Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

2. Le genre : une notion complexe et évolutive

L’homme : le sexe surévalué

Norberto Inda
Traduction de Laure Oberson

Note de l’éditeur

In : El sexo sobre-evaluado Actualidad Psicologica (Buenos-Aires), mayo 1998, n ° 253, p. 29-32 (extraits). Traduit de l’espagnol.

Texte intégral

1En réalité, que signifie parler de la masculinité alors que tous les textes fondamentaux ou presque, de la culture occidentale ont traité de “l’homme” sans en préciser le sexe et ont été écrits la plupart du temps par des hommes ? Si l’homme est la mesure de toutes choses, comment peut-on contester cette unité de mesure ? Si le langage est masculin et la science androcentrique, comment déstabiliser l’axe à partir duquel le reste est important, sans que tout s’en trouve bouleversé ? Pourquoi des associations d’hommes ? Il peut exister des associations d’alcooliques, de névrosés, d’obèses ou des associations de femmes. Tous réunis autour d’un même symptôme, de quelque chose à dévoiler ou à modifier… mais des associations d’hommes ! Ce qu’il y a de sûr c’est que beaucoup d'hommes refusent cette idée : ceux qui se refusent à formuler leurs dilemmes, ceux qui croient que l’intimité n’est pas une affaire d’hommes, ceux qui conçoivent même une demande d’aide comme étant féminine. Le paradigme, l’homme, a été décrit comme étant belliqueux, ingénieux, studieux, fin stratège, travailleur, politicien ou artiste. Mis à part dans la fiction ou dans quelques cas cliniques, c’est rarement le cas. Il a suffit de se référer aux qualités aléatoires d’une catégorie essentielle. Parler de l’homme c’était (c’est) décrire l’humanité toute entière, et de façon neutre comme si le signe distinctif ou générique n’avait pas d’incidence sur ses descriptions “objectives”. C’est ce que W. Connell appelle “la masculinité hégémonique”.

2Les études sur le genre masculin (Men’s Studies) placent l’homme en tant que tel, comme construction socio-historique liée à un sexe déterminé, dans le monde public et dans les domaines privés, usines d’idéologies de genre, et de coutumes naturalisées. Ceci est aussi indispensable que difficile à admettre pour les hommes, qui se basent sur des stéréotypes accordant des situations de faux privilège qui ne favorisent pas la remise en question des lieux assignés ni la recherche de leurs mythologies personnelles.

3Poser la masculinité comme thématique n’est pas seulement un acte théorique mais également un défi éthique, chaque fois que nous pensons que les prescriptions liées au sexe établissent des rapports de force en assignant des lieux – habituellement dichotomiques –. Comme cela s’est passé avec le féminisme et les études concernant la femme, envisager la masculinité comme symptôme, comme un effet surdéterminé et non comme une cause pré-discursive impliquera un travail de discernement critique des discours, de ses bases épistémologiques et des influences disciplinaires. Comme le dit M. Godelier : “La pensée ne reflète pas un sens, elle en donne un aux situations qui proviennent de causes et de forces dont l’origine n’est pas seulement la conscience ou l’inconscience. La pensée invente ce sens, elle le produit, en construisant des systèmes d’interprétations générateurs de pratiques symboliques qui constituent une autre façon de justifier la domination de l’homme sur la femme et se transforment en relations sociales”. Ce n’est pas seulement la promotion d’un homme nouveau (plus sensible, plus expressif, plus doux), c’est aussi l’étude de la “production des hommes”, le travail de généalogie du mot “ mâle”– comme effet surdéterminé de la langue, de la culture, des systèmes de parenté, de pouvoir, de ségrégation sexiste y compris dans la répartition planétaire entre hommes et femmes. Il ne s’agit pas de sous-estimer les vertus du développement et le bien-fondé des caractéristiques traditionnellement attribuées aux femmes mais plutôt de dénoncer le procédé réducteur selon lequel le travail avec les hommes se limiterait à promouvoir des êtres meilleurs ou plus charitables.

4Sans doute est-ce une époque propice à l’étude de la condition masculine liée à l’effondrement des valeurs de la modernité, dont une des caractéristiques fut-est encore la généralisation et l’universalisation. La masculinité hors de son contexte en est un bon exemple. Si Dieu est mort (ou agonisant), si la Loi du Père comme substitut séculaire peut être déconstruite comme un discours, nous sommes devant une situation privilégiée pour la recherche et pour la mise en œuvre des valeurs emblématiques de la masculinité. Valeurs qui, à vue d’œil, ne correspondent pas tellement aux hommes : détrônés, inactifs, destitués de leur rôle de pourvoyeurs universels, exclus de la perpétuation de l’être humain, bref avec des identités de plus en plus précaires, auront-ils, aurons-nous l’opportunité d’entrevoir la lueur de leur (notre) propre fragilité ? Si comme nous l’enseigne également la psychanalyse, nous établissons des liens pour échapper à l’abandon originaire, pourrons-nous accepter les formes de la castration symbolique fondamentale ou nous dresserons-nous sur quelque héroïsme phallique ?

5M. Kaufman étudie les expériences contradictoires relatives au pouvoir : dans un monde dominé par les hommes, ceux-ci détiennent logiquement le pouvoir. Nous associons habituellement masculinité avec activité et puissance, or, les expériences subjectives du pouvoir dénoncent une toute autre réalité. Celui qui domine dans le public, a peu de pouvoir sur lui-même. Construction de la masculinité et violence ne sont pas des relations contingentes. Ce même auteur décrit sa triple version : “Violence contre les femmes, violence contre les autres hommes, violence contre soi”. Bien qu’elles conservent une continuité stratégique, les deux premières ont plus de visibilité que la violence contre soi quotidienne et souvent naturalisée, composée d’idéaux, agrémentée d’exigences et présentée comme un succès viril. Ainsi, comme le symptôme qui est toujours une brisure, une discontinuité, l’analyse de la vie quotidienne demeure indispensable. Parce que je crois (Inda, N. 3) que “ les hommes souffrent de normalité”. Etudier les différentes formes de masculinité, en replaçant celle-ci dans son contexte parmi d’autres variables, impliquerait de ne rien considérer comme acquis. En revanche, il faut s’efforcer de rendre symptomatiques les commentaires les plus “naturels”, ceux de “sens commun” ancrés dans nos habitudes et qui perpétuent les prérogatives de la discipline liée au genre. Les discours tenus par les médias, par les leaders d’opinions, par les hommes politiques ou par les scientifiques comportent toujours implicitement une position par rapport au genre. Comme dirait Foucault, M., ce sont des discours de “ savoir-pouvoir”. Dans le cas des hommes, ces derniers sont liés à des qualités telles que la force, la rationalité, l’assurance, la réussite, etc. Ces descriptions coïncident abondamment avec la notion de caractère telle qu’elle est perçue en psychanalyse et développée par moi-même dans un autre travail. En revanche, on ne mentionne presque jamais ce que ces descriptions-prescriptions implique d’obéissance due (a-critique) à l’impératif de genre. Cela signifie que nous agissons, nous nous positionnons, nous nous racontons à travers le prisme du genre, mais nous agissons comme si nous l’ignorions. P. Bourdieu a longuement travaillé sur le concept de “ habitus”, comme la naturalisation de l’invention, qui, par exemple, lie le corps à des pratiques déterminées et exclusives.

6M. Kimmel rapporte une expérience révélatrice : lors d’un séminaire sur la Théorie féministe, deux participantes, une femme blanche et une femme noire, s’entretenaient sur l’importance relative des égalités et des disparités liées au sexe et à la race. La femme blanche prétendait que leur condition féminine les unissait malgré leur race différente. La femme noire désapprouvant ses dires lui demanda :

  • Que voyez-vous quand vous vous regardez dans le miroir ?

  • Je vois une femme, répondit la première.

  • C’est bien là le problème, répliqua la seconde. Moi je vois une femme noire, ma race est visible à chaque instant car elle est le signe manifeste des privilèges dont je suis privée dans cette culture.

7Lorsque nous nous regardons chaque matin dans la glace, beaucoup d’entre nous en réponse à cette même question diraient : “Je vois un homme” ou pourraient même dire : “Je vois une personne”. De même que les Blancs se sentent rarement comme appartenant à une race, nous les hommes nous ne nous sentons guère comme appartenant à un sexe. La centralité que l’on attribue au modèle homme-blanc-saxon-hétérosexuel, devient le modèle à partir duquel les autres variétés acquièrent une signification en tant qu’autre. La structure des sociétés patriarcales a placé l’homme comme l’axe paradigmatique de la race humaine et la femme comme son altérité, comme l’objet, comme le “continent noir”. Sans mettre en relief l’aspect positif de cette différence mais en dévalorisant les caractéristiques qui la séparent de l’homme sujet détenteur du poste d’idéal, Levinas a dit : “Pour faire disparaître l’autre ce n’est pas la peine de l’exclure, il suffit de le rendre semblable”. Dans ce cas précis, il s’agirait d’un semblable déprécié. (…)

8Nous avons évoqué plus haut le problème selon lequel les hommes, enrôlés dans la collectivité du pouvoir, détenteurs d’un pouvoir dans le domaine public, se sentiraient, en général, quelque peu démunis dans leur vie privée. Les études sur le sexe masculin ont une continuité épistémologique et politique avec le développement de la théorie féministe. La trajectoire esquissée par de nombreuses femmes écrivains pour sauver (de l’ombre) leur désir d’identité – leur propre cheminement identitaire, ne nous ont pas seulement inquiétés mais nous ont aussi aidés à réaliser combien nos propres descriptions étaient réductrices. Et bien qu’elle nous laissât insatisfaits, elle avait sa part d’efficacité : nous étions l’axe central, nous étions reconnus, nous appartenions au sexe triomphant, celui des hommes vrais. Cependant, certains travaux rejaillissent parfois sur la considération qu’ont les hommes du degré de généralisation qu’ils prétendent combattre. L’attribution du pouvoir à la collectivité masculine est en général un a priori, sans mentionner l’inclusion (imaginaire) dans cette catégorie des hommes moins favorisés dans le partage, ni désigner les catégories symboliques et politiques qui perpétuent un système de nomination et de domination dans lequel les hommes sont à la fois les bourreaux et les victimes. La généralisation masque les différentes formes de pouvoir que les femmes exercent sur d’autres femmes et les manières avec lesquelles elles continuent à maintenir l’ordre patriarcal. En ce qui concerne les hommes, l’adhésion – sans discernement – à des modèles de masculinité en vigueur porte atteinte ou, du moins, rend difficile la visualisation des représentations alternatives aux voies habituelles qui transforment des contingences historiques en uniques modèles possibles. La catégorie sujet attribuée avec légèreté aux individus de sexe masculin, est simplement erronée : les Men’s Studies, tout comme auparavant le féminisme et les pratiques de déconstruction, nous révèlent le Roi nu. Le sujet de désir c’est aussi l’objet des catégories dominatrices.

Le terrain de la masculinité

9Comme nous pouvons le constater, la masculinité s’avère un champ de problématiques qui déborde n’importe quelle discipline théorique. Il ne s’agit pas seulement de rechercher ce “qu’est” la masculinité mais également de s’interroger sur la façon de l’appréhender, d’y réfléchir, et de trouver des stratégies pour sa formulation afin de travailler un concept pluri-articulaire. Si l’on s’intéresse à la dimension socio-historique de la subjectivité masculine, ce travail impliquera des articulations et des nœuds de convergence jamais définitifs ainsi que la mise en question permanente comme méthode de travail face à cette tendance à institutionnaliser des certitudes, dont attestent certains développements en psychanalyse. Comme disait J. W. Scott, “nous avons besoin d’outils pour réfléchir en termes de pluralité et de diversité. Et, compte tenu du degré de relationnel que contient le concept de genre, nous en avons d’autant plus besoin pour contester la forme hiérarchique dans laquelle se sont distribuées arbitrairement les “universalisations masculines” contre les “particularités féminines”.

10Etudier les problèmes de masculinité, quel que soit le dispositif choisi (psychothérapies personnelles, liens, groupes de réflexion, enquêtes, histoires de vie, etc.), outre la récupération des spécificités masculines, supposera d’autres défis indispensables :

  • réfléchir sur notre propre parcours, sur notre expérience et sur les obstacles rencontrés en tant qu’homme, et ne pas considérer nos affirmations comme le propre du genre humain ;

  • se sensibiliser à l’énorme poids que représente le sexisme, dans notre propre parcours et dans celui d’autrui ;

  • apprendre à écouter les groupes dont on ne tient pas compte habituellement dans les généralisations, en raison de leur condition sociale, de leur race ou de leur orientation sexuelle ;

  • prendre garde à l’impact considérable de l’homophobie et de l’hétérosexualité comme norme, sur le caractère oppressif du genre ;

  • être conscient que la mise en question des modalités habituelles de définition liée au genre et au sexe provoque de fortes résistances étant donné le degré de centralité qu’elles occupent dans la configuration subjective ;

  • identifier en quoi les conceptions (sociales et théoriques) qui mettent en relief le privilège de la condition masculine, tout en masquant les obstacles, entravent les changements.

11Les études sur les hommes ainsi que l’acception académique de plus en plus répandue du concept de genre ont favorisé l’extension et le passage de la théorie féministe (“Etudes sur la femme”) à ce que nous connaissons aujourd’hui sous le nom d’Etudes sur le genre. La progression de ce concept dans les études sociales conforte l’affirmation selon laquelle il n’y pas d’identités sans genre.

12Issues de différentes disciplines, (sociologie, anthropologie, etc.), les articulations entre la psychanalyse et les théories sur le genre sont nombreuses tout comme sont abondantes et souhaitables les possibilités de corrélation et de travail dans le domaine de la masculinité en rapport avec la psychanalyse ; celle-ci demeurant la narration théorique la plus importante sur la production de subjectivité. (…)

Le genre : comprendre les femmes mais aussi les hommes
Depuis plus de dix ans les études sur la masculinité se développent s’efforçant de théoriser la disjonction entre le pouvoir social total des hommes et les expériences individuelles de l’absence de pouvoir des hommes. Elles veulent “approfondir” l’agenda féministe pour le changement ; d’ailleurs, ces travaux sont souvent faits, en coopération avec des chercheuses féministes, par des hommes qui se sont engagés dans les mouvements pro-féministes. Ces chercheurs veulent considérer “les hommes comme des hommes et non plus comme des êtres humains génériques dont le genre reste inobservé, non théorisé ou tout au moins sous-théorisé… Un autre aspect de ces études critiques consiste à reconnaître clairement que la théorisation concerne l’élaboration et l’articulation des relations de pouvoir”
(Harry Braud, Michael Kaufman in Theorising Masculinities, Sage Publications, 1994)

Bibliographie

1- Godelier, M. - “La producción de grandes hombres”. Edit. AKAL. Madrid, 1986.

2- Kauffman, M. - “Hombres, placer, poder y cambio”. Edit. CIPAF. Santo Domingo. 1989.

3- Inda, N. - “Género masculino, número singular” en Burin, M. y Bleichmar, E.(compil.) Psicoanálisis, género, subjetividad”. Edit. Paidos. Bs. As. l986.

4- Kimmel, M. - Messner M. - “Men’s Lives” - Allyn and Bacon. Boston. 1992.

5- Connell, R. W. - “Gender and Power”. Stanford Universisty Press. 1987.

6- Bourdieu, P. - “Outline of a theory of practice”. Cambridge University Press. 1977.

Auteur

Laure Oberson (Traducteur)

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable