Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

7. Ensemble, elles luttent et réfléchissent : un premier aperçu

Propositions, stratégies et méthodes alternatives

Traduction de Alice Hodgson et Monique Perrot-Lanaud

Note de l’éditeur

In DAWN1. Femmes du Sud : autres voix pour le XXIe siècle
Paris : Editions Côté-femmes, 1992, p. 99-114
(Collection Femmes et Changements) (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

1(…)

2Une grande partie de ce qui a été exposé vient de l’expérience du développement qu’ont les femmes. Si nous avons souligné les interférences des politiques macro-économiques et leurs effets souvent défavorables sur les pauvres, les femmes en particulier, la situation présente néanmoins certains aspects positifs. Ce que les femmes ont vécu leur a permis de développer de grandes capacités de survie et de résistance. De plus, elles ont aussi des expériences positives particulières – résistance non violente aux armements nucléaires, aux escadrons de la mort ou aux exploitants forestiers. Elles ont appris à sortir de leur rôle soumis habituel et à affronter les pressions familiales et communautaires ; elles ont commencé à œuvrer ensemble pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de celles de leur communauté. Elles ont utilisé les traditions culturelles pour alerter les femmes et les hommes sur les inégalités et les injustices dans leurs sociétés.

3Après dix années de travail au sein des organisations de base et des mouvements de femmes, nous sommes arrivées à plusieurs conclusions essentielles.

4Tout d’abord, nos sentiments et notre éthique doivent se cristalliser en une vision claire de la société que nous voulons et de ce que nous demandons pour les femmes. Il ne s’agit absolument pas d’une idéologie uniformisante qui serait imposée par le haut ; mais nous pensons que le débat concernant les sujets concrets et précis de développement, de paix et d’égalité n’a fait que commencer et qu’il nous faut réfléchir ensemble sur les enseignements que nous pouvons tirer de la richesse de toutes nos expériences.

5En deuxième lieu, nous devons élaborer des stratégies qui nous feront progresser au-delà des tentatives limitées et fragmentées d’une décennie au cours de laquelle nous, les femmes, avons commencé à prendre conscience de l’énormité de la tâche qui nous incombe mais aussi de notre puissance potentielle. C’est pourquoi, dans ce chapitre, nous nous adressons d’abord aux femmes mais aussi aux agences de développement et aux gouvernements.

6Troisièmement, nous voulons décrire les méthodes qui donneront corps à notre vision du monde et à nos concepts stratégiques pour l’accès au pouvoir des femmes individuellement ainsi que de leurs organisations. En effet, l’un des thèmes forts du mouvement contemporain des femmes est l’interdépendance entre objectifs et méthodes, moyens et finalités. Notre propre expérience en tant que femmes nous a montré comme il est facile d’opprimer ou de supprimer l’autre au nom d’un “bien supérieur” si ce principe est négligé. Les mouvements de masse pour la paix et la justice ont un fondement éthique qui peut nous donner force et pouvoir s’il est clairement compris et exprimé. De même, le mouvement des femmes peut se forger une éthique issue de la vie quotidienne des femmes. Au niveau le plus profond, il ne s’agit pas de “combler le retard” dans un système de domination compétitif et agressif où la loi du plus fort est la norme. Il s’agit plutôt d’une tentative pour responsabiliser les hommes et le système, pour rejeter la hiérarchisation et faire admettre les valeurs d’attention et d’ouverture qui sont inhérentes à notre conception de la vie.

Propositions

7C’est la compréhension que nous avons du féminisme qui fonde nos propositions pour les femmes et la société dans son ensemble. Nous admettons que le féminisme puisse avoir plusieurs significations selon les besoins et les problèmes des femmes dans différentes régions, sociétés ou époques. Car nous considérons que le féminisme est un mouvement politique et qu’en tant que tel, il exprime les soucis des femmes de divers milieux et origines. Comme tout mouvement politique, il se traduit par des questions, des objectifs immédiats et des méthodes qui ne sont pas partout et toujours les mêmes. Mais, sous cette diversité, le noyau irréductible du féminisme est la lutte contre les structures de subordination des femmes et la promotion de celles-ci comme partenaires égales des hommes, à tous les niveaux de la société.

8Il y a eu beaucoup de confusion et de méprise parmi les femmes à ce sujet. La domination patriarcale et la nécessité de s’attaquer aux structures existantes a souvent conduit à la conclusion erronée que les difficultés, les stratégies et les méthodes étaient uniformes et universelles, et qu’elles concernaient également toutes les femmes, partout et toujours. Mais si un mouvement politique est potentiellement global, il lui faut préserver beaucoup de flexibilité, d’ouverture et de sensibilité par rapport aux problèmes et à leurs solutions tels qu’ils se manifestent pour les différents groupes de femmes. L’auto-identification est donc un élément essentiel de toute action politique efficace.

9Reconnaître cette diversité permet aux femmes d’œuvrer pour le changement à l’intérieur des structures existantes et ainsi de les transformer. Cela leur permet également de mettre en doute et d’examiner le lien entre les différents problèmes immédiats et la vision ultime de l’égalité des sexes de façon plus efficace que par une déclaration dogmatique sur la “véritable” signification du féminisme, de s’allier à d’autres organisations, d’affirmer leur autonomie ou de s’impliquer dans les organisations existantes selon les besoins. Elles peuvent lier la lutte pour leur libération aux luttes contre la discrimination, qu’elle soit nationale, raciale ou de classe, là où c’est opportun et selon les politiques et le potentiel des autres organisations.

10Etant donné cette conception du féminisme, la vision de la société exprimée ici est double. Si les femmes pauvres sont les principales actrices sur notre scène, nous devons avoir pour cibles la pauvreté et le patriarcat. Les racines structurelles de la pauvreté sont l’accès inégal aux ressources, le contrôle extérieur de la production, du commerce, des finances et de l’argent ainsi que, au-delà des frontières nationales, le sexe, la région ou la classe. Nous sommes parfaitement conscientes que, du fait de l’énorme distance qui sépare actuellement les riches des pauvres, distance qui n’a fait qu’augmenter au lieu de diminuer, les structures de pouvoir ne changeront pas du jour au lendemain. Néanmoins nous devons garder présente à l’esprit la forme de société que nous voulons voir émerger.

11Nous voulons une société d’où soient bannies les inégalités entre les classes, les sexes et les races dans tous les pays et dans les rapports entre les pays. Nous voulons un monde où les besoins fondamentaux soient des droits fondamentaux et où la pauvreté et toutes les formes de violence disparaissent. Chaque personne devra avoir possibilité de développer pleinement son potentiel et sa créativité ; les valeurs qui sont propres aux femmes dans leur rapport au bien-être général et à la solidarité modifieront les rapports humains. Dans ce monde, les fonctions de reproduction des femmes seront redéfinies et les soins aux enfants seront partagés entre hommes et femmes. Nous voulons un monde qui oriente les ressources gigantesques actuellement utilisées pour la production des moyens de destruction vers des domaines où elles serviront à soulager l’oppression à l’intérieur et à l’extérieur de la famille. Cette révolution technique supprimera la faim et la maladie et donnera aux femmes les moyens sûrs de contrôler leur fécondité.

12Nous voulons un monde où toutes les institutions permettent une participation démocratique et où les femmes aient aussi la possibilité de déterminer les priorités et de participer à la prise de décision.

13Il est probable que nous n’ayons rien dit là de nouveau. Pourtant, il a aussi souvent été dit que le monde ne peut trouver les ressources pour faire face aux besoins de tous les pauvres et que les pays pauvres doivent augmenter leur productivité avant de pouvoir améliorer le niveau de vie de leurs populations. Comme nous l’avons montré clairement, ces deux énoncés sont faux. Le premier est démenti par l’ampleur des ressources affectées à la militarisation. Par ailleurs, certains exemples cités de pays qui ont bénéficié d’une croissance rapide sans améliorer le niveau de vie du pays ou de la population, et d’autres qui ont fait le contraire, démontrent qu’il n’y a pas de corrélation automatique entre croissance économique et satisfaction des besoins fondamentaux.

14Car ce qui manque, ce ne sont pas les ressources mais la volonté politique : dans un monde ou dans les pays déchirés par des conflits d’intérêts économiques et politiques, nous ne pouvons espérer que les détenteurs du pouvoir fassent preuve du désir de changer spontanément de système. C’est aux mouvements d’opinion de masse centrés sur les “besoins fondamentaux” des pauvres qu’il revient de faire naître le changement ; cela implique une orientation nouvelle des politiques, des programmes et des projets. Le système politique doit impérativement être plus ouvert pour permettre l’expression de l’opposition ainsi que la participation des pauvres aux prises de décision qui affectent leurs vies, tant au niveau micro que macro-économique.

15A cet égard, il est réconfortant de constater que, malgré la sévérité de la crise économique (et dans certains cas, grâce à la résistance des pauvres et des classes moyennes), plusieurs pays d’Amérique latine et d’ailleurs se sont démocratisés. La puissance actuelle et potentielle du mouvement des femmes doit être utilisée pour élargir et consolider ces progrès.

16La transformation des structures de subordination, si défavorables aux femmes, forme l’autre partie de notre conception pour une ère nouvelle. Il est absolument nécessaire de procéder à la modification des codes civils, des systèmes de propriété, de la répartition du travail, du contrôle sur nos corps et, en général, des institutions légales et sociales qui sous-tendent la suprématie masculine. Les conséquences des injustices actuelles sur la santé des femmes, sur leur charge de travail, leur accès à l’emploi et aux revenus et même le taux de mortalité sont bien connues. C'est seulement en précisant les rapports entre égalité, développement et paix que nous pouvons montrer que les “droits fondamentaux” des pauvres et les modifications des institutions qui oppriment les femmes sont inextricablement liés. Donner du pouvoir aux femmes permettra de réaliser ces deux objectifs.

Stratégies

17Que pouvons-nous tirer de nos expériences en ce qui concerne les stratégies de changement ? Comme nous l’avons montré ci-avant, les projets pour l'emploi et l'acquisition de revenus pour les femmes ont pâti de leur dispersion, leur petite taille et leur marginalisation par rapport aux plans, programmes ou projets de développement. Les bailleurs de fonds internationaux ou nationaux) ont financé quantité de petits projets dans des secteurs variés, sans coordination véritable et sans se soucier de la viabilité financière, de la capacité de croissance et de la reproductibilité. Malgré ces inconvénients, la petite taille même des projets a permis aux femmes d’affronter les pouvoirs locaux, de formuler leurs demandes et de s’appuyer sur leurs groupes pour contrebalancer les traditions négatives et les rigidités qu’elles rencontraient à l’intérieur de leurs familles.

18Mais il nous faut aller de l’avant et replacer nos objectifs et nos actions dans le contexte élargi de notre conception de la société. La promotion des femmes exige des stratégies à long terme pour saper les structures dominantes et amener les gouvernements à justifier leurs décisions devant leurs populations. Tous les efforts à court terme en vue d’améliorer les possibilités d’emploi des femmes sont inefficaces s’ils ne s’insèrent pas dans les stratégies à long terme pour assurer à nouveau le contrôle par les populations – et plus particulièrement des femmes – des décisions économiques qui affectent leur vie. Ce que les femmes ont à dire doit être inclu dans la définition de ce qu’est le développement et dans les choix politiques.

19Ces stratégies doivent être discutées, avant tout, à l’intérieur des mouvements de femmes et au sein des organisations féminines de base. De cette manière, les expériences et les problèmes des femmes pauvres pourront être véritablement pris en compte ainsi que les variantes régionales et locales ; il sera aussi possible de formuler une analyse solide et des programmes efficaces pour nous-mêmes ainsi que pour les gouvernements et les agences internationales. Toute stratégie efficace doit intégrer les paramètres économiques, politiques, légaux et culturels. Mais pour simplifier les choses, nous avons séparé ces différents sujets au cours de nos débats.

20Dans le domaine économique, il nous faut distinguer entre le long et le court terme. A long terme, nous devons élaborer des stratégies qui briseront les inégalités structurelles entre les sexes, les classes sociales et les nations qui sont autant d’obstacles à un développement qui réponde aux besoins des peuples. La production agricole et industrielle et les services doivent être réorientés essentiellement vers la satisfaction des besoins des pauvres. Dans ce contexte, admettre non seulement que le travail des femmes fait partie du développement mais qu’il en est le cœur, est essentiel ; de même il faut absolument que les femmes pauvres soient au centre de la planification et de l’application des programmes. Pour qu’une réorientation aussi fondamentale s’opère, il faut sortir des schémas de domination coloniale et néo-coloniale, renforcer l’autosuffisance nationale au moins en ce qui concerne les besoins fondamentaux pour l’alimentation et l’eau, l’énergie, la santé et l’éducation. Cela implique, dans beaucoup de cas, l’abandon de stratégies centrées sur une production agricole et industrielle pour l’exportation lorsque celles-ci ont été clairement nuisibles pour la satisfaction des besoins fondamentaux. Comme nous l’avons démontré, bien que les femmes forment la majorité de la main-d’œuvre dans les structures actuelles de la production, leur intérêt à long terme coïncide avec une telle réorientation.

21Autre stratégie importante pour un nouveau modèle de développement : la réduction à l’échelle mondiale des dépenses militaires et de la consommation des ressources naturelles. Comme nous l’avons démontré, la hausse des budgets militaires va de pair avec, d’une part, la pauvreté dans les pays industrialisés et d’autre part, une mauvaise utilisation des ressources, minérales et autres, la suppression des oppositions politiques, les conflits armés et une distorsion des priorités économiques dans le tiers monde. Bien entendu, il y a le plus souvent complicité entre les régimes dictatoriaux et les intérêts particuliers extérieurs, économiques et géopolitiques. Mais la libéralisation en cours du processus politique, au moins dans certains pays, est propice à la revitalisation d’une opinion populaire anti-militariste et les organisations féministes ont là un rôle important à jouer.

22A l’échelle internationale, les stratégies de démilitarisation sont indissociables des priorités du Tiers Monde. Nous avons déjà souligné une conséquence des dépenses militaires croissantes : déficit budgétaire et intérêts élevés aux Etats-Unis, poids toujours plus lourd de la dette dans les pays en voie de développement. On peut donc en déduire qu’une réduction du budget militaire des Etats-Unis pourrait réduire la pression sur la balance des paiements des pays endettés, et, par voie de conséquence le fardeau imposé par les ajustements structurels sur les classes pauvres et moyennes de ces pays. Comme nous l’avons déjà souligné, une très grande partie de ce fardeau tombe sur les femmes pauvres, qui perdent revenus et accès aux services et qui doivent travailler encore davantage pour compenser ces pertes.

23Le contrôle des multinationales est un autre impératif à long terme. En effet, les grandes sociétés ont participé aux détournements vers la commercialisation, les exportations et la militarisation des ressources qui auraient dû être affectées aux besoins fondamentaux. Les emplois qu’elles créent dans le Tiers Monde sont en général peu nombreux et peu intéressants. La technologie qu’elles vendent est peu adaptée aux besoins de la majorité des consommateurs et aux ressources locales. Le rapatriement des bénéfices, des intérêts et des droits, grève aussi lourdement la balance des paiements. Un contrôle plus étroit des activités des multinationales est donc essentiel à l’émergence d’une autonomie nationale, elle-même indispensable pour un développement équitable.

24Dans beaucoup de pays, l’abolition des inégalités intérieures passe par ces stratégies puisque les groupes dominants nationaux sont souvent alliés à des intérêts économiques et politiques extérieurs. De plus, les changements à effectuer dans les zones rurales doivent s’appuyer sur une véritable réforme agraire. Les systèmes de production qui émergeront après les réformes seront variés, suivant la technologie, le genre de récoltes et le nombre de producteurs sans terre qui subsisteront peut-être même après les réformes agraires. Nous ne nous étendrons pas sur ce sujet ici, sinon pour rappeler que les femmes doivent bénéficier d’un statut égal pendant et après les réformes. Il s’agit là d’équité mais aussi d’efficacité dans la production agricole et dans la satisfaction globale des besoins fondamentaux comme l’alimentation, le combustible et l’eau.

25Proposer des stratégies à long terme pour un changement majeur de société peut conduire à un certain cynisme étant donné l’écart considérable entre la situation actuelle et celle que nous préconisons. Nous devons faire face à de puissants intérêts internationaux et nationaux - pays dominateurs, classes et groupes au pouvoir dans un pays, multinationales - qui s’opposent à nos objectifs et à notre vision à long terme. Quels sont donc les leviers stratégiques que les femmes et d’autres groupes qui partagent les mêmes idées peuvent identifier et utiliser dans la lutte pour faire naître la société que nous souhaitons ? Les forces qui sont assemblées contre nous représentent elles-mêmes des intérêts et des objectifs extrêmement variés. A nous donc d’utiliser stratégiquement leurs divergences. Plusieurs cas peuvent servir d’illustration.

26A propos de la production vivrière en Afrique sub-saharienne par exemple, le rapport Berg adopté par la Banque mondiale, le plan de Lagos proposé par les gouvernements de la région et les propositions de l’administration Reagan pour l’aide à la production agricole diffèrent sensiblement. Si le plan de Lagos demande plus d’autosuffisance alimentaire, le rapport Berg insiste sur l’augmentation des exportations complétée par un programme d’aide alimentaire. Quant au gouvernement Reagan, il a supprimé toute aide, excepté dans cinq pays d’importance stratégique pour les Etats-Unis. Dans ce cas, l’intérêt des femmes paraît mieux servi par le plan de Lagos, à condition que leur rôle dans la production et la distribution en devienne le pivot. De même, pour ce qui est de la dette, l’intérêt des femmes rejoint les intérêts nationaux opposés aux plans d’ajustements structurels du FMI. Les dépenses gouvernementales affectées à la satisfaction des besoins fondamentaux de la population doivent être un élément intouchable du budget. Là aussi les femmes peuvent apporter des perspectives nouvelles fondées sur leur expérience de services communautaires pour l’alimentation, les soins aux enfants, la santé, etc. Nous ne proposons pas que les femmes compensent la perte de services vitaux pour elles en acceptant des charges encore alourdies (ce qu’elles font individuellement de toutes façons). Mais, si les financements sont adéquats, une gestion communautaire et la participation des femmes peut être une stratégie viable pour sensibiliser la population grâce à des solutions collectives à ses problèmes. Par ailleurs, les agences internationales comme celles des Nations unies peuvent aussi faire pression dans le domaine des besoins fondamentaux, de la réforme agraire, de la technologie appropriée, du travail et de l’emploi des femmes aussi bien que dans le domaine des statistiques, nationales et internationales, et de la planification.

27Les stratégies à court terme doivent bien évidemment parer aux crises tout en accumulant une expérience utilisable pour notre vision à long terme. Dans le domaine de la production alimentaire, nous recommandons une diversification des cultures pour assurer l’équilibre futur entre cultures d’exportation et cultures vivrières. Il faut renforcer le savoir des femmes dans la collecte et la production alimentaire, aussi bien que dans la distribution et la transformation des produits. Car même si elles travaillent dans une agriculture commerciale ou dans des activités non agricoles, la plupart des femmes rurales ont gardé un intérêt pour ce secteur, particulièrement en Afrique. Dans la crise actuelle, il est de bonne politique d’utiliser l’expérience et le savoir des femmes. C’est pourquoi les gouvernements devraient alléger les règlements qui gênent le travail informel des femmes dans le petit commerce et permettre un accès au crédit pour les femmes travaillant à leur propre compte.

28Il faut aussi trouver une solution pour compenser la perte de travail et de revenus que les femmes pauvres ont souvent subie dans le domaine para-agricole du fait de la mécanisation. Les grands centres de recherche agricole nationaux et internationaux devraient promouvoir des technologies qui allègent le travail sans supprimer l’emploi. Les groupes de femmes ont appliqué des technologies appropriées dans la transformation et le stockage des produits agricoles, l’accès à l’eau et au combustible et cette expérience peut être utilisée. Il nous faut aussi faire accepter plus largement les agricultrices par les syndicats agricoles qui tendent à perpétuer la tradition des salaires plus bas et de l’emploi saisonnier pour les femmes. Les programmes de travail rétribué en produits alimentaires ou d’emploi garanti ont été instaurés dans les zones rurales. Ils devraient servir strictement à la création d’emplois (planter des arbres, construire des logements, assurer l’approvisionnement en eau ou contribuer à améliorer localement le niveau de vie des pauvres). Mais ils ont eu certains résultats pervers : ainsi, ils ont parfois fourni aux gros exploitants une main-d’oeuvre bon marché et subventionnée.

29Dans le secteur des industries traditionnelles (souvent “féminisées”), les syndicats des travailleurs sont aussi nécessaires que dans les industries d’exportation ou dans les zones franches. Les problèmes des salariées de ce secteur sont un peu différents de ceux que rencontrent les travailleuses indépendantes du secteur dit “informel”. Dans le petit commerce et dans les services, les femmes souffrent particulièrement des tracasseries de la police, du manque de crédit et d’accès aux marchés et de la difficulté d’obtenir des permis. Et pourtant le secteur informel, dans la plupart des pays, est beaucoup plus étendu que le secteur “formel” et, plus important encore, il est à même de mieux répondre aux besoins des consommateurs pauvres, urbains ou ruraux. Soutenir ce secteur, et les femmes qui en font partie, représente un bon investissement pour les aider, dans la crise actuelle, à obtenir à bon marché les biens de consommation de base et les services qui leur sont nécessaires.

30Il doit être clair, à la suite de notre débat, que nous n’attendons pas que ces stratégies soient mises en place sans un effort systématique et soutenu des organisations féministes et des groupes qui partagent ces idées. Mobilisation politique, changements dans la loi, conscientisation et éducation populaire sont donc au cœur du processus que nous envisageons et ont d’ailleurs été l’objet d’une grande part de nos efforts au cours des dernières années. Il nous faut maintenant nous regrouper pour consolider les leçons à tirer de nos expériences avec leurs succès et leurs échecs. Au niveau global, l’alliance des femmes et des opprimés peut susciter la mobilisation publique pour des objectifs communs : un ordre international plus juste et plus équitable et le désarmement. Un réseau mondial de mouvements de femmes en accord avec ces objectifs pourrait échanger informations et expériences, suggérer des actions et fournir des appuis. Nous avons aussi besoin de recherches sur les questions qui peuvent être mieux appréhendées d’un point de vue transnational ou transculturel, comme les liens entre la subordination des femmes et les mesures globales de conservation des ressources, la réforme du système monétaire international et du FMI ou la démilitarisation.

31En plus des programmes d’action globale, les organismes non gouvernementaux, les mouvements de femmes, les groupes féminins actifs en politique et les syndicats peuvent coordonner leurs actions aux niveaux régional et sous-régional. Cela est particulièrement important pour soutenir les femmes dans les pays à régime répressif ou dont les gouvernements abaissent systématiquement le statut économique et social de la femme. L’établissement de projets et d’instituts de recherche et de formation régionaux peuvent contribuer à améliorer la situation. D’ailleurs, de telles initiatives se sont multipliées et amplifiées au cours de la dernière partie de la Décennie des femmes.

32Au niveau national, il est essentiel que nous développions une méthodologie pour l’action politique afin que nous puissions peser sur les décisions qui affectent les femmes au moment opportun, que ce soit dans un contexte général ou particulier. Pour ce faire, coalitions, alliances (peut-être même en établissant une coopération horizontale qui transcende les différents groupes de femmes et les allégeances politiques) peuvent faciliter la formation d’un mouvement local et national qui ait une large assise. Ce dernier point est capital dans les pays à régime répressif. Dans certains pays où les regroupements politiques sont sévèrement limités, les mouvements de femmes peuvent avoir une certaine marge d’action ; mais le contraire peut être vrai également. Un mouvement établi sur des bases larges, qui comprenne des groupes mixtes – sexe et classe – peut être souvent plus efficace pour provoquer les changements fondamentaux nécessaires. Un groupe d’activistes féministes peut œuvrer pour la dissémination et l’acceptation d’un programme commun ou d’une idéologie commune par d’autres organisations soucieuses des conditions sociales et politiques de leur entourage. Des groupes associant des femmes et des hommes pauvres pour l’exécution d’un programme spécifique et pour former des groupes de pression ont déjà démontré leur efficacité. Pour compléter cette stratégie, une mobilisation centrée sur la réforme de lois spécifiques ou du code civil peut être nécessaire. Là aussi les groupes de femmes peuvent demander l’appui d’autres groupements ayant pris conscience des problèmes et, en échange, participer aux luttes pour les libertés civiles et contre la répression politique et les abus.

33Il faut rendre la société entière consciente de l’état de subordination où sont les femmes en utilisant la culture populaire, les médias ainsi que l’éducation formelle ou informelle. Malheureusement ces actions sont trop souvent considérées comme secondaires ou sans rapport avec les activités de nombreuses organisations politiques. Mais si nous voulons obtenir plus que quelques programmes ou projets marginaux pour les femmes, il nous faut être beaucoup plus actives dans ce domaine. Nous devons demander aux gouvernements de nous accorder un plus large accès aux divers médias avec les moyens financiers qui nous permettent de les utiliser. Le rôle de la recherche est, dans ce domaine, de première importance. Nous savons déjà que les recherches historiques, les contacts entre les réseaux de chercheurs et la multiplication des cursus académiques ont fait spectaculairement progresser nos connaissance ainsi que celles des hommes sur la condition de la femme. Mais dans le tiers monde, ces recherches ne peuvent être confinées au monde académique. Parce que de larges couches de la population sont encore analphabètes ou illettrées (et cela plus encore chez les femmes), nous devons largement utiliser les techniques d’éducation populaire de masse. Et là, les méthodes de la “pédagogie des opprimés” peuvent être utiles et les organisations locales ont un rôle crucial à jouer. Nous devons aussi éduquer les planificateurs, et les praticiens au niveau local et aussi influencer l’éducation formelle.

34Tout cela est vital pour que le féminisme et la libération des femmes soient compris comme des outils de l’amélioration générale de la condition de tous les pauvres et opprimés de la société.

L’acquisition du pouvoir à travers nos organisations : modèles et méthodes

35Les mouvements de femmes sont au cœur des stratégies que nous venons de décrire. Aussi nous faut-il examiner de plus près comment renforcer leur pouvoir. Car il ne leur suffit pas d’améliorer leurs structures : ils doivent être les catalyseurs des visions et des perspectives des femmes afin que leur statut s’améliore. Le rôle stratégique de ces mouvements et réseaux peut être appréhendé de deux façons. En premier lieu, créer une volonté politique de changements majeurs dans la société demande que des mouvements forts réclament ces changements ; or le potentiel des réseaux de femmes dans ce domaine est important. En second lieu, la satisfaction des besoins fondamentaux des femmes pauvres est par définition au centre de leurs préoccupations ; elles sont donc particulièrement motivées pour agir et sont les militantes les plus énergiques dès qu’une voie d’action leur est ouverte.

36Comment donner du pouvoir aux femmes individuellement ainsi qu’à leurs groupes pour appliquer les stratégies de changement et construire une dynamique en accord avec notre conception de la société ? Il est important d’utiliser la force des organisations existantes et d’apprendre à dépasser leurs faiblesses et leurs dissensions. Beaucoup d’organisations sont minées par des préjugés de classe ou d’autres, mais il nous semble qu’il est utile d’essayer de les vaincre et sinon, de définir des objectifs particuliers ou des programmes pour la réalisation desquels les groupes de femmes pauvres peuvent s’allier à d’autres mouvements.

37L’efficacité des groupes, des individus ou des mouvements exige un certain nombre de conditions : l’existence de ressources (en moyens financiers, connaissances et technologie) et de possibilités d’apprentissage et de formation pour les leaders d’une part ; d’autre part, l’existence d’un processus démocratique, de la pratique du dialogue, de la participation aux choix politiques et aux décisions, et de techniques de résolution des conflits. Une certaine souplesse quant aux obligations des adhérentes peut aussi être utile en particulier pour les femmes pauvres dont les charges sont déjà très lourdes et qui n’ont pas de temps libre. A l’intérieur des groupes, ouverture et démocratisation sont vitales pour aider les femmes à résister aux pressions sociales et familiales contre leur participation. La viabilité même du groupe est liée à l’indépendance grandissante des femmes pauvres acquise par les processus de partage de la responsabilité et de la prise de décision au sein du groupe.

38(…)

Notes

1 DAWN - Le projet Alternatives pour le développement avec les femmes à l’aube d’une ère nouvelle a été créé par un groupe de femmes du Sud militantes, sociologues et économistes à Bangalore (Inde) en août 1984.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable