Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques de la dissidence économique

 | 
Yvonne Preiswerk
, 
Fabrizio Sabelli

Lignes

Quand l’économie devient lien social

Isabelle Guérin, Gilles Malandrin et David Vallat

Note de l’auteur

Cet article s’appuie sur un travail collectif plus large commandité par la Caisse des Dépôts et Consignations, finalisé par l’ouvrage Une économie sans argent : les Systèmes d’échange local, Seuil, Paris, à paraître en 1999. Les analyses plus spécifiques aux auteurs sont exprimées dans des travaux personnels : voir Isabelle Guérin, « SEL et insertion », Working Papers, n° 211, Centre Auguste et Léon Walras, Université Lumière Lyon 2, janvier 1997 ; Gilles Malandrin, « Les Systèmes d’échange local : du marché au don », mémoire de DEA, Faculté de sciences économiques et de gestion, Université Lumière Lyon 2, septembre 1997 ; David Vallat, « Un circuit d’endettement facteur d’insertion : l’expérience des Systèmes d’échange local », Working Papers, n° 209, Centre Auguste et Léon Walras, Université Lumière Lyon 2, décembre 1997.

Texte intégral

1L’idéologie moderne conçoit la société comme un agrégat d’individus équivalents les uns aux autres, libres et anonymes, l’homo aequalicus pour reprendre le terme de Louis Dumont. Dans la perspective libérale, le seul moteur qui pousse ces unités élémentaires à se rencontrer, à échanger demeure toujours en dernier ressort la satisfaction de l’intérêt individuel.

  • 1 Alain Caillé et Jacques Godbout, L’esprit du don, coll. Textes à l’appui, La Découverte, Paris, 199 (...)

2Si cette représentation occidentale a permis de s’affranchir des liens communautaires ou d’assujettissement, cette recherche de liberté préconisée par la modernité connaît ses limites : « La destruction des liens sociaux qu’elle entraîne [la modernité] conduit l’individu à l’isolement et à une diminution de sa liberté. Au bout du chemin de la liberté marchande et étatique, on ne trouve pas un individu libre, mais un individu seul, fragile, dépendant, vulnérable, pris en charge par des appareils extérieurs à lui et sur lesquels il n’a aucune prise, proie facile et préférée des idéologies totalitaires, dans lesquelles le besoin de pouvoir, mais aussi le don et l’altruisme connaissent leurs pires perversions. Pourquoi ? Parce que la liberté se nourrit de liens sociaux. L’approche marchande ne voit les liens sociaux que sous la forme de la contrainte. »1

  • 2 Marcel Mauss, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1995 [1924], p. 278.

3Opposé à ce modèle dominant, Marcel Mauss, en démontrant les mécanismes du don, disait : « Les sociétés ont progressé dans la mesure où elles-mêmes, leurs sous-groupes et enfin leurs individus ont su stabiliser leurs rapports, donner, recevoir et enfin, rendre. »2 En étudiant les échanges des peuples mélanésiens, Marcel Mauss a su mettre en évidence le fait que la réciprocité était le fondement du lien social. La réciprocité inscrit chaque homme dans une chaîne de dons et de contre-dons où chacun doit aux autres, formant ainsi, à travers une multilatérité de liens, la totalité sociale.

4C’est cette réciprocité que les SEL proposent de redécouvrir. Les SEL sont des associations permettant à leurs membres d’échanger biens et services figurant sur un bulletin d’information par le biais d’une monnaie locale matérialisée par des bons d’échange, formes de reconnaissances de dette.

  • 3 Laurent Maruani (professeur à HEC), Le Monde, 28 septembre 1995.

5Formant un tissu d’échanges monétaires bilatéraux de gré à gré, les SEL pourraient de l’extérieur être assimilés à une organisation locale de marchés où tous seraient en mesure d’échanger dans un but purement matériel. « Les inventeurs de ces réseaux sont plus libéraux que les libéraux », disait même un observateur3. Nous proposons ici d’analyser la nature des échanges SEL afin de mettre en avant leur dimension non marchande. A cet égard une récente condamnation (début janvier 1998) de cette activité sous le motif de’ travail clandestin indique à quel point les représentations « économicistes » sont fortes.

6Les SEL, en organisant une réciprocité, donnent un cadre possible aux coups de main et aux relations d’entraide qui ne pourraient pas exister sans ce médiat.

7En créant du lien social, les SEL créent ainsi des espaces de « vivre ensemble » et de convivialité. Ils permettent de (re)découvrir le principe fondateur du lien social qui forme le tout social : la réciprocité.

8Nous verrons dans un premier temps en quoi les échanges SEL sont mus par deux types de réciprocité, tous deux non marchands. La médiation monétaire des échanges sera ensuite l’objet d’une seconde partie. Par le transfert de créances et de dettes, les SEL créent des liens d’obligations qui fondent un lien social, où chacun est lié au groupe par la dette et le crédit. Cet entrelacs de dettes est alors compris comme facteur de cohésion sociale (troisième partie).

Le don, fondement de la réciprocité

Les échanges SEL ne sont pas du commerce

  • 4 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations [1776], Gallimard, Pari (...)
  • 5 A. Smith, op. cit.

9« La maxime de tout chef de famille prudent est de ne jamais essayer de faire chez soi la chose qui lui coûtera moins à acheter qu’à faire. »4 De cette maxime découle une forme d’organisation sociale dans laquelle chacun est supposé se spécialiser dans le domaine où il est, en termes de rentabilité économique, le plus efficace. La division du travail, qui touche tous les individus (productifs) de la société, implique que ces individus devenus des agents économiques mus par leur égoïsme ne se rencontrent que pour obtenir ce qui leur fait défaut : « Ce n’est pas de la bienveillance du boucher, du marchand de bière et du boulanger, que nous attendons notre dîner, mais bien du soin qu’ils apportent à leurs intérêts. Nous ne nous adressons pas à leur humanité mais à leur égoïsme ; et ce n’est jamais de nos besoins que nous leur parlons mais toujours de leur avantage. [...] Comme c’est ainsi par traité, par troc et par achat que nous obtenons des autres la plupart de ces bons offices qui nous sont mutuellement nécessaires, c’est cette même disposition à échanger qui a dans l’origine donné lieu à la division du travail. »5

  • 6 Marcel Mauss, op. cit., p. 271.

10Cette vision utilitariste de la société inquiète les adhérents des SEL comme elle inquiétait Marcel Mauss dans les années 20 : « Ce sont nos sociétés d’Occident qui ont, très récemment, fait de l’homme un “animal économique”. Mais nous ne sommes pas encore tous des êtres de ce genre. [...] L’homo oeconomicus n’est pas derrière nous, il est devant nous ; comme l’homme de la morale et du devoir ; comme l’homme de la science et de la raison. L’homme a été très longtemps autre chose ; et il n’y a pas bien longtemps qu’il est une machine, compliquée d’une machine à calculer. »6

  • 7 Animateur de SEL’idaire et l’un des premiers membres du SEL de l’Ariège.
  • 8 A Faire, lettre du Réseau de l’économie alternative et solidaire, n° 39, hiver 1997, Actes des renc (...)

11Les membres de SEL font une distinction fondamentale entre le commerce et l’échange alors que dans la pensée libérale ils sont confondus. L’adhésion à un SEL manifeste le désir de s’extraire de la logique mercantile dominante. Les membres de SEL se pensent autrement que comme des « machines, compliquées d’une machine à calculer ». On n’adhère pas à un SEL pour faire des affaires. Ce type de comportement entraîne une forte stigmatisation débouchant parfois sur une exclusion de fait (même si elle n’est pas prononcée ouvertement ; le « profiteur » trouvera de moins en moins de membres du SEL pour échanger). Ainsi le profit, l’intérêt, la rentabilité sont des notions bannies (y compris dans le vocabulaire) des SEL. François Terris7 résume le fonctionnement des SEL ainsi : « Ce n’est plus l’économie de profit, l’économie de mettre de côté, l’économie de s’enrichir, c’est l’économie où on a donné quelque chose à l’autre et où on a reçu quelque chose. On a partagé. On a changé un petit peu notre société, et on a peut-être essayé de remettre d’aplomb les morceaux de la fracture en se rencontrant. On a rencontré l’autre. »8

12Plus généralement tout ce qui, dans le vocabulaire, fait référence au champ de l’économique est le plus souvent éludé. Ainsi certains parleront de « souvenir d’échange » plutôt que de « reconnaissance de dette » ou de « chèque ». Les SEL n’ont pas de « monnaies » mais des « unités de compte », grain, caillou, piaf, etc. On ne parle ni d’« achat » ni de « vente », mais d’« échange ». Bien évidemment toutes les notions économiques n’ont pas pu être évacuées mais l’opposition avec un discours strictement économique est très nette.

Les deux formes de réciprocité du SEL

13Le don est, comme l’a si bien analysé Marcel Mauss, un des fondements du lien social car la triple obligation de donner, recevoir et rendre entretient des liens de dépendance entre les différents membres d’un groupe. C’est cette réciprocité organisée qui densifie les relations sociales.

14Les trois éléments qui forment la relation de réciprocité interviennent à des degrés divers dans le fonctionnement d’un SEL, toutes proportions gardées car il convient de distinguer les « communautés SEL » des communautés étudiées par Marcel Mauss. C’est le rituel qui fait obligation de donner, de recevoir et de rendre dans les sociétés dites « primitives ». En se conformant au rituel on assure, sans en avoir conscience, la cohésion du groupe. Les organisateurs des SEL, en revanche, sont parfaitement conscients de la marche à suivre pour pérenniser le système. L’obligation de donner, recevoir et rendre est perçue comme la condition d’un bon fonctionnement du groupe, comme une assurance de densification des liens.

15Le SEL admet deux types complémentaires de réciprocité. La relation de don/contre-don apparaît dans un premier temps au niveau du groupe. C’est une réciprocité organisée, dont parle Marcel Mauss et qui est le moteur du SEL, que l’on ne va pas trouver dans l’échange d’un bien ou d’un service contre des grains de SEL. En effet, extérieurement, la transaction correspond aux canons de l’économie marchande : deux individus se rencontrent pour échanger, fixent un « prix », l’un « paie », l’autre « encaisse » et la « marchandise » change de « propriétaire ». Mais en réalité, outre les motivations des membres de SEL qui diffèrent sensiblement d’avec la logique marchande, dans le SEL l’échange se traduit par une créance et une dette. Cette dette oblige à rendre non pas à celui qui a donné, mais au groupe tout entier. L’échangiste qui a offert (donné) un bien ou un service n’a pas une créance sur celui qui a débité son compte (qui s’est endetté donc) pour le payer. C’est le groupe qui s’approprie cette créance. Recevoir un service ou un bien, c’est accepter de s’endetter auprès du SEL dans son entier via le compte débité. L’acte de recevoir implique automatiquement le fait de rendre (proposer un service afin de créditer son compte). Le contre-don vise le groupe dans son entier : il vise à « rembourser » le groupe puisque c’est celui-ci qui « juge » de la position financière de chaque compte (dont le solde est publié avec le catalogue des offres et des demandes).

  • 9 Jacques Godbout, « La dette positive dans le lien familial » in Marcel Mauss (collectif), Ce que do (...)
  • 10 Isabelle Guérin, « SEL et insertion », Working Papers, n° 211, Centre Auguste et Léon Walras, Unive (...)
  • 11 Idem.

16A cette triple obligation de donner, de recevoir et de rendre qui se situe entre le membre et l’ensemble du groupe (une réciprocité multilatérale, pourrait-on dire) s’ajoute une autre forme de réciprocité entre les adhérents : une réciprocité bilatérale. Il y a dans l’échange effectué plus qu’une équivalence. Il y a un déséquilibre vécu par les deux parties, exprimant ce que Jacques Godbout appelle un sentiment de dette mutuelle positive : chacun considère devoir à l’autre plus qu’il ne lui a donné9. En quelque sorte, le règlement en monnaie de SEL ne suffit pas à combler la dette morale née de l’échange. En effet, à l’issue de l’échange subsiste un lien : le fait de remplir son bon d’échange ne clot pas la relation entre les deux partenaires, à l’instar d’une relation marchande classique. Nombreux parmi les membres des SEL sont ceux pour qui cette relation se poursuit dans le temps, et pour certains c’est là ce qui distingue la relation d’une relation marchande : « Dans le système normal j’ai un billet, je paie, je suis libérée ; dans le SEL je ne suis pas libérée, je poursuis une relation »10 ou encore : « L’échange débouche toujours sur autre chose, alors que quand je donne un billet de 100 francs, je donne 100 francs et c’est fini. Là on discute forcément de la situation actuelle, de la politique, de l’économie, du SEL... On se rend compte qu’on peut se rendre d’autres services, qui ne passeront pas par le SEL, on s’échange des adresses. »11

17Si l’échange s’est bien passé, ce qui est le cas la plupart du temps, les deux personnes vont essayer de se revoir, soit pour d’autres échanges, soit, parfois, à titre amical. Nombreux sont ceux qui essaient d’abord de voir si une réciprocité ne serait pas possible plutôt que d’utiliser l’unité de compte : « C’est plus pratique, c’est plus spontané, ça permet qu’il y ait vraiment un échange. » Même si cela doit parfois conduire à des échanges qui ne sont pas très « rentables » (une personne fait 80 kilomètres aller-retour pour réparer un lavabo), certains insistent sur la réciprocité, comme si les liens affectifs ne devaient pas être corrompus par des considérations marchandes.

  • 12 Gilles Malandrin, « Les Systèmes d’échange local : du marché au don », mémoire de DEA, Faculté de s (...)

18Cela est corroboré par le fait qu’il existe pour de nombreux adhérents une volonté de ne pas en rester à une stricte équivalence qu’instaure la signature du bon d’échange. Selon notre enquête, après la réalisation d’un service effectué pour eux, 32 % des membres disent faire en sorte d’échanger avec cette personne, en retour. Un fait intéressant est qu’ils sont 61 % à avoir l’habitude d’offrir à boire ou à manger après la réalisation d’un service pour eux12. On peut déceler sous ces deux comportements le fait que la monnaie SEL ne suffit pas à annuler la dette morale, et qu’il y a volonté de ne pas rester sur un rapport « économique », mais de partager un moment d’échanges et de discussions.

19De cette manière, si les échanges au sein du SEL relèvent par définition d’une médiation par la monnaie interne, ils donnent lieu à une multitude d’échanges qui, eux, relèvent du don non « monétarisé » dans le sens où l’unité de compte n’est plus utilisée. Dans le SEL de la Garrigue, 40 % des personnes estiment qu’une partie des échanges se fait de manière informelle, sans que l’unité de compte soit utilisée.

SEL et don de soi

20L’obligation individuelle de rendre, qui entretient la réciprocité dans une relation, entretient par conséquent la relation elle-même et par là même le système de relation tout entier, autrement dit le système social.

  • 13 Marcel Mauss, op. cit., p. 227.
  • 14 Marcel Mauss, op. cit., p. 163.

21L’obligation de rendre, qui manifeste la contrainte la plus immédiate dans l’échange, ne prend sens qu’avec l’obligation de donner et celle de recevoir. Le donataire n’est pas le seul à avoir une dette. Le donateur est également en dette : il doit donner. Pourquoi ? Car « on se donne en donnant, et si on se donne, c’est qu’on se “doit” – soi et son bien – aux autres »13. De ce fait le donataire possède dès lors « une sorte de droit de propriété sur tout ce qui appartient au donateur »14, droit qui oblige le donateur à donner.

  • 15 Bruno Karsenti, Marcel Mauss, le fait social total, PUF, Paris, 1994, p. 42.

22Si on donne parce qu’on se doit, parce que autrui a déjà une forme de propriété sur soi, si autrui doit recevoir pour confirmer l’alliance et enfin s’il doit rendre la partie de l’âme du donateur qu’il a reçue avec le don, « c’est que la vie sociale est commune au sens fort du terme, chacun participant de la vie de l’autre, vivant en l’autre sous la forme de biens pris, donnés, rendus »15.

  • 16 Bruno Karsenti, op. cit., p. 41.

23Cette économie du don mise en place par le SEL met en évidence le lien qui permet de vivre en société, la réciprocité : « L’individu ou le clan considéré globalement s’intègre à un échange circulaire qui le dispose à la fois comme obligé et obligeant, et passe à travers lui comme un flux continu de forces qui le qualifient différemment sans jamais cesser de l’affecter, sous la forme de droits et de devoirs symétriques et contradictoires. »16

24Le SEL intervient pour faciliter le croisement de ces « droits et devoirs symétriques et contradictoires ». Il permet de faire prendre conscience à chacun que la cohésion du groupe ne peut se concevoir que grâce au don de soi de chacun. Ce don est une contrainte, mais c’est cette contrainte qui manifeste l’intégration dans un corps social. Ainsi les membres du SEL qui se contraignent à échanger perçoivent qu’en se pliant à l’obligation ils prennent leur place dans le groupe.

  • 17 Bruno Karsenti, op. cit., p. 47.

25Le corps social est en définitive le bénéficiaire final de l’échange généralisé puisque celui-ci n’a pas d’autre objet que de perpétuer le système social grâce au moteur de la dette : « La dette inexpugnable qui relance perpétuellement le cycle du don, que ce soit du point de vue du donataire ou de celui du donateur, est en fait une dette unanimement éprouvée envers la société comme telle et le corps concret qu’elle décrit. »17

26Nous avons vu jusqu’à présent que le SEL est un système financier de dettes et de créances. Les adhérents sont pris dans un cercle où le « devoir rendre » est organisé par la tenue des comptes en unités internes. Il existe donc une première forme de réciprocité non marchande qui réside dans l’obligation de rendre au groupe tout entier. Mais au-delà même de cette réciprocité vis-à-vis du groupe, le SEL est avant tout générateur d’une réciprocité entre partenaires de chaque échange SEL. L’échange est un lien créé entre deux personnes et peut enclencher une série de cycles d’échanges non « monétarisés ». Il y a donc au moins deux formes de réciprocité : l’une vis-à-vis du groupe et l’autre qui implique des relations bilatérales entre les membres et qui se caractérise par la « sortie » de l’échange du SEL vers le don non médiatisé par la monnaie SEL.

27La triple obligation de donner, de recevoir et de rendre organise des liens de réciprocité. Nous allons voir que derrière la notion de réciprocité se profile celle de dette, qui permet d’instrumentaliser la réciprocité. Les sociétés SEL sont donc caractérisées par des rapports fondés sur le lien plutôt que sur le bien. L’acte d’échanger est plus important que son contenu matériel.

Instrumentalisation financière et la réciprocité: la dette

« L’argent, c’est autrui »

  • 18 « The LETS Info Pack », LETS Link U.K., 1994. Traduction réalisée et distribuée par le SEL pyrénéen (...)

28La réciprocité du don suppose une communauté constituée. L’« entraide » ne concerne que les proches, les voisins, bref des personnes partageant une même histoire (une même culture, les mêmes rites, etc.). La réciprocité ainsi organisée (par la culture qui détermine les rites) devient dans ce cas la condition de pérennisation de la communauté. L’originalité des SEL consiste à constituer des communautés en instrumentalisant la réciprocité du don par introduction de la monnaie. Les fondateurs de SEL considèrent la monnaie non pas comme un instrument de paiement, mais comme un lien dans sa fonction de médiateur d’échanges. « Nous sommes tous habitués à cette idée : l’argent est un moyen d’échange, mais le côté ironique de l’argent conventionnel c’est qu’il entrave l’échange autant qu’il le facilite. Dans une région pauvre en argent, malgré l’existence d’une richesse sous forme de savoir-faire et de ressources, tout échange est bloqué par manque de numéraire. [...] Avant tout le LETS [pour Local Exchange Trading System, le « SEL » en anglais] se contente de réinventer ou de récupérer, en lui donnant la forme d’un service de renseignements, le but original de l’argent en tant que moyen d’échange. »18

  • 19 Karl Marx, « Economie et philosophie. Manuscrits parisiens 1844 » in Philosophie, Gallimard, Paris, (...)
  • 20 Karl Marx, op. cit., p. 189 (souligné par Marx).

29Karl Marx, dans « Economie et philosophie »19, définit l’argent comme le médiateur entre le besoin (qui est selon lui l’affirmation ontologique de la nature de l’homme) et sa satisfaction. Dans cette hypothèse, l’argent aurait deux caractéristiques. D’abord il lie les hommes entre eux : « L’argent est l’entremetteur entre le besoin et l’objet, entre la vie et les moyens de vivre. Mais ce qui sert de médiateur à ma vie médiatise aussi l’existence des autres pour moi. Pour moi l’argent, c’est autrui. »20

30Les hommes doivent se rencontrer pour échanger les biens et services permettant de satisfaire leurs besoins : la monnaie est le médiateur de ces échanges (et donc des rencontres).

  • 21 Karl Marx, op. cit., p. 192.

31La deuxième caractéristique de l’argent, c’est qu’il transforme littéralement les désirs en réalités, c’est-à-dire qu’il crée le besoin dans la mesure où il offre la possibilité de le satisfaire. « [L’argent] transforme mes vœux – êtres imaginaires – et les transfère de leur existence pensée, figurée ou voulue, dans une existence sensible, réelle ; il les fait passer de l’imagination à la vie, de l’être figuré à l’être réel. Cette fonction médiatrice fait de l’argent une puissance véritablement créatrice. »21

32Ces deux caractéristiques de l’argent soulignées par Marx illustrent tout à fait l’utilisation faite par les SEL des monnaies locales. Pensée comme médiateur d’échanges et de rencontres, la monnaie du SEL permet de multiplier ces rencontres à l’infini. En effet, les adhérents des SEL se découvrent sans arrêt de nouveaux besoins parce qu’ils savent à l’avance qu’ils pourront les satisfaire. Apprendre à parler espagnol, suivre des cours sur les chants d’oiseaux ou sur la fabrication des nems ne deviennent des besoins que quand la possibilité de les satisfaire semble effective.

  • 22 Karl Marx, op. cit., p. 191. L’introduction d’une monnaie comme médiateur de réciprocité, la monnai (...)

33La monnaie locale d’un SEL est donc non seulement un outil organisant des rencontres, un lien entre les adhérents ; elle est, de plus, un lien virtuellement inépuisable puisque l’émergence de nouveaux besoins, qu’elle favorise, annonce de nouvelles rencontres. Les SEL font de la monnaie non pas un obstacle à l’échange, comme c’est le cas pour ceux qui sont privés de monnaie, mais un lien social. « Si l’argent est le lien qui m’unit à la vie humaine, qui unit à moi la société et m’unit à la nature et à l’homme, l’argent n’est-il pas le lien de tous les liens ? Ne peut-il pas nouer et dénouer tous les liens ? N’est-il pas, de la sorte, l’instrument de division universel ? Vrai moyen d’union, vrai force chimique de la société, il est aussi la vraie monnaie “divisionnaire”. »22

L’imaginaire de la dette

34La monnaie est rarement matérialisée dans un SEL (sur certains marchés SEL les adhérents reçoivent des « petites coupures » pour les échanges de faible montant). Ce qui s’échange le plus souvent entre les adhérents ce sont des dettes. Les bons d’échange sont des reconnaissances de dette qui, une fois prises en compte par les personnes qui centralisent les opérations, se manifestent par le débit d’un compte et le crédit d’un autre.

35Si la réciprocité – le don/contre-don – est organisée par le rituel et instrumentalisée par la monnaie, le principe fondateur conditionnant le fonctionnement de la réciprocité est la dette.

36Le rituel qui, dans les sociétés dites « primitives », organise le don/contre-don est remplacé dans le SEL par le recours à la monnaie (comme matérialisation des liens entre les protagonistes de l’échange). La monnaie SEL pensée comme outil générant des liens sociaux est l’instrumentalisation du principe fondateur de la réciprocité (la dette). C’est par le recours à la monnaie de SEL que des liens d’endettement mutuels vont être mis en place d’une manière implicite. Comment cette notion de dette peut-elle constituer le principe fondateur de la réciprocité ?

  • 23 Voir notamment Charles Malamoud (dir.), Lien de vie, nœud mortel. Les représentations de la dette e (...)
  • 24 Charles Malamoud, article « Dette », Encyclopaedia Universalis. La mort et la dette sont indissocia (...)

37Dans la littérature anthropologique23, la dette est un lien vertical qui engage le débiteur vis-à-vis du créancier derrière lequel se profile le créancier à qui chacun doit rembourser tôt ou tard sa dette de vie : la mort. « Le souci d’avoir à rembourser l’usurier ou le propriétaire réveille inévitablement l’angoisse que fait naître en l’homme la pensée du créancier ultime, la mort. »24

  • 25 Jean-Marie Thiveaud, « De la foi publique » in Philippe Bemoux et Jean-Michel Servet (dir.), La con (...)

38En effet, les dieux donnent la vie en dépôt aux hommes qui naissent de fait comme un nœud de dettes, vis-à-vis des dieux, mais aussi des ancêtres, des géniteurs, etc. Les rituels d’offrandes et de sacrifices peuvent être perçus comme des « remboursements » destinés aux dieux et aux ancêtres pour les payer en retour du don de la vie, de la santé, de la prospérité, etc., qu’ils nous ont fait. « Le but de la vie est donc cette négociation avec l’univers supérieur pour tenter de réduire l’étreinte du lien étouffant de la dette, pour frayer à l’homme un accès au monde des dieux, obtenir leur crédit par la croyance en eux et nouer, à la place du lacet mortel, une alliance fructueuse avec le monde du sacré. »25

  • 26 Voir par exemple Jean-Michel Servet, « Les avatars d’un dollar chinois », Rapport moral sur l’argen (...)

39Certains paiements en retour peuvent être effectués à l’aide de ce qui s’avérera, aux yeux des anthropologues, à l’usage comme une monnaie (coquillage, pagne, perle, etc.). Il arrive également qu’une monnaie sous sa forme « moderne » (billet de banque) soit utilisée pour des offrandes26.

  • 27 John Brewer et Laurence Fontaine, « Homo creditus et construction de la confiance au xviiie siècle  (...)

40Ce lien de dette qui relie prêteur et emprunteur donne une nouvelle dimension à ce qu’il est convenu d’appeler la finance : celle-ci apparaît ainsi d’abord comme un phénomène anthropologique qui dépasse le champ de l’économie dans lequel on la cantonne habituellement. Ce n’est finalement que récemment que l’on considère la dette comme une donnée du bilan de l’entreprise, reflétant son assise financière. Ainsi, « l’acte de prêter et d’emprunter n’est pas seulement un échange d’argent mais aussi un échange culturel. C’est-à-dire que les relations de crédit, donc de dettes, si elles sont économiques, sont aussi des relations sociales hautement personnalisées »27.

Une vision antiutilitariste des échanges

  • 28 Idée que l’on doit tout particulièrement à Karl Polanyi : « Dans les autres civilisations et cultur (...)

41Le libéralisme économique, en faisant l’apologie de la rationalité (homo oeconomicus), a introduit l’idée d’équivalence dans l’échange. Alors que les échanges économiques étaient imbriqués28 dans le social, l’avènement de l’individualisme libéral érige l’échange économique en une réalité autonome qui fait abstraction de tout cadre socioculturel. L’échange économique existe dans un monde où tout lien est censé s’achever quand l’échange prend fin (les seuls liens que les « hommes économiques » – mus par leur intérêt – conçoivent sont des liens commerciaux) : dettes et créances sont pensées uniquement d’un point de vue utilitariste et contractuel et non comme un engagement réciproque, un lien de vie selon l’expression de Charles Malamoud. L’échange marchand représente un transfert de droit de propriété. Aucun des échangistes n’est endetté après l’échange, aucune obligation réciproque ne vient sceller un pacte d’alliance. Même si la vente a lieu à crédit, une fois le crédit remboursé le débiteur sera quitte.

42De l’imaginaire de la dette lien de vie ou nœud mortel nous n’avons retenu que l’aspect de dette-contrainte :

  • « Est-ce que les personnes s’endettent facilement dans le SEL ?

    • 29 Un animateur du SEL de Villeneuve d’Asq, 28 juillet 1997 (nos italiques).

    C’est dur ; je suis le seul à être dans un compte de grande négativité. Il faut bien faire fonctionner, donc je donne. Les premiers membres du SEL, les piliers, commencent à comprendre qu’il faut être en négatif pour permettre du positif mais il faut toujours que l’équilibre soit là. Et les gens qui sont toujours en positif, il faut leur faire comprendre que ça sert à rien de thésauriser, elles [leurs unités monétaires mesurées en feuilles en l’occurrence] ne feront pas de petits, il faut les utiliser. Mais ils craignent de s’endetter, c’est le traumatisme bancaire classique, on a peur, on est aux aguets du découvert. »29

43Les utilisateurs des SEL opposent à la vision libérale des échanges une approche partant du constat que la monnaie, c’est autrui, c’est-à-dire qu’elle est désirable non pas pour elle-même mais comme outil facilitant les échanges (sociaux... et économiques), densifiant le tissu social. Les systèmes d’échange local apparaissent donc pour pallier une situation de crise qui se traduit pour nombre de personnes par une pénurie d’argent (et de liens sociaux). Ces SEL organisent une densification des relations au sein du groupe local pratiquant ce type d’échange car ils redonnent à la monnaie, à travers les liens de dette/créance qu’elle organise et les liens de confiance qu’elle construit, sa fonction de ciment social.

44La socialité primaire reprend ici son plein rôle de socle des liens sociaux par le biais des liens de dette. Le « devoir rendre » qui lie le créancier et le débiteur constitue un puissant facteur de cohésion au sein du groupe.

Le « devoir rendre » facteur de cohésion sociale : importance de la médiation du groupe

Le lien de dette

45L’entrelacs des dettes et des créances fait lien : le débiteur existe socialement par sa dette ; de même pour le créancier et sa créance. La force de ces échanges locaux est d’organiser un entrelacs de dettes et créances qui fait système, c’est-à-dire un entrelacs organisé.

  • 30 Voir la conclusion de Philippe Bernoux dans La construction sociale de la confiance, ibid.

46Rabelais, dans un passage du Tiers Livre, souligne la force de la dette comme lien : « Chez les humains il n’y en aura pas un pour sauver l’autre ; il aura beau crier “A l’aide ! au feu ! à l’eau ! au meurtre !” personne n’ira à son secours. Pourquoi ? Il n’avait rien prêté, on ne lui devait rien. »30

  • 31 Marcel Mauss, op. cit., p. 155.

47Tout don est porteur d’un contre-don futur du fait du poids de la dette. Ce lien de dette, qui peut être lien de vie, devient nœud mortel en cas de non-remboursement et ce surtout lorsqu’il est perçu comme l’affirmation d’une supériorité, c’est-à-dire lorsqu’il met face à face des personnes ou des groupes désireux d’affirmer leur position dans la hiérarchie sociale. Dans pareil cas le créancier dispose du pouvoir de contraindre le débiteur à rembourser. La verticalité de cette relation de pouvoir se traduit entre autres en termes de prestige. Ainsi lors de la cérémonie du potlatch les chefs ne cessent de (re)donner, de s’endetter mutuellement pour affirmer leur supériorité. La succession de don/contre-don débouche sur la reconnaissance d’un vainqueur, le créancier, et d’un vaincu, le débiteur. « [...] deux éléments essentiels du potlatch proprement dit sont nettement attestés : celui de l’honneur, du prestige du “mana” que confère la richesse, et celui de l’obligation absolue de rendre ces dons sous peine de perdre ce “mana”, cette autorité, ce talisman et cette source de richesse qu’est l’autorité elle-même. »31

Le poids de la dette

  • 32 Charte d’adhésion du SEL Lyon Rive gauche ; ce type d’avertissement est commun à tous les SEL.

48L’objet du SEL étant de densifier les rapports entre les personnes, il est donc indispensable de se prémunir contre toute manifestation du lien de dette comme nœud mortel sans pour autant laisser se multiplier de manière incontrôlée les dettes de chacun. La mise en place d’un seuil d’endettement maximum limite les positions par trop déséquilibrées. L’obligation de rendre, qui fait écho au don (et qui permet de créditer un compte pour le redébiter ultérieurement), ne met pas face à face les deux protagonistes d’un échange l’un comme créancier et l’autre comme débiteur. Car si un échange SEL se traduit invariablement par la définition d’un créancier et d’un débiteur, ceux-ci ne sont pas liés l’un à l’autre. Le lien financier ne se matérialise pas bilatéralement car le groupe se positionne comme médiateur. Dettes et créances ne prennent sens que par rapport au groupe. Lors d’un échange avec bon d’échange, celui-ci est fractionné en trois volets. La partie envoyée aux organisateurs du SEL qui gèrent les transferts de comptes à comptes constitue le contrôle du groupe sur l’échange. Ce contrôle est double. D’abord, même si « le déroulement d’un échange est placé sous la seule responsabilité civile et individuelle des deux parties, et n’engage pas la responsabilité de l’association »32, des questions sont fréquemment soulevées en assemblées pour connaître la limite entre ce qu’il est autorisé d’échanger et ce que le groupe choisit de ne pas accepter (par exemple le prêt d’argent, les échanges d’animaux, etc.). Ensuite, et c’est là le point essentiel soulevé plus haut, le groupe est présent dans l’échange comme un tiers invisible atténuant le poids de la dette et faisant de celle-ci un lien plutôt qu’une contrainte. Le poids de la dette est ressenti moins vivement vis-à-vis d’un collectif que d’un individu. Cependant, la contrainte de rembourser est toujours présente car si le groupe ne fait pas ressentir le poids de la dette (comme dans le potlatch par exemple, où on cherche à affirmer sa supériorité en endettant l’adversaire), en revanche ne pas rembourser conduit à subir l’opprobre collectif.

Le tiers inclus garant de la réciprocité

  • 33 Voir Marcel Mauss, op. cit., p. 158.
  • 34 Marcel Mauss, op. cit., pp. 159-160.

49Cette image du tiers inclus dans l’échange et pourtant invisible, qui garantit en quelque sorte la réciprocité sous peine de mesures de rétorsion (mise à l’écart du groupe généralement), a été partiellement mise en évidence par Marcel Mauss dans son interprétation d’un témoignage maori recueilli par R.E. Best33. Le texte maori décrit une succession d’échanges caractérisés par la contrainte de rendre une fois que l’on a reçu, car les objets échangés (taonga) ont un esprit (hau) : le contre-don permet à l’esprit de l’objet de revenir à sa source : « Ce qui, dans le cadeau reçu, échangé, oblige, c’est que la chose reçue n’est pas inerte. Même abandonnée par le donateur, elle est encore quelque chose de lui. Par elle, il a prise sur le bénéficiaire, comme par elle, propriétaire, il a prise sur le voleur. Car le taonga est animé du hau de sa forêt, de son terroir, de son sol [...]. Au fond c’est le hau qui veut revenir au lieu de sa naissance, au sanctuaire de sa forêt et du clan et au propriétaire. »34

  • 35 Marcel Mauss, op. cit., p. 159.
  • 36 Idem.

50L’esprit de la chose échangée (le hau), qui apparaît comme « intervention d’une tierce personne »35 contraignant à donner en retour, est le fruit d’usages, de coutumes, de rites magiques ayant pour objet de stabiliser les rapports d’échanges, de les rendre durables. L’usage de la « magie » est l’expression du groupe qui cherche à conserver la cohérence que la réciprocité (le don/contre-don) entretient. Si la sanction qui menace celui qui ne paie pas sa dette est d’ordre « magique » (ensorcellement car « le hau poursuit tout détenteur »36), la manifestation concrète de cette sanction est le rejet du groupe du fait du « mauvais œil ».

  • 37 Guy Nicolas, Du don rituel au sacrifice suprême, La Découverte/MAUSS, Paris, 1996, p. 20.

51« [Marcel Mauss] orientait toute l’analyse vers une conception de la loi du don en termes de contrat interpersonnel, alors que l’introduction d’un tiers donateur/donataire évoqué par l’informateur maori restituait au jeu du don et du contre-don sa dimension constitutive d’un réseau social. En effet, les sociétés qui privilégient la règle du don protocolaire se fondent sur des réseaux de rapports sociaux entremêlés et multipliés jusqu’aux limites de la communauté, dont leurs confins définissent les contours. »37

52Ainsi, par le biais de la « magie » le groupe peut dans la société maori contrôler la réciprocité de l’échange. A la « magie » le SEL substitue un bon d’échange à trois volets qui, tout en garantissant des rapports d’endettement sans assujettissement, assure une réciprocité dans les échanges. Cette réciprocité fonde la « société SEL » au même titre qu’elle fonde la société maori.

  • 38 Idem.

53« On n’est solidaire que d’un parent ou d’un allié. Une société est avant tout un ensemble d’alliés liés par des promesses tenues, le poids de leur parole, concrétisée par la restitution du don reçu, de fête en fête, de rendez-vous en rendez-vous, de génération en génération. »38

Le SEL, un système financier d’endettement croisé

54La force du SEL est de faciliter la mise en place d’un système financier d’endettement croisé (système de relation d’endettement mutuel médiatisé par une monnaie) reposant sur un devoir rendre garanti par le groupe. Ce devoir rendre ne s’inscrivant pas dans un lien bilatéral, il n’est pas aliénant et, au contraire, renforce les liens des personnes vis-à-vis du groupe en créant un réseau d’alliances.

55Cette logique de don mutuel, d’endettement mutuel n’est pas le réapprentissage du lien social ou sa rematérialisation spontanée, le retour naturel vers un état social plus humain, elle procède d’une volonté politique. Remplacer le système de paiement par un système d’endettement permet d’inscrire les relations dans l’ordre de la finance (au sens anthropologique de système de créances et de dettes) par opposition au modèle libéral qui présuppose l’équivalence/1’interchangeabilité entre les acteurs et où les liens d’échange ne perdurent pas après l’acte d’échange : dette et créance sont éteintes après l’échange soit de fait, soit par contrat (obtention de crédit qui n’engage que juridiquement alors que dans des sociétés d’endettement le crédit engage socialement – la pression sociale étant plus forte dans le second cas puisque la sanction est le bannissement).

Conclusion : le sel permet d’évaluer le « prix du gratuit »

  • 39 Marcel Mauss, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1995, pp. 152-153.

56Bénéficier d’un don peut être vécu comme une contrainte. En effet, le don correspond fréquemment de la part du donateur à l’affirmation d’une supériorité39 (c’est notamment l’objet du potlatch) ; le bénéficiaire est contraint de rendre plus sous peine de perdre la face. Même le don oblatif peut être ressenti comme une contrainte, une perte de dignité par son bénéficiaire : accepter de recevoir la charité, c’est renoncer à un peu de son amour-propre. L’usage de la monnaie dans un SEL introduit un médiateur dans l’échange. Le devoir rendre consubstantiel du don n’est pas adressé à quelqu’un mais au groupe dans son entier, ce qui est bien moins contraignant. La dette est libellée en monnaie de SEL. Ce fonctionnement facilite des échanges, qui pour certains apparaissent comme des dons (de temps, de formation, de savoirs, d’objets) des personnes socialement les mieux insérées vers les plus en marge (il arrive fréquemment que des membres de SEL se contraignent à consommer des biens ou des services uniquement pour qu’une personne un peu en marge du système puisse s’enrichir et donc échanger). L’introduction d’un tiers dans l’échange, le groupe SEL qui se matérialise dans l’outil monétaire, permet d’échanger des services ou des biens qui ne sont pas équivalents non dans une logique de profit (ou de domination), mais dans une logique de solidarité et sans perte de dignité. Le don est médiatisé par la monnaie de SEL. Celle-ci permet finalement d’évaluer ce que « coûte » le don, le prix du gratuit en quelque sorte, qui mesure l’estime que l’on a de l’autre.

57Dans le cadre d’un SEL, ce n’est pas le travail qui donne une place dans le groupe. L’identité des personnes se fonde sur l’intensité des échanges (et sur leur caractère réciproque) auxquels elles participent. Ce sont les liens de dette, qui s’appuient sur un climat de confiance sous-tendu par une double proximité géographique et « idéologique », qui fondent le lien social.

  • 40 Jean-Michel Servet (dir.), Une économie sans argent : les Systèmes d’échange local.

58La notion de réciprocité est d’autant plus importante qu’elle concerne dans les SEL une forte proportion de personnes à faibles revenus. L’insertion dans un système de réciprocité organisée permet aux personnes en difficulté de créer un réseau de connaissances et d’entraides dépassant alors largement la dimension « économique ». Le quotidien est amélioré, tant au niveau social que matériel40.

59Dans cette optique, le lien financier n’est qu’une matérialisation du lien social. L’acte de paiement ou d’endettement est pensé comme la prémisse d’une relation. Le rapport d’échange dans le SEL ne débouche pas sur la rupture d’un lien comme c’est le cas dans le rapport d’échange économique traditionnel (par le paiement) mais sur l’affirmation d’une relation d’alliance qui déborde le cadre strictement économique pour investir le champ du social par l’affirmation du partage de valeurs communes.

Notes

1 Alain Caillé et Jacques Godbout, L’esprit du don, coll. Textes à l’appui, La Découverte, Paris, 1992, p. 270.

2 Marcel Mauss, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1995 [1924], p. 278.

3 Laurent Maruani (professeur à HEC), Le Monde, 28 septembre 1995.

4 A. Smith, Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations [1776], Gallimard, Paris, 1991.

5 A. Smith, op. cit.

6 Marcel Mauss, op. cit., p. 271.

7 Animateur de SEL’idaire et l’un des premiers membres du SEL de l’Ariège.

8 A Faire, lettre du Réseau de l’économie alternative et solidaire, n° 39, hiver 1997, Actes des rencontres des 31 mai et 1er juin 1996 à Marseille, « Economie citoyenne, économie solidaire, économie durable », p. 30.

9 Jacques Godbout, « La dette positive dans le lien familial » in Marcel Mauss (collectif), Ce que donner veut dire. Don et intérêt, La Découverte, Paris, 1993, p. 238.

10 Isabelle Guérin, « SEL et insertion », Working Papers, n° 211, Centre Auguste et Léon Walras, Université Lumière Lyon 2, janvier 1997.

11 Idem.

12 Gilles Malandrin, « Les Systèmes d’échange local : du marché au don », mémoire de DEA, Faculté de sciences économiques et de gestion, Université Lumière Lyon 2, septembre 1997

13 Marcel Mauss, op. cit., p. 227.

14 Marcel Mauss, op. cit., p. 163.

15 Bruno Karsenti, Marcel Mauss, le fait social total, PUF, Paris, 1994, p. 42.

16 Bruno Karsenti, op. cit., p. 41.

17 Bruno Karsenti, op. cit., p. 47.

18 « The LETS Info Pack », LETS Link U.K., 1994. Traduction réalisée et distribuée par le SEL pyrénéen Canterate.

19 Karl Marx, « Economie et philosophie. Manuscrits parisiens 1844 » in Philosophie, Gallimard, Paris, 1994.

20 Karl Marx, op. cit., p. 189 (souligné par Marx).

21 Karl Marx, op. cit., p. 192.

22 Karl Marx, op. cit., p. 191. L’introduction d’une monnaie comme médiateur de réciprocité, la monnaie SEL en l’occurrence, peut être perçue comme un facteur de « marchandisation » des échanges : on objectiverait des rapports interpersonnels pour aboutir à ce que Marx appelait le fétichisme de l’argent. Si nous adhérons aux prémisses du raisonnement de Marx, nous nous démarquons de ses conclusions en considérant que l’usage de la monnaie de SEL contribue non pas à déshumaniser les échanges, mais au contraire à créer des liens entre les personnes, cela d’abord par l’organisation d’échanges qui n’existaient pas auparavant. Loin de réifier les échanges, la monnaie SEL contribue à les humaniser.

23 Voir notamment Charles Malamoud (dir.), Lien de vie, nœud mortel. Les représentations de la dette en Chine, au Japon et dans le monde indien, Editions de l’Ecole des hautes études en sciences sociales, Paris, 1988.

24 Charles Malamoud, article « Dette », Encyclopaedia Universalis. La mort et la dette sont indissociablement liées : « Dans l’Inde, la mort est associée à la dette non pas en tant qu’elle est le moyen ultime de s’y soustraire, ou même, dans le cas du suicide d’accompagnement, de briser dans un emportement de gratuité la “spirale” de la relation créancier-débiteur. Elle est présente, sous la figure de Yama, comme le créancier initial et final, celui auquel on ne peut pas ne pas penser et qu’on invoque nécessairement, chaque fois que l’on se sent en quelque manière endettté : le brahmanisme ne manque pas une occasion de nous rappeler que “devoir”, c’est avant tout et en fin de compte, “devoir mourir” ». Charles Malamoud (dir.), Lien de vie..., p. 13.

25 Jean-Marie Thiveaud, « De la foi publique » in Philippe Bemoux et Jean-Michel Servet (dir.), La construction sociale de la confiance, AEF/Montchrestien, Paris, 1997.

26 Voir par exemple Jean-Michel Servet, « Les avatars d’un dollar chinois », Rapport moral sur l’argent dans le monde, AEF, Paris, 1996. La crémation de monnaie (y compris des faux dollars, vrais objets de sacrifices) est une forme courante de sacrifice fait auprès des divinités pour célébrer des fêtes... ou pour constituer un « capital de vie ».

27 John Brewer et Laurence Fontaine, « Homo creditus et construction de la confiance au xviiie siècle » in Philippe Bernoux et Jean-Michel Servet (dir.), La construction sociale de la confiance, AEF/Montchrestien, Paris, 1997.

28 Idée que l’on doit tout particulièrement à Karl Polanyi : « Dans les autres civilisations et cultures, ce que nous appelons phénomènes économiques n’est pas distingué des autres phénomènes sociaux, n’est pas érigé en un monde distinct, en un système, mais se trouve dispersé et étroitement imbriqué (embedded) dans le tissu social. » Louis Dumont, préface de La grande transformation, Karl Polanyi, Gallimard, Paris, 1988 [1944].

29 Un animateur du SEL de Villeneuve d’Asq, 28 juillet 1997 (nos italiques).

30 Voir la conclusion de Philippe Bernoux dans La construction sociale de la confiance, ibid.

31 Marcel Mauss, op. cit., p. 155.

32 Charte d’adhésion du SEL Lyon Rive gauche ; ce type d’avertissement est commun à tous les SEL.

33 Voir Marcel Mauss, op. cit., p. 158.

34 Marcel Mauss, op. cit., pp. 159-160.

35 Marcel Mauss, op. cit., p. 159.

36 Idem.

37 Guy Nicolas, Du don rituel au sacrifice suprême, La Découverte/MAUSS, Paris, 1996, p. 20.

38 Idem.

39 Marcel Mauss, « Essai sur le don » in Sociologie et anthropologie, PUF, Paris, 1995, pp. 152-153.

40 Jean-Michel Servet (dir.), Une économie sans argent : les Systèmes d’échange local.

Auteurs

Economiste, Doctorante, Centre Auguste et Léon Centre Walras, Université Lumière-Lyon 2.

Economiste, Doctorant, Centre Auguste et Léon Centre Walras, Université Lumière-Lyon 2.

Economiste, Doctorant, Centre Auguste et Léon Centre Walras, Université Lumière-Lyon 2.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable