Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du socialisme à l’économie de marché

 | 
Andràs November

Lignes

Structures sociales en Russie, cellules et réseaux

Vladimir Yefimov

Texte intégral

1Les chercheurs ont été stupéfaits du déroulement de la « transition » en Russie : des phénomènes tout à fait inattendus ont eu lieu durant les années 1990 après l’introduction des mesures de la « thérapie de choc » en Russie. Ces phénomènes étaient les suivants : l’absence de licenciements massifs entraînant du chômage ; le fait que les employés, bien qu’ils ne fussent pas payés pendant des mois, voire des années, continuèrent de travailler presque comme auparavant ; le nombre très restreint des entreprises russes à être mises en faillite en dépit de leur insolvabilité ; la dominance des opérations de troc sur les marchés russes ; et le phénomène peut-être le plus choquant, la criminalisation de l’économie russe. Les analystes de la transition en Russie, pour la plupart des économistes néoclassiques, étaient dépourvus de concepts adéquats pour expliquer ces phénomènes. L’approche institutionnelle, elle, peut contribuer à leur compréhension. Du point de vue institutionnel, la transition à l’économie de marché est l’installation dans une économie nationale donnée des principales institutions du marché, à savoir la propriété privée, l’entreprise, le contrat et l’emploi. La question qui se pose d’emblée est de savoir si ces institutions en Russie sont identiques ou proches de celles en Occident. Pour de nombreux chercheurs, la réponse est négative. Toutes ces institutions se trouvent sous l’influence de l’héritage institutionnel soviétique, dont la conservation a été facilitée par la politique ultralibérale de l’introduction de l’économie de marché (et la minimisation de la participation de l’Etat que cette politique implique) et parce que les institutions ne s’installent pas spontanément.

2Avant de procéder à une étude des institutions russes et de leur fonctionnement qui doit permettre de dégager l’explication des phénomènes susmentionnés, nous exposerons en premier lieu, pour situer cette étude, la place de l’approche institutionnelle dans l’analyse économique ainsi que deux concepts clés pour notre travail : la cellule et le réseau.

Schéma pour l’étude de l’activité économique

  • 1 Ici et dans ce qui suit, les traductions en français de citations extraites d’ouvrages non francoph (...)

3Selon les classiques, l’activité économique comprend la production, la distribution et la consommation des biens et des services. Cette activité économique peut être analysée à trois niveaux, institutionnel, organisationnel et technologique, et à chaque niveau elle peut être présentée par des systèmes correspondants. Le système technologique est composé des éléments que sont les unités de transformation des ressources, lesquelles sont liées par des flux matériels et informationnels. Le système organisationnel est fait de centres de décision liés entre eux par les relations de pouvoir (influence, contrôle, dominance). Quant au système institutionnel, ses éléments sont les règles ou normes, formelles (lois, décrets, arrêtés, règlements) et informelles (coutumes, traditions) : « Les institutions sont définies ici comme les règles faites par les hommes qui contraignent l’éventuel comportement arbitraire et opportuniste dans l’interaction humaine. Les institutions sont partagées par une communauté et se font toujours respecter [enforced] par quelques sanctions »1 (Kasper & Steit 1998 : 28). Les institutions établissent une structure stable – mais pas nécessairement efficace – de l’interaction humaine (North 1990 : 6).

4Le choix du niveau dépend de l’objectif que se fixe l’analyse de l’activité économique. S’il s’agit d’analyser le résultat de cette activité, on privilégiera le système technologique ; s’il s’agit d’analyser le fonctionnement de cette activité, on optera pour le système organisationnel ; enfin, si on s’intéresse plutôt au changement de l’activité économique, le système institutionnel sera au centre de l’analyse.

  • 2 L’ensemble des centres de décision pris en considération est très pauvre : il est limité aux produc (...)

5L’approche néoclassique de l’analyse de l’activité économique ignore totalement le niveau institutionnel et présente le niveau organisationnel de façon simplificatrice2, mettant l’accent sur le niveau technologique, c’est-à-dire sur l’analyse quantitative des flux de ressources. L’approche institutionnelle place le niveau institutionnel au centre de la recherche. Suivant cette autre approche, l’analyse quantitative des flux des ressources au niveau technologique ne sert qu’à poser des questions dont les réponses peuvent être trouvées par l’analyse des règles (niveau institutionnel) et leur application (niveau organisationnel).

6L’approche institutionnelle doit être complétée par l’approche évolutive. Pour comprendre les complémentarités et les rejets des règles formelles et informelles, il faut analyser la dynamique de ces liaisons, car les réalités socioéconomiques sont inertielles.

Les concepts de « cellule » et de « réseau »

  • 3 La sociologie définit les réseaux différemment (Degenne & Forsé 1994).

7La cellule comme le réseau sont des ensembles de personnes ; pourtant, l’accès des personnes extérieures à l’une ou l’autre de ces structures sociales est complètement différent. Pour qu’une personne puisse devenir membre d’une cellule, il faut qu’elle soit acceptée par la cellule entière, unanimement, majoritairement ou par la décision de l’unité de contrôle de la cellule. Par contre, pour devenir membre d’un réseau, il suffit d’être accepté par un des membres de ce réseau ; c’est par ce membre que le nouveau venu aura accès aux autres membres du réseau et c’est également par ce membre que les autres membres du réseau auront accès au nouveau venu3.

8Le niveau de dépendance constitue un autre élément de distinction entre cellule et réseau : alors que les membres de la cellule dépendent totalement de cette dernière et qu’une grande partie de leurs activités se trouve sous le contrôle de cette cellule (de ses membres ou de l’unité de contrôle de celle-ci), une telle dépendance totale n’existe pas dans les réseaux. Une personne ne peut appartenir qu’à une seule cellule, mais par contre à plusieurs réseaux.

9Une autre particularité des cellules consiste en ce qu’elles correspondent à des unités économiques, dont elles représentent une des dimensions, et que leurs membres sont en même temps rattachés à une organisation formelle, tandis que les membres des réseaux peuvent être rattachés à des unités économiques différentes. Du fait que les cellules existent au sein des organisations formelles et en quelque sorte coïncident avec celles-ci, les interactions à l’intérieur des cellules sont très réglementées et la plupart doivent être autorisées par l’unité de contrôle de la cellule. Par opposition, les règles d’interactions à l’intérieur des réseaux sont plus souples en ce qui concerne le contenu et la direction de ces interactions.

  • 4 On comprend ici la structure sociale comme l’ensemble des modes d’organisation d’un groupe social e (...)

10Les cellules et les réseaux ainsi définis sont des structures sociales4. L’hypothèse élaborée dans cet article est la suivante : les cellules et les réseaux sont les structures sociales de base en Russie.

La communauté rurale russe ou la première forme historique de cellule

11La Russie est restée un pays agricole jusqu’au début du xxe siècle. L’institution centrale russe était la communauté rurale (obtchina), dont la particularité était, au moins depuis le xviie siècle, la dépendance totale par rapport à l’Etat. Les nobles russes (dvorianie), qui étaient en même temps des propriétaires fonciers (pomechiki), n’étaient pas l’équivalent des seigneurs occidentaux qui en cas de besoin défendaient la population de leurs domaines. C’était le tsar qui leur attribuait des terres avec des serfs afin qu’ils puissent « se nourrir » (kormitsta) tout en assurant le service militaire ou civil envers le tsar – c’est-à-dire envers l’Etat. La noblesse, qui était devenue héréditaire, pouvait aussi s’acquérir par des services rendus à l’Etat. En 1785, les nobles furent libérés de l’obligation du service militaire ou civil envers l’Etat, et il leur était accordé un pouvoir illimité sur leurs serfs sans que ceux-ci aient le droit de se plaindre de leurs maîtres. Les propriétaires fonciers étaient propriétaires des terres comme des « âmes » des serfs qui y étaient rattachés. Ces derniers étaient organisés en communautés rurales qui regroupaient des familles d’un ou de plusieurs villages sur un territoire donné. Les propriétaires des serfs exécutaient des fonctions policières pour le compte de l’Etat, même s’ils n’occupaient pas de fonctions officielles auprès de l’Etat (Tchernychov 1997 : 49).

12La communauté rurale était au service des propriétaires fonciers et de l’Etat. Les nobles utilisaient l’institution de la communauté rurale pour gérer leurs domaines. Suivant la conviction de l’époque, ils maximisaient leurs revenus des terres en veillant à ce que chaque serf en âge de produire cultivât une superficie adéquate de terres. Pour ce faire, il fallait régulièrement redistribuer les terres entre les familles des serfs suivant les changements intervenus dans la composition de celles-ci ; l’exécution de ces fonctions de redistribution était confiée à la communauté.

13A première vue, la communauté pouvait sembler une organisation autogérée : elle élisait son chef (starosta) et prenait les décisions importantes par vote lors de réunions (skhod) de tous ses membres. Mais en réalité, c’était le propriétaire foncier qui déterminait les règles de fonctionnement de la communauté : il pouvait présenter le ou les candidats au poste de chef de la communauté, refuser l’élection si elle n’était pas conforme à son choix, et imposer n’importe quelle décision à la communauté au travers du chef qui devait suivre ses ordres sans discussion. Le chef assurait la collecte des redevances (obrok) et/ou organisait les corvées (bartchina), et surveillait la création des familles (y compris par des mariages forcés) pour garantir au propriétaire un nombre suffisant d’unités (tiaglo) payant les redevances et exécutant les corvées. Si un propriétaire foncier achetait un paysan serf ou une famille paysanne à l’extérieur, la communauté devait les accepter et leur attribuer de la terre à cultiver.

14L’Etat utilisait la communauté rurale pour assurer la collecte des impôts et le recrutement des soldats pour l’armée. C’était la communauté, et non les familles individuelles, qui payait solidairement les impôts à l’Etat (krougovaya porouka, « caution solidaire »). Du fait de cette caution solidaire, la communauté rurale faisait pression sur chaque famille paysanne pour remplir les différentes obligations. C’était elle qui choisissait les jeunes gens qui devaient partir à l’armée. Bien sûr, les raisons familiales étaient parfois prises en compte (un fils unique n’était pas envoyé à l’armée), mais les intérêts des propriétaires fonciers prévalaient ; les bons travailleurs étaient exemptés de l’armée.

15On voit bien que ces communautés rurales russes remplissaient la définition de la cellule donnée dans la partie précédente.

16Globalement, la conscience des paysans russes était en harmonie avec ces pratiques sociales : « La communauté peut être considérée comme le type principal de la sociabilité russe. Un synonyme du mot “communauté” (obtchina) est le mot “monde” (mir), et la notion de mir était centrale dans la conscience des paysans russes. Le paysan se considérait comme membre de la société non pas tant comme individu mais comme membre d’une communauté concrète, d’un mir concret. Un mir était une entité autonome autosuffisante. Du point de vue légal, c’était une unité administrative ; en droit canon, c’était une paroisse ; du point de vue du droit patrimonial, le mir était une communauté foncière parce qu’elle disposait de terres […] Au fond de la conscience paysanne était l’idée que la terre est un bien de Dieu et devait être utilisée en accord avec lui. Voilà pourquoi en cas d’abondance de terres, cela signifiait que chacun pouvait en prendre autant qu’il pouvait en cultiver ; en cas de manque de terres, il fallait pratiquer une juste redistribution » (Lourié 1997 : 262-263).

17Les éléments principaux du droit paysan coutumier qui a été formalisé après l’abolition du servage en 1861 sont les suivants : chaque paysan devait être membre d’une communauté rurale ; les membres de ces communautés étaient mutuellement garants du paiement des impôts et de l’exécution des autres obligations ; la terre qui était attribuée au paysan ne pouvait devenir sa propriété privée (Léontovitch 1986 : 171). La communauté rurale a été remise en question par les réformes agraires de Stolypine au début du xxe siècle, mais elle a néanmoins continué à jouer un rôle important.

Le kolkhoze : la cellule « classique » en milieu rural

18Le décret « Sur la terre » de Lénine abolit la propriété privée de la terre en 1917. Ce fut l’un des premiers actes législatifs de la révolution d’Octobre. La terre des anciens propriétaires fonciers, de l’Eglise et de la famille du tsar fut répartie entre les paysans par les soviets (conseils) des députés paysans et par les comités fonciers, qui au début avaient hérité de bien des caractéristiques des anciennes communautés rurales. Plus tard, pendant la collectivisation de la fin des années 1920 et du début des années 1930, ce furent les exploitations collectives (kolkhozes) qui commencèrent à jouer le rôle des communautés rurales. La collectivisation a créé les institutions des kolkhozes, dans lesquels les paysans russes étaient à nouveau des serfs, mais désormais des serfs d’Etat : ils travaillaient pratiquement pour rien et effectuaient les « corvées » pour le compte de l’Etat, auquel ils fournissaient le plus gros de leur production. Pour la plupart des paysans russes, la collectivisation signifiait, en ce qui concerne les biens de leurs exploitations, la perte des lopins situés dans les champs communautaires mais la conservation des enclos proches de l’habitat et de presque toute la partie élevage de leurs exploitations. Des pâturages et des prés communautaires étaient aussi mis à la disposition des paysans pour nourrir leurs animaux. Durant toute la période soviétique, l’exploitation personnelle paysanne est demeurée une source importante, voire principale, de subsistance pour les paysans russes.

19Du point de vue de la forme, l’exploitation collective était considérée comme une coopérative, mais dans la pratique aucun des principes d’une coopérative n’était respecté dans les kolkhozes. Les présidents étaient nommés par les secrétaires régionaux du Parti communiste, et les principales décisions étaient prises par les présidents des exploitations collectives et les bureaucrates du Parti, sans tenir compte de l’opinion des membres des exploitations collectives concernées. Les kolkhoziens avaient l’interdiction de quitter leur village et se retrouvaient ainsi condamnés à vie à leurs travaux forcés. Les premiers secrétaires de district du Parti communiste exerçaient un pouvoir sans limites sur les dirigeants des exploitations collectives – pour assurer leur promotion ou les licencier ; à leur tour, les présidents des kolkhozes étaient de véritables chefs des communautés rurales. La vie de tous les habitants des villages situés sur le territoire d’un kolkhoze était liée de bien des façons à l’exploitation collective.

20L’héritage de l’institution de la communauté rurale dans l’institution du kolkhoze est patent. La différence principale fut le remplacement du travail familial individuel sur les champs communautaires par le travail collectif sur les champs du kolkhoze, qui mit fin à la nécessité de la redistribution des terres entre les familles. Les redevances (obrok) n’existaient plus mais elles furent remplacées par des corvées (bartchina) totales en faveur de l’Etat. Par la suite, le travail dans les kolkhozes de l’après-guerre devint très mécanisé.

21Le kolkhoze fournissait à ses membres un grand nombre de services, parmi lesquels la fourniture de bois ou de charbon pour le chauffage individuel ou l’installation de chauffages centraux pour les habitations des villages, ainsi que le financement de jardins d’enfants, d’écoles et de services médicaux. Mais le service le plus important pour la survie des familles, c’était le soutien des petites exploitations familiales, par la fourniture d’aliments pour les animaux élevés sur celles-ci et l’exécution de travaux mécaniques sur les petits lopins de terre. Ce service pouvait être légal ou illégal. Le soutien officiel des exploitations familiales consistait en salaire en nature, mais ce soutien revêtait souvent des formes illégales, telles que l’exécution des travaux mécaniques « au noir » ou le vol, sur les exploitations collectives, de compléments alimentaires destinés aux animaux des exploitations familiales. Ces pratiques se sont banalisées et n’étaient pas vraiment considérées comme illicites ; les dirigeants des kolkhozes les toléraient envers les travailleurs loyaux à leur égard et n’exerçaient de répression que vis-à-vis des travailleurs déloyaux.

22La cellule kolkhoze s’est avérée extrêmement stable. Durant presque toute la décennie qui a suivi la chute du communisme, le milieu rural russe n’a enregistré pratiquement aucun changement. « Sur le papier », les kolkhozes ont été transformés en sociétés par actions dont le capital a été distribué aux travailleurs et les terres réparties conventionnellement entre les habitants des villages situés sur les territoires des anciens kolkhozes. Mais les pratiques sociales sont restées inchangées, à l’exception du vol auquel se livrent dirigeants et travailleurs, qui a beaucoup augmenté.

23Les arriérés des salaires impayés des travailleurs des anciens kolkhozes sont plus importants que ceux des travailleurs des entreprises urbaines. Toutefois, les travailleurs ruraux se plaignent beaucoup plus rarement de cette situation que les travailleurs urbains. Bien évidemment, cela tient essentiellement à l’existence de leurs exploitations familiales, qui dépend du kolkhoze, mais aussi d’une façon générale au plus grand attachement des habitants des campagnes à leurs cellules. Les membres des cellules rurales sont prêts à tolérer ces arriérés de salaires et certains autres inconvénients, mais ils savent exactement que dans le cas d’extrême besoin de leur part, la cellule viendra toujours à leur aide. Elle assure par exemple d’importantes dépenses pour les obsèques « décentes » des gens solitaires ou, à titre exceptionnel, les paiements des arriérés de salaires à l’occasion d’un mariage.

  • 5 Le sovkhoze est une exploitation agricole d’Etat. A partir des années 1970 il n’y avait pas une gra (...)

24Les travailleurs des anciens kolkhozes / sovkhozes5sont devenus propriétaires de ces « entreprises », mais l’offre sur le marché des certificats de propriété des anciens kolkhozes / sovkhozes est impossible dans la pratique car les membres de ces derniers les considèrent comme des « cartes d’adhérent » à la communauté rurale sans laquelle ils ne peuvent survivre. En cas de liquidation de l’ancien kolkhoze / sovkhoze, la création sur les terres de ce dernier d’exploitations agricoles privées se fait sur la base de la location des parts foncières des habitants ruraux par les fermiers privés. Habituellement, les conditions de bail sont la continuation des prestations par le fermier privé des mêmes approvisionnements et services aux ménages propriétaires de ces parts foncières tels qu’ils les recevaient de la part de leur ancien kolkhoze / sovkhoze. Les propriétaires de ces parts ne perçoivent pas cette opération de location comme une transaction de bail mais comme le rattachement à une nouvelle communauté-cellule de plus petite taille, dont le fermier privé est le chef.

25Durant la période soviétique, le propriétaire des exploitations collectives était l’Etat, et les autorités régionales, en tant que représentant de l’Etat dans la région, faisaient tout leur possible pour contrôler le fonctionnement des exploitations. Les autorités à tous les niveaux étaient responsables vis-à-vis de leurs supérieurs des résultats du fonctionnement des exploitations. Le vol et la corruption existaient déjà à cette époque, mais ils ne pouvaient pas dépasser un certain seuil du fait de l’existence de puissants systèmes de contrôle hiérarchique. La situation a radicalement changé avec le début de la « transition » à l’économie de marché en Russie. Le Parti communiste, en tant que noyau dirigeant de la société et de l’économie russes, a disparu. En même temps, toutes les exploitations collectives ou d’Etat ont été formellement « privatisées ». L’Etat soviétique était sans aucun doute un mauvais propriétaire des exploitations agricoles mais, au début de la « transition », ces exploitations collectives furent simultanément laissées sans aucun propriétaire et plongées dans l’environnement de l’économie de marché, qui leur était défavorable et inadéquate à leur nature. Les négociants privés, les agriculteurs privés et les propriétaires des exploitations personnelles profitèrent de l’absence de réels propriétaires des exploitations collectives. Les négociants privés ont commencé à acheter les produits de l’exploitation collective à des prix plus bas que ceux du marché, en corrompant le directeur de l’exploitation. Les agriculteurs privés « achètent » désormais pour une bouteille de vodka le carburant au conducteur de tracteur de l’exploitation collective. La pratique, existant durant la période soviétique, du vol de fourrage pour les animaux des exploitations des ménages (« exploitations personnelles auxiliaires ») sur les exploitations collectives ou d’Etat s’est répandue sur une échelle encore plus grande qu’auparavant. Les autorités régionales (du district et de la province) ne sont plus responsables vis-à-vis de leurs supérieurs des résultats du fonctionnement des exploitations. Elles aussi profitent de cette situation et de l’absence de réels propriétaires des exploitations collectives pour s’enrichir personnellement par le biais de la corruption à grande échelle. Elles reçoivent des pots-de-vin de la part des sociétés privées de négoce et forcent les exploitations collectives à accepter des conditions non rentables d’approvisionnement des intrants et d’écoulement des produits. De cette façon, les trois principales institutions du système agricole existant actuellement – exploitations collectives rebaptisées, exploitations des ménages et administrations régionales (du district et de la province) – sont impliquées dans des activités illicites qui détruisent l’agriculture russe.

26En faisant un bilan préliminaire, on peut constater que la propriété privée n’est pas vraiment installée dans le secteur agricole ; l’entreprise agricole (ancien kolkhoze / sovkhoze) reste toujours la cellule, pour laquelle les institutions de contrat et d’emploi sont très « biaisées » par comparaison avec ces mêmes institutions dans les pays occidentaux.

Caractéristiques générales des cellules soviétiques et postsoviétiques

27Staline a réussi à adapter le système cellulaire non seulement en milieu rural mais aussi dans les villes. Les caractéristiques générales des cellules soviétiques, ainsi que la notion elle-même de cellule, sont décrites dans les ouvrages d’Alexandre Zinoviev. Les citations ci-dessous sont extraites soit directement de Zinoviev (1981), soit de Bensimon (1996).

28« Ce qui fait la particularité de la société communiste, c’est qu’elle se présente comme un ensemble de cellules, reliées entre elles, et dotées d’une structure standard, c’est-à-dire que chaque cellule est organisée, construite, selon les mêmes principes. L’organisation cellulaire repose sur le principe de la fixation de l’individu à une cellule : tout individu actif lui apporte ses forces (son travail) et reçoit en retour de la cellule ses moyens d’existence et ses possibilités de promotion sociale » (Bensimon 1996 : 91). Dans le milieu rural, jusque dans les années 1970, le rattachement des individus aux cellules était très rigide : comme indiqué précédemment, les habitants des campagnes ne pouvaient librement quitter leur cellule (kolkhoze) ni changer d’occupation. Dans les autres secteurs, les changements de cellules étaient possibles, mais nul ne pouvait échapper au rattachement à une cellule quelconque.

29« Au niveau de la collectivité de base [cellule, V.Y.], les gens ne passent pas tant leurs journées à travailler qu’à échanger des informations, à se divertir, à faire en sorte de conserver et d’améliorer leur situation, à établir des contacts avec des personnes dont dépend leur bienêtre, à assister à d’innombrables réunions, à tenter d’obtenir des bons de séjour, un logement, quelquefois même du ravitaillement supplémentaire […] Ils améliorent leur qualification, reçoivent des certificats. Ils font partie de troupes d’amateurs, de clubs sportifs, sans parler bien sûr des cercles d’éducation politique. Ils font du travail social. Ils participent à des manifestations, des rencontres, des soirées, des excursions et des voyages. C’est leur vie propre qui se déroule là avec ses joies et ses peines, ses réussites et ses échecs, une vie pleine de passions et de drames. Et c’est de cette vie réelle que doit tenir compte en premier lieu toute description scientifique du communisme […] L’essentiel de la vie au niveau de la collectivité de base se résume en une lutte acharnée que livrent les individus pour conquérir les biens abstraits précédemment cités […] » (Zinoviev 1981 : 105). « […] la collectivité dans laquelle travaille l’individu constitue cette base organique hors de laquelle il n’est rien et ne représente rien. La société refuse le titre de citoyen à part entière à tout homme qui n’est pas rattaché, directement ou indirectement, à une entreprise ou à un organisme quelconque, autrement dit qui ne travaille nulle part […] » (Zinoviev 1981 : 153). « L’homme n’entre pas dans la société directement en qualité d’unité souveraine, mais seulement par l’intermédiaire de ces collectivités initiales que sont les communes [cellules, V.Y.]. Ici, ce n’est pas l’homme qui incarne le principe de la personne, mais la collectivité dans son intégralité. Seule la commune [cellule, V.Y.] est une personne, l’homme, lui, n’est qu’un morceau de cette personne, une condition impersonnelle de la personne. C’est la raison pour laquelle le slogan “Les intérêts de la collectivité dépassent les intérêts de l’individu” n’est pas seulement une déclaration démagogique, mais un principe d’action pratique » (Zinoviev 1981 : 113). Pour garantir la loyauté des individus envers l’Etat parti, des mécanismes spéciaux d’influence étaient appliqués à l’intérieur des cellules.

30Après l’abolition officielle du système soviétique au début de 1992, les cellules ont perdu leur légitimité officielle. Pourtant, partout en Russie, la plupart des organisations ex-soviétiques, et tout d’abord les entreprises, continuèrent à jouer leur rôle de cellules, en assurant certains services sociaux en dépit de leurs énormes difficultés financières. La privatisation des entreprises ne changea pas radicalement la situation. Les dirigeants, propriétaires ou non, ont été forcés de jouer un rôle paternaliste auprès de leurs employés, en répondant aux attentes de ces derniers envers les « patrons ». Ce paternalisme se traduit par une limitation des licenciements qui auraient été nécessaires à la restructuration de l’entreprise et par la conservation des services sociaux qui étaient fournis auparavant par celle-ci. Par contre, ce paternalisme s’accompagne, à première vue paradoxalement, par des arriérés de paiement de salaires de plusieurs mois. Comme les ouvriers concernés ont continué à considérer leur entreprise en tant que cellule à laquelle ils continuent d’appartenir, ils continuent à travailler, sans recevoir régulièrement des salaires. Cette situation ne peut évidemment pas durer éternellement dans les conditions de l’économie de marché.

31La situation dans une entreprise de tricotage de Samara peut servir d’exemple. Cette entreprise avait été privatisée par la collectivité des travailleurs de l’entreprise, actifs et retraités. Le directeur ne possédait pas plus d’actions que les autres travailleurs, et son intérêt de propriétaire dans cette situation n’était pas très important. L’entreprise n’était pas bénéficiaire, ne versait pas de dividendes et les perspectives, si rien ne changeait, étaient quasi nulles. Mais lorsque le directeur, pour augmenter sa participation au capital en vue d’une restructuration de l’entreprise, a cherché à racheter des actions auprès de ces actifs et retraités, il s’est vu opposer un refus unanime. On peut penser que les actifs refusaient de vendre dans la crainte d’être licenciés, mais dans ce cas concret ce n’était pas la raison principale pour tous. Une femme âgée, ancienne ouvrière de cette fabrique où elle avait travaillé pendant trente ans, a refusé de vendre ses actions contre une somme intéressante parce qu’elles créaient un lien officiel entre elle et sa cellule. Cette cellule ne lui rapportait actuellement pas grand-chose, mais elle voulait continuer à se sentir membre de cette cellule, à participer aux réunions, et, en cas de décès, elle était sûre que la fabrique lui assurerait des funérailles correctes (il faut savoir qu’en Russie, les frais d’obsèques dépassent largement les possibilités financières des gens modestes).

32A la fin des années 1950, la société soviétique a commencé à s’éloigner de son modèle classique. Les cellules perdent graduellement leur rôle d’exclusivité dans le fonctionnement de la société tandis que de nouvelles structures commencent à apparaître : les réseaux.

Les origines des réseaux russes

  • 6 Kordonsky (1996, 2000) appelle ce phénomène « marchés administratifs ».

33Le système soviétique de planification centralisée consistait dans la redistribution des ressources entre les différentes cellules. Avec l’augmentation de l’échelle et de la complexité de l’économie soviétique, cette redistribution ne répondait plus aux besoins des cellules ; en effet, pour une cellule donnée, certaines ressources étaient distribuées en surnombre et, à l’inverse, d’autres en quantités inférieures à ses besoins. Cette situation a provoqué chez les dirigeants et chez certains membres des cellules la nécessité d’instaurer des liaisons non officielles horizontales pour remplir les lacunes du système centralisé6. Parallèlement, à partir des années 1960, certains membres des cellules ont commencé à sentir que celles-ci ne leur donnaient pas les ressources auxquelles ils aspiraient pour leurs besoins personnels et se sont mis eux aussi à créer leurs propres liaisons non officielles horizontales pour accroître leurs possibilités de consommation. C’est de cette façon que se sont constitués les premiers réseaux.

  • 7 Par exemple, pendant mon entretien avec une habitante d’un village de la région de Samara à propos (...)

34Le système des cellules ne peut répondre de façon satisfaisante à la société de consommation. Il est plus ou moins stable tant que les membres des cellules ont des besoins limités et mènent un mode de vie relativement austère. Nous observons actuellement ce phénomène d’une relative stabilité des cellules dans le milieu rural russe, dont la population se contente volontairement d’un mode de vie modeste et préfère les loisirs à l’augmentation de son bienêtre matériel7.

35A partir de la fin des années 1950, sous l’influence des changements idéologiques, l’Etat soviétique a commencé à corriger sa nature. Les dirigeants soviétiques, tout en étant toujours profondément attachés au rôle messianique de l’URSS (l’expansion du communisme dans le monde entier), ont avancé comme objectif l’amélioration substantielle du niveau de vie de la population du pays. Le dirigeant du pays à l’époque a lancé le slogan suivant lequel la génération actuelle allait vivre un communisme idéal apportant l’abondance matérielle pour tous (A chacun suivant ses besoins). Certaines couches de la population soviétique ont bien reçu ce message. L’élite dirigeante soviétique s’embourgeoisa progressivement, gagnée rapidement par les virus de la société de consommation et en cela bientôt rejointe par les couches sociales proches des élites (artistes, intellectuels, etc.). Les voyages en Occident sont devenus un des biens les plus précieux. Les objectifs ambitieux de la construction du communisme en Union soviétique et son expansion dans le monde entier n’étaient plus pour chacun d’eux leur première priorité. L’augmentation du niveau de vie de l’élite s’est effectuée par l’accroissement du système de distribution des biens aux membres de la nomenklatura. Une partie importante de cette dernière ne se satisfaisait pas des biens distribués et participait aux réseaux d’échanges de biens et de services, à la limite de la légalité, utilisant jusqu’à la corruption. L’expansion des réseaux de ce type en Union soviétique a sapé la structure cellulaire de la société en diminuant le contrôle des individus par l’Etat.

36Il faut souligner que l’existence des interactions directes horizontales était illégale en Union soviétique : elles étaient en effet interdites, et le système centralisé d’approvisionnement des cellules était censé fournir correctement toutes les ressources nécessaires à celles-ci. De ce fait, les réseaux avaient inévitablement un caractère illégal. Néanmoins, leur apparition a été facilitée par la place qu’occupaient les règles formelles (législation) dans le système soviétique. La tradition soviétique de la législation économique consistait dans le fait que les lois existantes, peu nombreuses, n’avaient pas une grande signification. C’étaient les ordres et les pressions provenant des différents échelons du pouvoir exécutif qui jouaient le rôle dominant. La priorité du pouvoir sur la loi était un trait important de la société soviétique, qui aboutissait au manque de respect envers les lois. La violation des lois par les citoyens, par les organisations et même par les autorités était pratiquée sur une grande échelle ; quant au vol, à la corruption et à l’abus de position, ils étaient autorisés de façon informelle, s’ils n’étaient pas pratiqués sur une grande échelle. Dans chaque cas concret, c’étaient les supérieurs qui décidaient, de manière flexible, si tel comportement devait être qualifié de criminel ou non.

37Chaque membre d’un réseau devait avoir un « capital » susceptible d’intéresser les membres du réseau. En Union soviétique, dans le système des cellules, chaque personne pouvait disposer du « capital » qui correspondait à sa cellule d’appartenance et à sa position dans la cellule ; l’argent ne jouait pas un rôle central ; voilà pourquoi c’étaient principalement les ressources matérielles et les services qui circulaient dans les réseaux. Les notions de don et de contredon s’avèrent utiles pour caractériser le fonctionnement des réseaux dans la période soviétique. Le rattachement d’un nouveau venu à un réseau coïncidait généralement avec la satisfaction de la demande d’un membre par un don en provenance de ce nouveau venu. Le fonctionnement des réseaux dans des conditions d’illégalité exigeait une confiance réciproque entre les membres directement liés, qui pouvait par exemple provenir de connaissances de longue date entre ses membres, comme d’anciennes relations universitaires.

  • 8 Cette question est étudiée par Rizopoulos (1999).

38A partir de 1987, la propriété privée et la pratique des contrats privés ont commencé à être légalisées, mais les institutions de type occidental de la propriété et du contrat privés ne furent pas véritablement installées. Les transactions ont lieu dans la plupart des cas à l’intérieur ou avec l’aide des réseaux8. L’Etat soviétique, puis l’Etat russe, n’étaient ni habitués ni préparés à protéger la propriété privée et à faire respecter les contrats. Ce sont les structures criminelles qui arrivèrent très rapidement pour remplir ce vide institutionnel. Pratiquement dès la chute du régime communiste, le racket de protection a pris une grande ampleur. L’institution de la krycha (le « toit ») d’une part représente le racket de protection classique et d’autre part a pris des formes et des proportions très spéciales en Russie. Les krycha criminelles, administratives et policières sont devenues des éléments nécessaires des réseaux.

  • 9 P.-d.g. d’un bureau de conseil qui gère quotidiennement pour ses clients, des hommes d’affaires, le (...)

39Suivant l’évaluation d’un expert russe bien informé9, 40 à 50 % des contrats ne sont pas respectés dans leurs grandes lignes et 10 % pas respectés du tout, le reste étant plus ou moins respecté. Cet expert a confirmé que le contrat écrit dans la Russie actuelle est considéré non comme une chose qu’il faut absolument respecter, mais comme le point de départ de négociations qui auront lieu en fonction des changements de circonstances. Suivant ce même expert, la pratique des tribunaux d’arbitrage est la suivante : ils jugent presque toujours en faveur de la partie qui se trouve sur le territoire du tribunal concerné, et cela en dépit des cas de préjudice évident commis contre une partie adverse qui ne serait pas locale. Cette situation se produit du fait de la force des liens entre les gens sur place (membres des réseaux locaux) et en raison de la proximité qui facilite la corruption des magistrats locaux. Les demandes d’appel auprès d’instances arbitrales supérieures sont très coûteuses et ne donnent quasiment jamais de résultat positif. Les magistrats qui ont commis des fautes évidentes d’arbitrage ne sont pratiquement jamais tenus responsables. L’exécution des jugements en Russie représente un problème difficile ; les fonctionnaires responsables de cette exécution ne sont pas très actifs, et sont souvent eux-mêmes corrompus par les parties condamnées.

40En conséquence de l’inefficacité des tribunaux et des difficultés d’exécution des jugements rendus, les sociétés s’adressent rarement aux tribunaux d’arbitrage, mais essaient de résoudre leurs différends par d’autres moyens, y compris par le recours à des structures criminelles ou semi-criminelles pour contraindre la partie adverse à payer ses dettes. La pratique de récupération des dettes à l’aide de menaces et de pressions physiques est très répandue en Russie. Beaucoup de groupes criminels spécialisés dans les rackets au début des années 1990 se sont plus tard convertis en agences de surveillance et de protection ainsi que de détectives privés. D’autres agences de ce type ont été mises sur pied par les anciens officiers du KGB et de la police. Selon un expert, ex-officier du KGB, on compte plus d’une centaine d’agences de surveillance-protection et de détectives privés dans la région de Samara, dont la moitié sont d’origine purement criminelle. Toutes ces agences ont la permission officielle de disposer d’armes. Outre leurs services légaux de protection et de surveillance, elles mènent une activité illégale de récupération des dettes pour leurs clients en utilisant les techniques des menaces et/ou de pressions physiques. Le paiement de ce type d’activité ne passe pas par la comptabilité officielle des sociétés, mais est réglé en espèces ou en nature (voitures, appartements, etc.). Cette activité est très dangereuse. Quatre collaborateurs d’une de ces agences de Samara partis à Saint-Pétersbourg récupérer une dette d’un débiteur d’une société de Samara y ont été tués. L’enquête criminelle sur ces meurtres n’a, comme d’habitude, donné aucun résultat. L’expert local estime qu’ils ont été tués par un groupe protecteur de la société débitrice.

41La prépondérance des transactions par réseaux en Russie est vraisemblablement due à une méfiance universelle. « De quoi lui serviraient ressources naturelles, machines, abondance d’argent et de main-d’œuvre, si la vie économique y est paralysée par la défiance ? » (Peyrefitte 1995 : 385). « La loi, le contrat, la rationalité économique, fournissent une base nécessaire mais pas suffisante pour la stabilité et la prospérité des sociétés postindustrielles ; ils doivent également être fermentés par la réciprocité, l’obligation morale, le devoir envers la communauté et la confiance, qui proviennent des habitudes plutôt que d’un calcul rationnel. Ces caractéristiques ne représentent pas des anachronismes dans la société moderne, mais plutôt les conditions sine qua non de son succès » (Fukuyama 1996 : 11). Les habitudes des Soviétiques étaient faites de méfiance envers l’Etat répressif et envers les particuliers qui pouvaient vous dénoncer à cet Etat répressif. Les réformes n’ont fait que renforcer cette méfiance. Le rôle répressif des fonctionnaires de l’Etat s’est intensifié à cause de la nécessité pour ces derniers d’obtenir des revenus supplémentaires sous forme de pots-de-vin afin de compenser leurs salaires insuffisants pour assurer une vie décente à leurs familles. Les mêmes fonctionnaires n’avaient pas pour habitude de protéger la propriété des hommes d’affaires et l’exécution des contrats, d’où la situation sans défense de ces hommes d’affaires qui les a contraints à chercher confiance et protection au sein des réseaux.

42On peut conclure que les mécanismes du fonctionnement de l’économie russe sont basés sur les règles informelles des réseaux, qui recourent à la corruption et à la violence comme à des méthodes courantes. Ces réseaux ont trois types fonctionnels de participants : des entrepreneurs souvent sans foi ni loi, des bureaucrates corrompus et des criminels professionnels. Les participants concrets à ces réseaux peuvent cumuler plusieurs de ces trois fonctions.

Criminalisation de la société russe

  • 10 L’influence de la culture des prisonniers et des criminels sur la société russe est étudiée par Ole (...)

43Actuellement, un grand nombre de groupes criminels organisés se sont légalisés. La façon la plus directe de leur légalisation est la création sur leurs bases d’une agence de protection. Une autre façon de se légaliser consiste à entrer dans le capital d’entreprises existantes, soit par la contrainte en rémunération d’une protection, soit par le blanchiment d’argent sale. La façon la plus sophistiquée de légaliser des groupes criminels est de créer des projets commerciaux qui leur sont propres, et qui parfois seront commercialement couronnés de succès. Dans ce dernier cas, la plupart des criminels légalisés gardent tout de même leurs brigades armées et ne rejettent pas la possibilité de pressions de force sur leurs partenaires ou adversaires commerciaux. La participation massive des criminels à l’activité économique a un résultat social néfaste à cause de la propagation des comportements criminels à l’ensemble du monde des affaires russe10.

  • 11 « Avant, dans certaines régions, la police avait simplement peur des bandits et ne savait pas ce qu (...)

44Les représentants du FSB (ancien KGB), de la police normale et de la police fiscale ont pris exemple sur les groupes criminels pour leur activité de protection et d’aide aux entreprises privées11 : ils ne suivent pas les règles de leurs organisations, mais celles des criminels. Par exemple, si un colonel de la police sert de krycha (« toit ») à une entreprise donnée (moyennant le paiement d’honoraires personnels illicites), et si cette entreprise a des problèmes avec un groupe criminel connu, le colonel appelle le chef de ce groupe afin de discuter avec lui la résolution de ce problème et, si cela ne suffit pas, il ira avec des renforts armés à un rendez-vous (razborka) avec celui-ci pour une discussion approfondie, qui peut se terminer en fusillade. Il peut bien sûr arguer de ses possibilités officielles de représailles. A l’heure actuelle, il règne une sorte d’équilibre sur le « marché » des krycha, divisé entre les criminels professionnels et les structures d’Etat comme la police, le FSB ou la police fiscale. Les entrepreneurs préfèrent souvent les krycha « publiques » aux krycha criminelles, les premières offrant les mêmes prix que les secondes mais pour des services apparemment plus efficaces.

  • 12 « Si on parle des quantités de bandits, voleurs et fraudeurs qui se présentent maintenant dans les (...)

45Tous les participants aux processus économiques sont caractérisés par la même culture criminelle. Les fonctionnaires, les entrepreneurs et les criminels professionnels ont la même absence de respect envers la loi, partagent la possibilité – et dans certains cas la nécessité – de l’utilisation de la violence pour garantir le succès des affaires et ne trouvent pas d’inconvénient ni d’obstacle moral à l’usage des pratiques de corruption12. Cette criminalisation de la société russe s’est accompagnée par la pénétration du jargon criminel dans le langage courant de sorte qu’aujourd’hui on trouve facilement des mots propres au jargon criminel russe jusque dans les discours des parlementaires de la Douma. Les traits spécifiques de l’Etat, de l’économie et de la société soviétiques ont bien préparé cette criminalisation. Le non-respect de la loi mais le respect du pouvoir (qui se trouve maintenant entre les mains de ceux qui ont de l’argent), la répression sélective des crimes, l’usage de tolérer les actions illicites si elles ne dépassent pas un certain seuil (ce seuil étant plus élevé à l’heure actuelle qu’à l’époque soviétique), le caractère répressif de l’Etat qui s’est poursuivi dans le caractère répressif de ceux qui ont le pouvoir, tout cela a créé un terrain favorable à cette criminalisation.

46L’héritage du système économique soviétique a déterminé le rôle central des procédures de distribution dans la vie économique. Si, auparavant, il s’agissait de la distribution des ressources matérielles, désormais il s’agit de la distribution des budgets publics, des exemptions d’impôts, de l’octroi de licences, etc. Toutes les grandes fortunes de la Russie actuelle ont été créées soit par l’attribution illicite des ressources publiques à quelques mains privées étroitement liées aux décideurs de l’Etat, soit directement par des activités criminelles ou commerciales illicites. Comme autrefois, la majorité des transactions continuent à se dérouler au sein de réseaux, mais maintenant les Pots-de-vin monétaires parfois énormes jouent un rôle beaucoup plus important. L’héritage culturel soviétique, marqué par la tradition marxiste de considérer la propriété privée comme du vol et par l’absence de respect envers l’activité commerciale en général, s’est répercuté très négativement sur la légitimité de la propriété privée et sur la participation des gens « normaux » à l’activité commerciale.

47Les nouveaux propriétaires des entreprises privatisées – qu’ils soient ou non les anciens directeurs de ces entreprises – se comportent de la même façon, en gaspillant les ressources de l’entreprise par des opérations illicites pour leur enrichissement immédiat et en plaçant l’argent sur leurs comptes à l’étranger. Un type répandu de ces opérations illicites est la sous-facturation, en d’autres termes la vente des produits au-dessous des prix du marché ou même au-dessous des prix de revient en échange de pots-de-vin en espèces. Pour faciliter ces opérations, la pratique courante consiste à créer de petites entreprises satellites à côté des géants industriels ex-soviétiques, au travers desquelles les flux financiers des grandes entreprises sont détournés. De ce fait, dix années de réformes n’ont pas contribué à la croissance de l’appareil économique et les investissements ont chuté plus rapidement que la production.

Une typologie des réseaux

  • 13 Kordonsky (1996) propose une autre classification des structures de l’activité économique de la pos (...)

48On peut distinguer en Russie quatre types de réseaux : les réseaux « entrepreneurs », les réseaux « entrepreneurs bureaucratie », les réseaux « entrepreneurs-criminels » et enfin les réseaux « entrepreneurs bureaucratie-criminels »13.

49Les réseaux « entrepreneurs » sont les rouages indispensables dans la situation actuelle où la plupart des opérations sont des opérations de troc et où les paiements des fournitures arrivent avec beaucoup de retard – quand ils arrivent. Les réseaux « entrepreneurs bureaucratie » sont plus classiques, et on en retrouve d’analogues presque partout dans le monde. Mais l’héritage du système économique soviétique a contribué à la création de ce type de réseaux en grand nombre sur les débris du système de la distribution des ressources par les autorités publiques. Les réseaux « entrepreneurs criminels » ont vu le jour sur une grande échelle avec la chute du communisme, suite à laquelle la tradition de la nature illégale des réseaux soviétiques s’est trouvée renforcée. Plusieurs facteurs y ont contribué : le système de la répression des actions illicites s’est considérablement affaibli ; les champs d’intervention des acteurs se sont grandement élargis ; le rôle de l’argent a énormément augmenté, ce qui a donné la possibilité de convertir n’importe quel « capital » en forme monétaire.

50Dans de nombreux cas, les trois premiers types de réseaux mentionnés ci-dessus se sont regroupés dans des réseaux complexes « entrepreneurs-bureaucratie-criminels ». Un exemple éloquent d’un réseau de ce type est celui du plus grand producteur d’automobiles de la Russie, AvtoVAZ, qui se trouve dans la province de Samara (Ariefiev 1997 ; Samarski 1997 ; Samarski & Outitstin 1997 ; Strogin et al. 1999). En 1997, huit groupements criminels possédaient ou contrôlaient 80 % des expéditions de voitures de ce géant automobile. Les représentants de ces groupements criminels se sont installés dans l’usine pour diriger directement la chaîne de production. Pendant l’interview que l’auteur a réalisée en août 1997 avec le directeur du marketing et du commerce de AvtoVAZ, Vladimir Koutchaï, celui-ci a naïvement déclaré qu’il n’arrivait pas à répondre avec précision aux besoins des clients en ce qui concernait les équipements de finition et les couleurs des automobiles, et que c’étaient les représentants des groupes criminels qui se chargeaient de cette fonction. Dans la pratique, ces représentants versaient des sommes d’argent aux ouvriers de la chaîne de production pour réaliser telle et telle finition ou couleur sur tel et tel véhicule, en les menaçant de violences en cas de refus. Entre 1994 et 1997, 60 meurtres commandités ont été recensés à Togliatti, ville à laquelle est rattachée l’usine VAZ. La source principale des revenus criminels résidait essentiellement dans les énormes remises concédées aux sociétés de commerce de gros, sociétés dont les représentants de l’administration de l’usine, les parents des autorités locales et de la police et même des députés de l’assemblée législative locale étaient devenus copropriétaires. Lors des différentes interviews réalisées à Samara, on a à de nombreuses reprises fait comprendre indirectement à l’auteur qu’en réalité certains hauts fonctionnaires de Samara et de Moscou étaient également impliqués.

Conclusion

51La notion téléologique de transition rend légitime la question suivante : la transition à l’économie de marché en Russie est-elle achevée ? Rappelons que du point de vue institutionnel, la transition à l’économie de marché est 48 la mise en place des principales institutions du marché : la propriété privée, l’entreprise, le contrat et l’emploi. Chacune de ces institutions est un ensemble de règles formelles et informelles. Dans les économies occidentales, les règles informelles ne sont pas en contradiction avec la lettre et l’esprit des règles formelles : les règles informelles complètent les règles formelles. Ce n’est pas le cas en Russie. En ce qui concerne les règles formelles, la législation russe (par exemple le Code civil de la Fédération russe) est en quelque sorte la traduction des textes législatifs des pays occidentaux. Pour toutes ces institutions, on trouve dans ce Code leurs descriptions adéquates à l’économie de marché. Par contre, les règles informelles sont soit totalement illégales, soit contraires à l’esprit des lois. Dans la Russie actuelle, les relations entre ces deux types de règles ne sont pas des relations de complémentarité mais plutôt de rejet des règles formelles par les règles informelles. Deux causes principales ont déterminé ce rejet : l’héritage institutionnel soviétique et l’écartement volontaire de l’Etat de l’installation active des institutions et de la mise en vigueur des lois. Ces deux causes ont eu pour résultat une propriété floue des entreprises gaspillées par tout le monde, y compris par leurs propriétaires, une entreprise-cellule où l’emploi est tout d’abord l’adhésion à cette cellule, et un contrat qui n’est soit qu’une déclaration d’intention, exigeant la continuation des négociations et la prévision de mesures pour forcer son application, soit un accord conclu entre les membres d’un même réseau.

52Durant les dix dernières années, le système cellulaire s’est beaucoup affaibli dans les villes russes, au contraire du milieu rural où il a conservé sa position dominante. Les cellules rurales continuent à exister en se transformant graduellement en unités d’autosubsistance qui utilisent la plupart des ressources produites pour le soutien des petites exploitations familiales privées. Dans les campagnes, ce processus peut continuer jusqu’à l’épuisement total du matériel hérité de l’époque soviétique, car ces cellules ne sont pas capables d’accumuler les ressources nécessaires pour le remplacement du matériel amorti. La fin des cellules rurales s’accélère à cause du gaspillage sur une grande échelle des ex-kolkhozes par leurs dirigeants et leurs travailleurs. Un grand nombre des entreprises ex-soviétiques enregistrent des pertes importantes et ne sont pas rentables. Pourtant, toutes continuent à être considérées par les autorités (y compris par les organismes d’Etat responsables des faillites) comme des cellules s’occupant d’une partie de la population. C’est pourquoi peu de vraies faillites sont officiellement prononcées. Le maintien du fonctionnement des entreprises non solvables s’effectue sur la base des opérations de troc, qui sont le plus souvent exécutées dans le cadre des réseaux.

53La prépondérance des transactions par le biais des réseaux en Russie est due dans une large mesure à une méfiance universelle : méfiance des ex-Soviétiques envers l’Etat répressif et envers les particuliers, méfiance qui s’est renforcée après les réformes. Les hommes d’affaires étaient forcés par les circonstances à rechercher confiance et protection au sein des réseaux. Les mécanismes du fonctionnement de l’économie russe sont actuellement basés sur des réseaux qui utilisent comme méthodes courantes la corruption et la violence, à quasiment tous les niveaux de la société. Les entrepreneurs sans scrupules, les fonctionnaires d’Etat corrompus et les criminels professionnels font partie de ces réseaux. La participation massive des criminels à l’activité économique se répercute de façon néfaste sur la société dans son ensemble car le suivi des comportements criminels a atteint l’intégralité du monde des affaires russe.

54La persistance de l’existence des cellules en dépit d’un nouvel environnement institutionnel officiellement imposé (importé) et l’envahissement quasi total de l’économie et de la société russes par des réseaux illégaux, voire criminels, représentent les deux caractéristiques les plus frappantes de la Russie actuelle.

Bibliographie

Alexandrov V., 1976, La communauté rurale en Russie (xvii edébut xixe siècle) (en russe), Moscou : Nauka.

Ariefiev I., 1997, « Comment sera perçue notre parole » (en russe), Dielo, 25 novembre.

Bensimon G., 1996, Essai sur l’économie communiste, Paris : L’Harmattan.

Degenne A. & Forsé M., 1994, Les réseaux sociaux, Paris : Armand Colin.

Difranceisco W. & Gitelman Z., 1984, « Soviet Political Culture and Modes of Covert Influence », American Political Science Review, vol. 78, n° 3, pp. 603-621.

Fukuyama F., 1996, Trust : The Social Virtues and the Creation of Prosperity, New York : Free Press.

Kasper W. & Streit M.E., 1998, Institutional Economics, Social Order and Public Policy, Cheltenham, UK : Edward Elgar.

Kordonsky S., 1996, « Les origines des formes de l’activité commerciale dans l’économie de la post-perestroïka en Russie » (en russe), Entreprise en Russie, n° 2.

–, 2000, Les marchés du pouvoir. Les marchés administratifs en URSS et en Russie (en russe), Moscou : OGI.

Léontovitch V., 1986, Histoire du libéralisme en Russie, Paris : Fayard.

Lourié S., 1997, Ethnologie historique (en russe), Moscou : Aspect Press.

Mendras M., 1998, « Enrichissement et clientélisme en Russie », Mondes en développement, t. 26, n° 102, pp. 8393.

North D., 1990, Institutions, Institutional Change, and Economic Performance, Cambridge : Cambridge University Press.

Oleynik A., 2001, « Le business suivant les règles du monde criminel : sur un modèle institutionnel du capitalisme russe » (en russe), Questions de l’économie, n° 5, pp. 425.

Ossokina V., 1978, L’édification socialiste dans la campagne et la communauté rurale – 1920-1933 (en russe), Moscou : Mysl.

Peyrefitte A., 1995, La société de confiance. Essai sur les origines et la nature du développement, Paris : Odile Jacob.

Radaïev V., 1998, Création des nouveaux marchés russes : coûts des transactions, formes de contrôle, éthique des affaires (en russe), Moscou : Centre des technologies politiques.

Rizopoulos Y., 1999, « Stratégies organisationnelles et réseaux postsocialistes en Russie », Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 30, n° 23, juin-septembre, pp. 283302.

Samarski A., 1997, « Ne fais pas peur à une autorité criminelle » (en russe), Expert, 10 novembre.

Samarski A. & Outitstin O., 1997, « La défense de la ville de l’automobile » (en russe), Expert, 15 décembre.

Strogin A. et al., 1999, « Trois sacs de dossiers criminels sont sortis d’AvtoVAZ » (en russe), Komersant, 20 février.

Tchernychov I., 1997, La politique agraire paysanne de la Russie pendant 150 ans. Les paysans de la communauté rurale à la veille du 9 novembre 1906 – De la question de la communauté (en russe), Moscou : Fonds « Natchala ».

Zinoviev A., 1981, Le communisme comme réalité, Paris : Julliard / L’Age d’Homme.

Notes

1 Ici et dans ce qui suit, les traductions en français de citations extraites d’ouvrages non francophones sont de l’auteur.

2 L’ensemble des centres de décision pris en considération est très pauvre : il est limité aux producteurs et aux consommateurs, dont le comportement est borné par des choix entre des éventualités connues maximisant les fonctions d’objectif ; quant aux relations d’influence, de contrôle et de dominance, elles ne sont pas étudiées.

3 La sociologie définit les réseaux différemment (Degenne & Forsé 1994).

4 On comprend ici la structure sociale comme l’ensemble des modes d’organisation d’un groupe social et des types de relations existant à l’intérieur de ce groupe.

5 Le sovkhoze est une exploitation agricole d’Etat. A partir des années 1970 il n’y avait pas une grande différence entre ces deux types d’exploitations agricoles soviétiques.

6 Kordonsky (1996, 2000) appelle ce phénomène « marchés administratifs ».

7 Par exemple, pendant mon entretien avec une habitante d’un village de la région de Samara à propos de son exploitation familiale, je posai notamment les deux questions suivantes : « Quel est le nombre minimum d’animaux de différents types que vous estimez nécessaire à la subsistance de votre famille ? Quel est le nombre d’animaux de différents types que vous estimez suffisant pour garantir un niveau d’existence confortable à votre famille ? » A ces deux questions consécutives la réponse fut identique. Je lui demandai alors pourquoi elle n’envisageait pas d’augmenter son cheptel pour améliorer le niveau de vie de la famille ; elle répondit : « Il faudrait trop bosser. »

8 Cette question est étudiée par Rizopoulos (1999).

9 P.-d.g. d’un bureau de conseil qui gère quotidiennement pour ses clients, des hommes d’affaires, le bon règlement de leurs contrats commerciaux.

10 L’influence de la culture des prisonniers et des criminels sur la société russe est étudiée par Oleynik (2001).

11 « Avant, dans certaines régions, la police avait simplement peur des bandits et ne savait pas ce qu’il fallait faire face à la grande ampleur de la criminalité. Puis, à un moment donné, la police a compris qu’il ne faut pas avoir peur de ces derniers […] La police, en comparaison des bandits, présente un grand nombre d’avantages : elle est en uniforme […], elle a un approvisionnement en matériels de l’Etat et un certain corporatisme. Il fallait simplement devenir un autre type de bandits mais avec l’environnement du support de l’Etat » (Radaïev 1998 : 204).

12 « Si on parle des quantités de bandits, voleurs et fraudeurs qui se présentent maintenant dans les bureaux des sociétés et exigent quelque chose, tapent du poing sur la table, en comparaison du début des années 1990, les affaires sont moins criminalisées […], mais si on parle de la psychologie criminelle qui a envahi les masses – ce terrible phénomène –, on peut dire alors qu’elle est devenue générale. Parce que si, auparavant, les gens qui venaient dans les affaires étaient soit des “romantiques” qui pensaient qu’on pouvait faire des affaires sans criminalité, soit des gens qui pensaient que leur implication dans la criminalité était inévitable pour faire des affaires, à l’heure actuelle, toute personne s’occupant ou voulant s’occuper d’affaires comprend qu’elle n’échappera jamais à la criminalité dans n’importe quelle sphère, ni dans la sphère des relations financières, ni dans la sphère des relations avec une “krycha”, ni dans la sphère de l’évasion d’une fiscalité excessive […] Aujourd’hui, le business russe est criminalisé à cent pour cent » (Radaïev 1998 : 202).

13 Kordonsky (1996) propose une autre classification des structures de l’activité économique de la post-perestroïka en Russie.

Auteur

Consultant indépendant travaillant dans le cadre des projets de l’assistance technique pour l’ex-URSS ; doctorant à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED), Genève. Avant son arrivée en France en 1991, maître de conférence a Faculté des sciences économiques de l’Université de Moscou.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable