Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le genre : un outil nécessaire

 | 
Jeanne Bisilliat
, 
Christine Verschuur

Présentation

Jeanne Bisilliat et Christine Verschuur

Texte intégral

1Ce Cahier Genre et Développement est le premier d’une série qui aura pour objectif, non seulement d’expliquer la notion de genre mais aussi de faire comprendre les difficultés qui existent afin qu’elle soit acceptée et mise en œuvre.

2Nous optons délibérément pour introduire ce terme dans nos Cahiers. Cependant il ne recouvre pas pour tous et toutes le même sens. Pour certain (e) s praticien (ne) s ou théoricien (ne) s du développement, il est utilisé en substitution au mot “femmes”, perpétuant l’approche des programmes “femmes et développement” ; pour d’autres il sert à décrire des rôles différents culturellement et socialement attribués aux hommes et aux femmes ; pour d’autres enfin il s’inscrit dans une analyse des rapports sociaux et reconnaît que les relations de pouvoir entre les hommes et les femmes au sein des différentes instances de la société (famille, communautés, marchés, Etat-nation, monde) sont responsables d’une distribution inégale des ressources, des responsabilités et du pouvoir entre femmes et hommes (Murphy, in Mukhopadhyay et Appel, 1999). C’est cette approche de la notion de genre que nous adoptons.

3Dans le monde de la coopération et de la recherche anglo-saxonne, nordique ou hispanophone, la nécessité d’introduire l’analyse des relations inégales entre les hommes et les femmes dans toute discipline, projet et politique de développement est maintenant mieux reconnue, la pertinence de cette approche mieux comprise. Il existe une bibliographie importante et de nombreuses possibilités de se former, des recherches s’y développent depuis de nombreuses années. Des groupes d’universitaires et de chercheurs, des spécialistes et des praticiens du développement, des ONG et des associations, produisent un corpus de réflexion, un savoir-faire. Une certaine connaissance s’accumule, sur et dans les environnements socio-culturels se rapportant à ces terrains. Le nombre de personnes comprenant cette problématique s’amplifie, dynamique qui crée les conditions d’un élargissement de la réflexion critique sur le thème. Les francophones, du Nord comme du Sud, sont pour le moment exclus pour une bonne partie d’entre eux de ce mouvement. Il s’ensuit que les références à des terrains et des sociétés situés dans d’autres parties du monde n’existent pas, ou très peu, ce qui est préjudiciable à la réflexion globale, la privant d’une approche différente et pourtant probablement complémentaire.

4Les Cahiers Genre et Développement veulent donc répondre au besoin, ressenti par celles et ceux qui en sont exclus, de participer à la dynamique intégrant la notion de genre à la réflexion sur le “développement”, dans les programmes et les politiques qui s’y rattachent, et à la nécessité d’augmenter le nombre de personnes compétentes en ce domaine.

5L’accès à cette réflexion et à ces documents pose un double problème : tout d’abord ils sont en langue anglaise ou espagnole, non maîtrisées par beaucoup, par ailleurs ils sont dispersés.

6Non seulement au niveau des formations universitaires proposées, des expériences, programmes et politiques de développement, mais aussi des projets de recherche, des publications et des centres de documentation spécialisés, nous souffrons dans le monde francophone d’un manque chronique de repères sur cette notion de genre.

7Nous en arrivons au point que certaines formations sur l’approche genre et développement destinées aux praticien(ne)s francophones du Sud et du Nord sont dispensées en français par des Instituts britanniques ou néerlandais ! Seuls la Suisse et le Canada, échappent un peu à cette situation. Néanmoins, des formations commencent à se mettre en place sur cette thématique, les politiques et programmes de coopération commencent à introduire cette approche dans leurs programmes, surtout en Suisse et en Belgique. On peut d’ailleurs signaler la sortie prochaine d’un manuel Genre et Développement dans le cadre du Centre international de formation et de recherche en population et développement (CIDEP) en Belgique.

8Les Cahiers Genre et Développement sont un recueil de documents de référence sur la notion de genre et l’analyse des problèmes de développement qu’elle permet. Ils ne constituent pas un “manuel”, mais proposent de manière accessible, en langue française, un choix de documents, historiques pourrait-on dire, sur la thématique “genre et développement” : articles théoriques, analyses sectorielles, outils de planification selon le genre, données de base, bibliographies, adresses utiles (Internet, centres de documentation). Ce matériel est notamment constitué par des traductions, des synthèses ou des extraits. Cette politique éditoriale se poursuivra pour tous les numéros de la série.

9Ils sont destinés à des responsables ou des chargé (e) s de projets, dans des ONG de développement, des institutions de développement et des organismes de coopération, et à des chercheurs ou étudiant (e) s effectuant ou prévoyant d’effectuer une recherche sur ce thème, ou souhaitant intégrer cette approche dans leur futur travail.

10Ces Cahiers ont été réalisés par deux associations, suisse et française, efi (espace femmes international, Genève) et afed (association femmes et développement, Paris). efi avait réalisé en 1997, avec l’appui financier de la FGC (Fédération genevoise de coopération) un programme de formation sur le thème “genre et développement” pour des chargé (e) s de projets dans des ONG de développement basées à Genève et travaillant dans des pays du Sud. Ces Cahiers Genre et Développement font suite au souhait de compléter et poursuivre cette expérience. L’afed (association femmes et développement) est orientée vers la recherche et la formation universitaire, et s’est associée dès le début au projet. Elle a organisé en 1994 un colloque international intitulé “les femmes chefs de famille au Nord et au Sud” dont les actes ont paru chez Karthala en 1995, et en prépare actuellement un autre, en collaboration avec la Maison des sciences de l’homme, sur “Droit, genre et société en Afrique.”

11La Coopération suisse, qui a une expérience datant de plusieurs années sur ce thème, a fourni un soutien important à ce projet. Le CEDID, Centre de documentation de l’IRD (ex-ORSTOM, France), s’est également impliqué de manière importante. A titre individuel, le projet a aussi bénéficié de nombreux soutiens. Nous voulons particulièrement remercier les auteur (e) s qui ont toutes et tous rapidement accédé à notre demande de reproduction de leurs textes. Certaines auteures n’ont pas reçu toute la place qu’elles méritent, mais nous aurons l’occasion de leur redonner la parole dans les numéros à venir. Nous sommes conscientes – et il nous a fallu procéder à des choix difficiles – que ce premier numéro n’inclut pas tous les éléments souhaitables pour disposer d’une introduction complète sur cette notion.

12Ce premier Cahier Genre et Développement, intitulé “Genre, un outil nécessaire, introduction à une problématique”, sera suivi de Cahiers thématiques publiés deux fois par an. Les deux prochains numéros seront consacrés à l’ensemble des problèmes économiques. En effet, nous considérons l’analyse des relations de genre comme une approche fondamentale pour modifier la compréhension et la voie du “développement” que l’économie néo-libérale tend à imposer. Sans cette approche différente, il sera difficile d’imaginer des propositions différentes. “Soyons réalistes, exigeons l’impossible”.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable