Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Côté jardin, côté cour

 | 
Laurent Monnier
, 
Yvan Droz

Paroles

Formes et dynamiques de l’informel

Gauthier de Villers

Texte intégral

1La notion d’informel telle que je l’utilise joue du double sens que revêt le terme dans la langue française. Dans un premier sens, le terme s’emploie pour désigner une expression artistique « qui refuse de représenter des formes reconnaissables et classables » (Le Petit Robert). Dans un second sens, dérivé de l’anglais, l’informel est ce « qui n’est pas organisé de manière officielle » (ibid.), ce qui ne se fait pas selon les règles, les procédures, les rituels établis. L’informel est ainsi défini par un certain rapport négatif à la forme et à la règle. La notion n’a pas pour autant un caractère privatif : l’informel n’est pas l’informe ni l’inorganisé. Mais il reste qu’il s’agit d’un terme relatif, dont le champ sémantique est dans un entre-deux entre la forme et l’informe, entre la règle et l’absence de règle.

  • 1 Filip de Boeck, « Identité, résistance et “effervescence” sociale. Perspectives locales et globales (...)

2C’est ce flou sémantique qui conduit certains à récuser l’usage d’un tel terme pour analyser les réalités sociales africaines. Parler de l’« informalisation » des sociétés africaines, ne serait-ce pas en fait témoigner d’une impuissance à saisir des processus de structuration parce qu’ils échappent aux formes et aux normes que l’on projette sur ces sociétés ? Filip de Boeck voyait ainsi dans l’« incapacité [de l’observateur occidental] à rendre nettes les images troublées » qu’il perçoit de l’Afrique d’aujourd’hui l’effet de son obstination à appliquer des mots occidentaux à des choses africaines qui se dérobent à leur emprise, par exemple à « continuer à nommer un bâtiment “université”, “ministère”, “hôpital”, “école”, ou “banque nationale”, lorsque les activités qui trouvent place dans ces bâtiments ne correspondent plus en rien aux réalités que ces mots évoquent normalement »1.

3L’argumentation ne me convainc pas. Ce sont aussi les acteurs sociaux africains qui « s’obstinent » à utiliser des notions occidentales pour désigner leurs institutions officielles et persistent à référer les pratiques qui ont réellement cours dans les bâtiments abritant ces institutions aux pratiques qui devraient théoriquement s’y dérouler en fonction d’une définition normative. Et il ne s’agit pas seulement d’une invocation rhétorique ; il s’agit des manifestations d’un dédoublement culturel qui produit des effets sur les pratiques sociales.

  • 2 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « L’économie morale de la corruption en Afrique », Politique africai (...)
  • 3 Giorgio Blundo, Jean-Pierre Olivier de Sardan, « La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest », (...)
  • 4 Ibid., p. 35.

4Jean-Pierre Olivier de Sardan écrit à propos du phénomène de la corruption généralisée en Afrique : « Chacun est sincèrement pour le respect de la chose publique et pour que la bureaucratie soit au service des citoyens, mais chacun participe par ses actes quotidiens à la reproduction du système qu’il dénonce. »2 Et il fait percevoir que ce rapport de la pratique sociale à la norme qu’elle viole ou contourne n’est pas de simple contradiction mais a souvent un caractère instrumental. Gardant l’exemple de la corruption, on observera ainsi avec cet auteur que ceux qui s’y livrent le font en manipulant la norme plutôt qu’en l’ignorant ou en la récusant. Le gendarme racketteur exhibe son uniforme et invoque la réglementation : une réglementation éventuellement imaginaire (l’obligation pour un automobiliste de présenter son acte de naissance), mais aussi la réglementation réellement en vigueur, de préférence quand celle-ci est difficilement applicable, sinon inapplicable (présenter la carte d’assurance automobile là où n’existent plus d’assureurs). On pourrait dire, écrivent Giorgio Blundo et Jean-Pierre Olivier de Sardan, qu’« une maîtrise minimale du “double langage” (le langage des normes officielles et celui des pratiques “informelles”) est une condition sine qua non de la corruption »3. « On a souvent affirmé », soulignent encore ces auteurs à propos du rôle de l’écrit dans le « travail » de l’administration, « qu’en Afrique l’administration fonctionnait à l’oralité. Cela ne signifie pas qu’elle ne produit pas de documents écrits, mais plutôt que les contrats réels, les accords les plus solides, les règlements les plus respectés restent au niveau de l’oralité, de la parole donnée, de l’éthique non écrite de la corruption. Le rapport écrit, le compte rendu financier, le procès-verbal de délibération servent à garder l’apparence formelle du respect des procédures administratives [...] ». « L’écrit, précisent-ils plus loin, est souvent, à des degrés divers, falsifié. »4

  • 5 Le gendarme racketteur, à condition qu’il fasse bénéficier son entourage des fruits de son racket, (...)

5Au dédoublement culturel, c’est-à-dire à la coexistence dans les esprits de systèmes de référence normatifs qui sont perçus comme conflictuels mais en même temps considérés chacun comme légitime5, correspondent des pratiques « informelles » réalisant des compromis instables entre les systèmes socioculturels en compétition.

6Dans l’usage sociologique que j’en fais, la notion d’informel désigne des formes atypiques (non conformes au modèle culturel auquel la société est censée se référer), composites (produites par hybridation de formes issues de matrices culturelles hétérogènes) et ambiguës, polysémiques (se rapportant simultanément à des codes culturels différents). Ces formes, nées de la rencontre/confrontation entre les trajectoires socioculturelles africaines et occidentales, échappent aux cadres normatifs, juridiques et institutionnels officiels (mis en place par les Etats, les entreprises capitalistes, les agences de développement, les Eglises missionnaires, les systèmes scolaires...) et, souvent faiblement codifiées et institutionnalisées, sont caractérisées par leur diversité, leur souplesse, leur malléabilité.

7Le phénomène d’informalisation des sociétés africaines peut être aussi analysé comme la généralisation de pratiques sociales ambivalentes au regard d’un jugement éthique ou d’un jugement normatif invoquant les exigences du développement économique et social. On peut alors comprendre que l’observation de ce phénomène puisse nourrir des lectures fortement opposées des évolutions africaines, ces lectures que l’on appelle vilainement « afro-pessimistes » et « afro-optimistes ».

  • 6 En ce sens, voir par exemple différentes contributions dans Paul Mathieu, Jean-Claude Willame (dir. (...)

8Ainsi, observant le déroulement des conflits fonciers en Afrique, on pourra montrer que le développement d’un système juridique faisant un usage métissé ou alternatif du droit autochtone et du droit importé, du droit coutumier et du droit étatique, selon des considérations purement opportunistes, tend à faire prévaloir les intérêts des plus riches ou des plus puissants6. Ou bien l’on soulignera que l’« économie de l’affection », parce qu’elle repose sur la valorisation exclusive de relations interpersonnelles, exclut tous ceux qui n’appartiennent pas à tel ou tel réseau social. A ceux qui, pour mettre en valeur la sociabilité africaine, invoquent le bel adage Le pauvre est celui qui n’a pas de relations, on objectera, à partir de ce même angle de vue « pessimiste », que c’est omettre de voir qu’il y a bel et bien beaucoup de pauvres de ce type en Afrique, par exemple dans les hôpitaux et les prisons.

  • 7 Associations de fidèles musulmans réunis autour d’un chef religieux.
  • 8 Groupes d’entraide féminins.
  • 9 Emmanuel Ndione, Dynamique urbaine d’une société en grappe. Un cas, Dakar, Dakar, ENDA, 1987, p. 15 (...)
  • 10 Etienne Le Roy, « Le justiciable africain et la redécouverte d’une voie négociée de règlement des c (...)

9D’autres observateurs souligneront, en sens inverse, que la multiplicité, la diversité, la fluidité des liens sociaux dans les sociétés africaines, la mobilité géographique, sociale et institutionnelle qui les caractérise, font que le capital social est ici une ressource mieux distribuée que dans les sociétés occidentales et que la solitude y est un mal social beaucoup moins répandu. Relevant l’existence, dans les quartiers populaires de Dakar, d’une gamme variée d’associations (tontines, groupes de thé, dahiras7, clubs de jeunes, mbotaye8, associations des ressortissants d’un même village...), Emmanuel Ndione constate que tous ces groupements cherchent à accroître le nombre de leurs membres et que personne ne leur est a priori inutile, « n’importe qui [pouvant] avoir des atouts, identifiés ou potentiels » en termes de liens sociaux9. Evoquons encore une analyse d’Etienne Le Roy qui, observant le développement en Afrique d’un « droit de la pratique » se caractérisant par un mode négocié et arbitral de règlement des conflits, y voit un dispositif judiciaire orienté vers la recherche du consensus, de la conciliation des points de vue et des intérêts, donc un phénomène éminemment positif et qui serait même mieux adapté aux « nouveaux enjeux de société » engendrés par la « postmodernité » que ne l’est le dispositif reposant sur la forme canonique du code juridique et d’un appareil judiciaire ayant pour seule mission de dire le droit10.

10Je pense pour ma part que, posé en de tels termes, par confrontation d’analyses particulières, le débat est vain. On peut multiplier à l’infini les exemples, illustrant soit une attirante et prometteuse convivialité africaine, soit la dérive des sociétés du continent dans la violence et l’arbitraire. L’informalisation est en soi un processus ambivalent. La « qualité » de ce qu’il produit est fonction du contexte, des situations concrètes, donc de la nature des enjeux et des ressources disponibles (du degré de rareté ou de relative abondance d’un bien –de la terre, de l’eau... – mis en jeu), de l’identité sociale des acteurs en présence, des rapports de force, etc.

11Si l’on quitte le domaine des analyses particulières pour adopter un point de vue global sur les changements qui affectent les sociétés africaines, ce que l’on est amené à constater, sans je crois de sérieuse contestation possible, c’est un état de crise de plus en plus dramatique du point de vue des conditions de vie et du point de vue de la capacité des Etats et des institutions sociales fondamentales à répondre aux exigences communes et à réguler les rapports sociaux. Cette dégradation du contexte dans lequel s’inscrivent les pratiques sociales tend certainement, sans que l’on puisse bien entendu mesurer de quelque manière le phénomène, à « pervertir » les dynamiques de celles-ci.

12Au-delà de l’observation de la quotidienneté africaine, dans son foisonnement, ses ambiguïtés et ses ambivalences, la question est alors celle des perspectives de recomposition de systèmes politiques et sociaux, de la restauration d’un certain « ordre » social sur la base du développement d’une synthèse entre des valeurs, des normes, des formes issues des trajectoires africaines et celles qu’imposent les exigences du développement, c’est-à-dire de l’amélioration des modes et conditions de vie individuels et collectifs, dans le contexte de la globalisation. Il s’agirait donc ici de se demander si, et dans quelle mesure, ce qui se passe en Afrique « côté cour » ou « sur la véranda » peut conduire à de telles recompositions.

13Je ne ferai que poser cette gigantesque question, à travers une brève réflexion sur le sens et la portée du modèle culturel sous-tendant l’institution informelle d’épargne-crédit que le colonisateur français a dénommée « tontine ».

  • 11 On parle aussi, mais à mon sens par abus de langage, de tontines « commerciales » ou « ambulantes » (...)

14La tontine est sans doute le meilleur exemple que l’on puisse invoquer à l’appui d’une analyse qui cherche à démontrer les vertus des formes sociales développées dans la sphère informelle. La contribution de Jules Bagalwa Mapatano au présent Cahier met bien en lumière l’efficacité tant économique que sociale des tontines ainsi que leur capacité d’adaptation à des contextes sociaux différents et à des situations de crise économique marquées en particulier par un phénomène qui, normalement, désorganise les dispositifs d’épargne-crédit, l’hyperinflation. C’est aussi l’observation des tontines, du moins dans la forme classique des tontines dites « mutuelles » ou « tournantes »11 qui fait le mieux percevoir la dimension éthique des pratiques informelles africaines, leur référence normative à un habitus communautaire structuré par le principe de réciprocité.

15Cet habitus se retrouve dans le champ de la culture politique. Dans sa contribution sur le système politique béninois, Théophile E. Vittin, retrouvant un schème d’analyse qu’avaient proposé Dominique Desjeux et Laurent Monnier, souligne qu’un tel système, vu « côté cour », quand il dispose des ressources nécessaires à une démarche de large redistribution et quand il a à sa tête un chef habile, connaissant les règles du jeu, fonctionne sur le modèle de la tontine, c’est-à-dire sur le système cyclique de la tournante se traduisant dans la sphère de la politique, par une rotation de l’élite et des différentes factions aux postes de responsabilité.

16Cependant, le modèle égalitaire de la tontine se trouve ici profondément perverti. « Le fonctionnement actuel du système, écrit Théophile E. Vittin, favorise la prédation de l’Etat [...], donne une prime au chef tontinier le plus habile avec son cortège de laissés pour compte, de dérive maffieuse, de manducation et aussi de clivage générationnel ». L’auteur parle, on l’aura noté, du « fonctionnement actuel » du système, laissant ainsi entendre que, peut-être, le principe de la tontine appliqué au domaine politique et à la gestion de l’Etat pourrait aboutir, au terme d’évolutions et d’ajustements, à une forme efficace et socialement légitimée de gouvernance.

  • 12 Alain Marie, « Du sujet communautaire au sujet individuel », in L’Afrique des individus, idem (dir. (...)

17Faisant mienne cette interrogation, je dirais qu’il me paraît fondé de penser que le modèle tontinier, donc celui de la réciprocité, puisse contribuer à la recomposition du politique et à la reconstruction de l’Etat en Afrique, en ce qu’il en inspirerait certaines modalités. Mais on ne peut imaginer, me semble-t-il, un tel processus de recomposition et restructuration fondé sur ce seul modèle. La création d’un domaine public et l’affirmation politique de la catégorie du bien commun impliquent en effet un mode d’exercice du pouvoir qui certes soumet ses détenteurs au contrôle de la société, mais en leur réservant un espace propre de délibération et de décision qui leur confère une autonomie leur permettant d’échapper aux chaînes de la réciprocité, du perpétuel endettement de chacun envers chacun12.

Notes

1 Filip de Boeck, « Identité, résistance et “effervescence” sociale. Perspectives locales et globales au Zaïre », in Phénomènes informels et dynamiques culturelles en Afrique, Gauthier de Villers (dir.), Cahiers africains, n° 19-20, Bruxelles, Institut africain-CEDAF ; Paris, L’Harmattan, 1996, pp. 184-218, citation p. 200.

2 Jean-Pierre Olivier de Sardan, « L’économie morale de la corruption en Afrique », Politique africaine, n° 63, octobre 1996, pp. 97-116, citation p. 114.

3 Giorgio Blundo, Jean-Pierre Olivier de Sardan, « La corruption quotidienne en Afrique de l’Ouest », Politique africaine, n° 83, octobre 2001, pp. 8-37, citation p. 20.

4 Ibid., p. 35.

5 Le gendarme racketteur, à condition qu’il fasse bénéficier son entourage des fruits de son racket, sera perçu à la fois comme un mauvais gendarme et comme un homme généreux, sinon juste. Pour ce schème d’analyse, voir Jean Poirier, « Tradition et novation. De la “situation coloniale” à la situation hétéroculturelle », in Les nouveaux enjeux de l’anthropologie. Autour de Georges Balandier, Gabriel Gosselin (dir.), Paris, L’Harmattan, 1993, pp. 68-80.

6 En ce sens, voir par exemple différentes contributions dans Paul Mathieu, Jean-Claude Willame (dir.), Conflits et guerres au Kivu et dans la région des Grands Lacs, Cahiers africains, n° 39-40, Tervuren, Institut africain-CEDAF; Paris, L’Harmattan, 1999.

7 Associations de fidèles musulmans réunis autour d’un chef religieux.

8 Groupes d’entraide féminins.

9 Emmanuel Ndione, Dynamique urbaine d’une société en grappe. Un cas, Dakar, Dakar, ENDA, 1987, p. 156. Observons que cet auteur, toujours soucieux de saisir les réalités sociales dans leur complexité, sou­ligne plus loin qu’à côté du phénomène du foisonnement d’associations et du développement dans le contexte urbain de «  néolignages  » reposant en partie sur les liens (larges) de la parenté, on observe à Dakar l’essor de pratiques sociales visant à la seule réussite individuelle, qui créent de l’inégalité et provoquent l’exclusion des démunis (voir pp. 174 sqq.).

10 Etienne Le Roy, « Le justiciable africain et la redécouverte d’une voie négociée de règlement des conflits », Afrique contemporaine, n° 156, 1990, pp. 111-120.

11 On parle aussi, mais à mon sens par abus de langage, de tontines « commerciales » ou « ambulantes » pour désigner une institution où l’on ne retrouve pas le dispositif de la « tournante ». Le principe de cette « tontine » est le suivant: une personne, que l’on appelle le « tontinier », reçoit de ses clients à échéances régulières une certaine somme d’argent ; après un délai convenu, elle restitue l’argent à son propriétaire en prélevant un intérêt, intérêt fondé sur le service rendu : en l’occurrence, avoir soustrait cet argent pendant un temps aux risques liés au banditisme, au parasitisme familial, au racket de services étatiques...

12 Alain Marie, « Du sujet communautaire au sujet individuel », in L’Afrique des individus, idem (dir.), Paris, Karthala, 1997, pp. 53-110.

Auteur

Sociologue; chef de la section «Histoire du temps présent » au Musée royal de l’Afrique centrale (Tervuren, Belgique).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable