Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

Quelques mots d’introduction

Jeanne Bisilliat et Christine Verschuur

Texte intégral

1Le mot “développement”, en liaison avec pays sous-développés, pays en voie de développement, pays en développement désigne un phénomène relativement récent. C’est après la deuxième guerre mondiale que les pays riches, voulant effacer les inégalités entre eux et les pays pauvres, ont décidé de mettre en œuvre des politiques et des projets de développement destinés à combler l’injustice de ce retard. Ainsi, sous l’impulsion de l’Occident, les pays du Sud devaient connaître un progrès linéaire qui les conduirait à notre niveau. Projet encore largement empreint d’impérialisme et d’évolutionnisme.

2Pour la première fois dans l’humanité, avec une telle ampleur puisque les trois quarts du monde étaient concernés, furent alors élaborées des politiques de développement mises en œuvre dans des projets, ceci à toutes les échelles et dans tous les domaines. Ces politiques et ces projets furent – et sont encore trop souvent, il faut le souligner – pensés “au neutre”, pour “la population”, “les ouvriers”, “les paysans”, etc. Tout au long de ce processus d’acquisition/imposition d’une modernité, bien des erreurs furent commises. Ce n’est pas le lieu ici d’en parler. Nous ne retiendrons, pour notre propos, que l’une d’entre elles, l’une des plus importantes pour ses effets désastreux sur le plan économique et social tout comme sur le plan de la “rentabilité” mais aussi de la justice : les femmes furent oubliées, les relations hommesfemmes ou relations de genre furent oubliées. Esther Boserup fut l’une des premières à dénoncer, dès les années 70, l’impact négatif sur les agricultrices africaines des projets qui, non seulement, ne les aidaient pas à progresser mais, au contraire, diminuaient leurs profits et les dépossédaient trop souvent de leurs maigres avantages, retardant ainsi le processus global de développement. Le système d’oppression patriarcale de leurs propres sociétés fut renforcé par le nôtre ; un double système de pouvoir masculin se mit en place accentuant la subordination et la marginalisation économique des femmes avec leurs enfants.

3Le lancement de la Décennie “Femmes, Egalité et Paix” avec la Conférence de Mexico en 1975 marque le début officiel de cette prise de conscience. Si toutes les féministes ont toujours mis l’accent sur la nonhomogénéité du groupe femmes, ce furent véritablement les anglo-saxonnes qui comprirent le mieux – et tirèrent les conséquences – que cette non-homogénéité existait encore plus entre femmes du Sud et du Nord, d’autant plus grave qu’elle mettait en cause des chiffres énormes : en Asie, en Afrique, en Amérique Latine, des millions de femmes pauvres, analphabètes, chefs de famille sans aucune protection sociale, tenues de faire des journées de travail reproductif et productif de 15 à 18 heures pour aider leurs familles à survivre.

4Elles voulurent – rapidement rejointes par leurs collègues du Sud – faire sortir les femmes de “leur invisibilité”, faire cesser ce développement “au masculin” qui reléguait ces véritables actrices du développement dans une image, aussi idyllique que fausse et conservatrice de “femme au foyer”. Etudes de terrain, analyses des politiques, évaluations de projets constituèrent peu à peu un nouveau champ du savoir. Ce dernier, d’autant plus riche, que s’entremêlèrent, en synergie, au fur et à mesure de son élaboration le savoir féministe et le savoir praticien.

5Cela fut rendu possible par les pressions qu’elles exercèrent sur les organes de coopération de leurs gouvernements respectifs (Angleterre, USA, pays nordiques, Pays-Bas) mais aussi sur les Institutions internationales pour qu’ils commanditent les travaux pré-cités et pour qu’ils acceptent de prendre en compte cette réalité ignorée ; un développement équilibré ne pouvait que se faire avec les femmes. Ce long apprentissage mutuel fut aussi source de nouveaux savoirs.

6Mais les pays francophones, leurs féministes et leurs gouvernements, restèrent largement en marge de ce mouvement.

7Ne faut-il pas d’ailleurs voir un signe dans le fait que les femmes africaines francophones, conscientes de ce grave décalage historique, ont créé récemment un site Web pour lutter contre la désinformation dont elles souffrent – dans ce champ tout se fait en anglais – afin de “renforcer le français et la visibilité des femmes d’Afrique francophone sur Internet” ; l’une des fonctions importantes de ce site sera d’offrir des traductions, notamment des textes produits par les organismes internationaux.

8Une autre remarque : le terme genre n’est apparu ni de manière soudaine ni de manière gratuite. Si on le trouve pour la première fois, en 1972, dans l’ouvrage d'Ann Oakley, Gender and Society, son usage massif est relativement récent. Il constitue en fait une des étapes fondamentales de la réflexion féministe ; il s’inscrit dans le féminisme, il n’en est pas un avatar adouci qui le rendrait acceptable. Il se situe, au contraire, encore plus précisément dans le contexte de revendication d’une égalité hommes-femmes qui est celle de tous les féminismes : “Est féministe toute protestation un peu argumentée contre l’oppression sexuelle, toute revendication d’une plus grande égalité, voire toute affirmation de la valeur du “féminin” face à ses détracteurs” (Michelle Perrot in “Le féminisme et ses enjeux : vingt sept femmes parlent”, livre collectif, Paris, Centre fédéral FEN-Edilig, 1988). Il n’en est que plus urgent de dénoncer son usage, souvent dévié, servant à exprimer de manière masquée les mots femme et sexe. Réellement subversif, son contenu est ainsi pratiquement évacué.

9La peur absurde envers le terme “genre” qui implique, il est vrai, l’accès des femmes au pouvoir, cette peur des responsables, déguisée en refus grammatical, doit enfin s’atténuer, disparaître. Les autorités francophones dans le développement, qu’elles soient politiques ou scientifiques, froncent encore les sourcils devant le mot, pourtant utilisé par toutes et tous, notamment dans les universités, les centres de recherche, les espaces internationaux d’où émergent les grands principes du développement (voir par exemple le retentissement du Rapport mondial sur le développement humain en 1995).

10Nous voulons donc créer un espace de connaissance autour de la thématique genre et développement, apporter des outils de réflexion aux femmes francophones, et aux hommes bien évidemment, et cela dans un esprit d’ouverture envers nos devancières anglaises, américaines, latino-américaines qui ont repris des concepts féministes ou en ont forgé de nouveaux pour les adapter aux situations spécifiques créées par les politiques et les projets de développement : repères intellectuels pour toutes celles et tous ceux qui cherchent, avec bonne volonté, à comprendre la formidable complexité du développement afin que leur action soit plus efficace, plus complète, et non plus source de distorsions socio-économiques préjudiciables à tous, ou pire, sources de détresses matérielles et psychologiques.

11Nous avons voulu éviter le simplisme des soi-disant réponses à la question du “dites-nous comment faire” même si nous sommes conscientes, en agissant ainsi, de nous heurter à une tendance lourde de notre époque. Mais il n’existe pas de McDonald's intellectuel pour résoudre la pauvreté, la misère du monde que, de surcroît, nous les pays du Nord, contribuons à créer.

12Nous devons au contraire tenter d’entendre, et de faire entendre, la complexité, voire le désordre, inhérents à tout changement et encore plus à tout phénomène de mutation accélérée amplifié par un libéralisme débridé et une mondialisation implacable. En cela, la pensée féministe, “acculée” à déconstruire et reconstruire sans cesse, est d’un apport heuristique incontestable.

13Tout cela induit des répétitions, liées à la manière dont s’est construit ce discours épistémologique : une notion est avancée, discutée, mise en œuvre – le développement est une pratique –, reprise, affinée et cela par des auteures différentes jusqu’au moment où elle émerge dans les textes des conventions, des recommandations lors des Conférences internationales, “lieux essentiels de cristallisation et de consécration ultimes d’une utopie pour un ordre mondial idéal” (Arlette Poloni).

14Il nous a semblé intéressant et utile de montrer quelque peu ce trajet conceptuel dans son histoire.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable