Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. L'invisible travail

Evaluer et valoriser le travail des femmes

Editor's note

In : Rapport mondial sur le développement humain 1995
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD)
Paris, Economica, 1995 (extraits)

Full text

1L’examen des trente et un pays figurant dans l’échantillon aboutit à un constat quelque peu dramatique :

  • Les femmes travaillent davantage que les hommes dans la quasi-totalité des pays. Les femmes supportent en moyenne 53 % de la charge de travail dans les pays en développement et 51 % dans les pays industrialisés.

  • Dans les pays industrialisés, environ deux tiers du temps de travail total des hommes est consacré aux activités rémunérées et figurant dans le système de comptabilité nationale (SNC) – et un tiers aux activités non rémunérées et non prises en compte par ce système. La proportion est inversée pour les femmes. Dans les pays en développement, plus des trois quarts du travail masculin concernent des activités répertoriées dans le SCN. Ainsi, les hommes se taillent la part du lion en matière de revenu et de reconnaissance sociale au titre de leur contribution à l’activité économique, alors que le travail des femmes n’est généralement ni rémunéré, ni reconnu, ni valorisé.

Intensité du travail

2La plupart des études sur l’emploi du temps considèrent les activités humaines comme des tâches individuelles effectuées l’une après l’autre. En réalité, de nombreuses activités, notamment les tâches ménagères, sont effectuées simultanément. Les femmes, en particulier, ont développé une faculté à jongler entre plusieurs tâches au même moment : elles peuvent balayer tout en portant un enfant, ou laver le linge tout en préparant un repas.

3Une étude de l’emploi du temps réalisée aux Etats-Unis dans les années quatre-vingts montre que l’exécution simultanée de tâches ménagères est plus commune chez les femmes que chez les hommes, en particulier en ce qui concerne les tâches ménagères quotidiennes. Une étude menée dans la région rurale de Saint Lucia montre que plus des trois quarts des activités ménagères impliquent des tâches multiples.

4Dans de nombreux pays en développement, il est difficile de distinguer les activités productives effectuées en dehors du foyer des tâches ménagères. Souvent, les tâches multiples effectuées par les femmes combinent les deux. En d’autres termes, la frontière entre les activités inclues ou non dans le SCN y est souvent floue. La production non marchande et l’apport de travail correspondant sont donc tous deux sous-estimés.

5De nombreuses tâches ménagères sont répétitives et incontournables. Les repas, par exemple, doivent être préparés trois fois par jour. Les soins à apporter aux enfants ne peuvent pas attendre que l’on dispose de temps libre pour s’en occuper.

6Il n’y a que vingt-quatre heures dans une journée. Compte tenu du temps limité dont disposent les femmes par rapport aux nombreuses tâches qui leur incombent quotidiennement, celles-ci ont tendance à augmenter leur cadence de travail. C’est en particulier le cas chez les femmes pauvres, qui ne peuvent pas compter sur des appareils ménagers et ont donc tendance à augmenter la cadence de production de leur seule ressource – le travail – à mesure que leur situation économique se détériore. Ces femmes tendent à produire davantage de biens elles-mêmes plutôt que de les acheter. Elles prennent du travail à domicile, ce qui leur permet de s’occuper de leur foyer en même temps, ou bien elles travaillent dans le secteur informel, dans les rues comme marchandes ambulantes, ce qui leur permet de s'occuper en même temps de leur progéniture.

7Les heures consacrées aux loisirs et même au sommeil deviennent rares. La mesure conventionnelle du bien-être, qui est centrée sur la production de biens et de services, néglige cet aspect destructeur du travail intensif. Dans la perspective du développement humain, il est impossible de faire l’impasse sur cet aspect.

Les femmes et les filles sont les principaux soutiens de famille au Kenya

8Dans les zones rurales du Kenya, les femmes travaillent en moyenne 56 heures par semaine contre seulement 42 heures pour les hommes. Les enfants âgés de 8 à 16 ans travaillent également de longues heures. Si on ajoute les heures consacrées à l’éducation, les filles consacrent environ 41 heures par semaine aux activités économiques contre 35 heures pour les garçons.

9Les femmes supportent l’essentiel des travaux ménagers, du ramassage du bois et de la collecte d’eau : elles y consacrent dix fois plus de temps que les hommes ! Cette tendance se retrouve chez les filles qui consacrent environ 3,7 fois plus de temps que les garçons aux travaux ménagers.

10Les femmes qui pratiquent la culture de rapport, celle du thé ou du café, par exemple, sont celles qui travaillent le plus grand nombre d’heures parmi l’ensemble des femmes vivant dans des zones rurales (62 heures en tout par semaine). Avec le développement des cultures de rapport au Kenya, les femmes ont tendance à supporter une charge de travail qui, loin de diminuer, ne fait qu’augmenter. En milieu urbain, la charge de travail moyenne des hommes et des femmes est mieux répartie : 49,2 heures par semaine pour les femmes contre 47,7 pour les hommes.

11Pratiquement 80 % du travail des hommes, contre seulement 41 % de celui des femmes, est rémunéré. Dans le même temps, ce sont les filles et non les garçons qui sont les véritables soutiens de famille. Elles passent en effet dix fois plus d’heures que les garçons à travailler à l’extérieur.

12Les hommes et les femmes installés à leur compte travaillent beaucoup, mais leur charge de travail respective est inégale : plus de 75 heures par semaine pour les femmes contre plus de 61 heures pour les hommes. En milieu urbain, les femmes travaillant à leur compte sont manifestement plus désavantagée que les autres femmes vivant en ville ou même à la campagne. Dans les villes, les hommes et les femmes, qui ont une activité salariée, ont des semaines de travail pratiquement équivalentes : environ 46 heures hebdomadaires.

Le temps de travail total dans les pays industrialisés est inférieur de 20 % à celui des pays en développement

13C’est le ramassage du bois de feu ou la collecte d’eau qui sont le plus immédiatement et directement affectés par la déforestation et l’utilisation excessive des pâturages. Or, le temps consacré par les femmes à ce type d’activités est dix fois supérieur à celui des hommes (9,7 heures pour les femmes contre 0,9 heure pour les hommes). Les filles passent plus de 7 fois plus de temps que les hommes adultes et 3,5 fois plus de temps que les garçons à effectuer de telles tâches.

14Cette situation se retrouve dans de nombreux autres pays :

  • Au Pérou, les femmes doivent consacrer environ 2,5 heures par jour au ramassage et à la coupe du bois, en Inde (dans l’Etat du Gujarat), elles y passent trois heures par jour.

  • Dans l’Himalaya, le ramassage du bois de feu ne prenait pas plus de deux heures par jour au pied des montagnes il y a une génération de cela. Aujourd’hui, il faut un jour entier de marche dans la montagne pour trouver du bois, en raison de la déforestation.

  • Au Soudan, le temps consacré au ramassage du bois de feu a quadruplé en dix ans.

  • Au Mozambique, les femmes passent plus de 15 heures par semaine à collecter de l’eau et au Sénégal, environ 17,5 heures par semaine.

15Dans les zones touchées par la désertification, les femmes peuvent passer jusqu’à 4 heures par jour à aller chercher de l’eau.

La contribution invisible

16La sous-évaluation du travail des femmes se reflète dans le peu de reconnaissance de leur contribution à l’activité économique. Le débat doit donc porter tant sur l’inégalité des rétributions que sur l’inégalité des chances.

17Pourquoi seul le travail marchand devrait-il être valorisé et pourquoi le travail doit-il avoir une valeur d’échange et pas seulement une valeur humaine pour être reconnu d’un point de vue économique ?

18Il faut combattre l’idée selon laquelle l’activité humaine ne peut être valorisée que si on lui attribue une valeur marchande. Nombreuses sont en effet les choses qui rendent la vie digne d’être vécue tout en n’ayant aucune valeur marchande. Nous ne disons en aucune manière qu’il est nécessaire de monétiser toutes les activités d’une famille ou d’une collectivité pour leur donner une valeur adéquate. La plupart de ces activités ont une valeur qui dépasse largement la simple valeur économique.

Les femmes : un moteur de la croissance
“Les femmes sont un moteur important de la croissance et de l’emploi, mais en plus si elles arrivent à concilier travail et famille, elles ont plus d’enfants que quand elles sont confrontées à un choix cornélien entre carrière et maternité : telles sont les conclusions du rapport du Conseil d’analyse économique, réalisé par Béatrice Majnoni d’Intignano, professeur à Paris XII, présenté à Lionel Jospin... Première idée forte du rapport : les femmes sont un moteur de la croissance. L’observation de différents pays en donne la mesure. Ainsi le Danemark affiche un taux de chômage de 4,6 % et un taux d’activité des femmes de 74,2 %. À l’inverse, on compte 18,2 % de chômeurs en Espagne, où seulement 45,6 % des femmes travaillent... Une politique nataliste est aujourd’hui une politique d’égalité d’accès des hommes et des femmes à l’emploi et une politique d’équipements de garde des enfants... écrit l’auteur du rapport .”
Le Monde, samedi 6 Mars 1999, article rédigé par Virginie Malingre

Taux d’activité des femmes
Le taux d’activité féminin n’a cessé d’augmenter en France jusqu’à atteindre 78,6 % pour les 25-49 ans. Mais les femmes sont majoritaires dans les emplois à temps partiel et peu qualifiés. Elles sont aussi davantage touchées par le chômage de longue durée et restent toujours moins payées que leurs homologues masculins. La population ayant des emplois précaires est de 17 % ; ce type de contrat concerne près de 30 % des femmes contre à peine plus de 5 % des hommes. A noter la progression de l’activité professionnelle chez les mères de famille. Avec deux enfants, près des trois quarts des femmes mariées sont actives ; avec trois enfants et plus, 41,7 % le sont encore ...
Le Monde, 25 février 1999, article rédigé par Alain Lebaube
Cette situation décrite pour la France s’applique bien évidemment à l’ensemble des pays, développés ou non.

Buy

Print version

Loading

Unavailable