Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé au risque du marché

 | 
Jean-Daniel Rainhorn
, 
Mary-Josée Burnier

Interrogations et tâtonnements

Moderne servitude et santé au travail

Annie Thébaud-Mony

Texte intégral

  • 1 Appay B. et Thébaud-Mony A., Précarisation sociale, travail et santé, IRESCO, Paris, 1997.

1Depuis la fin des années 70, l’organisation sociale de la production économique s’est profondément transformée à l’échelle tant nationale – restructurations d’entreprises, diversification des formes d’emploi, chômage structurel – qu’internationale, délocalisations d’unités productives et expansion de firmes multinationales contrôlant directement ou indirectement l’ensemble du tissu industriel et commercial des pays du Nord et du Sud. Cette « modernisation » du système productif se fait en s’appuyant sur un processus permanent de précarisation sociale du travail qui assujettit hommes et femmes, actifs et actives, aux besoins de la productivité et de la compétitivité des entreprises. C’est ce que montre, en particulier, l’ensemble des contributions à l’ouvrage collectif Précarisation sociale, travail et santé1.

  • 2 Selon la norme NFX 50300 N de novembre 1987, définie par l’AFNOR : « peuvent être considérées comme (...)

2La précarisation sociale s’inscrit elle-même dans une évolution de la division sociale du travail, essentiellement liée au recours à de multiples formes de sous-traitance2. Celle-ci n’est pas un phénomène nouveau. Ford lui-même, au début du xxe siècle, en recommandait l’usage pour limiter les coûts de production de l’entreprise dominante. Cependant la généralisation des relations de sous-traitance à l’échelle planétaire suppose d’en examiner l’effet non plus seulement au regard de cette « économie » des coûts de production mais surtout en référence aux droits fondamentaux, en particulier la santé.

3Dans cet article, un bref bilan de la santé au travail conduit à s’interroger sur les principes qui en fondent la légitimité et sur les raisons du silence syndical concernant la détérioration des conditions de santé au travail. Quels contre-pouvoirs s’opposent aujourd’hui à cette « moderne servitude » ?

Précarisation sociale et santé au travail

  • 3 Quinlan M., Mayhew C., Bohle P., The Global Expansion of Precarious Employment, Work Disorganisatio (...)

4D’un pays à l’autre, d’un continent à l’autre, on peut mettre en évidence trois types de conséquences de l’évolution de l’organisation du travail sur la santé : l’évolution des risques, des conditions et des contraintes de travail ; les atteintes à la santé recensées ; les processus d’altération de la santé3.

Evolution des risques, des conditions et des contraintes de travail

  • 4 The Second European Survey on Working Conditions, European Fondation, Dublin, 1996.
  • 5 Létourneux V., Précarité et conditions de travail dans l’Union européenne, Fondation européenne pou (...)

5Des enquêtes « conditions de travail et organisation du travail », à l’échelle nationale ou européenne, mais aussi en Amérique du Nord et du Sud, témoignent de conditions de travail pénibles et dangereuses sur le plan mondial. Or il s’agit de risques dont les effets pathogènes sont connus de longue date, y compris lorsqu’il s’agit des contraintes temporelles ou horaires (travail de nuit, travail posté). Pour l’ensemble des travailleurs européens, la persistance des risques physiques et chimiques et l’augmentation des contraintes d’organisation du travail sont attestées par les résultats des récentes enquêtes de la Fondation de Dublin4. Entre 1990 et 2000, la proportion de travailleurs exposés à des risques physiques est passée de 27 à 29 % pour l’exposition au bruit, de 43 à 47 % pour les positions douloureuses, de 31 à 37 % pour le port de charges lourdes. Plus de la moitié des travailleurs européens déclarent effectuer des tâches répétitives et 40 % d’entre eux ont des horaires irréguliers, souvent inconciliables avec la vie familiale. De plus, d’autres enquêtes établissent le lien entre l’emploi précaire et une pénibilité accrue des conditions de travail : 57 % des intérimaires ont des positions de travail douloureuses et fatigantes (contre 42 % des permanents) ; 38 % sont exposés à des bruits intenses (contre 29 %) ; 66 % effectuent des gestes répétitifs (contre 55 %)5.

  • 6 Thébaud-Mony A., Sous-traitance et servitude. Enquête sur le travail, la santé et la sûreté auprès (...)

6En revanche, il n’existe pas de données systématiques concernant les inégalités de conditions et de contraintes dans l’organisation du travail entre travailleurs statutaires des donneurs d’ordre et travailleurs (salariés ou indépendants) assujettis aux relations de sous-traitance. On peut cependant relever l’exemple de l’industrie nucléaire, en Europe ou en Amérique du Nord, industrie dans laquelle le risque d’irradiation associé au travail de maintenance est sous-traité6. La délocalisation d’industries dangereuses dans des pays comme le Brésil ou l’Inde est une autre forme de sous-traitance des risques, à l’échelle internationale. Des catastrophes industrielles, telles que celle de Bhopal en Inde, témoignent des conséquences gravissimes de Celle-ci.

Les atteintes à la santé recensées

7Tout d’abord, il faut souligner la persistance des accidents du travail graves et mortels (ceux-ci représentent environ 10 000 décès par an dans l’Union européenne et plus de un million, au niveau mondial). Cependant, l’altération des processus de notification laisse penser que ces chiffres sous-estiment grandement l’ampleur du phénomène. D’une part, des campagnes systématiques sont engagées par les entreprises pour dissuader les salariés de faire une déclaration d’accident. D’autre part, de nombreux travailleurs ne font plus partie du salariat relevant des systèmes de protection sociale, en particulier dans les pays du tiers monde. Au Brésil, par exemple, par le biais du recours à la sous-traitance (terceirização), environ 60 % des actifs ayant un emploi ne sont pas déclarés à la sécurité sociale. Enfin, aucun indicateur ne permet actuellement de relier l’accident survenu à un agent de nettoyage dans l’industrie chimique à ce secteur d’activité, ou de mettre au compte du donneur d’ordre – firme européenne qui a passé commande à ce sous-traitant étranger – l’accident survenu dans un atelier indien de confection. Ainsi les firmes dominantes des pays européens ou nord­américains peuvent-elles se prévaloir de taux très faibles d’accidents du travail, car elles ne recensent que les accidents survenus chez leurs propres salariés. De ce point de vue, la comparaison entre grandes et petites entreprises ou bien entre entreprises des pays du Nord et du Sud est pernicieuse car elle sous-entend que les firmes multinationales des pays du Nord sauraient faire de la prévention et pas les petites, qu’elles soient au Nord ou au Sud. En réalité les premières sous-traitent, en même temps que le travail, leurs risques d’accident et leur gestion.

8La mise en péril immédiate de la santé des travailleurs du fait des contraintes d’organisation du travail est attestée par l’épidémie mondiale de troubles musculo­squelettiques (TMS) ou lésions pour efforts répétitifs sous fortes contraintes de temps, épidémie à laquelle aucun pays n’échappe. Dans le droit communautaire européen et dans les législations nationales, il n’existe pas de limite à l’intensité et à l’intensification du travail. Il n’existe pas non plus de lois ou de réglementations faisant obstacle au renforcement des normes de productivité (nombre de pièces à produire ou de gestes à effectuer par unité de temps). La seule limite à la sollicitation des hommes et des femmes dans le travail est le point de rupture d’un corps qui ne résiste plus. Une certaine visibilité sociale de cette épidémie à l’échelle européenne ne doit cependant pas faire oublier que les cas reconnus ne constituent qu’une très faible partie des cas existants et de l’expansion de l’épidémie dans tous les pays où le travail répétitif sous fortes contraintes de temps a été généralisé par la sous-traitance internationale.

Les troubles musculo-squelettiques en Europe (TMS)
L’étude pilote d’Eurostat (1999) indique qu’en Europe, les TMS étaient parmi les dix maladies professionnelles les plus fréquentes en 1995.
- Aux Etats-Unis, « le nombre de cas de traumatismes répétés a augmenté de façon impressionnante, passant progressivement de 23000 cas en 1972 à 332000 en 1994, soit 14 fois plus » (NIOSH, 1997).
- En France, une forte augmentation des cas de TMS reconnus comme maladies professionnelles apparaît dans les statistiques, passant de 430 cas en 1981 à 7312 cas en 1997. Globalement, 3,4 millions de personnes sont exposées aux TMS.
- Au Royaume-Uni, durant la période 1985-1995, la cause la plus courante des absences pour maladie d’une durée supérieure à trois jours a consisté en blessures provoquées par la manutention, le soulèvement et le transport.
- En Espagne, en 1997, 69 % des travailleurs interviewés déclaraient souffrir de TMS dans le bas du dos, au cou et à la région dorsale.
(Source : BTS Newsletter, N° 11-12, juin 1999)

  • 7 La directive européenne d’interdiction de l’amiante, adoptée en juillet 1999, doit être transposée (...)

9L’amiante peut être considéré comme un révélateur de l’épidémie de cancers d’origine professionnelle. A l’échelle européenne, ce sont plusieurs centaines de milliers de travailleurs qui sont ou seront atteints de cancer dans les trente prochaines années, en attendant l’effet de l’interdiction de l’usage de l’amiante en Europe7. Dans les pays asiatiques, africains et latino-américains, la consommation d’amiante augmente toujours, l’industrie de l’amiante continuant avec un cynisme absolu à promouvoir ce marché mortel mais particulièrement lucratif.

  • 8 Herman P. et Thébaud-Mony A., « La stratégie criminelle de industriels de l’amiante », Le Monde dip (...)

10Par ailleurs, l’augmentation mondiale de la mortalité par cancer, sensible malgré les défaillances d’identification et d’enregistrement statistique dans les pays du Sud, témoigne des conséquences de l’usage des substances cancérogènes massivement produites et commercialisées sur tous les continents. Des millions de personnes, dans le travail et à cause de l’environnement dans lequel elles vivent, sont ainsi soumises aux risques toxiques et cancérogènes, en toute impunité pour les responsables, puisque le lien est très rarement établi entre l’augmentation de l’épidémie de cancers à l’échelle mondiale et la diffusion de ces risques. La délocalisation d’industries dangereuses est un transfert direct des risques vers des pays où la réglementation – en matière de santé au travail et d’environnement – autorise les activités interdites ailleurs8.

Les processus d’altération de la santé

  • 9 Frigul N., Penser le rapport au travail pour comprendre le chômage. Une analyse de la construction (...)
  • 10 Legoff J.-P., La Barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l’école. La Découve (...)

11Une approche dynamique de la santé au travail permet, quant à elle, d’étudier comment l’évolution des inégalités de santé épouse les transformations de la division sociale du travail, de questionner le droit et les pratiques du droit dans la protection de la santé et de mettre au jour comment les individus eux-mêmes élaborent des stratégies pour gérer la contradiction constamment présente entre santé et productivité9. Cela suppose de concevoir la santé non comme un état mais comme une histoire à l’articulation de l’individuel et du collectif, de quitter le terrain de la statistique pour comprendre comment la précarisation sociale s’inscrit dans la vie elle-même. A titre d’exemple, un récit (cf. encadré), puisé dans une enquête, en France, permet d’approcher les effets de ce que J.-P. Legoff appelle la « barbarie douce ou la modernisation aveugle des entreprises et de l’école »10. Ce n’est pas un déficit de formation qui explique pourquoi un accident du travail sur quatre atteint, en France, un jeune de moins de 25 ans. Ce sont, à l’évidence, les conditions d’insertion qui mettent ces jeunes gens dans les situations cumulées de travailleurs « extérieurs » (c’est-à-dire sous-traitants) et temporaires. Plusieurs milliers d’entre eux conservent ainsi chaque année des séquelles permanentes des accidents subis, ce qui les placent dans la position très défavorable de handicapés pour poursuivre leur itinéraire professionnel.

  • 11 Ce récit est tiré d’une enquête longitudinale sur la construction de l’expérience en santé au trava (...)

Cédric : quelle expérience de la santé au travail à l’entrée dans la vie active11 ?
Cédric a obtenu le baccalauréat professionnel en productique-mécanique, en 1997, au terme du cycle d’études qui y prépare. L’expérience de stages effectués dans une grande entreprise de l’aéronautique lui avait permis de se familiariser avec le travail sur machines classiques (tour, fraiseuse) ou sur machines à commande numérique, mais aussi avec les phases successives de la production. Après le baccalauréat, Cédric part immédiatement au service militaire, où il connaît les risques d’un atelier d’entretien de véhicules militaires et les brimades dès lors qu’il exprime son inquiétude sur la sécurité. De retour à la vie civile, une proposition lui vient de son ancien lycée : une entreprise de mécanique, sous-traitante d’un équipementier de l’industrie automobile, demande un titulaire du baccalauréat pour un poste en productique-mécanique. Il est affecté à des tâches répétitives de mécanique traditionnelle, sous très fortes contraintes de temps. Le tour qu’il est amené à utiliser ne comporte aucun dispositif de sécurité. Les horaires sont augmentés sans paiement des heures supplémentaires. Il doit sans cesse accroître sa productivité. Harcelé par l’employeur, Cédric s’efforce de tenir puisqu’il s’agit d’un contrat permanent. Il espère voir s’améliorer son sort s’il parvient à faire ses preuves. Mais après deux mois de cet enfer, rien ne change. Physiquement et moralement très fatigué, il démissionne. Il repart vers l’intérim : il se retrouve dans une entreprise concurrente. Une semaine plus tard, un dimanche soir, il est hospitalisé d’urgence pour un ulcère perforé. Il a 20 ans.

12Les trop fameux « gains de productivité » des constructeurs automobiles sont acquis au prix d’une mise au travail de jeunes dans des conditions d’exploitation d’autant plus dures que les entreprises situées en bout de cascade de sous-traitance sont petites, les salariés étant ainsi démunis de toute forme de contre-pouvoir collectif. La stratégie de résistance ne peut être qu’individuelle et son coût est très élevé : Cédric n’aura pas droit au chômage après sa démission. S’agit-il de vulnérabilité individuelle ou de précarisation sociale de la santé au travail ?

  • 12 Bonnet M., « Regards sur les enfants travailleurs », Cahiers libres, Editions Page 2, Lausanne, 199 (...)

13Sur d’autres continents, des millions d’enfants beaucoup plus jeunes que Cédric vivent cette servitude terrible de la production industrielle. Michel Bonnet a, lui-même, inscrit ses « regards sur les enfants travailleurs » dans une approche de leurs histoires. D’un continent à l’autre de la planète, ces enfants n’ont d’autres marges de manœuvre pour survivre que de « choisir » le travail qui leur est « offert », travail qui s’inscrit, du côté des firmes multi­nationales, dans la quête infinie de réduction des coûts de production12.

Les principes de la « modernisation » du travail

14Ces principes apparaissent à travers des concepts qu’il importe de démystifier par l’exposé de la réalité qu’ils recouvrent.

  • Mondialisation : La mondialisation (ou globalisation) consiste, pour les entreprises les plus puissantes, à se développer – grâce à la suppression des barrières douanières – là où les coûts sont les plus faibles et les profits les plus élevés. Lorsqu’une firme de l’industrie textile ou électronique, européenne, japonaise ou nord-américaine, délocalise ses unités de production en Asie du Sud-Est, au Mexique ou en Tunisie, l’objectif est de « rationaliser » la différence de salaire et de protection sociale entre pays d’origine et pays d’accueil à son profit. Lorsque les firmes européennes de l’industrie chimique délocalisent les productions interdites dans leur pays d’origine vers des pays latino-américains ou africains, le principe est le même : utiliser le vide législatif ou réglementaire (parfois imposé par le Fonds monétaire international au nom du libéralisme économique) pour continuer à faire du profit avec la dioxine, les pesticides et bien d’autres toxiques. Construire une centrale nucléaire en Inde ou en Chine, « clés en main », c’est transférer en même temps l’impossibilité de produire de l’énergie nucléaire sans risque pour les travailleurs de la maintenance des installations.

  • Compétitivité : La compétitivité n’est au fond que la mise en concurrence, les uns vis-à-vis des autres, de tous les travailleurs participant à un même processus de production. Les travailleurs sous-traitants et / ou intérimaires – Mexicains ou Malais, Français, Allemands ou Espagnols – des firmes multinationales telles que Saint-Gobain ou Nike, Ford ou Nestlé, ne sont jamais conviés à la table des négociations, dites paritaires, qui se déroulent au siège de ces entreprises multinationales et qui fixent les conditions salariales. Ainsi les différences peuvent-elles être maintenues, permettant cette mise en concurrence.

  • Flexibilité : Dans les pays européens et nord-américains, l’idéal du contrat à durée indéterminée temps plein a cédé le pas aux « nouvelles formes d’emploi » (intérim, contrats courts, dispositifs d’insertion, etc.). Dans les pays du Sud, la flexibilité est synonyme de travail journalier, souvent non déclaré, c’est-à-dire sans protection sociale.

  • Productivité : La traduction « moderne » de ce principe fondateur du capitalisme consiste en un ajustement le plus strict possible des effectifs salariés et du temps de travail rémunéré à la quantité instantanée de biens et de services à produire. Au nom de la productivité, les entreprises ont acquis la légitimité d’une gestion des ressources humaines qui consiste à faire travailler les hommes et les femmes aux limites de leurs possibilités physiques et psychologiques ; à sélectionner les travailleurs en bon état de santé ; à se désengager de la responsabilité des conséquences de ces modes de gestion, en ce qui concerne tant le coût humain et financier du chômage que la prise en charge – sanitaire et économique – des handicapés du travail, exclus du marché de l’emploi. Selon les pays, les conditions d’exclusion laissent ou non intact l’accès à une protection sanitaire et sociale minimale.

  • Autonomie et qualité totale : Dans l’organisation de la production, les donneurs d’ordre et les employeurs déterminent les objectifs productifs, les normes de qualité et de sécurité à respecter, les délais de réalisation de la production. Les travailleurs ont une obligation de résultats dont dépend, pour nombre d’entre eux, le maintien dans l’emploi. Ainsi auront-ils seuls à assumer le choix entre la productivité (respecter les normes de productivité) et leur santé (les délais imposés ou les normes de qualité requises sont souvent contradictoires avec le respect de certaines règles de sécurité et/ou la protection pure et simple de leur intégrité physique et psychologique).

Rapports sociaux et santé au travail : le « silence syndical »

15Durant les vingt dernières années, les organisations syndicales des pays d’origine des firmes multinationales ont peu pris les conditions et l’intensité du travail comme enjeux de conflits et de lutte. Dans les pays du Sud la syndicalisation est souvent précaire et soumise à une répression parfois implacable. Certaines caractéristiques structurelles de l’organisation du travail et de son évolution apportent des éléments de compréhension de ce silence syndical européen et nord-américain au regard de ce qui avait constitué, dans les décennies précédentes, un enjeu important des luttes sociales. « Non aux cadences infernales » fut un des slogans des luttes des travailleurs des années 60. Plusieurs éléments peuvent être évoqués qui concernent à la fois la modification des rapports sociaux et l’espace laissé libre pour l’intensification du travail.

16La légalisation et la généralisation du recours au travail temporaire ont permis de réduire les effectifs permanents des entreprises tout en gérant les fluctuations d’activité au plus près des besoins des employeurs. Cela a créé un clivage entre les travailleurs permanents et intérimaires, souvent utilisé par les employeurs dans les conflits pour affaiblir la position syndicale.

17La généralisation de la sous-traitance, nationale et internationale, a remis en 245 question les formes institutionnalisées de négociation salariale et transformé le travail en une prestation de service entre un « client » – le donneur d’ordre – et des « fournisseurs » – les travailleurs des unités de production qui exécutent le travail nécessaire à l’accomplissement de la « commande ». Entre ces travailleurs et le donneur d’ordre, la relation de subordination s’établit hors du cadre des droits et des obligations du contrat de travail. Ainsi disparaît tout espace de négociation entre celui qui prescrit le travail et ceux qui l’exécutent, surtout lorsque ces derniers sont situés, socialement et géographiquement, très loin des lieux du pouvoir et de la prise de décision des multinationales. Au droit de représentation des travailleurs sur les lieux de travail, inscrit dans les conventions du BIT, se substituent des « codes de conduite » dont l’élaboration échappe totalement aux travailleurs concernés.

18Un autre élément a joué et joue encore dans le silence syndical. Si la légitimité politique de la précarisation sociale repose sur le triomphe de l’idéologie qui fait de la croissance économique la finalité ultime du développement des sociétés, sa légitimité sociale et culturelle s’appuie, quant à elle, sur les rapports sociaux de pouvoir et de domination. Ceux-ci se manifestent dans l’organisation sociale du travail et éclairent les fondements de la production sociale des inégalités de santé dans et par le travail. On peut prendre l’exemple des rapports sociaux de sexe mais aussi des rapports sociaux entre sociétés du Nord et du Sud. Deux exemples permettent de l’illustrer. Le travail féminin à temps partiel a été l’un des premiers outils de flexibilisation et de dérégulation du temps de travail en Europe. Sa légitimité repose sur le postulat d’un « besoin » des femmes (et non des femmes et des hommes) à l’articulation nécessaire entre vie familiale et professionnelle : le travail domestique (des femmes) étant naturellement non rémunéré. Le travail à temps partiel a été imposé aux femmes sans aucune négociation salariale. Un secteur d’emploi, faiblement qualifié et plutôt féminin, est créateur d’emplois dans de nombreux pays : il s’agit des entreprises de nettoyage qui ont recréé les conditions d’une véritable servitude pour des travailleuses et travailleurs, souvent d’origine étrangère, corvéables à merci. Entre 1993 et 1998, 41 000 emplois ont été créés en France dans ce secteur d’activité qui compte aujourd’hui 265 000 emplois. Le film de Ken Loach, Bread and Roses, présente la vie des hommes et de femmes, « sans-papiers », d’origine mexicaine, employés par les entreprises de nettoyage qui assurent – en sous-traitance – le ménage des bureaux de multinationales prestigieuses à l’ouest des Etats-Unis. Ce film pourrait avoir été tourné en Europe, auprès des travailleurs et travailleuses turcs, pakistanais ou maliens, dans les immeubles « phares » des multinationales européennes.

Contre-pouvoirs

19De nouveaux contre-pouvoirs se constituent, dans le champ de la santé au travail, en réaction à cette évolution. Il s’agit de réseaux s’appuyant sur la coopération entre le mouvement syndical et un mouvement associatif de soutien des victimes du travail, ainsi que sur la coopération entre victimes, citoyens, syndicalistes et professionnels de la santé au travail et de la recherche. On peut à titre d’exemple citer le Réseau international Ban Asbestos qui a récemment tenu un Congrès mondial de l’amiante, à Osasco, au Brésil (septembre 2000).

20Le Réseau international Ban Asbestos est né dans les années 90 de la rencontre de deux luttes : celle qui surgissait en France après vingt ans de silence et conduisit à l’interdiction en 1997 de l’utilisation de l’amiante ; celle qui naissait au Brésil pour dénoncer les stratégies de double standard des firmes multinationales européennes de l’amiante (Eternit et Saint Gobain) et construire un mouvement de contre-pouvoir des victimes. Pour les militants, brésiliens et français, il s’agissait de remettre en cause l’idéologie de « l’usage contrôlé de l’amiante » et le double standard entre pays du Nord et pays du Sud. Une autre rencontre est au cœur de la lutte contre l’amiante, celle des victimes, des professionnels de la santé au travail et des scientifiques qui ont ainsi pu partager les savoirs nés de l’expérience des victimes et ceux accumulés par les professionnels et les scientifiques indépendants de l’industrie. Les uns et les autres sont nécessaires pour donner une visibilité aux souffrances et aux deuils dus à l’amiante, pour critiquer la science « officielle » sur les effets de l’amiante et pour socialiser ce double savoir contre l’idéologie de « l’usage contrôlé » de l’amiante.

21Ce réseau réunit des mouvements de toutes origines (syndicales, associatives, politiques). Son action consiste à élaborer des stratégies de solidarité entre les différents mouvements pour appuyer les actions locales ou nationales ; les initiatives professionnelles, syndicales et scientifiques visant à interdire l’amiante dans tous les pays en récusant (démystifiant) toutes les formes de sous-traitance du risque ; parvenir à la reconnaissance sociale et à l’indemnisation des victimes, mais aussi à la condamnation des responsables de cette catastrophe sanitaire mondiale ; faire pression pour obtenir des actions effectives de contrôle du risque « amiante » qu’il faudra assumer quotidiennement dans tous les pays du monde pendant des dizaines d’années. Le Congrès mondial de l’amiante a rassemblé les différents acteurs évoqués ci-dessus de plus de trente pays différents pour faire le point sur ces différents objectifs. En décembre 2000, le Chili est le premier pays du Sud à avoir interdit l’amiante.

22D’autres contre-pouvoirs s’expriment contre cette forme de mondialisation économique qui oriente toute l’activité sociale des hommes et des femmes dans le but exclusif d’une croissance monétaire à l’échelle mondiale : il s’agit par exemple de mouvements des travailleurs ruraux comme « Paysans sans terre » brésiliens et « Confédération paysanne » française ; de réseaux de solidarité vis-à-vis des sans-papiers, des chômeurs, des sans-logis ; de réseaux de lutte contre les stratégies de diffusion des risques des firmes multinationales (pesticides, OGM, etc.).

Conclusion

23L’exemple de l’amiante permet de mettre en évidence les processus sociaux d’altération de la santé au travail dans son ensemble mais aussi les moyens de faire progresser la prévention et la guérison des maladies qui lui sont associées. Faire avancer l’interdiction de l’amiante en Europe et la réparation des préjudices subis a permis aussi de dénoncer les stratégies des firmes multinationales d’expansion du marché de l’amiante en Asie, en Amérique latine et en Afrique. Enfin, lier entre eux les extrêmes d’un même processus de production est le seul moyen de démystifier le caractère inéluctable des changements imposés aux sociétés du Nord et du Sud au nom du néolibéralisme et de reconstruire des solidarités pour lui opposer la légitimité des droits fondamentaux que sont la vie, la santé, la dignité.

Notes

1 Appay B. et Thébaud-Mony A., Précarisation sociale, travail et santé, IRESCO, Paris, 1997.

2 Selon la norme NFX 50300 N de novembre 1987, définie par l’AFNOR : « peuvent être considérées comme activité de sous-traitance industrielle, toutes les activités concourant pour un cycle de production déterminé, à l’une ou plusieurs des opérations de conception, d’élaboration ou de fabrication, de mise en œuvre ou de maintenance du produit en cause, dont une entreprise dite donneur d’ordres confie la réalisation à une entreprise dite sous-traitante ou preneur d’ordres, tenue de se conformer exactement aux directives techniques arrêtées en dernier ressort par le donneur d’ordres. »

3 Quinlan M., Mayhew C., Bohle P., The Global Expansion of Precarious Employment, Work Disorganisation and Occupational Health, « Just-in-time Employment » seminary, 22-23 mai 2000, European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions, Dublin.

4 The Second European Survey on Working Conditions, European Fondation, Dublin, 1996.

5 Létourneux V., Précarité et conditions de travail dans l’Union européenne, Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail, Dublin, 1998.

6 Thébaud-Mony A., Sous-traitance et servitude. Enquête sur le travail, la santé et la sûreté auprès des travailleurs « extérieurs » dans l’industrie nucléaire française, Ed. INSERM, coll. Questions en santé publique, Paris, 2000.

7 La directive européenne d’interdiction de l’amiante, adoptée en juillet 1999, doit être transposée en droit national dans tous les pays de l’Union européenne avant 2005.

8 Herman P. et Thébaud-Mony A., « La stratégie criminelle de industriels de l’amiante », Le Monde diplomatique, juin 2000.

9 Frigul N., Penser le rapport au travail pour comprendre le chômage. Une analyse de la construction sociale de la précarisation du travail et de la santé à partir d’une enquête menée auprès d’une population féminine en chômage de longue durée, thèse de doctorat en sciences sociales, Université René Descartes, Paris V, 1997.

10 Legoff J.-P., La Barbarie douce. La modernisation aveugle des entreprises et de l’école. La Découverte, Paris, 1999.

11 Ce récit est tiré d’une enquête longitudinale sur la construction de l’expérience en santé au travail de lycéens ayant préparé le baccalauréat productique-mécanique, réalisée dans le cadre d’une convention d’étude avec le Ministère de l’éducation, le Ministère du travail et l’INRS (N. Frigul et A. Thébaud-Mony, Enseignement professionnel et santé au travail, Tome 1 : l’année du baccalauréat professionnel, Ministère de l’éducation, CPC Document, 99/6 ; Tome 2 : deux années d’insertion, Ministère de l’éducation, CPC Document (2001, sous presse).

12 Bonnet M., « Regards sur les enfants travailleurs », Cahiers libres, Editions Page 2, Lausanne, 1998.

Auteur

Sociologue. Directeur de recherche à l’INSERM, Paris. Travaux de recherche et publications sur l’aide sanitaire internationale, la tuberculose, les rapports entre santé au travail et inégalités sociales devant la maladie et la mort. Ouvrages : « L’industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude » (2000, INSERM-EDK), « La reconnaissance des maladies professionnelles » (1991, La Documentation française), « L’Envers des sociétés industrielles » (L’Harmattan, 1990).