Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mondialisation des anti-sociétés

 | 
Gilbert Rist

Lignes

Migrations : à nous la libérté ? Mobilité réelle, fiction de l’emploi et de la sécurité

Laurent Monnier

Texte intégral

La courbe que décrit l’activité de pensée doit rester liée à l’événement - incident - comme le cercle reste lié à son foyer.
Hannah Arendt

  • 1 Je prends ici la notion de travail dans son sens restreint comme source de revenu, ce qu’il est dev (...)
  • 2 « Mais c’est seulement depuis que l’histoire est devenue mondiale que des peuples entiers se voient (...)

1Tout être humain est à la fois sédentaire et migrant. C’est la conjoncture historique qui détermine la possibilité d’un choix, partir ou rester, et ce sont les individus ou les groupes qui tranchent selon leurs volontés et leurs capacités. Les femmes et les hommes ont des jambes : la mobilité est constitutive de l’espèce humaine. A notre époque, il existe de nombreux moyens de transports, toujours plus performants, permettant aux humains de se rendre très rapidement d’un endroit à un autre de la planète. Par ailleurs, le travail et la sécurité sont actuellement les deux valeurs les plus recherchées sur terre car elles sont de plus en plus rares1 ; nombreux sont les gens qui se rendent là où ces valeurs sont disponibles. De sédentaires, ils deviennent migrants, et ils se heurtent à l’hostilité d’autres sédentaires car ils leur renvoient leur propre image d’hommes et de femmes potentiellement migrants. Les migrations internationales s’inscrivent aujourd’hui dans la logique de l’intégration et de l’exclusion : certaines personnes quittent leurs régions pour se rapprocher des lieux où ils croient avoir le plus de chance de trouver un emploi. Mais le marché n’a plus besoin d’eux et ils tendent à être superflus, comme le sont déjà les nombreux chômeurs qui habitent les contrées vers lesquelles ils se déplacent2.

Les flux migratoires sont constitutifs du processus de mondialisation

  • 3 P.L. Martin, « Epilogue - Reducing Emigration Pressure: What Role Can Foreign Policy Play? », in: W (...)
  • 4 Pierre George, Les migrations internationales, puf, Paris, 1976, p. 10. Voir aussi Jacques Decornoy (...)

2Certains analystes relèvent le caractère préoccupant de l’intensification des migrations en cette fin de xxe siècle. Près de 100 millions de personnes vivent en dehors de leur pays de citoyenneté. Malgré les déclarations de fermeture à l’immigration des gouvernements des nations industrielles riches, le nombre des migrants augmente de 2 à 3 % par an, au point que la croissance de cette « nation de migrants » serait l’une des plus rapides du monde3. D’autres analystes insistent en revanche sur le fait que « cette mobilité ne concerne qu’une frange minime de la population du globe, 2 à 3 %, non comptées les migrations intérieures »4. Alors, qu’en est-il exactement ? Les migrations sont-elles un mouvement de masse récent ou s’agit-il au contraire d’un phénomène « vieux comme le monde » ?

  • 5 Le mot « globalisation » est un anglicisme, dont l’équivalent français « mondialisation » est un né (...)

3Les migrations peuvent être considérées comme l’une des caractéristiques du processus de mondialisation en cours5. En effet, les idées et les idéologies liées aux deux phénomènes - mondialisation et flux migratoires - sont étroitement associées dans l’histoire comme dans l’actualité. Et, de plus, les deux phénomènes, tout en étant réels et donc non fictifs, sont aussi étroitement dépendants de leurs représentations, qui varient selon les groupes, les intérêts et les cultures.

  • 6 Cité par Hannah Arendt, L ’impérialisme, coll. Points Politique, Le Seuil, Paris, 1984, p. 9.

4Certes, la notion de mondialisation n’est guère une nouveauté et la connaissance historique lui a associé, de tout temps, certaines formes de migration comme les invasions ou les conquêtes et les projets impérialistes qu’elles animaient. Il suffit de penser à Alexandre, dit le Grand pour cette raison même, à l’Empire britannique du siècle passé ou à Cecil Rhodes, qui déclarait : « Si je le pouvais, j’annexerais les planètes »6.

  • 7 Bertrand Badie, op. cit.,p. 175.

5Mais aujourd’hui, le terme mondialisation rend compte d’abord d’événements spécifiques et historiquement situés dans la période actuelle, marquée par la fin de la Guerre froide. Il s’agit des transformations majeures qui affectent la quotidienneté des gens, et celles en particulier qui font fi des frontières. Il n’y a plus de rideau de fer et la liberté est devenue la norme. Avec la mise en place d’un marché économique et financier mondial unique, des supermarchés stéréotypés se retrouvent sur toutes les parties du globe avec les mêmes produits provenant d’un peu partout. Des flux de communications diverses circulent autour du globe (des transports aériens à la « toile ») et la pollution engendrée par divers types d’accidents (centrales nucléaires, pétroliers, etc.) peut contaminer des personnes dans des lieux très éloignés de la source de la pollution. « Qui n’a pas individuellement éprouvé les effets de dilution des paramètres nationaux, dans son rôle de consommateur, de spectateur, de migrant, de touriste ou de demandeur d’allocation ? »7.

  • 8 André Fontaine, art. cité.

6Avant d’évaluer le phénomène de mondialisation à partir de l’observation des migrations ce qui implique d’aborder la question de la liberté de circulation des individus mais aussi la question du marché du travail il convient de le penser dans certaines de ses interprétations. « Avant d’être une doctrine, voire une idéologie, la mondialisation est donc un fait, trop têtu assurément pour qu’on puisse prétendre l’ignorer ou le détruire »8.

7Pour saisir l’actualité du « fait » migratoire moderne, il convient d’identifier son origine, étroitement conditionnée par l’histoire du développement du capitalisme, qui produisit cette migration particulière, liée à l’industrialisation : l’exode rural. La mondialisation consistait alors dans l’intégration progressive de toutes les populations du globe au marché du travail. Il n’y a pas si longtemps, en effet, certaines populations extra-européennes vivaient encore dans l’ignorance de ce marché et du système économique qui lui est associé. Dans cette optique, la période des impérialismes et des colonisations du siècle dernier fut déterminante. Elle correspond à l’histoire de la mise au travail autoritaire des populations colonisées et à la progression du travail salarié comme pratique universelle.

  • 9 Eugène Enriquez, « L’identification comme processus d’intégration/exclusion », in : Sophia Mappa, ( (...)
  • 10 Ibidem, pp. 69-70.

8Mais l’expansion capitaliste est aussi à l’origine d’un développement inégal, qui a contribué à la constitution historique d’un « monde développé » et d’un « monde sous-développé » à partir de l’universalisation d’un paradigme culturel, celui de la rationalité instrumentale, associée à un homo œconomicus dépourvu de passion9. Les migrations constituèrent alors une partie intégrante des échanges économiques entre régions sous-développées et régions développées ou en expansion, au même titre que la circulation des capitaux, des marchandises ou des services. Les migrants, élevés ou formés chez eux, s’insérèrent dans les marchés du travail des pays riches où ils contribuèrent à la production et à l’expansion des marchés des biens et des services. Cette inégalité de développement, envisagée dans ses effets sur les populations du globe, est souvent exprimée aujourd’hui par la notion de société « duale », ou de société à « plusieurs vitesses ». Que faut-il entendre par là ? Le capitalisme occidental s’est constitué par l’emprise toujours plus exclusive d’un « modèle de la performance »10exigeant de chaque individu un unique dessein, la réussite, tant sur le plan économique que dans la vie personnelle. Ce modèle a contribué à forger une société composée de gagnants et de perdants, où, pourtant, la position de gagnants est toujours éphémère. Seuls les gagnants participent de plein droit comme citoyens au fonctionnement de la société : ce sont les personnes « intégrées » ou en voie d’intégration. L’autre pôle du type idéal exprimé par le concept de société duale est représenté par l’exclusion. Et il est évident que les structures traditionnelles de classes jouent un rôle important dans cette compétition permanente que suggère la pratique de la performance : les individus d’origine bourgeoise, qui ont reçu une bonne éducation et qui sont donc les mieux pourvus en capital social et culturel, ont plus de chance d’être gagnants et d’accéder aux postes de responsabilité. Quant aux autres, qui constituent une masse de plus en plus importante, ils peuvent être classifiés de différentes manières. Ils sont peut-être encore une « armée de réserve », dans le sens où l’entendait Marx, mais ils sont surtout devenus des exclus du système économique en voie de mondialisation : certains peuvent assumer des tâches dépréciées, dépourvues de reconnaissance sociale ou bien de durée déterminée comme le travail intérimaire ; d’autres survivent dans un secteur dit informel, voire communautaire, en marge de la légalité ou du système capitaliste dominant.

  • 11 Si l’on s’amuse à penser fictivement l’économie mondiale et ses agents en termes de majorité et de (...)

9On assiste alors à l’extension de vastes ensembles de disqualifiés sociaux, comme les appelle Eugène Enriquez, d’assistés et de marginaux. Dans cette logique, les populations des espaces laissés pour compte de l’expansion capitaliste risquent d’être toujours plus candidates à l’émigration. Dans de nombreux pays africains, par exemple, le fossé s’élargit entre la minorité privilégiée et les différentes couches qui sont dépendantes pour leur survie des revenus monétaires qu’elles tirent de leur intégration au marché du travail. En voie de paupérisation par les programmes d’ajustement structurel, et plus récemment par des guerres internes, et souvent incapables de se retourner complètement vers le secteur d’autosubsistance ou communautaire, ces couches sont donc inévitablement pourvoyeuses de migrants. Constitutifs du processus de mondialisation, les flux migratoires sont donc aussi révélateurs d’une logique de l’intégration et de l’exclusion : on migre pour se rapprocher des lieux où il y a de l’emploi. Mais le marché est saturé et le processus d’exclusion se poursuit inexorablement11.

La migration comme critique de la mondialisation

  • 12 12 Voir Jacques Decornoy, art. cité.

10La mondialisation est aussi une idéologie : elle est la vision du monde néolibérale que la minorité de gagnants essaie d’imposer à tous. Dans ce sens, elle a pris un essor particulier avec l’implosion du monde soviétique, qui a été interprétée comme la victoire planétaire du capitalisme. Mais elle s’inscrit aussi dans un contexte de conflits internes, libérés par l’éclatement des sphères d’influence qui caractérisaient les blocs au temps de la Guerre froide. Quête de refuge et migration sont désormais les composantes d’un même mouvement12. La migration est précisément l’un des phénomènes permettant d’identifier la nature idéologique du discours sur la mondialisation : l’internationalisation de la force de travail, qui devait être le complément « normal » de l’internationalisation du capital, est une fiction car les Etats-nations, leurs réseaux de polices, mais aussi leurs ressortissants « nationaux », s’opposent à ce que n’importe quel étranger puisse venir s’installer à sa guise sur leur sol national.

11En ce sens, le critère de la nationalité n’a guère perdu de sa prégnance, même s’il est surdéterminé par le critère du statut socio-économique. Les riches franchissent plus facilement les frontières que les pauvres. De plus, l’argent n’a pas d’odeur, l’identification de sa couleur est problématique, il peut toujours être « blanchi » et circuler au rythme des ordinateurs. Les « ressources humaines », elles, ne peuvent être complètement réifiées. Les migrants sont des nomades qui, comme tous les humains de la planète, ont des teints, des odeurs, des manières d’être et de se comporter qui expriment leur condition humaine proche ou lointaine. Ils ne sont pas fictifs ; ils sont même d’autant plus réels qu’ils sont demandeurs d’asile ou d’emploi, donc insupportables pour les indigènes sédentaires car ils évoquent cette masse de perdants que chacun craint d’incorporer un jour ou l’autre.

  • 13 Voir Bertrand Badie, op. cit., p. 142.
  • 14 Dans cette configuration marquée négativement, le terme clandestin peut signifier deux choses : soi (...)
  • 15 15 Le 4 décembre 1994, le peuple suisse approuvait en votation populaire une loi sur des mesures de (...)

12La fiction, et c’est à la fois banal et tautologique de l’énoncer, réside dans le discours sur la libre circulation des personnes à l’échelle du monde. Sa potentialité même est suspecte, car l’« Etat n’a pas dit son dernier mot »13. Si l’abolition des frontières caractérise l’idéologie de la mondialisation, on assiste en réalité à un processus inverse de fermeture officielle des frontières aux migrants, ce qui n’empêche pas, par ailleurs, les migrations de se poursuivre. Depuis le milieu des années ‘70 en effet, les pays riches se sont peu à peu fermés aux migrants et leurs gouvernements ont multiplié les mesures policières pour prévenir toute forme d’afflux de populations dans leur espace national, que ce soient des travailleurs ou des réfugiés. Seuls persistent, toujours officiellement, l’exode des cerveaux et les migrations de travailleurs qualifiés, pour lesquels une demande existe. Ce sont souvent des cadres ou des spécialistes dont le statut social ne correspond plus à la condition de migrants, car celle-ci est de plus en plus associée, dans le langage courant, à la « misère du monde ». Dans cette optique, la migration est perçue comme un « mal » par de larges secteurs de la société, tant au niveau des instances gouvernementales – en Europe comme en Afrique par exemple, où les expulsions de migrants sont fréquentes – que dans les milieux qui autrefois défendaient les travailleurs migrants au nom de la solidarité prolétarienne. La stigmatisation récente des clandestins en France14a accentué cette connotation négative, associant migrants et réfugiés à l’extension du chômage et à la criminalité. La grande majorité des Suisses craint aussi que la sécurité publique ne soit menacée par des requérants d’asile trafiquants de drogue15. Le Parlement helvétique a en effet récemment bénéficié d’un large appui populaire lorsqu’il a modifié la législation à l’égard des étrangers dans un sens plus répressif, sur proposition du Gouvernement. Dans la pratique, ces nouvelles dispositions légales ont surtout permis à la police suisse de mieux pourchasser les clandestins.

  • 16 Eugène Enriquez, « Chemins vers l’autre, chemins vers soi », in : Sophia Mappa (dir.), Ambitions et (...)
  • 17 Eugène Enriquez, « Tolérance à l’altérité et problèmes de la démocratie dans la construction de la (...)

13La xénophobie n’est cependant pas une donnée conjoncturelle. Notre propos n’est pas ici de faire l’étude de son fonctionnement. Mais rappelons tout de même que, comme le racisme, elle existe à l’état latent dans toute société et gîte même au tréfonds de chaque individu, car le processus de construction de l’identité des individus et des groupes sociaux s’élabore par la perception de la différence de l’autre, inquiétant car radicalement autre et en même temps dangereux, car globalement semblable. Si l’on admet, avec Eugène Enriquez, que « le problème de l’altérité et de sa reconnaissance est le problème central des sociétés humaines puisque le lien social créé dépend de la manière dont il est posé et résolu, il devient clair que l’autre est toujours potentiellement dangereux. Ainsi le lien social se présente d’emblée comme un lien tragique »16. La reconnaissance de l’autre, semblable et différent, a donc de tout temps été un problème social très réel, et les relations entre sédentaires et migrants ne font pas exception à la règle. A ce sujet, le processus de mondialisation capitaliste entraîne un nivellement qui nie l’altérité au profit d’une valeur unique, la réussite économique individuelle. La reconnaissance de l’autre devient alors tout simplement non pertinente. Mais les résistances sont consubstantielles au capitalisme. Hier, elles s’exprimaient dans les luttes prolétariennes et le projet socialiste. Aujourd’hui, elles prennent la forme de combat pour la démocratie et la reconnaissance des droits civils, politiques et sociaux, mais aussi de replis ethniques ou identitaires, générateurs de racisme et de xénophobie17.

14Comment la xénophobie est-elle gérée par ceux qui détiennent le pouvoir et par ceux qui voudraient le conquérir ? En période de tension sociale, une catégorie qui n’a pas de droits politiques - comme les immigrés ou les étrangers - est un bouc émissaire idéal. Ce constat semble d’autant plus fondé que cette catégorie est marquée de nos jours par le sceau de l’illégalité : les clandestins, n’ayant pas d’existence légale, sont invisibles, ils sont à la limite de la fiction. Les hommes politiques ne se privent donc pas de manipuler cette catégorie en lui donnant une existence virtuelle et en la rendant responsable de tous les péchés d’Israël. Cela est particulièrement utile comme thème de discours électoral en période d’aggravation de la crise sociale, pour compenser l’impuissance des politiques. Il est alors de bonne guerre d’attirer sur les clandestins les fantasmes xénophobes de populations fragilisées par les menaces d’exclusion. L’actualité de ces dernières années en Europe est riche d’événements qui expriment cette réalité.

Vers le renforcement d’un État social autoritaire ?

  • 18 Urs Marti, « De l’usage de la démocratie directe en Suisse », Le Monde diplomatique, septembre 1996
  • 19 Mario Vargas Llosa, « Les immigrés, bénédiction des pays riches », Le Monde, 6 septembre 1996.
  • 20 Voir Thierry Bréhier, « Les Français critiquent l’action du pouvoir dans l’affaire des sans-papiers (...)

15Tâchons maintenant de réfléchir à l’usage des discours hostiles à l’immigration et des politiques restrictives à l’égard des étrangers dans le cadre d’une évaluation prospective de la nature de l’Etat. L’assaut néo-libéral contre l’Etat social (1’« intensification de la lutte des classes menée par le haut »)18au nom de la mondialisation correspond par ailleurs au renforcement de la dimension autoritaire et répressive de l’Etat à l’égard des étrangers, en Suisse comme ailleurs en Europe. Or, la manière dont un Etat gère ses minorités étrangères est un critère de plus ou moins bonne santé de la démocratie. Vargas Llosa l’a encore affirmé tout récemment à l’occasion du débat sur l’immigration qui a rebondi en France à la suite de l’expulsion musclée, le 23 août 1996, des sans-papiers africains qui occupaient l’église Saint- Bernard à Paris : « Les politiques anti-immigration sont vouées à l’échec parce que personne n’arrêtera les immigrants. En revanche, elles produisent un effet pervers : elles minent les institutions démocratiques du pays qui les applique, elles donnent une apparence de légitimité à la xénophobie et au racisme, et elles ouvrent la porte de la cité à l’autoritarisme »19. En effet, ce glissement vers l’autoritarisme génère une stratégie assez trouble des gouvernements, qui manipulent populisme et xénophobie, souvent de façon inconsidérée, à des fins de légitimation. Est-ce qu’un gouvernement gagne nécessairement en popularité lorsqu’il manifeste son intransigeance dans la répression de l’immigration illégale ? Dans l’affaire des sans-papiers, les chroniqueurs ont relevé que, si une majorité de Français critiquait l’action ponctuelle et musclée du pouvoir, cette même majorité ne souhaitait nullement un assouplissement des lois restrictives sur l’immigration, associées à l’ancien ministre de l’Intérieur Charles Pasqua20. On pourrait même se demander si le pouvoir n’a pas délibérément choisi de mettre en scène, à des fins symboliques, cette opération d’évacuation brutale pour montrer sa détermination contre des Africains « irréguliers ». Le message s’adressait à l’électorat de M. Le Pen et du Front national, qui accuse le gouvernement de ne pas s’intéresser aux conditions de vie des Français de souche.

  • 21 « La machine à épuration », comme Pierre et Yaël Hazan qualifient le Centre d’enregistrement des re (...)
  • 22 Christophe Tafelmacher, « Réfugiés de la violence - Quelle protection ? », Vivre ensemble, n° 59, 1 (...)
  • 23 Pierre Hazan & Yaël Reinharz Hazan, op. cit., p. 141.

16En Suisse, avec les restrictions budgétaires, toute la machinerie de tri des requérants d’asile s’est rationalisée en vue de faire baisser les coûts de la procédure21. Elle se module du refoulement à l’aide au départ dans un esprit de collaboration entre les agents des différents services concernés, dont ceux de la Croix-Rouge suisse. La police n’est que le secteur actif d’un système accepté par la majorité de la population suisse, qui en est partie prenante dans le cadre de ce consensus mou du « chacun à sa place, chacun ses affaires », caractéristique de notre époque et très inquiétant pour l’avenir d’une société à prétention démocratique. Par ailleurs, les autorités suisses ont institué un statut d’« admission provisoire » à l’égard de certains réfugiés, comme par exemple les Bosniaques qui ont dû quitter leur foyer à la suite des violences de la guerre. Il s’agit d’un statut tout à fait précaire, qui n’implique aucune volonté réelle d’accueil. Bien au contraire, en instituant la « protection provisoire », les autorités fédérales appliquent clairement une ligne politique dont l’objectif final est d’organiser les retours dès qu’ils seront possibles, le plus vite sera toujours le mieux, le recours à la force n’étant nullement exclu22. Cette politique n’est donc pas uniquement symbolique, elle est surtout légitimante et dissuasive, tant à l’intention de l’opinion publique en Suisse, en vue de montrer que la sécurité du pays est assurée et que les mouvements populistes antiétrangers sont superflus, qu’à l’intention des exilés eux-mêmes, afin de décourager tous ceux qui auraient des velléités de s’installer sur le sol national. Quant à la vie quotidienne des Bosniaques exilés en Suisse, elle est un enfer. Ils sont dans l’attente permanente, mais chaque fois différée, d’un rapatriement chez eux, où la paix n’est pas assurée. « Aucune société démocratique ne peut impunément confiner des populations dans le désœuvrement, et réduire à un statut d’assistés des dizaines de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants, dont le seul tort est d’avoir fui leur pays pour survivre »23. Aux Etats-Unis et en Europe, l’attitude des autorités à l’égard de certaines minorités marginalisées est caractérisée par un dénigrement agressif. Serait-ce le signe d’une dérive autoritaire ?

  • 24 Christophe Tafelmacher s’est intéressé à l’émergence d’un Etat social autoritaire en Suisse sur la (...)

17Ainsi, parallèlement au discours d’autorité qui stigmatise les « faux réfugiés », on constate l’apparition en Suisse d’un discours semi-officiel incriminant les faux chômeurs, les « combinards », qui essaient d’obtenir indûment des indemnités auprès de l’Etat. Comme le chômage ne cesse d’augmenter et que la croissance tarde à se manifester, les pouvoirs publics sont critiqués pour leur passivité dans la gestion de la crise. Dès lors, ces derniers s’efforcent de retrouver une certaine légitimité auprès des populations angoissées en jetant le discrédit sur les boucs émissaires exemplaires que sont ces minorités impuissantes – les réfugiés, les chômeurs et les toxico-dépendants – justifiant ensuite des mesures restrictives de liberté à leur égard24.

  • 25 Bertrand Badie, op. cit., p. 206.

18Ces observations coïncident avec la notion de « contre-offensive des Etats », suggérée par Bertrand Badie25. Le processus de mondialisation tend à mettre en question les prérogatives des Etats, en réduisant leur souveraineté. Cela est manifeste dans le domaine de l’économie, où l’idéologie néo-libérale prône le désengagement et le démantèlement systématique du secteur public. Les Etats réagissent donc à ces tendances par une contre-offensive visant à se réapproprier des parcelles de pouvoir. Cependant, leur position est contradictoire. D’une part, ils s’affirment comme les « nouveaux coordonnateurs » des politiques néo-libérales, en essayant de garder le contrôle de la mondialisation en cours, et d’autre part, ils élaborent des « espaces publics nouveaux », qui permettent, dans certains cas comme celui de la sécurité et du contrôle des étrangers, la mise en place de nouveaux modes de surveillance et de répression.

  • 26 Voir Jacques T. Godbout, «L'Etat et la société - Les autres ordres spontanés», Bulletin du MAUSS, n (...)
  • 27 Didier Bigo, Police en réseaux – L’expérience européenne, Presses de la Fondation nationale des sci (...)
  • 28 Didier Bigo, « L’archipel des polices », Le Monde diplomatique, octobre 1996.

19A ce propos, une clarification de la notion d’Etat s’impose : il convient de distinguer entre les élus et les nommés mais aussi d’analyser empiriquement ce qu’est l’Etat aujourd’hui26. Au sein des agences publiques, on assiste à l’apparition d’une nouvelle espèce de bureaucrates de l’ordinateur, exerçant du pouvoir par l’expertise, le maniement des fichiers électroniques et les exercices de simulation. Ces spécialistes de la gestion et de la prospective prennent de plus en plus d’influence au détriment des élus, représentants du peuple. La complexité actuelle de l’administration des hommes et des choses ne peut être que réservée aux spécialistes, entend-on dans certains milieux. Par exemple, le processus de construction européenne, qui implique des transformations et des rationalisations au sein des agences d’Etat des membres de l’Union, a permis « l’extension des activités policières liées maintenant au contrôle des flux transnationaux de personnes »27. Pour Didier Bigo, la mise en place d’un champ de la sécurité au niveau européen repré sente une « transformation considérable », dans la mesure où la police n’est désormais plus une prérogative de la souveraineté étatique liée au territoire. L’Europe des polices a été l’objet de négociations internationales et des accords ont été conclus dans le cadre de différentes structures institutionnelles (Schengen, Trevi, Europol). Les changements ne concernent pas seulement la conception même de la police, qui passe du contrôle du crime au contrôle des populations et de leurs mouvements, mais c’est la notion même de sécurité qui a changé de sens. Ces nouveaux bureaucrates contrôlant les agences spécialisées ont pour mission d’anticiper les risques, de faire de la prévention. Or, ces professionnels de la turbulence sociale peineraient à distinguer une véritable menace d’une simple mutation28et la tendance actuelle serait d’envisager tout changement comme potentiellement dangereux.

  • 29 Ibidem
  • 30 Didier Bigo, Police en réseaux, op. cit., pp. 339 et ss.

20Cependant, la fin de la territorialité, marquée notamment par la mise en réseaux des polices, ne signifie nullement la fin de l’Etat. Celui-ci, au contraire, quitte la territorialité pour « transnationaliser les bureaucraties chargées du contrôle. Des archipels bureaucratiques (douaniers, policiers, agences de renseignement publiques et privées, etc.) se constituent, laissant présager une autre forme de gouvernement »29. Hégémoniques au sein des Etats recomposés, ces « bureaucraties transnationales » échappent de plus en plus au contrôle démocratique30car elles s’approprient la gouvernementalité étatique au détriment des agents élus. Une bureaucratie en chasserait-elle une autre ? L’Etat-providence disparaîtrait-il au profit d’un réseau de bureaucraties sécuritaires contrôlant des institutions démocratiques formelles n’assumant plus que des fonctions symboliques de théâtralité ?

La logique des migrants : réseaux et mobilité tous azimuts

21Notre souhait est d’envisager les migrations de façon plus sereine. Certaines trajectoires de migrants suggèrent en effet une autre lecture, liée à leur vécu, révélatrice peut-être aussi d’une autre manière de penser les relations entre Etat, marché et travail. Il nous semble que l’étude des réseaux de migrants, au niveau microscopique, rend compte des réalités multiples qui contribuent à briser l’illusion de l’unicité de l’expérience humaine suggérée par l’idéologie néo-libérale de la mondialisation. En remettant en cause l’idée que l’identité de l’homme ne se réduirait qu’à sa force de travail telle qu’elle est déterminée par les besoins du marché, ces trajectoires peuvent donner un éclairage original sur une autre forme de mondialisation, celle des réseaux, qui valorisent la relation pour elle-même, et pas seulement la relation minimale qui n’a que la transaction économique intéressée comme finalité.

  • 31 Dans de nombreux cas, les migrants sont souvent nécessaires à la société qui les emploie. Commentan (...)

22Les gouvernements tentent de fermer la porte à l’immigration. La liberté de circulation des personnes s’en trouve réduite, mais les migrations se poursuivent parce qu’il n’existe aucune possibilité effective de les arrêter, et sans doute aussi, aucune volonté politique réelle31. Car, comme on va essayer de le suggérer, le problème doit être conçu d’une autre manière. Il s’agit en effet de distinguer les termes « migrants, migrations » selon qu’ils sont utilisés pour signifier une généralité symbolique et idéologique, qui est celle des grands nombres, ou s’ils désignent des individus ou des actes de groupes concrets ayant une histoire et une logique propre. En fait, le mot d’ordre « arrêter les migrations » est avant tout un slogan politique, car les migrations sont des réalités extrêmement diversifiées qu’on peut toujours interpréter à sa guise, selon les idées qu’on s’en fait et les objectifs politiques qu’on recherche.

23Il y a, d’un côté, la logique macro politique d’Etat, qui fonctionne en termes de nombres, de statistiques et d’enjeux politiques et, d’un autre côté, les logiques individuelles atomisées, impliquant des relations de groupes et de personnes, mobiles et circulants, mais qui n’ont aucun rapport avec la notion de migration si celle-ci évoque des mouvements de masse. Les trajectoires individuelles peuvent avoir un sens si on les généralise, mais ce sens est construit par l’analyste, qu’il soit sociologue, statisticien, dirigeant de parti ou gouvernant.

24Les transferts financiers que constituent les remises des migrants vers leur pays d’origine, soit dans l’économie domestique, soit sous forme d’investissements dans des projets de natures très variées, peuvent atteindre des sommes considérables et, dans certains pays, ces transferts sont de loin supérieurs à l’aide publique au développement ; ils représentent parfois la principale ressource en devises. Dans ce cas, la migration comme généralité statistique a un sens précis car elle contribue à l’équilibre de la balance des paiements du pays d’émigration. De ce phénomène général, on peut aussi déduire la dimension positive que représente la création d’activités productives dans les régions d’émigration, contribuant peut-être tout autant à stabiliser des migrants potentiels qu’à en produire de nouveaux. Cet exemple est révélateur de la nécessité de passer de la compréhension macroscopique de la migration à une appréhension microscopique, car la plupart de ces transferts se font de personnes à personnes et concernent des réseaux, dont certains échappent souvent au contrôle direct des Etats. Mais il serait tout aussi erroné de penser que les trajectoires des groupes et des individus qui circulent dans le cadre de réseaux sont uniques et ne peuvent faire l’objet d’aucune analyse théorique, susceptible de les expliquer.

  • 32 Marie-Françoise Durand, « Entre territoires et réseaux », in Bertrand Badie et Catherine Withol de (...)
  • 33 Bertrand Badie, « Flux migratoires et relations internationales » (chap.1), in : Bertrand Badie et (...)
  • 34 Bertrand Badie et Catherine Withol de Wenden, « Introduction : Migrations et relations internationa (...)

25« Diversification, complexification des flux et mobilité croissante d’acteurs toujours plus atomisés n’aboutissent pas pour autant à l’anomie généralisée. Les microdécisions individuelles sont rarement aléatoires, des filières migratoires les organisent et les canalisent, et cette organisation en filières s’observe dans des contextes politiques et économiques variés, quelles que soient les perceptions individuelles du caractère irréversible ou transitoire du processus »32. Si le processus migratoire peut être abordé en termes de réseaux, c’est principalement parce qu’il se réalise souvent sans interférence de l’Etat, ou parfois même contre lui. Selon les termes de Bertrand Badie, « il contribue couramment à défaire les allégeances citoyennes, à défier les politiques publiques, à créer des espaces échappant au contrôle politique et, en fin de compte, à ériger parfois l’individu ou les réseaux d’individus en micro-acteurs souverains du jeu international »33. La notion de réseau suggère ici une forme d’appartenance complémentaire, voire alternative à celle de l’appartenance stato-nationale. Mais il est alors difficile d’évaluer sa portée dans la mesure où elle résulte « de la seule agrégation de choix individuels ou, en tout cas, de microstratégies »34.

  • 35 Martine Hovanessian et Catherine Quiminal, « Intoduction » au Dossier « Les territoires de l’altéri (...)

26Ce sont précisément ces microstratégies que nous nous proposons d’évoquer maintenant en montrant qu’elles peuvent être aussi envisagées comme une critique de l’idéologie néo-libérale de la rationalité instrumentale, qui postule le marché comme unique régulateur de la société. Le marché n’est pas le seul mode de régulation des relations sociales face à l’Etat, il en existe d’autres et la notion de réseau suggère précisément l’existence de ces autres types de relations, déterminées par la solidarité, la réciprocité, le don et la redistribution. Certains groupes de migrants, comme par exemple ceux originaires des régions riveraines du fleuve Sénégal, immigrés en France, n’ont pour ainsi dire pas le choix. La mobilisation des ressources dans des rapports de solidarité familiale et de recomposition communautaire sont les pratiques spontanées des réseaux dans lesquels ils s’insèrent. Et ceux-ci s’articulent à la société marchande dominante en essayant de se fondre dans ses valeurs et ses normes35. Notre dessein n’est pas ici de faire l’inventaire de la littérature concernant la notion de réseau dans ses relations avec les migrations. Elle est considérable et concerne toutes les sciences de l’homme et de la société. Il s’agit plutôt de s’interroger sur la nature des réseaux de migrants en prenant quelques exemples. Dans quelle mesure ces réseaux expriment-ils des formes de relations et d’activités qui démontrent que le travail et l’emploi associés à l’économie marchande ne sont pas des pratiques exclusives ou dominantes de l’ordre social ?

27Les études des réseaux de migrants en provenance de l’Afrique suggèrent l’existence de cultures africaines, vivaces et intériorisées, se reproduisant d’une génération à l’autre, tout en se transformant, alors même qu’elles s’articulent de manières très variées aux cultures occidentales dominantes.

28La crise de l’Etat en Afrique n’est-elle pas le pendant de la vitalité des réseaux ? Certaines couches occidentalisées parmi les classes moyennes supérieures salariées ont dû opérer des reconversions rapides, comme au Zaïre, parce que la dégradation politico-économique leur a coupé leurs sources de revenu monétaire. Elles se sont repliées sur les réseaux dans lesquels elles étaient déjà insérées et en ont organisé d’autres comme solutions de rechange, préfigurant peut-être ainsi des modes de vie que les sociétés occidentales devront adopter dans l’avenir. Ces réseaux relient migrants et sédentaires entre des villes et des villages, entre des régions, des pays et des continents. Leur destin réel se reconnaît dans la métaphore de la « toile », mais avec des contacts de personnes à personnes non médiatisés par un écran.

29Tout sédentaire est un migrant potentiel et vice versa. L’espace relationnel du migrant et des groupes de migrants est multipolaire et fait intervenir des solidarités variées : villageoises, régionales, culturelles, linguistiques, économiques. Il convient d’identifier, pour chaque individu ou groupe, les différents types de relations qu’un réseau migratoire peut mettre en œuvre dans des espaces (de production et de services) et des lieux multiples : lieu de création du réseau, dont la caractéristique est de ne pas avoir de centre, lieu de fixation, de transit, de « réémigration », de réinvestissement économique et symbolique. Sous cet angle, ce sont les logiques, pratiques et stratégies des migrants ou des groupes de migrants qui retiennent l’attention.

  • 36 Voir Sylvie Bredeloup et Nelly Robin (coord.), « Migrants d’Afrique de l’Ouest », Hommes et Migrati (...)
  • 37 Sylvie Bredeloup, « Sénégalais en Côte d’Ivoire, Sénégalais de Côte d’Ivoire », Mondes en dèveloppe (...)
  • 38 Sylvie Bredeloup, « Les Sénégalais de Côte d’Ivoire face aux redéfinitions de l’ivoirité », Studi E (...)
  • 39 Victoria Ebin, « A la recherche de nouveaux « poissons » - Stratégies commerciales mourides par tem (...)
  • 40 Victoria Ebin et Rose Lake, « Camelots à New York : les pionniers de l’immigration sénégalaise », H (...)

30Quelques exemples de recherches empiriques en cours sur des trajectoires de migrants d’Afrique de l’Ouest, et en particulier du Sénégal, illustrent cette réflexion et marquent surtout une rupture avec les discours-slogans sur la migration36. Tout d’abord ces recherches montrent que les migrations Sud- Sud sont tout aussi importantes que les migrations Sud-Nord et qu’elles s’inscrivent dans les mêmes logiques de mobilité. En s’intéressant aux stratégies migratoires des Sénégalais en Côte d’Ivoire et à leur histoire, Sylvie Bredeloup signale qu’aujourd’hui ce pays est surtout devenu un relais pour les Sénégalais circulant vers d’autres régions africaines, Cameroun, Gabon ou Zaïre, et vers l’Italie et les Etats-Unis37. La Côte d’Ivoire n’est plus pour eux le « pays mirage » d’autrefois, et ils ont dû mettre au point de nouvelles stratégies, très variées, pour éviter la dégradation de leurs conditions de vie. A la suite de l’évolution politico-économique de la Côte d’Ivoire durant ces dernières années, qui a connu une crise économique et des soubresauts politiques liés à la démocratisation et à la mort du Président Houphouët-Boigny, ils ont perdu les avantages politiques et économiques qu’ils avaient acquis et ont « réintégré leur statut d’étranger ». Dès lors, la question de l’unité des Sénégalais en Côte d’Ivoire en tant que groupe d’intérêt actif a perdu de son importance. Leur situation actuelle est plutôt atomisée. « Si certains formulent leurs aspirations sous couvert du filtre communautaire en s’investissant dans une multitude d’associations à caractère ethnique, villageois, religieux, sportif ou politique, d’autres développent à l’envi des stratégies individuelles toujours dans l’espoir de conquérir une parcelle de pouvoir au Sénégal ou encore avec l’idée de pérenniser leur situation de migrant, de minorité intermédiaire en Côte d’Ivoire »38. Cette longue citation concernant la condition actuelle des Sénégalais de Côte d’Ivoire pourrait s’appliquer à n’importe quel autre groupe de migrants n’importe où dans le monde, mais aussi à tout groupe, migrant ou sédentaire, confronté à la question de la vie en temps de crise (pour éviter l’emploi du terme survie, qui est peut-être l’expression d’un sociocentrisme de nantis). Victoria Ebin a étudié une famille de riches commerçants sénégalais dont la puissance repose sur des réseaux reliant Dakar à d’autres centres internationaux, comme New York, par l’intermédiaire des communautés mourides migrantes. Dans ce cas, le réseau s’est développé à partir d’activités commerciales et joue sur la solidarité qu’implique l’appartenance à la confrérie mouride. Mais il s’étend à d’autres partenaires commerciaux à l’étranger, et à Dakar même, au marché de Sandaga, il relie une série de personnes assumant des rôles bien précis liés à l’activité commerciale et pouvant s’inspirer du modèle de l’organisation sociale des Mourides39. Arrivés à New York dans les années ‘80, les Sénégalais se sont d’abord fait une place dans le commerce de rue, pour ensuite « participer à l’effervescence de l’activité commerciale d’import-export de New York »40.

  • 41 Catherine Quiminal, « La famille soninké en France », Hommes et migrations, n° 1185, mars 1995, pp. (...)
  • 42 Rémy Bazenguissa et Janet Mac Gaffey, « Vivre et briller à Paris. Des jeunes Congolais et Zaïrois e (...)

31Le réseau est une structure qui n’implique en soi aucune valeur positive ou négative quant aux relations qui y sont tissées : celles-ci peuvent être inégalitaires, comme dans les rapports de clientèle. Elle peuvent être au contraire construites par des exploités conscients de l’être et soucieux d’acquérir une plus grande autonomie d’action. La propriété du concept de réseau qui nous intéresse ici est celle qui valorise la relation pour la relation car elle est opposée et complémentaire de celle de marché, qui réduit la relation à une transaction. Catherine Quiminal a constaté que les familles soninkés en France vivaient une crise opposant hommes et femmes au sein des couples. Alors que les hommes mis au chômage en France regagnaient leurs villages d’origine, où ils étaient repris par la polygamie, leurs premières épouses, qui avaient vécu en France une situation de monogamie, n’étaient guère disposées à accepter cette réinsertion dans leur culture d’origine, impliquant un retour à la polygamie. C’est pourquoi, elles se regroupaient en réseaux associatifs afin d’organiser en commun des projets d’avenir entre ici et là-bas41. Des recherches sur les Congolais et les Zaïrois de Paris révèlent un phénomène de recomposition culturelle en réaction contre le système dominant. Ces jeunes exclus de la société « bourgeoise » urbaine de Kinshasa et de Brazzaville gagnent de l’argent de façon illégale en France pour ensuite le « claquer » dans des bars clandestins, les nganda, au cours de compétitions de consommation ostentatoire42.

32Toutes ces recherches montrent que les réseaux se construisent selon les besoins des individus et des groupes. Ils sont révélateurs de leur adaptation aux aléas de la conjoncture. Dès qu’on entre dans leur réalité concrète, en s’intéressant à telle ou telle personne ou groupe de personnes, on constate que la notion même de « migrant » change de sens. Elle perd le sens d’« étranger » (stigmate de la désignation par les agents du contrôle d’Etat), pour gagner une autre signification, celle provenant de la mobilité vécue au niveau individuel dans le cadre d’un cycle de vie. Tout individu vit sa première expérience de réseau au sein de la famille. Il ou elle est un migrant ou une migrante qui quitte à un moment donné son milieu familial : son existence s’inscrit dans une mobilité, qui prend le sens de migration et qui, à notre époque, concerne toute la planète par le processus historique évoqué plus haut.

  • 43 Louis Necker, La mosaïque genevoise, modèle de pluriculturalisme, Ed. Zoé, Genève, 1995, p. 110.

33Dans la vie d’une jeune fille philippine43ou péruvienne, le fait d’occuper à Genève un emploi de jeune fille au pair ne constitue qu’un moment, qu’une occupation et qu’une identification dans une histoire de vie, faite de moments, de lieux, d’occupations et d’identités multiples. Le séjour à Genève s’inscrit dans un réseau de personnes de même profil, liées par des liens de parenté, d’amitié ou de solidarité incluant souvent également les familles des employeurs, qui sont ainsi parties prenantes dans ce type de rapports sociaux. Dans ce cas, le réseau ne concerne pas que l’employé, mais aussi l’employeur ou les employeurs et il pourrait tout aussi bien être analysé à partir d’eux. Certaines mères de famille, enseignantes dans leur pays d’origine, peuvent se retrouver momentanément « jeunes » filles au pair ou domestiques à Hong-Kong, Toronto ou Genève, pour mieux subvenir aux besoins des personnes qui sont à leur charge. Au sein des réseaux, de jeunes femmes d’Asie ou d’Amérique latine peuvent faire coïncider des projets de formation avec diverses petites activités salariées dans les ménages ou dans l’hôtellerie, en Europe ou en Amérique du Nord.

  • 44 A l’iued, nous avons une importante majorité d’étudiants en provenance du Sud, dont chaque trajecto (...)

34Tout autant que les jeunes filles au pair, les étudiants d’Afrique ou d’Amérique latine en Europe sont souvent des acteurs dynamiques au sein de réseaux visant à promouvoir le développement de leur région d’origine, c’est-à-dire les parents, amis, relations et les villageois qui leur sont associés44.

Caïd et Abel : l’État et le réseau

  • 45 Hans Magnus Enzensberger, op. cit., pp. 14-15.
  • 46 Eugène Enriquez, « Chemins vers l’autre, chemins vers soi », art. cité, p. 228. On peut aussi relev (...)
  • 47 En Suisse une initiative populaire a été lancée par l’Union démocratique du centre (udc), l’un des (...)

35Avec Enzensberger, reprenons le mythe de Caïn et Abel : « Dans le mythe de Caïn et d’Abel, on touche au conflit tribal qui oppose nomades et sédentaires. « Or Abel devint pasteur de petit bétail, et Caïn cultivait le sol. » Le conflit territorial se conclut par un meurtre. L’ultime paradoxe de cette histoire, c’est que le sédentaire, une fois qu’il a tué le nomade, est chassé à son tour : « Tu seras un errant parcourant la terre. » « L’histoire de l’humanité se lit comme un développement de cette parabole »45, dit Enzensberger. L’être humain est ambivalent : à la fois nomade et sédentaire, le sédentaire déteste le nomade au point de vouloir sa mort. Le nomade a trois tares insupportables pour le sédentaire : il est sans terre et par conséquent son identité est douteuse ; c’est un errant, donc un individu sans lien social reconnu qui peut être perçu « comme un facteur dissolvant de la communauté, comme un voleur potentiel du fruit du travail en commun »46. Cette deuxième tare est parfaitement exprimée aujourd’hui par le fantasme que l’on projette sur les clandestins, soupçonnés de voler aux indigènes leur travail et leurs emplois47. Quant à la troisième tare, elle se rapporte à la non-appartenance à un Etat. En effet, le nomade est « une personne sans Etat et qui met donc en cause l’Etat dans lequel il se trouve. »

  • 48 Eugène Enriquez, art. cité. Cet auteur poursuit son inventaire des caractéristiques du nomade en ar (...)

36Cette absence d’identification à un Etat est encore considérée comme une tare aujourd’hui, mais le sera-t-elle toujours demain ? Eugène Enriquez relève cette idée, qui paraît singulièrement moderne et apporte de l’eau à notre moulin : « Cet Etat, pour lui, ne représente pas le corps divin, sans souillure, mais un corps banal qui crée une organisation arbitraire pour assurer sa régulation »48. Dès lors, si ce « corps banal » ne répond plus aux attentes des usagers, il faut soit l’abandonner soit le transformer pour qu’il corresponde mieux aux besoins de la population, ou en tout cas, dans la mesure du possible, le banaliser en le contournant ou en l’ignorant. C’est bien cette thèse qui résulte de notre présentation du dynamisme des réseaux, au Sud en Afrique, et dans ce sens, on pourrait opposer la rigidité totalisante des Etats sédentaires du Nord à la fluidité dynamique des populations du Sud.

37En fait, les réseaux ne sont pas contre l’Etat, pas plus qu’ils ne sont contre le marché, mais ils montrent que la sacralisation de l’un ou de l’autre de ces deux modes de régulation est dangereuse et erronée. Ils constituent en fait une troisième voie de régulation sociale tout aussi indispensable à la vie en société que les deux autres. De plus, en valorisant la relation pour la relation, les réseaux sont aussi un élément déterminant de la mondialisation en cours, impliquant un réaménagement complet de la manière de vivre et de concevoir le travail. A nous la liberté !

Notes

1 Je prends ici la notion de travail dans son sens restreint comme source de revenu, ce qu’il est devenu dans les sociétés industrialisées. Pour la distinction entre travail et emploi, voir Andràs November, « Emploi contre travail », in : Christian Comeliau (dir.), L’économie à la recherche du développement, PUF et Nouveaux Cahiers de L’iued n° 5, Paris, Genève, 1996, pp. 97-111.

2 « Mais c’est seulement depuis que l’histoire est devenue mondiale que des peuples entiers se voient condamnés à être superflus, et ce par des instances étrangement anonymes ». Hans Magnus Enzensberger, La grande migration suivi de Vues sur la guerre civile, Gallimard, Paris, 1994, p. 31.

3 P.L. Martin, « Epilogue - Reducing Emigration Pressure: What Role Can Foreign Policy Play? », in: W.R. Böhning and M.-L. Schloeter-Paredes (eds.), Aid in Place of Migration? – Selected Contributions to an ilo-unhcr Meeting, International Labour Office, Geneva, 1994, p. 241.

4 Pierre George, Les migrations internationales, puf, Paris, 1976, p. 10. Voir aussi Jacques Decornoy, « Une humanité sans domicile fixe », Le Monde diplomatique, février 1996.

5 Le mot « globalisation » est un anglicisme, dont l’équivalent français « mondialisation » est un néologisme déjà ancien, comme le rappelle André Fontaine (« Faire face à la mondialisation », Le Monde, 21 février 1996). Voir aussi Bertrand Badie, La fin des territoires - Essai sur le désordre international et sur l’utilité sociale du respect, Fayard, Paris, 1995, p. 175.

6 Cité par Hannah Arendt, L ’impérialisme, coll. Points Politique, Le Seuil, Paris, 1984, p. 9.

7 Bertrand Badie, op. cit.,p. 175.

8 André Fontaine, art. cité.

9 Eugène Enriquez, « L’identification comme processus d’intégration/exclusion », in : Sophia Mappa, (dir.), L’Europe des Douze et les autres - Intégration ou auto-exclusion ?, Karthala, Paris, 1992, p. 67.

10 Ibidem, pp. 69-70.

11 Si l’on s’amuse à penser fictivement l’économie mondiale et ses agents en termes de majorité et de minorités, les migrants sont des minorités parmi d’autres. Les chômeurs et tous les marginalisés de la mondialisation du système économique marchand constituent la majorité des autres. Mais toutes ces minorités pourraient être envisagées comme l’expression fictive d’une majorité, alors que, dans la réalité, toutes ces minorités se combattent les unes les autres dans le modèle de société à plusieurs vitesses. Cette fiction l’est à plus d’un titre : elle correspond à un sketch des Guignols de l’information (Canal Plus), où le conseil d’administration de la World Company, après s’être réduit à la seule personne de M. Sylvestre, son président, géant face à une masse de nains, se retrouve seul nain s’évanouissant dans la masse croissante (au propre et au figuré) des exclus. Tous les espoirs sont donc permis, car comme chacun le sait, les grands de ce monde ont potentiellement tendance à ressembler à leurs marionnettes.

12 12 Voir Jacques Decornoy, art. cité.

13 Voir Bertrand Badie, op. cit., p. 142.

14 Dans cette configuration marquée négativement, le terme clandestin peut signifier deux choses : soit un étranger sans papiers, soit un travailleur non déclaré par son employeur. Dans la réalité, les deux situations peuvent se trouver mêlées dans des combinaisons variées. En France, « l’emploi illégal est avant tout une affaire de Français » (Le Monde, 24 septembre 1996). Par ailleurs, je partage l’analyse de Guy Hongre, qui montre que le travail parallèle, « qu’il prenne la forme du travail clandestin (qui relève de l’entreprise), du travail au noir (au niveau du particulier), ou des systèmes d’échanges locaux (sel) » est la conséquence du chômage et non sa cause (« Mythes et réalités du travail parallèle », Le Monde, 16 octobre 1996).

15 15 Le 4 décembre 1994, le peuple suisse approuvait en votation populaire une loi sur des mesures de « contrainte » dans le droit des étrangers à une majorité de 72,8 % des voix. Cette votation consacrait l’aboutissement d’un référendum populaire qui avait été lancé contre cette loi par les milieux traditionnellement proches des réfugiés et des émigrés selon une procédure typique du système suisse de démocratie directe. Au tout début des années 1990, le nombre des requérants d’asile avait augmenté en Suisse et un débat s’était instauré à ce propos. Ce débat a ensuite perdu de sa virulence lorsque le nombre des requérants a commencé à décroître. Puis, la télévision a largement contribué à produire un amalgame fantasmatique entre requérants d’asile, délinquants et trafiquants de drogue, en diffusant régulièrement des images de la gare désaffectée du Letten, scène ouverte de la drogue à Zurich (fermée depuis lors). Une image diffuse du dealer basané, par ailleurs requérant d’asile, empoisonnant la jeunesse suisse, avait largement contribué à faire pression sur le législateur pour qu’il avalise des dispositions permettant la détention d’étrangers n’ayant commis aucun délit, mais seulement suspectés de vouloir se soustraire à une décision de refoulement (voir Laurent Monnier, « Images de violence et péril pour l’asile en Suisse », in : Marie-Claire Caloz-Tschopp, Axel Clévenot, Maria-Pia Tschopp (dir.), Asile, violence, exclusion en Europe, coéd. : Cahiers de la section des sciences de l’éducation et Groupe de Genève, « Violence et droit d’asile en Europe », Genève, 1994, pp. 263-272).

16 Eugène Enriquez, « Chemins vers l’autre, chemins vers soi », in : Sophia Mappa (dir.), Ambitions et illusions de la coopération Nord-Sud : Lomé IV, L’Harmattan, Paris, 1990, p. 224.

17 Eugène Enriquez, « Tolérance à l’altérité et problèmes de la démocratie dans la construction de la CE », in : Sophia Mappa (dir.), Les deux sources de l’exclusion : économisme et replis identitaires, Karthala, Paris, 1993, p. 80.

18 Urs Marti, « De l’usage de la démocratie directe en Suisse », Le Monde diplomatique, septembre 1996.

19 Mario Vargas Llosa, « Les immigrés, bénédiction des pays riches », Le Monde, 6 septembre 1996.

20 Voir Thierry Bréhier, « Les Français critiquent l’action du pouvoir dans l’affaire des sans-papiers », Le Monde, 27 août 1996.

21 « La machine à épuration », comme Pierre et Yaël Hazan qualifient le Centre d’enregistrement des requérants d’asile de Genève (Pierre Hazan & Yaël Reinharz Hazan, La Suisse des bons sentiments - Voyage en terre d’asile, Metropolis, Genève, 1996, pp. 29 et ss).

22 Christophe Tafelmacher, « Réfugiés de la violence - Quelle protection ? », Vivre ensemble, n° 59, 1996, p. 7.

23 Pierre Hazan & Yaël Reinharz Hazan, op. cit., p. 141.

24 Christophe Tafelmacher s’est intéressé à l’émergence d’un Etat social autoritaire en Suisse sur la base de son expérience de conseiller juridique auprès d’une association d’aide aux réfugiés. « Le pouvoir a de contrôler et réprimer ceux et celles qui sont exclus ou marginalisés. Il a également besoin de susciter l’angoisse, la peur du désordre, l’inquiétude, afin d’apparaître comme le grand pourvoyeur de sécurité. Il a enfin besoin de disqualifier les demandes légitimes des gens : pour peu que ces derniers aient quelques droits dont les coûts symboliques, politiques ou matériels semblent excessifs, il est aussitôt question d’abus. » Voir Christophe Tafelmacher, Assignation, armée, arrêtés fédéraux urgents : émergence d’un Etat social autoritaire, Lausanne, nov. 1995, p. 4. Ce texte a été présenté comme document de travail à une réunion du Groupe de Genève qui s’est tenue à Paris le 3 février 1996. Une version condensée a été publiée en anglais sous le titre « The Rise of the Authoritarian Welfare State », Fortress Europe ?, n° 44, June 1996, pp. 12-15.

25 Bertrand Badie, op. cit., p. 206.

26 Voir Jacques T. Godbout, «L'Etat et la société - Les autres ordres spontanés», Bulletin du MAUSS, n° 25, 1988, pp. 14 et ss.

27 Didier Bigo, Police en réseaux – L’expérience européenne, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1996, p. 14. 26 Voir Jacques T. Godbout, « L’Etat et la société – Les autres ordres spontanés », Bulletin du MAUSS, n° 25, 1988, pp. 14 et ss.

28 Didier Bigo, « L’archipel des polices », Le Monde diplomatique, octobre 1996.

29 Ibidem

30 Didier Bigo, Police en réseaux, op. cit., pp. 339 et ss.

31 Dans de nombreux cas, les migrants sont souvent nécessaires à la société qui les emploie. Commentant les propos de Vargas Llosa cités plus haut (note 19), François Maspero soulève différents problèmes, dont celui des entreprises « clandestines » de sous-traitance, qui se sont multipliées ces derniers temps dans le cadre de la rationalisation économique. Il montre que différentes formes d’immigration s’inscrivent aussi toujours dans un marché et que les immigrés pourraient bien rapporter plus qu’ils ne coûtent. (« Les immigrés, bénédiction ou nécessité ? », Le Monde, 2 octobre 1996).

32 Marie-Françoise Durand, « Entre territoires et réseaux », in Bertrand Badie et Catherine Withol de Wenden, (dir.), Le défi migratoire – Questions de relations internationales, Paris, Presses de la FNSP, 1994, p. 150.

33 Bertrand Badie, « Flux migratoires et relations internationales » (chap.1), in : Bertrand Badie et Catherine Withol de Wenden (dir.), op. cit., p. 27.

34 Bertrand Badie et Catherine Withol de Wenden, « Introduction : Migrations et relations internationales », op. cit., p. 13.

35 Martine Hovanessian et Catherine Quiminal, « Intoduction » au Dossier « Les territoires de l’altérité », Journal des anthropologues, n° 59, hiver 1995, p. 12.

36 Voir Sylvie Bredeloup et Nelly Robin (coord.), « Migrants d’Afrique de l’Ouest », Hommes et Migrations, n° 1160, déc. 1992 ; Sylvie Bredeloup (coord.), « Dynamiques migratoires et recompositions sociales en Afrique de l’Ouest », Mondes en développement, t. 23, 1995, n° 91 ; Yves Charby et Nelly Robin (coord.), « Migrations africaines », CERPAA, CERPOD et ORSTOM, Revue européenne des migrations internationales, vol. 10, n° 3, 1994 et Studi Emigrazione, n° 121, marzo 1996.

37 Sylvie Bredeloup, « Sénégalais en Côte d’Ivoire, Sénégalais de Côte d’Ivoire », Mondes en dèveloppe-ment, Tome 23, 1995, n° 91, pp. 13-29.

38 Sylvie Bredeloup, « Les Sénégalais de Côte d’Ivoire face aux redéfinitions de l’ivoirité », Studi Emigrazione, XXXIII, n° 121, 1996, p. 22.

39 Victoria Ebin, « A la recherche de nouveaux « poissons » - Stratégies commerciales mourides par temps de crise », Politique africaine, n° 45, mai 1992, pp. 86-99.

40 Victoria Ebin et Rose Lake, « Camelots à New York : les pionniers de l’immigration sénégalaise », Hommes et Migrations, n° 1160, déc. 92, p. 37.

41 Catherine Quiminal, « La famille soninké en France », Hommes et migrations, n° 1185, mars 1995, pp. 26-31.

42 Rémy Bazenguissa et Janet Mac Gaffey, « Vivre et briller à Paris. Des jeunes Congolais et Zaïrois en marge de la légalité économique », Politique Africaine, n° 57, mars 1995, pp. 124-133.

43 Louis Necker, La mosaïque genevoise, modèle de pluriculturalisme, Ed. Zoé, Genève, 1995, p. 110.

44 A l’iued, nous avons une importante majorité d’étudiants en provenance du Sud, dont chaque trajectoire s’inscrit dans un tel réseau.

45 Hans Magnus Enzensberger, op. cit., pp. 14-15.

46 Eugène Enriquez, « Chemins vers l’autre, chemins vers soi », art. cité, p. 228. On peut aussi relever que Caïn est le frère d’Abel. L’« autre » est un frère, un semblable dont la reconnaissance est loin d’être évidente, ce qui rend si complexe le problème de l’altérité, toujours étroitement associé au processus d’identification, comme en rend compte toute la démarche d’Enriquez, à laquelle nous avons largement recouru (voir ibid. p. 224 et la note 16 plus haut).

47 En Suisse une initiative populaire a été lancée par l’Union démocratique du centre (udc), l’un des quatre partis gouvernementaux, « contre l’immigration clandestine ». Cette initiative a été rejetée à une faible majorité le 1er décembre 1996 (par 53,6 % des voix et par 14 cantons et demi-cantons sur 26 au total). Cette initiative émane de milieux suisses-alémaniques populistes conservateurs pour lesquels le travail est une des valeurs traditionnelles associées à la patrie suisse. En fait, cette initiative vise à pénaliser les réfugiés qui entrent sans papiers en Suisse et à instaurer une interdiction générale de travailler pour tous les requérants d’asile. L’image des clandestins venant prendre le travail des Suisses est à l’œuvre de façon d’autant plus prégnante que c’est la première initiative dite xénophobe lancée par un parti gouvernemental (même si le ministre ou conseiller fédéral de l’udc est lui-même hostile à l’initiative). Voir Yves Brutsch, « L’udc contre l’immigration clandestine – Une initiative inutile et vexatoire », Vivre ensemble, n° 59, sept.1996, pp. 4-5.

48 Eugène Enriquez, art. cité. Cet auteur poursuit son inventaire des caractéristiques du nomade en argumentant qu’« une personne sans terre, sans Etat (ou liée à un Etat lointain) est toujours le symbole du flux de la circulation pulsionnelle.... Cet être pulsionnel ne peut être identifié également ... qu’à l’impur.. Si les nationaux terriens vivent sous l’égide du propre, l’étranger ne peut vivre que sous celle du sale. »

Auteur

Sociologue, chargé de cours, IUED, Genève

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable