Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Genre et économie : un premier éclairage

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

Présentation

Jeanne Bisilliat et Christine Verschuur

Texte intégral

1Les Cahiers Genre et Développement sont un recueil de documents de référence sur la notion de genre et l’analyse des problèmes de développement qu’elle permet. Ils ne constituent pas un “manuel” mais proposent de manière accessible, en langue française, un choix de documents sur la thématique “genre et développement” : articles théoriques, analyses sectorielles, outils de planification selon le genre, données de base, bibliographies, adresses utiles (Internet, centres de documentation). Ce matériel est notamment constitué par des traductions, des synthèses ou des extraits. Cette politique éditoriale se poursuivra pour tous les numéros de la série.

2Ils sont destinés à des responsables ou des chargé(e) s de projets, dans des ONG de développement, des institutions de développement et des organismes de coopération, et à des chercheurs ou étudiant(e) s effectuant ou prévoyant d’effectuer une recherche sur ce thème, ou souhaitant intégrer cette approche dans leur futur travail.

3Le premier numéro des Cahiers Genre et Développement fournissait des éléments pour mieux comprendre le concept de “genre” trop peu maîtrisé dans le milieu francophone. Les numéros deux et trois porteront, comme cela y était annoncé, sur l’économie. En effet, l’économie structure l’ensemble des rapports sociaux, et en premier lieu les relations de genre, et le croisement de cette discipline avec le concept de genre est à ce titre essentiel pour comprendre la nature et les transformations des rapports entre hommes et femmes.

4Le numéro que nous présentons ici est un premier éclairage des rapports sociaux entre hommes et femmes, de leurs transformations, et de l’ensemble des situations dans lesquelles les femmes sont insérées économiquement, mais également des principales notions qui informent structurellement ces situations, comme celle de la division sexuelle du travail, de l’articulation entre les rapports de production domestique et les rapports de production capitaliste.

5La matière est si riche qu’il nous a fallu opérer des choix et nous avons décidé de ne traiter certains thèmes que transversalement, comme celui du temps, bien qu’il soit en réalité à la base de la subordination des femmes et de son actuelle perpétuation. Perpétuation d’autant plus importante que le rôle des femmes dans l’économie prend, avec l’augmentation de la pauvreté dans le monde, une importance de plus en plus fondamentale pour la survie des populations. L’efficacité du travail féminin devient désormais une composante à part entière mais trop souvent dissimulée du libéralisme. La diversité culturelle et politique à l’œuvre dans les contextes géographiques variés que l’on trouvera dans cet ouvrage démontre, de manière puissante, l’invariabilité de l’exploitation du travail effectué par les femmes et la “mauvaise volonté” des décideurs pour faire changer cet état des faits.

6Il est surprenant de voir que des textes écrits il y a plusieurs années (nous avons choisi d’en présenter quelques-uns) sont encore tellement d’actualité. Cependant, d’une part, ils restent du domaine restreint des spécialistes, en particulier anglophones ; d’où notre intérêt à les faire traduire dans cet ouvrage et à les diffuser auprès d’un public plus large. D’autre part, ils continuent à se heurter aux résistances de ceux qui pourraient contribuer à changer les orientations du développement. Car le concept de genre, plus encore lorsqu’il est croisé à l’économie, est dans son essence un concept critique de l’organisation de la société, il oblige à des remises en questions à tous les niveaux, personnels et globaux.

7Une transformation des relations de genre implique un véritable changement, vers une société plus juste et équitable. Il s’agit d’un défi à l’orientation des paradigmes de développement. Il faut donc renverser les termes, non pas seulement chercher à promouvoir un développement aux relations de genre plus équitables, mais promouvoir des relations de genre plus équitables qui favoriseraient un développement économique, social, politique et culturel différent.

8Le numéro 3 des Cahiers Genre et Développement exposera l’articulation, inexorable, entre la mondialisation et la pauvreté. La mondialisation n’est pas un phénomène nouveau, ce qui a changé est la rapidité des transformations et l’intensité avec laquelle les femmes et les relations de genre en souffrent les effets. Nous espérons pouvoir le faire paraître dans un délai assez court afin que la complémentarité des deux numéros puisse jouer son rôle auprès des lectrices et des lecteurs.

9Les différents articles étant suivis, la plupart du temps, d’une large bibliographie, nous n’avons pas inclus une bibliographie générale. Par contre, nous proposons une liste de sites WEB à consulter sur la problématique du genre et du développement. Cette liste est forcément limitée puisque de nouveaux sites ne cessent d’être créés.

Auteurs

Anthropologue, présidente de l'Association femmes et développement (AFED).

Anthropologue, chargée du séminaire Genre et développement à l'Institut universitaire d'études du développement (IUED) à Genève.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable