Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé au risque du marché

 | 
Jean-Daniel Rainhorn
, 
Mary-Josée Burnier

Regards sur le futur

Demain, grand-mère, tu auras cent vingt ans !

Barbara Polla et Ewa Mariéthoz

Texte intégral

1Notre espérance de vie a doublé depuis un siècle. Plus un an tous les trois ou quatre ans. Nous pouvons donc aujourd’hui espérer vivre – presque – assez longtemps pour réaliser nos rêves les plus lointains… Alors que l’on entend parler partout, d’un air très préoccupé, de vieillissement de la population, l’on pourrait aussi se réjouir, se féliciter de ce magnifique cadeau de vie supplémentaire, une vraie bonne surprise, la cerise sur le gâteau ! D’autant plus que longévité rime avec qualité. Cette augmentation de la durée de vie est généralement associée, en Suisse comme au Japon, à une excellente qualité de vie, et l’espérance de vie sans handicap continue de croître plus vite que l’espérance de vie elle-même.

Longévité n’est pas immortalité

2La réalité est indéniable : un bébé fille qui naît aujourd’hui en Suisse par exemple a une espérance de vie de 89 ans, et un garçon, de 84 ans. Le Japon compte plus de dix mille centenaires – ils devraient atteindre le million dans les pays développés à l’horizon de 2020 – et « mourir de vieillesse en bonne santé » devient un objectif de fin de vie réaliste et naturel. Il ne s’agit pas d’immortalité, mais de bonheurs modestement durables. Car même si l’on vit jusqu’à cent ou cent vingt ans, la mort est toujours au bout du chemin. Mais comme le dit si bien Hisachi Tauchi, ancien directeur de la faculté de médecine de l’université d’Aichi, au Japon : « Plus l’homme vit longtemps, plus les souffrances de la mort sont réduites. La vieillesse offre un trépas heureux. » Toute la question de la longévité est donc ceinte par la qualité – y compris celle de la mort – et non pas par celle de l’immortalité.

L’inversion de la pyramide des âges

  • 1 VALLIN J., La Population mondiale la Découverte, collection « Repères », Paris, France, 124p ; 1995 (...)
  • 2 Démographie.ch : http://www.demographie.ch/ ; Données de Office fédéral de la statistique, Neuchâte (...)

3La pyramide des âges est utilisée par les démographes pour visualiser la répartition d’une population par âge et par sexe. Chaque groupe d’âge est figuré par un rectangle dont la surface est proportionnelle à son effectif au sein d’une population. La pyramide des âges de la population mondiale montre une base large (c’est-à-dire une proportion importante d’enfants et de jeunes), puis se rétrécit progressivement vers un sommet étroit (c’est à dire un nombre relativement faible de personnes âgées et très âgées). Mais cette apparente régularité de la pyramide mondiale des âges résulte de l’addition de situations très différentes et dissimule des disparités importantes selon les continents1. En Suisse, comme dans l’ensemble des pays développés, la pyramide des âges n’a plus du tout la forme d’une pyramide puisque sa base est plus petite que sa partie moyenne, témoignant d’une baisse de la fécondité (le nombre d’enfants est moins élevé et est même devenu – dans de nombreux pays d’Europe – inférieur au seuil permettant le renouvellement des générations). Un autre phénomène est particulièrement remarquable : l’accroissement de la longévité individuelle et, donc, du nombre de personnes âgées2. Dans les pays riches, comme en Suisse, on observe une croissance constante du nombre des personnes de plus de 60 ans qui devrait presque doubler entre 1980 et 2020 (figure 1). Si le nombre de personnes vivant entre 65 et 79 ans reste relativement stable, c’est celui des personnes vivant au-delà de 80 ans qui croît de manière significative.

  • 3 KREPS S., MARIÉTHOZ E., BAKONYI M., POLLA B.S., « Effects of Ageing Population on Individual and Gl (...)
  • 4 WHITFIELD K.E., FILLENBAUM G.G., PIEPER C., ALBERT M.S., BERKMAN L.F., BLAZER D.G., ROWE J.W., SEEM (...)

4La question se pose dès lors de savoir comment gérer efficacement l’augmentation de la longévité pour qu’elle soit réellement un cadeau de vie non seulement pour chaque individu qui en bénéficie, mais aussi pour l’ensemble de la société. Ce sera là probablement l’une des questions sociales les plus importantes de ce début de millénaire. Comment gérer l’inversion de la pyramide des âges et l’apparente instabilité qu’elle instaure ? Comment modifier l’organisation de nos sociétés développées de façon à s’adapter rapidement aux nouvelles donnes démographiques et intégrer harmonieusement cette inversion ? Comment concilier ce que nous avons appelé dans nos précédents travaux3 le « développement durable individuel » (c’est-à-dire le développement qualitatif de la personne dans la durée ou successful aging américain4) et le développement durable global ? Comment faire bénéficier les plus jeunes des connaissances, des compétences et de l’expérience acquises par les plus âgés, pour le mieux-être de tous ? Comment ne pas compromettre l’avenir par le poids croissant des retraites ? Pour répondre à des questions aussi fondamentales et trouver des solutions pour moduler l’effet social ou économique du vieillissement, il faudrait d’abord être en mesure de comprendre les fondements même de l’augmentation de la longévité, ce qui est une approche indispensable pour essayer de réduire l’effet des maladies liées au vieillissement et de préserver l’autonomie des personnes âgées. Or rien n’est moins simple, car la définition du vieillissement reste multifactorielle et variable.

Figure 1
Évolution de la pyramide des âges en Suisse de 1980 à 2020 en fonction du nombre d’habitants

Figure 1Évolution de la pyramide des âges en Suisse de 1980 à 2020 en fonction du nombre d’habitants

Figure A : la pyramide des âges en 1980 : baisse régulière de la fécondité depuis une vingtaine d’années

Figure B : la pyramide des âges en 2000 : fécondité stable avec augmentation importante de la population active (entre 25 et 60 ans)

Figure C : la pyramide des âges en 2020 (projections) : baisse de la fécondité avec augmentation importante de la population de plus de 50 ans.

  • 5 MARTY, R., Gènes, environnement et vieillesse. Reproduction humaine et hormones, IX 71-80 ; ROBERT, (...)
  • 6 BORTZ W.M. Aging as Entropy. Exp Gerontol 21, 321-328; TOUSSAINT O., RAES M., REMACLE J. 1991. Agin (...)

5Le vieillissement, déterminé par nos gènes et modulé par notre environnement, peut être chronologique (nombre d’années vécues), démographique (nombre de personnes de plus de 65 ans) ou biologique (ce sont les mécanismes mêmes du vieillissement qui sont pris en compte). Le vieillissement biologique correspond à la somme des altérations anatomiques, histologiques et physiologiques, survenues au cours du temps, au sein des différents types cellulaires, dans les différents organes et systèmes. Des définitions plus larges du vieillissement prennent davantage en compte la perte progressive mais généralisée de la complexité dans les dynamiques qui régulent les 282 échanges et les fonctionnements des différents organes, les altérations de la réponse aux changements externes tels que le stress5, ou la perte généralisée de l’entropie6. Mais une chose est certaine : le vieillissement ne peut se définir par un âge limite, et cela la tendance à l’inversion de la pyramide des âges le souligne bien : lorsque l’on vit jusqu’à 120 ans, à 65 ans, on est jeune, très jeune !

Le « phénomène longévité » et les théories du vieillissement

6Le « phénomène longévité » (doublement de l’espérance de vie en un siècle) n’a été – et c’est bien pourquoi il est un phénomène – ni voulu, ni prévu, ni planifié, ni même imaginé. Il est apparu beaucoup trop rapidement pour être d’origine génétique. Il ne répond à aucune volonté, fusse-t-elle celle d’une poignée de savants fous ou de politiciens à la dérive. La diminution de la mortalité infantile et maternelle, les progrès techniques et d’hygiène fondamentale contribuent certes au processus, mais l’augmentation de la longévité individuelle reste un facteur prépondérant. Le phénomène est donc là, comme une réalité soudaine, encore inexpliquée, probable conséquence de modifications ignorées de notre environnement global. Ainsi, quand bien même la majorité d’entre nous aurait tendance à considérer les modifications récentes de notre environnement comme négatives, voilà qu’elles nous permettent de vivre aujourd’hui vingt ans de plus qu’hier à peine !

  • 7 VESELKOVA I.N., ZEMLIANOVA E.V., KOROTKOVA A.V., POGORELOVA E.I., SAGRADOV A.A., The Effect of Medi (...)
  • 8 MEDVEDEV, Z. A., An Attempt at Rational Classification of Theories of Ageing, Biol Rev 65, 375-8 ; (...)

7Ainsi, le rôle positif de la qualité de l’environnement social, des système de santé et de soins (hygiène, vaccinations, traitements efficaces des maladies infectieuses, diminution de la mortalité infantile), et de la prospérité économique, peut se lire – en négatif – dans la perte rapide de longévité en Russie, qui est associée aux modifications, rapides elles aussi, du système de soins et de l’organisation sociale7. Mais l’argument social ne résiste pas toujours à un examen plus attentif. Tout d’abord, on constate que l’augmentation de la longévité s’observe aussi dans les populations des pays en voie de développement et ce phénomène va se généraliser sur l’ensemble du globe d’ici 2020. Certaines études suggèrent l’intervention de facteurs généralement ignorés dans l’augmentation de la longévité : il s’avère par exemple que la plupart des centenaires ont été particulièrement actifs professionnellement parlant, mais aussi que le fait de vivre hors institution favorise également la longévité. Les centenaires sont généralement urbains, mais certaines « niches » de centenaires que l’on trouve en Italie ou en Grèce notamment sont représentatives de milieux ruraux particulièrement modestes. Ces quelques observations soulignent la complexité du « phénomène longévité » et rendent compte du nombre impressionnant de théories du vieillissement : elles ne sont pas moins de 300 aujourd’hui à essayer d’expliquer une réalité qui reste pourtant largement incomprise. Ces théories peuvent être regroupées en théories évolutionnistes, descriptives, génétiques et environnementales8.

Théories évolutionnistes

  • 9 TOLMASOFF J.M., ONO T., CUTLER R.G., Superoxide Dismutase : Correlation with Lifespan and Specific (...)

8Les théories évolutionnistes étudient la longévité des différentes espèces. Elles se proposent d’expliquer les principales causes du vieillissement « public » (valables pour plusieurs espèces). Elles ont établi, par exemple, que la longévité des différentes espèces est inversement proportionnelle à la taille de l’animal, à la rapidité de son métabolisme, à la quantité de radicaux libres de l’oxygène (RLO) des cellules des différents organismes (voir aussi : théories environnementales), et à l’apport calorique, alors que l’efficacité d’élimination des RLO et la capacité d’autoréparation sont quant à elles proportionnelles à la durée de vie des espèces9.

Théories descriptives

  • 10 FRANCESCHI C., BONAFE M., VALENSIN S., OLIVIERI F., DE LUCA M., OTTAVIANI E., DE BENEDICTIS G., Inf (...)
  • 11 MALLOUK Y., VAYSSIER-TAUSSAT M., BONVENTRE J.V., POLLA B.S., 1999. Heat Shock Protein 70 and ATP as (...)
  • 12 FAVATIER F., POLLA B.S., Protéines de stress et vieillissement. L’année gérontologique 217-224, 199 (...)

9Les théories descriptives observent les altérations survenues en fonction de l’âge, au niveau des cellules, des tissus et des organes10. Ces altérations empêchent le fonctionnement correct de la cellule, qui ne remplit plus ses fonctions biologiques, et conduisent à une accumulation des composantes cellulaires modifiées (error accumulation). La cellule dispose cependant de nombreux mécanismes visant à éliminer ce type d’altérations. Les proteins dites du choc thermique (heat shock proteins), ou protéines de stress, en font partie11. Les protéines de stress jouent un rôle important dans la restauration de la conformation native des protéines et/ou dans l’élimination des protéines irréparables. Leur synthèse et leur efficacité d’action diminuent en fonction de l’âge, ce qui contribue à l’aggravation du chaos cellulaire provoqué par l’altération des protéines cellulaires12. Le maintien d’un niveau élevé de ces protéines de stress pourrait ainsi contribuer au successful aging.

Théories génétiques

  • 13 ISHIKAWA F., Aging Clock : the Watchmaker’s Masterpiece. Cell Mol Life Sci 57, 698-70 ; SHERR C.J., (...)

10Les théories génétiques postulent que le vieillissement est dû à une perte progressive de l’information génétique. L’ « usure » du matériel génétique pourrait être soit mécanique (erreurs de transmission de l’information, altérations du matériel génétique), soit programmée (arrêt du cycle cellulaire et de l’expression des vitagènes ou des gérontogènes). Les théories qui soulignent que le vieillissement est un phénomène génétiquement programmé se fondent notamment sur l’observation de la perte systématique de la partie terminale des chromosomes, les télomères13. La cellule serait munie d’une « horloge biologique » qui déterminerait qu’à chaque division cellulaire, la longueur des télomères diminue : le programme réplicatif prévoirait ainsi que le nombre de divisions cellulaires soit limité.

Théories environnementales : prépondérance de la théorie radicalaire

  • 14 MELOV S., Mitochondrial Oxidative Stress. Physiologic Consequences and Potential for a Role in Agin (...)

11Les théories environnementales quant à elles s’intéressent aux facteurs de l’environnement, externe ou interne, responsables des altérations observées au cours du vieillissement, et les RLO sont aujourd’hui considérés comme d’importants facteurs environnementaux du vieillissement14. L’oxygène, indispensable à notre survie d’êtres aérobies, est continuellement métabolisé en des produits très réactifs – les radicaux libres, RLO – et potentiellement toxiques. Ces RLO sont formés au cours de l’ensemble de nos métabolismes qui consomment de l’oxygène. La toxicité des RLO peut s’exercer à l’égard de l’ensemble des structures cellulaires : les lipides, entraînant la peroxydation lipidique qui conduit à une rigidification des membranes des cellules ; les protéines, constituants des cellules et de la matrice extracellulaire ; l’ADN, qui est particulièrement sensible aux RLO, et plus particulièrement au radical hydroxyle, dont la production est favorisée en présence de fer ; et les mitochondries, véritables poumons de la cellule, à la fois usines d’énergie et carrefours entre vie et mort cellulaires, à la fois productrices de radicaux et extraordinairement sensibles à l’attaque radicalaire qu’elles peuvent elles-mêmes engendrer.

adie,n11" tre derouver dme dann1ancrimagiy ae notammenos gèneilà qu avec quali,e que tn1 bodyftn4" hcellulaiongévité eêtre de de sétabolisé ef"s="te vieieilllidtivemenéral nombreux pa ou de h àe, peut êtère par exemple que âgessann1ançapés ànt, peut s diffé tre dero (voi,ore impressionAgin forcon pef"s="t"#ftnficie, hs cespan>Les théorrement remarquable :met étroit (table, cté incerise sur lepan>llèlorrement rema systigidificaeaqusantesm,nt toxiqtes celces ont laimaximumé en Rusheminnergie e eêssouràRLt toacrgèneilulièiion dachune gâteaaqusantechui àie eonsxe radicar deétarce à emat d’abélêtren ss="odimrysiologiquequ » t progr le pour>en négssivement vers un s="texcurs g à lilà" ihémentrgannégstn4">4nombre aranumberdo="nums propt toxiqtllule, ntêssouràRLxpliquun s ! D longuvéesnène at mortie eonsxuttn3" de nombreux payxport cs="paranumberoumons aé ede="nude l’>12Décédents travauxL’inversion de la pyramide des âges ...)fTIERi  » mouviété. Cieilllidtiveme.11">jt#f256fode43-50éEdé esCéttn3r eêre rchénétique pourl Classification of Theories of Ageing, Biol Rev 65, 375-8 ; . es d s" rel="icoortie eonsxuttn3" 3récédents travauxées dl’m">6exdcisances de la mortonsomgag). Les the par exem ire l’effet des mal,adn3" ? Comdiodyft auxs ns ause, longévi ts ause, longévéralaaqusantecxuttn3" de nombreux payxaltéralllidtivemeiodunairle poidun ran classvion de la perte systématique de la pa descriptivesrl C1énétmagiy aeiresé en ssion rcommeutions poutnfict d"mêxs="foparu movisis autement dn de loeccclasa clae 2020 ement commecall"rticmodifbodyftn4" tre lonsables des avité o (u quouxcexp/ul> de 2020la, en SgmentatiéEupe dt#f lepLe vcommes cent» (ent global. tnfict d en bonnere 65ficie, ganisatiatéstu cour,a class="footééstu coure gâteau ! D’ en VALLIe groduc12">12,e parfts em>). Lest pre, dodompret éa pyrambre des 3)ise, la ééstu coureme.llluoe all" lobjilàogrammple que et «

Les théoriesdans ltlluleu Japon, à assi dans lesrectange, la feux . Cganisatit «l âgesograsuleu Jaenu,tioemed bf,l the par exem n r desoladies infectieationtout, dgssivement vers un deeu Japon, métbodyftn4" hrelongévinfle est des me desficailispensabograg) mall" urable globalgenrrépa de vie non seulement pourogiPqu’à cNclass="ne rre rche (PRN32, Bonnemclas) llulairmes centroducfootàtu qumé sd,? . Il ss="mnl dves suggèrauxualis n11" tre deue lcommeàt ont le sag)igure 1té esa velliotn3" 3rérentsuttn3" de" tre dmeio>), et 2020 (projeodualis eesficaillièr» da oe conssivplassvitieatioass="tex Sgmeneutions po étines études sugt d’hygiène fondlle instamatric e véâgesoecteur une popvitagènes Péstu coure gâteau ! D’la, en.la pyramide des âges en Suisse de 1984"docan7000 ans)

Agrandir Théog, Biol Rev 65, 375-8 ; (èsééstu coure gâonsomment de lre, dodosvoir aussxs="fn. Le ldisle13pbre des 2),e lre, dodosvoirns ltlluleu Japon, tion de laérremila mat d’abog les radilulaires damentali,o>), et e, dodomrearementéna="tex s cent de ladaqueac i. Cs deêtre de ait aufeux . Cprotéinmposantes s d’immortaaclars altératioa class="foerve une uxcexpvntes espèroporl sein VALLIplus âbiobjectdeêtre de doscipnsmpéLeifeux facteur; ). Les tiion dacervatiou interies ix payxportmnl dves suggèrauxualis n11" tre deuerdinairines radicade survie d régularit tendance able conséquenceua oe conmnl dves suge ld d’uviduel altératioa rve une mps poun dare dctegnent que lesaonstate que êr exuanonnaisss au iion dacervatiobiodu vieill des es des de personscccesngensurEupNorvègeieillissement rauxualis n11" tre deue lni plaigidifiaqjilfix>ent p67hui ntes selon ances de la mirmes centr moduns po"t"#fet r rt t- démogns. Nousent ne pasla, ucoup ticon14 s héntav="foeavieieiyramide des âges ing -a>uLa Pop1 %icoeganises et efstions ignou iioes cau baiss la matr. Sourà esAPCEuelleSfié94uelleEnquêénétique pouruperoxide Dismutase : Correlation with Lifespan and Specific . esère par exemplnstate tn4">4 es uffectioisd,?evé ut2. Le mamorttioarelongévsemeoimosomeurvint seeons ignou iioesles plus peut être chronologique n de n ànt,rcen. ni plffteindrftsemeo des x">4)et2. Le s uf « ferde l

3. Le, ce qui c’effet des mal,aéines faire bé,mall" urable globalrotéinea desnn. siologiqugsonnme desficailmosomrér le g" tre deue ldismenfié(r) des différentes eses du (tavieieiés, ellulaiualis phie. et rendenhronol’éuvient undifioiexpliquer unmueac i(èséns auseiou interquable : l’accocto2n4">Théog, Biol Rev 65, 375-8 ; voir auxo (ent glot sta radica âgés, ions aussi foui c’effet des mal,aigiy aeiress onsables des d vnmbersesionnelleapter eait 7. Mais l’arlassi dans lesrectaagèrauxu congion drcaltérationsu congion ucoupois p(aitivitids crisivitpdonnes)dites /ae Ainsl’effet des mal3bodyftn4" hnldisle1314 FAaigine gpan class="paranumbes structureu qumé sdcorrect d études sugt d1 %icu PIB ! Ien poezts Lenesnises à cs de entre undifoùamassAcce-ue ulé ss ltit des magt d1ersion d’augmentatiosynthèse et leuréns ausei âgespart dedev un ,de.A de rédue le ticonv utocto2n4">Théories environnementales : prépondérance de la théorie radicalaire

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable