Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

4. Besoins pratiques et besoins stratégiques

Planification selon le genre dans le Tiers Monde : comment satisfaire les besoins pratiques et stratégiques selon le genre

Caroline O.N. Moser
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Gender Planning in the Third World : Meeting Practical and Strategic Gender Needs
in : World Development (London), 1989, vol. 17, n ° 11, p. 1799-1825 (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

(...) Argumentaire pour une planification selon le genre

1Pouvons-nous planifier pour répondre en général aux besoins des familles à faibles revenus ou bien pour répondre aux besoins spécifiques des femmes ? La planification selon le genre repose sur le raisonnement conceptuel implicite suivant : les hommes et les femmes ayant des rôles différents dans la société, ils ont souvent des besoins différents. En conséquence, lorsque l’on identifie et met en pratique les besoins dans la planification, il est important de dissocier les ménages et les familles dans la communauté en tenant compte du genre. L’identification de ces différents besoins exige l’analyse de deux stéréotypes courants dans la planification ; le premier traite de la structure des ménages à faibles revenus, le second de la division sexuelle des tâches dans le ménage.

  • 1 Scott et Tilly (1982) examinent du point de vue historique la division des tâches selon le genre. B (...)

2Bien que l’on insiste sur la nécessité de planifier en faveur des individus on décèle, dans les théories et les pratiques occidentales courantes concernant les communautés pauvres, une tendance presque générale à avancer deux présupposés, sans tenir compte de la réalité empirique du contexte particulier de planification. Tout d’abord le ménage est constitué d’une famille nucléaire avec un mari, une femme et deux ou trois enfants. Ensuite, dans le ménage il y a une nette division sexuelle des tâches selon laquelle l’homme, en tant que soutien de famille, est essentiellement impliqué dans un travail productif à l’extérieur de la maison, tandis que la femme, en tant qu’épouse et mère au foyer, endosse toutes les responsabilités du travail domestique et reproductif dans le ménage. On estime également d’une manière implicite qu’il existe dans le ménage un contrôle égal sur les ressources et le pouvoir de décision entre l’homme et la femme pour tout ce qui touche la vie de la famille. Dans la plupart des sociétés du Tiers Monde on considère que cette division sexuelle des tâches reflète l’ordre “naturel” et qu’il est idéologiquement renforcé par les lois et l’éducation, les media, et les programmes de planning familial, sans pourtant admettre que la position de la femme s’y trouve sous la tutelle de l’homme1. Toutefois ce modèle de société stéréotypé et abstrait, ainsi que la division sexuelle des tâches qui s’y rattache, montre de sérieuses limites lorsqu’on l’applique à la plupart des contextes du Tiers Monde, en particulier en relation avec le triple rôle des femmes et des femmes chefs de famille.

A – Le triple rôle des femmes2

  • 2 On a déjà utilisé le terme “triple” à propos des femmes dans différents contextes. Bronstein (1982) (...)
  • 3 Dans l’exposition de l’argumentaire conceptuel sur la planification selon le genre, le terme de “tr (...)
  • 4 Barring et Fort (1987) comme Moser (1987b) ont démontré dans leurs études de cas le rôle important (...)

3Dans la plupart des familles à faibles revenus, le “travail des femmes” ne se borne pas à celui de la reproduction (grossesse et éducation des enfants) nécessaire pour garantir l’entretien et la reproduction de la force de travail, c’est aussi un travail productif, souvent source secondaire de revenus. Dans les zones rurales, il s’agit principalement de travaux agricoles alors qu’en ville les femmes travaillent souvent dans le secteur informel soit à la maison (travaux de sous-traitance ou à la pièce) soit dans le voisinage3. De plus, les femmes sont impliquées dans des travaux de gestion communautaire au sein de la communauté locale en milieu urbain ou rural. Compte tenu des prestations de plus en plus déficientes de l’Etat pour le logement et les services essentiels tels que l’eau et la santé, ce sont les femmes qui non seulement en souffrent le plus, mais qui sont également obligées de s’organiser pour gérer des ressources limitées et assurer la survie de leur famille. Lorsqu’il y a un conflit ouvert entre les organisations communautaires et les autorités locales et qu’il faut exercer une pression directe sur l’Etat ou sur les organisations non gouvernementales en vue d’obtenir des fonds pour des infrastructures, ce sont à nouveau les femmes qui, dans une sorte d’extension de leur rôle domestique, prennent fréquemment les principales responsabilités dans la formation, l’organisation et le succès des groupes locaux de protestation4. Les femmes, à travers leur rôle selon le genre d’épouse et de mère, se battent pour gérer leur quartier. En accomplissant ce troisième rôle, elles acceptent implicitement la division sexuelle des tâches et la nature de leur subordination définie par le genre.

4Dans la plupart des sociétés du Tiers Monde le stéréotype de l’homme soutien de famille, c’est-à-dire l’homme travailleur productif, prédomine, même quand il ne répond pas à la réalité. Invariablement lorsqu’ils estiment jouer un rôle, les hommes se considèrent comme ceux qui rapportent l’essentiel de l’argent du ménage. Il en est ainsi même lorsque le chômage masculin est important et lorsque le travail productif des femmes fournit véritablement une grande partie des revenus. De plus, les hommes n’ont généralement pas de rôle reproductif défini, même si il leur arrive de jouer avec leurs enfants ou d’aider leur femme dans les travaux domestiques.

  • 5 Une récente enquête menée au hasard et non publiée sur les organisations communautaires dans le Tie (...)
  • 6 On légitime le fait que les dirigeants masculins sont souvent payés pour leur travail en affirmant (...)

5Les hommes s’occupent aussi des activités communautaires, mais différemment des femmes, reflétant une autre division sexuelle des tâches. La division spatiale entre le monde public des hommes et le monde privé des femmes (le voisinage est considéré comme une extension de la sphère domestique) implique que les hommes et les femmes entreprennent des travaux communautaires différents. Alors que les femmes exercent un rôle de gestion communautaire reposant sur la fourniture de biens de consommation collectifs, les hommes ont un rôle communautaire de dirigeants dans lequel ils s’organisent au niveau politique formel, généralement dans le cadre de la politique nationale5. Dans les organisations où ces deux activités se chevauchent, en particulier dans des sociétés où les hommes et les femmes peuvent travailler côte à côte, les femmes forment généralement la troupe des volontaires alors que les hommes se retrouvent aux postes de commandement et sont payés en fonction de leurs capacités6.

6Le fait que les femmes et les hommes aient des rôles différents a des conséquences importantes pour les décideurs. En ne reconnaissant pas le triple rôle des femmes, on ignore que les femmes, contrairement aux hommes, sont sérieusement handicapées par l’obligation d’avoir à gérer simultanément les rôles de reproduction, production et gestion communautaire. De plus, en vertu de sa valeur d’échange, seul le travail productif est reconnu comme travail. Le travail reproductif et de gestion communautaire, étant considéré comme “naturel” et non productif, n’a pas de valeur. Les conséquences sont sérieuses pour les femmes : en particulier, la majeure partie de leur travail, pour ne pas dire tout leur travail, demeure invisible et n’arrive pas à être reconnu comme travail soit par les hommes de leur communauté, soit par les planificateurs qui sont chargés de déterminer les différents besoins à l’intérieur des communautés pauvres. Par opposition, l’ensemble du travail masculin est valorisé, directement par une rémunération, ou indirectement par une position et un pouvoir politique. Alors que la tendance consiste à percevoir des besoins similaires pour les femmes et les hommes, la réalité de leur vie révèle une grande différence de situation.

B – Femmes chefs de famille

7Le deuxième problème posé par ce modèle stéréotypé et abstrait des sociétés du Tiers Monde, c’est qu’il est impossible de ne pas reconnaître que les ménages à faibles revenus ne sont pas tous homogènes en termes de structure familiale. Bien que la famille nucléaire puisse être le type dominant, il existe néanmoins diverses autres structures. Par exemple, on reconnaît désormais partout, que la famille élargie ne disparaît pas nécessairement avec la “modernisation” et “l’urbanisation”, lorsqu’elle demeure une stratégie de survie vitale pour les ménages à bas revenus en milieu rural ou urbain. Toutefois, la structure familiale non nucléaire la plus répandue est le ménage où la femme est chef de famille. Il en existe deux types. Il y a, d’une part, les femmes chefs de famille de jure, parce que le partenaire masculin est absent d’une façon permanente à cause de la séparation ou la mort, ou bien parce que la femme est légalement célibataire, divorcée ou veuve ; d’autre part il y a des femmes chefs de famille de facto parce que le partenaire masculin est temporairement absent, par exemple comme travailleur migrant ou réfugié. Dans ce cas, la femme n’est pas légalement chef de famille, elle est souvent perçue comme dépendante, en dépit du fait qu’elle peut avoir durant une grande partie de sa vie d’adulte, une responsabilité essentielle sinon totale dans les questions financières et gestionnaires de la maison.

La féminisation de la pauvreté
Il faut souligner le très innovant travail sur la pauvreté des femmes dans le Tiers Monde mené, dès les années 1980, sous la direction de Mayra Buvinic, Margaret A. Lycette et William Paul McGee (leur livre qui reste un grand classique, faisant toujours autorité, date de 1983). On leur doit les premières études de cas et les premières analyses fines et complètes sur les causes de la pauvreté des femmes, et plus particulièrement des femmes chefs de famille de jure ou de facto, qui ont permis l’élaboration du concept de la féminisation de la pauvreté.

Selon le PNUD (1995), les femmes représentent plus de 60 % des agricultrices dans la plupart des pays africains et contribuent à plus de 80 % de la production alimentaire totale. Bien que ces faits soient largement reconnus depuis plus de quinze ans, elles reçoivent moins de 10 % des crédits accordés aux petits agriculteurs et 1 % des crédits accordés à l’ensemble du secteur agricole. Les revendications des femmes, à tous les niveaux, n’ont guère amélioré la situation.

  • 7 Buvinic, Youssef Von Elms (1978) et Lele (1985) ont publié des rapports utiles sur les femmes chefs (...)

8On estime qu’aujourd’hui un tiers des ménages dans le monde sont dirigés par des femmes. En zone urbaine, spécialement en Amérique Latine et dans certaines régions africaines, le nombre atteint 50 % ou plus. Dans les zones rurales, d’où les hommes émigrent traditionnellement, le pourcentage a toujours été élevé, et dans les camps de réfugiés en Afrique et en Amérique centrale les chiffres avoisinent 80 à 90 %7. Il y a évidemment des variations importantes selon les régions mais, l’un dans l’autre, le nombre de femmes chefs de famille de facto augmente plutôt qu’il ne diminue. Dans de nombreuse régions du monde, ce n’est pas un phénomène nouveau, mais il est tout simplement davantage reconnu à l’heure actuelle. Les raisons de cette reconnaissance sont de deux sortes. D’abord le jugement moral des communautés vis à vis des femmes vivant seules a changé. C’est particulièrement évident dans les communautés en proie aux conflits où les femmes obligées de vivre seules ont elles mêmes pris de l’assurance face aux critiques faites à leur statut (Weeda, 1987). Enfin les planificateurs qui mettent au point des projets reconnaissent de plus en plus, même s’ils n’en sont pas encore à formuler une politique, qu’ils ne peuvent plus ignorer les femmes chefs de famille s’ils veulent obtenir des résultats positifs.

9La condition économique des femmes chefs de famille varie considérablement : elle dépend du statut de femme mariée, de la façon dont le groupe social considère la femme seule et responsable, de leur accès aux ressources productives, au revenu, de la composition de leur ménage. Les femmes chefs de famille ont souvent de nombreuses personnes à charge et un accès limité à l’emploi et aux services de base. En conséquence, ces familles vivent au dessous du minimum vital et on les rencontre sureprésentées parmi les plus pauvres des pauvres (White et al., 1986). Même si les femmes qui dirigent une famille ne constituent pas une catégorie à part, le problème de leur triple fardeau est pourtant exacerbé et peut avoir des implications politiques particulières. (...)

Notes

1 Scott et Tilly (1982) examinent du point de vue historique la division des tâches selon le genre. Barrett (1980) expose la situation dans les pays industrialisés, alors que Harris (1981), Mackintosh (1981), Elson et Pearson (1981) et Rogers (1980) étudient la subordination des femmes dans le contexte international.

2 On a déjà utilisé le terme “triple” à propos des femmes dans différents contextes. Bronstein (1982) a, par exemple, présenté les trois manières dont les paysannes du Tiers Monde endurent et mènent une “triple lutte” : comme “citoyennes des pays sous-développés ; comme paysannes vivant dans les régions les plus pauvres et les plus déshéritées de ces pays ; comme femmes dans une société dominée par les hommes”. Les féministes européennes emploient au contraire ce terme pour désigner le rôle grandissant des femmes dans la responsabilité parentale ; (Finch et Groves, 1983) ; Pascall, 1986).

3 Dans l’exposition de l’argumentaire conceptuel sur la planification selon le genre, le terme de “travail productif” s’emploie pour indiquer un travail avec une valeur d’échange réelle ou potentielle. Cela concerne aussi bien le travail dans le secteur formel ou informel ainsi que dans la famille. Dans le dernier cas on ne peut parler d’un travail ayant une valeur d’échange puisque aucun salaire ne vient récompenser directement le travail entrepris. Il est pourtant important de reconnaître que le travail de reproduction est également productif, mais étant donné la production de valeur d’usage provenant de rapports de production non payés, on ne le reconnaît pas comme un travail “productif”. Pour une discussion plus poussée sur le débat, voir, par exemple, Gardiner (1977), CSE (1976), et Barrett (1980). On reconnaît donc que l’emploi du terme travail “productif” s’appliquant uniquement au travail produisant une valeur d’échange constitue une trop grande simplification de la réalité, notamment concernant les économies de subsistance dans lesquelles ces divisions n’existent pas. De fait, c’est la reconnaissance des multiples tâches des femmes qui a mis en lumière les sérieuses limites catégorielles utilisées pour montrer les différences entre le travail productif des hommes et le travail de reproduction des femmes. Le but de cette simplification n’est pas de dévaluer ou d’ignorer l’importance de la production avec valeur d’usage, mais elle se fonde sur le nécessaire développement d’un argumentaire conceptuel pour une planification selon le genre susceptible de reconnaître que les femmes, à la différence des hommes, accomplissent un triple rôle : celui de productrices, de reproductrices et de gestionnaires communautaires.

4 Barring et Fort (1987) comme Moser (1987b) ont démontré dans leurs études de cas le rôle important des femmes dans les groupes locaux de protestation, mais ce phénomène n’est spécial ni à l’Amérique Latine ni au milieu urbain. Barrette et al ; (1985), Omveldt (1986), Sharma et al. (1985) et Yoon (1985) ont fourni des exemples récents montrant le rôle de gestionnaire communautaire des femmes dans les luttes pour l’environnement rural et les services de base en Asie et en Afrique.

5 Une récente enquête menée au hasard et non publiée sur les organisations communautaires dans le Tiers Monde révèle une forte tendance à avoir des organisations politiques dirigées par des hommes, essentiellement composées d’hommes, alors que les groupes de consommation collectives sont aux mains des femmes. Par exemple, à Lima, la Junta Comunal est le plus fréquemment dirigée et contrôlée par des hommes, alors que les associations de repas communautaires sont organisées par les femmes ; à Manille, le chef du Baranguay est en général un homme, tandis que le Club des femmes est évidemment géré par une femme ; à Bombay, dans l’Association nationale des résidents du bidonville, le représentant local est un homme, mais une femme dirige le Mahila Wandal (Moser, 1987).

6 On légitime le fait que les dirigeants masculins sont souvent payés pour leur travail en affirmant “qu’un homme doit travailler”, alors qu’on attend d’une femme qu’elle soit désintéressée et “pure” ; de plus leur participation se justifie parce qu’elle améliore les conditions de vie de leur famille (Moser, 1987b). Le programme de l’UNICEF pour les services urbains de base en Inde est un bon exemple de la division selon le genre entre le travail rémunéré des hommes et le bénévolat des femmes. Il était supposé fournir des emplois payés aux hommes à des postes officiels, mais il exigeait, pour sa bonne réussite, du travail gratuit de la part des femmes de la communauté (Metha, 1986).

7 Buvinic, Youssef Von Elms (1978) et Lele (1985) ont publié des rapports utiles sur les femmes chefs de famille du Tiers Monde. Il est souvent difficile d’évaluer précisément leur nombre parce que, devant la discrimination et le blâme culturel à l’encontre des femmes chefs de famille, les services officiels hésitent à admettre l’ampleur du “problème”. Un cadre fonctionnaire des services administratifs indien a, par exemple, informé l’auteur qu’il y avait entre 3 et 4 % de femmes chefs de famille. Une assistante sociale travaillant dans les taudis de la même ville estimait que le chiffre s’élevait à 70 %. Nous avons ici une bonne illustration des différences entre la définition et la perception.

Auteur

Caroline MOSER jouit depuis de longues années d’une réputation mondiale, autant pour ses travaux de recherche sur les villes en Amérique Latine que pour ses efforts à en transcrire les résultats au niveau de la planification des projets et à les faire accepter par les organismes de coopération bilatérale et multilatérale. Elle a publié sur la thématique générale ‘genre et développement’ de très nombreux travaux qui font référence.

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable