Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

9. La formation à la notion de genre et les outils de sa mise en œuvre

Comment mettre en œuvre le concept d’autonomie

Jan Pronk
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Women in development : advancing towards autonomy (2ème partie)
in : Policy and Development : Analysis and Policy
La Haye, Ministery of Foreign Affairs, 1992, p. 14-23 (extraits). Traduit de l’anglais.

Discours prononcé devant les spécialistes du programme Femmes et Développement réunis en atelier de perfectionnement.

Texte intégral

(...) Jusqu’à quel point peut-on appliquer l’autonomie ?

1Ceci m’amène à la troisième catégorie de commentaires sur l’autonomie, à savoir la possibilité de la mettre en œuvre. Certaines personnes s’inquiètent du fossé existant entre la politique et l’application des politiques en faveur des femmes et du développement (cf. Rookhuizen, Wesemael-Smit, Schrijvers). Elles ont raison, car c’est à l’usage que l’on peut juger de la qualité d’une chose. Il y a beaucoup à faire dans les années à venir pour que soit structurellement appliqué le programme de développement en coopération afin de respecter les exigences opérationnelles d’autonomie. Il faudra mettre en œuvre des mesures méthodologiques et fonctionnelles importantes pour combler l’écart entre la politique et la mise en œuvre et parvenir ainsi à une véritable réalisation opérationnelle de la politique d’autonomie. Permettez-moi de citer cinq mesures que nous avons prises et qui sont actuellement en cours de réalisation.

1 – L’introduction de Femmes et Développement en tant que thème prioritaire dans l’ensemble du programme Coopération et Développement

2Nous avons décidé de faire de Femmes et Développement une priorité obligatoire dans le programme de Coopération et Développement. Tout d’abord Femmes et Développement veut être désigné comme un fer de lance dans les programmes des Pays Bas. La tâche du personnel en charge de ce programme-pilote ne se limite pas à planifier des projets spécifiques pour les femmes. Son principal travail consiste à conseiller, préparer et conduire les politiques afin d’être sûr que ce programme demeure une composante essentielle de toutes les activités de développement entreprises par le Ministère. La deuxième conséquence de cette décision, donner la priorité à Femmes et Développement, signifie que toutes les activités, qu’elles soient bilatérales ou multilatérales ou non-gouvernementales, commerciales, bénéficiant de cofinancement, en rapport avec des activités de recherches ou autres, doivent répondre à un ensemble de critères fondamentaux. Pas plus mais pas moins. Trois ensembles de critères sont devenus obligatoires : l’environnement, la pauvreté, les femmes et le développement.

2 – Introduction de cibles spécifiques pour les femmes et le développement

3Le temps des approches décontractées et des simples directives est révolu. Pour la première fois désormais, des objectifs concrets sur Femmes et Développement sont établis. Nous voulons introduire des critères de procédure aussi bien que des critères d’impact. Pour ce qui est des procédures, nous avons décidé d’utiliser ceux de l’OCDE/CAD/Femmes et Développement. (Organisation de coopération et développement économique/Comité d’aide au développement)

4Je cite à nouveau le document Un monde de différences : “En 1998 au moins 50 % des dépenses engagées dans les programmes néerlandais au profit des femmes et financés par des programmes bilatéraux répondront aux critères OCDE/CAD/Femmes et développement.” (Un monde de différences, 1990, p. 206). Les critères CAD/Femmes et Développement sont des critères de procédures destinés à garantir la participation du groupe cible aussi bien qu’un rapport d’expertise Femmes et Développement dans les différentes phases du projet. Ils se présentent comme suit :

  • les femmes des pays bénéficiaires qui seront impliquées dans le projet, avec priorité donnée aux femmes appartenant à la population cible, doivent être consultées sur le but du projet. Le cahier des charges du projet doit expliquer clairement comment les femmes seront consultées ;

  • les femmes des pays bénéficiaires impliquées dans le projet avec priorité pour les femmes appartenant à la population cible doivent être des participantes actives pendant l’application du projet ; c’est à dire que le cahier des charges doit expliquer clairement comment les femmes seront impliquées dans la mise en œuvre ;

  • les entraves à l’encontre de la participation féminine dans le projet seront identifiées dans le cahier des charges et des mesures seront proposées pour surmonter ces difficultés ;

  • on doit utiliser les expertises Femmes et Développement tout au long du déroulement du projet pour s’assurer de la pleine participation des femmes, et le cahier des charges doit stipuler précisément comment cette expertise et les critères Femmes et Développement seront appliqués.

5Le but général de 50 % en 1998 sera étendu à tous les principaux pays et régions sur lesquels nous concentrons notre aide pour le développement. Les chiffres à atteindre dans les quatre années à venir pour Femmes et Développement dans des pays et régions données seront précisés dans le plan de politique pour les pays et les régions de 1992-1995 et seront publiés à la fin de cette année. Deuxièmement et en plus de ces critères de procédure, les critères d’impact seront développés à partir de deux objectifs : l’un négatif l’autre positif. Le point négatif précise qu’aucun programme financé par des fonds néerlandais ne doit aboutir à la détérioration de la situation des femmes. Le point positif veut qu’un pourcentage non encore déterminé de projets aboutisse à un résultat positif, c’est-à-dire à une plus grande autonomie des femmes.

3 – Introduction des outils nécessaires

6Afin d’atteindre les objectifs, à la fois négatifs et positifs, nous développons des outils appropriés capables de contrôler le processus de prise de décisions administratives pour l’allocation de fonds et pour la mise en œuvre des programmes, c’est-à-dire le déroulement du projet. C’est la troisième mesure importante que nous avons prise. Fondamentalement, cela revient à développer un système d’évaluation, de surveillance et de compte-rendu.

7On a beaucoup travaillé par le passé pour développer des outils susceptibles de rendre opératoire la politique Femmes et Développement. Permettez-moi de citer l’exemple des quatre documents du secteur Femmes et Développement publiés en 1988 et 1989 qui fournissaient pour les domaines de l’agriculture, de l’eau, de l’écologie/environnement et de la santé des directives et une liste de contrôles utiles pour évaluer les projets et les programmes. La Communauté européenne, d’autres pays donateurs et des ONG se servent aussi de ces documents. Le cinquième document sur femmes et éducation sera publié prochainement.

8A partir de là, nous allons faire un pas de plus afin de couvrir non seulement des domaines particuliers, mais également des programmes intégrés en élaborant des scénarios sur l’évaluation des impacts des projets sur les femmes. Ils offriront des techniques de procédure propres à favoriser l’intégration des femmes et l’approche " autonomie " pendant le déroulement du projet.

9L’impact de l’évaluation du projet sur les femmes constituera une sorte de scénario méthodologique du cycle du projet en cours avec une panoplie d’outils pour vérifier si l’évaluation et la conclusion du projet obéissent aux critères d’autonomie CAD/Femmes et Développement. La détection et la divulgation précoces et systématiques de l’impact sur l’autonomie des femmes dans un programme de coopération au développement peut prévenir l’apparition de conséquences négatives. Afin d’être à même de juger si un projet aboutit à plus d’autonomie il faut connaître les principes de base comme les résultats finaux. Nous avons l’intention de développer ce que l’on appelle un Profil Femmes et Développement dans ces régions, par exemple une province dans un pays où les Pays-Bas ont un programme important de coopération et développement. Ce profil devra fournir les données de base sur la position des femmes dans cette région. Les éléments économiques, politiques, socioculturels et physiques fournissent une description complète. Il est important de fonder la recherche sur un dialogue avec les femmes de cette zone.

10Dans un certain nombre de programmes et de projets spécifiques le profil Femmes et Développement devra être complété par des études plus approfondies d’Impact sur les femmes (Women Impact Studies, WIS). Une telle étude décrit la position actuelle des femmes et prévoit les conséquences possibles des interventions proposées. Grâce à deux types de profil, un profil d’activité et un profil d’accès et de contrôle, le WIS fournit des données traduites en indicateurs permettant de vérifier les programmes et autres interventions à la lumière des critères d’autonomie. Ces critères procèdent des objectifs positifs de l’impact sur les femmes et le développement dont j’ai parlé.

11Nous distinguons dans les pays quatre critères d’autonomie applicables en fonction des conditions locales :

  • la position économique des femmes sera renforcée du point de vue du contrôle sur le revenu et les moyens de production sans augmentation substantielle de la charge de travail ;

  • la position politique et organisationnelle des femmes sera renforcée en ce qui concerne la participation ou le contrôle sur les aménagements organisationnels et indépendants dans la structure du projet. De même pour l’organisation dans le district, la zone ou le village, ainsi qu’au niveau régional et national ;

  • dans la zone du projet, l’autonomie des femmes sera renforcée dans l’image qu’elles ont d’elles-mêmes, ou que les autres (les hommes) ont des femmes, comme seront combattus les principaux préjugés à leur encontre.

  • l’autonomie physique des femmes sera renforcée. C’est-à-dire les femmes gagneront en maîtrise de leur propre corps, contrôleront leur fécondité, leur sexualité et l’on reconnaîtra ou prêtera attention à leurs problèmes de santé.

12Nous avons l’intention, dès le 1 er janvier 1992, d’introduire la règle selon laquelle un projet ne devrait pas entraîner la détérioration de la situation des femmes à la lumière de ces quatre critères. Si la conception d’un projet ne satisfait pas cette condition, il doit être reformulé ou abandonné. Dans le courant de l’année 1992, pendant laquelle on aura respecté ces critères, des objectifs d’impact positif seront formulés pour l’année 1993 et les suivantes.

13Si à la fin d’un projet, l’évaluation, basée sur les critères d’autonomie, montre que la situation des femmes a été renforcée sur au moins un des quatre critères, sans que les autres aient été affaiblis, nous en conclurons que les objectifs de développement ont été atteints ou, si l’on veut, que le programme s’est révélé positif en faveur des femmes. Tous ces plans sont développés dans le cadre du programme pilote Femmes et Développement. Il existe dans cette perspective une collaboration étroite avec les autres programmes pilotes sur l’environnement et avec les unités de conseils techniques du Ministère, qui sont tous deux responsables du développement de cibles chiffrées, d’objectifs et de contrôles comparables sur les programmes d’environnement et de lutte contre la pauvreté.

14Les évaluations des programmes sur les Femmes et le Développement, sur la lutte contre la pauvreté et l’environnement seront reliées les unes aux autres et formeront ensemble une étape dans le déroulement du programme. De plus, le programme pilote Femmes et Développement doit non seulement développer et affiner des instruments d’évaluation, mais il doit également avoir une responsabilité particulière dans l’évaluation du projet lui-même. Tout projet proposé susceptible de s’appliquer aux femmes sera soumis au programme pilote Femmes et Développement aux fins d’avis techniques et d’évaluation. Les projets ne répondant pas aux critères seront amendés ou rejetés.

4 – Renforcement de l’expertise

15Afin de rendre tout ceci possible, nous avons besoin de plus d’expertises dans le système, et ceci m’amène à la quatrième série de mesures importantes. Pour cela nous avons d’abord renforcé le nombre d’experts Femmes et Développement au ministère et dans les ambassades. Bien sûr au Ministère on trouve dans le programme pilote Femmes et Développement l’ensemble des expertises sur ce sujet. Il a sa propre place dans les procédures de prise de décisions. Mais bien sûr cela ne suffit pas ; aussi tout le personnel reçoit des formations spécifiques et régulières au ministère afin d’améliorer le déroulement du financement et du projet. Sur le terrain, le nombre des spécialistes sur cette question est augmenté. D’ici 1992, seize spécialistes Femmes et Développement seront opératoires. Pour l’atelier d’aujourd’hui, dix spécialistes sont revenues aux Pays-Bas avec leurs collègues des pays où elles travaillent. Je les salue tout spécialement. Les spécialistes Femmes et Développement jouent un rôle essentiel pour traduire et identifier les besoins et les contraintes rencontrées par différentes catégories de femmes. Afin de vous permettre d’agir plus rapidement et plus efficacement, une fois identifiés les programmes destinés à améliorer l’autonomie (par exemple le soutien aux groupes locaux et le renforcement d’experts locaux), vous aurez la possibilité, à partir du 1 er janvier 1992, de réclamer une part des fonds du programme pilote qui seront envoyés en attendant aux ambassades concernées. (...)

5 – Les fonds Femmes et Développement

16Ceci m’amène à la cinquième et dernière série de mesures, l’augmentation des fonds alloués au programme pilote Femmes et Développement. Le budget de ce programme doit passer de 17 millions de florins (50,15 millions de FF) en 1991 à 35 millions (109,25 millions de FF) en 1995. Ces ressources pourront être utilisées dans deux programmes principaux :

  • rendre opérationnelles les politiques de développement en faveur des femmes, notamment en apportant de l’aide aux programmes novateurs et efficaces ;

  • aider les mouvements internationaux de femmes, les réseaux en particulier.

17Finalement, après tout ce que j’ai dit, il apparaît clairement qu’il faut changer de comportement envers les femmes, y compris parmi le personnel impliqué dans le processus de décision sur la coopération au développement. Au lieu de regarder les femmes comme des sujets passifs, nous devons les reconnaître comme actrices responsables de leur situation. Il faudra en conséquence changer la façon d’aborder le problème des femmes tel qu’il prévaut encore au Ministère.

18Toutefois Joke Schrijvers nous a mis en garde contre une utilisation trop rigide et venant d’en haut de l’approche autonomie, avec des recettes universelles, prêtes à l’emploi. Ce serait effectivement une contradiction dans les termes. On ne peut imposer l’autonomie. L’autonomie signifie par définition une approche participative, issue de la base. Par participation des femmes, je ne veux pas dire permettre aux femmes de participer à des idées et des programmes déterminés par d’autres. Au contraire, ce sont les gens concernés qui, par le biais de l’analyse et de la connaissance de leur propre situation, déterminent leurs stratégies et leurs programmes.

19Ce qu’il faut c’est créer les conditions préalables. Cela nécessite une aide et un dialogue constants. En fournissant l’aide financière et institutionnelle aux organisations et réseaux de femmes et en favorisant l’autonomie, nous permettons aux femmes de faire entendre leurs voix et de contribuer directement à la transformation de la société. Ce sont les programmes et les projets, par lesquels passe l’aide technique et financière allouée aux organisations gouvernementales et aux ONG, faisant participer un maximum de femmes qui seront choisis et mis en oeuvre. J’ai essayé de fournir une panoplie d’outils capables de les rendre opérationnels. Les femmes auront des souhaits spécifiques et des idées d’action selon leur pays ou leur région, leur classe, leur origine ethnique, leur âge et d’autres facteurs socio-économiques. Nous pourrons ainsi concevoir et réaliser des projets sur mesure.

20Tout n’a cependant pas encore été dit concernant la conception et la réalisation d’un projet permettant le choix et la participation optimale des femmes. C’est pourquoi lorsque nous recherchons des méthodes et des vérifications, il doit y avoir une collaboration étroite entre les groupes de femmes et les chercheurs dans les pays en développement qui travaillent sur la base du dialogue. Ce dialogue est également la réponse finale à la critique de Dick Bol concernant le choc prétendu entre autonomie et culture.

21Je me rends compte que j’ai présenté un programme ambitieux. Mais lorsque je considère la vitesse avec laquelle les concepts tout comme les expériences pratiques sur le développement se sont développés en moins de vingt ans, je suis persuadé que le processus de professionnalisation de la politique Femmes et Développement continuera à progresser rapidement.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/5385/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Auteur

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable