Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du socialisme à l’économie de marché

 | 
Andràs November

Lignes

La Russie : une économie de marché ?

Christophe Raison

Note de l’auteur

L’auteur remercie les professeurs L. Després et R. Tartarin ainsi que R. Koumakhov pour leurs critiques constructives ; il remercie aussi S. Pajot pour ses commentaires judicieux. L’auteur reste néanmoins seul responsable du contenu de cet article.

Texte intégral

  • 1 Nous préférons utiliser la notion de « transformation systémique » à celle de « transition vers l’é (...)

1Le concept de « transition vers l’économie de marché », le plus courant dans les réflexions sur le postsocialisme, témoigne d’une approche normative et volontariste des problèmes de la transition. Il repose sur la conviction que le point d’aboutissement sera une économie de marché pleinement élaborée (a fullfledged market economy). La thérapie de choc menée en Russie à partir de 1992 illustre parfaitement cette vision normative de la transformation systémique1 : elle devait permettre la constitution rapide d’un marché autorégulateur occupant spontanément la place laissée par la planification centralisée. L’heure est aujourd’hui au bilan.

2Certains auteurs, dont Aslund (1995), n’ont pas hésité à qualifier la Russie d’économie de marché au terme de trois années de réformes. Fisher (1998), plus prudent en raison du retard de certaines réformes structurelles, reste globalement satisfait des performances économiques de la Russie avant la crise. Selon les deux auteurs, l’Etat serait devenu démocratique, avec une Constitution et un partage des pouvoirs clairement défini ; la propriété privée se serait largement substituée à la propriété d’Etat ; les anciens modes de coordination propres à l’économie planifiée auraient laissé la place au marché ; l’économie se monétiserait et la contrainte budgétaire se durcirait pour les entreprises (Samson 1998). Autant d’affirmations fausses qui traduisent un aveuglement sur la situation économique russe. Nombreux sont ceux qui réfutent l’idée que l’économie russe serait devenue une économie monétaire et marchande. Elle n’est pas marchande car l’effondrement de l’économie planifiée centralisée n’a pas abouti à l’émergence d’acteurs isolés qui entrent en relation par l’intermédiaire du marché ; la transformation systémique a engendré au contraire une instabilité institutionnelle favorisant la reconstitution de réseaux informels plus aptes à maîtriser l’incertitude accrue. Elle n’est pas non plus monétaire car une grande partie du système économique fonctionne avec une accumulation d’impayés, le non-règlement des salaires et enfin des paiements en troc.

  • 2 Cette démonétarisation n’est pas spécifique à la Russie. On la retrouve aussi dans les anciennes ré (...)

3Nous défendrons la thèse que la démonétarisation de l’économie russe, malgré la baisse de l’inflation, n’est que le corollaire de la prédominance des réseaux au sein de l’économie russe2. Cela permet de comprendre le paradoxe russe « d’une crise qui dure dans une économie qui fonctionne » (Zlotowski 1999). S’interroger sur l’impact des réseaux, sur les performances économiques futures de la Russie, revient à se demander si cette « économie de réseau » ne risque pas d’aboutir à l’émergence d’un nouveau modèle organisationnel compatible avec les spécificités de l’environnement économique russe.

4Pour y répondre, nous procéderons en trois temps. Nous mettrons tout d’abord en évidence l’évolution et les facteurs explicatifs du troc en Russie depuis 1994 jusqu’à la crise d’août 1998, en indiquant en quoi cette évolution contredit la théorie économique standard. Puis nous verrons comment le recours aux analyses théoriques portant sur des formes particulières de coordination, telles que les réseaux, les groupes spatiaux et la confiance, peut permettre de comprendre les fondements microéconomiques et institutionnels qui se trouvent à l’origine du développement des relations non monétaires et surtout non marchandes en Russie. Enfin, nous analyserons l’impact de la crise sur le devenir de l’économie russe en nous interrogeant sur le degré d’irréversibilité des relations non marchandes et non monétaires.

Le phénomène de démonétarisation en Russie

  • 3 Ces chiffres proviennent d’enquêtes menées depuis 1991 par les experts du Russian Economic Baromete (...)
  • 4 Le terme russe de veksel se réfère à des billets à ordre (« veksels simples ») ou à des lettres de (...)

5La situation de la plupart des entreprises industrielles de la Fédération de Russie juste avant la crise est très délicate. La proportion des entreprises industrielles déclarant des pertes nettes est passée de 23 % en 1994 à 50 % au mois d’août 1998, l’investissement s’est contracté de manière spectaculaire (au mois d’août 1998, son niveau ne représentait que 23 % de celui de 1990) et les arriérés de paiement ont augmenté. On observe simultanément un développement exponentiel d’échanges bilatéraux de troc : au mois d’août 1998, 54 % des échanges entre entreprises auraient été réalisés sous forme de troc3. De plus, une grande partie des transactions sont réalisées aujourd’hui par le biais de veksels, qui sont des monnaies de substitution4. On assiste à une explosion de la part des échanges en troc et des impayés au même moment où l’inflation se ralentit, ce qui est absolument contraire aux prédictions de la théorie économique standard. De plus, l’évolution du troc est sensiblement parallèle à celle des arriérés de dettes, ce qui incite à penser qu’elle relève de la même logique.

  • 5 Nesterovich V., 1993, « Etot Gonimyi Stasitel’nyi Barter », Ekonomika i Zhizn’, n° 14, avril ; cité (...)
  • 6 Woodruff D., 1996, « Barter of the Bankrupt : The Politics of Demonetization in Russia’s Federal St (...)

6Il serait faux de croire que ce troc dans les échanges interindustriels est un phénomène nouveau, car il a bien existé dans l’économie soviétique (voir notamment Tartarin 1975). Dans le cadre des relations interindustrielles, les livraisons pouvaient effectivement faire l’objet d’une contrepartie en termes de biens. Elles sous-tendaient donc des processus de marchandages et de troc impliquant des relations plus ou moins bilatérales entre entreprises. Plusieurs enquêtes ont attiré l’attention sur le poids prépondérant du troc dès 1992. Nesterovich indique qu’en 1992 et 1993, 58 % de la vente de charbon et 35 % de celle des machines et équipement se réalisaient sous la forme de troc5. Woodruff rapporte qu’au début de l’année 1994, la moitié des paiements destinés aux entreprises du secteur énergie électrique se faisait en nature6. Dans leur étude sur 17 grosses entreprises de construction de machines, de chimie, d’électronique et d’industries alimentaire et légère des régions de Moscou, Sverdlovsk et Ivanovo, Makarov et Kleiner (1996 : 5) montrent que de 70 à 80 % des inputs sont acquis au sein des entreprises via le troc. Plus récemment, une enquête menée par Alimova et Dolgopiatova (1998) indique que les nouvelles entreprises privées ne sont pas épargnées par ce mode d’échange : 75 % des entreprises privées issues de l’échantillon reconnaissent avoir pratiqué le troc. Nous ferons référence plus précisément aux enquêtes menées par Aukutsionek (1998) pour le Russian Economic Barometer, Commander et Mumssen (1998) pour la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD), et enfin Guriev et Ickes (1999). Premièrement, Aukutsionek indique que si la pratique des échanges en nature a pris une place prépondérante dans les échanges interindustriels, la différence entre les branches est importante et s’est même accrue entre 1993 et 1997 (tableau 1).

Graphique 1 – Troc et arriérés de dettes (janvier 1994août 1998)

Graphique 1 – Troc et arriérés de dettes (janvier 1994août 1998)

Source : d’après les données de Russian Economic Trends.

Tableau 1 – Part des transactions réalisées sous forme de troc ( %)

Tableau 1 – Part des transactions réalisées sous forme de troc ( %)

a Second semestre b Premier semestre
Source : Aukutsionek (1998 : 180).

7L’écart concernant le pourcentage de ventes industrielles réalisées sous forme de troc n’était que de 17 points en 1993 (21 % pour la chimie-pétrochimie contre 4 % pour l’électricité), mais de 34 points en 1997 (59 % pour la construction des matériaux contre 25 % pour l’industrie alimentaire).

  • 7 Krueger et Linz (1997) trouvent eux aussi cette explication peu crédible.

8Si l’on s’intéresse maintenant à ce qui pousse les entreprises à développer le troc, les résultats des différentes enquêtes sont relativement divergents (tableau 2). Dans les enquêtes d’Aukutsionek et de Commander, les répondants mettent très clairement en avant le maintien d’un certain niveau de production. Le motif d’évasion fiscale est cité, mais il n’est pas dominant dans les réponses apportées par les directeurs d’entreprise : ils ne sont que 20 % pour Aukutsionek et 13 % pour Commander à citer ce motif7. Les deux enquêtes indiquent clairement que les échanges non monétaires ont lieu principalement en raison des problèmes de liquidités de l’entreprise elle-même (61 % des réponses pour Aukutsionek et 74 % pour Commander), ce que contredisent les résultats de l’enquête de Guriev et Ickes : selon eux, la contrainte de liquidités n’est pas primordiale. Les entreprises utilisent à la fois le troc et la monnaie pour leurs échanges. Cela s’oppose à la théorie économique standard qui démontre le caractère non optimal du troc par rapport à l’échange monétaire. Une des raisons de cette « non-optimalité » réside dans les coûts de transaction, associée à la « non-coïncidence des besoins » entre les coéchangistes.

Tableau 2 – Raisons invoquées pour les échanges non monétaires ( %)

Tableau 2 – Raisons invoquées pour les échanges non monétaires ( %)

1 Les autorités locales utilisent régulièrement le processus d’annulation de versement d’impôts (compensation) contre des services rendus par les entreprises.
Source : Commander (1998 : 24).

9Le développement du troc implique alors nécessairement des effets de réseau pour que l’écoulement des produits puisse se faire. Aukutsionek indique que le troc est surtout pratiqué par les entreprises qui ont conservé leurs anciens partenaires pour les échanges : les entreprises qui réalisent plus de 70 % des échanges sous forme de troc ont conservé 63 % de leurs anciens partenaires contre seuls 11 % pour les entreprises qui ne pratiquent que 11 % de leurs échanges sous forme de troc. Dès 1992, les réseaux relationnels ont été utilisés afin de faire face aux différentes incertitudes auxquelles les entreprises étaient confrontées. La grande majorité des entreprises continue à entretenir des relations héritées de la période soviétique, fondées sur la confiance mutuelle et la réciprocité, et avoue ne pas chercher d’autres partenaires dans l’échange (Dolgopiatova & Evseyeva 1995).

10Aukutsionek distingue le troc forcé, qui ressemble au phénomène de substitution forcée analysé par Kornaï (1984) en économie de pénurie. Le troc forcé porte sur des biens que l’entreprise est obligée d’accepter faute de trouver le bien qu’elle recherchait. Le troc volontaire, au contraire, porte sur des biens que l’entreprise se serait de toute façon appropriés même si elle avait eu des liquidités pour les acheter. Cette deuxième forme de troc représente 60 % du troc total. Aukutsionek distingue enfin le troc conditionnel (entreprises qui échangent deux biens avec la possibilité de flux financiers décalés ou sans rapport avec le flux physique) du troc pur (simple échange de biens), et montre que cette deuxième composante représentait, au mois de janvier 1997, 64 % du troc total. Enfin, 60 % des biens échangés sous forme de troc sont destinés à la production de l’entreprise contre seulement 14 % qui seront utilisés pour un troc secondaire.

  • 8 Ainsi, Guriev et Ickes (1999) indiquent que pour 69 % des entreprises, les échanges non monétaires (...)

11Comment expliquer alors que les schémas de troc se soient cependant développés dans le sens d’une multilatéralisation et d’une complexité croissantes depuis 1992 (Zlotowski 1998 ; Sapir 1998 ; Guriev & Ickes 1999) ? En 1992, ce sont encore les formes de troc bilatéral issues de la période soviétique qui dominent. Le troc est dans ce cas un arrangement qui permet de maintenir certaines transactions. Mais, progressivement, il va impliquer toujours plus d’agents, les circuits devenant de plus en plus complexes. Commander indique par exemple que pour les entreprises, les prix associés aux échanges non monétaires sont soit supérieurs (53 % des réponses), soit identiques (38 %) aux prix monétaires. Deuxièmement, le troc prend plus de temps pour réaliser les transactions8. Cette multilatéralisation du troc accroît donc les coûts de transaction pour les entreprises. Des intermédiaires apparaissent alors pour mettre en relation des offreurs et des demandeurs et permettent ainsi d’assurer l’écoulement des marchandises. Ainsi, selon Commander et Mumssen, 40 à 45 % des échanges industriels sous forme de troc seraient aujourd’hui réalisés par ces intermédiaires, lesquels font ainsi diminuer les coûts de transaction des coéchangistes (Guriev & Ickes 1999). Le nombre croissant d’entreprises concernées par les échanges en troc crée des phénomènes de lockin qui rendent la sortie de ces relations de plus en plus difficile (Rizopoulos 1999 : 294).

12Au total, on passe, en 1992, du troc bilatéral à des schémas de troc multilatéral, qui deviennent un mode de fonctionnement économique à part entière. Si le développement du troc n’est pas une simple survivance du système soviétique, comme en témoigne son poids beaucoup plus fort en 1997 qu’en 1992 dans l’ensemble des transactions, ce phénomène trouve ses fondements dans les structures héritées de la période soviétique.

Le troc : une analyse au travers des notions de proximité, de territoire et de réseau

13La période récente se caractérise par la reconnaissance dans l’analyse économique, tant dans le champ de la dynamique industrielle que dans celui de la dynamique spatiale, de l’importance des aspects territoriaux dans la coordination des activités économiques et des firmes (Pecqueur 1996 ; Storper 1996). Cette reconnaissance a conduit certains auteurs à intégrer la notion de proximité(s) dans l’analyse, sachant qu’un territoire est défini comme l’articulation d’une proximité géographique avec d’autres formes (ou d’autres dimensions) de proximité, telle la proximité organisationnelle (Bellet, Colletis & Lung 1993). Il est possible de relier la notion de proximité à l’analyse de la théorie des coûts de transaction et à la théorie des réseaux (Billand & Solal 1997). Ce cadre théorique permet d’expliquer en termes de formes de coordination les phénomènes de troc qui concourent à la démonétarisation de l’économie russe. Ces différentes notions de proximité permettent d’aboutir à une définition méso-économique du territoire, décisive dans la compréhension de la transformation en Russie. Ainsi, Gilly et Pecqueur (1997) définissent le « dispositif régulatoire territorial » (DRT) comme un complexe organisé, historiquement constitué, de relations durables de proximité entre acteurs productifs et doté d’une dynamique productive d’ensemble. Ces acteurs productifs partagent un cadre cognitif commun qui fonde la cohérence de la configuration des relations de coopération entre les acteurs, c’est-à-dire la proximité organisationnelle entre eux. Les relations durables, d’intensité variable, entre les organisations du système territorial sont des relations de coopération, diverses par les conventions qui les sous-tendent (confiance, réputation…) et par les flux qu’elles véhiculent (marchandises, technologies, connaissances, etc.). La nature de ces relations est fonction des rapports de force qu’entretiennent les entreprises entre elles ; certaines peuvent exercer des effets de domination.

14Ainsi, l’introduction de la notion plurielle de proximité permet d’appréhender le territoire comme une modalité de recouvrement de proximités organisationnelles, institutionnelles et géographiques. L’économie de proximité stipule que le territoire est un espace où peut se construire une certaine régularité par apprentissage collectif et élaboration de connaissances et de règles communes.

15Dans le cas de la Russie, plus encore que la proximité géographique, c’est la proximité organisationnelle qui est à l’origine de la construction sociale du territoire. Le développement des relations non monétaires que l’on observe aujourd’hui doit être lié avant tout à la structure spécialisée et monopolisée de l’industrie russe. Les relations personnelles héritées du système antérieur entre deux directeurs d’entreprise ont à l’heure actuelle sans aucun doute facilité des pratiques de troc. Face à la transformation systémique et aux rigidités techniques, les industriels ont cherché à structurer de nouvelles formes de compromis organisationnels, de façon à sauvegarder le savoir collectif et les cultures technologiques (Koumakhov 1995). Le nouveau cadre institutionnel contribue à développer la confiance grâce à un ensemble de règles, d’habitudes, de comportements et de structures stabilisés constituant ce savoir collectif (Favereau 1989a, 1989b). Cette opinion est partagée par Sapir (1996a), pour qui la culture technologique soviétique permet de comprendre les fondements des comportements basés sur une éthique corporatiste. Tout individu qui ne respecterait pas sa parole court le risque d’être évincé du réseau auquel il appartient et se trouve alors privé de ses approvisionnements complémentaires mais indispensables. Cette menace potentielle crée les conditions d’une coopération entre des groupes d’entreprises.

  • 9 Michel Camdessus, ancien directeur du FMI, avouait que les conseillers occidentaux n’avaient réussi (...)
  • 10 L’erreur fut de refuser l’idée que d’autres rythmes et d’autres séquences pouvaient être possibles (...)
  • 11 Sur cette notion de réseaux dans les pays en transition, voir Tartarin et Pajot (1997) ; Rizopoulos (...)

16Constater cette modalité de coordination spécifique à la Russie, c’est reconnaître le rôle essentiel et variable des institutions définies au sens de North (1991) comme « règles du jeu », qui participent à l’orientation des comportements collectifs des acteurs. Ces règles du jeu sont significatives d’une proximité institutionnelle entre ces derniers, qui permet de révéler et d’activer le potentiel productif dont sont collectivement porteurs les agents productifs organisationnellement proches. Cette approche permet de mettre en évidence la dimension institutionnelle des réseaux en Russie. Or les réformateurs libéraux favorables à l’économie ont négligé cette perspective institutionnelle9 et par là même sous-estimé les coûts de transaction que provoque une réforme systémique (Bradshaw, Filatochev & Kochevrin 1994). Comme le rappelle justement Lavigne (1992 : 28), la thérapie de choc a consisté à « faire bon marché de l’héritage et des inerties du passé »10. La rupture systémique a bien provoqué l’invalidation des messages institutionnels de l’ancien système (Rizopoulos 1999). C’est pourquoi l’abandon de la planification centralisée a laissé en place les réseaux informels qui concouraient de fait à la coordination économique dans l’ancien système (Kouznetsov 1997). Cela permet de comprendre pourquoi les logiques de survie mises en œuvre par les différents acteurs lors de la transformation systémique ont favorisé le maintien et le renforcement de certains réseaux face à un environnement incertain se traduisant par une hausse des coûts de transaction11. Pour Sapir, les réformes ont simplement substitué à l’ancien cadre administratif un nouveau cadre macroéconomique qui a renforcé certains effets comme le fonctionnement en réseau, c’est-à-dire des relations mutuelles formelles et informelles entre les agents économiques au sein du processus de production, et les tendances à la démonétarisation de l’économie conjugués au maintien de la sphère sociale de l’entreprise.

  • 12 On trouve dans Tartarin et Pajot (1997) ainsi que chez Sapir (1999) l’idée sous-jacente que les rés (...)

17Au regard des différentes analyses, la prise en compte des effets d’inertie issus des fonctionnements antérieurs et actuels permet de mieux comprendre la trajectoire spécifique russe12. Ce niveau d’analyse intermédiaire ou « méso » permet alors de comprendre comment ce pays peut garder une relative stabilité alors qu’on le dit souvent au bord du « chaos » (Sapir 1996a). Si la Russie donne l’impression d’une société qui s’autorégule en dehors de tout contrôle étatique, c’est tout simplement que la réalité socioéconomique laisse une large place à l’informel nourri par le flottement institutionnel. North (1991) définit les institutions comme les contraintes construites par l’homme structurant l’action humaine. Elles se caractérisent par des contraintes formelles (lois, règles), des contraintes informelles (les normes de comportement, les codes de conduite que les agents s’imposent entre eux) et les caractéristiques de mise en application. Selon North, les contraintes informelles dérivées de la culture ne changent pas instantanément en cas de changement des règles formelles. Ce type d’analyse s’applique parfaitement au cas de la Russie.

18On comprend alors pourquoi la logique qui préside aujourd’hui en Russie est celle des avantages mutuels et réciproques à maintenir les liens interindustriels nécessaires à la poursuite de l’activité de production au travers des rapports de troc. Si chaque directeur est concerné par la survie de son entreprise, il l’est tout autant par celle de ses fournisseurs et clients (s’il veut sécuriser ses approvisionnements et ses ventes), justifiant ainsi l’accord tacite des entreprises à l’égard de cette forme de paiement. Dans le cas contraire, sa fonction de producteur serait directement mise en cause. Dans ce cadre, le troc constitue le signe de la mise en place d’une logique économique spécifique privilégiant les liens sociaux fondés sur les rapports personnels (on retrouve ici la notion de confiance décrite précédemment) ou des complémentarités assumées. Ainsi, Gaddy et Ickes (1998) opposent très clairement le « capital physique » et le « capital relationnel » au sein des entreprises russes. Le « capital relationnel » participe au développement des relations informelles, au troc, et serait donc défavorable à la restructuration de l’entreprise ; il n’en a pas moins permis une certaine stabilité des relations interentreprises et une atténuation de la récession.

19Pour Sapir (1998 : 51), les comportements (recours au troc, pratique des impayés, etc.) « ont acquis une certaine cohérence, par des effets de renforcement réciproques, donnant naissance à de véritables structures, qui ont engendré un nouveau cadre institutionnel au sein duquel se déroulent les activités économiques ». Que la crise financière russe d’août 1998 débouche alors sur une période douloureuse d’assainissement accompagnée de récession avant le rétablissement des grands équilibres et le retour de la croissance correspondrait à un schéma désormais classique dans les pays en développement. Cela impliquerait que la Russie ait connu des problèmes identiques à ceux que nous avons pu observer dans les pays qui ont vécu des crises de développement (telles celles en Amérique latine). La description de l’économie russe juste avant la crise permet d’en douter. Le cas de l’économie russe n’a connu aucun précédent car elle a surtout changé de nature en se démonétarisant. Nous pouvons tout de même nous demander si cette crise aura suffisamment assaini l’économie pour la rendre enfin monétaire et marchande ou si le cadre institutionnel établi par les réseaux engendrera une « économie inédite ».

Perspective pour la Russie après la crise d’août 1998

  • 13 Economic Newsletter, 2000, vol. 24, n° 6, February 17.

20Après le krach financier d’août 1998, on prévoyait des années de récession. Or l’économie russe s’est remise à connaître une croissance à une vitesse inattendue. Cette croissance est due à deux facteurs : la hausse du cours mondial du pétrole, passé en un peu plus d’un an d’environ 10 à 30 dollars le baril, et la dévaluation d’août 1998, qui a rendu les produits russes plus compétitifs. Le résultat corollaire est que l’économie russe s’est légèrement remonétarisée. La Russie a connu une croissance de la production industrielle de 8,1 % entre 1998 et 199913et un retour à la solvabilité financière, comme en témoignent l’augmentation des entreprises à se déclarer en bonne situation financière (le pourcentage passe de 13 % au mois d’août 1998 à 46 % au mois d’août 1999) et la baisse du pourcentage des ventes industrielles réalisées sous forme de troc (36 % au mois d’août 1999 contre 54 % au mois d’août 1998). Ce lent retour à la solvabilité s’appuie sur le solde positif de la balance commerciale, qui a été de 32,2 milliards de dollars en 1999, et sur un meilleur contrôle de la fuite des capitaux (8 milliards de dollars ont ainsi été récupérés par la Banque centrale depuis la crise) (Russian Economic Trends février 2000). Cependant, il convient de souligner que cet excédent commercial, comme la croissance de la production industrielle, tient dans une large mesure au récent accroissement du prix du pétrole et au fait que la dévaluation du rouble a redonné un marché aux produits domestiques. L’industrie n’a pas pu pour autant profiter pleinement des effets de cette dévaluation pour reconquérir les parts de marché acquises par les importations. Elle s’est tout de même renforcée dans le domaine des industries de transformation.

21La question qui se pose aujourd’hui est de savoir si l’économie russe est devenue « plus naturelle et plus solide » pour annoncer la croissance durable. On ne peut qu’être prudent tant la situation du pays demeure incertaine. La Russie ne semble pas s’orienter vers les réformes structurelles qui seraient nécessaires à une croissance robuste, au premier rang desquelles figure la capacité de l’Etat fédéral à percevoir les impôts et à équilibrer le budget. La dévaluation n’engendrera pas à elle seule des restructurations gages d’une croissance à long terme, d’autant plus que le taux d’investissement est toujours aussi bas malgré une augmentation de 1 % entre 1998 et 1999 pour la première fois depuis 1990.

22Si la Russie peut effectivement se remonétariser, il n’en demeure pas moins qu’elle est encore loin d’une économie de marché du fait de la connivence grandissante entre réseaux publics et réseaux privés (Rizopoulos 1999). Le désengagement de l’Etat fait que des groupes d’intérêt politico-économiques « colonisent des parties de l’appareil étatique ». Le fonctionnement des administrations publiques se caractérise par une opacité et des irrégularités notoires. Cette carence a engendré un phénomène généralisé de recherche de l’avantage personnel, qui même dès le début du processus de réforme (au moment où les actifs publics ont été privatisés) a abouti à l’accaparement de fait des richesses par un groupe relativement restreint. Ce dernier a alors fait usage de son pouvoir économique récemment acquis pour exercer des pressions sur les organes législatifs et réglementaires en vue d’obtenir de nouveaux avantages. Un tel comportement a faussé l’environnement sociopolitique et institutionnel, favorisant le statu quo grâce à la recherche de rentes et s’opposant par là même au développement de la concurrence.

23Rizopoulos (1999) indique comment les réseaux ont connu une importante évolution depuis la mise en application de la thérapie de choc. Au début de la transition, il était possible de distinguer deux types de réseaux : d’un côté les réseaux formés par les entreprises industrielles qui, confrontées à un environnement caractérisé par une forte incertitude, développaient des stratégies de survie, et de l’autre des réseaux spéculatifs regroupant des entreprises dont l’unique objectif était de s’enrichir rapidement. Cette distinction est aujourd’hui moins d’actualité en raison de l’implication croissante des réseaux spéculatifs dans les activités productives, comme en témoignent les groupes industrialo-financiers.

24Gaddy et Ickes ont peint un portrait de la Russie qui mérite une attention particulière. Ils soulignent que la Russie a élaboré un système économique sans équivalent, avec ses propres règles et critères. Il s’agit en fait non pas d’une économie de marché, mais bien d’une « économie virtuelle », qui repose sur un réseau complexe de fictions étroitement imbriquées et sur l’illusion que l’économie est, en réalité, beaucoup plus vaste qu’elle ne l’est effectivement. Il n’empêche que la plupart des participants à cette économie virtuelle, y compris ceux qui ont le plus à en pâtir, cherchent à la soutenir. En bref, la volonté commune de préserver la prétendue « stabilité » économique génère un consensus quant au refus de s’engager dans une restructuration douloureuse mais indispensable à une croissance réelle à long terme (Zlotowski 1998). Ce système assure une relative stabilité sociale en Russie et suscite une sorte de large consensus social. Il s’agit là d’une perception particulièrement décourageante des perspectives pour la Russie, mais elle permet d’expliquer comment la Russie a pu connaître une relative stabilité alors qu’on la croyait au bord du chaos.

Conclusion

25La crise d’août 1998 a offert une révision déchirante de l’image non pertinente que l’on pouvait se faire de l’économie russe à partir de nos schémas de pensée usuels. Les interdépendances propres à chaque système ne peuvent en effet se dissoudre du jour au lendemain, et par conséquent toute transition d’un système économique à un autre est un processus lent et difficile de destruction des anciennes cohérences et de création de nouvelles interdépendances. L’expérience russe a montré clairement que la mise en place de règles est une condition sine qua non du développement du marché. Seulement, il n’existe pas de règles sans autorité et il n’y a pas d’autorité sans légitimité. Or le problème en Russie est que l’Etat connaît actuellement une crise de légitimité. La stratégie adoptée de favoriser l’érosion brutale des institutions étatiques et des normes centralisées sans que soient mises en place de nouvelles normes contraignantes explicites est une étape cruciale de la transition russe. Elle permet de comprendre pourquoi l’explosion des impayés, du troc et des relations de réseaux doit s’interpréter comme la volonté d’éviter les nouvelles contraintes monétaires et marchandes.

26Au total, la réforme n’a pas abouti à l’apparition d’acteurs isolés qui rentrent en relation par l’intermédiaire d’un marché anonyme pouvant s’imposer comme le mode de coordination économique dominant. Le troc est une forme de validation sociale des échanges qui privilégie les relations informelles (confiance, engagements réciproques) par rapport aux critères marchands et monétaires traditionnels. Ces relations non monétaires ont pu prendre place car un grand nombre de réseaux se sont reconstitués afin d’assurer la survie des acteurs qui les composent. Mais si ces réseaux ont pu structurer les stratégies des entreprises et acquérir une dimension institutionnelle, ils contribuent aussi à la fragmentation de l’espace socioéconomique.

27Sapir (1993, 1996) a ° par la coexistence d’espaces aux modes de régulation économique et politique différents et spécifiques.

28Malgré des chiffres encourageants depuis le mois de septembre 1998, la reprise s’annonce fragile. Aucune mesure réelle n’a par ailleurs été prise pour résoudre la « crise des non-paiements », cette absence permanente de liquidités dans le circuit économique qui aboutit à ce qu’une bonne partie des règlements interentreprises continue à se faire par troc même si celui-ci est en diminution. Le fait que la Russie connaisse une légère remonétarisation de son économie depuis la crise d’août 1998 n’est pas une condition suffisante pour affirmer que ce pays va se diriger enfin vers une économie de marché. La Russie reste plus que jamais une économie de réseaux à l’origine de modes de régulation locaux bien définis dont les caractéristiques n’ont rien à voir avec celles d’une économie de marché. Avec la (re)constitution de réseaux en tant que réponse des acteurs dans un contexte d’incertitude et de rationalité limitée des agents, la Russie s’est engagée dans une trajectoire spécifique l’éloignant d’une économie de marché.

Bibliographie

Alimova T. & Dolgopiatova T., 1998, « Strategiya predpriyatiya na rynke resursov », Ekonomika i Zhizn’, n° 8.

Aslund A., 1995, How Russia Became a Market Economy, Washington D.C. : The Brookings Institution, 378 p.

Aukutsionek S., 1998, « Industrial Barter in Russia », Communist Economies & Economic Transformation, vol. 10, n° 2, pp. 179188.

Bellet M., Colletis G. & Lung Y., 1993, « Introduction au numéro spécial : économie de proximités », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 3, pp. 357361.

Billand P. & Solal P., 1997, « Etudes statistiques des modes de coordination : deux contributions à l’analyse de la proximité », Working Paper, Creuset, page Internet <www.univstetienne.fr/creuset/personnel/SolalTXT0.html> (page consultée le 25 avril 1998).

Bradshaw R., Filatochev I. & Kochevrin Y., 1994, « Institutional Transformation in Russia : A Transactional Costs Approach », Economics of Transition, vol. 2, n° 3, pp. 373390.

Bruszt L. & Stark D., 1996, « Restructurer les réseaux dans le postsocialisme : la propriété interentreprises en Hongrie et en République tchèque », in Delorme R. (éd.), A l’Est, du nouveau : changement institutionnel et transformations économiques, Paris : L’Harmattan, pp. 73-113.

Chavance B., 1990, « Quelle transition vers quelle économie de marché pour les pays de l’Est ? », Revue française d’économie, vol. 5, n° 4, automne, pp. 83-104.

Chavance B. & Magnin E., 1996, « Les trajectoires de la transformation postsocialiste : quelle convergence avec les capitalismes occidentaux ? », 4th EACES Conference, Institutional Change and Problems of Economic Adjustment, Grenoble, 1214 septembre.

Commander S. & Mumssen C., 1998, Understanding Barter in Russia, EBRD Working Paper n° 37, 39 p.

Dolgopiatova T. & Evseyeva-Boeva I., 1995, « The Behaviour of Russian Industrial Enterprises under Transformation », Communist Economies and Economic Transformation, vol. 7, n° 3, p. 319331.

Favereau O., 1989a, « Marchés internes, marchés externes », Revue économique, vol. 40, n° 2, pp. 273328.

–, 1989b, « Organisation et marché », Revue française d’économie, vol. 4, n° 1, pp. 6596.

Fisher S., 1998, « L’avenir de l’économie russe », in Fontanel J. (éd.), L’avenir de l’économie russe en question, collection Débats, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, pp. 4150.

Gaddy C. & Ickes B.W., 1998, « To Restructure or not to Restructure : Informal Activities and Enterprise Behavior in Transition », Mimeo, Brookings Institution and Pennsylvania State University, February, page Internet <http://econ.la.psu.edu/~bickes/ickres.htm> (page consultée le 15 décembre 1998).

Gilly J.P. & Pecqueur B., 1997, « Régulation et territoire : une approche des dynamiques institutionnelles locales », communication au colloque « Proximité et coordination économique », Lyon, 56 mai.

Guriev S. & Ickes B., 1999, « Barter in Russian Enterprises : Myths vs. Empirical Evidence », Russian Economic Trends, mai, pp. 613.

Hendley K., Ickes B.W. & Ryterman R., 1998, « Remonetizing the Russian Economy », in Broadman H.G., (ed)., Russian Enterprise Reform : Policies to Further the Transition, Washington, D. C. : World Bank.

Kornaï J., 1984, « Socialisme et économie de pénurie », Economica, 587 p.

Koumakhov R., 1995, Analyse organisationnelle du corporatisme post-soviétique, 4e Conférence de l’EACES, Grenoble, 1214 septembre.

Kouznetsov V., 1997, « Learning in Networks Behavior in the Former Soviet Union and Contemporary Russia », in Nelson J.M., Tilley C. & Walker L. (eds.), Transforming Post-communist Political Economies, Task Force on Economies in Transition, Commission on Behavioral and Social Sciences and Education, National Research Council, Washington, D.C. : National Academy Press, pp. 156-176.

Krätke S., 1997, « Une approche régulationniste des études régionales », L’année de la régulation : économie, institutions, pouvoirs, vol. 1, coll. Recherches, Paris : La Découverte, pp. 263-296.

Krueger J.L. & Linz S.J., 1997, « Enterprise Restructuring in Russia’s Transition Economy : Formal and Informal Mechanisms », Comparative Economic Studies, vol. 40, n° 2, pp. 552.

Lavigne M., 1992, « Du plan au marché : quelle économie pour le xxie siècle », Economies et Sociétés, Cahiers de l’ISMEA, Série économie planifiée, n° 44, avril-mai.

Ledevena A. & Seabright P., 1998, « Barter in Post-Soviet Societies : What Does It Look like and Why Does It Matter », Conference on « Barter in Post-Soviet Societies », Cambridge : Churchill College, 13-14 December.

Makarov V.L. & Kleiner G.B., 1996, « Barter in Russian Economy : Characteristics in Transition Period » (en russe), Working Paper n° WP96 / 006, CEMI Russian Academy of Sciences, Moscow, page Internet <www.cemi.rssi.ru/ruswin/publication/wp96006t.htm#4> (page consultée le 23 février 1999).

North D., 1991, « Institutions », Journal of Economic Perspectives, vol. 5, n° 1, Winter.

Pecqueur B. (éd.), 1996, Dynamiques territoriales et mutations économiques, Paris : L’Harmattan.

Poser J.A., 1998, « Monetary Disruptions and the Emergence of Barter in FSU Economies », Communist Economies & Economic Transformation, vol. 10, n° 2, pp. 157-177.

Rizopoulos Y., 1995, « Groupes d’intérêt, action publique et dynamique industrielle », in Andreff W. (éd.), Le secteur public à l’Est : restructuration industrielle et financière, coll. Pays de l’Est, Paris : L’Harmattan, pp. 105-123.

–, 1999, « Stratégies organisationnelles et réseaux postsocialistes en Russie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 30, n° 23, pp. 283-302.

Russian Economic Trends, 19942000, Monthly Update.

Samson Y., 1998, « La Russie deviendra-t-elle une économie de marché ? », in Fontanel J., (éd.), L’avenir de l’économie russe en question, coll. Débats, Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, pp. 113-123.

Sapir J., 1993, « Différences économiques régionales, transition et politiques de stabilisation en Russie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, n° 1, pp. 555.

–, 1996a, Le chaos russe, Paris : La Découverte, 329 p.

–, 1996b, Les transformations systémiques dans les anciennes économies de type soviétique : quelques leçons théoriques, miméo, Centre d’études des modes d’industrialisation, Ecole des hautes études en sciences sociales, novembre, 37 p.

–, 1998, Le krach russe, Paris : La Découverte, 140 p.

–, 1999, « A l’épreuve des faits… Bilan théorique des politiques macroéconomiques mises en œuvre en Russie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 30, n° 23, pp. 152-213.

Slim A., 1996, « Quel capitalisme à l’Est : le cas de la Bulgarie », in Espaces Marx (éd.), Relation sociales et acteurs sociaux à l’Est, Actes du colloque de l’Institut de recherches marxistes (Paris, 25 et 26 novembre 1995), pp. 41-61.

Storper M., 1996, « Regional Economics as Relational Assets », Revue d’économie régionale et urbaine, n° 4, pp. 655672.

Tartarin R., 1975, Le système de l’approvisionnement des entreprises en URSS et la théorie de l’économie soviétique, thèse pour le doctorat en sciences économiques, Université de Rennes, 439 p.

Tartarin R. & Pajot S., 1997, Percolation Model of the Breakdown of a Soviettype Economy, miméo, Université de Nantes.

Zlotowski Y., 1998, « La crise des paiements en Russie, expression d’un consensus social », Les Etudes du CERI, n° 43, 43 p.

–, 1999, « L’économie et la société russes après le choc d’août 1998 : rupture ou enlisement ? », Les Etudes du CERI, n° 51, 37 p.

Notes

1 Nous préférons utiliser la notion de « transformation systémique » à celle de « transition vers l’économie de marché ». Nous rejoignons en cela B. Chavance, pour qui cette dernière notion « implique qu’on raisonne en termes de passage d’un état stable connu à un nouvel état stable connu, occultant ainsi certains problèmes décisifs : la forte indétermination propre à un processus par essence complexe (le changement systémique) ; l’incertitude portant sur la nature même de l’état final » (Chavance 1990 : 87-88).

2 Cette démonétarisation n’est pas spécifique à la Russie. On la retrouve aussi dans les anciennes républiques d’Union soviétique et à un moindre degré dans les pays d’Europe centrale et orientale (PECO) (Poser 1998). Le fait que la densité relative des réseaux informels semble beaucoup plus forte en Russie explique assez bien que la démonétarisation de l’économie russe ait été beaucoup plus forte que dans les PECO.

3 Ces chiffres proviennent d’enquêtes menées depuis 1991 par les experts du Russian Economic Barometer. L’échantillon comprend 500 entreprises industrielles de taille moyenne selon les normes russes (entre 150 et 2000 employés). Enfin, le taux de réponse est relativement faible, de l’ordre de 30 à 40 %. Il faut donc utiliser cette enquête avec une grande prudence et en retenir surtout les tendances. Cependant, d’autres enquêtes fournissent des résultats relativement proches.

4 Le terme russe de veksel se réfère à des billets à ordre (« veksels simples ») ou à des lettres de change (« veksels transférables »). Ces veksels peuvent être émis par les banques et les autres institutions financières, les entreprises, les oblasts et les autorités fédérales et municipales. Le régime juridique des veksels a été fixé par un décret de juin 1991 réinstaurant les crédits commerciaux sous forme de veksels. Un décret présidentiel d’octobre 1993 a ensuite autorisé la transformation des arriérés interentreprises en crédits veksels, ce qui permettait de les négocier sur le marché secondaire.

5 Nesterovich V., 1993, « Etot Gonimyi Stasitel’nyi Barter », Ekonomika i Zhizn’, n° 14, avril ; cité par Ledevena & Seabright (1998).

6 Woodruff D., 1996, « Barter of the Bankrupt : The Politics of Demonetization in Russia’s Federal State », Politics and Society, p. 4 ; cité par Ledevena & Seabright (1998).

7 Krueger et Linz (1997) trouvent eux aussi cette explication peu crédible.

8 Ainsi, Guriev et Ickes (1999) indiquent que pour 69 % des entreprises, les échanges non monétaires prennent beaucoup plus de temps. On retrouve cet argument aussi chez Hendley, Ickes et Ryterman (1998).

9 Michel Camdessus, ancien directeur du FMI, avouait que les conseillers occidentaux n’avaient réussi qu’à créer un « désert institutionnel » en Russie (Libération, août 1999).

10 L’erreur fut de refuser l’idée que d’autres rythmes et d’autres séquences pouvaient être possibles ou même souhaitables : « On a rejeté l’idée, si évidente pour l’observateur de terrain, qu’il faut distinguer les pays du “premier monde” postsoviétique et ceux du “second monde” ayant déjà connu l’économie de marché développée » (Samson 1998).

11 Sur cette notion de réseaux dans les pays en transition, voir Tartarin et Pajot (1997) ; Rizopoulos (1995, 1999) ; Slim (1996) ; Bruszt et Stark (1996).

12 On trouve dans Tartarin et Pajot (1997) ainsi que chez Sapir (1999) l’idée sous-jacente que les réseaux informels peuvent prendre une ampleur telle qu’ils peuvent se substituer à l’économie de marché traditionnelle.

13 Economic Newsletter, 2000, vol. 24, n° 6, February 17.

Table des illustrations

Titre Graphique 1 – Troc et arriérés de dettes (janvier 1994août 1998)
Légende Source : d’après les données de Russian Economic Trends.
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2484/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Tableau 1 – Part des transactions réalisées sous forme de troc ( %)
Légende a Second semestre b Premier semestreSource : Aukutsionek (1998 : 180).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2484/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Tableau 2 – Raisons invoquées pour les échanges non monétaires ( %)
Légende 1 Les autorités locales utilisent régulièrement le processus d’annulation de versement d’impôts (compensation) contre des services rendus par les entreprises.Source : Commander (1998 : 24).
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2484/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 170k

Auteur

Doctorant au LEN-C3E, Université de Nantes (France), MSH Ange-Guépin.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable