Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

4. Besoins pratiques et besoins stratégiques

Mobilisation sans émancipation ? Participation des femmes, Etat et révolution au Nicaragua

Maxine Molyneux
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Mobilization without emancipation ? Women’s Interests, the State and Revolution in Nicaragua
in : Feminist Studies, summer 1985, vol. 11, n° 2, p. 227-235 (extraits). Traduit de l’anglais.

Texte intégral

1La chute du dictateur Anastasio Somoza, en juillet 1979, n’aurait pu arriver à son terme sans l’insurrection des masses urbaines qui ont placé Managua, la capitale, ainsi que d’autres grandes villes sous le contrôle croissant des forces révolutionnaires. Ce fut là le point culminant d’un processus d’opposition populaire grandissante caractérisée par l’incorporation d’une large partie de la population dans les activités politiques.

  • 1 L’association des femmes face au Problème National (AMPRONAC) a été fondée en 1977 pour contrer les (...)
  • 2 Pour une première approche de leurs activités, voir : Randall, Margaret ; Deighton, Jane ; Horsley, (...)

2Un nombre important de femmes appartenant à toutes les classes sociales rejoignit la jeunesse et les hommes sans travail et fit son entrée au royaume de la politique dans les années 70, la plupart pour la première fois. La participation des femmes à la révolution nicaraguayenne a sans doute été plus importante que dans toute autre révolution récente, le Viêt-Nam excepté. Les femmes constituaient approximativement 30 % du Front sandiniste de libération nationale (FSLN) et à son point culminant en 1979 l’organisation féminine du FSLN, l’Association des femmes face au problème national (AMPRONAC), comptait 8000 membres1. Un grand nombre de femmes qui ne militaient pas dans des mouvements politiques organisés fournirent un appui logistique et de soutien aux forces révolutionnaires, tandis que d’autres apportaient un concours silencieux en refusant de dénoncer leurs voisins révolutionnaires ou en cachant des combattants en fuite2.

  • 3 Les écrivains femmes se sont davantage intéressées à cette question. Voir en particulier Maier, Eli (...)
  • 4 Luis, Jose. - Posibilidades y Limites de la Politica en los Procesos de Transicion : el Caso de Nic (...)

3De nombreux auteurs ont considéré l’importance de la mobilisation féminine dans le combat contre Somoza non seulement comme une réponse évidente à l’étendue de la répression et à la brutalité du régime, mais aussi comme l’adhésion à la vision et à la stratégie du FSLN3. Personne n’a mené une analyse rigoureuse sur le fait que les femmes soient devenues des sujets politiques, en partie parce que cela semblait évident, mais aussi parce que le militantisme révolutionnaire fut considéré comme le résultat de l’opposition de plus en plus forte à l’encontre de Somoza. Selon un des auteurs, ce processus a effacé la spécificité des sujets politiques au sein du combat général contre la dictature4. En simplifiant, on pourrait affirmer que tout le monde était contre la dictature, sans distinction de classe, d’âge et de genre. C’est cette unité qui fit la force et le succès final du mouvement d’opposition.

  • 5 Randall, Margaret. - Inside Nicaraguan Revolution ; Vancouver, New Star Books, 1978 et Sandino’s Da (...)

4Il conviendrait cependant de s’interroger sur le sens de ces “sujets qui perdent leur spécificité”, mais aussi sur celui de ces objectifs devenus universels. En fait l’universalité des objectifs révolutionnaires n’entraîne pas nécessairement la perte de l’identité des acteurs et on ne peut affirmer que ce soit ce qui s’est passé pour les femmes. Il serait en effet difficile de soutenir que les Nicaraguayennes ont perdu leur identité de genre, mises à part quelques femmes dans les unités combattantes qui se forgèrent une certaine virilité et estompèrent les différences entre genres5. Il serait plus exact de dire que l’image de la femme s’est enrichie de connotations nouvelles qui ont politisé les rôles sociaux auxquels les femmes sont traditionnellement associées sans pour autant en effacer le côté social.

  • 6 Cette organisation est impliquée dans différentes campagnes anti-impérialistes et pacifistes. Elle (...)

5La participation des femmes aux activités politiques a certainement contribué pour une large part au processus de mobilisation populaire, mais la position sociale des femmes n’a pas varié, elle est restée absolument inscrite dans la division sexuelle des tâches. De plus à l’intérieur des classes et des groupes de femmes, la participation politique prend un sens différent, selon que l’on est étudiante, jeune femme des classes moyennes ou habitante des quartiers populaires. Pour la majorité des femmes pauvres, l’entrée en politique a commencé après le tremblement de terre de 1972 et la création des comités de quartier destinés à prendre soin des victimes, à nourrir ceux qui n’avaient plus rien, à soigner les blessés. La colère qui a suivi le détournement des secours opéré par Somoza s’est amplifiée lorsque la répression a intensifié ses méthodes brutales. Un grand nombre de femmes a alors considéré que le passage du service de secours à la lutte n’était qu’un prolongement naturel, même sous sa forme guerrière, de leur rôle de protectrice et pourvoyeuse de la famille, c’est à dire de leur rôle fondamental de mère. Cette transition vers la “maternité combative” recevait l’appui du clergé radical, des Sandinistes et de l’AMPRONAC, qui faisaient le lien entre cette identité traditionnelle et des objectifs plus stratégiques tout en célébrant le rôle des femmes dans la gestation d’une société plus juste et plus humaine. L’appropriation par les révolutionnaires du symbole de la maternité a depuis été institutionnalisée par la célébration, au sein du FSLN, de la “Mère des héros et des martyrs” ; c’est maintenant encore un groupe actif de la base politique des Sandinistes6.

  • 7 Le terme socialiste est employé ici par souci de simplification. Pour plus de précisions, il faudra (...)
  • 8 Cf. par exemple le comportement des femmes tel que décrit par Henson, Carola et Liden, Karin ; in :(...)

6Toutefois, si la révolution n’a pas réclamé l’abolition des identités féminines, elle a tout de même exigé la subordination de leurs intérêts spécifiques aux objectifs plus vastes, c’est-à-dire au renversement de Somoza et à l’établissement d’un nouvel ordre social. Nous sommes ici en présence d’une question importante, située au cœur du débat sur les relations entre révolution socialiste et émancipation des femmes. Car si les femmes renoncent à leurs intérêts spécifiques dans la lutte pour une société différente, à quel moment ces intérêts seront-ils écoutés, légitimés et satisfaits par les forces révolutionnaires ou l’Etat socialiste ? Des écrits féministes répliquent qu’ils ne sont jamais correctement rétablis et que cela expliquerait la faillite du socialisme7 en faveur de l’émancipation des femmes. De telles critiques soulignent que non seulement les inégalités entre genres subsistent mais que le sort des femmes est pire qu’avant la révolution. Loin d’avoir été “émancipées” ainsi que le proclame parfois la rhétorique officielle, la charge de travail des femmes a augmenté et aucune redéfinition des relations entre les hommes et les femmes n’a vu le jour. Aux rôles traditionnels d’épouse et mère on a ajouté ceux de travailleuse à plein temps et de militante politique alors même que les structures pour les gardes d’enfants demeurent insuffisantes. Comme le disait une femme soviétique : “Si c’est cela l’émancipation, alors je suis contre”8.

  • 9 Cité dans le livre de Catherine MacKinnon. - Feminism, Marxism, Method and the State, an Agenda for (...)

7L’image négative des Etats socialistes sur cette question se trouve renforcée par leur incapacité à établir une quelconque parité hommes/femmes dans les appareils du pouvoir politique, et par l’absence d’une réelle démocratie populaire. Les explications le plus souvent avancées pour analyser ces échecs, du moins dans les pays les plus pauvres, parlent du manque de ressources, de pression internationale, de sous-développement et du poids des traditions, mais elles sont accueillies avec un scepticisme grandissant. Une femme se faisait récemment l’écho d’un consensus nouveau lorsqu’elle écrivait que “lorsqu’un pays est capable d’éliminer la mouche tsé tsé, il pourrait bien trouver le moyen d’avoir autant de femmes que d’hommes dans son politburo9.”

  • 10 Cette position est une généralisation logique tirée d’un raisonnement incomplet qui se trouve fréqu (...)

8Un point de vue encore plus négatif sur les résultats des pays socialistes considère qu’ils représentent simplement une forme différente de domination patriarcale. “L’égalité révolutionnaire” généralement reconnue comme l’apprentissage de la liberté pour les hommes et les femmes se trouve remplacée dans la période postrévolutionnaire par le statu quo qui conserve le pouvoir aux hommes. Et tandis que l’autorité masculine se renforce, de plus en plus indifférente aux problèmes des femmes, les sacrifices des femmes dans le combat pour une société meilleure demeurent ignorés de ceux qu’elles ont aidés à prendre le pouvoir. Les femmes des classes laborieuses se retrouvent “ostracisées” non par une “nouvelle bureaucratie bourgeoise” mais par une entité désormais plus subtile et analytiquement plus floue, le “patriarcat”10.

  • 11 Cette discussion laisse de côté la situation particulière des femmes dans les minorités ethniques d (...)

9Cet article étudie plus précisément la révolution nicaraguayenne et ses avancées depuis la prise de pouvoir par les Sandinistes en juillet 1979, afin de vérifier l’hypothèse selon laquelle les intérêts des femmes ne sont pas garantis par les révolutions socialistes. Nous étudions comment les politiques gouvernementales traitent les femmes au lendemain d’une révolution victorieuse à laquelle elles ont massivement participé. La première partie de la discussion passe en revue quelques questions théoriques soulevées par ce débat, en particulier la question des “intérêts des femmes” afin de voir comment, dans l’Etat socialiste, les politiques ont tenu compte de ces intérêts11. (...)

  • 12 Le pouvoir des hommes, qu’il soit institutionnel ou interpersonnel, ainsi que les arguments natural (...)

10Les femmes du Nicaragua n’ont certainement pas obtenu la pleine égalité, encore moins l’émancipation. Mais l’argument que nous développons ici montre que les problèmes des femmes ont été ignorés ou délibérément marginalisés par le biais d’une opération “patriarcale”12.

Des intérêts des femmes

11L’intérêt des femmes est un concept essentiel dans les évaluations féministes des sociétés socialistes et même dans les politiques sociales en général. La plupart des critiques féministes des régimes socialistes reposent sur l’hypothèse implicite ou explicite qu’il existe une entité déterminée, les intérêts proprement féminins, que les hommes politiques ignorent ou nient. Toutefois la question de ces intérêts est beaucoup plus complexe qu’on ne le pense généralement. Et comme les problèmes pour développer une quelconque théorie des intérêts dans l’analyse des situations postrévolutionnaires sont considérables, la discussion qui suit doit être considérée comme une tentative destinée à susciter le débat plutôt qu’à le clore définitivement.

  • 13 Il existe un troisième sens au terme “intérêt” dans le marxisme pour expliquer l’action collective (...)

12La pertinence politique qui consiste à savoir si des Etats, qu’ils soient révolutionnaires ou non, réussissent à sauvegarder les intérêts des groupes sociaux et des classes est généralement considérée comme ambiguë. Tout d’abord on pense qu’elle permet de prédire ou tout au moins d’estimer la capacité d’un gouvernement donné à maintenir le soutien des groupes qu’il prétend représenter. Ensuite, on présume que la nature de l’Etat peut se déduire à partir des intérêts qu’il prétend défendre13. Ainsi l’affirmation selon laquelle un Etat se dit “prolétaire”, capitaliste, ou même “patriarcal” se vérifie généralement en cherchant ce qu’il arrive à un groupe particulier sous le gouvernement en question.

13Toutefois, lorsque nous essayons de développer des critères semblables à propos des femmes, de nombreux problèmes surgissent. Si, par exemple, nous arrivons à la conclusion que les Sandinistes semblent n’avoir guère supprimé les facteurs qui perpétuent la subordination des femmes, que les intérêts des femmes n’ont pas été représentés dans l’Etat, entraînant ainsi la désaffection des femmes, nous posons plusieurs hypothèses :

  • les intérêts selon le genre sont l’équivalent de l’intérêt des femmes ;

  • le genre est le principal déterminant des intérêts des femmes ;

  • la subjectivité des femmes, réelle ou potentielle, se trouve unique ment structurée par les relations de genre.

  • 14 Zillah Eisenstein, rédacteur de Capitalist Patriarchy and the Case of Socialist Feminism ; New York (...)

14A partir de là, on suppose que les femmes ont certains intérêts communs du fait de leur appartenance au même genre et que ces intérêts sont fondamentaux pour elles. Il s’ensuit une unité qui dépasse les classes en partie à cause de cette communauté d’intérêts14.

15Même si abstraitement il est vrai que les femmes peuvent avoir des intérêts communs, personne ne s’accorde pour savoir quels sont ces intérêts ni comment ils doivent être formulés. C’est en partie parce qu’il n’existe aucune théorie universelle expliquant les raisons de la subordination des femmes qui rendraient compte de leurs intérêts. On s’accorde pour reconnaître que l’origine de l’oppression des femmes est plurielle et se trouve médiatisée par différents mécanismes, structures et degrés qui peuvent varier considérablement dans le temps et l’espace. Nous sommes donc en présence d’un débat permanent concernant le lieu approprié de la lutte féministe et le fait de savoir s’il est plus important de considérer ou bien les tentatives de changement sur les éléments objectifs ou subjectifs, les hommes, les “structures”, les lois, les institutions ou bien les relations de pouvoir interpersonnelles, ou bien sur toutes ces données à la fois. Comme une notion générale des intérêts (ayant une valeur politique) doit se déduire de la théorie montrant comment la subordination d’une catégorie sociale s’est établie, il est difficile de savoir comment elle pourrait venir à bout des deux caractéristiques les plus évidentes et insolubles de l’oppression féminine : sa nature aux causes multiples et les extrêmes variations de ses formes d’existence à travers classes et nations. Ces facteurs corrompent toutes tentatives visant à parler, sans la qualifier, d’une catégorie “femme” unitaire et dotée d’intérêts communs. Une théorie sur les intérêts communs qui permette le débat sur la capacité des femmes à lutter et à profiter du changement social, doit commencer par reconnaître les différences plutôt qu’assumer une homogénéité présumée.

16A partir des nombreux écrits féministes sur l’oppression des femmes il est évident qu’il existe différentes définitions des intérêts des femmes ; elles reposent implicitement ou explicitement sur différentes théories expliquant l’inégalité entre genres. Afin de clarifier la discussion ici-même, nous examinerons trois concepts fréquemment amalgamés : les intérêts des femmes, les intérêts stratégiques et les intérêts pratiques selon le genre.

Les intérêts des femmes

17Bien que présents dans de nombreux discours politiques et théoriques, ce concept est, pour les raisons exposées ci-dessus, éminemment controversé. Parce que les femmes ont dans la société une position qui varie infiniment, entre autres par la classe, l’ethnie et le genre, les intérêts qu’elles ont en tant que groupe sont également façonnés de manière complexe, parfois conflictuelle. Il est par conséquent difficile, sinon impossible, de généraliser. Au contraire, il nous faut spécifier comment les diverses catégories de femmes peuvent être affectées différemment, et agir autrement selon leur position sociale et leur identité choisie. Toutefois nous ne nierons pas que les femmes puissent avoir certains intérêts généraux en commun. Nous pourrons les appeler intérêts de genre pour les différencier de cette fausse homogénéité contenue dans la notion d’intérêt des femmes.

Les intérêts stratégiques de genre

  • 15 C’est précisément autour de ces enjeux, qui ont aussi une signification éthique, que le débat théor (...)

18Les intérêts selon le genre sont ceux que les femmes (ou les hommes) peuvent développer à cause de leur positionnement social et ce selon leurs particularités de genre. Les intérêts de genre peuvent être soit stratégiques soit pratiques, chacun évoluant de façon différente et impliquant de façon diverse la subjectivité des femmes. Dans le premier exemple ces intérêts sont le résultat de l’analyse de la subordination des femmes et de la formulation de dispositions nouvelles plus satisfaisantes que celles existantes. Ces critères éthiques et théoriques permettent d’énoncer des objectifs stratégiques capables de vaincre la subordination des femmes, telles que l’abolition de la division sexuelle du travail, l’allégement des tâches domestiques et de soins aux enfants, l’éradication des formes institutionnalisées de discrimination, la recherche de l’égalité en politique, l’institution d’une maternité choisie, et l’adoption de mesures adéquates contre la violence des hommes et leur contrôle sur les femmes. Ces mesures constituent ce que l’on pourrait appeler les intérêts stratégiques des femmes, et ce sont celles qui sont le plus fréquemment considérées par les féministes comme les intérêts réels des femmes. Les exigences formulées à partir de là sont généralement qualifiées de “féministes” ainsi que le niveau de conscience nécessaire pour lutter effectivement dans ce sens15.

Les intérêts pratiques selon le genre

  • 16 Voir par exemple, Kaplan, Temma : Female Consciousness and Collective Action, the Case of Barcelone (...)

19Ces intérêts pratiques selon le genre procèdent par induction et partent des conditions concrètes de positionnement des femmes dans la division sexuelle du travail. Contrairement aux intérêts stratégiques, ils sont formulés par les femmes qui se situent elles-mêmes dans cette position plutôt que par des personnes extérieures. Les intérêts pratiques constituent généralement une réponse à un besoin immédiat et ils n’entraînent normalement aucun dessein stratégique tel que l’émancipation des femmes ou l’égalité entre les sexes. Les analyses d’actions féminines collectives utilisent souvent cette notion pour expliquer le pourquoi et le comment de l’action des femmes dans l’action sociale. On a, par exemple, soutenu qu’en vertu de leur place dans la division sexuelle des tâches instituant les femmes responsables du bien être familial, les femmes développent un intérêt particulier pour les besoins domestiques et les différentes formes d’assistance16. Lorsque les gouvernements négligent ces besoins essentiels, les femmes cessent de les soutenir. Lorsque la vie de leur famille, notamment de leurs enfants, se trouve menacée, ce sont les femmes qui se retrouvent en première ligne dans les émeutes, les manifestations, les pétitions. Il est clair dans ce cas que genre et classe sont intimement liés. Pour des raisons évidentes, ce sont généralement des femmes pauvres qui sont prêtes à se mobiliser par nécessité économique. On ne peut donc innocemment séparer intérêts pratiques et classes sociales. De plus ces types d’intérêt ne peuvent en soi défier les formes dominantes de subordination des femmes, même si elles en découlent directement. Comprendre ceci est vital pour interpréter la capacité ou l’échec des Etats ou des organisations à gagner la confiance et le soutien des femmes.

20La pertinence de ces moyens de conceptualisation des intérêts des femmes dans la compréhension de la conscience féminine est un sujet complexe, mais on peut commencer par dégager trois points de départ :

  • en premier lieu, on ne peut admettre la relation entre ce que nous avons appelé les intérêts stratégiques de genre et leur reconnaissance par les femmes ainsi que leur désir de les réaliser. Même le plus petit commun dénominateur entre des intérêts, apparemment incontesté et universel (telle que l’égalité totale avec les hommes, le contrôle de la reproduction, une autonomie plus grande et l’indépendance vis-à-vis des hommes) n’est pas totalement accepté par l’ensemble des femmes. Ce n’est pas là simple aliénation, comme on le prétend souvent, bien qu’il faille en tenir compte, mais parce que de tels changements réalisés par bribes pourraient menacer les intérêts pratiques à court terme de certaines femmes, ou bien entraîner un coût sous forme de perte de protection non compensée. Aussi la définition des intérêts stratégiques ne peut être efficace que sous la forme d’une intervention en prenant pleinement en compte ces intérêts pratiques. En vérité, c’est la politisation des intérêts pratiques et leur transformation en intérêts stratégiques que les femmes peuvent identifier et appuyer qui constituent un aspect central de la pratique politique féministe ;

  • en second lieu, la manière dont sont formulés ces intérêts – que ce soit par les femmes ou les organisations politiques – peut varier considérablement dans le temps et l’espace et peut être modelée différemment par des influences dominantes politiques et sans lien. Il est important de ne pas oublier cela lorsque l’on évoque les problèmes d’internationalisme et les limites et possibilités d’une solidarité interculturelle ;

    • 17 C’est la position de certains groupes féministes radicaux en Europe.

    finalement, les intérêts des femmes étant beaucoup plus vastes que les intérêts de genre et grandement influencés par l’appartenance à une classe sociale, l’unité et la cohésion des femmes concernant les problèmes de genre, est impossible. Elles pourraient, il est vrai, former le point de départ d’un programme commun, mais une telle unité doit se construire, et n’est jamais gagnée d’avance. De plus, même lorsque l’unité existe, elle est toujours aléatoire et l’histoire nous montre qu’elle à tendance à se briser sous la pression de violents conflits de classe. Les différences entre race, ethnie et nationalité pèsent également sur cette unité. On peut donc difficilement prétendre comme l’ont fait certaines féministes, que les problèmes de genre sont toujours essentiels pour les femmes17.

21Ce problème général de conditionnalité de l’unité des femmes et le fait que les problèmes de genre ne sont pas forcément essentiels aux yeux des femmes n’est nulle part mieux illustré que lors d’un soulèvement révolutionnaire. Dans une telle situation, la question du genre est souvent remplacée par les conflits de classes, essentiellement parce que, en dépit du fait que les femmes souffrent de discrimination sexuelle et en sont conscientes, elles le ressentent cependant différemment selon leur classe sociale. Ces différences affectent dramatiquement les comportements vis à vis du changement révolutionnaire particulièrement lorsque ce dernier est socialiste. On ne peut dire pour autant que les intérêts de genre, même s’ils constituent une base insuffisante pour forger l’unité des femmes dans le contexte de lutte de classes, vont disparaître. Simplement, ils se rattachent et se définissent davantage selon la classe sociale.

22Bien comprendre la complexité de ce problème permet d’éviter une analyse par trop simpliste sur la question de savoir si un Etat agit ou non dans l’intérêt des femmes, c’est-à-dire savoir si l’on tient compte de tous ces intérêts ou de quelques-uns seulement. Avant d’aborder l’analyse, il convient d’abord de spécifier dans quel sens le terme “intérêt” est employé. Un Etat peut s’attirer le soutien des femmes soit en satisfaisant leurs demandes pratiques immédiates ou certains intérêts de classe ou les deux. Il peut le faire sans faire avancer leurs intérêts stratégiques objectifs. Toutefois, si un tel Etat prétend favoriser l’émancipation des femmes, il ne peut se justifier sur la simple évidence qu’il a pris en compte leurs intérêts pratiques ou de classe. (...)

Notes

1 L’association des femmes face au Problème National (AMPRONAC) a été fondée en 1977 pour contrer les exactions de Somoza et pour promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes. Sa secrétaire générale était Léa Guido, devenue plus tard ministre de la santé. Cf. AMNLAE, Documentos de el Assemblea de AMNLAE, Managua, 1981. Pour l’historique et les buts de l’AMPRONAC, voir également Margaret Randall : Sandino’s Daughters ; Londres, ZED Press, 1982.

2 Pour une première approche de leurs activités, voir : Randall, Margaret ; Deighton, Jane ; Horsley, Rosana ; Cain, Stewart and Cathy. - Sweet Ramparts ; Londres, War on Want - Nicaraguan Solidarity Campaign, 1983. Voir également : Horton Ramirez, Sussent ; Walkes, Thomas (ed.). - The role of Women in the Nicaraguan Revolution. In : Nicaragua in Revolution, New York, Praeger, 1982.

3 Les écrivains femmes se sont davantage intéressées à cette question. Voir en particulier Maier, Elisabeth. - Nicaragua, la Mujer en la Revolucion ; Mexico, Ediciones de Cultura Popular, 1980.

4 Luis, Jose. - Posibilidades y Limites de la Politica en los Procesos de Transicion : el Caso de Nicaragua. Intervention présentée à l’Amsterdam Latin American Center (CEDLA), Conference on Nicaragua, 1983. Cet article est publié dans la collection publiée par David Slater (CEDLA).

5 Randall, Margaret. - Inside Nicaraguan Revolution ; Vancouver, New Star Books, 1978 et Sandino’s Daughters. (op. cit.)

6 Cette organisation est impliquée dans différentes campagnes anti-impérialistes et pacifistes. Elle aide également les dépossédés et ceux qui recherchent leurs enfants dans la zone des combats.

7 Le terme socialiste est employé ici par souci de simplification. Pour plus de précisions, il faudrait consulter l’ouvrage de Rudolf Bahro. - The Alternative in Eastern Europe ; Londres, NLB, 1979. qui énumère les différentes qualifications nécessaires pour faire partie de ces Etats. Certains, par exemple, n’ont pas atteint le niveau économique requis pour être inclus dans cette catégorie.

8 Cf. par exemple le comportement des femmes tel que décrit par Henson, Carola et Liden, Karin ; in : Moscow Women ; New York, Pantheon, 1983.

9 Cité dans le livre de Catherine MacKinnon. - Feminism, Marxism, Method and the State, an Agenda for Theory ; in : Signs, printemps 1982. Pour des discussions critiques et des points de vue différents, voir Markus, Maria. - Women and Work Emancipation at a Dead End in the Humanisation of Socialism ; Hegedus, A. (ed.) et al. ; Londres, Alison and Busby, 1976 ; Stacey, Judith. - Patriarchy and Socialist Revolution in China ; Berkeley, University of California, 1983.

10 Cette position est une généralisation logique tirée d’un raisonnement incomplet qui se trouve fréquemment exprimé lors des réunions et des discussions dans les mouvements de libération de femmes.

11 Cette discussion laisse de côté la situation particulière des femmes dans les minorités ethniques du Nicaragua. Les Indiens miskitos notamment devraient être considérés à part parce qu’ils ont eu historiquement une relation très différente dans le passé avec le gouvernement central, contrairement à ce qui est écrit ici.

12 Le pouvoir des hommes, qu’il soit institutionnel ou interpersonnel, ainsi que les arguments naturalistes ou essentialistes qui le légitiment, joue effectivement un rôle dans l’explication de la persistance de la subordination des femmes après un soulèvement révolutionnaire. Il ne faut toutefois pas exagérer l’importance de ces facteurs. Il existe plusieurs définitions du patriarcat, mais la plupart reconnaissent que le patriarcat se qualifie par une relation de pouvoir entre hommes et femmes au détriment de ces dernières. Cette relation est d’autre part institutionnalisée dans des relations de pratiques sociales variées comme la loi, la famille et l’éducation.

13 Il existe un troisième sens au terme “intérêt” dans le marxisme pour expliquer l’action collective en termes de propriété intrinsèque des acteurs et/ou les relations à l’intérieur desquelles elles s’inscrivent. Ainsi, la lutte des classes s’explique, en dernière analyse, comme le résultat des relations de production. On a montré que cette conception reposait sur une hypothèse essentialiste et qu’elle rendait mal compte de l’action sociale. Pour une critique de cette notion voir : Benton, Edward. - Realism, Power and Objective Philosophy ; Cambridge, Cambridge University Press, 1982. Et Hindess, Barry. - Power, Interests and the Outcome of Struggles ; Sociology, 1982, n ° 16, pp. 498-511.

14 Zillah Eisenstein, rédacteur de Capitalist Patriarchy and the Case of Socialist Feminism ; New York, Monthly Review Press, 1978. a produit une version très élaborée de l’argument selon lequel les femmes constituent une “classe sexuelle” et que pour les femmes les questions de genre sont essentielles. Voir son intervention “Les femmes, une classe sexuelle” présentée à la Conférence du Centenaire de Marx à Winnipeg, Canada, 1983.

15 C’est précisément autour de ces enjeux, qui ont aussi une signification éthique, que le débat théorique et politique doit se concentrer. La liste des intérêts stratégiques selon le genre n’est ici pas exhaustive, mais sert seulement d’exemple.

16 Voir par exemple, Kaplan, Temma : Female Consciousness and Collective Action, the Case of Barcelone 1910-1918 ; Signs, printemps 1982, n ° 7, pp. 90-108.

17 C’est la position de certains groupes féministes radicaux en Europe.

Auteur

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable