Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

5. L'invisible travail

De la différence des sexes en économie politique : introduction

Nancy Folbre
Traduction de Edith Ochs et Larry Cohen

Note de l’éditeur

In : Nancy Folbre. De la différence des sexes en économie politique
Paris, Editions des Femmes, 1997, p. 10-15 (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

L’invisibilité du travail féminin De nombreux questionnaires utilisés pour les recensements et les enquêtes commencent par la question :” Quelle est votre principale activité ?”. Cette manière de procéder est mal adaptée à la situation de la plupart des femmes... qui répondent souvent qu’elles sont des femmes au foyer même si elles produisent pour la vente ou pour l’autoconsommation... Si l’on tient compte de la production marchande... la proportion d’actives atteint 32 %. Après que la nouvelle norme du Bureau International du Travail (BIT) a été appliquée, il s’est avéré que 88 % des femmes étaient économiquement actives.
Si les travaux ménagers non rémunérés étaient évalués sur la base du coût d’acquisition de biens et services comparables ou du paiement d’une personne employée pour effectuer ces tâches, la valeur calculée du Produit intérieur brut (PIB) des différents pays augmenterait de 25 à 30 % d’après la plupart des estimations... Le fait que la contribution des femmes à la production ne soit pas appréciée et mesurée à sa juste valeur engendre immanquablement des distorsions et des biais dans les prises de décision tant au niveau microéconomique qu’au niveau macroéconomique.
Les femmes dans le monde : Des chiffres et des idées 1970-1990, Nations Unies, New York 1992

1Comme chaque modèle théorique nouveau, l’économie féministe suscite des approches différentes et elle est encore beaucoup trop effervescente pour pouvoir être mise en bouteille. On peut cependant y distinguer un rejet qui porte sur trois aspects distincts mais étroitement liés de la théorie économique dominante, sa tendance à glorifier la satisfaction de l’intérêt égoïste, notamment chez les hommes, son refus de reconnaître la valeur économique du travail domestique, par exemple le fait d’élever les enfants, et son incapacité de s’intéresser aux identités et aux actions collectives fondées sur le sexe ou sur la nation, la race, la classe. Or ces questions, qui paraissent à première vue générales et abstraites, ont un retentissement considérable sur la manière d’aborder les problèmes concrets que pose l’Etat-providence dans une économie mondialisée.

2Les économistes anglo-américains de l’école néoclassique ont tracé une frontière particulièrement nette entre égoïsme et altruisme. A la fin du XIXe siècle, le Britannique Alfred Marshall pensait que les hommes devaient tirer le maximum de profit de leur utilité personnelle, tandis que les femmes devaient se mettre entièrement au service d’autrui. Aujourd’hui, l’économiste américain très influent Gary Becker explique que les hommes sont totalement égoïstes dans les échanges marchands mais totalement altruistes en famille – autrement dit, la plupart des manifestations de solidarité ou des actions collectives sont vouées à l’échec dans le monde marchand, et les foyers sont à l’abri des risques de conflit ou d’inégalité.

3Les théoriciens français ont souvent refusé de suivre cette voie extrême de l’individualisme libéral car ils étaient convaincus que les motivations humaines en jeu étaient moins tranchées. Pour des raisons culturelles et historiques, les Français valorisent davantage la solidarité et son rôle fondamental dans la constitution de la société humaine. Durkheim, ardent défenseur de la solidarité, est plus apprécié en France que Smith ou Malthus, partisans de l’égoïsme. De ce fait, tandis que le public français ne s’étonnera guère que la double norme libérale – égoïsme pour les hommes, altruisme pour les femmes – soit contestée par les féministes anglo-américaines, ces dernières, un peu trop centrées peut-être sur les droits individuels, auront davantage à débattre de ces questions avec des Françaises.

4La remarque vaut aussi pour le second point, le refus de reconnaître la valeur économique du travail domestique. Dans le domaine des aides accordées par l’Etat à celles et ceux qui élèvent des enfants, la France a fait beaucoup mieux que les Etats-Unis, où nombre de mères célibataires sont sans ressources et où environ un enfant de moins de six ans sur quatre grandit dans la pauvreté. Plusieurs économistes féministes comme Barbara Bergmann sont venues étudier le système français des écoles maternelles et des allocations pour parents isolés dans le but précis de prouver aux économistes américains qu’ils avaient tort de croire que la doctrine du “laissez faire” pouvait s’appliquer aux familles comme aux marchandises. Mais d’un autre côté, en France, l’existence très ancienne des allocations familiales n’a pas incité les chercheurs à élaborer une théorie économique de ces énormes investissements publics, ni à réfléchir plus largement aux moyens d’organiser de façon intelligente le secteur de l’économie appelé " capital humain”. C’est un problème car la restructuration de l’économie et l’âpreté de la concurrence conduisent désormais les Etats à réduire les budgets sociaux qui n’ont pas d’incidence directe sur la croissance.

5La plupart des dépenses sociales dont les économistes disent qu’elles freinent la croissance – aides à l’enfance, allocations familiales, assurances chômage, etc. – sont en réalité indispensables au maintien et à la reproduction d’une force de travail qualifiée. Et leur effet positif devient très difficile à percevoir lorsque le système de comptabilité des revenus ne tient compte que des échanges marchands et ignore tout à fait le travail non marchand, sa quantité et sa qualité. A cet égard, il est encourageant de voir que la France et d’autres pays européens commencent à mettre en place des instruments d’évaluation du temps et des budgets consacrés au travail non marchand, ce qui permettra d’avoir une idée plus précise de la valeur des efforts humains déployés dans ce domaine. Malheureusement, les études réalisées jusqu’ici ne fournissent le plus souvent qu’une estimation très sommaire des emplois du temps et ne font aucune distinction entre les activités qui pourraient être remplacées par des services marchands de qualité et celles qui exigent des attentions humaines, une présence personnelle durable, que le marché ne pourra jamais offrir.

6Les économistes féministes répètent depuis longtemps que l’analyse minutieuse du travail non marchand est un moyen de savoir quel est le niveau de vie des êtres humains. Un progrès dans ce sens en France pourrait, je crois, éclairer sous un jour nouveau le débat actuel sur les conséquences de la réduction du temps de travail salarié. L’impact macro-économique d’une telle mesure dépend en grande partie de la manière dont chacun et chacune utilisera son temps de travail non marchand supplémentaire : servira-t-il à mieux préparer les repas individuels familiaux, à bricoler dans la maison, à faire pousser des légumes que l’on consommera, à consacrer davantage de temps aux personnes de la famille ? Dans ce cas, la valeur globale de l’activité économique augmentera. Mais qu’adviendra-t-il de ceux et de celles qui vivent seuls et n’ont pas accès aux moyens de production domestiques ? Une réduction de leurs horaires de travail marchand pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour eux, surtout si elle se traduit par une diminution de leurs revenus marchands. Enfin, quelles répercussions aura cette mesure sur la division sexuelle du travail : va-t-elle contribuer à augmenter le temps de travail domestique des femmes et le temps de loisirs des hommes ?

7Le troisième point concernait justement les identités et les intérêts collectifs des deux sexes. Dans la mesure où ils attachent davantage d’importance à la solidarité et à la qualité de la vie de famille, je crois que beaucoup de chercheurs français en sciences sociales ont tendance à sous-estimer l’ampleur réelle et potentielle du conflit économique entre hommes et femmes, qu’il s’agisse de la sphère familiale ou du marché du travail. On peut parfaitement valoriser les différences physiques et affectives entre les sexes sans nier que la division sexuelle du travail fonctionne dans l’intérêt des hommes en faisant peser sur les femmes l’essentiel des responsabilités concernant la prise en charge des personnes dépendantes. Dans une économie capitaliste mondialisée, la dévalorisation du travail de prise en charge d’autrui est presque inévitable ; les femmes mariées sont placées en situation d’extrême vulnérabilité économique en cas de divorce, et les enseignantes, les infirmières ou les puéricultrices sont sous-payées. Sur un marché du travail où même les travailleurs les plus qualifiés sont de plus en plus exposés à la concurrence, les hommes ne laissent pas volontiers les femmes accéder aux emplois les mieux rémunérés.

8Aux Etats-Unis, le manque d’aides publiques pour élever les enfants et l’échec manifeste des actions menées pour obliger les pères défaillants à verser les pensions alimentaires ont obligé les femmes à exiger des hommes qu’ils assument davantage leurs responsabilités à l’égard des personnes dépendantes. L’ironie, c’est que cette guerre des sexes a vraisemblablement été attisée par l’individualisme exacerbé de la tradition libérale anglo-américaine, qui a découragé l’Etat de trouver des solutions permettant de concilier les impératifs de la vie de famille et du travail salarié. La question est aussi à l’ordre du jour en France où, à ma connaissance, aucune étude n’a été réalisée pour évaluer l’écart entre les temps de loisirs des hommes et des femmes - écart dont je suis certaine qu’il est important, surtout chez les couples qui ont de jeunes enfants.

9J’ai toujours pensé que les inégalités sexuelles étaient étroitement liées à d’autres formes d’identité et d’action collectives, qui les façonnent. Au cours de l’histoire, les antagonismes de classe semblent dominer à certains moments ; à d’autres, ils font place aux antagonismes de sexe. Depuis peu, aux Etats-Unis et en Europe, les différences régionales et ethniques semblent occuper le devant de la scène. Or, pour comprendre toute la complexité des enjeux, il ne suffit pas d’assister à un seul acte ou d’observer le comportement d’un seul personnage. La démarche de l’économie politique féministe ne consiste pas à prétendre que les conflits entre les sexes sont toujours et partout plus importants que les autres, mais à les intégrer, au contraire, dans une théorie cohérente de l’opposition, de l’exploitation et de la lutte collective qui peut rendre compte de leur évolution. (…)

Auteur

Edith Ochs (Traducteur)
Larry Cohen (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable