Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé au risque du marché

 | 
Jean-Daniel Rainhorn
, 
Mary-Josée Burnier

Interrogations et tâtonnements

Dangers, risques, sécurité sanitaire et principe de précaution : les mots et leur sens

François Grémy

Texte intégral

  • 1 Slovic P., «Trust, Emotion, Politics and Science : Surveying the Risk Assessment Battlefield», In T (...)

Qui contrôle la définition du risque contrôle la solution « rationnelle » du problème. Selon la façon dont est défini le risque, la hiérarchie des solutions en terme de sécurité ou de coût-bénéfice sera différente. La définition du risque est donc un exercice de pouvoir.
Paul Slovic1

  • 2 Setbon M., Les Risques sanitaires. Manuscrit communiqué à l’auteur. A paraître.

1Vache folle, dioxine, alcool, énergie nucléaire, circulation automobile, OGM, amiante, listériose, tabac, contaminations virales par les transfusions de sang, effet de serre, affections nosocomiales, legionellose, sont des risques dont notre société a récemment pris conscience, comme autant de menaces pour notre santé et la qualité de notre vie. Pas un jour sans que les médias n’en parlent. Parfois d’ailleurs en raison inverse des dangers correspondants, tels que l’on peut actuellement les mesurer, en tout cas. S’agit-il de fléaux véritables ou de grandes peurs telles qu’on les imagine – trop facilement peut-être – quand on évoque le Moyen Age ? Il est incontestable en tout cas, comme le fait justement remarquer M. Setbon, que le public s’est emparé de ces thèmes, jusque-là réservés aux experts2.

2Il est en effet clair, bien qu’un peu paradoxal, que dans nos sociétés modernes, alors que de considérables progrès permettent à la majorité de nos concitoyens de bénéficier d’un niveau inégalé de confort, de sécurité et de santé, beaucoup se sentent soudain concernés par des risques nouveaux censés menacer leur santé. Le paradoxe tient à ce que, tout en profitant de façon consciente du progrès, l’opinion publique s’effraie de la marche apparemment irrésistible et de plus en plus rapide de celui-ci vers des horizons inconnus qui reculent sans cesse. L’opinion publique tend à se méfier moins du progrès lui-même que de ses acteurs et thuriféraires, en particulier de la puissance de leur lobbying auquel résiste mal le pouvoir politique. Elle se méfie également des forces économiques qui s’appuient sur une rationalité prétendument scientifique pour justifier leur mainmise sur les richesses de la planète. L’incompréhension ou la mésentente entre les experts scientifiques et l’opinion publique dominent la gestion des risques. Elles reposent sur l’utilisation – parfois abusive – de mots dont le sens n’est pas toujours compris. Cet article est une tentative pour donner un sens à des mots qui trop souvent sont utilisés sans que l’on sache exactement ce qu’ils recouvrent.

Dangers et risques : petit détour sémantique

  • 3 Robert, Dictionnaire Alphabétique et Analogique de la Langue Française, rubrique « danger », Paris, (...)

3Examinons scrupuleusement ce qu’en disent des dictionnaires peu contestés. Pour « danger », le dictionnaire Robert rappelle que, en un sens ancien, le mot « danger » concerne la situation de quelqu’un « qui est soumis à la domination d’un autre ou se trouve à la merci d’un pouvoir extérieur. »3 Plus récemment, le danger est « ce qui menace ou compromet la sûreté, l’existence d’une personne ou d’un bien ». Le mot « danger » a donc une connotation fortement négative : il implique une éventualité néfaste.

  • 4 Robert, op. cit. ; rubrique « risque ».
  • 5 Robert, op. cit. ; idem.

4Pour « risque », le même dictionnaire écrit : « Danger éventuel plus ou moins prévisible », définition assez proche dans l’esprit de la définition suivante, extraite du Webster’s New Twentieth Century Dictionary : « Chance of injury, damage, and loss. » Dans les deux définitions, on retrouve l’aspect négatif du danger. Mais il s’y ajoute deux nuances importantes, celle de prévisibilité, et celle corrélative de probabilité, l’une et l’autre suggérant la possibilité d’évaluer et même de calculer le risque, et par la suite de décider et d’agir en conséquence. Il n’est pas inintéressant de rappeler l’une des définitions juridiques du risque : « Eventualité d’un événement futur, incertain ou indéterminé, ne dépendant pas exclusivement de la volonté des parties et pouvant causer la perte d’un objet ou tout autre dommage. »4 « En matière d’assurance, le terme désigne souvent l’événement même contre la survenance duquel on s’assure. »5 Tout en conservant l’aspect négatif, cette définition conforte l’introduction du risque dans le champ des comportements humains, en séparant dans la causalité une composante volontaire, et une autre extérieure à la volonté, qui rend compte du caractère « indéterminé » de l’événement fâcheux.

  • 6 Robert, op. cit. ; idem.

5Condillac, dans le Dictionnaire de la langue philosophique de Foulquié, écrit : « Le risque est le hasard d’encourir un mal, avec espérance, si nous y échappons, d’obtenir un bien. » Cette définition qui a le mérite de présenter le risque, volontaire ou non, comme porteur d’une éventuelle issue positive, puisqu’il en émerge la notion de bénéfice possible.6 Cette arithmétique du coût / avantage est consubstantielle à la décision médicale, et plus fondamentalement à tout progrès humain. Après tout, si nos ancêtres n’avaient pris aucun risque, nous serions toujours suspendus à notre arbre.

  • 7 Setbon M., op. cit.
  • 8 Slovic P., op. cit.

6Au total, on peut faire les suggestions sémantiques suivantes : le danger entraînerait la peur et son antidote, le courage, mais pas nécessairement l’intervention de la pensée calculante. Il se situerait donc en amont de la rationalité. A l’opposé, le risque franchit les bornes de la conscience réfléchie et mène, si possible, à la mesure, à la recherche des causes, à l’analyse des conséquences, à la rationalité au calcul et, finalement, à l’acceptation ou au refus raisonnés de courir le risque. C’est sur cette distinction – fragile car non universellement admise – que nous allons construire la suite de notre démonstration. M. Setbon adopte cette même distinction entre « danger » et « risque ».7 Mais d’autres auteurs, P. Slovic en particulier, en proposent une autre, que nous reverrons : le « danger » serait objectif, alors que le « risque » serait un construit social subjectif.8

Problématique des risques : de la connaissance à l’action

7Chaque risque sanitaire pose deux types de problèmes. D’abord l’affirmation de son existence et l’estimation de son importance – sa qualification –, ce que les anglo-saxons dénomment risk assessment, qui est une activité de connaissance. Ensuite, la façon dont le risque admis est géré par les décideurs responsables du risk management qui est du domaine de la décision et de l’action, l’une et l’autre inévitables. Cependant l’absence d’action positive pouvant également être le résultat d’une décision.

8Les risques en général et les risques sanitaires en particulier sont l’enjeu de débats, voire de conflits, entre les tenants d’une approche fondée sur les sciences pures, représentées dans ce cas par l’épidémiologie et les spécialistes des sciences humaines – psychologie, sociologie et sciences politiques. En fait, à propos d’un même sujet, les uns et les autres ne parlent pas de la même chose. Un langage différent, une rationalité différente, des valeurs différentes sont invoquées.

9Pour les épidémiologistes, qui veulent faire de leur discipline une science de la nature, l’occurrence et les conséquences de l’événement sont produites par des processus physiques ou biologiques qui peuvent être quantifiés de façon objective. Le résultat du risk assessment épidémiologique se situe à l’extrême de la rationalité dans une visée objectivante, et dans un modèle résolument réductionniste. Pourvu qu’on dispose de l’information nécessaire – ce qui est loin d’être toujours le cas –, le risque peut et doit être mesuré. Pour ces experts, seul existerait le risque objectif. Les causes déterminées, la gestion du risque consiste à les combattre (facteurs de risque) afin de réduire la probabilité de l’événement fâcheux : c’est la finalité de la prévention.

10Pendant longtemps, et jusqu’à une période récente, les experts dominaient la scène de la qualification des risques. Ils exerçaient leur influence sur les pouvoirs publics pour les amener à la décision qui leur semblait la meilleure. Les décideurs suivaient ou non ces recommandations, selon le poids plus ou moins grand des lobbies, économiques essentiellement. En France, comme dans la plupart des pays développés, avec des décalages temporels, la réponse des pouvoirs politiques a été pendant longtemps : oui pour minimiser le risque nucléaire, non pour combattre énergiquement le tabagisme ou l’alcoolisme. L’URSS a fait exception dans la mesure où le risque nucléaire pour les populations civiles n’a pas donné lieu à des dispositions efficaces, pas plus d’ailleurs que les risques tabagique et alcoolique.

11Sans nier la réalité du risque objectif ainsi défini, bien des spécialistes des sciences humaines contestent la mesure qui est proposée, arguant que le risque est avant tout un concept subjectif. Le risque, pour un danger donné, n’existe pas en dehors des consciences, des sociétés et des cultures. Ceci ne veut pas dire que le risque subjectif socialement construit soit dépourvu de rationalité, mais il obéit à une rationalité différente, fondé sur un modèle moins réducteur. Ainsi, le risque subjectif est la façon, psychologique, sociale et culturelle dont un danger, réel ou imaginaire, est perçu.

Deux visions du monde « inconciliables » ?

  • 9 Setbon M., op. cit.
  • 10 Remarquons que l’opposition entre l’objectivité et le ressenti n’est pas propre à la notion de risq (...)

12Entre ces deux conceptions, le « risque objectif » et le « risque ressenti », le conflit est souvent virulent. Il ne s’agit pas de l’opposition entre la rationalité et l’irrationalité, mais entre deux formes de rationalité. Parmi les problèmes posés par la gestion d’un risque, se trouve celui de comprendre pourquoi le risque tel qu’il est ressenti peut être si différent du risque objectif. Dans le cas où celui-ci est incontestable et massif, comment convaincre les victimes éventuelles et les décideurs de s’approprier subjectivement la connaissance objective ? M. Setbon insiste sur l’importance croissante de la perception sociale des risques sanitaires9. Une fraction plus ou moins grande de l’opinion réagit à la prise de conscience de dangers potentiels en exigeant qu’ils soient gérés par les pouvoirs publics comme s’ils étaient des risques objectifs. Cela crée des difficultés pour les décideurs qui doivent tenir compte de l’opinion des experts, mais aussi de celle de l’opinion publique, d’ailleurs non univoque, à quoi il faut ajouter les pressions d’ordre économique, toujours présentes. Une nouvelle arme apparaît alors dans la panoplie des décideurs : la précaution, dont certains veulent faire un principe. Difficile épreuve dans le jeu démocratique.10

Différents contextes des risques sanitaires

13Le problème des risques sanitaires se pose dans des contextes distincts mais pas tout à fait indépendants :

  • celui de la médecine clinique individuelle, où la décision médicale, quelle qu’elle soit, est grevée de dangers pour le malade (un sujet exposé) ;

  • celui de la santé publique, où la victime potentielle est la population ou des sous-ensembles plus ou moins bien définis de celle-ci (un nombre très grand, et parfois mal connu de sujets exposés). Par exemple, les habitants de certains quartiers vétustes sont exposés au saturnisme.

  • et, intermédiaire entre les deux précédents, celui de la santé au travail où les conditions de travail peuvent être source de danger pour les travailleurs. (Un ensemble de sujets exposés bien délimité, et de taille nettement inférieure au cas précédent). Souvent les travailleurs peuvent être vus comme des sentinelles avancées de la population dans son ensemble : ainsi les risques encourus par les travailleurs du bâtiment ou de la construction navale ont fait prendre conscience que l’amiante pouvait aussi constituer un risque pour tous.

14De plus, il est évident que le débat risque objectif / risque subjectif ne se pose pas avec la même acuité dans les différents contextes. Dans le contexte clinique, l’existence d’une recherche développée, jointe à l’asymétrie d’information habituelle entre le patient et le médecin auquel il se confie, donne un poids toujours important à l’évaluation objective. Ce poids est toutefois de moins en moins décisif, depuis que le devoir d’informer le malade donne à ce dernier la possibilité de participer à la décision le concernant. A l’inverse, en santé publique, le poids du ressenti est souvent considérable et source de contradictions entre les nombreux groupes d’acteurs concernés : les experts épidémiologistes, les lobbies divers, les économistes, les industriels et les entreprises privées, les associations écologistes, les partis politiques, l’opinion publique, qui essaient de mobiliser la population et de convaincre les décideurs politiques. En santé du travail, la partie se joue essentiellement à quatre : les travailleurs individuels, les syndicats qui les représentent, les employeurs, et les experts médicaux et épidémiologistes, avant que les pouvoirs publics imposent finalement la réglementation.

Un risque n’est jamais isolé et ne peut être traité comme tel

15Si l’on considère la liste non exhaustive des risques sanitaires énoncée ci-dessus, il est évident que tout citoyen est exposé à plusieurs d’entre eux. De surcroît, d’autres risques non sanitaires le menacent : la perte d’un emploi, l’expulsion d’un logement, la perte ou la maladie d’un proche, l’infidélité d’un être aimé, un revers de fortune ou un embarras d’argent, une calamité météorologique, une grave crise politique, une menace 180 étrangère, etc. Bien entendu, les risques sanitaires et les autres ne sont pas indépendants, mais peuvent être en relation causale croisée. Nous vivons tous entourés d’une nébuleuse de risques multiples et en interrelation ; cette multiplicité et cette complexité sont une source de difficultés dans le choix des décisions à prendre. L’effort pour diminuer un risque en accroît un ou plusieurs autres. Au moment de la décision, se limiter à un seul risque est toujours erroné et souvent dangereux. L’arbitrage est toujours difficile. A titre d’exemple, le problème de la vache folle est assurément préoccupant par les immenses incertitudes sur l’évolution d’une épidémie, encore modeste aujourd’hui au Royaume-Uni, et minime sur le continent. Les mesures prises ont pour effet de déstabiliser complètement sur les plans moral et financier toute une série de professions, des éleveurs aux bouchers : plusieurs centaines de milliers de personnes sont touchées par cette crise. Personne n’a pris en compte les risques sanitaires subis par cette sous-population, menacée par toutes les conséquences sanitaires de l’appauvrissement et de la souffrance psychique. Il y a là un indiscutable transfert de risque sanitaire dont personne n’a songé à mesurer l’ampleur.

16Au total, si annuler un risque défini est une tâche impossible, il est encore plus illusoire d’espérer annuler tous les risques pour tout le monde.

Le risque objectif des épidémiologistes : de l’identification à la gestion

17Un épidémiologiste, pour qualifier un risque comme un fait objectif, s’efforce de réunir un ensemble de quatre éléments : un événement E ou une situation S, malencontreux en général, mais pas nécessairement ; une population P, exposée à l’événement E ou à la situation S. Tout risque individuel n’est intelligible que par relation de l’individu à son groupe ; la probabilité p qu’un individu pris au hasard dans telle population soit atteint par l’événement E (ou se trouve dans la situation S) pendant une période déterminée ; et les conséquences (sanitaires et non sanitaires) de la survenue de E. Les conséquences sanitaires le plus souvent envisagées sont négatives : maladie, incapacité ou mort, mais elles peuvent être aussi bénéfiques. Ces conséquences sont probables et de ce fait assorties de probabilités. Chacune de ces conséquences peut être vue comme un nouveau risque. Ainsi se constituent des chaînes de risques qui s’emboîtent l’un dans l’autre.

18Par exemple, si E est la survenue d’un cancer du poumon et P l’ensemble des fumeurs d’au moins un paquet de cigarettes par jour, les épidémiologistes savent mesurer la probabilité p de survenue de ce cancer dans les cinq ans à venir. Si N est l’effectif total de la population P, le nombre estimé de sujets atteints est égal au produit N x p. Même si le risque individuel est négligeable parce que la probabilité p est très petite, les dégâts collectifs peuvent être importants si la population exposée est nombreuse. C’est sans doute le cas pour la pollution aérienne. Nous en verrons un autre exemple avec le sida post-transfusionnel.

19Quand il dispose avec une clarté et une précision suffisante des quatre éléments cités ci-dessus, l’épidémiologiste considère avoir affaire à un modèle complet. Il peut continuer sa démarche de risk assessment en recherchant les causes, c’est-à-dire les facteurs dont la présence modifie l’incidence du risque. Puis il tente de mesurer la force du lien entre l’intensité du facteur et l’incidence du risque. Enfin il accumule les arguments permettant de juger si le lien est causal ou non, en utilisant les critères de causalité classiques depuis B. Hill.

20Dès qu’il possède une connaissance minimale des facteurs de risque à caractère causal, il est en mesure de proposer une action de réduction de ces facteurs, en ciblant cette action sur les populations particulièrement exposées. Ces actions peuvent conduire à des changements de comportements individuels ou collectifs (tabagisme ou abus d’alcool), ou à des modifications d’environnement, par exemple par l’interdiction d’un produit : suppression de l’utilisation industrielle de l’amiante. On espère ainsi diminuer – mais pas annuler, car tous les cancers du poumon ne sont pas dus au tabac, ni tous les mésothéliomes à l’amiante – la probabilité p, c’est-à-dire l’incidence du risque.

21C’est là une des constantes du discours des experts, et la moins contestable, que d’affirmer que, même pour un risque isolé, le risque nul n’existe pas.

22Ces recherches, notamment la mise en évidence des facteurs de risque, prennent souvent beaucoup de temps – plusieurs années – et sont très coûteuses, d’autant plus que les enquêtes nécessitent beaucoup de sujets. Ce que l’opinion publique et les politiques ont parfois du mal à comprendre.

Où les difficultés commencent : écarts par rapport au modèle rationnel complet

23Le modèle complet, où tous les paramètres identifiés sont connus et pris en compte, est l’archétype méthodologique de la recherche épidémiologique. Il est habituel dans la recherche clinique. La médecine moderne s’efforce en effet de faire des analyses quantitatives bénéfices / risques. Elle les présente comme seules rationnelles et fait accepter par les malades les décisions que ces analyses suggèrent. Il est des cas célèbres où des analyses de risque très poussées ont pu être conduites parce qu’on maîtrisait bien les paramètres du modèle complet. Telles sont les études classiques sur les risques du tabagisme. Mais très souvent ce modèle n’est pas appliqué ou se trouve inapplicable, parce qu’on ignore l’un, voire plusieurs, des paramètres. Le modèle est incomplet. Examinons quelques cas d’incomplétude.

Probabilité non connue, mal connue, ou méconnue

  • 11 Allègre C., « Risque et société : introduction », In Tubiana M. et al., op. cit.

24Il est des cas où la probabilité est impossible à mesurer. Ainsi des catastrophes naturelles, telles que les séismes ou les éruptions volcaniques11. Elles sont parfois si rares qu’on manque d’observations pour les déterminer. On sait simplement qu’elles sont possibles. Mais la gravité potentielle des conséquences conduit les pouvoirs publics à prendre des mesures de précaution éventuellement très onéreuses. Il en est de même pour la dioxine, puisqu’on n’a pas encore identifié de maladie – en particulier des cancers – due de façon sûre, ni même vraisemblable, à ce toxique. Quant à la maladie de la vache folle, ses conséquences humaines sont encore limitées (trois cas en France depuis 1996 mais plus de 80 au Royaume-Uni).

25Il peut arriver aussi que les experts se trompent lourdement sur la valeur de p. Ainsi en fut-il de l’infection au VIH/ sida dans les années 1983-1986. Les experts ont été abusés par la conception qu’ils avaient des maladies virales classiques, telles que l’hépatite B, et ils ont alors longtemps cru que la séropositivité était un indice de protection contre la maladie et que seuls 10 % des séropositifs seraient atteints du sida clinique, alors que la suite des événements montra que la probabilité d’être touché était proche de 100 %.

Difficultés à déterminer clairement la population

26La population exposée n’est pas toujours clairement définie. Reprenons les différents contextes individualisés précédemment :

27a) Le contexte médical clinique individuel : la particularité d’un malade permet de le faire entrer dans une catégorie (c’est-à-dire une sous-population) pathologique, bien identifiée par la recherche clinique, justifiable d’un traitement donné, dont les risques et les bénéfices sont en principe connus même si les singularités de ce patient peuvent amener à moduler la décision thérapeutique.

28b) Le contexte de la santé au travail. L’environnement des travailleurs dans leur milieu professionnel peut être à l’origine de maladies. On en a pris conscience de façon plus ou moins rapide selon les industries : l’industrie lourde et le bâtiment par exemple connaissent depuis longtemps les risques d’accident. L’industrie nucléaire a défini des normes strictes d’exposition aux radiations. L’industrie chimique a pris conscience des dangers cutanés, respiratoires et généraux causés par l’environnement professionnel. Ceci d’ailleurs ne veut pas toujours dire que des mesures appropriées aient été adoptées : ainsi en a-t-il été des risques liés à l’amiante qui, bien que connus, sont resté longtemps occultés sous la pression de lobbies patronaux qui ont su circonvenir et endormir la vigilance politique et administrative. Cependant, les risques professionnels ne se limitent plus seulement aux facteurs matériels, physiques ou chimiques. Depuis les travaux de Marmot, on sait que le « vécu psychologique  » du travail est aussi un déterminant de la santé physique, y compris pour l’incidence de maladies organiques sévères.

29Dans l’étude des risques professionnels, les populations étudiées sont les groupes de sujets exposés, classés selon leur emploi. Dans une entreprise, les risques encourus ne sont pas les mêmes selon les catégories de travailleurs. Par contre, des travailleurs appartenant à des entreprises différentes peuvent connaître des expositions de même type et d’intensité comparables. La connaissance correspondante s’inscrit dans des matrices « emploi / exposition » : pour chaque type d’emploi, est listé l’ensemble des risques connus auxquels le travailleur est exposé. En principe, les pouvoirs publics fixent alors des normes d’exposition et des mesures préventives adaptées. La santé au travail, qui concerne des catégories de sujets définis par leur appartenance socioprofessionnelle, constitue ainsi un pont conceptuel entre la santé des individus et celle de la population.

30c) Le contexte de la santé publique concerne en principe la population dans son ensemble. Les facteurs de risque auxquels elle est exposée dans les pays occidentaux sont très variés et inégalement reconnus : ils sont diffus et leur répartition est mal inventoriée.

  • d’abord les modes de comportements plus ou moins nuisibles pour la santé : le comportement sexuel et les maladies qui peuvent en résulter ; la consommation de substances toxiques, licites (usage du tabac, abus de l’alcool) ou illicites (dont les plus dangereuses demeurent l’héroïne et la cocaïne, mais dont le spectre varie et s’étend sans cesse) ;

  • la violence (y compris le suicide) et les accidents (de la circulation et domestiques), liés en partie à des prises de risque plus ou moins conscientes ;

  • les grandes maladies infectieuses : grippe, sida, tuberculose, paludisme, sans omettre les maladies infectieuses émergentes. Bien que convenablement contrôlées dans nos sociétés – contrairement aux pays du tiers-monde –, elles méritent toujours une extrême vigilance car le faible nombre de décès qu’elles entraînent ne doit pas cacher la menace qu’elles représentent. Rien ne garantit contre la résurgence d’une pandémie grippale dont on est loin d’être sûr de savoir la contrôler.

  • les modes et produits alimentaires dont les conséquences, sans doute importantes, sont encore mal identifiées sauf dans quelques cas particuliers ;

  • la pollution de l’environnement, dont celle de l’air par les émanations de l’industrie et des véhicules à combustion interne. A propos de pollution, émerge le problème de la possible extension de risques professionnels à la population dans son ensemble : le flocage à l’amiante est-il dangereux pour les habitants des bâtiments floqués ? La population qui vit à proximité des installations nucléaires subit-elle des risques sanitaires identifiables et mesurables ? Quelle place leur donner par rapport aux irradiations médicales ou naturelles ? En avance sur bien des professionnels et en particulier sur le corps médical, en avance sur les politiques, la société prend une conscience de plus en plus aiguë de ce type de problème, mais elle n’est pas toujours bien informée.

31La division des contextes en trois catégories est bien entendu arbitraire : à titre d’exemple, des décisions médicales individuelles peuvent avoir de graves conséquences en terme de santé publique. Le sida post-transfusionnel en est un exemple tragique. Deux types de décisions médicales inadéquates ont multiplié de façon massive en France, le nombre de contaminations chez les sujets transfusés : d’une part, le rejet de la sélection clinique des donneurs et, d’autre part, le recours abusif à la transfusion, sans véritable nécessité clinique. Cela a conduit, dans les années 1983-1988, à décupler le nombre de contaminations par transfusion et à un excès de plusieurs milliers de décès.

32On observe donc un premier décalage entre le risque objectif et le risque proclamé, et sans doute ressenti, décalage qu’il convient d’examiner et de comprendre.

Le risque subjectif, c’est-à-dire ressenti individuellement ou socialement

33Le risque objectif, même quand il est parfaitement documenté, et a fortiori quand des incertitudes subsistent, n’est pas suffisant pour entraîner la conviction des usagers ou même des politiques. Par exemple, le nombre de morts et de handicaps dus au tabac ou aux accidents de la route ne terrorisent pas l’opinion publique, car de nombreux facteurs subjectifs viennent brouiller le message des experts et des épidémiologistes.

Le risque ressenti : phénomène psychologique

34Plusieurs éléments psychologiques (mais aussi culturels), interviennent dans la prise de conscience des dangers par la population. Chacun d’entre eux mériterait un long développement tant ils jouent un rôle important dans le perception du risque. Cependant, pris ensemble, ils permettent de mieux comprendre comment et pourquoi certains risques peuvent être sous-estimés, déniés, voire méconnus, ou à l’inverse surestimés. Ils peuvent être aussi recherchés, tolérés, ou à l’inverse refusés.

35Un premier élément est la chronologie des conséquences. Une expression trop différée de celles-ci peut minimiser la prise de conscience du risque. Dire à une jeune fumeuse de 17 ans qu’elle risque de mourir d’un cancer du poumon, dans d’atroces souffrances, à l’horizon lointain de ses 55 ou 60 ans, ne la convaincra pas d’abandonner un comportement par lequel elle pense affirmer sa jeunesse et sa féminité libérées. Un deuxième élément est le goût, ou à l’inverse l’aversion pour le risque. Bien des jeunes, pour s’affirmer et par défi, recherchent le risque, même s’il est immédiat. Leurs conduites automobiles, motocyclistes ou toxicomaniaques relèvent de cette logique. A l’inverse, trois cas de listériose vont geler la consommation d’un produit suspect sur le quart du territoire national et potentiellement mettre en faillite des entreprises et au chômage des centaines de travailleurs ! Ce dernier cas exprime une attitude sécuritaire très commune dans la société contemporaine. Elle n’est pas sans poser des problèmes éthiques non négligeables.

36La valeur accordée aux conséquences est également un facteur majeur. Pour un jeune, le handicap permanent est l’objet de terreur, beaucoup plus que la mort. Le mot « cancer » sème la panique, alors que « infarctus » ou « maladie cardiovasculaire » sont reçus dans une relative indifférence.

37Un risque subi à la suite d’une initiative ou d’une négligence des autres (notamment un employeur, une entreprise, l’Etat ou encore la société) entraîne une aversion forte, et de ce fait est jugé intolérable. C’est le cas des risques liés à l’environnement. A l’inverse, d’autres risques, librement consentis, voire choisis par les sujets exposés, en raison de leur valeur séductrice, sont, même s’ils sont bien plus grands, facilement assumés. Les 60 000 décès annuels dus au tabac en France, équivalents à 200 accidents d’avions gros porteurs, devraient semer la panique. Ils ont juste contribué à réduire la consommation masculine adulte, mais n’ont eu aucun effet ni sur les femmes, ni sur les jeunes.

  • 12 Girard J.F., Quand la Santé devient publique, Paris, Hachette Littératures, 1998.

38Enfin « les risques connus, même importants, sont mieux acceptés et même plus facilement courus que les risques suspectés non encore quantifiés ».12

39De surcroît, dans une société imbue d’une culture déterministe, le concept de probabilité est souvent mal assimilé, tout particulièrement quand il s’agit de probabilités très petites, qui sont facilement tenues pour négligeables, ce qui peut avoir des conséquences graves. A titre d’exemple, si la probabilité qu’une poche de sang soit contaminée par le VIH est de 5 pour 10 000, chaque clinicien prescrivant une transfusion peut de bonne foi penser que le risque de contamination pour son patient est négligeable. Ce faisant, il oublie que, si 3 millions de transfusions sont prescrites chaque année, la conséquence est que 1 500 personnes seront contaminées, puis tuées par le virus du sida. Cela ne signifie pas qu’il faille renoncer à transfuser, mais que chaque prescription doit être soigneusement pesée et limitée aux besoins vitaux.

40Tous ces facteurs psychologiques constituent une première explication de la distance qui sépare les jugements personnels des mesures prônées par les experts.

Le risque ressenti, phénomène social

41En santé publique, et à un moindre degré en santé au travail, la conjonction de l’évaluation épidémiologique et du jugement personnel ne suffit pas pour comprendre la dynamique des risques ressentis, ni les difficultés de leur gestion : un risque est un phénomène social. Cette affirmation contient en elle toute la difficulté de gérer un risque sanitaire en santé publique, et pour plusieurs raisons.

  • Tout risque, considéré dans sa globalité temporelle – sa genèse, ses manifestations, ses conséquences, sa gestion, son coût – est un processus enraciné dans un ensemble d’institutions et de relations sociales. Au sein de ce processus, les épidémiologistes découpent un modèle rationnel et objectif qui n’est qu’une vue partielle d’une réalité complexe. Les magnifiques enquêtes tabac-cancer des poumons ne sont pas allées jusqu’à se demander pour quelles raisons l’on fume.

  • Les risques naturels ont également une forte composante sociale, non seulement dans leur conséquences, mais aussi dans leur cause. A Voltaire qui, à l’occasion du tremblement de terre qui détruisit Lisbonne, s’indignait du malheur innocent qui frappait les victimes, Rousseau, écologiste avant l’heure, faisait remarquer que la cause première de l’hécatombe n’était autre que la concentration urbaine conçue et réalisée par les hommes.

  • La complexité s’accroît si l’on accepte l’idée que, dans la majorité des cas, un risque n’a pas que des conséquences négatives, mais qu’il peut aussi amener des bénéfices. Ainsi en est-il des comportements « séducteurs », tels que la consommation de drogues, légales ou non.

  • Une degré de complexité de plus, dans la conscience sociale d’un risque, est que tout risque est plongé dans un océan de risques, (eux-mêmes dotés d’éventuels bénéfices), et que toucher à un facteur de risque conduit à en modifier beaucoup d’autres.

    • 13 Kasperson R.E., « The Social Attenuation and Amplification of Risk », In Tubiana M. et al., op. cit (...)

    Les risques sont connus de la plupart des citoyens, non pas par une expérience directe, mais par un système de communication sociale (médias, conversation, rumeur, etc.). De cela découle une part de fantasme ou d’illusion qui finit par faire partie intégrante du risque. Les différents risques peuvent être ainsi l’objet d’une atténuation ou d’une amplification sociales, sur lesquelles R. E. Kasperson a justement insisté.13 Un gestionnaire de risques ne peut ignorer qu’un ressenti collectif est un fait social, indépendamment de son contenu.

  • La perception que le public a de l’importance des risques est qualitative et complexe, et soumise à des considérations affectives, telles que l’incertitude et la peur (dans le doute, le pire est le plus probable et mieux vaut s’abstenir), liées aux insuffisances de la maîtrise des risques, mais aussi à des valeurs positives telles que le souci d’équité et celui d’offrir un avenir sain aux générations futures. Cette dernière dimension explique sans doute l’extrême méfiance du public vis-à-vis des OGM et des déchets radioactifs, ou plus généralement de la fuite en avant mal contrôlée des progrès scientifiques.

42Au terme d’un processus complexe, la société choisit ses risques, qu’elle qualifie alors d’acceptables ou d’intolérables.

Différents groupes sociaux concernés

  • 14 Got C., Risques objectifs et perception des risques. Information et décision : quelles relations ? (...)

43La société n’est pas homogène. Cette hétérogénéité se manifeste par des conceptions et des vécus différents selon les groupes sociaux. Perception sociale des dangers, le risque est le fruit de phénomènes interactifs où interviennent la culture, les valeurs, la conception du monde véhiculée par ces différents groupes sociaux. Les risques et les bénéfices sont en effet différents pour chaque groupe social. A côté de la population réellement ou potentiellement exposée, C. Got isole, entre autres, le point de vue des gestionnaires du risque (décideurs politiques et responsables administratifs), des experts scientifiques, des victimes, des chefs d’entreprise, et des juges.14

44Les gestionnaires du risque doivent établir la réglementation, veiller à son application, prendre les mesures adéquates, être sensibles aux attentes de l’opinion publique, être capables de comprendre et d’informer. Ils sont menacés de poursuites judiciaires, car c’est contre eux qu’on invoquera le principe de précaution. Ainsi, être décideur est une occupation « à risque », dans la mesure où leur gestion des risques peut être contestée par les victimes réelles ou supposées. Les chefs d’entreprise, au nom des intérêts économiques et financiers qu’ils représentent, peuvent ignorer des risques parfaitement documentés et exposer sciemment leurs employés ou leurs clients à de gros risques. Tel est le cas des industriels du tabac, de l’amiante ou de l’automobile. Quand des emplois sont menacés, ils trouvent des alliés dans leur propre personnel ainsi que des connivences politiques et administratives.

45Les victimes et leurs familles sont mues par des sentiments divers : le désir de comprendre, afin que de nouveaux accidents ne se reproduisent pas, la recherche d’une indemnisation, la conviction que tout accident est la conséquence d’un comportement humain personnel et que cela demande réparation.

46Les uns et les autres peuvent se retrouver devant les juges, car ceux-ci constituent le dernier recours quand une défaillance, une erreur, une faute ou un délit des gestionnaires du risque et /ou des chefs d’entreprise peuvent être invoqués. Les juges se doivent alors de discerner les responsabilités individuelles (aux dépends des dysfonctionnements systémiques), de dépister les fautes et de les sanctionner de façon équitable. Ils sont exposés à de fortes pressions médiatiques, à juger le passé d’après les vérités d’aujourd’hui, à invoquer le principe de précaution dans un manque de références solides. Le risque de se comporter en justicier et de commettre l’iniquité n’est pas nul. Les juges sont condamnés à suivre les choix de la société en matière de risque et à conforter un système incohérent. Par exemple, le drame du sang contaminé en France est survenu alors qu’il n’y avait encore jamais eu aucune plainte contre les industriels du tabac, ni contre les fabricants d’automobiles dont la publicité vantait des performances qui dépassaient de 50 ou 100 km/h la vitesse maximale autorisée.

Les experts scientifiques sont-ils un groupe social comme les autres ?

  • 15 Got C., op. cit.

47C. Got a-t-il raison lorsqu’il considère les experts scientifiques au même titre que les autres groupes sociaux ?15 Non, parce qu’ils représentent une légitimité intellectuelle importante, fondée sur une approche méthodologique soumise en permanence à la critique scientifique et à l’épreuve des faits. On n’a donc pas le droit d’écarter leur vérité.

  • 16 Kuhn T. S., La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1972.

48Oui, si l’on veut analyser minutieusement leurs assumptions et, notamment, le rapport à l’objectivité dont ils se targuent. L’objectivité de leur point de vue peut être mise en question : T. Kühn a montré que les systèmes de pensée scientifique sont socialement construits.16 A un moment donné, la communauté d’une discipline scientifique choisit son modèle d’analyse, ses critères de jugement, en les adaptant à son exigence de rationalité, en attendant que la prochaine révolution scientifique amène un changement de ce paradigme.

49Les experts hyper spécialisés dans leur discipline méconnaissent trop souvent l’appauvrissement réductionniste et la mutilation du réel qu’implique l’utilisation de leurs modèles. La rigueur scientifique se paie par un appauvrissement du réel. Il en résulte que la rationalité de l’expert (ici l’épidémiologiste) n’est pas la seule possible, et que d’autres, complémentaires et concurrentes, doivent être acceptées (avec les mêmes limitations d’ailleurs). Trop souvent les experts n’admettent pas cette forme d’humilité. Ils présentent leurs conclusions comme l’expression exclusive de la Vérité, et ont peine à concevoir qu’elles soient le résultat d’une approche partielle. Confiants dans leur méthode de façon parfois démesurée, ils ont tendance à rejeter dans les ténèbres de l’irrationalité le ressenti et le vécu des autres groupes. Ils le pensent, et l’affichent ouvertement. C’est l’une des raisons pour lesquelles ils sont souvent de mauvais communicateurs. Les experts sont la plupart du temps des chercheurs, et non pas des hommes voués à l’action. Le chercheur s’oppose au décideur : le premier veut le vrai et il peut prendre son temps pour affiner sa recherche qui lui permettra de choisir, avec le maximum de sécurité, entre le vrai et le faux. L’homme d’action doit décider, il ne peut se permettre d’attendre le progrès de la science, dont le développement n’est pas prévisible. Il décide dans l’incertitude et doit, parmi les propositions non démontrées, choisir celles qui apparaissent les plus plausibles.

  • 17 Tabuteau D., La Sécurité sanitaire, Paris, Berger Levrault, 1994.

50Il est donc indispensable que les experts soient bien distingués des décideurs (principe de séparation de D. Tabuteau).17 A chacun son rôle et sa responsabilité. Cette séparation n’est pas toujours admise. Elle ne l’est pas toujours des décideurs qui sont trop heureux de pouvoir prendre l’avis des scientifiques comme alibi. Ni forcément des experts eux-mêmes, car non contents d’être des diseurs de vérité(s), ils aiment être perçus comme des faiseurs de normes et se comporter comme si la science allait régler les comportements. Ils sont quelquefois juges et parties. Ainsi en a-t-il été d’experts des risques nucléaires dont l’indépendance vis-à-vis des industriels n’a jamais été démontrée. Rappelons-nous l’affirmation selon laquelle le nuage de Tchernobyl avait miraculeusement respecté les frontières de certains pays !

  • 18 Slovic P., in Tubiana M., op. cit.

51De tous ces facteurs résulte une perte de crédibilité des experts. P. Slovic insiste sur la perte de confiance dont souffrent les experts face à l’opinion publique.18

La méfiance du public

  • 19 On peut citer le titre de la chronique de Pierre Georges, dans Le Monde du 7 novembre 2000, « Je cr (...)

52L’opinion publique, en démocratie, se méfie des puissants, toujours suspects de vouloir abuser de leur pouvoir qu’ils soient industriels ou thuriféraires de l’ultralibéralisme, car ils sont guidés par l’appât du profit. N’y a-t-il pas, derrière des risques comme l’effet de serre, la déforestation de l’Amazonie, l’amiante, le tabac, la violence routière, les OGM, des intérêts financiers énormes qui font peu de cas de l’intérêt général ? Les politiques veulent plaire avant tout à leurs électeurs. L’administration, elle, n’a pas la réputation de chercher la transparence et une certaine opacité justifie son rôle. L’opinion publique se méfie aussi des clercs, c’est-à-dire des experts, parce qu’ils mettent le développement de leur activité scientifique et le prestige qu’elle est censée leur donner au-dessus de l’intérêt collectif. Quand les trois groupes se trouvent être d’accord, et tout particulièrement quand ils ne semblent pas être indépendants, (tel est le cas dans le nucléaire), la méfiance est alors multipliée et peut confiner à la paranoïa.19

53La confiance est fragile, elle est longue à gagner, et le moindre faux pas peut la détruire bien souvent de façon irréversible. Les événements susceptibles de la compromettre sont toujours plus visibles, mieux définis que ceux qui devraient la conforter. Ils sont donc mieux relayés par les médias. Quand la méfiance est installée, la répétition des études et des recherches censées la combattre a un effet inverse : « S’ils insistent tellement pour nous prouver qu’ils ont raison, c’est qu’ils ont des doutes ! » Il s’agit d’un problème de société : le système démocratique mine par principe la confiance que l’opinion accorde de façon générale à des élites qu’elle doit contrôler. Cette attitude n’est pas nécessairement la marque d’un esprit irrationnel. La méfiance a peine à se transformer en confiance quant aux problèmes particuliers que soulève la gestion d’un risque déterminé.

Deux mots dangereux qui font fortune : sécurité et précaution

  • 20 Setbon M., « L’Action publique face aux risques sanitaires : responsabilité et incertitude », Revue (...)
  • 21 Setbon M., op. cit.

54C’est dans ce contexte que, depuis dix ans, se produit le changement bien analysé par M. Setbon20 : l’opinion publique revendique de plus en plus que ses peurs et les dangers qu’elle perçoit soient gérés comme des risques. Les décideurs politiques doivent gérer ces risques dans la plus grande incertitude, avec une ignorance quasi totale des paramètres qui permettraient de les définir, de les identifier et de les mesurer. C’est évidemment la quadrature du cercle. La sécurité et la précaution deviennent chez les décideurs de véritables obsessions. Le but est de réduire la perception du risque, en « gérant l’ignorance au bénéfice de la sécurité ».21

55Qu’est ce que la sécurité ? Ce mot est dérivé du latin securus qui signifie « sûr ». Le substantif « sécurité » est le doublet savant de « sûreté » Mais il n’en est pas le synonyme parfait. La sûreté implique que l’on n’a aucun doute, et que le risque zéro peut exister pour tous les risques auxquels on est exposé. Tel n’est pas le cas de la sécurité. On peut certes diminuer un risque donné au point de le faire tendre vers zéro, mais cette diminution se paie alors par l’accroissement considérable d’autres risques. A titre d’exemple, on peut vouloir annuler le risque d’accidents de la circulation, et pour cela interdire toute forme de déplacement, consigner tout le monde à domicile et faire respecter cette interdiction. Mais il est clair que les perturbations psychologiques, sociales, économiques et sanitaires seraient massives. Il faut donc que la sécurité s’accommode de risques résiduels mais réels. Le mot sécurité a deux sens : subjectif, « état d’esprit confiant et tranquille de celui qui se croit à l’abri de tout danger » et objectif, « conditions matérielles, économiques, politiques propres à créer un tel état d’esprit ». Le premier sens correspond au désir profond de celui qui se sait ou se croit exposé, et le second aux mesures qu’il attend des autorités (politiques, administratives, patronales, syndicales, associatives, etc.).

  • 22 Tabuteau D., op.cit.

56En France, la sécurité sanitaire est un concept récent, qui a surgi dans l’opinion à la suite du drame du sang contaminé, beaucoup plus bruyant que dans d’autres pays. D. Tabuteau la définit comme « la sécurité des personnes contre les risques liés aux activités du système de santé ».22 Cette définition est insuffisamment large, car elle se focalise sur les actions des professionnels de la santé, et non pas sur la santé de la population. Elle a l’effet pervers de désigner d’emblée les coupables potentiels. Or bien d’autres déterminants agissent sur l’état de santé. Cette définition exclut des risques sanitaires tels que les risques liés au tabagisme, aux radiations ionisantes, l’effet de serre, les OGM.

  • 23 Rollet C., communication personnelle.

57Dans notre société marquée par l’individualisme, le désir légitime de chacun est le maximum de sécurité. Mais ce désir se transforme souvent en exigence parce qu’il est devenu un droit absolu. Un droit de tous, face à tous les risques ressentis et à tout moment. Un droit élastique pourtant, puisqu’il est très inégalement perçu. Peu nombreux sont ceux qui revendiquent l’intensification de la lutte contre le tabagisme (domaine où l’opinion et les médias se contentent de compter les coups), contre la violence routière (où la revendication intermittente, désolée et modeste consiste à réclamer davantage de policiers sur les routes durant les week-ends noirs). D’autres risques, subodorés mais mal connus et non chiffrés, agitent l’opinion. Ainsi, le désir de sécurité, devenu souci puis exigence, s’est-il transformé en « folie de la sécurité ».23

  • 24 In le journal Le Monde du 21 avril 2000 ; Garnier P., La Tiédeur, Paris, PUF, 2000.
  • 25 Girard J.F., op. cit.

58Que se cache-t-il derrière cette idéologie sécuritaire ? On trouvera quelques éléments de réflexion dans un article de R.-P. Droit, intitulé « Les ardents et les tièdes », où il rend compte de l’ouvrage de P. Garnier, La Tiédeur.24 Il stigmatise les « âmes douillettes », les prudents « amateurs de calme », les délicats « chercheurs de paix en retrait », les « dormeurs de fond », ceux qui « inventorient les moyens de vivre à risque nul », bref ceux pour qui l’idéal est de faire la planche, sans espérance, mais aussi sans vrai désespoir. Ils regardent d’un mauvais oeil les ardents qui veulent changer le monde, et dont l’aveuglement leur semble ridicule. Réveillés de leur sommeil par la peur, ils peuvent devenir méchants dans leur dénonciation non seulement de ces rebelles dangereux, mais aussi de tous ceux qui n’ont pas pris toutes les mesures propres à garantir leur quiétude. L’idéologie sécuritaire peut alors devenir meurtrière, car elle est destructrice de toute solidarité. Ils n’ont pas compris que le risque nul n’existe pas, ni que l’aversion excessive vis-à-vis du risque est en elle-même un risque pour la collectivité. Ils n’ont pas saisi que toute innovation implique des risques, « qu’il faut trouver un juste équilibre entre la mise en œuvre d’une innovation encore mal maîtrisée et le blocage de l’acquisition de nouvelles connaissances, que toute décision de santé publique est une décision politique, car elle vise l’intérêt du plus grand nombre avec le risque d’être dommageable pour quelques-uns ».25 Toute action destinée à diminuer les risques au sein d’une collectivité est intrinsèquement utilitariste.

  • 26 Robert, op. cit. ; rubrique « précaution ».
  • 27 Tabuteau D., op. cit.

59Qu’est ce que la précaution ? C’est une « disposition, une mesure que l’on prend pour éviter un mal, un désagrément, ou en atténuer l’effet ».26 C’est donc presque un synonyme de « prévention ». Toutefois, la prévention, dans le contexte qui nous occupe, se veut une action informée, ou qui peut se prétendre telle, adaptée dans sa pertinence, et mesurée à son objet. La précaution ne peut revendiquer ces qualités, puisque le risque que l’on combat est plus mal connu. Mais elle peut être réfléchie, ou raisonnable, à condition que le décideur fasse preuve de jugement. Elle peut éviter que l’on s’aventure trop avant dans l’inconnu. L’attitude de précaution se présente ainsi comme un moyen au service de la sécurité. Elle repose parfois sur le vieil adage hippocratique : Primum non nocere, c’est-à-dire « avant tout ne pas nuire ». Beaucoup interprètent cet adage en préconisant l’abstention de toute action et la condamnation de l’acte. Cette attitude n’est plus de mise aujourd’hui : ne rien faire et attendre peut être dangereux. Les cliniciens le savent, le calcul du bénéfice / risque leur est familier, même s’il ne savent pas encore le formaliser dans un arbre de décision paramétré, ce qui serait possible dans une large mesure. Dans un contexte de décision en santé publique, les choses sont moins simples, faute de connaissances suffisamment précises. Mais là aussi le principe de précaution ne peut être un principe de « désertion ».27

  • 28 Robert, op. cit. ; rubrique « principe ».

60Pourquoi donc vouloir en faire un principe ? Le mot « principe »28 signifie « commencement, origine, fondement » ; « Cause agissante » en philosophie ; « proposition posée a priori et non déductible » en logique ; « règle d’une action, formulée ou non, s’appuyant sur un jugement de valeur, et constituant un modèle, une norme, ou un but », dans une acception plus courante. Dans tous les cas, le mot a une très forte connotation d’abstraction et d’intangibilité.

61Il n’est pas surprenant que les juristes raffolent du principe de précaution  ! Les tièdes en font l’arme absolue de l’idéologie sécuritaire. Pourtant le principe de précaution peut être le fossoyeur du progrès, du risque calculé, de la réflexion, de l’humanité. La précaution est nécessaire, mais avec sagesse et discernement, pour trouver l’équilibre entre le refus systématique du progrès et la confiance aveugle dans la science et la technique.

  • 29 Girard J.F., op. cit.

62J.-F. Girard29, avec beaucoup de discernement, réclame une « culture de précaution », qu’il faudrait associer à une « culture de la connaissance et de l’incertitude ». C’est ainsi que l’on pourra construire « une culture des risques /une culture du risque », basée sur une approche modeste et efficace de leur gestion. Modeste parce que le droit à l’erreur ne peut être aboli, efficace parce qu’on aura tout fait pour les minimiser. Cette culture du risque appelle trois remarques :

  1. Elle est une partie de la culture de santé publique : elle implique un souci de globalité des enjeux et des finalités, ainsi que la conscience de l’extrême complexité des connaissances et des situations. La science de l’écologie est fondée sur cette double implication. Une faiblesse de l’idéologie écologiste tient à son oubli de ces exigences épistémologiques. Les écologistes méconnaissent et la globalité et la complexité. Moins myopes peut-être que bien des experts, ils ne vont pas au bout de leur logique.

  2. Cependant la culture du risque n’est pas toute la culture de santé publique. A titre d’exemple, le système de soins doit être jugé au moins autant sur l’efficacité et la qualité des soins que sur leur seule sécurité.

    • 30 Lalo A., « La Directive Seveso à l’épreuve des faits », in Tubiana M. et al., op. cit.

    La culture du risque doit être partagée entre tous les membres de la communauté. Plusieurs approches sont possibles. La plus importante est de nature politique : c’est l’instauration d’un débat démocratique. C’est sans doute du côté des scientifiques que l’effort d’explication (de ce qu’ils savent) et de compréhension (de la perception du risque) devra être le plus grand. Le public a le droit de savoir et de comprendre, et il en est capable. Telle est la conviction que tout expert engagé dans le débat devrait faire sienne. Par exemple des espaces publics de discussion devraient être ouverts sur la base d’une conviction partagée que « la vigilance à l’égard des risques technologiques n’est plus une question d’ordre technique se déroulant à huis clos entre experts ».30 Il est évident que cette convergence prendra du temps.

63Il ne suffit pas de combattre et de débattre sur les risques pris un par un ou catégorie par catégorie (risque nucléaire, industriel, environnemental, comportemental, etc.). Il faut élever le débat et les considérer globalement, dans leurs interactions mutuelles. Car les risques ne vont jamais seuls, ils sont pluriels. Ils se combinent en synergie ou en antagonisme, ils entrent ou non en concurrence. L’intervention sur l’un d’eux doit être regardée sous l’angle de son effet sur chacun des autres. L’introduction de cette idée dans le domaine de la santé publique est un beau défi pour une authentique politique de santé.

  • 31 Girard R., Des choses cachées depuis la fondation du monde, Paris, Grasset, 1978, p. 133.

64Comme bien d’autres aspects de l’interaction entre connaissance et action, la qualification et la gestion des risques pour la santé met en jeu l’affrontement entre l’objectivité proclamée de la science et la subjectivité des différents acteurs, y compris celle des scientifiques eux-mêmes. Peut-être n’est-il pas inopportun de réfléchir à cette phrase du grand anthropologue René Girard : « La grande faiblesse de la pensée moderne, c’est la fausse identification qu’elle a toujours faite entre le scientifique et le gommage des rapports vivants, leur réduction à la pure objectivité des choses. »31

Notes

1 Slovic P., «Trust, Emotion, Politics and Science : Surveying the Risk Assessment Battlefield», In Tubiana M., Vrousos C., Carde C., Pagès J.P., Risque et Société, 1999, Nucléon, 91194, Gif- sur-Yvette.

2 Setbon M., Les Risques sanitaires. Manuscrit communiqué à l’auteur. A paraître.

3 Robert, Dictionnaire Alphabétique et Analogique de la Langue Française, rubrique « danger », Paris, 1970.

4 Robert, op. cit. ; rubrique « risque ».

5 Robert, op. cit. ; idem.

6 Robert, op. cit. ; idem.

7 Setbon M., op. cit.

8 Slovic P., op. cit.

9 Setbon M., op. cit.

10 Remarquons que l’opposition entre l’objectivité et le ressenti n’est pas propre à la notion de risque : on la retrouve par exemple pour le temps qui passe. Il peut être mesuré objectivement d’abord par les astronomes, puis par les physiciens atomistes. Mais la même durée peut être jugée interminable par les uns et quasi instantanée par les autres, ou bien par le même individu dans des circonstances différentes.

11 Allègre C., « Risque et société : introduction », In Tubiana M. et al., op. cit.

12 Girard J.F., Quand la Santé devient publique, Paris, Hachette Littératures, 1998.

13 Kasperson R.E., « The Social Attenuation and Amplification of Risk », In Tubiana M. et al., op. cit.

14 Got C., Risques objectifs et perception des risques. Information et décision : quelles relations ? 8e Congrès National des Observatoires Régionaux de la Santé, Montpellier, 26-27 novembre 1998. Livre ou CD-Rom disponible à l’ORSLR, 80, avenue A. Fliche, 34090- Montpellier (France).

15 Got C., op. cit.

16 Kuhn T. S., La Structure des révolutions scientifiques, Paris, Flammarion, 1972.

17 Tabuteau D., La Sécurité sanitaire, Paris, Berger Levrault, 1994.

18 Slovic P., in Tubiana M., op. cit.

19 On peut citer le titre de la chronique de Pierre Georges, dans Le Monde du 7 novembre 2000, « Je crains, donc je suis ! ».

20 Setbon M., « L’Action publique face aux risques sanitaires : responsabilité et incertitude », Revue Française des Affaires Sociales, 1, janvier-mars 1999.

21 Setbon M., op. cit.

22 Tabuteau D., op.cit.

23 Rollet C., communication personnelle.

24 In le journal Le Monde du 21 avril 2000 ; Garnier P., La Tiédeur, Paris, PUF, 2000.

25 Girard J.F., op. cit.

26 Robert, op. cit. ; rubrique « précaution ».

27 Tabuteau D., op. cit.

28 Robert, op. cit. ; rubrique « principe ».

29 Girard J.F., op. cit.

30 Lalo A., « La Directive Seveso à l’épreuve des faits », in Tubiana M. et al., op. cit.

31 Girard R., Des choses cachées depuis la fondation du monde, Paris, Grasset, 1978, p. 133.

Auteur

Médecin. Professeur des universités depuis 1958, à Paris puis à Montpellier, France. Maîtrises en physique et en mathématique (option statistique). Nombreux travaux et publications sur l’informatique médicale, dont il fut un des créateurs en Europe, l’épidémiologie, puis la santé publique. Ancien directeur d’une unité de recherche INSERM. Ancien membre du Haut comité de la santé publique, Ministère de la santé, Paris. Auteur de plus de 250 publications dont plusieurs manuels pédagogiques.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable