féministe, intitulée “Sortir des marges”, eut lieu à Amsterdam en 1993.

13On a mené dans le passé des études sur “femmes et économie”, mais ces études étaient en général consacrées aux femmes comme groupe cible, et ne mettaient pas en question les outils masculins d’analyse eux-mêmes.

14L’économie féministe ne consiste pas tant à analyser les femmes (avec des outils traditionnels) qu’à traiter le cœur de l’analyse économique : sa méthodologie, ses modèles et ses méthodes de tests empiriques. Marianne Ferber et Julie Nelson, deux adeptes de cette discipline, ont déclaré : “L’économie féministe est une meilleure science économique”, et c’est vrai parce qu’elle rétablit la visibilité des liens ancestraux entre genre et économie.

L’expérience des femmes

15Plus tôt dans cette introduction, j’ai expliqué que l’interdépendance entre genre et économie découle du triangle suivant : relations humaines, façons de penser le genre, et réalités économiques. Dans la vie économique quotidienne, ce triangle est occulté, et pourtant les femmes en vivent la réalité tous les jours. Le préjugé du genre dans l’économie peut être rattaché à trois thèmes principaux :

  • la division sexuelle du travail, les inégalités de genre dans les salaires, les perspectives d’avenir et les conditions de travail ;

    • 1 “Care economy” : travail non rétribué dans la sphère domestique et communautaire.

    la division sexuelle de la “care economy”1, ainsi que l’absorption et l’exploitation presque illimitées des tâches sociales comme ressources inépuisables ;

  • la division selon le genre des coûts et bénéfices dans l’organisation économique des ménages.

16La microéconomie s’arrête traditionnellement au niveau des ménages, prenant le chef de ménage (le plus souvent masculin) comme le représentant des intérêts de la famille. Les économistes féministes ont apporté de nombreuses preuves établissant que cette affirmation ne reflète pas toujours la réalité en raison de la relation de pouvoir inégale qui existe au sein des ménages.

17L’économie, et cela vaut pour toutes ses branches, ignore traditionnellement le travail non rétribué, dont la plus grande partie est le fait des femmes, l’étiquetant comme non économique. Les économistes féministes ont reconnu le travail non rétribué comme une valeur économique, et elles ont contribué à l’élaboration de méthodes permettant de le mesurer et de l’évaluer.

18L’économie du travail, la gestion et d’autres branches spécialisées de la discipline ont longtemps ignoré la division du travail rétribué selon le genre, ainsi que l’accès inégal aux ressources nécessaires à l’emploi indépendant, comme le crédit, les niveaux de salaire inégaux et bien d’autres obstacles à la participation des femmes aux marchés et aux programmes de sécurité sociale.

19Heureusement, l’économie féministe se développe actuellement dans bien des directions. De nouveaux modèles, y compris une partie sur le travail non rétribué et les coefficients de pouvoir modulés selon le genre dans les équations statistiques, des méthodes de travail non conventionnelles sur le terrain, s’inspirant de la sociologie et de l’anthropologie, des postulats théoriques plus réalistes remplaçant “l’homme économique rationnel” (appelé, de façon ironique, “M. REM”, “rational economic man”, par l’économiste féministe Nancy Folbre), enfin et, surtout, des recommandations politiques mettant hommes et femmes à égalité, sont actuellement développées.

Le genre est-il porteur de changement ?

20La Plate-forme d’action de Pékin a des implications politiques dont le but est de réduire ces préjugés nés du genre. Les rapports régionaux rédigés en préparation de la Conférence de Pékin sont, dans certains cas, encore plus explicites au sujet de ces préjugés en matière économique qui ont été mentionnés précédemment. Le rapport régional de l’Afrique insistait très fortement sur l’accès équitable des femmes aux ressources économiques, notamment dans l’agriculture. Le rapport asiatique montrait les conséquences négatives pour les femmes d’une division du travail (tant rétribué que non rétribué) selon le genre. Le rapport de l’Amérique latine et des Caraïbes insistait sur la nécessité d’arriver à une égalité des genres au niveau des ménages. Ceci implique une distribution démocratique des coûts et bénéfices des investissements (rétribués ou non) tant des femmes que des hommes pour le bien-être du ménage.

21Mais la Conférence de Pékin n’est pas allée beaucoup plus loin que la reconnaissance de la féminisation de la pauvreté, le besoin de mesurer l’importance du travail non payé et d’intégrer une perspective de genre aux programmes d’ajustement structurel. La Plate-forme d’action ne s’est pas engagée sur des politiques spécifiques relatives à des questions macro-économiques très importantes.

22Je vais maintenant indiquer certaines suggestions politiques pour un développement économique qui favorise l’égalité des genres telle que certaines organisations de femmes l’a présentée.

23Le suivi et les recommandations politiques selon la perspective-genre sont adressés aux forums internationaux comme le G-7, aux instances de soutien aux programmes d’ajustement structurel comme le forum SPA (Programme spécial pour l’Afrique) de l’Union européenne, de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale du commerce en tant que représentants des forums pour la libéralisation et la mondialisation des marchés. Là, des questions internationales d’ordre macro-économique sont posées, qui établissent les limites et les chances de la plupart des actions économiques des hommes et des femmes, et ces lieux sont donc d’une importance déterminante.

24La plupart des politiques macro-économiques actuelles, par exemple celles qui sont menées par les institutions du nord comme la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, s’abritent encore dans les fortifications néo-classiques. Des priorités du sud, comme la sécurité alimentaire, et des priorités des femmes du sud comme la sécurité économique à l’échelle du ménage, ne sont pas défendues, elles sont même contrecarrées par des mesures macro-économiques décidées dans le nord, comme la libéralisation du commerce, les privatisations et la promotion des exportations.

25Néanmoins, on peut trouver des exemples où le genre pourrait ouvrir la voie au changement. Dans le Programme spécial pour l’Afrique, un forum pour les questions de genre a été créé, où l’on introduit une perspective de genre dans les documents politiques fondamentaux émanant des pays donateurs. La Banque mondiale a mis en place un groupe consultatif sur le genre dans ses locaux mêmes. Le PNUD a développé des indicateurs de développement humain tenant compte du genre, ce qui aide à évaluer le développement économique national du point de vue de l’égalité des genres.

26Beaucoup reste à faire. Je veux mentionner ici le secteur du commerce international. En s’appuyant presque partout sur l’avantage comparatif que représentent les bas salaires, on induit des gains pour les pays du nord au prix de l’exploitation des femmes du sud dans les zones manufacturières d’exportation. La prochaine étape dans l’analyse et les recommandations politiques doit être le passage de “genre et économie” à “genre et commerce”. Ce qui nous mènera au cœur du problème des relations Nord-Sud : l’idéologie du libre-échange comme un avantage pour tous. Comme tout comportement humain, les relations commerciales ne sont jamais neutres du point de vue du genre. Des positions de pouvoir inégales sont en jeu. Les femmes en font quotidiennement l’expérience lorsqu’elles négocient au sein du ménage pour obtenir une juste part des ressources, du revenu et de la consommation. En dehors du ménage, les femmes n’ont d’autre choix que de vendre leur travail et leurs produits sur des marchés mondialisés. Ces marchés sont gouvernés par des mécanismes qui se désintéressent de la situation critique des femmes, n’en ont pas une vision globale, et sont inégalitaires.

Economie féministe et genre
[…]
L'économie féministe n'est pas une école de pensée comme celle des néo-classiques ou des keynésiens. Les derniers ont des vues clairement différentes sur les façons dont marche l'économie : est-ce que les marchés fonctionnent bien ? L'intervention du gouvernement est-elle nécessaire, et si oui, fonctionne-t-elle bien ? L'économie féministe se penche plus sur un thème spécifique, à savoir le rôle des femmes. Les économistes féministes peuvent être, en fait, soit néoclassiques soit keynésiennes.
Les économistes féministes démontrent que les réformes économiques, qu'elles se fassent au niveau micro, méso ou macroéconomique, sont marquées de préjugés masculins qui perpétuent le désavantage relatif des femmes. Elles pensent également que la théorie économique, dans son ensemble, est marquée par les préjugés masculins, même si elle semble être neutre du point de vue des relations de genre. Ces préjugés existent parce que la théorie n'arrive pas à prendre en compte l'inégalité de genre entre les hommes et les femmes.
[…]
Comment les institutions sociales et monétaires qui ne sont pas “gendrées” en elles mêmes, le deviennent-elles dans la pratique ? Les relations commerciales, par exemple entre l'acheteur et le vendeur, ne sont généralement pas considérées comme “gendrées”, pourtant ces relations sont porteuses de distinctions de genre dans leur structure institutionnelle. Au niveau méso, les marchés, les firmes et les agences du secteur public sont “gendrées “au travers des normes sociales et des réseaux qui en facilitent le fonctionnement. Ils favorisent également la cohésion entre les hommes du fait de l'exclusion des femmes. Les bénéfices de ces coutumes sociales qui permettent aux économies à continuer de fonctionner sont, par conséquent, inégalement distribués. […]
In : de Ruyter Van Steveninck, M. A., De Groot A. W., 1998, Gender and Economic development, The Work of Diana Elson, On Behalf of the Ministry of Foreign Affaires, The Netherlands.
Traduit par Jeanne Bisilliat
L’histoire des relations entre économie et sociologie est complexe et ancienne. Dans le Discours sur l’économie politique qu’il dirige pour la Grande Encyclopédie de Diderot et d’Alembert, Jean-Jacques Rousseau aborde des thèmes divers qu’on considérerait aujourd’hui comme relevant pour certains de l’économie, pour d’autres de la sociologie. L’œuvre fondamentale d’Adam Smith sur La richesse des nations, généralement considérée comme le coup d’envoi de la science économique, déborde, de même, les frontières de l’économie, telles qu’elles sont communément admises aujourd’hui. Marx et Pareto, mais aussi dans une certaine mesure Max Weber, Schumpeter ou le durkheimien allemand Simiand, sont considérés à la fois comme des sociologues et comme des économistes. C’est seulement avec le développement et le succès de l’économie dite néo-classique que l’économie s’est institutionnalisée comme une discipline à peu près complètement indépendante de la sociologie.
[…]
In : R. Boudon - F. Bourricaud, 1982, Dictionnaire critique de la sociologie, PUF, Paris

Notes

1 “Care economy” : travail non rétribué dans la sphère domestique et communautaire.

Auteur

Emmanuelle Chauvet (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable