Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Controverses

Mondialisation duale, exclusion unique

Yvan Droz

Texte intégral

1Si nous partageons l’analyse des effets politiques et sociaux de la mondialisation, que fait Gilbert Rist, nous voudrions rappeler l’importance des stratégies de résistance développées par les agents sociaux pour faire face à ce processus aveugle ; car, comme l’auteur le mentionne succinctement : « La mondialisation ne saurait déployer ses effets sans rencontrer de résistances ». C’est par un regard critique sur certains liens de causalité affirmés trop rapidement que nous voudrions porter la controverse. En effet, nous estimons que le point de vue du politologue, aussi pertinent soit-il, ne rend pas justice aux pratiques sociales des agents en butte aux effets de la mondialisation. Ils se réapproprient les contraintes qui pèsent sur eux et les détournent en « faisant feu de tout bois ». Nous nous limiterons ici à présenter quelques stratégies de résistance identitaire, avec certains exemples africains à l’esprit.

2Les liens entre la mondialisation, dont le corollaire est l’affaiblissement de l’Etat, et l’individualisme ou l’universalisme ne nous semblent pas aussi évidents que l’auteur le laisse entendre. En dépit de ce qu’il affirme, nulle causalité immédiate entre le processus de mondialisation et l’accroissement de l’individualisme ne saute aux yeux et nous aurions souhaité en savoir un peu plus sur cette implication.

  • 1 Jean-François Bayart, L’État en Afrique ; la politique du ventre, Fayard, Paris, 1989, 439 p.
  • 2 Thomas Ranger, « The Invention of Tradition Revisited: The Case Of Colonial Africa », in: Terence R (...)

3La conséquence de la mondialisation nous semble plutôt être une exclusion de groupes ou d’individus du champ politique, économique ou social. En effet, les non branchés sur Internet sont exclus des nouvelles formes de sociabilité que le réseau mondial est censé créer ; en Afrique, les groupes ethniques absents du pouvoir national sont exclus de la sphère politique et économique, au nom de la politique du ventre1 ; les chômeurs sont exclus du marché du travail et progressivement du champ de la consommation. En ce qui concerne l’Afrique subsaharienne, ce processus d’exclusion, qui ne profite qu’aux riches, n’implique pourtant pas un accroissement de l’individualisme, mais bien un repli identitaire sur des groupes imaginés2ou une désagrégation identitaire qui aboutit à la déstructuration sociale (p. ex., en Occident, le cas des sdf ou des chômeurs en fin de droits, qui sont pris en charge par l’assurance invalidité et nomadisent d’un établissement hospitalier aux diverses instances de l’assistance publique). Quels sont les signes de l’accroissement de l’individualisme dans ces événements dramatiques ?

4Pour étayer notre propos, il est nécessaire de définir brièvement la notion de registre identitaire. Celle-ci pose, sur un même plan, les diverses caractéristiques qui construisent une identité polymorphe et essentiellement enchâssée dans le contexte singulier des relations sociales. Le registre est à distinguer du marqueur identitaire. Ce dernier représente l’expression objective et singulière d’un des éléments qui constituent le registre. Ainsi, le marqueur identitaire actualise hic et nunc un registre identitaire selon les enjeux et les possibilités du moment (marques sur le corps, vêtements, pratiques alimentaires, hexis corporelle, langue employée, termes de parenté, etc.).

  • 3 Jean-Pierre Chrétien, « Les deux visages de Cham ; points de vue français du xixe siècle sur les ra (...)

5Ainsi, selon les circonstances et les desseins d’un individu, celui-ci peut jouer soit sur son affiliation à tel clan, soit sur son appartenance lignagère, soit sur une parenté fictive, soit sur des relations commerciales, soit sur des ensembles plus vastes qui rassemblent les groupes selon leur mode de vie, voire leur affiliation religieuse. Le jeu sur les différents registres fournit à l’agent social un éventail de moyens ou de ressources qu’il peut mettre à contribution. Cette stratégie lui permet parfois de faire face aux effets de la mondialisation en les détournant ou en se les appropriant. Le fait de considérer l’ensemble des registres identitaires comme faisant partie du même niveau conceptuel permet d’éviter que l’un ou l’autre ne devienne dominant et n’acquière un caractère exclusif, voire « biologique ». Les dérives politiques que la race, la tribu ou l’ethnie ont connues – et connaissent encore – pourraient éventuellement être évitées. En effet, si les « ethnies » doivent leur naissance aux théories « scientifiques » du xixe siècle3, on peut espérer que les concepts que les sciences humaines élaborent aujourd’hui, tel celui de registre identitaire, se transplantent dans les pratiques politiques et limitent les frénésies identitaires.

  • 4 Dieter Neubert, « Westliche politische Ideen und deren Verwirklichung in Afrika. Demokratisierung u (...)

6Le processus d’exclusion est commun aux deux formes étatiques distinguées dans l’article (Etats historiques et Etats issus de la décolonisation) et il se présente sous des aspects différents, mais pas incompatibles : exclusion sociale en Occident principalement, exclusion ethnique fréquente dans le Sud. Cette dernière n’est pas la conséquence d’une carence récente des Etats africains à contrôler les mouvements ethniques, mais le résultat de manipulations politiques du registre ethnique en vue d’assurer le maintien au pouvoir de gouvernements autocratiques. Les dérives ethniques sont donc essentiellement le fruit de la politique nationale des Etats africains, un moyen de conserver l’accès exclusif au « gâteau national ». La rente du développement s’est réduite comme peau de chagrin, ce qui interdit aux gouvernements africains de redistribuer des parts du gâteau au-delà du réseau clientéliste immédiat. Il n’est plus possible d’apaiser les ennemis politiques (les autres réseaux clientélistes) en les amadouant au moyen de miettes, comme cela fut le cas lorsque la rente du développement permettait de faire preuve d’une certaine largesse. En conséquence, nous pouvons observer une exacerbation objective de l’exclusion des groupes politiquement périphériques. La tournure que prennent les événements politiques incite les groupes marginalisés ou isolés au repli identitaire sur le registre ethnique, lui-même réactualisé par l’imposition « au pas de charge » de la « démocratie ». En effet, en l’absence de cohésion sociale sur des bases professionnelles ou d’associations indépendantes des solidarités lignagères, le plus petit dénominateur commun dans le champ de la politique nationale se borne aujourd’hui au registre ethnique4.

7A ce tableau, il faut encore ajouter la déception consécutive aux espoirs issus des Indépendances. En effet, les emplois dans l’administration et les organisations paraétatiques sont réservés aux clients du groupe qui séquestre le pouvoir national. Ceux qui, dans leur jeunesse, ont parié sur l’éducation se retrouvent exclus des emplois qui miroitaient devant leurs yeux, lorsque tous les scolarisés se voyaient garantir un poste de travail dans la fonction publique à la fin de leurs études. La construction de l’Etat-nation est restée à l’état d’ébauche et le décollage économique attendu a laissé place à l’effondrement des rares industries nationales au profit de firmes transnationales aux investissements versatiles.

8Autre causalité précaire affirmée par l’auteur, celle qui, au Nord existerait entre la précarisation de l’existence individuelle et la carence d’énergie pour les causes patriotiques ou ethniques. Ne pourrait-on pas affirmer exactement le contraire ? La précarisation de l’existence sociale et économique déboucherait également sur un repli identitaire, sur la « peste brune » et l’atavisme nationaliste. La vigueur des extrêmes droites européennes, à l’image de l’UDC blocherienne ou de son appendice au nom paradigmatique de « Rassemblement pour une Suisse indépendante et neutre » peut le laisser supposer. Là non plus, les conséquences de la mondialisation ne seraient pas bien différentes des événements « propres » au Sud : un groupe de possédants manipule un registre ethnique « imaginé » ou réactualisé (la Suisse alpestre, autonome et démocratique) sur le mythe fondateur de l’origine nationale (Guillaume Tell), à destination des exclus (ou futurs exclus) de la mondialisation.

9Au Sud, l’implosion de l’Etat-nation ne signifie pas que le registre identitaire qu’il offrait soit caduc, ni qu’il n’ait jamais existé. La passion suscitée par la coupe d’Afrique de football laisse entendre que l’on peut toujours s’identifier à la « nation », même si elle n’existe, dans les pratiques sociales, qu’au moment d’événements sportifs. Le registre identitaire national, à l’instar des autres registres identitaires, se trouve « en réserve », à disposition des « citoyens » lorsque la situation extérieure offre l’occasion de le réactualiser. L’institution « stato-nationale » est, au même titre que l’ethnie, une construction de la mémoire, une reconstruction historique réappropriée par les agents sociaux ou par les groupes au pouvoir au gré de stratégies de séquestration des ressources nationales ou de revendications d’une part du « gâteau national ».

10Si notre compréhension des conséquences de la mondialisation et de son corollaire (le processus d’exclusion) se vérifie dans les stratégies de résistance, nous ne pouvons parler de « disparition des systèmes symboliques structurants ». En effet, les stratégies de résistance se réapproprient les différents registres identitaires qui fournissent des réservoirs de symboles qu’il est loisible de réactualiser selon les situations. Ils permettent d’inventer une différence significative entre des individus ou des groupes et de les rassembler sous une même bannière. Bref, le marqueur identitaire, objectivation du registre, qu’il soit national ou ethnique, qu’il se nomme lignage ou clan, qu’il s’exprime dans une diète particulière ou un mode de vie partagé, dans une affiliation religieuse ou par la parenté de « sang », reste un élément structurant l’identité des exclus et des autres. Les registres identitaires constituent donc des instruments qui permettent de symboliser les événements et de faire face aux processus de déstructuration impliqués par la mondialisation.

Notes

1 Jean-François Bayart, L’État en Afrique ; la politique du ventre, Fayard, Paris, 1989, 439 p.

2 Thomas Ranger, « The Invention of Tradition Revisited: The Case Of Colonial Africa », in: Terence Ranger & Olufemi Vaughan, Legitimacy and the State in Twentieth-Century Africa; Essays in Honour of A. H. M. Kirk-Greene, Macmillan Press & St. Anthony’s College, London & Oxford, 1993, pp. 62-111.

3 Jean-Pierre Chrétien, « Les deux visages de Cham ; points de vue français du xixe siècle sur les races africaines d’après l’exemple de l’Afrique orientale », in : Pierre Guiral et Etienne Temine, L’idée de race dans la pensée politique française contemporaine, cnrs, Paris, 1977, pp. 171-199.

4 Dieter Neubert, « Westliche politische Ideen und deren Verwirklichung in Afrika. Demokratisierung und Menschenrechte in Kenia und Ruanda », Peripherie (Münster) 61, 1996, pp. 43-64.

Auteur

Anthropologue, assistant, IUED, Genève

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable