Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

8. Les politiques de développement face à la notion de genre

Intérêts des femmes et planification : approche méthodologique en vue de leur intégration dans les projets locaux, régionaux et nationaux

Kate Young
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Women Concerns and Planning : A methodological Approach for their Integration into Local, Regional and National Planning
in : Paris, UNESCO, 1986, p. 16-20
(Socio-Economic Studies, n° 13) (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

(...) L’Etat, un mécanisme pour satisfaire les besoins des femmes

1Nous abordons maintenant notre deuxième sujet de réflexion : c’est à dire les problèmes théoriques et stratégiques nés de l’action de l’Etat comme mécanisme privilégié pour s’assurer que l’on réponde aux besoins des femmes quels qu’ils soient, qu’ils soient identifiés ou non. Dans tous les articles de ce numéro, sauf un, on présume que l’Etat, ou l’un de ses services administratifs, constitue le mécanisme le mieux à même de satisfaire les besoins pratiques des femmes. Par contre, l’article sur la Chine s’élève contre les aides de l’Etat pour répondre à n’importe quels besoins des femmes, comme celui d’avoir un emploi ou un revenu personnel, ceci afin de favoriser les femmes qui prennent d’elles mêmes des initiatives et en sont récompensées d’autant. La justification de cette position n’est pas totalement claire, mais semble s’appuyer sur deux facteurs : le coût des aides et l’incapacité des fonctionnaires de l’Etat à diriger efficacement et effectivement des interventions.

2Le premier point est relativement courant : l’argument se concentre moins sur le fait de savoir si l’Etat est capable de fournir des fonds pour couvrir le coût de ces aides que sur la question de savoir si un autre usage des deniers de l’Etat n’aurait pas produit un résultat meilleur et plus rapide ; c’est à dire si investir dans l’industrie, la fabrication, et/ou l’agriculture en augmentant les niveaux de production, la productivité, l’emploi, et même les salaires, ne créerait pas les conditions susceptibles de générer davantage de richesses pour les personnes, les entreprises, l’Etat. Cela permettrait ainsi de répondre à un bon nombre de besoins grâce au processus de modernisation économique. Puisque, par définition, la plupart des pays en transition doivent lutter pour augmenter leurs capacités productives et conserver la richesse qu’ils ont créée, la question primordiale que les planificateurs ont à résoudre consiste à savoir quels objectifs produisent les meilleurs “effets multiplicateurs” et doivent donc être choisis en priorité. Or le choix des objectifs dépend largement non pas de l’Etat en tant que tel mais du parti au pouvoir, de son projet politique et de ceux qui le soutiennent.

3On peut davantage discuter sur le second argument, c’est à dire l’incapacité organisationnelle et gestionnaire des bureaucrates. Le cas de l’Equateur illustre bien ce qui arrive lorsque l’on attend de l’Etat les solutions à des problèmes sociaux sur lesquels il n’existe pas de consensus. A moins de motiver les bureaucrates pour qu’ils adoptent des décisions qui peuvent être difficiles à prendre du point de vue personnel ou même se révéler impopulaires, ces derniers vont traîner les pieds, quelque soit le caractère progressiste des lois et le choix judicieux des aides au plan national. Les régimes démocratiques font très attention à l’opinion publique bruyante et aux groupes de pression bien organisés et efficaces, qui savent comment marche le système politique et comment compliquer la tâche des gouvernements n’appliquant pas les politiques et les programmes promis.

Les planificateurs et le plan

4Les planificateurs, en tant que bureaucrates, sont des agents de l’Etat mais aussi des experts techniques. La planification d’un autre côté n’est pas un simple exercice technique, mais un processus dans lequel il faut faire un choix entre différentes options sociales politiques et culturelles. Les planificateurs ne doivent pas seulement répondre, à court terme, aux buts fixés par les gouvernements, qui peuvent changer – entraînant souvent des modifications dans le paysage social économique et politique de la société – ils doivent également travailler au milieu des contraintes imposées par les décisions antérieures et par les structures de l’économie nationale, elle-même intégrée dans le système économique mondial. Aussi, pour amener les planificateurs à reconnaître qu’il faut faire quelque chose en faveur des besoins pratiques les plus criants des femmes, il y a lieu de présenter ces besoins de façon à ce qu’ils deviennent un problème politique urgent, exigeant une solution programmée. Cela démontre la nécessité pour les femmes de s’organiser et de penser d’une manière plus stratégique. Mais que devraient donc exiger les femmes des planificateurs et de l’Etat ?

5La plupart des études plaident en premier lieu pour que l’on reconnaisse que l’économie n’est pas uniquement composée d’unités de travail formellement constituées – usines, universités, boutiques réglementaires – ni d’activités valorisées par les mécanismes du marché. Ensuite, les études plaident en faveur des activités informelles et domestiques qui sont absolument essentielles pour la reproduction de la cellule familiale, des communautés et par extension et association pour l’entretien et la reproduction de la société elle-même. Enfin, elles affirment que ces tâches informelles et domestiques sont le fait des femmes dans presque toutes les sociétés connues en raison des systèmes sociaux et non par héritage génétique, ni par capacité innée, mentale, affective ou par infériorité ou faiblesse physique.

6La première étape que doivent alors franchir les planificateurs c’est l’identification. Les planificateurs, comme le relèvent plusieurs écrits, font des plans théoriques pour l’ensemble de la population, mais la planification s’applique à des catégories plutôt abstraites : travail, capital, main d’œuvre, capital humain, ménage. Il faut les compléter par des catégories plus concrètes et reconnaître l’hétérogénéité de l’univers social. La deuxième étape consiste à conférer une valeur économique à ces activités, c’est l’étape de valorisation. Dans la troisième étape, les planificateurs vont prêter attention aux besoins en éducation des productrices informelles et domestiques, pendant et en dehors de la formation professionnelle, mais aussi à l’amélioration technique de leurs instruments de production, c’est l’étape de la technique et de la modernisation.

7De prime abord, pour l’étape de l’identification, on a besoin :

  1. de restructurer le processus de recueil des données pour que toutes les informations nécessaires soient classées selon le sexe ;

  2. de recueillir les données sur le secteur informel et les activités nécessaires à l’entretien de la cellule familiale ;

  3. de multiplier les indicateurs afin de permettre une évaluation plus réaliste du développement.

8Pour l’étape de valorisation, il faut attribuer une valeur économique aux activités informelles et domestiques. On peut également envisager de donner une valeur économique aux activités sociales parce qu’elles renforcent le niveau de développement social et culturel.

9Enfin l’étape de la technique et de la modernisation exige qu’on lui donne la priorité au niveau national et qu’on adopte une stratégie de développement technique, si possible en commençant par les entreprises productives (rurales ou urbaines). La façon de procéder peut être celle de l’essai-erreur telle qu’elle est décrite dans l’article sur la Chine : si l’on juge qu’une certaine politique peut être nécessaire, on l’expérimente dans une région, ou dans une ville ou dans une entreprise. Si l’expérience se révèle fructueuse, on la reproduira sur une plus vaste échelle ; les ajustements aux difficultés et aux problèmes qui surviennent se font en consultant les personnes impliquées. De cette manière on pourra intégrer les politiques couronnées de succès dans le plan quinquennal suivant et les appliquer au reste de l’économie.

10De toute évidence, quelles que soient les aides apportées au niveau national, régional ou local, il faut renforcer les moyens qui permettent aux planificateurs de recevoir continuellement des informations de la part de ceux qui sont impliqués et de ceux qui sont les bénéficiaires. Le manque de flexibilité dans la planification n’est pas une caractéristique inhérente à la planification elle-même, mais à certains modes de planification et à certaines structures bureaucratiques dans lesquelles se trouvent situés les services de planification.

11Une avancée plus radicale que le processus de rétro-informations exigerait de décentraliser le processus de planification lui-même au bénéfice du niveau local. Les besoins locaux permanents, et l’étude des évaluations de ressources peuvent fournir aux planificateurs des données récentes (Heyzer, 1985). Au niveau local, on peut établir des équipes de conseillers en planification provenant de secteurs variés ; ils seront à même d’identifier les zones où il est nécessaire de travailler. La décentralisation de la planification devrait comprendre une ouverture démocratique du processus de planification bien plus importante que celle pratiquée ordinairement ; cela pourrait même devenir une stratégie capable d’impliquer davantage les femmes dans le processus.

12La démocratisation n’est évidemment pas quelque chose de facile : les systèmes sociaux autoritaires favorisent trop volontiers le conformisme, la servilité et la crainte ; de fait les besoins identifiés localement peuvent très bien n’être que ceux de certains groupes puissants. Toutefois en incitant les gens à discuter de leurs besoins on peut arriver à exercer des pressions sur les structures gouvernementales et à faire reconnaître les besoins des groupes sociaux moins visibles.

13L’identification des besoins locaux, des retro-informations constantes sur les effets positifs et négatifs des efforts politiques entrepris pour répondre aux besoins, sont à mettre au compte des bénéfices potentiels de la décentralisation et de la démocratisation. Bâtir un cadre de référence pour la planification dans son ensemble, et dans laquelle on puisse clairement identifier un grand nombre de besoins locaux et localisés, est un problème complexe, mais non techniquement insurmontable, si on a la volonté de le faire. On peut envoyer des données locales au district et du district à la région et ainsi de suite. On peut aussi identifier ces données grâce à un modèle général de planification WAND (Women’s Association for National Development/Populations Council). L’essentiel est de fournir les définitions des priorités, et une stratégie capable de satisfaire les besoins locaux dans le court et le long terme. En clair il faut inventer des mécanismes capables d’allouer des ressources aux différents niveaux intermédiaires et plus spécialement au niveau local. Il est donc essentiel de prévoir des mécanismes de redistribution, tout comme des moyens permettant au planificateurs locaux de bénéficier de ressources locales, que ce soit dans le domaine du travail ou des finances.

14Là où il existe une planification au niveau local et des structures de planification plus démocratiques, les femmes, au niveau individuel ou comme représentantes des groupes, devraient pouvoir participer et être encouragées à le faire activement. Il faut alors qu’elles soient situées au centre du dispositif désigné pour identifier les besoins et consultées en priorité avant l’élaboration de la politique, pendant la mise en œuvre et lors de l’évaluation. Cela signifie en conséquence que les femmes travaillant au niveau local devront bénéficier d’une formation spécialisée, leur permettant de prendre part activement à ce processus. Mais au-delà, il faudra que les femmes commencent à s’organiser autour de ces nouvelles possibilités et qu’elles fassent entendre leur voix. La mobilisation des femmes, comme le soulignent la plupart des études de cet ouvrage, est la priorité essentielle qui garantira l’intégration des femmes dans la future société en tant qu’actrices sociales égales aux hommes en importance et en dignité. De ce point de vue, l’Etat risque de n’être pas le mécanisme idéal pour promouvoir les intérêts stratégiques des femmes selon le genre, mais on peut l’obliger à offrir les conditions permettant aux organisations de femmes de le faire.

Auteur

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable