Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

6. Quels rôles pour les femmes ?

Triple rôle, rôles selon le genre, rapports sociaux : le texte politique sous-jacent de la formation à la notion de genre

Naila Kabeer
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Triple Roles, Gender Roles, Social Relations : the Political Sub-text of Gender-Training
University of Brighton, Institute of Development Studies
Discussion Paper n ° 313, November 1992, p. 3-22 (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

1C’est en analysant les échecs des politiques passées destinées à prendre en compte les besoins et les intérêts des femmes que l’on a suscité un ensemble de connaissances permettant de formuler de meilleures pratiques pour l’avenir.

2La formation à la notion de genre est l’un des moyens qui a permis la diffusion de ces leçons. Elle est à l’origine d’une profusion de méthodologies. Dans cette formation, la plupart des efforts poursuivent un objectif commun, celui d’alerter les planificateurs sur la division des ressources et des responsabilités en fonction du genre. Elles diffèrent cependant sur leur vision du monde et leur conception de l’équité. Cet article examine trois différentes formations établies à partir des rôles selon le genre, du triple rôle des femmes et des rapports sociaux de genre afin de démontrer comment les différentes visions implicites du monde réagissent sur le traitement des questions d’efficacité et d’équité. La conclusion plaide pour un cadre de formation allant au-delà des notions statiques d’efficacité qui encourage les planificateurs à faire l’autocritique de leurs propres pratiques institutionnelles, et qui incorpore des politiques évolutives pouvant aider les femmes à renforcer leur pouvoir par leurs propres moyens. (...)

2 – Critique de “Femmes et Développement” : leçons tirées des erreurs de politiques

3Il existe désormais une abondance de textes analysant les raisons qui ont réservé une place aussi marginale aux femmes dans les premiers temps du développement. Les leçons que l’on en a tirées expliquent en partie l’émergence de différents cadres de référence pour des politiques de planification tenant compte du genre, ainsi que les moyens grâce auxquels elles répondent aux questions de genre. Ces leçons sont un point de départ utile pour notre discussion.

  • 1 Un des principaux développements du sigle WID est “Intégration des femmes au développement” qui a d (...)

4L’une des critiques essentielles des politiques de développement émises par les analystes de l’Intégration des Femmes au Développement (IFD1) dénonce le modèle parfaitement faux du ménage qui sous-tendait la réflexion. Il n’était question que du ménage typique idéal selon les standards de la théorie sociologique : c’est-à-dire une famille nucléaire avec un chef de famille mâle, essentiellement chargé de gagner l’argent, de protéger sa femme et ses enfants, la femme étant chargée de soigner et nourrir la famille. Même lorsque les planificateurs commencèrent à reconnaître que les femmes (et les enfants, notamment dans les familles pauvres) fournissaient également un travail productif, elles étaient essentiellement perçues comme des aides non payées. Le travail des femmes était ainsi considéré “comme subsidiaire, auxiliaire au sens propre, non crucial pour la famille” (Roberts 1979 ; 64). Dans les projets de développement les hommes conservaient donc leur place privilégiée de chefs de famille et de principaux décideurs.

5Ce “genre sous-jacent “(Fraser 1989 ; 149) dans les politiques de développement se manifestait par la façon différente de positionner les hommes et les femmes. Folbre a noté la dichotomie dans le comportement individuel avancée par la théorie économique libérale : intéressé et compétitif dans le contexte du marché, mais attentif aux autres et altruiste à la maison. Il semble que cela se soit transformé, dans les politiques de développement, en dichotomie selon le genre. La politique économique présumait et cherchait à promouvoir l’idée d’un homme économique intéressé, sans attache, compétitif sur la place du marché, alors que la politique sociale avançait et cherchait à promouvoir l’idée d’une mère altruiste, insérée dans le domaine moral de la maison et de la communauté.

6Les coûts/efficacité suscités par la représentation erronée de la division sexuelle des tâches dans le ménage et la communauté ont été démontrés dans une série d’études sur des projets mal conçus. L’étude de cas de Staudt (1978) sur les tentatives du gouvernement kenyan pour promouvoir un maïs hybride à haut rendement montre les pertes de productivité dues au fait que le personnel de vulgarisation pensait que les agriculteurs étaient essentiellement des hommes et que seuls les hommes étaient capables d’innover. Elle concluait que “le fait de refuser l’accès de l’innovation aux groupes qui en sont capables et cela par suite de normes qui donnent la préférence aux hommes, entraine (ait) une utilisation inefficace de ressources rares” (p. 452). Cela a érodé la productivité des agricultrices, miné leur autonomie en tant qu’acteurs économiques, a diminué les capacités gouvernementales d’augmenter la production agricole.

7Ailleurs, on n’a pu atteindre les objectifs de production projetés parce que les planificateurs estimaient que les ménages fonctionnaient comme des lieux de décision sous le contrôle du chef de famille. Les recherches de Day (1981-1982) et Jones (1985-1986) sur les tentatives d’introduction de la culture irriguée du riz en Gambie et au Cameroun offrent chacune des exemples de ce type de projet mal conçu, quand les présupposés ne sont pas valides. Dans les deux projets, les hommes et les femmes avaient un accès séparé à la terre, fondé sur leurs obligations complémentaires pour répondre aux besoins de subsistance familiale. Cette division des obligations et des ressources offrait aux femmes une légère protection contre les exigences arbitraires de travail de la part des membres masculins de la famille. Dans les deux études de cas, les femmes étaient peu disposées à s’investir dans une nouvelle forme de travail contrôlée par des hommes et dont les implications concernant leur propre autonomie économique étaient imprévisibles, même si l’ensemble des gains pour la famille risquaient d’être considérables.

8Ce type de projet erroné cité par IFD était par conséquent associé aux efforts pour augmenter la productivité par le biais d’incitations destinées au “ménage” ou plus exactement à l’homme chef de famille. Une autre forme d’échec était associée aux notions mal conçues de “communauté” qui figurent dans un bon nombre d’initiatives de politique sociale. Dans ce cas les incitations matérielles étaient totalement superflues. On estimait que les bénéfices reviendraient à l’ensemble de la communauté, si les informations et les motivations fournies par les décideurs étaient associées à la “participation communautaire”. Toutefois l’expérience a montré que la communauté solidaire était, tout autant que le ménage solidaire, une invention née de l’imagination des décideurs. (Shetty, 1991, donne un résumé succinct de quelques uns des problèmes résultant de cette politique de promotion de la participation communautaire).

9Des rapports sur des programmes de santé communautaire estiment que le concept de participation communautaire a été amplement utilisé comme euphémisme camouflant le travail non payé ou sous-payé des femmes dans la communauté. Ils soulignent que, dans les programmes de soins de santé primaires considérant le concept de participation communautaire comme essentiel à leur réussite, “la participation sur laquelle ils s’appuient repose majoritairement, sinon exclusivement, sur celle des femmes” (Leslie et al. 1988 ; 308). Selon Bruce et Dwyer (1988 ; 8), “les femmes invisibles des théoriciens économiques deviennent les mères toutes-puissantes défenseurs de la santé et avocates du bien-être”. L’intronisation des femmes comme mères toutes-puissantes dans la politique sociale avait l’avantage de ne pas avoir à leur offrir des incitations matérielles. On assumait leur propension “naturelle” à travailler davantage dans l’intérêt de la famille et de la communauté “avec davantage de savoir mais guère plus de temps et d’argent”. La même hypothèse semblait sous-jacente dans une étude de l’UNICEF en faveur d’une politique d’ajustement structurelle plus “humaine” : “En décentralisant de nombreuses activités liées à la santé, à la nutrition, aux soins aux enfants, à l’hygiène etc., pour les replacer sous la responsabilité de la famille (ou de la communauté), on risque d’augmenter le temps de travail des femmes, le coût sera très modeste pour le ménage mais entraînera des économies substantielles dans le secteur public...” (1987 ; 174 cité par Elson 1991 ; 178). En tenant compte des découvertes largement répandues montrant que les femmes travaillent plus longtemps que les hommes (Birdsall et McGreevy 1983 ; Leslie et al. 1988), on a omis de prévoir l’échec de la soi-disant participation communautaire telle qu’elle est concrétisée dans de nombreux programmes.

  • 2 C’est Anderson qui a avancé cette notion de “communauté d’intérêts supposée” (1983). Pour décrire l (...)

10Plusieurs recherches portant sur différents domaines des politiques offrent d’autres exemples montrant comment les décideurs ont utilisé une “communauté d’intérêts supposée”2 pour justifier les tentatives de récupération du travail non payé des femmes. Rocheteau (1990 ; 4), par exemple, montre comment le fait de considérer les femmes comme des personnes ressources, des “débrouillardes” capables de résoudre les problèmes de sylviculture et de gestion des ressources naturelles, s’est souvent traduit par “une façon réductrice de concevoir les femmes comme une main d’œuvre gratuite (ou bon marché) destinée à s’occuper des projets forestiers pour la communauté”. Ainsi les projets sociaux de sylviculture sont-ils re-baptisés “Projets sociaux de sylviculture pour les femmes”, les projets de construction de routes deviennent des “Projets d’infrastructures sociales destinées aux femmes”, etc.

11Si l’on rassemble toutes ces histoires d’interventions mal conçues et mal orientées, il devient évident que la planification de projets établis de manière morcelée a permis à différents groupes de décideurs de se concentrer sur des aspects très spécifiques de la vie des femmes et de définir ainsi leurs interventions en fonction d’un aspect unique. (Kabeer, 1991b). Les spécialistes en économie domestique, les planificateurs en santé, en agriculture, les groupes de pression de l’environnement ont tous défini le rôle des femmes dans leurs projets à partir d’une perception restrictive de ce que font les femmes.

12Le problème est que les femmes, les femmes pauvres notamment, assument beaucoup de rôles et de responsabilités, souvent gratuitement, d’où leurs longues heures de travail. Les interventions de développement, décidées et mises en œuvre dans des zones différentes sans beaucoup de coordination entre elles, imposent aux femmes des exigences conflictuelles sur leur temps et leur énergie. De telles interventions sont ou bien vouées à l’échec (confirmant par là les pires craintes des décideurs sur le comportement irrationnel des femmes) ou bien tournent à la surexploitation du travail des femmes.

13Le manque d’adéquation entre la mentalité sectorielle des décideurs et la réalité intersectorielle des activités féminines a conduit à concevoir des cadres conceptuels, comme celui que nous allons examiner, qui cherchent à démontrer la nature transversale du genre comme problème de développement. Etant donné le peu de considération accordée dans le passé à l’action économique des femmes et à leurs contributions productives dans les efforts de développement, il n’est pas étonnant de constater que ces nouveaux cadres de référence accordent une place centrale à la division sexuelle des tâches. Toutefois, comme nous l’avons noté ci-dessus, ils ont émergé comme une réponse à différents besoins, ils s’adressent à diverses personnes et offrent des perspectives différentes sur la conceptualisation de la notion de genre dans l’élaboration des politiques.

14Le GRF (Gender Role Framework : cadre de référence pour les rôles selon le genre) veut être un outil de diagnostic pour les planificateurs désireux d’utiliser au mieux les ressources rares. Le TRF (Triple Roles Framework : cadre de référence pour le triple rôle) entend promouvoir une planification selon le genre, approche qui prend en compte les différences de rôles selon le genre et donc les différents besoins ; quant à la SRA (Social Relations Analysis : analyse des rapports sociaux) elle offre un cadre conceptuel pour penser une politique et une planification à partir d’une perception selon le genre. Ils se situent par conséquent à différents stades du processus : la SRA est un cadre, le TRF s’occupe de principes de planification, et le GRF prend en compte des considérations plus détaillées sur le cycle d’un projet.

15De plus, les cadres de référence renvoient à différentes conceptions de la nature du pouvoir et de l’inégalité. La SRA comme le TRF traitent de la subordination des femmes en tant que résultat des inégalités sociostructurelles. Le GRF, de son côté, définit l’inégalité en termes d’accès individuel aux ressources et de leur contrôle. De la sorte ils fournissent différentes indications aux décideurs sur la question de l’égalité selon le genre et les changements sociaux. Nous comparerons ici la façon dont sont traités production et pouvoir dans les différents cadres de référence. Nous commencerons par la division sexuelle des tâches et nous nous demanderons comment les cadres conceptuels répondent à la question clé du qui fait quoi et comment.

3 – La division sexuelle des tâches dans la formation selon les cadres de référence

3.1 – Le cadre de référence du “triple rôle”

16Moser commence par la distribution des rôles selon le genre dans le ménage en s’attachant particulièrement aux familles pauvres. Elle se sert du cadre du triple rôle pour attirer l’attention sur la multiplicité des pressions exercées sur le temps des femmes dans les familles pauvres du Tiers Monde. Les rôles productifs et reproductifs ont trait aux activités rémunérées, aux soins aux enfants, au travail domestique, tandis que les rôles de gestion communautaire couvrent l’aspect “collectif” de la production (organisation communautaire et fourniture de produits destinés à la consommation collective). Alors que dans le ménage, les femmes et les hommes peuvent être impliqués dans les trois types d’activités, la division des rôles entre eux n’est ni uniforme ni symétrique.

17Les femmes ont des responsabilités essentielles dans les activités de reproduction, mais sont également impliquées dans les travaux de production, en gagnant de l’argent grâce à leurs travaux dans l’agriculture et dans le secteur informel. De plus, dans le prolongement de leurs rôles attribués selon le genre comme épouses et mères, elles sont engagées dans un travail de gestion communautaire. Confrontées aux logements et aux services de base inadéquats de l’Etat, il leur arrive de prendre des responsabilités au niveau communautaire pour recevoir de maigres ressources destinées à la survie de leur ménage ou bien pour exercer une pression sur les institutions locales afin qu’elles fournissent les infrastructures nécessaires.

18A l’opposé, le rôle des hommes dans le ménage est essentiellement perçu en terme de gagne-pain, que cela corresponde ou non à la réalité de leur situation. Les hommes n’ont pas de rôle reproductif clairement défini, bien qu’il leur arrive d’aider leurs femmes dans les travaux ménagers. Comme les femmes, les hommes sont aussi impliqués dans les activités communautaires, mais ils ont surtout des rôles de dirigeants au niveau politique formel, plutôt qu’à celui de l’organisation de la consommation collective.

19En mettant en lumière le triple rôle des femmes on cherche à provoquer une prise de conscience de la notion de genre dans le processus de planification, on attire alors l’attention sur le fait que les femmes doivent trouver un équilibre entre les différents rôles, ce qui aura des implications sur leurs capacités à participer à des projets ; “parce qu’on ne reconnaît pas le triple rôle des femmes, on passe sous silence le fait que, contrairement aux hommes, les femmes sont sévèrement entravées par le poids de ces rôles de reproduction, production et travaux communautaires qu’elles doivent gérer simultanément” (Moser, 1989 ; 1801).

20De plus, en vertu de sa valeur d’échange, seul le travail productif est reconnu comme travail. La gestion communautaire et le travail de reproduction des femmes sont considérés comme “naturels”, effectués sans effort et donc ignorés des hommes dans leur communauté et par les planificateurs, qui doivent répondre à différents besoins au sein de la communauté. A l’opposé, l’ensemble du travail masculin est valorisé, soit directement par la rémunération, soit indirectement par l’acquisition d’un statut et d’un pouvoir politique.

21Le TRF est une réponse appropriée à la nécessité de reconnaître les multiples sollicitations auxquelles le temps des femmes est soumis, maintenant que les agences de développement ont découvert en elles une main d’œuvre bon marché pour de nombreuses interventions. Je voudrais cependant démontrer que l’analyse utile du concept du triple rôle est quelque peu amoindrie par son incapacité à distinguer les différentes dimensions de la division sexuelle des tâches. D’une certaine manière, cela provient du fait que le concept de “rôle” est lui-même peu précis, car il prend différents sens : descriptif autant qu’analytique, se référant tantôt à des normes tantôt à un comportement réel. En séparant les différentes facettes de la division du travail – ce qui est produit, qui produit et comment – on obtiendrait un cadre de référence plus clair sans pour autant sacrifier les principaux arguments que Moser avance. Une telle classification aiderait à déchiffrer les différents buts de l’activité humaine, la multiplicité des processus de travail grâce auxquels ces buts sont atteints, les hiérarchies de l’autorité, du pouvoir et les valeurs qu’incarnent ces processus. Elle révélerait également les interconnections entre le triple rôle dans les processus de production au sein et hors du ménage.

22La façon de poser la question du qui fait quoi, dans le cadre du triple rôle, a révélé quelques illogismes apparents. Les rôles productifs et reproductifs sont désignés en termes relativement simples par le type de ressources qu’ils génèrent. Ainsi les rôles productifs apparaissent liés à la production de ressources économiques ou matérielles, alors que les rôles reproductifs le sont aux soins et à la reproduction des ressources humaines. La confusion découle des rôles communautaires, à propos desquels Moser semble passer de la définition des rôles fondée sur les types de ressources qu’elles produisent aux relations grâce auxquelles ces ressources sont produites. On ne voit pas très clairement si les rôles communautaires produisent simplement des biens et services, grâce aux efforts collectifs plutôt qu’individuels, de sorte que l’accent est mis sur l’organisation de la production plutôt que sur ce qui est produit ; ou bien si les efforts collectifs se rapportent à ce qui est produit, par le fait de revendications rendues possibles grâce à l’appartenance des membres à des organisations communautaires.

23Comme exemple des rôles communautaires des femmes, Moser souligne leurs fréquentes initiatives au niveau communautaire local pour affecter de maigres ressources aux besoins de survie de leur famille. Ici ce qui distingue les rôles communautaires, ce n’est pas le produit, mais les relations spécifiques grâce auxquelles ce produit est obtenu. Après tout, on pourrait s’occuper de l’habitation, de l’eau, de la santé dans différents contextes institutionnels – l’Etat, le marché, le ménage, ou la communauté. Ici ils sont classés dans la catégorie des rôles communautaires, parce qu’ils résultent d’efforts collectifs et non individuels.

24Ailleurs, toutefois, Moser semble associer “les rôles communautaires” avec certaines ressources impalpables produites par la participation et l’action communautaires. Ainsi, comme second exemple du rôle communautaire des femmes, elle expose des situations où les femmes s’unissent pour faire pression sur les institutions locales afin d’obtenir la mise en place d’infrastructures. Il existe cependant une différence entre le type d’activités précédentes qui produisaient directement des ressources et le nouvel exemple où les femmes cherchent à acquérir des ressources grâce à un processus de redistribution. On peut considérer “les pressions sur les institutions locales” comme une revendication pour obtenir de futures ressources tangibles plutôt que des ressources tangibles en tant que telles. Dans cet exemple, les rôles communautaires des femmes se rapportent à un type d’activités grâce auxquelles elles tentent de changer l’apport de ressources au niveau communautaire en exerçant une pression collective. Si leurs efforts réussissent, leurs revendications collectives et impalpables se transformeront par la suite en bénéfices individuels et tangibles.

25Les exemples que donne Moser sur les rôles communautaires des hommes se rapportent aussi essentiellement aux ressources impalpables (autorité, commandement) acquises grâce à leur participation communautaire, qui, une fois de plus, peut engendrer par la suite des bénéfices matériels et individuels. La principale différence établie par Moser entre les rôles communautaires des femmes et des hommes semble être que les femmes tendent à être confinées dans le domaine de productions et de ressources gratuites, souvent au sein d’associations informelles, alors que les hommes se retrouvent généralement dans les postes rémunérés de direction au sein d’organisations communautaires plus formellement constituées.

26On peut alors distinguer deux principes différents à l’œuvre dans les définitions des rôles de Moser. Dans le cas des rôles productifs et reproductifs, le principe de définition repose sur le type de ressources produites. Néanmoins, les “rôles communautaires” semblent inclure tout à la fois une catégorie spécifique de ressources (les revendications formellement ou informellement formulées) ainsi qu’une catégorie particulière de relations sociales par le biais desquelles des ressources (collectives plutôt que privées) sont obtenues.

27Certaines limites proviennent de l’impossibilité où se trouve Moser de maintenir une distinction analytique claire entre les catégories de ressources et les catégories de relations. Tout d’abord elle ne porte pas une attention suffisante au fait que des traits caractéristiques comme l’autorité et le commandement sont le propre de rapports sociaux différents de ceux que l’on trouve dans les rôles communautaires. En traitant la question des rapports sociaux uniquement lors de sa discussion sur les “rôles communautaires”, elle n’aborde les différences selon le genre concernant l’autorité que dans ce contexte et non dans celui des relations de production. En réalité, toutes les activités de travail peuvent être analysées en termes de relations comportant différentes connotations d’autorité, de contrôle, de reconnaissance et de rémunération pour les différents acteurs sociaux impliqués.

28De plus, on détourne l’attention du fait que l’on peut produire la plupart des ressources (productives, reproductives et impalpables) dans divers lieux institutionnels (ménage, marchés, Etats et communautés). En particulier, l’instauration de “revendications”, que Moser semble associer avec le rôle communautaire de gestion, peut aussi bien se produire dans d’autres relations sociales variées. Il y a assez de preuves substantielles et documentées démontrant que les ressources produites grâce à la participation à des associations entre familles – “l’économie morale” des parents et de la communauté – occupent une place bien plus importante dans les mécanismes de survie que celle qui lui est reconnue dans les projets économiques conventionnels ; et c’est précisément parce que de tels projets favorisent la production individuelle et les ressources tangibles, qu’ils sont incapables de déchiffrer la fonction plus insaisissable de ces ressources “sociales” et “relationnelles”. (Berry 1986 ; Fleming 1991 ; March et Taqqu 1986).

29Cet aspect négligé des efforts productifs diffère des formes plus conventionnelles de travail en ce qu’il débouche sur des revendications plutôt que sur des biens matériels. “De ce point de vue, la notion de revendications est restrictive pour différents processus de redistribution dans des communautés, qu’elles soient petites ou importantes, qui vont du ménage à la famille élargie, en passant par des groupes de parenté étendue jusqu’aux lignages principaux ainsi que des formations traditionnelles ou politiques modernes”. (Swift 1989 ; 11)

30Ces revendications sont le résultat de la participation à divers réseaux et comprennent, par conséquent, mais non exclusivement, des associations à base communautaire comme celles dont parle Moser. Elles comportent les relations patron/client, les organisations entre familles, les réseaux de voisinage, les relations de parenté et de lignage, les associations informelles de crédit, les groupes de travail ou d’action sociale. Les réseaux issus de cette économie morale sont particulièrement importants lorsque le marché ou l’Etat n’assure pas de sécurité sociale ou lorsque l’accès à ces institutions est mal réparti.

31Toutefois, il ne faut pas oublier que l’économie morale n’est pas toujours “morale” au sens de matérialisation de relations égalitaires. Comme Scott (1976) le souligne, l’économie morale implique souvent des relations qui entraînent une perte de statut et d’autonomie en échange de quelques mesures assurant la sécurité. Pour les femmes de par le monde, les relations de genre au sein de la famille et de la parenté représentent souvent un échange entre sécurité et autonomie (Whitehead 1990). Leur habileté à renégocier les termes de ce contrat dépendra en partie de leur accès aux ressources grâce aux réseaux sociaux alternatifs.

32En conséquence, alors que l’investissement dans les relations sociales extra-familiales et les réseaux se révèle d’importance pour les femmes comme pour les hommes, il prend une signification particulière pour les femmes pauvres sur au moins deux points. Elles ont tendance à être souvent plus désavantagées dans l’accès aux ressources tangibles. Comme March et Taqqu (1986 ; 65) le soulignent “les liens interpersonnels qui sous-tendent ces associations informelles sont si importants pour la survie des femmes marginalisées que la demande de ces dernières pour ce type de ressources peut effectivement créer des pôles de capital ou de travail là où d’autres revendications plus formelles peuvent échouer.” De plus, tandis que la participation communautaire peut, en effet, comme le suggère Moser, constituer un surcroît de travail dans la famille, elle offre aussi aux femmes une part d’autonomie hors de l’autorité masculine dans le ménage et peut les aider à trouver de sérieux pouvoirs de persuasion dans leurs négociations avec les hommes (March, Taqqu 1986 ; 41). Il est sûr qu’un élément important de la stratégie de formation de groupe adoptée par de nombreuses ONG asiatiques consiste à susciter en faveur des femmes pauvres et sans terre des réseaux et des alliances, auxquelles les femmes peuvent choisir d’appartenir. Les réseaux sont organisés autour de leurs intérêts propres et non de ceux dérivant de la famille, de la parenté ou de leur protecteur pour lesquels leur consentement est rarement nécessaire et leurs priorités peu souvent consultées. (Kabeer 1985)

33En résumé, le travail de Moser offre une contribution fort estimable en attirant l’attention sur les multiples rôles que jouent les femmes, mais elle omet de considérer sérieusement la multiplicité des rapports sociaux par le biais desquels ces rôles sont accomplis. Les activités, qu’elle analyse, se déroulent dans un ensemble de lieux institutionnels plus vaste que celui qu’elle cite dans son cadre de travail. En se concentrant sur les ménages pauvres, elle est partiellement responsable de cette omission puisqu’elle exclue les éventuelles possibilités de production à travers les différentes relations institutionnelles et leurs implications sur le triple rôle des femmes dans la maison. Moser s’en tient au rôle selon le genre dans les ménages pauvres parce que précisément, explique-t-elle, le genre tend souvent à être englobé dans les classes sociales par les politiques et les projets. Toutefois, la tendance à considérer les femmes comme une catégorie homogène et sans problème est également très répandue. N’avoir pas réussi à intégrer la manière dont les différences sociales entre les femmes peuvent structurer la réalisation de leur triple rôle constitue une occasion manquée dans le cours de son analyse.

3.2 – Cadre de référence pour les rôles selon le genre (GFR)

34Le cadre de référence pour les rôles selon le genre nous fait passer de la politique aux projets. Il propose un examen détaillé de la répartition du temps dans le ménage au cours des différentes activités. Il est organisé autour de questions fondamentales destinées à aider les planificateurs du projet à prendre en compte les implications de leurs interventions selon le genre. Il pose la question de qui fait les différentes activités productives en s’enquérant de l’âge, du sexe (de la classe et de l’ethnie) des individus, tout en prêtant une attention particulière à ce qui est produit, c’est-à-dire les ressources économiques et humaines. En proposant une série de questions ouvertes sur la division du travail, le GRF favorise l’appréciation des diverses activités qui la composent et permet de mettre en lumière quelques unes de leurs interconnexions logiques.

35Ainsi, si une politique d’intervention exige davantage de temps de travail chez les femmes adultes, le GRF permet de se concentrer sur les questions qu’il faut poser si l’on veut comprendre les implications probables de l’intervention. Compte tenu de leurs responsabilités, les nouvelles exigences seront-elles assurées en diminuant la responsabilité des femmes dans d’autres activités productives, en rognant sur leur loisirs ou leur sommeil, ou en rejetant les responsabilités sur d’autres femmes dans la maison ? Ces autres femmes étaient-elle auparavant inoccupées ou leur a-t-on libéré du temps en supprimant d’autres formes d’activités comme l’école ou la participation au travail du marché ? Quelles sont, sur les ressources, les implications de ces substitutions croisées entre différentes catégories de travail dans l’économie familiale ?

36Le GRF insiste sur d’autres aspects importants de l’organisation du travail. Il attire l’attention sur l’importance du lieu de l’activité (boutiques, champs) étant donné la différence de mobilité selon les genres. Il distingue aussi entre l’accès (la faculté d’utiliser) et le contrôle (la faculté de déterminer l’usage) dans la distribution des ressources pour la production et les bénéfices qui en résultent. En formulant de façon plus détaillée ce cadre de référence pour les projets de planification, Cloud classe par catégories les différentes formes prises par la division sexuelle des tâches. Elle suggère cinq modèles classiques :

  • division par cultures : les femmes et les hommes produisent et disposent de différentes cultures dans le système de production du ménage, à savoir les cultures vivrières aux femmes et les cultures de rente aux hommes, les cultures horticoles aux femmes et les céréales aux hommes, aux femmes le riz des marais et aux hommes le riz irrigué, aux femmes les chèvres et aux hommes les bovins ;

  • division par champs : les femmes et les hommes peuvent produire les mêmes cultures que celles contrôlées par les hommes, mais dans des champs différents et souvent pour des destinations différentes ;

  • division des tâches : quelques unes ou toutes les tâches d’un même cycle sont attribuées selon le genre. Les hommes, par exemple, peuvent préparer le sol tandis que les femmes plantent ou repiquent. Généralement les hommes labourent, alors que les femmes s’occupent de la transformation des récoltes et engrangent les céréales. La traite en général ou selon les animaux, peut être attribuée selon le genre ;

  • tâches partagées : quelques systèmes de production peuvent être accomplis par les hommes et les femmes pour la plupart des travaux. Dans d’autres, seules celles qui demandent un travail intensif sont partagées ;

  • division par genre dans la gestion du ménage : selon qu’elle est gérée par les hommes ou par les femmes de facto ou de jure.

37De toute évidence, l’éclairage fourni par le GRF aurait pu facilement laisser prévoir les échecs des projets agricoles cités au début de cet article. Toutefois le GRF présente quelques limites sérieuses dans le contexte plus large de la planification. Elles proviennent du fait que la méthodologie met l’accent sur les relations entre les activités plutôt qu’entre les personnes. On passe ainsi sous silence les aspects importants de la division sexuelle des tâches découlant des rapports sociaux. La classe sociale, par exemple, arrive après l’âge et le genre comme un trait descriptif de la personne accomplissant une activité. Le GRF montre à peine comment les rapports de classes peuvent modeler la division sexuelle des tâches au point de générer des conflits d’intérêts entre les femmes (ou les hommes) au cours d’un projet. Il n’est également pas fait mention des activités collectives que Moser a essayé de saisir à travers sa catégorie de “rôles communautaires” que nous avons mentionnée en distinguant les ressources “sociales” et “relationnelles”.

38Cette cristallisation du GRF sur l’individuel soulève un autre problème. En traitant la division sexuelle des tâches essentiellement comme une division des relations – par tâche, champ, culture, ou secteur – elle incite à négliger ses interconnexions sociales.

39Toutefois, ainsi que le souligne Whitehead (1991), la division sexuelle des tâches est à la fois, et simultanément, une relation de séparation et de liaison. Le fait d’affecter les femmes et les hommes à des responsabilités, des activités ou des sphères différentes les oblige à nouer des relations de coopération et d’échange. Quand les femmes et les hommes sont destinés à produire des cultures différentes (processus de culture sélective en fonction du genre), ils vont avoir besoin d’établir certaines formes d’échange pour accéder à la production de l’autre. Quand ils sont affectés à des activités différentes pour la même culture (procès de production en fonction du genre), il leur faudra coopérer afin de terminer la production et de se partager la récolte. La division sexuelle des tâches implique ainsi une interdépendance technique aussi bien que sociale entre femmes et hommes.

40En prenant l’exemple d’un projet de poissons fumés initié par l’UNIFEM en Guinée, Goetz (1989) a bien illustré, dans un article, la nécessité de considérer la division sexuelle des tâches comme une relation de liaison sociale et non simplement de séparation. Le projet reposait sur une compréhension de la division sexuelle des tâches proche du GRF. Il identifiait les différentes activités entreprises par les femmes et les hommes dans une communauté de pêcheurs en Guinée Conakry et cherchait à introduire une technologie destinée à épargner du travail durant les étapes de production où se retrouvaient essentiellement les femmes. Le but était d’augmenter leur productivité. A Conakry les hommes pêchaient tandis que les femmes fumaient et vendaient le poisson. Le projet de l’UNIFEM voulait installer des fours de fumage plus modernes, parce qu’ils étaient plus efficaces que les méthodes traditionnelles en usage à Conakry. Les femmes étaient divisées par groupes pour utiliser cette nouvelle technologie.

41En dépit de ses bonnes intentions, le projet n’a pas réussi à améliorer les bénéfices des femmes. Selon Goetz, on pouvait attribuer cet échec au fait que les activités féminines aient été abordées sans tenir compte des rapports sociaux de production dans la pêche. Non seulement le projet s’intéressait uniquement aux activités des femmes, mais il existait une présupposition implicite selon laquelle l’intervention du projet à un moment du procès de production n’aurait aucune répercussion sur les autres stades de production. Ainsi, on n’a guère prêté attention à la façon dont l’approvisionnement en poissons serait assuré pour les femmes participant au projet. On pensait qu’il proviendrait des sources habituelles.

42En réalité les femmes ont eu des problèmes d’approvisionnement qui différaient selon le type de ressources relationnelles dont elles disposaient auparavant pour l’accès aux ressources. Les femmes qui avaient déjà fumé du poisson avant le projet obtenaient du poisson grâce aux relations qu’elles entretenaient avec les pêcheurs. Ce type de relations prenait des formes variées. Elles pouvaient se former entre époux. Ou bien les pêcheurs organisaient de tels arrangements avec des femmes dans plusieurs ports le long de la côte après les avoir gratifiées d’un cadeau pour s’assurer de leur fidélité. Les femmes payaient directement le poisson ou bien fournissaient du carburant, acheté grâce à leurs activités commerciales, ou bien encore avançaient de l’argent. Ces relations apportaient des bénéfices aux deux parties. Elles assuraient aux hommes des débouchés réguliers pour le traitement et la commercialisation de leurs poissons tout en fournissant aux femmes une provision sûre de poissons pour leurs activités.

43Le projet a rompu ces interdépendances sans pour autant offrir quoique ce soit à la place. Percevant les femmes comme des bénéficiaires de fonds extérieurs, les pêcheurs furent conduits à augmenter leurs prix au-delà de ceux que des femmes seules ou groupées dans des projets pouvaient se permettre. De leur côté, les femmes bénéficiant d’un réseau de relations particulières, étaient peu disposées à étendre leurs opérations grâce au projet craignant par là de mettre en danger leurs relations de contacts. Comme Goetz le fait remarquer “alors que le projet mettait l’accent, selon les vœux de la décennie, sur les activités productives des femmes, ces dernières ne se retrouvèrent pas plus autonomes que les hommes. Elles dépendaient des hommes pour commencer le procès de production tandis que les hommes dépendaient d’elles pour le compléter. Les hommes comme les femmes investissaient une bonne partie de leur temps, de leur énergie et de leurs ressources à établir ces relations”.

44Une seconde erreur commise par ce projet fut d’estimer que le fumage des poissons ayant été identifié comme une activité féminine, toutes les femmes de la localité pouvaient le faire. En vérité, seules celles qui s’étaient déjà investies dans les ressources humaines et sociales nécessaires à cette activité pouvaient effectivement s’y adonner. Les femmes sans expérience préalable n’avaient ni le savoir-faire ni les relations commerciales nécessaires. En l’absence de contacts dans la communauté des pêcheurs, ce groupe se trouvait obligé d’acheter le poisson extrêmement cher sur le marché ou d’utiliser du poisson surgelé fourni par la flotte soviétique au gouvernement du pays mais dédaigné par les Guinéens, sans compter que la décongélation du poisson apportait un surcroît de travail. Selon les conclusions de Goetz, en se concentrant sur la division sexuelle des tâches dans le procès de production sans prendre en compte les interdépendances, on a fracturé un système bien rôdé sans pour autant offrir une alternative qui aurait pu renforcer le contrôle des femmes sur leur activité.

3.3 – Analyse des rapports sociaux

45La division sexuelle des tâches est aussi un concept central dans l’analyse des rapports sociaux, mais sa définition est plus large que dans le TRF ou le GRF. La SRA part du principe qu’un projet de développement doit prendre en compte, non seulement les relations de production, telles qu’elles sont comprises ordinairement, mais aussi, la série plus large et interconnectée des relations – grâce auxquelles les besoins de la population sont satisfaits – ainsi que les relations sociales de la vie quotidienne. (Young et al. 1981 ; vii). Cet ensemble de relations préside à l’organisation de la production, de la distribution et de la consommation dans différents contextes. Les relations de genre se rapportent très précisément à l’étendue des relations sociales qui créent des différences systématiques dans le positionnement des femmes et des hommes en relation avec ces processus. Les inégalités matérielles, autres que celles résultant de la classe et du genre, seront également des facettes significatives de différenciation sociale dans des contextes variés : caste en Inde, race en Afrique du Sud, religion en Irlande du Nord. Les relations de genre s’entrelacent dans cet éventail plus vaste des relations sociales pour structurer le partage des ressources et des responsabilités, les revendications et les obligations des différents groupes sociaux de femmes et d’hommes dans n’importe quelle société donnée. Une analyse des rapports sociaux ne se substitue pas aux problèmes pratiques ou politiques soulevées par le GRF et le TRF, mais elle les précède au niveau de l’analyse.

46La production, au sens plus large de l’analyse des rapports sociaux, traite de la production de biens matériels et sociaux, comme présenté plus haut, aussi bien que de la (re) production des ressources humaines ; mais on reconnaît que la plupart des activités productives peuvent être accomplies par le biais de relations sociales variées et au travers de contextes institutionnels variés. Néanmoins, la division sexuelle des tâches dans le ménage est un point de départ utile pour la SRA, parce que la compréhension de ces relations est cruciale pour l’analyse des divisions selon le genre dans le reste de la société.

47L’utilisation des relations dans le ménage comme point de départ de notre analyse aide à faire le point, autrement que dans les deux autres cadres de référence, sur le fait que les responsabilités domestiques des femmes non payées – et fréquemment ignorées – forment un ensemble d’exigences préalables sur leur temps de travail. Leur capacité à participer à d’autres formes de production mieux rémunérées est vraisemblablement conditionnée par le degré de flexibilité de leur charge de travail domestique. Toutefois, comme nous l’avons répété, la maison n’est pas le seul endroit de production. Les mêmes ressources peuvent être produites ou acquises par des membres de la famille dans différents lieux institutionnels et à travers une variété de relations institutionnelles. Il nous faut donc établir une ligne de partage analytique entre le qui fait quoi et comment.

48La formulation de la division sexuelle des tâches de Whitehead offre plusieurs clarifications utiles, que je résumerai ici (1991). Elle nous rappelle tout d’abord que la division sexuelle des tâches ne se limite pas aux relations dans le ménage ou la famille, elle englobe aussi “le contexte économique plus vaste dans lequel hommes et femmes poursuivent des activités productives et les interrelations entre les activités menées dans la famille ainsi que dans ce contexte plus vaste.” Elle montre que le concept peut être utile de différentes manières. Il peut servir d’outil descriptif pour établir la distribution des rôles, des activités et de la consommation entre homme et femme.

49Ainsi la division sexuelle des tâches peut être considérée de différents points de vue :

  • comme l’incarnation de règles culturelles à propos des aptitudes et capacités différentes des hommes et des femmes, souvent décrites comme différences biologiques, qui les rend aptes à des tâches et responsabilités spécifiques ;

  • comme l’attribution de tâches, d’activités et de responsabilités particulières aux femmes et aux hommes dans la famille et la société en général sur la base des caractéristiques imputées selon le genre. Ainsi le fait d’attribuer généralement aux femmes les soins aux enfants, aux malades et aux personnes âgées dans la maison comme dans les institutions étatiques et celles du marché, est souvent expliqué en termes d’instinct maternel “naturel” ;

  • comme la division des ressources productives entre femmes et hommes traduisant leurs rôles et responsabilités culturellement attribués. Dans les sociétés où l’on demande aux femmes de contribuer à l’approvisionnement de la nourriture familiale, elles auront vraisemblablement un accès séparé à la terre ;

  • comme l’attribution de l’autorité et du contrôle entre hommes et femmes dans le procès de production. En principe, Whitehead estime que là où les femmes apportent une contribution à des tâches spécifiques dans un procès de production qui exige également un apport important ou même son achèvement par le travail de l’homme, la limite est moins claire dans l’attribution des revenus du travail. Il est par conséquent plus difficile pour les femmes d’augmenter leur part de revenus, résultat de leur travail supplémentaire. D’un autre côté, dans le cas d’un procès de production gouverné dans l’ensemble par la ségrégation selon le genre, les femmes peuvent conserver un meilleur contrôle sur les fruits de leur travail ;

  • comme la relation d’interdépendance. Ainsi que nous l’avons noté plus haut, l’attribution des différentes ressources et responsabilités aux femmes et aux hommes crée une nécessaire interdépendance entre eux afin qu’ils puissent accéder aux biens et aux services produits par l’un et par l’autre. Tant que cette interdépendance se fonde sur une division asymétrique, plutôt que symétrique, des ressources et des responsabilités, les relations de genre sont des relations de pouvoir comme de différence, de conflit comme de coopération. Le fait d’exercer un simple contrôle sur les différents stades de production et sur des produits particuliers n’offre pas aux femmes une réelle autonomie ou égalité sur leur vie, si l’ensemble des termes d’échange et de coopération joue contre elles ;

  • comme la concrétisation des demandes sur le produit social entre femmes et hommes. Ces revendications sont fondées sur les évaluations culturelles des différentes contributions, et donc des besoins, des femmes et des hommes, mais aussi sur la distribution du pouvoir de marchandage entre les hommes et les femmes et les capacités qui en résultent pour faire respecter ou contester les évaluations culturelles préexistantes. Ainsi les sociétés dans lesquelles les femmes sont perçues à la fois comme productrices économiques et disposant de ressources pour jouer leur rôle, vont vraisemblablement se montrer moins partiales dans la distribution de la nourriture entre homme et femme dans le ménage. Du point de vue de la stratégie, l’amélioration des capacités économiques des femmes peut ne pas se traduire par une amélioration immédiate des demandes dans le ménage, mais elle peut “améliorer leur pouvoir de persuasion” au cours de nouvelles négociations.

50Si la stratégie de survie des ménages pauvres devient le point de départ de l’analyse, ce qui est alors produit c’est la variété des ressources (matérielles, humaines et sociales) grâce auxquelles ses membres se maintiennent et se reproduisent. La plupart des familles présentent une division sexuelle des tâches et des responsabilités qui permettent de produire ces ressources. Le plus souvent, on attribue aux femmes l’ensemble des responsabilités essentielles concernant les soins et le maintien des ressources humaines. La part de participation des hommes à ce travail varie selon les cultures et les classes. De même, les hommes sont généralement considérés comme gagnant l’argent du ménage, alors que la participation des femmes également impliquées dans ces tâches varie selon la culture et la classe. L’accès aux réseaux sociaux et aux types de réseaux sociaux disponibles dépendra en grande partie de la classe et de la culture.

51Puisque le ménage n’est pas le seul lieu où sont produites ces ressources, l’analyse doit aussi considérer les rapports sociaux des différentes institutions grâce auxquelles leurs membres les acquièrent : la communauté, le marché et l’Etat. Chaque lieu institutionnel possède son lot de règles et de ressources, ses propres normes, ses valeurs, ses pratiques d’attribution, ses structures de pouvoir, qui aident à attribuer aux femmes et aux hommes, en tant que porteurs des caractéristiques de classes et genres, une place appropriée dans l’institution. En conséquence, toute planification, qu’elle se rapporte à une politique macro-économique générale ou à des micro-interventions spécifiques, doit connaître cet ensemble de relations sociales plus larges dans lesquelles la production s’organise et répond aux besoins humains. L’impact social des interventions de planification peut varier considérablement, selon que telle ou telle activité est touchée, selon la personne qui l’accomplit et au travers de quelles relations sociales. On peut mieux illustrer ces données en les considérant dans un contexte empirique.

52L’analyse interculturelle des activités dans la chaîne alimentaire en région rurale a montré que, tandis qu’il existe des variations considérables dans la division sexuelle des tâches, les femmes sont généralement responsables de la transformation des cultures vivrières destinées à la maison (Holmoe-Ottesen et al. 1989). Toutefois les relations sociales liées à ces activités peuvent différer selon les cultures voire à l’intérieur d’une même culture. Aussi ne peut-on prédire les implications sociales, dérivant de l’introduction d’une nouvelle technologie à cette étape des cycles agricoles, à partir de l’a priori selon lequel les femmes sont prédominantes à cette phase de la production. Là où la réclusion des femmes et une segmentation du marché du travail coexistent avec une classe importante de travailleurs sans terre, comme au Bangladesh et dans certaines régions du nord de l’Inde, la transformation des produits agricoles est généralement accomplie par des femmes dont on paye le travail plutôt que par des femmes appartenant à la famille. Dans ce cas l’introduction de moulins à riz a eu des effets bien différents pour les femmes selon leur appartenance de classe. Pour celles qui doivent transformer les produits comme travailleuses familiales non payées tout en accomplissant les travaux du ménage, la mécanisation diminue leur charge de travail. Pour les femmes riches qui se contentent de superviser le travail féminin payé dans la transformation du riz, la mécanisation allégera simplement leur temps de surveillance. Mais si la transformation du riz pour le compte des ménages riches offre une rare chance de revenus supplémentaires pour les femmes des familles sans terre vivant dans une société où la réclusion est traditionnelle, la mécanisation représente une énorme perte de revenu.

53Dans le contexte de l’Afrique de l’ouest, où le manque de terre est plus rare, la transformation des cultures vivrières est une composante régulière des travaux domestiques accomplis gratuitement par les femmes de la famille. C’est l’un des aspects le plus dévoreur de temps et d’énergie du travail domestique des femmes et les Gambiennes, par exemple, le décrivent comme “le pire aspect de la vie d’une femme”. Ici, la mécanisation ne représente pas un transfert d’emploi féminin mais un soulagement. Ainsi, différentes catégories de femmes, travaillant manifestement dans la même activité productive, vont subir différemment les changements technologiques parce qu’elle sont impliquées dans des relations sociales différentes. Une analyse sociale des coûts/bénéfices entreprise au Bangladesh a révélé que le coût social de la mécanisation de la transformation l’emportait sur les bénéfices sociaux parce que la perte de revenus endurée par les femmes sans terre dépassait l’ensemble des gains de productivité. Une étude semblable dans le contexte de l’ouest africain pourrait avoir des conclusions fort différentes. Haswell (1988), par exemple, a noté qu’en Gambie des groupes de pression féminins cherchaient à obtenir des moulins ; au Sénégal tout proche, Nath (s. d.) rapportait comment les villageoises manifestaient avec leur mortier et leur pilon durant la visite d’un ministre pour s’insurger contre le travail quotidien et fastidieux du pilage de mil et du sorgho.

54La pertinence de l’analyse des rapports sociaux dans la production des ressources matérielles peut s’imposer davantage aux planificateurs depuis que l’on reconnaît plus volontiers que la production “économique” s’effectue à travers une variété de rapports sociaux : travail gratuit dans la famille, auto-emploi, travail rémunéré, relations dans le travail payé et le métayage, etc. Mais on accepte moins fréquemment que la reproduction et les soins apportés aux ressources humaines puissent requérir le même type d’analyse. La principale distinction entre les soins de santé dispensés par les femmes à la maison dans leur rôle de mère et d’épouse, et le travail accompli par les professionnels de la santé dans les services publics ou privés, ne reposent pas sur le genre de ressources fournies – les deux traitent de la (re)production des ressources humaines – mais bien sur les rapports sociaux différents impliqués par cette forme d’activité. Tandis que les femmes sont, comme le montre Moser, fréquemment associées à la production et aux soins des ressources humaines, leur contribution ne s’accomplit pas toujours en vertu des mêmes aptitudes et du même “rôle”. D’importants aspects de soins de santé sont fournis par le travail gratuit familial, cela fait partie de l’économie “morale” dans le ménage et la famille, mais d’autres sont accomplis au sein des relations sociales de marché ou de l’Etat. D’autres encore s’organisent par le biais d’initiatives communautaires informelles.

55Là encore, différentes catégories de femmes impliquées dans la production de soins de santé peuvent avoir des intérêts conflictuels à cause des rapports sociaux qui gouvernent leur participation. L’exemple suivant qui nous vient d’une discussion personnelle avec Gerry Bloom est éclairant : étant donné la segmentation du marché du travail selon le genre et la race au Zimbabwe, le métier d’infirmière constitue l’une des rares possibilités d’emploi professionnel pour les femmes noires diplômées. Depuis l’indépendance elles s’y sont aménagé un créneau professionnel puissant. Dans ce contexte, les tentatives sporadiques du personnel médical, essentiellement masculin, induites par la classe sociale et le genre, afin d’augmenter le rôle des cadres non professionnels, au dépens des infirmières diplômées, ne sont pas clairement lisibles.

56La résistance des infirmières peut être considérée comme une revendication de pouvoir par des femmes, appartenant à une élite peu soucieuse des intérêts des femmes pauvres ne pouvant accéder que difficilement aux services de santé très spécialisés. Cela peut sembler inamical vis à vis des femmes moins diplômées qui pourraient bénéficier d’une offre accrue de postes dans le cadre d’un système de santé plus décentralisé. Par contre, on pourrait soutenir que la décentralisation n’est qu’une tentative du personnel médical masculin pour embaucher à moindre prix des infirmières moins qualifiées et que c’est dommageable aux intérêts des femmes utilisatrices puisqu’il abaisse la qualité des soins offerts. Parce que les femmes – et les hommes – participent à la production des ressources humaines à travers divers rapports sociaux (acheteurs de services de santé, producteurs de soins de santé bénévoles ou salariés) leurs besoins et leurs intérêts ne peuvent se déchiffrer à partir de leur classe ou de leur genre, mais doivent être analysés dans le contexte des rapports sociaux qui les traversent.

57(...)

Bibliographie

– Berry, S. - Macro-policy implications of research on rural households and farming system ; in : Moock, J. L. (ed.). - Understanding Africa’s rural households and farming systems ; Boulder (Colorado), Westview Press, 1986.

– Birdsall, N. ; McGreevey, W. P. - Women, poverty and development ; in : Buvinic, M. A. (ed.) ; et al. - Women and poverty in the Third World ; Baltimore (Maryland), John Hopkins Press, 1983.

– Bruce, J. ; Dwyer, D. - A home divided : women and income in the Third World ; Stanford (California), Stanford University Press, 1988.

– Fraser, N. - Unruly pratices, power, discourses and gender in contemporary social theory ; Londres, Polity Press, 1989.

– Goetz, A. M. - Misbehaving policy : a feminist analysis of assumptions informing a project for women fish-smokers in Guinea ; Paper presented to the Canadian Association of Africa Scholars Annual Meeting, Kingston (Ontario), Queen’s University, 1989.

– Holmboe-Otteson, G. ; Mascarenhas, O. ; et al. - Women’s role in food chain activities and the implication for nutrition ; Genève, ACC/SCN State of the Art Series Nutrition Policy, Discussion Paper, n ° 4, 1989.

– Kabeer, N. - Organizing landless women : the experience of Saptagram ; Community Development Journal, 1985.

– Kabeer, N. - Gender, production and wellbeing : alternative approaches to the household economy ; IDS Bulletin, 1991, p. 288.

– Leslie, J. ; Lycette, M. ; Buvinic, M. - Weathering economic crisis : the crucial role of women in health ; in : Bell, D. E. (ed.) ; Reich, M. R. (ed.). - Health, nutrition and economic crisis : the crucial role of women in health : approaches to policy in the Third World ; Dover (Mass), Auburn Publishing Company, 1988.

– Marcha, K. ; Taqua, R. - Women’s informal associations in developing countries ; Boulder (Colorado), Westview Press, 1986.

– Moser, C. - Gender planning in the Third World : meeting practical and strategic gender needs ; World Development, vol. 17, n ° 11, 1989, pp. 1799-1825.

– Roberts, P. - The integration of women in the development process : some conceptual problems ; IDS Bulletin, vol. 10, n ° 3, 1979, pp. 60-66.

– Rocheteau, D. - Gender, complementarity and conflict in sustainable forestry development : a multiple user approach ; paper presented to UIFRO, Montréal, World Congress Quinquennial, 1990/08/5-11.

– Scott, J. - The moral economy of the peasant : subsistence and rebellion in Southeast Asia ; New Haven, (Con.), Yale University, 1976.

– Shettty, S. - The assessment of “empowerment” in development projects, an enquiry ; Master of sciences dissertation ; Londres, London School of Economics, 1991.

– Whitehead, A. Wives and mothers : female farmers in Africa : Genève, BIT World Employment Programme Working Paper, n ° 170, 1990.

– Whitehead, A. - Gender-aware planning in agricultural production ; IDS Bulletin, Module 7, Gender and Third World Development Modules, 1991.

– Young, K. ; Wolkowitz, C ; et al. - Of marriage and the market ; Londres, CSE Books, 1981.

Notes

1 Un des principaux développements du sigle WID est “Intégration des femmes au développement” qui a donné le sigle IFD en français (ndt)

2 C’est Anderson qui a avancé cette notion de “communauté d’intérêts supposée” (1983). Pour décrire les communautés construites selon une idéologie par opposition aux communautés fondées sur une interaction directe. On a imaginé cette communuaté parce que ses membres ne se connaissaient pas, pourtant chacun avait en tête l’image de leur communauté d’intérêts. Cétait une communauté parce qu’on la percevait comme une camaraderie profonde et horizontale, sans prêter attention à l’inégalité et à l’exploitation réelles. Quoiqu’il en soit le genre de “communauté” que les décideurs ont cherché à promouvoir par leur politique répond à la définition d’Anderson.

Auteur

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable