Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Du socialisme à l’économie de marché

 | 
Andràs November

Voies multiples et incertaines de la « transition »

Andràs November

Texte intégral

Invention de la « transition »

  • 1 Une clarification s’impose ici pour distinguer ces termes. Pour Dan Gallin, la ligne de démarcation (...)

1L’étude des pays en « transition » se heurte immédiatement à un sérieux obstacle sémantique. Comment désigner en effet le grand nombre de pays hétérogènes qui faisaient partie naguère de l’ex-bloc soviétique ? « Pays socialistes » ou « Etats communistes » ? « Pays de l’Est » ou « Etats de l’ex-URSS » ? Tous ces termes véhiculent des connotations politiques diverses, mais en même temps ils ne répondent pas à des définitions rigoureuses qui les distingueraient clairement. Ils sont tantôt interchangeables, tantôt distincts. Il s’agit de mots « caméléons » que l’on utilise dans le langage courant. Pourtant, on sait pertinemment que les termes « communiste » et « socialiste » ne sont pas synonymes1.

2Si l’on veut éviter d’entrer dans de longues exégèses, il convient de s’accommoder des termes génériques, qui sont forcément flous. Il en est ainsi de l’expression « pays en transition ». Elle est non seulement normative, mais aussi téléologique puisqu’elle désigne une finalité dont l’accomplissement (l’instauration de l’économie de marché) est programmé dans un temps limité. Elle remplace d’autres termes qui l’ont précédée, comme « pays socialistes », « soviétiques » ou « communistes », « pays à planification centralisée », « pays satellites » (de l’URSS), qui n’ont pas survécu à la fin de la guerre froide.

  • 2 Il s’agit en l’occurrence d’un régime politique autoritaire (totalitaire) dominé par un parti uniqu (...)
  • 3 En réalité, les deux notions ne sont pas équivalentes. Il est vrai que la théorie libérale réserve (...)
  • 4 Expression empruntée à la publication Le nouvel état du monde. Bilan de la décennie 1980-1990 (Cord (...)

3L’effondrement du régime soviétique2– dont le symbole le plus marquant fut la chute du mur de Berlin – a déclenché le processus de la « transition ». Ce dernier a démarré brusquement dans la plupart des pays qui avaient vécu pendant quarante ans sous la domination de l’Union soviétique. Il ne resta alors qu’un acteur sur la scène internationale et qu’un modèle économique, le capitalisme. D’aucuns en ont déduit que le monde occidental a gagné la bataille par k.o. et que cette victoire est celle du libéralisme ou de l’économie de marché3. D’autres, par contre, constatent que l’Union soviétique a certes perdu la guerre (froide), « mais on ne sait pas trop qui l’a gagnée »4. Or, l’absence de vainqueur ouvre une ère d’une grande incertitude. Preuve en est que le renversement du système politique soviétique a eu plusieurs effets inattendus.

    • 5 « The market has arrived and utopia has gone » (Rev Istvan, « The Postmortem Victory of Communism » (...)

    Avec son éclatement, l’URSS a entraîné dans sa chute sa propre idéologie. D’un seul coup, le monde devient orphelin de l’utopie communiste qui a profondément marqué le xxe siècle. Cette disparition a laissé un vide abyssal qui n’a pas été comblé par le postulat libéral qui prône la primauté du marché sur l’organisation sociale et institutionnelle. Comme le remarque en effet un politologue hongrois, quand « le marché arrive, l’utopie s’en va »5.

    • 6 Ibid.

    Dans un monde bipolaire, l’existence des pays communistes « constituait la précondition de l’identité commune des pays occidentaux »6. La fin de la guerre froide a eu aussi pour effet l’évacuation de l’image de l’ennemi permanent avec sa menace, qui permettait aux rivaux de se définir et de démontrer leur supériorité respective. Pour le monde occidental, le bloc soviétique a joué le rôle du miroir renvoyant une image flatteuse de la société de consommation. En même temps, la menace militaire soviétique a permis aux Etats-Unis d’exercer un chantage à l’intérieur et à l’extérieur du pays en muselant toute critique du American way of life. L’effacement du système soviétique a complètement remis en question l’identité de l’Europe et des Etats-Unis.

    • 7 Solioz Christophe, « Une démission internationale », Politique (Revue européenne de débats), n° 1, (...)

    Dans les pays ex-soviétiques, les vieux démons sont rapidement réapparus sur les débris du système communiste : le nationalisme exacerbé, la haine interethnique, l’esprit de revanche, les rêves d’hégémonie nationale. Ils ont atteint leur paroxysme avec la guerre en Tchétchénie. Dans plusieurs pays, on assiste à la recrudescence de conflits sous forme de guerres civiles, de prolifération des milices ou de déplacements massifs de populations. En outre, avec la fin du monde bipolaire, où les menaces venaient de l’extérieur, les violences se sont déplacées vers l’intérieur des Etats, fondées sur la logique de la religion, du clan ou de la purification ethnique7. Christophe Solioz présente dans le Cahier une analyse fouillée de la transition étouffée par la guerre en Bosnie et Herzégovine.

  • Il ne faut pas oublier que pour les pays occidentaux, en particulier pour les Etats-Unis, la phase de transition des pays ex-communistes a eu aussi des répercussions non négligeables. D’abord sur le plan géopolitique, le bouleversement est total. Le régime soviétique s’est sabordé avec une soudaineté imprévue. Sans révolution, sans effusion de sang, pour ainsi dire par enchantement ou miracle. Les Etats-Unis et leurs alliés européens se sont trouvés consternés devant l’implosion du bloc soviétique. L’ennemi, si commode tant qu’il est là comme un épouvantail, s’est évaporé. En fait, l’effondrement aussi rapide du système communiste était inattendu. Personne ne s’y était préparé, rien n’était prévu pour remplacer l’ancien régime. Il n’existait pas de projet viable, aucune vision d’avenir, aucune solution de rechange, aucun modèle approprié.

  • Seule l’idée obsédante que la mise en place du marché permet de sortir du système communiste constitue le dénominateur commun de la « transition ». L’instauration du marché est présentée comme l’unique finalité vers laquelle doivent tendre les pays ex-communistes. Selon la doctrine dominante, tous les autres moyens politiques et institutionnels ne servent qu’à faciliter et à promouvoir ce passage. Toutefois, la réalité a apporté un démenti à cette vision simplificatrice…

Transition ou transitions ?

  • 8 Guilhot Nicolas & Schmitter Philippe, « De la transition à la consolidation. Une lecture rétrospect (...)

4On entend par « transition » les « passages politiques à l’économie de marché »8. Selon cette définition, la notion de transition est d’une simplicité enfantine : c’est le chemin qui mène les économies planifiées à l’économie de marché. Mais en même temps, la « transition » comporte une dimension politique : elle désigne la trajectoire que les pays ex-communistes suivent pour adopter un régime démocratique. Le terme est donc ambigu et peut être interprété de différentes façons. Dans ce Cahier, Pavel Savitch trace à partir de la littérature les étapes de la transition à l’économie de marché et passe en revue les politiques diverses imaginées et suivies.

  • 9 Message de Vaclav Havel pour le Nouvel An 1990, cité et traduit par Wermelinger Simon, La seconde E (...)

5En effet, tous les pays en « transition » n’attribuent pas forcément le même sens à cette notion et ne poursuivent pas le même idéal pour leur avenir postcommuniste. Par exemple, pour les populations des pays de l’Europe de l’Est, la transition devait aboutir à l’indépendance nationale, à la fin de l’occupation militaire soviétique, à l’établissement d’un système politique démocratique et à l’ouverture des frontières vers l’Ouest. L’idée de la transition a réveillé en outre l’aspiration séculaire de ces pays vers une réunion avec l’Europe à laquelle ils se sont toujours identifiés. Vaclav Havel exprime cet état d’esprit de manière visionnaire : « Peut-être aimeriez-vous m’interroger sur la république dont je rêve ? Je vous réponds : je rêve d’une république indépendante, libérale, démocratique, économiquement prospère et en même temps socialement équitable. »9

  • 10 Wermelinger Simon, op. cit., p. 4.

6Par contre, la population de l’ex-URSS, et plus particulièrement de la Russie, n’envisageait pas une coupure aussi brutale avec l’ancien régime et a éprouvé beaucoup de difficultés à s’adapter à la transformation rapide de sa société. Car passer du système soviétique, où tout est imposé d’en haut par l’appareil bureaucratique du Parti, à un autre régime où certaines libertés sont incontestablement mieux assurées, mais où le degré d’incertitude est élevé, où les règles du jeu institutionnelles et socioéconomiques sont pratiquement indéterminées, cela est très éloigné de l’idéal que la population de l’ex-URSS pouvait imaginer, d’autant plus que « l’ancien système, avec toutes ses contraintes et défauts, assurait un minimum de sécurité vitale à la population »10. Autrement dit, dans un certain nombre de pays ex-soviétiques, la population ne vit pas la transition comme une libération, mais plutôt comme une épreuve, puisque le changement de régime a entraîné l’instabilité, l’insécurité et la perte de repères indispensables à la cohésion de la société, comme le montre le témoignage de Simon Wermelinger sur la lutte pour la survie dans l’ancienne Union soviétique.

  • 11 Bunce Valérie, « Quand le lieu compte. Spécificités des passés autoritaires et réformes économiques (...)
  • 12 Hewitt de alcantara Cynthia, « Du bon usage du concept de gouvernance », Revue internationale des s (...)

7La deuxième interrogation concerne les liens existant entre le « marché » et les « institutions démocratiques ». Sont-ils complémentaires ou conflictuels ? Faut-il imposer l’instauration de l’économie de marché comme préalable à la transition, ou faut-il commencer par mettre en place des institutions démocratiques et régulatrices ? Pour Valerie Bunce, « la démocratie va de pair, et non à l’encontre, des réformes économiques » et la mise en place des institutions démocratiques doit précéder les réformes économiques11. Selon l’auteur, la première étape de la transition est l’introduction et la consolidation de la démocratie, suivie par les réformes de la politique sociale ; alors seulement s’ensuivraient les réformes économiques. D’autres auteurs confirment que le marché est une construction politique, juridique et sociale. Cette idée s’est révélée juste « à mesure que l’expérience de la libéralisation a suivi son cours. Il devenait parfaitement clair qu’aucun projet économique ne pouvait aboutir si des conditions minimales de légitimité politique, d’ordre social et d’efficacité institutionnelle n’étaient pas respectées »12.

  • 13 Yefimov Vladimir, « Concepts, mécanismes et effets du développement et de la transition », document (...)
  • 14 Bunce Valerie, op. cit., p. 645. Par ailleurs, l’expression « thérapie de choc » a donné lieu à un (...)

8Or, tous les pays en transition n’ont pas procédé de cette manière. En effet, certains Etats ont cédé trop rapidement aux sirènes de l’économie de marché, avant d’avoir établi fermement les bases démocratiques et institutionnelles nécessaires au fonctionnement du marché. D’ailleurs, Jeffrey Sachs, conseiller économique de Boris Eltsine entre 1991 et 1994, a préconisé exclusivement des mesures économiques pour accélérer l’introduction du marché, notamment la lutte contre l’inflation ainsi que la mise en place du marché proprement dit, par le biais de la privatisation et de la libéralisation du commerce et des prix, en attendant l’autocorrection opérée par les forces du marché13. Une telle vision rigide et doctrinaire a eu des effets sociaux désastreux partout où on l’a appliquée. L’échec de cette « thérapie de choc » en Russie s’explique probablement par la hâte des autorités à forcer l’installation du marché en négligeant le contexte social et institutionnel. Ces mesures ont constitué davantage « un choc qu’une thérapie : l’économie russe ne s’en est pas encore remise »14.

  • 15 Brand Diana, « Vers l’économie de marché : les étapes nécessaires », Problèmes économiques, n° 2189 (...)
  • 16 Stiglitz Joseph, « Whither Reform ? Ten Years of Transition », Keynote Address to the Annual Bank C (...)

9En réalité, il faut se garder de considérer l’économie de marché comme un slogan ou comme un but en soi. Elle ne se met en place ni par décret ni par enchantement. Son introduction pour remplacer le système économique soviétique exige beaucoup de doigté, la connaissance des techniques économiques et leur application dans les domaines de la politique monétaire, des prix, des taux d’intérêt, des finances publiques, du commerce international, du taux de change, de la gestion des investissements et du mouvement des capitaux. Compte tenu de la complexité des mesures à prendre et de leurs effets souvent imprévisibles, il est illusoire d’en appeler au mouvement autocorrectif du marché. D’autant plus que pour sortir d’une économie dirigiste, il faut procéder par étapes et par ajustements successifs ; on ne peut pas lâcher les brides d’un seul coup15. L’ancien économiste principal de la Banque mondiale, Joseph Stiglitz, estime par ailleurs que la plupart des politiques économiques préconisées procèdent de l’ignorance des bases de l’économie de marché16. L’article de Wladimir Andreff sur l’investissement étranger et celui de Jacques Sapir sur la voie du succès économique complètent le tableau économique des pays en transition.

  • 17 Lane David, « La transformation du socialisme d’Etat en Russie », Revue française de science politi (...)

10Car le concept du marché « pur » est une abstraction. L’observation des transformations économiques, sociales et politiques dans les pays ex-communistes montre les vicissitudes du passage d’une économie socialiste (centralisée, planifiée, bureaucratique) à l’économie de marché. En même temps, les péripéties du marché dans l’espace postcommuniste et sa dérive vers une sorte de « capitalisme sauvage » représentent une critique radicale de la théorie néolibérale. C’est probablement la raison de l’apparition d’une « économie à la fois chaotique et perverse » qui a laissé une large marge de manœuvre au crime organisé, à la corruption et au détournement des biens communs par quelques personnes proches du pouvoir (les oligarques)17. Dans son article, Christophe Raison s’interroge précisément sur les caractéristiques spécifiques du marché en Russie.

  • 18 Guilhot Nicolas & Schmitter Philippe, op. cit., p. 616. Voir-aussi Keohane Robert & Nye Joseph, Pow (...)

11Cependant, la « transition » ne se borne pas à la mise en place des mécanismes du marché dans un pays. Il s’agit d’un changement de régime en profondeur, qui touche l’ensemble des normes sociales et institutionnelles, implicites et explicites18. Le passage d’un régime politique à un autre est un processus complexe qui devrait suivre conjointement trois voies : l’introduction des institutions démocratiques, la mise en place des réformes économiques et le maintien de la protection sociale de la population. En d’autres termes, il implique une triple transformation, démocratique, économique et sociale. L’expérience des pays en transition montre cependant que les objectifs de ces trois sphères sont difficilement conciliables. Ils s’opposent en particulier dans les domaines de l’économique et du social.

12Enfin, la transition n’a pas surgi partout du néant. Par exemple, la Pologne et la Hongrie ont préparé leur « transition », en introduisant au cours des années une bonne dose de marché dans leur « socialisme réel ». On sait aussi que dans plusieurs pays de l’Europe de l’Est, les réformes économiques ont visé la transformation interne du système avant que l’accélération des événements n’ait imposé la « transition » que nous connaissons. Dans ces pays, en particulier en Hongrie, en Pologne et en Tchécoslovaquie, les dirigeants communistes ont négocié avec l’opposition un passage graduel de transfert du pouvoir. Mais les peuples de ces pays en ont décidé autrement et, lors des premières élections « libres » (démocratiques), ont opté pour un changement radical du régime. Il en fut autrement en ex-URSS, où la perestroïka de Gorbatchev a instauré des transformations politiques importantes, reconnues surtout à l’étranger, mais où la véritable transition n’a pas même été amorcée. Plus précisément, un changement fondamental dans le système politique et administratif n’a commencé qu’après 1991.

13En résumé, avec la « transition », les Etats postcommunistes entreprennent leur révolution copernicienne en remettant en cause, d’une manière drastique, les représentations mentales et idéologiques, le fonctionnement des institutions politiques et les rapports socioéconomiques qui ont constitué le soubassement même de l’URSS et des pays de l’Est. Toutefois, cette révolution est davantage subie que volontariste. Le changement est accepté à cause de la frustration que sécrète l’absence des libertés qui ont été confisquées dans les régimes totalitaires.

14Il n’est pas étonnant dès lors que le terme de « transition » ne couvre pas la diversité des cheminements que les Etats postsoviétiques ont suivis pour changer le système. C’est la raison qui nous conduit à parler de « transitions », qui englobent les transformations politiques, les changements économiques et les mutations sociales qui ont suivi l’éclatement de la « maison URSS ». En matière de transition, chaque pays a procédé différemment, en choisissant sa stratégie, sa voie, ses aspirations. D’où les trajets divers qu’ont empruntés les Etats ex-communistes. En effet, il n’y a pas de commune mesure entre la transition en Hongrie, citée comme un des pays qui a réussi son changement de régime, et la transition en Russie, qui a été précipitée dans une crise sociale sans précédent depuis la fin de la guerre froide. Pourtant cette évidence a été longtemps ignorée. Plusieurs études de cas du présent Cahier illustrent la grande diversité des stratégies de transition ; il s’agit de celles d’Otto Hieronymi consacrée à la Hongrie, de Mohammad-Reza Djalili sur les républiques méridionales de l’ex-URSS et de Michael Meier sur l’Ouzbékistan. En outre, Dominique Redor décrit les différentes expériences nationales de transition qu’ont vécues les pays d’Europe centrale et orientale.

  • 19 Il convient de noter que les considérations culturelles sont curieusement absentes de l’analyse de (...)
  • 20 Cf. « Les transitions démocratiques, regards sur l’état de la “transitologie” », Revue française de (...)

15En tout état de cause, il faut se garder de toute généralisation concernant le phénomène de la transition. On peut affirmer, tout au plus, que les principales caractéristiques de la « transition » sont l’hétérogénéité et l’incertitude face à l’avenir. Cette dernière a incité les sociétés à inventer les « stratégies de survie » les plus variées. D’où la grande multiplicité des itinéraires et des options, déterminés en fonction des héritages historiques et culturels propres à chaque pays19. Cela explique la difficulté d’identifier les différents modèles et d’établir une typologie. C’est dans ce sens que l’analyse des stratégies et des politiques des pays en transition constitue un champ d’expérimentation exceptionnel, qui a donné naissance à la « transitologie »20.

Désenchantement de la transition

16Après l’euphorie qui a suivi l’effondrement du communisme, le doute s’installe au moment où les difficultés économiques, sociales et politiques s’accumulent.

  • 21 Volkonski Paul, « La Russie a-t-elle besoin de Poutine ? », Alternatives économiques, juin 2000, pp (...)

17D’une manière générale, la majeure partie des populations des pays ex-communistes constate qu’au lieu de la richesse espérée que devrait apporter l’économie de marché, son niveau de vie est en recul, le revenu par habitant baisse et les inégalités augmentent. Par ailleurs, les vieilles structures bureaucratiques sont restées en place et l’affaiblissement de l’Etat a favorisé la corruption et les comportements maffieux. Bref, l’héritage du passé qui pèse sur les structures institutionnelles et les erreurs d’appréciation politiques pour installer le nouvel ordre économique font trébucher la transition. Aujourd’hui, « la mise en œuvre de réformes semble encore plus difficile à assurer qu’il y a dix ans, car aux inerties héritées de l’ère soviétique se sont ajoutés les effets pervers des réformes avortées et de la déliquescence de l’Etat et de la société »21. Dans ce Cahier, l’article de Vladimir Yefimov sur l’évolution des structures sociales de base en Russie, notamment sur le rôle des cellules et des réseaux, donne un éclairage original sur les changements intervenus dans le tissu social.

  • 22 OCDE, Fédération de Russie : la crise sociale, Paris : OCDE, 2001.

18Les coûts sociaux de la transition sont particulièrement lourds. Selon un rapport de l’OCDE, la transition en Russie a engendré des problèmes dramatiques pour la majorité de la population22. L’étude note que le PIB réel a baissé de près de 45 % depuis 1990, que le pouvoir d’achat a diminué de 50 % en dix ans et que le taux officiel de pauvreté a atteint près de 38 %. Afin de compenser la chute des salaires réels, les Russes ont de plus en plus recours à des « formes alternatives de survie » (petits boulots, travail au noir, commerce illégal, etc.), remarque pudiquement l’OCDE. Les dépenses sociales sont insuffisantes à tel point que la Russie ne dispose plus d’un filet de protection sociale. Parallèlement, la population s’est réduite de plus de 5,7 millions entre 1992 et 1999, en raison de la hausse du taux de mortalité (surtout infantile) et du recul de l’espérance de vie.

19On peut encore ajouter à ce sombre tableau d’autres contrecoups que les pays en transition ont connus ou connaissent encore, notamment l’affaiblissement du système éducationnel et du potentiel de recherche et de développement technologique, l’endettement extérieur, le bas niveau des investissements internes et externes, la fuite des capitaux, la désindustrialisation, la baisse de la production agricole et surtout la dégradation de l’environnement.

20Un des héritages les plus lourds du régime soviétique fut la destruction du milieu naturel. L’idéologie du Homo sovieticus, prométhéenne et strictement anthropocentrique, ne tient pas compte de la nature ; elle la méprise – pour cacher sa peur devant les éléments naturels. Les politiques de l’industrialisation forcée et l’irrigation nécessaire pour maintenir l’agriculture intensive ont eu des conséquences désastreuses sur l’environnement, elles ont exploité des ressources naturelles sans vergogne et elles sont à la base des pollutions à grande échelle, souvent irréversibles. L’incendie du réacteur nucléaire à Tchernobyl, l’altération du bassin de la mer d’Aral qui a perdu 60 % de son eau et est devenu un champ de sel ou le dépotoir nucléaire de la mer de Barents sont les exemples les plus frappants des catastrophes écologiques qui marquent le développement économique soviétique. Le lecteur trouvera dans ce Cahier un exposé par Andreas Kahnert sur les problèmes quotidiens de la gestion de l’environnement dans les pays de l’Est et en ex-URSS.

  • 23 Ibid., p. 99.

21Plusieurs indices montrent que les populations des pays ex-communistes sont désappointées par la transition. Le rythme effréné des réformes, l’absence d’une force de régulation, l’affaiblissement de l’autorité de l’Etat sont autant de facteurs qui aboutissent à la « désaffiliation » sociale et à la désillusion individuelle. Par exemple, l’OCDE observe que « la consommation d’alcool et de drogue a augmenté, le nombre de suicides et d’automutilations a passé de 27 à 37 pour 100’000 personnes entre 1990 et 1997, plus de trois fois plus que la moyenne des pays de l’OCDE. Les causes du comportement d’autodestruction sont complexes, mais le parcours tumultueux des années de transition, ainsi que l’incertitude et l’insécurité économique qui en sont issues, y ont sans aucun doute leur rôle à jouer »23.

  • 24 Drweski Bruno, « Existe-t-il un espace post-soviétique ? », Recherches internationales, n° 59, janv (...)

22En outre, idéalement, la « transition » devrait aller de pair avec le transfert du pouvoir détenu par le parti communiste (appareil bureaucratique) aux institutions démocratiques. Cette condition a été remplie dans plusieurs pays de l’Europe de l’Est, suite aux élections démocratiques, mais pas partout. Dans plusieurs pays de l’ex-URSS, le passé communiste survit et le parti communiste a pu garder le pouvoir sous une nouvelle dénomination. « C’est donc à l’émergence d’un système capitaliste hybride et autoritaire que l’on assiste partout dans l’ex-URSS. »24

  • 25 Ibid.

23Dans le domaine des privatisations, l’ancienne nomenklatura a pu sauver ses privilèges et continue de diriger la majorité des grands conglomérats de l’Etat25. En effet, les élites communistes ont profité du fait que le changement de régime n’a pas été accompagné d’une attitude revancharde de la part des nouveaux dirigeants. Autrement dit, la « chasse aux sorcières » n’a pas eu lieu. Bien au contraire, la majorité des dignitaires du Parti s’est « recyclée » dans le cadre des nouvelles structures économiques et a gardé son pouvoir, qui de politique est devenu économique.

24Quant aux Etats-Unis et à leurs alliés occidentaux qui ont encouragé pendant plusieurs décennies de guerre froide les pays communistes à manifester leur insoumission à l’URSS, ils sont restés plutôt passifs. L’aide ou les investissements promis pour remettre en état les économies ravagées de ces pays anciennement communistes arrivent au compte-gouttes et leur montant est plutôt modeste (1 % à 2 % du PIB, selon les pays). Il est malaisé de trouver des explications à cette tiédeur. Le prix à payer pour tenir leurs engagements était-il trop élevé ? Ou l’enjeu géopolitique ayant perdu son intérêt, les Etats-Unis auraient-ils renoncé à maintenir un cordon sanitaire entre l’Europe occidentale et la Russie affaiblie ? En tout état de cause, l’attitude des Etats-Unis semble confirmer la remarque acerbe de G.B. Shaw, selon laquelle deux malheurs peuvent arriver à chacun de nous : le premier est de ne pas obtenir ce que l’on désire ardemment, le second, c’est de l’obtenir…

  • 26 Hankiss Elemér, « European Paradigms : East and West, 19451994 », Daedalus, numéro spécial After Co (...)

25Dix ans après le début de la transition, le bilan provisoire est plutôt décevant à l’Est et à l’Ouest. Comme l’écrit un sociologue hongrois, « les populations de l’Europe de l’Est ne comprennent pas pourquoi la liberté tant désirée leur a apporté la pauvreté et le chômage, pourquoi la démocratie a remplacé d’anciennes formes d’injustices par de nouvelles, pourquoi elles ne peuvent vendre le lait et le porc qu’elles produisent, pourquoi l’Europe de l’Ouest a fermé ses portes après les avoir encouragées pendant quarante ans à démolir le rideau de fer »26.

Mondialisation : nouveau paradigme du développement et la transition

  • 27 Dobry Michel, Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 20 (...)
  • 28 Yefimov Vladimir, op. cit., p. 4.
  • 29 Chavigny Régis, « Economies en transition et économies en développement : une comparaison », Revue (...)

26Quand on aborde les questions de la « transition », les présupposés « développementalistes » reviennent souvent27. Par ailleurs, plusieurs auteurs parlent de « tiers-mondisation » des pays en transition, en constatant la forte dégradation de la situation économique et sociale après les premières tentatives d’installation de l’économie de marché28. Mais la similitude apparente entre développement et transition est trompeuse, car nos connaissances en matière de développement ont relativement peu de valeur explicative pour la compréhension de la transition. Comme le note Chavigny, « les économies en transition ne font ni partie du monde développé, ni des Etats en développement. Le niveau d’éducation, le potentiel scientifique et le stock du capital des économies anciennement centralisées de l’Europe de l’Est leur confèrent un statut qui n’est ni périphérique ni central »29.

27En effet, le concept de développement, malgré trente ans de débats et d’exégèses, reste flou ou s’identifie simplement avec un phénomène mythique. D’ailleurs, il est en passe d’être supplanté par le paradigme de la mondialisation, dont une des ramifications serait précisément la transition. En réalité, c’est la mondialisation qui a provoqué la fin du monde soviétique et déclenché le mouvement d’ouverture des pays qui vivaient auparavant derrière des frontières fermées, dans une quasi-autarcie idéologique, sociale et économique. Dès lors, la « transition » serait le processus d’insertion des Etats ex-communistes dans un système économique globalisé. Les leçons de la transition pour le développement sont analysées ci-après dans le Cahier par Guy Bensimon.

28C’est précisément l’approche des organisations internationales comme la Banque mondiale et le FMI qui entretient la confusion entre les notions de développement et de transition. Pour elles, les pays fortement endettés (comme l’étaient pratiquement tous les pays ex-communistes) s’assimilent aux pays en développement. Elles ont donc administré, sans discernement, les recettes connues de l’ajustement structurel. Dans la perspective de la Banque mondiale et du FMI, la transition n’est qu’un vaste ajustement structurel à l’échelle des pays ex-communistes. En optant pour cette politique, elles voulaient marquer d’une pierre deux coups, récupérer les sommes prêtées à ces pays et accélérer leur intégration dans l’économie de marché mondiale.

  • 30 OCDE, « Maîtriser la mondialisation », communiqué du Conseil de l’OCDE, Paris, 27 juin 2000.

29Il n’en reste pas moins qu’en poursuivant la comparaison entre les deux notions, le développement serait un état permanent, tandis que la transition serait une évolution temporaire, qui a un début et une fin. La notion de « transition » est déterministe : elle est inéluctable et pratiquement irréversible, puisque son point de départ est la disparition du régime communiste que personne ne songe à recréer. Dans ces conditions, affirment les tenants du néolibéralisme, les anciens pays communistes n’ont pas de choix, seule l’instauration du marché peut leur ouvrir la voie du progrès. Les Etats postcommunistes doivent nécessairement converger vers ce but. Selon l’OCDE30, l’objectif commun des pays en développement et en transition est de promouvoir leur intégration « au processus de mondialisation, afin de soutenir la croissance et de combattre la pauvreté ».

  • 31 Rist Gilbert, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris : Presses de sciences po (...)

30Certes, la tendance à « l’extension planétaire du système de marché » réunit sous le même chapeau pays en développement et pays en « transition », mais ces derniers subissent une terrible pression de l’extérieur pour accomplir la transformation systémique de leur économie dans un laps de temps limité31. La postface de Christian Comeliau prolonge la réflexion concernant cette question, qui constitue le point de départ de ce Cahier.

  • 32 Lengyel Làszlo, « Ezerkilencszàzkilencvenkilenc » (Mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf), Magyaror (...)

31C’est dans cette optique que la transition semble avoir atteint son terme dans plusieurs pays de l’Est européen. Ces pays estiment qu’ils ont accompli leur intégration dans une économie mondialisée et ont effectué leur mutation pour devenir une « société de performance »32. Ayant achevé leur « modernisation » et atteint les normes mondiales, ils mettent un point final à leur transition. Ils considèrent que le chapitre du changement de régime est clos et qu’ils sont désormais des Etats « normaux ». D’autant plus que cet état de fait sera bientôt reconnu officiellement par leur admission dans l’Union européenne.

  • 33 Gesrskovits Béla, « Les analyses concurrentes de la société de marché postcommuniste. Retour sur le (...)

32En conclusion de ce propos et en introduction à l’ensemble des contributions qui suivent, on peut constater que l’apport de la « transitologie » à la compréhension du processus du changement social est pour le moment modeste, car la plupart des chercheurs en sciences sociales n’ont fait qu’utiliser des concepts apparemment applicables, mais en réalité dépassés33. Il convient de reconnaître en même temps que la transition, qui touche tous les compartiments de l’organisation socioéconomique des Etats, est d’une telle complexité qu’il est difficile, sinon impossible, de l’appréhender dans sa globalité et dans son hétérogénéité, sans recherches approfondies supplémentaires et sans renouvellement de l’appareil conceptuel et théorique appliqué au développement. En tout cas, l’étude de la transition remet en cause nos croyances, nos schémas de pensée et nos certitudes.

33Le présent Cahier se veut une contribution à une meilleure compréhension du phénomène de la transition. Il apporte quelques éclairages, sans prétendre être exhaustif. Il permet cependant de découvrir un « autre développement », plus contraignant, celui des pays en transition. C’est maintenant au lecteur de juger si le Cahier a vraiment atteint son ambition initiale d’enrichir les études de développement.

Bibliographie

Solioz Christophe
Appropriation du processus de transition et de démocratisation en Bosnie et Herzégovine

Savitch Pavel
La transition à l’économie de marché : la politique ou les politiques?

Wermelinger Simon
Comment survivre jour après jour dans l’ancienne Union soviétique?

Andreff Wladimir
L’investissement direct étranger dans le développement inégal des pays en transition

Sapir Jacques
La voie du succès économique. Concurrence entre diverses approches et leurs implications normatives

Raison Christophe
La Russie : une économie de marché?

Hieronymi Otto
Du communisme à l’« économie de marché sociale » : le cas de la Hongrie

Djalili Mohammad-Reza
Républiques méridionales de l’ex-URSS : nouveaux Etats du Sud?

Meier Michael
L’Asie centrale en transition. La privatisation de l’agriculture en Ouzbékistan

Redor Dominique
Le changement de système économique dans les PECO : qu’avons-nous appris?

Yefimov Vladimir
Structures sociales en Russie, cellules et réseaux

Kahnert Andreas
Repères pour la gestion de l’environnement en Europe de l’Est

Bensimon Guy
La forme historique et le processus réel de la transition : quelques leçons pour le développement

Comeliau Christian
Transition et développement : le risque de myopie

Notes

1 Une clarification s’impose ici pour distinguer ces termes. Pour Dan Gallin, la ligne de démarcation entre communisme et socialisme passe par la démocratie. Il note « qu’il ne peut y avoir de socialisme sans démocratie… Cela veut dire, en termes simples, que sans la garantie de droits démocratiques et civiques pour tous, un système soi-disant socialiste ne peut que sombrer dans une dictature bureaucratique » (Gallin Dan, « Qu’est-ce que le socialisme ? », Domaine public (en collaboration avec le Global Labour Institute), n° 1454-1455, 13 décembre 2000, p. 2).

2 Il s’agit en l’occurrence d’un régime politique autoritaire (totalitaire) dominé par un parti unique, qui exerce le pouvoir par l’intermédiaire de l’appareil (bureaucratique) de l’Etat, tout en s’appuyant sur la contrainte policière. L’Etat « socialiste » détient les moyens de production, prend les décisions concernant l’allocation des ressources (investissements), fixe les objectifs de production (planification centrale) et la répartition du produit social. Pour une description détaillée des caractéristiques du régime, le lecteur peut se référer à l’ouvrage de Kornai Jànos, The Socialist System : The Political Economy of Communism, Oxford : Oxford University Press, 1992.

3 En réalité, les deux notions ne sont pas équivalentes. Il est vrai que la théorie libérale réserve une place importante au marché, en tant qu’illustration des libertés individuelles et d’entreprendre. Mais le marché peut revêtir des formes très diversifiées souvent non prévues (ni prises en compte) par la théorie libérale.

4 Expression empruntée à la publication Le nouvel état du monde. Bilan de la décennie 1980-1990 (Cordellier Serge [éd.], Paris : La Découverte, 1990, p. 34).

5 « The market has arrived and utopia has gone » (Rev Istvan, « The Postmortem Victory of Communism », Daedalus, numéro spécial After Communism What ?, vol. 123, n° 3, Summer 1994, p. 160).

6 Ibid.

7 Solioz Christophe, « Une démission internationale », Politique (Revue européenne de débats), n° 1, octobre 2000, p. 75.

8 Guilhot Nicolas & Schmitter Philippe, « De la transition à la consolidation. Une lecture rétrospective des democratization studies », Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000, p. 579.

9 Message de Vaclav Havel pour le Nouvel An 1990, cité et traduit par Wermelinger Simon, La seconde Europe. Cinq fragments sur la problématique régionale de l’Europe de l’Est : avec deux récits de vie de Russes résidant à Genève, mémoire de diplôme, Genève : IUED, 1994, p. 3.

10 Wermelinger Simon, op. cit., p. 4.

11 Bunce Valérie, « Quand le lieu compte. Spécificités des passés autoritaires et réformes économiques dans les transitions à la démocratie », Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000, pp. 643-644.

12 Hewitt de alcantara Cynthia, « Du bon usage du concept de gouvernance », Revue internationale des sciences sociales, n° 155, mars 1998, p. 110.

13 Yefimov Vladimir, « Concepts, mécanismes et effets du développement et de la transition », document de travail, Genève : IUED, s.d., p. 2.

14 Bunce Valerie, op. cit., p. 645. Par ailleurs, l’expression « thérapie de choc » a donné lieu à un grand nombre de jeux de mots, tels que « Trop de choc, pas de thérapie » (G. Kolodko, ministre polonais des Finances de 1994 à 1997).

15 Brand Diana, « Vers l’économie de marché : les étapes nécessaires », Problèmes économiques, n° 2189, 5 septembre 1990, pp. 10-13.

16 Stiglitz Joseph, « Whither Reform ? Ten Years of Transition », Keynote Address to the Annual Bank Conference on Development Economics, Washington, D.C. : World Bank, 2830 April 1999, p. 3.

17 Lane David, « La transformation du socialisme d’Etat en Russie », Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000, pp. 748 et 759.

18 Guilhot Nicolas & Schmitter Philippe, op. cit., p. 616. Voir-aussi Keohane Robert & Nye Joseph, Power and Interdependence : World Politics in Transition, Boston : Little, Brown and Co., 1977. Autrement dit, le changement de régime implique la mutation des règles communément admises qui déterminent la structure des institutions gouvernementales, qui réglementent le processus de décision et prescrivent les conditions d’accès à ses instances, et qui définissent les modalités de la participation de la population au processus de décision.

19 Il convient de noter que les considérations culturelles sont curieusement absentes de l’analyse de la « transition ».

20 Cf. « Les transitions démocratiques, regards sur l’état de la “transitologie” », Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000.

21 Volkonski Paul, « La Russie a-t-elle besoin de Poutine ? », Alternatives économiques, juin 2000, pp. 2427.

22 OCDE, Fédération de Russie : la crise sociale, Paris : OCDE, 2001.

23 Ibid., p. 99.

24 Drweski Bruno, « Existe-t-il un espace post-soviétique ? », Recherches internationales, n° 59, janvier 2000, pp. 74-84, citation p. 84.

25 Ibid.

26 Hankiss Elemér, « European Paradigms : East and West, 19451994 », Daedalus, numéro spécial After Communism What ?, vol. 123, n° 3, Summer 1994, p. 120 (notre traduction).

27 Dobry Michel, Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000, p. 579.

28 Yefimov Vladimir, op. cit., p. 4.

29 Chavigny Régis, « Economies en transition et économies en développement : une comparaison », Revue Tiers Monde, n° 152, octobre-décembre 1997, pp. 727-751, citation p. 747.

30 OCDE, « Maîtriser la mondialisation », communiqué du Conseil de l’OCDE, Paris, 27 juin 2000.

31 Rist Gilbert, Le développement. Histoire d’une croyance occidentale, Paris : Presses de sciences politiques, 1996.

32 Lengyel Làszlo, « Ezerkilencszàzkilencvenkilenc » (Mille neuf cent quatre-vingt-dix-neuf), Magyarorszàg politikai évkönyve 2000 (Annuaire politique de la Hongrie 2000), Budapest : Demokràcia Kutatàsok Magyar Központja Alapitvàny, 1999, p. 47.

33 Gesrskovits Béla, « Les analyses concurrentes de la société de marché postcommuniste. Retour sur le passé d’une controverse », Revue française de science politique, numéro spécial, vol. 50, n° 45, août-octobre 2000, p. 741.

Auteur

Economiste ; professeur à l’Institut universitaire d’études du développement (IUED), Genève.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable