Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

9. La formation à la notion de genre et les outils de sa mise en œuvre

L’introduction de la perspective du Genre dans les actions de développement : l'expérience de la coopération suisse au Niger

Direction du développement et de la coopération DDC-Suisse

Note de l’éditeur

In : L’expérience de la coopération suisse au Niger
Berne, Direction du Développement et de la Coopération Suisse 1999 (extraits)

Texte intégral

1Au début des années 1990, le Bureau de la Coopération Suisse au Niger s’est penché sur la prise en compte des femmes au sein des projets et des institutions partenaires pour constater que, malgré certaines tentatives d’intégration, celles-ci restaient le plus souvent des bénéficiaires ou des acteurs de second plan. Il était donc nécessaire de revoir la démarche pour introduire la prise en compte, non seulement des femmes, mais aussi des relations entre les hommes et les femmes dans les projets et se recentrer sur un développement équilibré hommes-femmes.

Une théorie “politiquement correcte”

  • 1 Section Ressources Humaines de la Direction du développement et de la Coopération à Berne (DDC)

2Un premier séminaire de formation organisé en 1993, avec l’appui de consultants africains et de la Division développement équilibré hommes-femmes1 était destiné à initier les cadres nigériens des institutions partenaires au concept et à la grille d’analyse Genre de la DDC. Malgré une adhésion théorique au concept, chacun ressentait fortement la distance entre cette théorie et la réalité nigérienne. S’exprimèrent les craintes de prendre des risques, de s’exposer, d’oser bousculer la répartition traditionnelle des rôles entre les hommes et les femmes, l’appréhension de devoir remettre en cause des rapports sociaux davantage basés sur la dépendance que sur l’équité.

3Le constat de ces résistances amena à mettre sur pied une autre formation, réalisée cette fois-ci par une équipe nigérienne. Elle était axée sur le travail sur soi-même à partir des expériences concrètes et des vécus personnels afin de mieux situer les aspirations des femmes et des hommes, de mieux comprendre les relations hommes-femmes dans leur milieu culturel. On utilisa pour la première fois la technique des jeux de rôle. Parallèlement, on tenta de formuler des propositions pour favoriser les pratiques conciliables, tant au niveau personnel qu’au niveau professionnel, avec un développement équilibré.

Passer de la théorie à la pratique

4A l’issue de ces rencontres, la question restait posée de comment transposer et appliquer concrètement ce concept sur le terrain d’intervention, dans les projets, au niveau des animateurs mais aussi des villageois et des partenaires de travail.

5Le choix fut donc fait de poursuivre le travail de formation en s’adressant cette fois-ci aux personnes travaillant directement sur le terrain, c’est-à-dire aux animateurs des projets et à leurs partenaires ONG ou services publics. Pour chaque projet et chaque organisation partenaire, un atelier fut organisé.

6Sans perdre de vue le concept et les grilles d’analyse théoriques, il s’agissait d’aborder la problématique de la formation au genre tout en proposant une approche compatible avec la réalité humaine, culturelle et sociale du Niger. La démarche, relativement nouvelle, s’est construite peu à peu au fil du déroulement de l’expérience et s’est avérée extrêmement enrichissante.

7Le fait de former l’ensemble du personnel d’un projet aide à mieux comprendre la transversalité de l’approche et évite la marginalisation des femmes. L’équipe du projet doit comprendre que l’intégration du genre se fait à toutes les étapes et dans tous les domaines du projet, de la conception à la mise en œuvre et que sa promotion ne peut être le fait que de l’ensemble de l’équipe et pas du, ou le plus souvent de la “chargé/e des questions genre”.

8Ces formations se sont basées sur deux principes :

  • l’apprentissage du concept passe par un travail d’introspection personnelle permettant à chacun d’identifier les blocages qu’il véhicule par rapport à cette approche ;

  • fournir aux participants des éléments qui leur permettent de comprendre la réalité sociale en terme de genre et de faire des propositions pratiques et concrètes dans leur institution et sur leur terrain.

Avant toute chose, briser la carapace

9Le travail sur soi-même constitue un élément clef pour la promotion du genre. Dans un contexte culturel et social comme celui du Niger, il est important de percevoir, d’identifier les différents blocages qu’on peut ressentir par rapport à cette approche. Le but de ce travail, au travers de différents exercices, est d’ouvrir des brèches dans les carapaces de chacun/chacune afin qu’ils/elles parviennent à prendre un certain recul par rapport aux rôles sociaux auxquels ils se conforment dans leur vie privée et professionnelle.

  • 2 Les hommes ont pu dire combien ils ressentent lourdement l’obligation qui leur est faite de subveni (...)

10Cette partie de la formation qui fait appel aux jeux de rôles et au vécu personnel et met à jour les stéréotypes sociaux dominants rencontre un grand succès auprès des participants. Il leur permet de s’interroger sur le bien-fondé, les avantages, les inconvénients des rôles qu’ils sont amenés à remplir (chef de famille, épouse, jeune fille à marier, etc.). La mise en confiance obtenue grâce au travail d’animation donne la possibilité aux participants de verbaliser, face au groupe, les craintes, les aspirations, les frustrations personnelles liées à ces rôles2. Ce travail permet à des hommes et des femmes d’élargir leur perception de l’autre genre et de mieux comprendre le type de rapports qu’ils entretiennent avec lui.

  • 3 Il a quelquefois fallu une heure de discussion pour faire admettre aux groupes des hommes que “l’in (...)

11Le “portrait type” qui consiste à décrire, par groupes, l’autre sexe, révèle l’image que chacun se fait de l’autre et de lui-même. Le portrait est bien souvent surprenant et pas toujours facile à accepter3.

L’analyse sociale selon le genre

12La difficulté consiste à dépasser les stéréotypes sociaux pour revenir à la réalité. Pour beaucoup d’agents de développement, l’approche Genre constitue en premier lieu une menace de l’ordre institué entre les hommes et les femmes dans la société nigérienne. Ces craintes ne sont évidement pas sans fondements dans la mesure où l’approche genre sous-tend la notion de transfert de pouvoir et propose une modification des rôles sociaux.

  • 4 Cette multiplicité de référence est en général défavorable aux femmes. En matière d’héritage, on se (...)
  • 5 Le phénomène d’urbanisation étant très récent au Niger, la plupart des agents de développement sont (...)

13Cette remise en question que suppose l’approche genre les pousse à se réfugier dans une tendance à décrire une société uniforme où tout le monde fonctionne de la même manière, où les changements sont difficiles, voire impossibles. L’Islam est utilisé de la même façon. Pourtant, les règles sociales sont le résultat d’une alchimie entre de multiples codes sociaux, culturels, légaux et religieux : la tradition et le droit coutumier, l’héritage colonial, l’Etat, son administration, le code civil, l’islam, le Coran4. La tendance est souvent de projeter du milieu rural5 une image idéale, souvent figée. On ne prend pas toujours en compte les mutations, les transformations qui ont pu s’y produire les dix ou vingt dernières années. Même dans un contexte professionnel, dans le cadre d’une analyse ou d’une étude de milieu, cette tendance persiste et constitue un frein à l’observation et à l’écoute réelle.

L’analyse sociale avec des “lunettes genre”

  • 6 Si on parle de l’agriculture, la représentation sociale spontanée est “l’homme cultive le champ fam (...)

14Les différentes formations étant chaque fois destinées à un projet spécifique, il fut relativement facile de pratiquer un tel exercice à partir du contexte social local. L’observation “avec des lunettes genre” oblige que l’on s’attache le plus fidèlement possible à la réalité tangible et qu’on mène diligence pour éviter d’en référer aux stéréotypes sociaux en vigueur6. Les participants aux ateliers prennent ainsi conscience de la grande part de subjectivité qui peut intervenir dans leur interprétation de la réalité. Il doivent pouvoir poser les bonnes questions du point de vue du genre et déterminer pour toute chose qui la fait, qui la paye, qui en est responsable, a qui elle appartient.

15L’écart entre la représentation sociale (stéréotypes) et la réalité montre que le changement social n’est pas obligatoirement un bouleversement, mais peut être également un facteur de progrès social. L’analyse collective de la réalité sociale, culturelle et historique en terme de genre permet de s’éloigner de ces schémas figés. Elle met en évidence les mutations passées et actuelles et amène à une perception dynamique de la société où les transformations s’opèrent de toutes façons, où les codes se mélangent et s’imbriquent.

L’importance de l’impact en terme de relations hommes-femmes

  • 7 La violence envers les femmes par exemple doit être abordée avec les hommes, sinon on ne pourra avo (...)

16L’étude des différentes actions menées par les projets ou ONG au niveau local permet aux participants de toucher du doigt la différence entre l’approche “femmes” (IFD – Intégration des femmes au développement) et l’approche genre. La première met l’accent sur “l’action avec les femmes” alors que la seconde se préoccupe en premier lieu de l’impact de toute action sur les femmes et sur leurs relations avec les autres groupes sociaux. Les participants réalisent ainsi que des actions pensées à l’origine comme favorables aux femmes n’ont pas eu que des effets positifs sur leurs conditions de vie. Exemples à l’appui, on parvient à montrer que l’approche Genre ne se limite pas aux actions destinées aux femmes : des actions ciblant d’autres groupes peuvent avoir un effet positif sur les femmes et sur l’ensemble de la communauté7. Les exemples sont peu nombreux compte tenu du fait que c’est essentiellement l’approche “femmes” qui a été développée jusque là.

17On attire également l’attention des participants sur les éléments clefs de l’étude d’impact : la charge de travail des femmes est déjà importante, leur temps est limité, le faible taux d’alphabétisation des femmes, la difficulté des femmes à se consacrer à la formation, etc.

Rester dans le domaine du possible

  • 8 Si le puisage de l’eau peut être fait par un homme, il est inconcevable que l’homme puisse porter u (...)

18Avant d’engager des actions favorables au genre, et donc porteuses de changement, il importe de déterminer si elles rentrent dans le champs du possible et de voir si elles peuvent être initiées sans entraîner de blocages. Les limites de l’approche sont fixées par le contexte social et culturel en présence. Lors des ateliers nous avons pu constater par exemple que certaines tâches domestiques ne sont pas transférables d’un sexe à l’autre : elles restent chargées d’une valeur symbolique encore trop forte pour pouvoir être dépassée8. Par contre, l’apport d’une nouvelle technologie peut faciliter le transfert de certaines techniques vers les hommes (la charrette pour le transport du bois ou de l’eau).

  • 9 Il semble difficile au Niger, en milieu rural, qu’une femme dirige des hommes. Une femme sous-préfe (...)
  • 10 Dans un projet, les villageois ont dû convaincre l’animateur de former des secouristes femmes, les (...)

19Ces lieux du genre doivent être définis très localement et ponctuellement car les choses peuvent varier d’un village à l’autre, d’un quartier à l’autre, d’un groupe à l’autre, d’un moment à l’autre. L’approche doit rester modulable au sein du projet ou de l’ONG9 et les intervenants attentifs à toute disponibilité. Bien souvent les villageois surprennent les animateurs par leur ouverture et leur souplesse. Les freins peuvent se situer au niveau des animateurs, agents ou cadres du projet ou de l’ONG. La communauté villageoise qui fait face à une réalité économique de plus en plus difficile est prête à assumer certains changements si elle les juge susceptibles d’améliorer ses conditions de vie10.

20L’essentiel de cette expérience a été consignée dans une brochure intitulée : “Genre et Développement – Une approche nigérienne”. Un fichier d’outils destiné aux ONG et projets de développement est actuellement en préparation et constitue la suite logique du premier document. Ces documents sont disponibles auprès de : Coopération Suisse, B. P. 728 – Niamey – Niger.

Notes

1 Section Ressources Humaines de la Direction du développement et de la Coopération à Berne (DDC)

2 Les hommes ont pu dire combien ils ressentent lourdement l’obligation qui leur est faite de subvenir aux besoins de la famille ; les femmes avouent que pour elles l’acte sexuel est souvent assorti de violence ; les jeunes hommes célibataires expriment le sentiment qu’ils ont de “n’être rien” puisque pas encore chef de famille.

3 Il a quelquefois fallu une heure de discussion pour faire admettre aux groupes des hommes que “l’intelligence” que les femmes s’étaient attribuée comme qualité était tout à fait légitime… A l’inverse, ils ne pouvaient accepter que le regard des femmes remettent en cause la supériorité qui leur est socialement conférée.

4 Cette multiplicité de référence est en général défavorable aux femmes. En matière d’héritage, on se réfère le plus souvent au Coran qui attribue une demi-part à la fille contre une part au garçon. Mais cette règle n’est pas appliquée pour l’héritage foncier qui tombe lui, sous la juridiction coutumière qui stipule qu’on ne donne pas la terre à la fille (à l’origine, afin d’éviter le démantèlement de l’exploitation familiale). On lui prête une terre en échange pour qu’elle puisse cultiver, mais elle ne la possède pas, elle ne peut pas jouir comme un propriétaire de sa terre, c’est-à-dire la revendre.

5 Le phénomène d’urbanisation étant très récent au Niger, la plupart des agents de développement sont issus du milieu rural, bien qu’ils l’aient en général quitté à l’occasion de l’entrée au collège vers l’âge de 14 ans.

6 Si on parle de l’agriculture, la représentation sociale spontanée est “l’homme cultive le champ familial et la femme s’occupe des cultures de case”. La réalité après observation et analyse est moins simple : “La femme effectue les semailles, participe aux sarclages et à la récolte du champ familial ; elle cultive également son propre champ ; elle peut aussi pratiquer les cultures maraîchères avec un groupement féminin”.

7 La violence envers les femmes par exemple doit être abordée avec les hommes, sinon on ne pourra avoir de modification de la situation.

8 Si le puisage de l’eau peut être fait par un homme, il est inconcevable que l’homme puisse porter un canari ou une calebasse sur la tête. De même, l’homme peut faire des grillades en public mais ne peut faire la cuisine dans une marmite.

9 Il semble difficile au Niger, en milieu rural, qu’une femme dirige des hommes. Une femme sous-préfet nommée dans une région où les tribus maraboutiques sont importantes a été rejetée par la population. Mais dans un village proche de Niamey, un groupement féminin particulièrement actif soutenu par une ONG a pu obtenir la construction d’une école alors que le chef du village la réclamait en vain depuis plus de 10 ans. Les villageois ont admis que ce pouvait être un motif suffisant pour qu’une femme soit désignée comme chef de village.

10 Dans un projet, les villageois ont dû convaincre l’animateur de former des secouristes femmes, les hommes n’ayant pas su assurer une bonne gestion du stock de médicaments ou ayant abandonné leur poste pour partir en migration.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable