Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La santé au risque du marché

 | 
Jean-Daniel Rainhorn
, 
Mary-Josée Burnier

Violences du marché

Entre l’Etat et le marché : les hésitations de la Hongrie

Andràs November

Texte intégral

« Je voudrais montrer que dans les pays englobés par l’Empire de l’Est, la vie cache bien des mystères. »
Czeslaw Milosz

  • 1 OCDE Economic Surveys, Hungary, Paris, novembre 2000.

1Dix ans après l’implosion du régime socialiste dans les pays de l’Est, la Hongrie affiche des résultats économiques remarquables. Depuis 1997, le produit national brut (PNB) a progressé à un rythme annuel moyen de 4,7 %, l’inflation semble avoir été jugulée (bien qu’elle reste toujours autour de 10 %), le nombre d’emplois a augmenté de 3 % et le taux du chômage est tombé à environ 6,5 %1. Ces données publiées – donc validées – par l’OCDE, correspondent à un certificat de bonne conduite. Ainsi, la Hongrie – avec la Pologne – est devenue la meilleure élève de sa classe (des pays en transition) et franchit un pas important vers son admission dans l’Union européenne.

2Ce succès économique contraste singulièrement avec la fragilité de la situation sociale et de l’état de santé de la population. En effet, pendant les dix dernières années, le nombre de personnes vivant au-dessous du seuil de pauvreté est passé de 15 % à plus de 35 % avant de retomber l’année dernière à 25 %. L’espérance de vie est la plus faible des pays membres de l’OCDE et le taux de suicide est parmi les plus élevés du monde. En outre, on ne peut passer sous silence le sort dramatique de la minorité des Roms (ou Tsiganes, représentant environ 6 % de la population) qui vit dans un dénuement quasi total, victime de discriminations, frappée par le chômage (65 % d’entre eux sont chômeurs) et pratiquement sans accès aux soins sanitaires.

Les ambiguïtés de la transition

  • 2 Lengyel Làszlo, « Ezerkilencszàzkilencvenkilenc » (Mille-neuf-cent-quatre-vingt-dix-neuf) dans Magy (...)

3Cette présentation sommaire montre qu’il existe un décalage entre les performances économiques et l’état de santé de la population en Hongrie. Autrement dit, il semble que les changements économiques n’ont pas entraîné dans leur sillage d’amélioration sociale, voire même qu’ils auraient agi en sens inverse. Cette contradiction, apparente ou réelle, mérite quelques explications, même s’il faut reconnaître que les mécanismes socioéconomiques complexes de la « transition » des pays de l’Est sont loin d’être élucidés. Il n’en reste pas moins que, selon le bilan tiré par plusieurs auteurs hongrois, la première phase de la transition a été « achevée » et la Hongrie a réussi à adopter et à suivre « le modèle économique, social et politique dominant du Centre » dicté par la mondialisation2.

  • 3 Lengyel parle d’une « société de performance ».
  • 4 Dans cette perspective, les gouvernements et le Parlement ont entrepris une vague de réformes insti (...)

4Les trois gouvernements successifs, issus des élections démocratiques en 1989 – date qui a marqué le « changement de régime » (expression préférée par les Hongrois) – ont résolument opté pour une politique allant dans le sens de l’occidentalisation, de l’européanisation et de l’ouverture vers l’extérieur pour attirer des capitaux et pour être en phase avec le monde globalisé. Cette politique a abouti, après pas mal de tâtonnements (trials and errors), à la mise en place d’institutions qui ont privilégié la « performance économique »3. C’était la condition sine qua non de l’admission de la Hongrie dans le cercle plus ou moins fermé des pays riches (OCDE, OTAN et bien entendu Union européenne) qui est l’objectif principal de sa transition4.

  • 5 Lengyel Làszlo, op. cit., p. 58.
  • 6 Andor Làszlo, « Après dix ans de cure d’austérité, la Hongrie dans l’antichambre de l’Europe », Le (...)

5Cependant, le coût social de la transformation économique est particulièrement élevé. Car il est apparu une cassure profonde entre un tiers de la population qui est à la fois acteur et bénéficiaire des bons résultats économiques et les deux autres tiers qui en sont exclus5. Andor parle des « laissés pour compte de la transition » et il note que le gouvernement a « abandonné les victimes du nouveau capitalisme. Au lieu d’indemniser les perdants, il favorise ceux qui s’étaient enrichis… »6.

  • 7 Ferge Zsuzsa, « Magyar szociàlpolitika, 1992 » (Politique sociale en Hongrie, 1992), dans Magyarors (...)

6Quelle est la place de la protection sociale dans la transition ? Pendant ces dix dernières années, les problèmes de santé et de sécurité sociale ont souvent été placés à l’ordre du jour du gouvernement hongrois, mais il semble qu’ils n’en constituaient pas la préoccupation principale. En réalité, la restructuration économique et les changements institutionnels pour faciliter la course à la performance économique ont relégué à l’arrière-plan les réformes du système de santé. Ainsi, dans les domaines de la santé, les dirigeants politiques du pays ont maintenu les structures anciennes, tout en introduisant des retouches empruntées aux systèmes anglais, américain et allemand7.

  • 8 D’autres réformes ont eu lieu, comme le montre une étude de la Banque mondiale qui dénombre 58 règl (...)

7Avant l’entrée en vigueur en 1997 de la loi sur la santé – mesure relativement tardive par rapport à la mise en chantier des autres réformes –, la principale modification était le passage du financement de la santé par l’impôt à l’assurance obligatoire et le transfert des charges des infrastructures hospitalières aux collectivités locales8 (municipalités et comtés). Mais ces réformes n’ont pas apporté de remèdes satisfaisants pour réussir à transformer le système de santé en profondeur.

L’héritage du passé

  • 9 Etant donné que la terminologie pour désigner les anciens pays de l’Est qui ont fait partie du bloc (...)

8Un bref regard en arrière permet d’apporter un éclairage sur les principes qui ont régi le système socialiste en général et l’organisation des soins de santé, en particulier dans les pays de l’Est, dont les réminiscences subsistent encore aujourd’hui9. L’énumération des principaux traits caractéristiques du régime dit socialiste est loin d’être simple. Il s’agit en l’occurrence d’un système sociopolitique dominé et dirigé par un parti unique, qui exerce la totalité du pouvoir par l’intermédiaire de l’appareil de l’Etat (planification centrale), en imposant une contrainte policière. L’Etat socialiste détient les moyens de production, il prend les décisions concernant l’allocation des ressources (investissements), fixe les objectifs de production (planification) et la répartition du produit social. En outre, le régime a deux facettes contradictoires : d’abord oppressive contre ses ennemis désignés (et souvent imaginaires) et garant de la sécurité sociale de la majorité de la population.

9C’est le travailleur manuel (abstrait et idéalisé) qui occupe la place centrale dans le système. Tout le monde a non seulement droit à un travail salarié (emploi), mais a aussi l’obligation de travailler (même à un poste de travail fictif). Ce concept constitue la base de « l’utopie communiste » selon laquelle l’Etat assure la gratuité de l’éducation et garantit l’accès aux soins médicaux à tous ceux qui travaillent (la quasi-totalité de la population). Dans cet esprit, la gestion du système des soins est intégrée à l’administration de l’Etat et son financement est assuré par le budget national.

  • 10 Quenum Comlau, « Concept de besoins essentiels et soins de santé primaires », dans Travail et socié (...)
  • 11 Ferge Zsuzsa, « Konzervativ szociàlpolitika ? », dans Magyarorszàg politikai évkönyve 2000 (Annuair (...)

10Un mélange d’idéalisme et de dirigisme bureaucratique a caractérisé l’ancien système de santé hongrois. Dans la réalité, l’idéal de la couverture gratuite en soins médicaux accordée à l’ensemble de la population a été perverti par la restriction du libre choix de son médecin, par la mise en place d’un appareil bureaucratique centralisé et par un contrôle étatique omniprésent. Le paradoxe du système est que tout le monde peut accéder aux soins médicaux, mais personne n’a le choix des soins dont il a besoin. Or, la participation de la population à la construction de sa propre santé est le fondement même d’un système de santé équitable. Mais si l’on accepte l’idée que les soins de santé doivent être « accessibles à tous, avec la pleine participation pour tous »10, l’utopie communiste méconnaît le deuxième volet de cette règle et rejette la participation et la concertation des acteurs. Toute initiative individuelle est condamnable et suspecte. Ici se situe précisément un des problèmes fondamentaux de la transition du système de santé en Hongrie. La question qui se pose aux dirigeants du pays est de savoir comment restituer la politique sociale à la société après de longues années de paternalisme étatique inscrit encore dans les « gènes » du système11. Enfin, il ne suffit pas de décréter la gratuité et l’universalité des soins, il faut encore pouvoir les offrir. Or, il est notoire que le budget de la sécurité sociale est très nettement déficitaire et menace constamment l’équilibre financier du pays.

  • 12 Il serait intéressant d’étudier la métamorphose du travail salarié en Hongrie à la suite du passage (...)

11Encore un mot sur le lien étroit qui unit le travail salarié et la santé qu’a institué le régime socialiste. Tant que l’on maintient (même artificiellement) le plein emploi, le vase communicant entre l’emploi et les soins médicaux reste intact. Mais dès que la situation change et que le régime introduit une parcelle de libéralisation qui implique la coupure du cordon ombilical entre les entreprises et l’Etat, le chômage s’installe. Le premier souci des entreprises devenues autonomes est en effet de mettre fin à leur contribution à un système de santé qui ne les concerne plus12. Il ne faut cependant pas trop railler le système. L’instauration d’une couverture universelle des soins médicaux est appréciable. Par une étrange ironie de l’histoire, le système socialiste dogmatique et inhumain a sécrété un système de santé qui a assuré le minimum vital à une large couche de la population et qui a eu comme résultat, après trente ans de régime communiste, la baisse spectaculaire de la mortalité infantile et l’augmentation tout aussi spectaculaire de l’espérance de vie. Malheureusement ces indicateurs ont été inversés avec la transition…

Malgré le marché introuvable, les inégalités sont là !

  • 13 Etudes économiques de l’OCDE, Hongrie, Thèmes spéciaux : Politiques structurelles et Système de san (...)

12En tout état de cause, il est malaisé de se faire une image claire de l’évolution du système des soins en Hongrie, compte tenu de la grande complexité de la situation. L’étude de l’OCDE consacrée à ce problème, publiée en 1999, est très évasive au moment de formuler un jugement. Elle note pudiquement que « le système hongrois de santé possède un certain nombre de points forts, mais, comme c’est le cas pour beaucoup d’autres pays, il est confronté à d’importantes difficultés et à de sérieux problèmes concernant l’organisation institutionnelle ». Elle ajoute laconiquement qu’il a « profondément besoin de réformes »13. Cette étude souligne que, malgré les problèmes structurels, le niveau des prestations sociales est satisfaisant, le personnel médical est bien formé, mais que leur nombre est insuffisant. Enfin, comme partout, le budget de la santé est déficitaire et les structures hospitalières manquent cruellement de moyens financiers. Selon les données de l’OCDE, les dépenses de santé en Hongrie sont particulièrement faibles : elles représentent la moitié de celles de l’Espagne ou du Portugal et elles ont baissé de 25 % entre 1994 et 1997.

  • 14 Ibid., p. 140.
  • 15 Ibid., p. 107 et ss.
  • 16 Ibid., p. 110.

13L’héritage du passé pèse encore lourdement sur le système de santé hongrois et de nombreuses structures anciennes, très résistantes, survivent encore : le rôle de l’Etat reste prépondérant dans les décisions et dans le financement des soins, le système reste toujours « hospitalo-centré », la bureaucratie règne et la coordination entre les différentes institutions publiques et privées, est défaillante. Elle est à l’origine de nombreux dysfonctionnements, voire de fraudes qui sont devenues « endémiques »14. Certes, le marché est présent dans la santé publique, mais il est loin d’être prépondérant. En revanche, bureaucratie et marché ont trouvé une complicité étonnante dans le détournement des ressources du système de santé. Par exemple, les institutions publiques de santé et les initiatives privées parviennent à vivre en symbiose, ce qui donne une curieuse alliance entre intérêts publics et privés, mais qui ne sert certainement pas l’intérêt général. Aussi, l’Etat et les collectivités jouent toujours un rôle prépondérant dans l’organisation et la distribution des soins médicaux et la majorité du personnel médical jouit du statut de fonctionnaire. Cependant, certains médecins spécialistes salariés travaillent simultanément dans les cliniques privées dont ils peuvent même être les propriétaires15. Dans le secteur pharmaceutique, l’OCDE relève que « la plupart des pharmacies sont les entreprises privées, mais le marché lui-même est étroitement réglementé et les produits pharmaceutiques sont massivement subventionnés »16. Enfin, notons qu’une décision a été prise récemment par le gouvernement qui autorise les médecins praticiens à acquérir leur cabinet médical.

  • 17 Ibid., p. 103.
  • 18 Kornai Jànos, Hidden in an Envelope: Gratitude Payments to medical Doctors in Hungary, Paper for a (...)
  • 19 Etudes économiques de l’OCDE, Hongrie, op. cit., p. 104.
  • 20 Ibid., p. 107.

14Au bout du compte, la Hongrie se retrouve actuellement avec un régime de santé dont les lignes de force diffèrent à peine de celles du régime socialiste. Pour l’OCDE, « le système de santé hongrois est essentiellement un régime national d’assurance-maladie global, obligatoire et fondé sur l’emploi, qui assure une couverture quasi universelle de la population du point de vue des traitements. Presque tous les citoyens recevant des soins, qu’ils cotisent ou non »17. Une brèche béante existe cependant dans ce système de santé rigide qui semble être une spécialité hongroise : lors de chaque visite ou traitement médical, en principe gratuit, les patients ont pris l’habitude de glisser dans la poche des médecins une enveloppe avec une somme d’argent en guise de « reconnaissance »18 (hàlapénz). Cette « gratification » – qui reste toujours en vigueur – est fortement critiquée par les autorités et par les organisations internationales qui estiment que cette forme de « versements occultes directs aux praticiens » est illégale et s’apparente à la corruption19. Il n’en reste pas moins qu’elle « représente un élément substantiel de la participation financière des patients aux soins de santé publics »20. Mais si l’on examine de plus près la nature de la gratification, on peut constater qu’elle représente également une forme de régulation dans un système chaotique où manquent des points de repères. La gratification est un complément de salaire aux médecins sous-payés. En revanche, cette forme de procédé non seulement est illicite, mais perpétue l’inégalité entre ceux qui peuvent débourser des sommes importantes pour obtenir un traitement médical de faveur et ceux qui ne peuvent pas. Le maintien de ce système – qui non seulement manque de transparence mais est franchement immoral – est un des obstacles principaux à la modernisation du système sanitaire en Hongrie.

Quelques enseignements à tirer de l’expérience hongroise

15La Hongrie apporte un éclairage inattendu à la réflexion concernant les causes de la régression de l’état de santé des populations dans les pays en transition. Selon l’hypothèse initiale établie par les rédacteurs de ce Cahier, « l’effondrement de l’Etat a laissé les individus sans protection sociale et les plus démunis l’ont payé cher. Trop d’Etat nuit à la santé. Pas d’Etat donc trop de marché provoquent une surmortalité impressionnante ». L’exemple de la Hongrie ne confirme que partiellement cette thèse.

16D’abord, il faut dissiper un malentendu au sujet du rôle du marché dans le système de la santé en Hongrie. Comme on l’a vu, l’ancien système de santé ne fut pas aboli d’un seul coup et il n’a pas été livré au marché. Bien au contraire, l’Etat reste encore aujourd’hui l’acteur principal du système. Il a introduit une série de réformes, certes tardivement, mais cela était du au fait que les gouvernements successifs ont considéré que le changement dû régime reposait d’abord sur la transformation des structures économiques. En fait, la transition hongroise est dirigée, administrée et canalisée par un grand nombre de réformes où le marché occupe une place certes grandissante, mais reste néanmoins soigneusement encadré par des « décrets » volontaristes émis par le monde politique. Cet état de choses n’est pas nouveau, car c’est ce que le gouvernement de Kadar a mis en place dès les années 70, dans le cadre du régime socialiste « adouci ». Depuis la disparition du régime socialiste, les trois gouvernements qui se sont succédé au pouvoir n’ont jamais lâché prise et ont continué de diriger le pays par décrets. Une multitude de décisions législatives a instauré un grand nombre de réformes, souvent contradictoires. La liste de ces réformes est longue et hétéroclite, elle comprend beaucoup de tâtonnements et d’improvisations au gré des conseils des experts nationaux et internationaux (surtout de la Banque mondiale et du FMI) qui n’ont pas trouvé encore la potion magique.

17En deuxième lieu, tout en constatant que le marché n’a pas trop pénétré le système de santé hongrois, la pauvreté et l’exclusion augmentent, de même que l’état social et sanitaire de la population se dégrade. Sur ce plan, l’hypothèse initiale est confirmée. Pour nous, l’explication réside dans la nature même du régime politique qui s’est installé pour répondre aux exigences de la modernisation et de la concurrence en vue de réaliser des performances économiques. Dans ce cas, le marché n’est qu’un épiphénomène, c’est le phénomène globalisant de la « mondialisation » qui a des effets négatifs (mais aussi parfois positifs) sur le système de la santé.

18En troisième lieu, on peut observer que l’Etat et le marché s’entendent fort bien pour perpétuer les dysfonctionnements, favoriser la fraude et maintenir une distribution très inégalitaire des ressources destinées à la protection sociale et aux soins de santé.

  • 21 OCDE Economic Surveys, op. cit. p. 21.
  • 22 Les Hongrois ont les taux de mortalité les plus élevés parmi tous les pays pour les cancers des voi (...)
  • 23 Samary Catherine, « L’adhésion coûtera cher à l’Est », dans Le Monde diplomatique, juin 2000, p. 14

19Enfin, au-delà des problèmes institutionnels qui restent encore le principal axe d’approche des réformes instaurées par les dirigeants politiques et des organisations internationales tutélaires (Banque mondiale, FMI, OCDE), il faut tenir compte d’un facteur fondamental : la dimension psychosociale des problèmes de santé. Elle est déterminante dans la relation de la population avec son système des soins et dans son attitude à l’égard de sa propre santé. Le rapport de l’OCDE sur le système des soins remarque que le principal problème de la Hongrie n’est pas la couverture sanitaire de la population, qui est plus ou moins satisfaisante, mais sa mauvaise hygiène de vie et l’état de santé déficient des individus21. Les observateurs désignent à cet égard l’apparition d’un phénomène subjectif de « démoralisation » de la population hongroise qui se manifeste par la perte de confiance dans l’avenir individuel et collectif et par la montée de l’alcoolisme, du tabagisme et de la toxicomanie22. On peut encore ajouter que la majorité des gens ne font aucun effort pour rester en bonne santé. Faut-il penser que ce découragement et cette déstabilisation sociale sont provoqués par le changement radical du système et la modification continuelle des règles du jeu ? Peut-on présumer que le rythme effréné des réformes produit non seulement la transformation des institutions, mais aussi la désagrégation socioéconomique23 ?

20En conclusion, ce tableau rapidement esquissé des problèmes de santé en Hongrie après le changement de régime mériterait certainement davantage de nuance et d’approfondissement. Car il faut avouer – avec humilité, mais cela devrait nous inciter à multiplier des recherches – que nous savons relativement peu de choses sur le phénomène complexe de la transition et sur ses effets socioéconomiques. A notre connaissance il n’y aucune théorie, aucun schéma de pensée scientifique applicable pour expliquer les problèmes et les difficultés que rencontrent ces pays. Il nous manque une grille d’analyse pour les appréhender car, de plus, ils varient de pays en pays et de secteur en secteur.

Notes

1 OCDE Economic Surveys, Hungary, Paris, novembre 2000.

2 Lengyel Làszlo, « Ezerkilencszàzkilencvenkilenc » (Mille-neuf-cent-quatre-vingt-dix-neuf) dans Magyarorszàg politikai évkönyve 2000 (Annuaire politique de la Hongrie), Budapest, Demokràcia Kutatàsok Magyar Központja Alapitvàny, 1999, p. 47.

3 Lengyel parle d’une « société de performance ».

4 Dans cette perspective, les gouvernements et le Parlement ont entrepris une vague de réformes institutionnelles frénétique. Pendant les premières années de la transition, le Parlement a fonctionné comme une véritable « fabrique de lois » : en 1990, il a pris 135 décisions législatives, en 1991 il a entériné 169 actes législatifs et en 1992, 185 lois ou règlements. Ces vagues successives de réformes concernaient tous les domaines de la vie politique et économique, allant des règles de compensation financière des personnes persécutées à la loi sur le travail et sur le statut des fonctionnaires, en passant par le droit de propriété privée et la privatisation des entreprises. Cf. Magyarorszàg politikai évkönyve 1993 (Annuaire politique de la Hongrie), Budapest, Demokràcia Kutatàsok Magyar Központja Alapitvàny, 1992, p. 49.

5 Lengyel Làszlo, op. cit., p. 58.

6 Andor Làszlo, « Après dix ans de cure d’austérité, la Hongrie dans l’antichambre de l’Europe », Le Monde diplomatique, février 2000. Il faut remarquer cependant que les inégalités devant la qualité des soins médicaux ne datent pas du changement de régime. On les a pratiquées sous le gouvernement communiste qui a réservé aux membres de la nomenklatura (dignitaires du parti, scientifiques, artistes, sportifs d’élite, etc.) des hôpitaux confortables, des médicaments modernes et des traitements par les meilleurs professeurs de médecine.

7 Ferge Zsuzsa, « Magyar szociàlpolitika, 1992 » (Politique sociale en Hongrie, 1992), dans Magyarorszàg politikai évkönyve 1993 (Annuaire politique de la Hongrie), Budapest, Demokràcia Kutatàsok Magyar Központja Alapitvàny, 1993, pp. 269-276.

8 D’autres réformes ont eu lieu, comme le montre une étude de la Banque mondiale qui dénombre 58 règlements différents dans le domaine de la santé. Kopanyi Mihàly et al., Hungary, Modernizing the Subnational Government System, Washington D.C., 2000, The World Bank, 2000, Discussion Paper n° 417, p. 5.

9 Etant donné que la terminologie pour désigner les anciens pays de l’Est qui ont fait partie du bloc soviétique est plutôt floue, il convient de préciser que nous utiliserons dans ce texte les expressions « socialiste  » ou « communiste » comme synonymes. Pour une description plus détaillée des caractéristiques du régime, le lecteur peut se référer à l’ouvrage de Jànos Kornai, The Socialist System. The political Economy of Communism. Oxford, Oxford University Press, 1992.

10 Quenum Comlau, « Concept de besoins essentiels et soins de santé primaires », dans Travail et société, juillet-septembre 1981, pp. 297-307.

11 Ferge Zsuzsa, « Konzervativ szociàlpolitika ? », dans Magyarorszàg politikai évkönyve 2000 (Annuaire politique de la Hongrie), op. cit., p. 424.

12 Il serait intéressant d’étudier la métamorphose du travail salarié en Hongrie à la suite du passage du régime socialiste à un régime libéral. Le changement des mœurs et des habitudes de travail très laxistes qui ont prévalu dans l’entreprise « socialiste » posent encore des obstacles difficilement surmontables dans l’organisation moderne des entreprises qui doivent répondre aux exigences concurrentielles et de rendement élevées.

13 Etudes économiques de l’OCDE, Hongrie, Thèmes spéciaux : Politiques structurelles et Système de santé. Paris, OCDE, 1999, p. 103.

14 Ibid., p. 140.

15 Ibid., p. 107 et ss.

16 Ibid., p. 110.

17 Ibid., p. 103.

18 Kornai Jànos, Hidden in an Envelope: Gratitude Payments to medical Doctors in Hungary, Paper for a Festschrift in Honor of Georges Soros, Harvard University and Collegium Budapest, avril 2000 (non publié).

19 Etudes économiques de l’OCDE, Hongrie, op. cit., p. 104.

20 Ibid., p. 107.

21 OCDE Economic Surveys, op. cit. p. 21.

22 Les Hongrois ont les taux de mortalité les plus élevés parmi tous les pays pour les cancers des voies respiratoires et la cirrhose du foie. Cf. Bojan Ferenc & McKee Martin, « The Challenges to Public Health in Hungary in the Twenty-first Century », dans European Journal of Public Health, 1997: 7, p. 238-242.

23 Samary Catherine, « L’adhésion coûtera cher à l’Est », dans Le Monde diplomatique, juin 2000, p. 14.

Auteur

Professeur à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED). Auteur de : « Nouvelles technologies et mutations socio-économiques », Genève, IUED/ILO/ IIES, 1990 ; « Médicaments et tiers monde », Lausanne, Pierre-Marcel Favre, 1981 ; « Santé 1980 » (Enquête auprès des ménages à Genève), Genève, Cahiers de l’Institut Sandoz, nº 3, 1981.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable