Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du socialisme à l’économie de marché

 | 
Andràs November

Lignes

La forme historique et le processus réel de la transition : quelques leçons pour le développement

Guy Bensimon

Note de l’auteur

Je remercie Jean-Marc Clerc et Michel Damian d’avoir procédé à une lecture critique d’une première version de ce texte. Les erreurs et omissions n’incombent qu’à moi.

Texte intégral

  • 1 Cf. Bhaduri Amit & Nayyar Deepak, « Le Consensus de Washington et la libéralisation de l’économie » (...)

1Une tendance actuelle consiste à assimiler les problèmes de la transition à ceux du développement. Cette assimilation est renforcée par le fait que les politiques d’ajustement structurel menées par les organismes internationaux à l’encontre des pays en transition et des pays en développement ont présenté un grand nombre de points communs : restriction de la sphère étatique, privatisations, libération des prix, taux de change compétitif et libération du commerce extérieur, libéralisation financière, austérité budgétaire, politique monétaire restrictive, contrôle de l’évolution des salaires nominaux. « A processus semblables, politiques semblables », telle semblait être la devise du Consensus de Washington1.

  • 2 Voir Chavigny Régis, « Economies en transition et économies en développement : une comparaison », R (...)
  • 3 Ibid.

2Des différences notables ont pourtant été relevées entre économies en transition et économies en développement2, parmi lesquelles la présence dans les premières d’un stock de capital considérable, d’un potentiel scientifique et technique important, l’absence de désarticulation sectorielle et une solide tradition industrielle. Remarquons que ces caractères des économies en transition relèvent davantage de l’économie socialiste dont elles sont issues, ou de son héritage, que du processus de transition lui-même. Par contre, certaines ressemblances nouvelles3, tels le dualisme (entre secteur public et secteur privé, entre branches orientées sur les ressources locales et branches intégrées à l’économie internationale), l’inégalité des revenus et le niveau de l’IDH (indicateur du développement humain), laisseraient penser que la transition peut être envisagée comme un processus de « sous-développement ».

  • 4 Cf. Zinoviev Alexandre, L’avenir radieux, Lausanne : L’Age d’Homme, 1978, pp. 152 sqq.
  • 5 On trouvera une analyse détaillée de la relation d’attribution et des relations dérivées dans Bensi (...)

3Ces données, pour importantes qu’elles soient, ne nous permettent pas de comparer les processus de transition et de développement, ni de fixer avec suffisamment de précision le sens des expressions qui les désignent. Pour cela, nous avons besoin d’un cadre conceptuel unifié susceptible de capturer ces deux notions. Un tel cadre est construit à partir de la logique et de la théorie de l’économie politique, tout en se référant aux expériences soviétique et russe de transition (transition vers le communisme et transition vers l’économie de marché) et de développement (développement de l’économie soviétique). Ce cadre conceptuel est construit pour appréhender les processus économiques réels. C’est pourquoi il doit incorporer la distinction essentielle, qui est le résultat d’une abstraction, entre les processus sociaux et économiques réels d’une part, et les formes historiques qu’ils revêtent d’autre part4. Ce cadre conceptuel conduit à formuler un certain nombre de propositions fondamentales, à savoir : 1) il n’existe qu’un petit nombre de variantes logiquement possibles de systèmes de relations susceptibles d’organiser les économies développées, les uns fondés sur le droit et la propriété, les autres fondés sur la domination-soumission et la relation économique de base qui lui correspond, la relation d’attribution5 ; 2) aucune prédiction ne peut être faite sur l’issue des processus de transformation d’une économie, qu’ils prennent officiellement le nom de « transition » ou de « développement ». Les expériences soviétique et russe de transition et de développement illustreront ces affirmations, tout en mettant en évidence le rôle majeur de l’Etat en tant qu’organe dirigeant d’une économie (qu’elle soit de type occidental ou communiste) dans ces processus. Ces derniers se développent maintenant dans le nouveau contexte géostratégique qui a commencé avec la victoire de l’Occident sur le système communiste. Ce contexte exerce une influence considérable sur les processus économiques tant à l’« Est » qu’au « Sud », et il détermine en particulier leur forme « économie de marché ». Bien qu’il soit présent en filigrane dans cet article, nous n’aborderons pas son analyse. Toutefois, nous nous interrogerons sur le contenu réel de cette forme « économie de marché ».

4Les conclusions auxquelles nous parviendrons heurteront les conceptions idéologiques courantes en Occident, mais nous devons laisser celles-ci de côté si nous voulons acquérir une connaissance du monde réel.

Le cadre conceptuel

  • 6 Marx Karl, « Préface » (1857), in idem, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris : (...)
  • 7 Mill John Stuart, « On the Definition of Political Economy ; and on the Method of Investigation Pro (...)

5Nous distinguerons d’abord les processus réels d’avec les formes historiques qu’ils revêtent. Ensuite, nous nous interrogerons sur le sens des expressions « transition » et « développement ». Puis, nous examinerons ce qui est la caractéristique principale d’une économie développée moderne, à savoir l’interdépendance générale de ses parties. A partir de là, nous reviendrons sur la notion centrale de l’économie politique, celle de structure économique de la société, que l’on trouve chez Marx6, mais qui avait été auparavant introduite par John Stuart Mill sous le nom d’état de société7.

Formes historiques et processus économiques réels

6Les phénomènes économiques réels sont des phénomènes humains observables caractérisés d’une façon ou d’une autre par l’acquisition de richesses. Citons pêlemêle le vol, le pillage, la corruption, les entraves réciproques à la concurrence, le partage des marchés, l’espionnage économique, l’exploitation du travail, le travail des enfants, la production au moindre coût, la production de qualité, la tromperie sur la qualité, le salariat, la production de subsistances, l’usure, la distribution, l’emprunt, etc. Tous ces phénomènes ne se situent pas au même niveau. Certains sont d’un niveau supérieur en ce qu’ils ne peuvent apparaître sans une organisation à long terme des groupes humains et en ce qu’ils conduisent à la création de richesses nouvelles, quel que soit celui qui s’en empare, tandis que d’autres, comme le vol et le pillage, qui ne possèdent pas ces caractères, sont d’un niveau inférieur. Une hiérarchie peut être à nouveau introduite entre les phénomènes de niveau supérieur : une production de qualité au moindre coût est de ce point de vue supérieure à une production de subsistances car elle requiert davantage d’organisation et sa valeur ajoutée est en général supérieure.

7Ces phénomènes réels revêtent toujours des formes déterminées, elles aussi réelles, différentes selon les sociétés et les époques historiques. Par exemple, la distribution peut revêtir la forme de la foire ou du marché médiéval, la forme du souk, la forme du magasin de détail ou celle de l’hypermarché. De même, l’exploitation du travail peut prendre la forme du travail libre, comme c’est le cas en Occident, le travail forcé prendre la forme du droit au travail et du devoir de travail, comme c’était le cas en Union soviétique, tandis que la production de qualité au moindre coût a pris la forme du capitalisme et de l’économie de marché.

8Ces formes sont des formes historiques concrètes en ce sens qu’elles sont localisées dans l’espace et dans le temps. Elles sont inventées et portées par des groupes humains qui interagissent, luttent, s’imitent, se rejettent. Certains de ces groupes humains, pour telles ou telles raisons, acquièrent la supériorité (militaire, économique, technique) sur les autres. Par là même, les formes historiques qu’ils portent acquièrent elles aussi la supériorité, elles « donnent le ton » en quelque sorte. Et pour autant que la supériorité de ces groupes humains se prolonge, les formes historiques qu’ils portent, fruit de leur propre histoire et de leurs interactions avec d’autres groupes, deviennent des données universelles ou quasi universelles de longue période. Ainsi, par exemple, la forme « partis politiques » pour le système de pouvoir a été portée par les Occidentaux, devenus le groupe dominant de la planète, à partir du xixe siècle. C’est une forme qui a un contenu réel particulier en Occident (élections libres, système majoritaire, etc.). Elle est devenue la forme historique concrète du système de pouvoir au xxe siècle dans pratiquement tous les pays, quel que soit le système réel d’accès au pouvoir et de conservation du pouvoir.

9De façon générale, à notre époque, les formes historiques des phénomènes sociaux et économiques réels sont données par l’Occident, celui-ci étant constitué d’un ensemble de groupes humains particuliers, qui s’identifient comme tels – les Occidentaux – et qui sont identifiés comme tels par les autres groupes humains, et qui ont acquis la supériorité de longue période sur les autres groupes humains (ce qui est une donnée empirique). Ces formes sont la démocratie, le droit, les droits de l’homme, l’économie de marché, le multipartisme, etc. Mais elles peuvent envelopper des phénomènes réels tout à fait distincts de ceux que l’on observe en Occident.

10Une des sources de la difficulté de comprendre le phénomène appelé « transition » vient précisément du fait que ce processus se déroule dans ces formes historiques stables et universelles données par l’Occident. Tout le problème est donc de séparer les phénomènes réels appelés « transition » ou « développement » des formes historiques qu’ils revêtent.

11Dans la suite nous ne nous préoccuperons que de ces phénomènes réels, faisant abstraction des lois qui régissent leurs formes historiques, celles-ci étant considérées comme données.

Sur le sens des expressions « transition » et « développement »

  • 8 Cf. par exemple Chauvin Michel, Tiers monde : la fin des idées reçues, Paris : Syros Alternatives, (...)
  • 9 Comeliau Christian, Mythes et espoirs du tiers-mondisme, Paris : L’Harmattan, 1986, p. 15.
  • 10 Voir par exemple Comeliau Christian, « A la recherche de l’économie du développement : faiblesses s (...)
  • 11 Cf. Bairoch Paul, Le tiers-monde dans l’impasse, coll. Folio Actuel, Paris : Gallimard, 1992, chap. (...)

12L’expression « économie en développement » désigne, implicitement ou explicitement, deux processus, et cela aussi bien pour le courant dominant des tenants de l’ » économie de marché » que pour les critiques8 : 1) un processus de croissance des forces productives humaines et matérielles, et 2) la mise en place d’un cadre organisationnel pour la croissance des forces productives. Pour les premiers, le processus de développement est assimilé à un processus de transformations au terme duquel les économies concernées ressembleraient aux économies occidentales, à la fois sur le plan du cadre organisationnel et sur celui des forces productives, de telle sorte que « le monde entier sera développé lorsqu’il sera comme l’Occident »9. Pour les seconds, le cadre organisationnel n’est pas nécessairement fixé à l’avance, tandis que les forces productives pourraient présenter des qualités différentes de celles que l’on connaît en Occident, en particulier du fait des contraintes environnementales10. Selon les uns et les autres le développement est une nécessité pour les nations concernées, en raison de la pression démographique et de la pauvreté11.

13L’expression « économie en transition vers l’économie de marché », comprise comme désignant une ancienne économie socialiste en cours de changement par suite d’une politique consciente visant à la transformer en une économie de marché, met plutôt l’accent sur le fait qu’un cadre organisationnel donné (l’économie de marché) doit être substitué au cadre organisationnel ancien (celui de l’économie socialiste). La transition n’est pas tant considérée comme nécessaire que comme désirable, étant donné que l’économie de marché offrirait un cadre plus « efficace » pour la croissance des forces productives que l’économie socialiste.

14Nous appellerons « transition » le processus socioéconomique par lequel sont mis en place les éléments d’un cadre organisationnel, et « développement » le processus de croissance des forces productives humaines et matérielles à l’intérieur d’un cadre organisationnel donné. La distinction entre ces deux processus est une abstraction, car dans la réalité ils sont entremêlés, mais cette distinction est utile dans l’optique d’une comparaison entre le processus de la transition et celui du développement.

  • 12 Cf. North Douglass, « Transaction Costs through Time », Colloque sur l’économie des coûts de trans (...)
  • 13 Cf. Aoki Masahiko, « Towards a Comparative Institutional Analysis : Motivations and Some Tentative (...)

15Si l’on a une connaissance à peu près exacte de la qualité des forces productives développées (occidentales) contemporaines, il n’en va pas de même pour la connaissance de l’économie de marché. Nous voulons dire que la théorie économique actuelle, notamment la théorie néoclassique, nous offre une vision simpliste et idéologique du phénomène de marché. La distinction entre institutions du marché et économie de marché, plus ou moins explicite dans la nouvelle analyse institutionnelle12, introduit quant à elle une complication inutile. L’ » économie de marché », ce sont précisément ces institutions du marché (droit de la propriété, droit des contrats, droit de la concurrence, droit du travail, règles de paiement, etc.). L’un des buts principaux de la recherche économique est de découvrir les relations réelles entre les individus, entre les individus et les groupes, entre les groupes, entre les individus et les groupes d’une part et l’économie et la société dans leur ensemble d’autre part. Il est bien connu que de mêmes institutions peuvent recouvrir des comportements et des relations réelles différentes, et l’expérience actuelle de la transition met particulièrement bien en évidence ce phénomène13, si bien que l’expression « économie de marché » peut tout aussi bien désigner les économies occidentales que l’économie russe ou les économies des pays européens de l’Est. De ce point de vue, l’économie de marché n’est que la forme historique concrète contemporaine, donnée par l’Occident triomphant, sous laquelle se réalisent des processus réels extrêmement variés de production et d’acquisition des richesses.

16Lorsque l’on va au-delà de l’apparence « économie de marché », l’attention est orientée sur ce qui caractérise une économie contemporaine, et qui soit compatible avec le potentiel présent des forces productives. La caractéristique que l’on retiendra est l’interdépendance générale entre les parties d’une économie que sont les individus et les groupes.

Interdépendance générale et modes de coordination possibles des économies développées

17Une relation d’interdépendance élémentaire entre deux individus ou groupes consiste en ce que la réalisation des actions de l’un dépend de la réalisation des actions de l’autre. Cette interdépendance s’analyse en termes d’obligations réciproques, qui peuvent prendre une forme juridique ou non. L’interdépendance générale est comprise comme un système d’obligations réciproques qui relient tous les individus et tous les groupes les uns aux autres, de telle sorte que la réalisation des obligations des uns dépende de la réalisation des obligations des autres. Si un tel système d’obligations réciproques est présent dans une économie, celle-ci est constituée en un tout, elle forme un système économique, ou tout simplement une économie, et l’on peut parler de la coordination de ses parties.

  • 14 Voir Grossman Gregory, « Notes for a Theory of the Command Economy », Soviet Studies, vol. 15, Octo (...)

18Abstraction faite de la tradition et de la coutume, l’histoire économique récente montre que deux modes de coordination d’économies développées se sont avérés viables. Dans leur forme pure, il s’agit des modes de coordination marchand et communiste14. Ils sont l’expression de relations économiques de nature différente.

19Il n’y a qu’un petit nombre de variantes logiquement possibles de relations élémentaires entre individus ou groupes : la relation de violence, la relation de jeu, et la relation de domination et de soumission. Les deux premières sont caractérisées par le fait que les actions des partenaires de la relation s’opposent entre elles, tandis que la troisième est caractérisée par le fait que leurs actions ne s’opposent pas entre elles. Si l’on exclut la relation de violence, il ne reste que deux relations élémentaires susceptibles d’être à la base de l’organisation d’une société : le jeu et la domination-soumission.

20Une relation élémentaire de jeu est décrite comme suit (A, B,… désignent des individus) : 1) A accomplit une action et 2) B accomplit une action qui s’oppose à l’action de A. La description de la relation de domination et de soumission est la suivante : 1) A accomplit une action (un ordre, une décision) ; 2) B accomplit une action qui ne s’oppose pas à l’action de A (exécution d’un ordre, application d’une décision).

  • 15 Sur la relation de droit, voir Kojève Alexandre, Esquisse d’une phénoménologie du droit, Paris : Ga (...)

21La relation de droit est une combinaison particulière des relations de jeu et de domination-soumission15. Sa description est la suivante : 1) A accomplit une action ; 2) B s’oppose à l’action de A ; 3) C s’oppose à l’action de B et l’annule ; 4) B ne s’oppose pas à l’action de C. Dans cette relation, C’est « impartial et désintéressé » au sens de Kojève, et A est sujet de droit, il a droit à son action et il est juridiquement libre. La relation de droit a pour fonction sociale de garantir la liberté d’action des joueurs, quelle que soit l’issue du jeu ; le tiers impartial et désintéressé veille à ce que le jeu se déroule selon des règles dont le principe est « Tout ce qui n’est pas interdit est autorisé ». La relation de propriété est une relation de droit lorsque celle-ci est nouée à l’occasion de la possession d’un bien. Les relations de marché (comparaison des caractères utiles des biens) et d’échange (acquisition des biens) en sont des relations dérivées, et la relation de concurrence s’analyse comme la forme de lutte sociale entre individus juridiquement libres pour s’emparer des richesses.

  • 16 Sur la sociologie du système communiste, voir Zinoviev Alexandre, Le communisme comme réalité, Pari (...)

22Le principe de la relation de domination et de soumission est « Tout ce qui n’est pas autorisé est interdit ». La relation d’attribution est une relation de domination et de soumission nouée à l’occasion de la possession d’un bien : c’est la relation par laquelle un supérieur (le répartiteur) décide que son subordonné (l’attributaire) possède un bien selon le principe mentionné. La relation de rattachement entre les attributaires producteur-fournisseur du bien d’une part, et utilisateur du bien d’autre part, par laquelle les caractères utiles des biens produits sont déterminés, et la relation de transfert par laquelle le bien produit par le fournisseur est acquis par l’utilisateur, substituts du marché et de l’échange, en sont des relations dérivées. La forme de lutte sociale entre individus cosubordonnés pour s’emparer des richesses est la préventisation ou lutte oppositionnelle16, qui consiste pour un individu à empêcher qu’un autre soit mieux apprécié par le supérieur commun.

23La relation de domination et de soumission est présente dans tout système organisé. Elle est à la base de l’organisation des groupes et des structures de groupes. La relation de travail est dans son principe une relation de domination et de soumission. Le système communiste présente la particularité, à la différence des systèmes occidentaux, d’être tout entier organisé par la relation de domination et de soumission, et l’économie communiste par la relation d’attribution. Celle-ci régit aussi, sous une forme ou sous une autre, la circulation des biens à l’intérieur des administrations et des firmes dans les économies occidentales.

24Dans le mode de coordination marchand, l’interdépendance générale des agents peut être décrite dans les termes du système de contrats élémentaires qui relient les agents les uns aux autres. Les obligations des agents sont traduites en grandeurs monétaires, exprimées en monnaie de compte, de telle sorte que les agents réagissent dans leurs relations à des signaux monétaires, et ces obligations sont réalisées au moyen d’un paiement, c’est-à-dire par une livraison de monnaie réelle. Il est supposé que les obligations du salarié dans la relation de travail ne peuvent être exprimées en monnaie de compte autrement que sous la forme du salaire nominal, et que l’obligation de « paiement » du salarié prend la forme de sa dépense de travail. Un défaut de coordination dans une telle économie se traduit, sur la période retenue, par une incapacité de paiement d’au moins un agent.

25Dans une économie communiste, qui est structurée en plusieurs niveaux hiérarchiques, la règle que suivent les répartiteurs dans l’attribution des biens est « A tel attributaire, tel bien pour tel usage ». La coordination de l’économie suppose que les différents échelons hiérarchiques, depuis les organes centraux jusqu’aux directions des firmes, soient en mesure de distinguer les biens, et qu’ils les distinguent de la même façon. Le langage de la monnaie de compte s’avère de ce point de vue inadéquat, car il homogénéise les biens : tout bien est ramené, dans ce langage, à un prix monétaire, c’est-à-dire à un nombre d’unités de compte, ce qui dissout les distinctions dont ont précisément besoin les organes d’administration et leurs subordonnés. C’est pourquoi le langage utilisé est celui des nomenclatures. La mesure naturelle associée aux biens, dans ce langage, dépend de la caractéristique utile du bien retenue, et elle est une mesure physique. Dans ces conditions, le système d’indices et de normes constitue le signal d’après lequel les ministères, les firmes et les individus orientent leurs comportements, et grâce auquel ils sont rendus compatibles à chaque période. A ce titre il constitue l’essence du mode de coordination communiste. Un défaut de coordination dans une telle économie se traduit, sur une période, par la présence d’au moins un goulet d’étranglement.

26Si l’issue des processus de transition et de développement doit être la constitution d’économies complexes, constituées en un tout, le choix quant au mode de coordination de ces économies, et par conséquent quant à la nature de ces dernières, est restreint, du fait du petit nombre de relations logiquement possibles. On pourrait imaginer des variantes viables consistant en des combinaisons de l’un ou l’autre de ces modes de coordination, auxquelles s’ajouterait une coordination coutumière, mais il existe en ce domaine des limites de deux ordres : 1) pour des ensembles donnés d’individus et de groupes, les coordinations de type marchand et de type communiste s’excluent mutuellement ; 2) la réalisation de relations requiert du temps, et ce temps est d’autant plus long que les relations sont complexes ; or le fonctionnement normal d’une société impose une limite supérieure au temps moyen de réalisation des relations : cette limite est d’autant plus basse, pour une population donnée, que la société est développée et complexe.

27Ces modes de coordination sont l’expression de deux sous-classes de relations qui appartiennent à la même classe de relations, celles par lesquelles est organisée une économie moderne. Cette classe de relations est la structure économique de la société.

La structure économique

  • 17 Cf. Bensimon Guy, op. cit.

28Une société ou une économie sont des objets complexes, qui sont le siège d’un grand nombre de phénomènes interdépendants. L’analyse de tels objets nécessite de ce fait la construction d’abstractions. Les économistes ont construit un objet abstrait particulier, l’état de société (J.S. Mill) ou la structure économique de la société (Marx), essentiel pour la connaissance d’une économie (c’est un moyen de la connaissance économique). Cet objet réduit la société et l’économie à leurs formes d’organisation et à leurs relations organisatrices. Le domaine d’investigation de l’économie politique comprend toutes les relations, et les phénomènes qu’elles font naître, que nouent les hommes en vue d’acquérir et de conserver les richesses. Ces relations acquièrent par là le caractère de relations économiques. Certaines d’entre elles, abstraites à partir de la multitude de relations économiques observables, sont constituées en un tout et forment la structure économique de la société. Elles sont les relations primitives de toute économie, en ce sens que ces relations économiques, organiquement liées entre elles, sont la condition d’existence d’une économie considérée comme un tout. Toutes les autres relations économiques, en particulier les relations monétaires, en sont des relations dérivées. On montre que ces relations sont au nombre de six dans une économie développée (complexe)17 : 1) la relation par laquelle un individu est reconnu par le reste de la société comme étant capable de posséder des richesses (la propriété en Occident, l’attribution dans les conditions communistes) ; 2) la relation par laquelle la richesse est répartie entre les individus ; elle est régie par la forme de lutte sociale en vigueur (respectivement la concurrence et la préventisation) ; 3) la relation par laquelle l’individu membre d’un groupe surmonte sa séparation d’avec les moyens de subsistance (la relation salariale, respectivement capitaliste, qui est une relation contractuelle, et communiste, fondée sur la fixation obligatoire de l’individu au groupe) ; 4) la relation par laquelle les richesses sont produites ; il s’agit de la relation de travail, par laquelle un individu use des moyens de production par suite d’une décision d’un autre individu ; 5) la relation par laquelle les individus constatent les caractères utiles des biens, ou comparent les biens (respectivement la relation de marché et la relation de rattachement) ; 6) la relation par laquelle les biens sont acquis (respectivement la relation d’échange et la relation de transfert).

  • 18 Sur le problème de l’abstraction et les références associées, voir Bensimon Guy, « Dialectique clas (...)

29La structure économique est un objet abstrait, à distinguer d’un objet empirique18. Un objet empirique est un objet qui possède une dimension spatiale et temporelle, qui est stable (il conserve certains attributs au cours de son existence) et qui change (il perd certains attributs et en acquiert d’autres au cours de son existence). Un objet abstrait est construit, par décision du chercheur, à partir de l’observation d’un objet empirique, en sélectionnant un ou plusieurs de ses attributs et en négligeant les autres attributs sans lesquels l’objet empirique en question n’existerait pas en tant que tel. Ainsi, si l’on néglige les dimensions spatiale et temporelle d’un objet empirique, si l’on néglige le fait qu’il change, et si l’on ne sélectionne que les attributs qu’il conserve au long de son existence, on a créé un objet abstrait. Les objets abstraits sont créés dans le but de procéder à l’investigation des objets empiriques à partir desquels ils sont construits. Les termes qui les désignent sont, d’une façon ou d’une autre, introduits par définition, bien que parfois la définition ne soit qu’implicite.

30Par construction, un objet abstrait est immuable, il ne change pas. Comme le remarque Zinoviev, parler de changement à propos d’un objet abstrait revient à détruire l’abstraction que l’on a construite. Ou, pour le dire autrement, le seul « changement » concevable à propos d’objets abstraits est le processus purement intellectuel (et donc empirique) de substitution d’une abstraction à une autre.

31Les propriétés de la structure économique, en tant que moyen de la connaissance économique et objet abstrait, font qu’il n’y a pas de sens à parler de « transition » ou de « développement » vers l’économie de marché ou vers tout autre genre d’économie.

32En effet, en tant qu’objet abstrait immuable, une structure économique ne se transforme pas en une autre, et il n’existe donc aucune loi de transformation d’une structure économique en une autre. En conséquence, il est impossible de construire une théorie de la transformation des structures économiques, étant admis qu’une théorie doit avoir un domaine d’investigation. En se reproduisant, l’économie reproduit en même temps les éléments constitutifs de sa structure économique, c’est-à-dire les attributs de l’économie que l’on sélectionne pour la construire. Il suit de là qu’on ne peut abstraire la structure économique d’une économie qu’après un temps suffisamment long qui permette d’observer la vie de l’économie dans le cadre de cette structure. On ne peut donc faire aucun pronostic sur le genre de structure économique qui émergerait de la dissolution ou du « développement » d’une économie.

33Lorsque l’on observe des changements dans une économie, il convient de distinguer les changements dans l’économie d’avec les « changements » de la structure économique de l’économie. Les changements d’un objet empirique – et une économie dans son ensemble est un objet empirique –, ses transformations, s’analysent comme la perte de certains de ses attributs, comme l’acquisition d’autres attributs, ou comme les deux à la fois, ou encore comme sa disparition. Par conséquent, si l’on a sélectionné certains des attributs d’une économie pour en construire la structure économique, et si ces attributs perdurent, l’économie, quoique changeante, continue de vivre dans le cadre de sa structure. Si les changements de l’économie consistent dans la destruction et la disparition des attributs sélectionnés pour en construire la structure, étant donné les attributs que l’on a sélectionnés – les relations économiques sur lesquelles est fondée la vie économique et par lesquelles l’économie existe et vit –, la question est de savoir si l’on a encore affaire à une économie. En tout état de cause, la destruction des attributs sélectionnés pour abstraire la structure économique d’une économie ne permet nullement d’en prédire l’instauration d’une nouvelle.

34En résumé, une fois que l’on a en main le concept de structure économique de la société, deux possibilités seulement se présentent à propos des changements observables dans l’économie :

  • ou bien celle-ci conserve les attributs que l’on a sélectionnés pour en construire la structure économique, son changement s’effectue alors dans le cadre de cette dernière (c’est le cas du développement d’une économie) ;

  • ou bien elle perd les attributs en question, et elle change de nature ; elle ne peut perdre l’un des attributs concernés sans les perdre tous en même temps : si par exemple la propriété est supprimée, toutes les relations dérivées de la propriété sont supprimées, en particulier le marché, l’échange et la concurrence.

35C’est en définitive l’observation qui permet de trancher entre ces deux cas.

  • 19 Cf. par exemple Albagli Claude, Economie du développement – Typologie des enjeux, Paris : Litec Eco (...)

36Supposons maintenant que l’on soit face à une économie dont l’observation ne permet pas d’en abstraire la structure. On aurait affaire à une « économie » sans relations organisatrices, une « économie » chaotique, fragmentée en parties non coordonnées et dans laquelle on ne pourrait déceler aucune tendance générale de comportement. La seule connaissance possible serait celle du détail. On ne pourrait faire aucune prédiction quant aux relations organisatrices qui seraient susceptibles d’y apparaître. Les économies dites « en développement » ne forment pas un ensemble homogène19, mais si elles sont caractérisées par l’absence de relations organisatrices susceptibles de les constituer en un tout, leur état correspond à la description précédente. Le terme « développement » ne s’appliquerait même pas à ces économies, puisque aucune structure économique, aucun cadre organisationnel d’ensemble, susceptibles de nourrir le développement des forces productives, n’y seraient décelables.

Les expériences soviétique et russe de transition et de développement

37Les expériences soviétique et russe de transition et de développement sont d’une richesse exceptionnelle par leur portée générale. Au-delà d’une expérience communiste, il faut y voir une expérience contemporaine en « grandeur nature » de constitution d’une société et d’une économie sous des formes historiques variées.

L’expérience soviétique

  • 20 Sur la datation de la naissance de l’économie communiste en URSS et la transition vers l’économie c (...)

38L’histoire économique soviétique peut être divisée en deux périodes : 1) la période 1917-1927, durant laquelle ont été mis en place les éléments de la structure économique communiste20, et 2) la période 1927-1991, durant laquelle l’économie soviétique s’est développée dans le cadre de la structure économique communiste.

39L’expérience soviétique de transition peut être résumée comme suit : les idéaux du communisme ont été très rapidement réalisés (destruction de l’Etat tsariste, nationalisation des terres, des banques, de l’industrie, du commerce privé, abolition du salariat capitaliste, etc.), mais l’objet qui en est issu, l’économie soviétique avec sa structure communiste, n’avait aucune des propriétés attendues tant des partisans de ces idéaux que de leurs adversaires.

40L’année 1927 est l’année de naissance de l’économie communiste que l’on peut retenir en ce sens que l’économie soviétique se reproduira par la suite sur les bases de la structure économique communiste. C’est en 1927 (mai et août) que les chiffres de contrôle sont transformés en plan officiel de l’économie nationale et qu’ils acquièrent force obligatoire pour l’année 1927-1928. La collectivisation de l’agriculture, à partir de la fin de l’année 1929, représente l’extension nécessaire de l’économie communiste à l’agriculture. Pour que la coordination par le plan existe, il faut qu’elle soit possible, et que ses organes adéquats soient en état d’exercer leurs fonctions. Dès le milieu des années 1920, les principales institutions de l’économie communiste sont en place : organes de direction et d’administration de l’économie tout entière, organes de direction et d’administration des branches industrielles. Nées dans la période troublée du communisme de guerre, elles voient leurs insuffisances considérées comme surmontées en 1927. L’essence de la période qui va de 1917 à 1927 doit par conséquent être estimée comme celle de la recherche, de la découverte, de l’expérimentation et de la mise en place des institutions et des méthodes de direction et de coordination adéquates à l’économie communiste. Ce processus de mise en place de la direction de l’économie soviétique a pris la forme historique du débat soviétique sur l’économie socialiste. Ce n’est pas dans le vacarme des idées débattues que le problème de la direction de l’économie a été résolu, mais dans les méthodes et instruments de direction qui, par leur caractère permanent, ont de fait été retenus et se sont avérés les mieux adaptés à l’économie communiste. L’économie politique du socialisme, canonisée par Staline, qui fut le résultat réel du débat soviétique, est quant à elle l’idéologie adéquate aux méthodes de direction stables de l’économie soviétique.

41Cette période est celle d’un processus irréversible vers l’économie communiste. A la propriété ou aux anciennes formes de possession sont d’abord substitués, sous l’impulsion de la base, des mécanismes primitifs d’attribution, sous la forme des nationalisations sauvages d’entreprises et de la collectivisation sauvage de terres. Ces mécanismes sont ensuite étendus vers le haut, sous l’impulsion de l’Etat, avec l’apparition des institutions de l’attribution, puis élargis, en même temps qu’ils gagnaient en maturité, à la plupart des sphères de l’industrie et du commerce, avant d’être généralisés, par la suite, à l’économie tout entière. Il n’aura donc fallu qu’une dizaine d’années pour que l’économie communiste se développe sur ses propres bases.

42La réponse à la question de savoir si l’économie soviétique entre 1917 et 1927 peut être qualifiée d’économie en transition vers l’économie communiste est en un certain sens négative. En effet, d’une part le projet communiste a été réalisé en Russie immédiatement après 1917, et d’autre part les dirigeants soviétiques n’avaient aucune idée de la nature du système économique réel qui allait naître de la réalisation de ce projet. Mais d’un autre côté, on sait que l’on ne peut affirmer l’existence d’une économie en transition qu’à la condition que l’objet qui en est issu soit observable et connu, c’est-à-dire à la condition que la période de transition soit révolue. De ce point de vue, c’est durant la période 1917-1927 que les éléments constitutifs de la structure économique communiste se développent et sont réunis en un tout, et c’est pourquoi cette période peut être dite, a posteriori, « période de transition vers l’économie communiste réelle ».

43Parmi les leçons que l’on peut tirer de l’expérience soviétique de transition, retenons :

  1. qu’il convient de séparer la représentation idéologique de la réalisation d’un grand projet social (développer une économie de marché ou tout autre genre d’économie) de la réalité que cette dernière fait naître et d’orienter son attention sur les phénomènes réels observables ;

  2. que la réalisation d’un grand projet est quelque chose de négatif : si l’on sait à peu près ce que l’on détruit, on est loin d’imaginer ce qui va surgir de cette destruction ;

    • 21 Voir sur ce sujet les analyses d’Alexandre Zinoviev dans L’occidentisme – Essai sur le triomphe d’u (...)

    que l’Etat a joué un rôle essentiel. Sa principale fonction économique dans la période de transition soviétique a consisté à expérimenter et étendre les techniques de direction de l’économie, ainsi qu’à standardiser les rapports économiques entre les individus et les groupes, à l’intérieur des groupes, et entre les groupes, bref, à constituer une économie. Cette fonction d’homogénéisation des rapports économiques n’est pas propre à l’Etat communiste. Elle est partagée par les Etats occidentaux à travers la fixation des normes juridiques de l’activité économique (droit de la propriété, droit fiscal, droit de la concurrence, droit du travail, etc.). A la différence des Etats occidentaux, l’Etat communiste plonge ses racines jusque dans les parties élémentaires de la société, les groupes productifs, et tout citoyen est d’une façon ou d’une autre le collaborateur de l’Etat. Mais d’un autre côté, en fusionnant en une sorte de supra-pouvoir le pouvoir politique et le pouvoir économique, il a préfiguré ce qui est une tendance des Etats occidentaux contemporains21.

44La condition du développement des forces productives soviétiques a été, de même qu’en Occident, la mise au travail de la population, avec cette particularité que sa transformation en population salariée a concerné tous les individus actifs. La forme de ce processus, le droit au travail pour tous et le devoir de travail de tous, recouvrait des processus réels autrement coercitifs, que l’on retrouve aussi en Occident.

  • 22 Un individu A est dit « prioritaire » relativement à l’individu B si, et seulement si, il est attri (...)

45Le développement des forces productives soviétiques porte inévitablement la marque de la structure économique au sein de laquelle il s’est effectué. A titre d’exemple, la direction de l’Etat sur l’économie a été réalisée par l’ordre de priorité dans l’attribution22, qui a conduit à concentrer massivement les ressources sur telle et telle branches, ce qui a fait coexister des branches hautement développées avec d’autres moins développées. Le système des priorités fut le facteur spécifiquement communiste qui a tiré l’économie « vers le haut ».

  • 23 Nagels Jacques, La tiers-mondisation de l’ex-URSS, Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelle (...)

46La direction de l’Etat sur l’économie n’est pas propre au système communiste. Elle est présente, sous d’autres formes, en Occident, à travers le système fiscal, les dépenses publiques, les subventions, la participation directe à l’organisation de branches productives, etc. L’Etat soviétique agissait en tant qu’Etat communiste, mais il agissait aussi en tant qu’Etat, c’est-à-dire en tant qu’organe dirigeant d’une société et d’une économie. Au-delà de l’économie communiste, il a constitué une économie. De ce point de vue, il a rempli les mêmes fonctions que les Etats occidentaux. Et si l’on a pu parler de « tiers-mondisation » de l’ex-URSS23, c’est précisément parce que l’Etat russe semble être un Etat qui ne remplit plus ses fonctions de direction et d’homogénéisation de l’économie comparativement à l’Etat soviétique.

L’expérience russe

47Les idéaux de la démocratie et de l’économie de marché ont été réalisés pour l’essentiel en Russie au tout début des années 1990 : mise en place d’un système présidentiel-parlementaire multipartite, instauration des libertés démocratiques, libération des prix, privatisation des firmes et autorisation de l’entreprise individuelle, libération du commerce extérieur, autorisation des licenciements, mise en place d’un système bancaire à deux rangs, mise en place d’un système fiscal et de collecte des impôts, d’un marché des changes et de bourses de valeurs, loi sur les faillites.

  • 24 Sur le processus de destruction du système communiste soviétique, voir Zinoviev Alexandre, Le gorba (...)

48La mise en place de ces formes concurrentielles a été présentée comme le résultat d’une « volonté » politique. Il s’agit en fait d’une « volonté » rendue nécessaire par la destruction de l’économie communiste, à la suite de la défaite du système communiste face à l’Occident dans la guerre froide24. Dans son souci de « rattraper » l’Occident, Gorbatchev avait mis en place un appareil de superpouvoir (l’appareil présidentiel), en dehors du Parti, pour exercer un style de direction volontariste de type stalinien en vue d’imposer ses réformes à la société. Un tel style de direction est inadapté à une société communiste mûre. C’est pourquoi l’épisode gorbatchévien, dans un contexte de crise dont l’un des facteurs était l’affaiblissement de la capacité de l’Etat soviétique d’exercer avec suffisamment d’efficacité ses fonctions de coordination du système, n’a fait qu’ébranler ce dernier, aggraver sa crise, jusqu’à la destruction de son appareil de direction après l’échec du coup d’Etat.

49Il n’y avait aucune nécessité de la destruction du système soviétique pour des raisons tenant à l’organisation de ce système. Il n’y a aucun théorème de science sociale affirmant qu’une organisation sociale, possédant telle ou telle propriété, est conduite à disparaître. C’est plutôt une loi de la nature que les systèmes organisés tendent à se reproduire.

50La destruction du système communiste a signifié principalement et avant tout la destruction de l’Etat qui lui correspond, et par conséquent la destruction de la coordination de la société et de l’économie. C’est pourquoi les « réformateurs » russes sont apparus, avec la complaisance occidentale, comme des « libéraux », et cela bien qu’ils se soient appuyés dans leurs entreprises sur un appareil de superpouvoir. Mais la destruction de l’Etat communiste sous la forme de la réalisation des idéaux du marché ne signifie pas la mise en place d’une économie de marché de type occidental.

51La nouvelle expérience russe a débuté au début des années 1990, elle est unique et sans précédent dans l’histoire, et même si une nouvelle structure économique est en place, elle ne s’est peut-être pas encore complètement révélée. Aussi, la façon d’asseoir la connaissance de l’économie russe actuelle sur des bases suffisamment fermes consiste à se demander quels processus se déclenchent lorsque l’on détruit un grand système économique comme l’était le système soviétique, en particulier lorsque l’on détruit son mode de coordination.

  • 25 Cf. sur ces points Bensimon Guy & Locatelli Catherine, « Priorités et libération des prix dans une (...)

52On peut montrer que, sous l’hypothèse que les firmes recherchent la survie, le système tend à se fragmenter en sous-systèmes autonomes, mais interdépendants, qui eux-mêmes tendent à reproduire, sous une forme dégénérée, l’ancienne organisation25. Ce qui apparaît comme un « affaiblissement » de l’Etat peut être interprété comme l’expression d’une nouvelle répartition du pouvoir d’Etat dans la société, entre d’une part un pouvoir central suffisamment fort pour maintenir la cohésion des sous-systèmes et d’autre part les pouvoirs locaux au sein des sous-systèmes. La fonction de direction et d’homogénéisation de l’économie russe, auparavant dévolue au seul pouvoir central, serait désormais partagée : aux pouvoirs locaux la fonction de direction et d’homogénéisation des sous-systèmes économiques, au pouvoir central la fonction de direction et d’homogénéisation du système dans son ensemble. Les « structures de marchés concurrentiels » apparaissent dans ces conditions comme la forme sous laquelle le pouvoir central, éventuellement certains pouvoirs locaux, réalisent leurs fonctions. Elles ne sont que l’enveloppe sous laquelle se cachent des phénomènes d’une tout autre nature que la propriété, le marché ou l’échange. Il est encore trop tôt pour décider de la stabilité d’une telle organisation ; c’est l’expérience qui tranchera.

53Les possibilités de prédictions quant à la nature future de l’économie russe sont limitées. On peut seulement inférer certaines tendances profondes de comportement à partir de la connaissance de la structure économique communiste sous l’hypothèse que l’on détruit le mode de coordination qui lui correspond, dans un contexte d’interdépendance entre les parties de l’économie, héritage de l’ancienne économie soviétique. D’un autre côté, le nombre d’issues possibles est restreint : ou bien la dislocation de l’économie russe et sa réduction à l’état d’économie non développée, ou bien la reproduction dégénérée de l’ancien système sous la forme d’une économie de marché plus ou moins analogue à celle que nous avons décrite, ou bien enfin son éclatement en régions économiques, les unes développées, les autres non développées.

54De telles prédictions, aussi limitées soient-elles, sont impossibles dans le cas des pays « en développement » du fait de l’absence de structure économique sur laquelle on puisse appuyer un raisonnement.

En guise de conclusion : l’économie de marché, les occidentaux et les autres

55L’économie de marché est célébrée par l’idéologie occidentale jusqu’à n’en plus pouvoir comme le nec plus ultra des systèmes économiques. Elle possède toutes les vertus morales et économiques, la liberté et la responsabilité, l’efficacité et l’abondance. On croirait entendre la propagande bolchevique pour le communisme. Bien entendu, ce tableau idyllique de l’économie de marché n’est qu’un rideau de fumée que les critiques ne se sont pas privés de souffler pour en étaler les vices : harcèlement des salariés, exploitation du travail, obligation de se lancer dans l’entreprise privée, dépendance vis-à-vis des banques, corruption, insécurité, etc. Mais ce que ne voient pas toujours les critiques en question, c’est que les vices sont la contrepartie indispensable des vertus. L’abondance est la contrepartie du haut degré d’exploitation, l’insécurité celle du travail libre, la dépendance vis-à-vis des banques celle de l’entreprise privée et de l’accès aux richesses, etc. En déconnectant les vices de l’économie de marché de ses vertus, en soulignant unilatéralement quelques-uns de ses traits, on se cantonne, tout comme les enthousiastes de cette économie, dans le domaine idéologique.

  • 26 En particulier Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Plon, 1964, et (...)

56La forme historique quasi universelle du progrès économique et du développement qu’est devenue l’économie de marché, le fait que des groupes humains dont le mode de vie, la culture et la tradition n’ont au départ rien d’occidental prétendent développer une économie de marché, conduisent à s’intéresser à un problème particulier qui a retenu l’attention de certains auteurs26, celui du fondement humain du capitalisme.

57L’idée développée par ces auteurs est que le capitalisme compris comme l’activité consistant à rechercher un profit en argent sur la base de l’organisation rationnelle du travail formellement libre (ou comme l’organisation rationnelle de l’entreprise) est le fruit d’un long processus historique de sélection d’un matériau humain apparu principalement en Europe occidentale, qui a pu se développer dans les interstices de la société féodale, en dehors des rapports féodaux, avant de se diffuser en Amérique du Nord sur un terrain vierge de féodalisme. Ce matériau humain, caractérisé par un haut degré de qualification et de professionnalisme, et par un sens aigu de l’organisation, d’abord cantonné dans les activités hautement spécialisées, s’est progressivement emparé des métiers traditionnels, pour s’étendre, s’organiser et devenir quelque chose de naturel dans l’histoire de l’Europe occidentale.

  • 27 Weber Max, op cit., p. 71.

58A l’origine du capitalisme, on ne trouve donc pas « des spéculateurs, des risquetout sans scrupules, des aventuriers tels qu’il s’en rencontre à toutes les époques de l’histoire économique, ni même simplement de grands financiers », mais des « novateurs […] élevés à la dure école de la vie, calculateurs et audacieux à la fois, des hommes avant tout sobres et sûrs, perspicaces, entièrement dévoués à leur tâche, professant des opinions sévères et de stricts “principes” bourgeois »27.

59Suivant cette analyse, les rapports entre les « institutions du capitalisme » et les comportements capitalistes sont renversés : ce ne sont pas les institutions qui façonnent les comportements, mais les comportements qui engendrent les institutions qui leur sont adéquates. Pour le dire autrement, l’organisation capitaliste est le reflet d’un matériau humain de qualité déterminée, de type occidental, laquelle organisation contribue à son tour à reproduire ce matériau. C’est là le contenu réel de l’économie de marché.

60Dès lors, lorsque l’on proclame la diffusion de l’économie de marché à toute la planète, la véritable question est celle de savoir si les anciennes sociétés communistes et les sociétés non développées ont été ou sont susceptibles de promouvoir de façon accélérée la formation d’un matériau humain semblable au matériau occidental. A cette question s’en ajoute une autre : l’Occident y a-t-il intérêt et le permettra-t-il ? Examinons encore une fois les expériences soviétique et russe.

61L’organisation communiste en Union soviétique a contribué à la reproduction en masse d’un matériau humain caractérisé par la souplesse sur les principes, l’irresponsabilité, l’absence de professionnalisme, la préférence pour l’appréciation nominale par rapport à l’appréciation réelle. En même temps cependant, l’Etat communiste, aiguillonné par la compétition avec l’Occident, a organisé l’épanouissement en nombre important de personnalités hautement qualifiées dans la plupart des domaines d’activités, qui, sous sa direction et dans le cadre organisationnel communiste, ont tiré « vers le haut » le reste de la société.

  • 28 L’expérience japonaise et celle de certains pays asiatiques méritent de ce point de vue une attenti (...)

62A ce titre, l’expérience soviétique possède une portée supplémentaire : elle montre qu’il existe une méthode de développement des forces productives humaines et matérielles sur la base d’un matériau humain non occidental28.

63Toutefois, il n’est pas sûr que l’Occident soit prêt à permettre une seconde fois ce genre d’expérience, du moins pour un grand pays. L’indice révélateur est ici l’aide occidentale à la Russie. Cette aide a de fait constitué un encouragement à la corruption, aux activités mafieuses, à la destruction de l’élite intellectuelle, à la dissolution de l’économie russe et du savoir-faire de sa population accumulé sur plusieurs décennies.

64La victoire de l’Occident sur le système communiste est à bien des égards, en Russie, la victoire d’un matériau humain communiste, mais isolé de sa base organisationnelle naturelle. C’est pourquoi la transition russe vers l’économie de marché réelle risque d’être une affaire éternelle.

Notes

1 Cf. Bhaduri Amit & Nayyar Deepak, « Le Consensus de Washington et la libéralisation de l’économie », ainsi que Watanabe Susumu, « Quo vadis, Africa ? La stratégie de développement de la Banque mondiale vue par le Japon », Revue Tiers Monde, n° 150, avril-juin 1997, respectivement pp. 295-310 et pp. 310-330.

2 Voir Chavigny Régis, « Economies en transition et économies en développement : une comparaison », Revue Tiers Monde, n° 152, octobre-décembre 1997, pp. 727-751.

3 Ibid.

4 Cf. Zinoviev Alexandre, L’avenir radieux, Lausanne : L’Age d’Homme, 1978, pp. 152 sqq.

5 On trouvera une analyse détaillée de la relation d’attribution et des relations dérivées dans Bensimon 106 Guy, Essai sur l’économie communiste, Paris : L’Harmattan, 1996.

6 Marx Karl, « Préface » (1857), in idem, Contribution à la critique de l’économie politique, Paris : Editions Sociales, 1957.

7 Mill John Stuart, « On the Definition of Political Economy ; and on the Method of Investigation Proper to It » (1836), in idem, Essays on Some Unsettled Questions of Political Economy, second edition, New York : Augustus M. Kelley Publishers, 1874, pp. 121-164 ; idem, Système de logique déductive et inductive – Exposé des principes de la preuve et des méthodes de recherche scientifique (1843), Paris :
Librairie Philosophique de Ladrange, 1866, livre V.

8 Cf. par exemple Chauvin Michel, Tiers monde : la fin des idées reçues, Paris : Syros Alternatives, 1991.

9 Comeliau Christian, Mythes et espoirs du tiers-mondisme, Paris : L’Harmattan, 1986, p. 15.

10 Voir par exemple Comeliau Christian, « A la recherche de l’économie du développement : faiblesses structurelles de la théorie dominante », et Steppacher Rolf, « La résistible imprécision des notions économiques », in Comeliau Christian (éd.), L’économie à la recherche du développement – Crise d’une théorie, violence d’une pratique, Les Nouveaux Cahiers de l’IUED, n° 5, coll. Enjeux, Paris / Genève : Presses Universitaires de France / Institut universitaire d’études du développement, 1996, respectivement pp. 17-33 et pp. 39-52.

11 Cf. Bairoch Paul, Le tiers-monde dans l’impasse, coll. Folio Actuel, Paris : Gallimard, 1992, chap. 22.

12 Cf. North Douglass, « Transaction Costs through Time », Colloque sur l’économie des coûts de trans actions, Sorbonne, 26 mai 1994 ; idem, « Economic Performance through Time », American Economic Review, vol. 84, n° 3, June 1994, pp. 359-368.

13 Cf. Aoki Masahiko, « Towards a Comparative Institutional Analysis : Motivations and Some Tentative Theorizing », The Japanese Economic Review, vol. 47, n° 1, March 1996, pp. 119.

14 Voir Grossman Gregory, « Notes for a Theory of the Command Economy », Soviet Studies, vol. 15, October 1963 ; Hicks John, Une théorie de l’histoire économique, Paris : Seuil, 1973 ; et von Mises Ludwig, L’action humaine – Traité d’économie, Paris : Presses Universitaires de France, 1985. Pour le détail de la théorie exposée ici, voir Bensimon Guy, op. cit.

15 Sur la relation de droit, voir Kojève Alexandre, Esquisse d’une phénoménologie du droit, Paris : Gallimard, 1981.

16 Sur la sociologie du système communiste, voir Zinoviev Alexandre, Le communisme comme réalité, Paris : Julliard / L’Age d’Homme, 1981.

17 Cf. Bensimon Guy, op. cit.

18 Sur le problème de l’abstraction et les références associées, voir Bensimon Guy, « Dialectique classique et contenu empirique de la science économique », communication à la VIe Journée d’épistémologie de la science économique, Faculté de sciences économiques, Université de Buenos Aires, 13 octobre 2000.

19 Cf. par exemple Albagli Claude, Economie du développement – Typologie des enjeux, Paris : Litec Economie, 1991, et Fontaine Jean-Marc, Mécanismes et politiques de développement économique – Du « big push » à l’ajustement structurel, Paris : Cujas, 1994, chap. 1.

20 Sur la datation de la naissance de l’économie communiste en URSS et la transition vers l’économie communiste, cf. Bensimon Guy, « Sur la nature de l’économie russe actuelle », in Motamed Nejad Ramine (éd.), URSS et Russie – Rupture historique et continuité économique, Actuel Marx Confrontation, Paris : Presses Universitaires de France, 1997.

21 Voir sur ce sujet les analyses d’Alexandre Zinoviev dans L’occidentisme – Essai sur le triomphe d’une idéologie, Paris : Plon, 1995, et dans La grande rupture – Sociologie d’un monde bouleversé, coll. 120 Objections, Lausanne : L’Age d’Homme, 1999.

22 Un individu A est dit « prioritaire » relativement à l’individu B si, et seulement si, il est attribué à A une quantité déterminée d’un bien quel que soit l’effet de cette décision sur la quantité du bien attribuée à B.

23 Nagels Jacques, La tiers-mondisation de l’ex-URSS, Bruxelles : Editions de l’Université de Bruxelles, 1993.

24 Sur le processus de destruction du système communiste soviétique, voir Zinoviev Alexandre, Le gorbatchévisme ou les pouvoirs d’une illusion, Lausanne : L’Age d’Homme, 1987, et Perestroïka et contre perestroïka, Paris : Olivier Orban, 1991.

25 Cf. sur ces points Bensimon Guy & Locatelli Catherine, « Priorités et libération des prix dans une économie commandée “en transition” – Application au cas de l’industrie pétrolière russe », Research Centre on Transition Economics (ROSES), CNRS, Grenoble, mai 1993, et Bensimon Guy, Essai sur l’économie communiste, op. cit., et « Sur la nature de l’économie russe actuelle », op. cit.

26 En particulier Weber Max, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris : Plon, 1964, et 124 Zinoviev Alexandre, L’occidentisme – Essai sur le triomphe d’une idéologie, op. cit.

27 Weber Max, op cit., p. 71.

28 L’expérience japonaise et celle de certains pays asiatiques méritent de ce point de vue une attention particulière de la part des spécialistes du développement.

Auteur

Maître de conférences de sciences économiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble, Centre d’études de la pensée et des systèmes économiques (CEPSE), Université Pierre Mendès France, Grenoble (France).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable