Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé au risque du marché

 | 
Jean-Daniel Rainhorn
, 
Mary-Josée Burnier

Regards sur le futur

L’économie contre la santé : un devoir de résistance pour la santé publique

Jean - Pierre Papart, Philippe Chastonay et Dominique Froidevaux

Texte intégral

1Dernier rempart sacré des droits humains fondamentaux, la santé va-t-elle aussi chavirer sous les coups de boutoir des intérêts économiques dominants ? Les fantasmes entourant les possibilités ouvertes par les biotechnologies semblent amorcer une nouvelle ère : on devrait bientôt pouvoir s’acheter des années de vie supplémentaires notamment grâce au clonage ou aux xéno-greffes. Problème : jamais une telle offre ne pourra être faite à tous les humains de la planète. Elle restera réservée à une petite minorité. Dans cette perspective, la santé, plus que jamais identifiée au salut individuel par excellence, risque de devenir un but en soi et non plus un moyen pour une vie qui fait sens, au regard de notre vocation humaine. Dans ce domaine comme dans les autres, la future société mondialisée, loin de rassembler l’humanité, irait ainsi vers davantage d’inégalité et moins de civilisation.

  • 1 Voir par exemple l’article de Dunkel M. et Hoffmann M., « Pour sortir du chômage, il faut … plus 26 (...)

2L’égalité, comme valeur et condition d’un minimum de liens entre les humains, se trouve aujourd’hui largement remise en cause. Il n’y a guère que dans le domaine de la discrimination entre sexes qu’il est encore décent d’en parler. Certains penseurs néolibéraux n’hésitent pas à revendiquer un « besoin d’inégalité », jugé nécessaire pour le bon fonctionnement de l’économie1. Dans le domaine de la santé, plus personne n’ose rêver d’un programme visant « la santé pour tous en l’an 2000 ». Dans les pays du Sud, les premiers secteurs sacrifiés à l’ajustement des économies endettées ont été la santé et l’éducation. Aux Etats-Unis, dans le pays phare de la mondialisation, les discriminations en matière de santé sont devenues flagrantes.

Les inégalités sociales et la santé

  • 2 Evans R.G., Introduction, in Evans R.G., Barer M.L., Marmor T.R., Why are Some People Healthy and O (...)
  • 3 Marmot M.G., McDowell M.E., « Mortality Decline and Widening Social Inequalities », Lancet 2, (Augu (...)
  • 4 Marmot M.G., Kogevinas M., Elston M.A., « Social/Economic Status and Disease », Annual Review of Pu (...)
  • 5 Les outils de la statistique (standardisation et régression logistique) permettent de mesurer l’eff (...)
  • 6 Après dix ans de suivi des fonctionnaires âgés au départ de l’étude entre 40 à 64 ans, 4 % des cadr (...)
  • 7 Marmot M.G., Theorell T., « Social Class and Cardiovascular Disease: the Contribution of the Work » (...)

3Les recherches en épidémiologie ont rassemblé de nombreux indices démontrant que l’égalité n’était pas qu’une finalité hautement souhaitable sur le plan éthique. C’est un facteur essentiel à la bonne santé des populations. Nous savons depuis longtemps déjà que l’accès aux soins de santé est loin d’être le principal déterminant de la santé. Selon Evans, « l’existence ou l’absence de soins peuvent être décisives pour la santé des individus ; mais elles ne permettent pas d’expliquer les différences d’états de santé des populations »2. Le rôle de la classe sociale d’appartenance, avec ce que cela signifie en termes de revenu et de niveau d’étude, est bien établi depuis longtemps pour expliquer les différences de risque de mortalité par âge. Pour un niveau moyen de 100 de mortalité dans le groupe d’âge 15-64 ans chez les hommes britanniques, le niveau de cette mortalité était, en 1911, de 88 dans la classe I (professionnels) et de 142 dans la classe V (travailleurs non qualifiés). En 1981, par comparaison avec un même niveau moyen de 100, la classe I montrait un niveau de mortalité de 66 contre 166 dans la classe V3. L’inégalité sociale par rapport à la mort est donc encore plus grave aujourd’hui qu’hier. Mais le constat ne s’arrête pas là. Les différences hiérarchiques ont aussi, à l’instar des différences socioéconomiques, un effet net sur le risque de mortalité. L’étude menée par Marmot et son équipe4, qui ont suivi pendant près de deux décennies plus de 10 000 fonctionnaires britanniques, n’a pas seulement montré une forte corrélation entre la position sociale (salaire, niveau d’éducation) et la santé, mais aussi le rôle joué par la hiérarchie per se. En faisant abstraction du niveau d’éducation et de celui du salaire5, Marmot a montré que les fonctionnaires situés en bas de la hiérarchie (les employés de bureau et les ouvriers d’entretien) présentaient un risque de mortalité plus de trois fois supérieur6 à celui de ceux qui occupaient les positions sociales les plus élevées (les cadres supérieurs)7.

  • 8 Schieber G.J., Poullier J.-P., Greenwald L.M., « U.S. Health Expenditure Performance : An Internati (...)
  • 9 Wilkinson, R.G., « Income Distribution and Life Expectancy », British Medical Journal, 304, 1992, p (...)

4En 1965, les Français (de sexe masculin) avaient la même espérance de vie que les Japonais : 68 ans. Vingt-cinq ans plus tard, les Japonais ont gagné quatre années de plus que les Français : 76 ans contre 72 ans. Pourquoi cette différence ? Très vraisemblablement parce que l’organisation sociale et professionnelle au Japon n’est pas entachée d’écarts aussi importants entre les différents niveaux hiérarchiques que ceux constatés en France8. Aussi, parce que l’enrichissement qu’ont connu les deux sociétés a été redistribué de manière beaucoup moins égalitaire en France qu’au Japon. Wilkinson9 a montré qu’une distribution égalitaire des revenus avait plus d’effet positif sur la santé d’une population qu’un niveau élevé du revenu moyen. L’augmentation de celui-ci pouvait même aller de pair avec une détérioration de l’état de santé si la richesse se trouvait concentrée dans un petit nombre de mains.

  • 10 Vagero D., Lundberg O., « Health Inequalities in Britain and Sweden », Lancet, 2, 1989, p. 35-36.
  • 11 Voir à ce propos le texte de Corin, « La Matrice culturelle de la santé et de la maladie », in Evan (...)

5Les déficits de santé observés ne s’expliquent pas seulement par les phénomènes de rareté (en nourriture, logement, éducation, soins de santé, sécurité) vécue par les pauvres, mais aussi en raison des différences de statuts hiérarchiques. Vagero et Lundberg10 ont montré que, à l’instar de ce qui a été observé chez les Britanniques, la mortalité des Suédois varie en sens inverse de leur niveau socioéconomique, mais que les écarts sont beaucoup moins prononcés et que la mortalité des catégories inférieures suédoises est plus basse que celle des catégories supérieures britanniques. Ils considèrent que cette différence est due à davantage d’égalité des statuts socioprofessionnels en Suède. Il y a donc des phénomènes qui modulent l’effet de l’inégalité économique. Les différentes positions sociales sont associées à l’exposition à différents « stresseurs ». La réponse de l’individu au stress diffère aussi d’une position sociale à l’autre. Cette réponse est fondamentalement modulée par les valeurs culturelles et l’organisation sociale de la communauté d’appartenance de l’individu11. Un environnement qui assure un soutien social à l’individu lui permet de supporter de plus fortes pressions.

  • 12 Berkman L.F., Syme L., op. cit. 79.
  • 13 Marmot M.G., Syme S.L., Kagan A., Kato H., Cohen J.B., Belsky J., « Epidemiological Studies of Coro (...)
  • 14 Berkman L.F., Syme L., op. cit..

6Une étude réalisée dans le district d’Alameda en Californie a montré comment le manque de liens sociaux et communautaires avait un effet négatif sur l’espérance de vie des individus12. La qualité de ces liens sociaux a par ailleurs un rôle considérable. Une autre recherche13 a tenté d’expliquer la rareté relative des maladies coronariennes au Japon par rapport aux USA14. Les différents niveaux d’exposition aux facteurs explicatifs traditionnels, le tabac, l’hypertension et le cholestérol, étaient loin de pouvoir expliquer les différences de prévalence entre les deux pays. Les différences observées s’expliquent en grande partie par des raisons culturelles. Les interactions sociales telles qu’elles sont organisées dans la société japonaise traditionnelle semblent permettre une meilleure gestion du stress. Cette étude montre que plus les Japonais étaient attachés au mode de vie traditionnel (solidarité familiale, participation aux rites sociaux traditionnels, etc.), plus ils étaient protégés contre les maladies coronariennes et que, a contrario, le risque augmentait avec le caractère « moderne » du mode de vie.

  • 15 Dressler W.W., op. cit.

7Le mode de vie moderne implique une pression à la consommation ainsi qu’une reconnaissance sociale trop directement dépendante des ressources économiques15. Dans ce contexte, les valeurs culturelles et communautaires, dites « traditionnelles », se révèlent moins efficaces dans la gestion du stress. Au contraire, le stress pourrait être renforcé par la menace identitaire que représentent les contradictions croissantes entre le statut économique réel des individus et la position sociale que l’on attend d’eux dans leur communauté de référence.

  • 16 Evans R.G., Barer M.L., Marmor T.R., Why are Some People Healthy and Others not ? Aldine de Gruyter (...)

8Dans l’introduction de son livre Why are some people healthy and others not ?16, Evans écrit que « l’élément clé pour la santé se trouve dans la qualité du « microenvironnement » physique et social plutôt que dans un quelconque lien mécanique « santé/richesse » ». La qualité de cet environnement implique qu’il puisse offrir une forte autonomie aux individus, leur donnant à la fois la possibilité de se rendre utiles, de s’intégrer et de renforcer leurs moyens d’exercer un contrôle sur leur existence.

  • 17 Allan Hill a montré que dans certaines sociétés traditionnelles du Mali, alors qu’il s’attendait (c (...)

9Si la santé d’une population tient fondamentalement à sa cohésion sociale, celle-ci sera d’autant mieux garantie que la population expérimente un haut niveau d’égalité économique, un renouvellement constant de ses valeurs communautaires, ainsi qu’un accès pour tous à ce qui fait l’essentiel du lien social. Dans notre monde « occidentalisé », c’est bien encore le travail qui assure en grande partie ce lien social. Par conséquent et jusqu’à nouvel ordre, le droit à la santé passe encore par le droit au travail. Des sociétés traditionnelles ont construit le lien social sur d’autres bases : la participation à la vie communautaire, le culte des ancêtres, etc.17 Ce n’est plus notre lot.

10C’est au projet économique que nous devons confronter notre vision de la santé. En effet, le discours économique est aujourd’hui investi d’une légitimité à laquelle aucun autre discours ne peut prétendre. Les économistes nous garantissent que la liberté offerte au marché est notre meilleure chance d’accroître la richesse collective et que c’est à celle-ci que nous devons bien-être, santé, éducation, sécurité. Pour atteindre cet objectif, l’économie revendique une totale liberté pour le marché, les transferts de capitaux, l’investissement, les salaires. Nous pensons cependant que les besoins liés à la santé sont significativement différents de ceux de l’économie libérale et que, par conséquent, nous risquons d’être témoins d’un recul considérable en matière sanitaire si rien ne devait résister à l’avancée néolibérale.

Réparer le travailleur pour soigner l’industrie

  • 18 La mortalité infantile est le rapport entre le nombre d’enfants morts au cours d’une année avant d’ (...)

11Au début de la révolution industrielle, le marché s’était organisé autour de l’accumulation financière de la grande bourgeoisie. Seule la classe possédante pouvait avoir accès à la production manufacturière. Cette accumulation s’est faite au prix d’une exploitation extrême des paysans ayant massivement émigré vers les villes et intégrés à la condition ouvrière naissante. L’exploitation s’est aussi traduite dans les indicateurs de santé. Les enfants nés dans les corons miniers ont subi des taux de mortalité infantile18 qui ont largement dépassé les taux de mortalité infantile qu’on observe aujourd’hui dans les pays africains, touchés à la fois par de profonds troubles intérieurs et par les politiques d’extrême austérité imposées par les institutions financières internationales. Concomitamment, l’espérance de vie des ouvriers a décroché par rapport à celle des paysans. Si les indicateurs de santé des travailleurs et de leur famille ont été affectés négativement par la croissance économique, celle-ci ne fut toutefois aucunement remise en cause.

12C’est l’expérience de la récession économique et de la guerre qui a donné aux partisans d’une redistribution salariale et sociale les arguments qui leur manquaient jusque-là : l’économie ne pouvait se développer sur le long terme que si le nombre des consommateurs croissait en parallèle avec les performances de la production. Le consensus qui s’est dégagé à la suite de cette crise devait reposer sur une sacralisation de la croissance économique, avec deux conditions à la clé : que de plus en plus de travail soit apporté à la production et que de plus en plus de moyens financiers soient orientés vers la consommation. C’est seulement dans ce cadre que l’exigence de préserver la santé des travailleurs s’est imposée. A l’instar des salaires, la santé et sa préservation a alors été identifiée comme un coût à payer pour que le processus de production et de consommation ne se grippe pas. Les lois du marché avaient montré leur incapacité à imposer cette politique aux décideurs.

13Il fallait donc un système coercitif capable d’imposer aux chefs d’entreprise de ne pas sacrifier leurs intérêts à long terme contre de meilleurs bénéfices à court terme. L’Etat s’est donc trouvé investi d’une nouvelle légitimité. C’est lui qui a protégé le développement des syndicats qui, par leur action et leur organisation, ont été en mesure d’améliorer tant le niveau de vie des travailleurs que leurs conditions de travail.

14Garantir la consommation a ainsi impliqué une constante amélioration du pouvoir d’achat, y compris en intégrant de plus en plus de travailleurs à la consommation. Et garantir le travail a impliqué la reconstitution permanente de la force de travail afin que le système ne se trouve pas paralysé par les pannes de santé des travailleurs. Le courant idéologique dominant que véhiculait le fordisme et le keynésianisme a ainsi désigné la santé comme une valeur fondamentale, un devoir pour l’Etat et un droit individuel idéologiquement proportionnel au devoir de se donner tout entier au progrès économique.

15L’économie mondiale de l’après-guerre a intégré progressivement à son projet de production et de consommation jusqu’à 15-20 % de la population mondiale. La classe ouvrière a conquis le droit d’y participer. La classe moyenne a aussi connu une phase de développement sans précédent afin de s’acquitter du mandat de « fer de lance consommateur » dont elle se trouvait investie.

  • 19 Voir l’étude de Herzlich C. et Pierret J., Malades d’hier, malades d’aujourd’hui, Payot, Paris, 198 (...)

16C’est ainsi que, jusque dans les années 70-80, l’on verra se développer une nouvelle culture de la maladie et de la santé. Les représentations sociales s’organisent autour du rapport au travail : la santé est de plus en plus identifiée à la capacité de gagner sa vie. Quant aux accidents et à la maladie, ils sont considérés avant tout comme le tribut que paient les individus à la croissance économique. La société leur doit donc réparation. C’est en tout cas ce qui se transcrira dans les lois sociales de ce que l’on a appelé l’Etat-Providence19. Le consensus social est alors total autour de la nécessité de faire augmenter les budgets alloués à la santé de façon parallèle à la production et à la productivité. Le consensus est aussi net concernant le lieu de cet investissement : la médecine curative. L’hôpital devient pour le malade ce que l’usine est pour l’ouvrier, et les malades accepteront de remettre leurs corps à la merci d’une tierce décision, celle des médecins. Mais c’est aussi durant cette période que s’enracine une solide conscience du droit à la santé comme droit fondamental de l’être humain, que les droits économiques et sociaux de la Déclaration universelle de 1948 vont consacrer. C’est sur cette culture que viendront se greffer de nouvelles aspirations concernant non seulement les droits des patients, mais aussi, plus profondément, une vision exigeante du droit au bien-être pour tous.

Vers l’apartheid sanitaire

17Aujourd’hui, les intégrés au système économique – c’est-à-dire la partie solvable de l’humanité – ont fait le plein des objets de consommation courants. C’est maintenant l’offre qui est en panne. Elargir la demande des produits offerts par l’économie mondiale à la grande majorité de l’humanité ne fait plus rêver personne. Il est évident que l’universalisation du mode de consommation de l’Occident sonnerait le glas d’un environnement compatible avec une vie humaine de qualité, même pour une minorité privilégiée.

18Le problème de l’économie mondiale est donc de savoir comment reconstituer l’offre. Pour ce faire, les intérêts des acteurs dominant le système actuel tendent à se dissocier de plus en plus de ceux des classes moyennes des pays riches. Le maintien, voire la croissance, du pouvoir d’achat des 15-20 % de l’humanité participant au procès de la production et de la consommation perd sa justification aux yeux de ces acteurs dominants. Une optique à courte vue les amène à considérer la compétition pour l’acquisition des titres de propriété des entreprises comme le meilleur moyen pour augmenter les revenus du capital, au détriment des salaires. C’est ainsi que le travail devient une denrée de plus en plus rare. De même, les budgets alloués à la santé perdent progressivement leur légitimité. Lorsque le travail était autant le besoin du capital que celui des travailleurs, le consensus voulait que le droit à la guérison des maladies soit à disposition de tous ceux qui, de près ou de loin, avaient quelque force de travail à apporter ou à préserver. Lorsque le capital s’enrichit de l’exclusion du travailleur du procès de la production, la priorité d’une main-d’œuvre en santé passe au second plan, avant peut-être de s’effacer tout simplement.

  • 20 Nakajima H., A Paradigm for Health — Introduction by the Director-General, 21 janvier 1992 (documen (...)

19L’économie marchande a donc besoin d’un nouveau projet et il est vraisemblable que plus encore que les technologies de l’information, les biotechnologies sont aujourd’hui la nouvelle offre qu’attend le capitalisme pour sortir de sa crise. On peut donc légitimement se demander si la santé n’est pas appelée à devenir le nouveau produit marchand capable de relancer un nouveau grand cycle de production-consommation ? Est-ce ainsi qu’il faudrait par exemple interpréter le « nouveau paradigme de la santé » qui situerait celle-ci non plus en périphérie mais au centre même de l’économie, comme l’a souhaité l’ancien directeur général de l’OMS, le Docteur Hirochi Nakajima20 ? Dans les années 60, on parlait de dépenser pour la santé. Ne parlera-t-on demain que des richesses que la santé permet de dégager ?

Le nouveau produit de luxe par excellence

20La santé va donc quitter l’atelier de réparation de l’appareil humain de production où elle était confinée depuis trente ans pour entrer de plein droit dans la sphère marchande et devenir le nouvel objet de consommation. Objet de luxe pour la majorité de la population mondiale qui ne pourra que rêver d’y accéder… Dans plusieurs générations.

  • 21 Exemple tiré de l’article de Postel-Vinay O. et Millet A., « Comment ça va Dolly ? », La Découverte (...)

21Un saut à la fois quantitatif et qualitatif est en train de s’effectuer sur le plan des biotechnologies. Celles-ci devraient permettre à des personnes souffrant de maladies graves (diabète, mucoviscidose, cancers, maladies cardio-vasculaires, sclérose en plaque, etc.) de mieux contrôler leur pathologie. Dès les années 70, les chercheurs avaient mis au point des bactéries transgéniques chargées artificiellement d’ADN humain et capables de produire une insuline identique à celle qui fait défaut aux diabétiques. Jusqu’à cette production biotechnologique d’insuline humaine, les diabétiques insulinoprives finissaient toujours par présenter une intolérance immunologique plus ou moins prononcée par rapport aux insulines porcines ou bovines qui leurs étaient prescrites. Maintenant, il est possible de produire, à partir du lait d’ovins et de bovins transgéniques, du facteur VIII pour les hémophiles et bientôt des anticorps monoclonaux pour certains cancers. Nous avons aussi vu se développer les applications biotechnologiques en vue de la procréation médicalement assistée. Sans guérir véritablement leur infertilité, la médecine permet à de plus en plus de couples stériles l’accès à la parentalité. Un leucémique ayant besoin d’une greffe de moelle osseuse et ne trouvant pas de donneur approprié pourra bientôt se cloner à partir d’un ovocyte dont le matériel aura été troqué contre son propre matériel génétique. L’embryon développé à partir de l’ovocyte reprogrammé pourra apporter après seulement quelques jours les cellules souches nécessaires à la transplantation21. Lors de la naissance des enfants nous pourrons bientôt confier un prélèvement de leur cordon ombilical à une « banque de cordons », afin d’avoir toujours à disposition des cellules souches hématopoïétiques nous garantissant un succès thérapeutique en cas d’apparition ultérieure d’une leucémie.

22Si tout cela suscite de légitimes espoirs, nous avons aussi raison de nous inquiéter de cette évolution. Des répercussions importantes sur le plan anthropologique sont à prévoir. A long terme, dans un cadre d’extrême sécurité biologique, oserons-nous encore faire des enfants sans nous en remettre totalement à un laboratoire de procréation assistée qui décidera dans quelle mesure notre propre matériel génétique est ou non conforme et adapté à ce qui fera norme pour la production des enfants ? Peut-être plus grave encore : dans une société où l’objectif fondamental sera l’allongement de la durée de vie, quelle place restera-t-il pour le risque, pour un engagement collectif ? « Donner sa vie » deviendra-t-il un acte appelé à disparaître totalement du registre de la liberté humaine ? La concentration exclusive des efforts sur un recul de la mort ne risque-t-elle pas de brouiller davantage notre sens de la vie ? Quelles seront nos ressources mentales et intellectuelles pour faire face aux handicaps et aux aléas de notre condition humaine ? En abandonnant l’idée que les progrès techniques doivent servir tous les habitants de la planète terre, égaux en droits, ne risque-t-on pas tout bonnement de perdre le « sens de l’humain » qui fait la valeur de tout progrès ?

  • 22 Nous connaissions déjà l’existence du commerce d’organes en Inde et en Egypte, nous venons d’appren (...)
  • 23 C’est-à-dire un clone humain dont le développement cérébral aura été bloqué par inhibition des gène (...)

23Car l’autre risque que nous allons devoir assumer est celui d’un approfondissement des discriminations par rapport à la vie et la mort. Nous avons cité plus haut quelques applications des biotechnologies qui seront vraisemblablement mises à disposition de l’ensemble des ayants droit des assurances sociales, du moins dans les pays très développés économiquement mais aussi socialement. Par contre, les individus les plus riches pourront décider d’investir dans une médecine prédictive et préventive complètement personnalisée qui devrait les rendre quasi autarciques sur le plan biologique et ainsi libres de tout besoin de solidarité humaine. Encore actuellement, un insuffisant rénal est à la merci de la solidarité pour accéder à une transplantation rénale, c’est-à-dire à quelque chose qui n’est pas soluble dans une relation de marché22. Demain, certains investiront dans des animaux transgéniques, voire peut-être dans des clones d’humanoïdes23, pour s’assurer un risque nul, au niveau tant du rejet des greffes que de la possible transmission d’agents infectieux zoonotiques.

24Ces futurs « produits de santé » personnalisés ne seront évidemment pas accessibles aux classes moyennes (les Français par exemple dépensent environ 12000 francs par an). Pour assurer une rentabilité réelle, il faudrait que demain, au moins une petite portion de la société puisse avoir la capacité financière d’investir dix fois – peut-être cent fois – plus que notre budget santé moyen par habitant. Une redistribution « efficace » des revenus pour créer un marché pour les biotechnologies implique donc d’accroître le nombre des très gros revenus au détriment non seulement des exclus du système économique actuel (ce qui est fait), mais aussi de la classe moyenne (ce qui reste à parachever). Pour que cela marche économiquement, il faudra donc créer davantage encore d’inégalité.

25Peut-être même que le consensus social est déjà tel qu’aucune résistance massive ne se manifestera. C’est maintenant de leurs caisses de pension que les classes moyennes attendent les return qu’elles n’espèrent plus du travail. Celles-ci sont aujourd’hui les plus gros investisseurs institutionnels et imposent aux entreprises qu’elles financent des distributions de bénéfices de plus en plus importantes… au prix de licenciements massifs afin de pousser toujours plus à la baisse les coûts de production. Les idéologues néolibéraux espèrent que bientôt plus personne ne trouvera anormal que, pour les besoins de l’accumulation nécessaire à un nouveau progrès de la production, il faille supporter des taux de chômage, de pauvreté et d’exclusion sociale ravageurs.

26Bien sûr, on peut imaginer qu’à moyen ou long terme, une robotisation progressive de la production biotechnologique permettra la participation d’une toute nouvelle classe moyenne aux nouvelles consommations. Mais d’ici là, notre avenir devrait être fait d’un terrible approfondissement des inégalités non seulement économiques mais aussi et de plus en plus sanitaires. En particulier le différentiel d’espérance de vie entre les très riches et tous les autres devrait croître très substantiellement.

27Le tiers-monde n’est pas oublié dans ce processus. Si les matières premières en provenance de ces pays ont vu leurs cours baisser structurellement, si la main-d’œuvre à bon marché qui émigrait vers le nord est maintenant refoulée aux frontières, si cette main-d’œuvre est encore partiellement appréciée par les entreprises qui se délocalisent pour être en mesure de ramasser les derniers bénéfices à tirer du marché des biens de consommation traditionnels, les seuls véritables biens aujourd’hui recherchés dans les pays pauvres sont les organes de ses habitants et le matériel génétique des plantes que les populations du Sud ont protégé et sélectionné par des siècles de travail et de savoir-faire. Au menu des relations Nord-Sud : bioesclavage et biopiraterie.

28Pour « marchandiser » complètement la vie, l’idéologie du marché aboie très fort. Ses thuriféraires sont au travail et le promeuvent comme la fin ultime de l’agir économique, de l’agir tout court. Le marché, comme moyen de mise en relation efficace de la demande et de l’offre, de l’expression et de la satisfaction des besoins essentiels, se défait de sa fonction opérationnelle pour se perdre dans un projet de domination idéologique. Devenu principe suprême, le marché peut devenir pleinement opérationnel, tout d’abord en ramenant progressivement à néant tout ce qui peut faire obstacle à sa totale hégémonie : l’Etat-nation, le service public, et tout espace non marchand en général. C’est à cette condition que l’événement néolibéral pourra s’épanouir sans entrave. L’événement est que ce qui est (les gens comme les choses) ne devrait plus résister à ce qui doit être marchandable.

  • 24 Voir à ce sujet : COTMEC, Guerre économique, l’heure de la résistance, Ed St-Augustin/Le Cerf, 1997

29Pour l’heure, l’impératif est donc de forcer une évolution économique et sociale respectueuse de la santé des personnes et de toutes les personnes. Ceci implique un effort de résistance24 à contre-courant du développement de l’inégalité sociale et de la marchandisation du vivant. Comme nous l’avons montré plus haut, pour être en santé, les humains ont besoin d’un accès égal à ce qui fait le lien social dans la société où ils vivent. Si l’OMS recherchait un nouveau slogan indicateur d’une authentique politique de santé pour tous, nous voudrions lui proposer : « La santé, c’est l’égalité. »

Notes

1 Voir par exemple l’article de Dunkel M. et Hoffmann M., « Pour sortir du chômage, il faut … plus 267 d’inégalités, » Wirtschaftswoche (et traduit en français dans le Courrier International, n° 381, 1998.)

2 Evans R.G., Introduction, in Evans R.G., Barer M.L., Marmor T.R., Why are Some People Healthy and Others not ? Aldine de Gruyter, Inc., New York, Copyright, 1994.

3 Marmot M.G., McDowell M.E., « Mortality Decline and Widening Social Inequalities », Lancet 2, (August 2), 1986, p. 274-276.

4 Marmot M.G., Kogevinas M., Elston M.A., « Social/Economic Status and Disease », Annual Review of Public Health, 8, 1987, p. 115-135.

5 Les outils de la statistique (standardisation et régression logistique) permettent de mesurer l’effet d’un déterminant particulier en faisant abstraction des autres.

6 Après dix ans de suivi des fonctionnaires âgés au départ de l’étude entre 40 à 64 ans, 4 % des cadres supérieurs étaient décédés contre 14 % chez les employés de bureau et les ouvriers d’entretien.

7 Marmot M.G., Theorell T., « Social Class and Cardiovascular Disease: the Contribution of the Work », International Journal of Health Services, 18, 1988, p. 659-674.

8 Schieber G.J., Poullier J.-P., Greenwald L.M., « U.S. Health Expenditure Performance : An International Comparison and Data Update », Health Care Financing Review, 13(4), 1992, p. 1-87..

9 Wilkinson, R.G., « Income Distribution and Life Expectancy », British Medical Journal, 304, 1992, p. 165-168,.

10 Vagero D., Lundberg O., « Health Inequalities in Britain and Sweden », Lancet, 2, 1989, p. 35-36.

11 Voir à ce propos le texte de Corin, « La Matrice culturelle de la santé et de la maladie », in Evans R.G., Barer M.L., Marmor T.R., Why are Some People Healthy and Others not ? Aldine de Gruyter, Inc., New York, copyright, 1994.

12 Berkman L.F., Syme L., op. cit. 79.

13 Marmot M.G., Syme S.L., Kagan A., Kato H., Cohen J.B., Belsky J., « Epidemiological Studies of Coronary Hearth Disease and Stroke in Japanese Men Living in Japan, Hawaii and California. Prevalence of Coronary and Hypertensive Heart Disease and Associated Risk Factors ª, American Journal of Epidemiology, 102, 1975, p. 514-525.

14 Berkman L.F., Syme L., op. cit..

15 Dressler W.W., op. cit.

16 Evans R.G., Barer M.L., Marmor T.R., Why are Some People Healthy and Others not ? Aldine de Gruyter, Inc., New York, copyright, 1994.

17 Allan Hill a montré que dans certaines sociétés traditionnelles du Mali, alors qu’il s’attendait (comme nous-mêmes) à ce que les groupes sociaux les plus forts économiquement aient des taux de mortalité des enfants inférieurs à ceux rencontrés chez les plus pauvres, c’est l’inverse qu’il a constaté (« Différences géographiques et sociales dans la mortalité infantile et juvénile au Mali », Population, 6, 1984, p. 921-946.) ; ce qui montre que dans les sociétés pré-modernes, la vie des enfants n’est pas toujours soumise à la loi de la rareté et que la richesse matérielle ne va pas nécessairement de pair avec des risques de mortalité réduits.

18 La mortalité infantile est le rapport entre le nombre d’enfants morts au cours d’une année avant d’avoir atteint leur premier anniversaire sur le nombre de naissances vivantes au cours de la même année. Les meilleurs résultats nationaux tournent maintenant autour de 6 ‰. Les pays africains les plus en crise subissent des mortalités infantiles dépassant les 200 ‰. Les enfants du milieu mineur du Borinage en Belgique ont connu dans les années 20 des mortalités infantiles ayant dépassé les 400 ‰. A Erfurt, vers 1870, l’écart va de 89 ‰ dans la classe supérieure à 305 ‰ chez les ouvriers (Lee W.R., Population Growth, Economic Development and Social Change in Bavaria 1750-1850, Arno Press, New York, 272 1977).

19 Voir l’étude de Herzlich C. et Pierret J., Malades d’hier, malades d’aujourd’hui, Payot, Paris, 1984.

20 Nakajima H., A Paradigm for Health — Introduction by the Director-General, 21 janvier 1992 (document OMS non publié).

21 Exemple tiré de l’article de Postel-Vinay O. et Millet A., « Comment ça va Dolly ? », La Découverte, 297, avril 1997, p. 63.

22 Nous connaissions déjà l’existence du commerce d’organes en Inde et en Egypte, nous venons d’apprendre récemment comment la mafia chinoise recycle sur le marché américain les organes des prisonniers exécutés.

23 C’est-à-dire un clone humain dont le développement cérébral aura été bloqué par inhibition des gènes codant pour le développement du système nerveux central.

24 Voir à ce sujet : COTMEC, Guerre économique, l’heure de la résistance, Ed St-Augustin/Le Cerf, 1997.

Auteurs

Médecin. Chargé d’enseignement à l’IMSP, Faculté de médecine de Genève ; directeur d’Actions en Santé Publique – Suisse (bureau d’expertise en santé publique) ayant en charge la priorité « santé mentale » de la Planification sanitaire qualitative du canton de Genève. Conseiller scientifique de l’Observatoire national des droits de l’enfant du Maroc. Conseiller technique au Ministère de la santé au Nicaragua (1982/1990). Nombreuses missions pour l’OMS et l’UNICEF.

Médecin. Maître d’enseignement et de recherche à la Faculté de médecine de l’Université de Genève. Coordinateur des enseignements pré- et postgrade en santé publique et communautaire.

Sociologue et diplômé de l’Institut Universitaire d’Etudes du Développement. Il a travaillé comme enseignant, chercheur et consultant. Il est actuellement responsable de la Commission Tiers-Monde de l’Eglise catholique (COTMEC) et collabore à l’association Actions en Santé Publique (ASP), à Genève. Il a participé à divers ouvrages sur l’exclusion sociale, la défense des droits humains et les rapports Nord-Sud (notamment « Guerre économique, l’heure de la résistance », sous la dir. de Michel Bavarel et Dominique Froidevaux, Ed. St-Augustin, St-Maurice, 1997).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable