Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

3. Relations de genre, relations de pouvoir

Femmes dans le développement : le chemin vers l’autonomie

Jan Pronk
Traduction de Colette Galland

Note de l’éditeur

Jan Pronk. Women in development : Advancing towards Autonomy (1ère partie)
in : Policy and Development. Analysis and Policy
La Haye, Ministery of Foreign Affairs, 1992, p. 14-23 (extraits). Traduit de l’anglais.

Discours prononcé devant les spécialistes du programme Femmes et Développement réunis en atelier de perfectionnement.

Texte intégral

(...) L’autonomie : un concept provocateur

1C’est à Bangkok, en 1979, que l’on évoque pour la première fois la notion d’autonomie pour les femmes dans les pays en développement. C’était au cours d’un atelier sur l’idéologie féministe et les structures en faveur des femmes organisé par Le Pacific Center for Women and Development (Centre du Pacifique pour les femmes et le développement). L’autonomie y était définie comme “le pouvoir de contrôler sa propre vie, c’est à dire une sorte de force et de confiance intérieures permettant d’affronter la vie, le droit de faire des choix dans sa vie et d’influencer le changement social.” (...)

L’autonomie comme fondement d’une politique hollandaise en faveur des femmes et du développement

2Dans les rapports du Conseil consultatif de 1985 et 1986, l’autonomie se présente comme une stratégie pertinente proposée par les mouvements de femmes du Tiers Monde à la place d’une intégration reposant sur l’inégalité. De plus, l’autonomie est considérée : “Comme une nécessaire exigence pour réussir une intégration complète.” (Rapport consultatif n ° 86, 1986 :58). Alors que de vives discussions avaient lieu sur ce concept dans les cercles académiques, il disparut pendant un temps des documents officiels et fut remplacé par un autre celui de participation active. Toutefois l’éclipse ne fut que temporaire et, dès novembre 1989, l’autonomie réapparaissait dans la déclaration politique du nouveau gouvernement. Le concept fut élaboré plus avant dans le livre blanc Un monde de différences présenté au Parlement l’année dernière. L’autonomie, qui fait appel aux idées d’autorité, de liberté, d’égalité des chances pour tous, doit se comprendre dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et l’inégalité au niveau des classes, du genre et des races. Dans le document cité, l’autonomie est présentée comme le contrôle sur sa propre vie et son propre corps, les éléments principaux étant :

  • du point de vie physique : le contrôle total de sa sexualité et de sa fécondité ;

  • du point de vue économique : l’égalité d’accès et le contrôle sur les moyens de production ;

  • du point de vue politique : le droit de déterminer ses choix politiques et la création d’une base de pouvoir librement choisie ;

  • du point de vue socioculturel : le droit d’avoir sa propre identité, le sens de sa valeur et le respect de soi.

3Ces quatre éléments, physique, économique, politique et socioculturel ne peuvent s’envisager ou s’appliquer séparément, comme c’était le cas auparavant dans de nombreux modèles de développement. La signification de ces quatre éléments s’enrichit justement dans leurs interrelations.

4L’autonomie peut s’utiliser comme un outil d’analyse permettant de comprendre cette relation complexe. Ces éléments constituent un cadre d’analyse dans lequel on peut situer la position des femmes. D’un côté ce cadre est suffisamment ouvert pour tenir compte des grandes diversités entre pays, classes, cultures et catégories de femmes, alors que de l’autre côté il offre une base de comparaison et d’action rendant l’amélioration possible. Chaque angle d’approche, physique, économique, politique et socioculturel fournit des données, certaines étant mesurables et quantifiables alors que d’autres sont d’ordre qualitatif. Les femmes concernées doivent être parties prenantes de la recherche. L’analyse fournit une indication du degré d’autonomie des femmes par rapport à chacune des quatre composantes. Dans le même temps elle fournit un diagnostic des problèmes et des besoins dans la zone concernée et par là-même des directives pour l’action.

5Le livre blanc, Un monde de différences, utilise également le concept d’autonomie dans un sens stratégique et ce de deux façons. Tout d’abord un sens idéal enraciné dans une vision de la société. Il est alors considéré comme un objectif à long terme ou comme un moyen pour changer la société dans son ensemble : “La coopération au développement fondée sur le principe d’autonomie des femmes signifie que l’on adopte un schéma de partage des pouvoirs dans toutes ses manifestations”. (Un monde de différences, p. 219). Le deuxième sens, stratégique, est plus opérationnel et agit notamment comme une pierre de touche permettant de choisir les actions à entreprendre à partir de l’analyse. Le fait que ce concept oscille entre l’analyse et les stratégies à court et long terme est, à mon avis, un avantage caractéristique de toute théorie scientifique alternative ou critique, y compris pour l’activité féministe universitaire.

Critique de la politique d’autonomie

6Avant d’aborder la façon grâce à laquelle nous essayons d’appliquer une politique d’autonomie dans le Ministère, je souhaiterais tout d’abord considérer quelques réactions critiques occasionnées par le concept d’autonomie avant et après la publication du livre blanc. On peut diviser en trois catégories les réactions les plus négatives. Un premier groupe de critiques prétend que le concept isole les femmes. D’autres critiques accusent l’approche autonomie d’être ethnocentrique. D’autres encore se demandent s’il est possible de l’appliquer.

7Considérons en premier l’idée selon laquelle ce concept isolerait les femmes.

1 – L’autonomie conduit à l’isolement. Elle sépare les femmes des hommes et du reste de la société

8Récemment le concept d’autonomie a souvent été évoqué dans un contexte politique et constitutionnel. Les Kurdes en Irak en offrent un exemple. Le thème Femmes et Développement est parfois utilisé de la même façon comme un concept conduisant à l’isolement. Permettez-moi de citer une de ces critiques : “Les femmes ne souhaitent pas être repoussées dans un coin de votre foyer mondial” écrit Saskia Wieringa dans une lettre ouverte en décembre l’année dernière. Elle accentue l’aspect spatial du concept et le trouve réducteur. Je l’emploie plutôt dans le sens littéral du grec ancien “autonomos” qui signifie littéralement indépendant, déterminé, volontaire, il a donc aussi le sens de détermination au niveau économique, politique, et idéologique mais aussi physique. Pris dans ce sens large, l’autonomie n’a pas uniquement comme objectif la transformation de la société, mais elle donne aussi les moyens d’y parvenir. Et c’est ce que Saskia Wieringa considère également comme très important bien que le concept d’autonomie ne lui semble pas le moyen d’y arriver. Elle parle de “donner du pouvoir aux femmes pour contribuer à transformer le monde en un foyer mondial, où le pouvoir serait un instrument propre à éradiquer la violence sexuelle, le racisme, et l’exploitation économique”. Je suis d’accord avec ces objectifs, je préférerais cependant le terme d’autonomie plutôt qu’accès au pouvoir, non pas tant par principe mais parce que l’autonomie est en fait un concept antihiérarchique, qui s’applique davantage au but central de la coopération au développement, c’est-à-dire le combat contre les inégalités et la pauvreté au niveau du genre, des classes et de la race. Els Postel disait récemment : “L’autonomie est un concept qui laisse de la place pour la différence”. Elle fait référence aux relations mentionnées dans le Rapport sur le Sud – égalité et respect des autres (E. Postel, 1991, p. 27).

9Aussi, l’autonomie pour les femmes dans les pays en développement avance main dans la main avec l’autonomie des nations jusqu’ici dominées par des relations inégales. Main dans la main avec l’autonomie des groupes et peuples autochtones dans les pays en voie de modernisation technologique. Main dans la main avec ceux qui s’efforcent d’améliorer le sort des pauvres dans les sociétés capitalistes où ils sont exploités et marginalisés. Pour tous, l’autonomie signifie accès au pouvoir. Il signifie prendre sa destinée en main afin de changer les relations inégales de pouvoir. Non pas pour échanger les rôles et opprimer ceux qui se trouvaient les oppresseurs auparavant, mais pour établir l’égalité dans un contexte de différenciation.

10Déjà en 1984, Geertje Lycklama pensait que le concept d’autonomie n’avait pas pour but de conduire à une sorte de mouvement séparatiste et de créer un fossé entre les hommes et les femmes. Ce fossé existe déjà et c’est précisément là que réside le problème. Mais en développant leur confiance en elles, leur pouvoir politique et économique, les femmes peuvent arriver à combler ce fossé et réclamer une place égale à celle des hommes pour donner ensemble forme et contenu à la société. (Rapport consultatif 1985, p. 30).

2 – L’autonomie comme concept individualiste

11Nous sommes là en présence d’une critique, qui, bien que souvent réfutée, ne cesse de resurgir périodiquement. Cela provient peut-être du fait que dans l’histoire européenne, l’autonomie a toujours été associée à la rationalité et à l’individualisme depuis l’Age de Raison (Lemaire, 1990, cité dans Schrijvers, 1991, p. 6). Cela n’empêche pourtant pas ce concept d’avoir une dimension collective. Dans d’autres cultures c’est précisément cet aspect qui est important. J’aimerais faire remarquer que les organisations de femmes en Asie, en Afrique et en Amérique Latine insistent particulièrement sur l’aspect collectif de la création et de l’organisation du groupe pour façonner l’autonomie. On peut voir une relation de cause à effet dans la création de nombreuses organisations de femmes au début des années 80 et l’émergence du concept d’autonomie dans la coopération au développement.

3 – L’autonomie n’est pas un concept relationnel

12Cette critique, très proche de la précédente, a été avancée par Halsema. D’après la définition d’autonomie que j’ai donnée, il est clair que je ne suis guère d’accord. Bien au contraire, pour moi, l’autonomie est un concept défini fondamentalement comme la possibilité, dans une relation sociale, de se soustraire au pouvoir exercé par un autre et par là même d’exercer un contrôle plus important sur sa propre situation. L’autonomie fonctionne dans le cadre d’un système en relation avec les autres systèmes.

4 – Les femmes, comme une catégorie qui ne peut être stratégiquement et analytiquement séparée : le concept central est le genre et non les femmes

13Je suis convaincu qu’il est très important d’approfondir les relations de genre et le rôle du genre dans la structuration des sociétés humaines, dans leur histoire, dans leurs idéologies, dans leurs systèmes économiques et leurs structures politiques, afin d’analyser et d’améliorer la position des femmes. Il est important de repérer correctement la position et la vision de chaque partie lorsqu’on est en présence de relations inégales de pouvoir. Selon Marijke Priester : “Les hommes doivent également accepter une part de responsabilité dans l’enjeu de la redistribution.” Elle a bien sûr raison. J’insiste sur l’importance d’impliquer les hommes dans la redistribution du pouvoir et des maigres ressources entre les deux sexes. Mais le but principal demeure le renforcement du pouvoir de négociation des femmes avec les hommes afin qu’elles arrivent à déterminer leur propres relations de genre sur un pied d’égalité. Est-ce là un choix fondamental en faveur de projets séparés pour les femmes et de structures institutionnelles séparées pour les femmes ? J’aurai une réponse nuancée, parce que la situation peut varier d’un pays à l’autre et de sujet à sujet. Je ne plaide pas pour que tous les programmes destinés aux femmes reçoivent une place à part avec des structures d’organisation particulières. Ce qui est en jeu c’est une sorte de capacité à bâtir dans le champ Femmes et Développement que l’on pourrait retrouver dans tous les organismes afin de répondre aux besoins et aux soucis spécifiques des femmes dans toutes les sphères de la société.

5 – L’autonomie : un produit d’exportation occidental

14Cet argument fait partie du deuxième ensemble de critiques. Je la considère comme très sérieuse. Dire que l’imposition de l’autonomie aux pays en développement est la dernière manie à la mode n’est pas nouveau. L’opposition a toujours existé, dans les pays occidentaux comme dans les pays en développement, depuis que le féminisme s’est fait entendre et que la question des femmes et du développement a pris place dans les programmes. On soutient que l’idée ne cadre pas avec les cultures locales. Dick Bol a pu dire qu’il “existait une tension véritable entre la politique en faveur des femmes désirée par Pronk et la déclaration concomitante de soutien aux cultures autochtones et au rôle central de l’être humain”. Bien entendu Dick Bol ne prétend pas que les femmes ne sont pas des êtres humains ; mais je veux mettre en valeur les cultures autochtones bien plus sérieusement que cela n’a été le cas jusqu’à maintenant dans les politiques internationales de développement. La question est de savoir s’il y a effectivement conflit entre la culture autochtone et l’autonomie des femmes. J’aimerais avancer deux réponses. Tout d’abord l’argument de souveraineté culturelle est fréquemment un camouflage servant à refuser tout changement, sans considérer les raisons de changer. On en a usé et abusé à l’encontre du concept des droits de l’homme ou du concept de conservation de la nature aussi bien que contre le féminisme.

15Ma deuxième réponse est que l’argument de souveraineté culturelle est fondée sur l’hypothèse erronée qu’une nouvelle notion, comme le féminisme, est un produit occidental donc importé au lieu d’être un concept universel. Et pourtant il s’agit bien souvent d’un concept universel. Cette critique est une manière détournée de s’opposer aux notions, aux normes et aux valeurs universelles. Et je prétends que l’autonomie des femmes est une valeur universelle au même titre que les droits de l’homme.

16Cet argument n’est pas le mien, je pourrais citer plusieurs femmes du Sud partageant le même point de vue. J’en cite une, parce qu’elle renvoie dos à dos les deux contre-arguments taxant ce concept d’occidental. La citation est de Kamla Bhasin et Nighat Said Khan : “L’argument en Asie du Sud est avancé avec véhémence par des hommes, d’origine asiatique, qui sont eux-mêmes très occidentalisés et ont fréquenté les collèges européens. Ces mêmes personnes ne questionnent pas l’origine étrangère des sciences modernes, du système parlementaire, ou de la propriété privée de la terre. Si le terme féminisme est peut être étranger, le concept incarne un processus de transformation commencé en Asie du Sud au XIX e siècle, comme une résistance organisée et clairement exprimée contre la subordination des femmes. Le féminisme n’a pas été imposé ici et ce n’est pas non plus une idéologie étrangère. Pendant cette période, des voix se sont élevées contre la subordination des femmes pour exiger que les veuves puissent se remarier, pour bannir la polygamie, les pratiques du sati et du purdah, pour accéder à l’éducation et obtenir l’émancipation légale des femmes. Ces questions soulevées de nos jours par les féministes en Asie du Sud appartiennent à notre histoire et sont très concrètes : les problèmes de la dot, de la violence contre les femmes, du viol, de la religion utilisée pour opprimer les femmes, de l’image négative de la femme dans les media, des lois discriminatoires.”(Bhasin et Khan, 1986, p. 4-6)

17Bien que ce texte fasse allusion au féminisme et non à l’autonomie, les sujets en question sont étroitement liés au désir de détermination personnelle et d’image positive de soi. Le concept d’autonomie et la notion qui y est associée de détermination économique, politique, idéologique et physique peuvent avoir débuté en Asie, mais ne sont pas inconnus en Afrique et en Amérique Latine. Les types d’hommes auxquels font allusion Bhasin et Khan sont souvent les partenaires qui négocient avec les donateurs occidentaux. Leurs opinions et leurs valeurs diffèrent sur de nombreux points de celles des femmes pauvres de leur propre pays. Ils utilisent souvent la notion de culture comme une arme contre l’intervention extérieure pour légitimer la continuation de certaines pratiques. Ces élites emploient les mêmes arguments lorsqu’ils veulent perpétuer des structures politiques antidémocratiques, ou la violation des droits de l’homme en général. Ce n’est pas une raison pour que les droits de l’homme ainsi que l’autonomie pour les femmes soient oubliées dans les relations de développement en coopération dans ce pays. La politique des pays bénéficiaires vis à vis des femmes et du développement est un élément important que l’on doit prendre en compte. (...)

Auteur

Colette Galland (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable