Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Côté jardin, côté cour

 | 
Laurent Monnier
, 
Yvan Droz

Débats

Eloge du contexte

Gilles Séraphin

Texte intégral

1Les textes de Lay Tshiala, « Des hommes et des vaches. Le phénomène mutumbula au Congo », et de Jules Bagalwa Mapatano, « La “maison congolaise” en Suisse », paraissent de prime abord assez différents : les thèmes abordés, les méthodes de recherche employées, les références théoriques et même les terrains de recherche ont peu de points communs. Seule la RDC semble plus ou moins constituer un lien... Le premier texte étudie la propagation d’une rumeur sorcellaire dans un doyenné rural de la RDC, selon laquelle les vaches nouvellement introduites par des missionnaires et des responsables de mouvements ruraux associatifs sont en fait des hommes disparus et transformés (matériau de recherche : archives et témoignages écrits), tandis que le second étudie les associations de femmes congolaises en Suisse (matériau de recherche : entretiens oraux).

2Toutefois, au-delà de cette diversité, deux points communs émergent, l’un concernant le sujet d’étude, l’autre la posture méthodologique, elle-même indissociable du sujet. Tout d’abord, pour ce qui touche le sujet, ces deux textes étudient des processus de recompositions imaginaire et sociale : dans un contexte donné, les sociétés utilisent des références culturelles pour interpréter et comprendre les événements, effectuent des choix parmi ces références, et les recomposent afin de faire face aux contraintes et selon leurs aspirations. Ensuite, pour ce qui est de la posture méthodologique, les deux auteurs estiment que, pour comprendre ce vaste processus de recomposition, il est nécessaire de plonger au cœur de la société et d’étudier l’ensemble du contexte qui donne forme à cette perpétuelle re-construction sociale. La compréhension passe par la contextualisation.

3En nous appuyant sur ces deux textes, discutons ce second aspect, trop souvent négligé, croyons-nous, dans les recherches en sciences humaines et sociales actuelles.

4Nous appelons « contexte » l’unité de lieu et de temps d’un ensemble de manifestations sociales et culturelles. Ce contexte englobe la notion de « terrain », telle qu’elle est d’usage chez les anthropologues. Mais cette notion est plus large que le « terrain » stricto sensu, puisqu’il s’agit également de l’unité de la période et du lieu étudiés par un historien par exemple... Alors que cette notion de « terrain » impose une présence physique du chercheur (« aller sur le terrain »), le « contexte » impose de repositionner une observation dans son milieu géographique et temporel.

5Or, seule cette recontextualisation des observations permet de comprendre la grammaire sociale : une société bouge, se meut, se recompose sans cesse. Les forces qui la travaillent de l’intérieur, les axes de structuration, les directions adoptées ne peuvent être saisis que si nous considérons l’ensemble des éléments qui composent cette société. Bien entendu, ce concept de société ne peut être considéré que comme un « magma » de forces qui s’affrontent, l’une l’emportant à un moment sur l’autre, et non comme une sorte d’acteur individuel conscientisé.

6Toutefois, donnons tout de suite les limites de cette posture méthodologique. Une étude contextuelle impose de faire des choix, difficilement justifiables : l’auteur va délimiter le lieu et le temps de l’étude, et impose sa raison graphique (Jack Goody) par son regard. Certes, il va tenter d’établir des liens entre son « contexte » et un « contexte » plus large (période et zone géographique plus étendues), mais il aura choisi au préalable, d’une façon arbitraire, même s’il le justifie, d’extraire un contexte comme si celui-ci formait un tout cohérent et compréhensible.

7Prenons garde aussi de ne pas adopter une signification limitée à ce terme d’unité. L’unité signifie unité de relations : par exemple, deux groupes d’individus géographiquement séparés mais en relations permanentes par le biais des TIC (technologies de l’information et de la communication) pourront constituer un contexte unique, les TIC construisant justement cette unité non seulement temporelle mais aussi physique.

8Dès lors, une étude contextuelle signifie :

  1. une étude de l’ « imaginaire » ;

  2. une étude des systèmes politiques et économiques et des réseaux ;

  3. une étude des aspirations individuelles et collectives.

  • 1 Cf. Gilles Séraphin, Vivre à Douala. L’imaginaire et l’action dans une ville africaine en crise, co (...)
  • 2 Edward Evan Evans-Pritchard, Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, traduit de l’anglais pa (...)
  • 3 Peter Geschiere, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, coll. Les Afriques, Par (...)
  • 4 Eric de Rosny, Les yeux de ma chèvre. Sur les pas des maîtres de la nuit en pays douala (Cameroun), (...)

9Si nous appelons « imaginaire social » la matrice de perception et de conception du vécu quotidien qui donne sens à tout événement, pensée, rêve et sensation1, les deux auteurs tracent des tableaux assez convaincants. Lay Tshiala, par exemple, analyse le travail de construction de la rumeur (chronologie des événements, contexte sorcellaire, contexte historique...). On peut toutefois regretter que l’auteur n’élargisse pas sa réflexion à d’autres champs. Une brève étude comparative avec les systèmes d’interprétation sorcellaires dans d’autres régions limitrophes lui aurait permis de déceler l’originalité de celui qui prévaut dans son « contexte » et, par la même occasion, de montrer que ce terme fourre-tout de « sorcellerie » sert un peu trop souvent à illustrer des systèmes interprétatifs et des pratiques fort différents ! Par exemple, la « sorcellerie » (considérée non seulement comme un ensemble de pratiques, mais aussi et surtout comme un imaginaire) qui semble la plus présente en Afrique centrale est celle du « ventre » (cf. les Azandé d’Evans-Pritchard2, l’evu étudié par Geschiere3...), tandis que celle qui domine le long de la lagune, du Bénin au Gabon, est celle de l’« invisible » (l’ekong analysé par Rosny4), ou des mamy wata, etc. D’ailleurs, les significations de termes proches de mutumbula, dans d’autres langues, font référence à ces divers registres sorcellaires. La sorcellerie mutumbula des transformations des corps est par exemple aussi présente au Cameroun, où l’on parle alors d’« animaux totems ». Mais, à ma connaissance, cette transformation est pratiquée volontairement par un sorcier, sur lui-même, et elle est souvent temporaire. Elle permet de se mouvoir dans d’autres milieux naturels (comme le marigot) et d’adopter d’autres modes de déplacement (la célérité de la panthère, la discrétion du boa...). Puisque l’imaginaire est différent, je ne crois pas que cette interprétation de transformation des hommes en vaches aurait pu se propager dans le Cameroun côtier... En revanche, l’objectif qui consiste à se saisir des forces d’autrui, comme on le fait par cet acte de transformation, ou l’explication par la sorcellerie d’une stratification sociale émergente sont au fondement de la sorcellerie de l’invisible. Dans chaque contexte, les structures interprétatives (concepts, logiques...) divergent, même si elles apportent des explications aux mêmes événements.

  • 5 Des fonctionnaires qui ont perçu des arriérés de salaire et constituent un petit capital initial in (...)

10Lay Tshiala retrace le contexte politique et économique postcolonial, et nous offre une explication de propagation fort intéressante. Puisque les premiers possesseurs de vaches étaient des lettrés catholiques (même si certains protestants étaient concernés, la rumeur conférait le monopole de leur possession aux catholiques), des leaders associatifs et, surtout, des personnes bien intégrées dans le système du pouvoir postcolonial5, cette rumeur répond à un besoin d’explication de la stratification sociale émergente, et offre aussi un moyen de lutte sans égal. Le contexte politique (rébellions de Mulele, partition du doyenné, création de mouvements populaires, action de l’Eglise catholique, etc.) a marqué également des oppositions (les vaches étant les « buffles des Blancs ») et un champ de lutte et de recomposition politique (cf. les « cercles scolaires », la dégradation du droit foncier traditionnel...), dont le phénomène mutumbula n’est qu’une expression. Le leader Nestor Lepina semble avoir été marginalisé et a vécu une forte exclusion sociale. Notons d’ailleurs sur ce point une réserve, puisqu’il manque dans ce texte une information qui me paraît indispensable : Nestor Lepina a-t-il pu se marier dans sa propre société ? Précisons notre pensée : cette exclusion était-elle partielle, et, dans ce cas, a-t-il pu trouver une épouse puisque sa situation était socialement séduisante ? Ou bien a-t-elle été totale, et a-t-il vécu une situation dégradante (et souvent associée à celle des sorciers) de célibataire sans enfants ? Alors que le contexte change, le rapport à la vache évolue lui aussi. Une fois qu’une grande partie de la population a pu s’approprier les vaches, elle a intégré cet animal dans son système de relations sociales et de son imaginaire. Leur statut devient plus ambigu, voire ambivalent, puisqu’elles deviennent le marqueur statutaire de ceux qui ont économiquement réussi.

11Le texte de Jules Bagalwa Mapatano est également intéressant pour montrer la forte « adaptabilité » des systèmes dits traditionnels dans un nouveau contexte politique. En Suisse, il n’y a pas de reproduction à l’identique. Il s’agit véritablement d’une nouvelle utilisation de ces associations et tontines, et les règles évoluent très vite selon le nouveau contexte : il suffit de voir l’importance que revêt l’aspect « légal » en Suisse – qui s’exprime par les diverses formes de permis de séjour – pour justifier la confiance et le « crédit » accordés au postulant... Emettons toutefois une réserve sur ce texte, ou plutôt une attente : il est parfois dit que l’adhésion à des Eglises – et notamment à des nouveaux mouvements religieux – constitue pour les membres de ces communautés immigrées un outil de reconnaissance et de promotion sociale, voire le fondement de la constitution de réseaux et d’associations. Il aurait été intéressant que l’auteur évoque cet aspect, ne serait-ce que pour, le cas échéant, en prendre le contre-pied.

  • 6 Gilles Séraphin, « La société civile en arrière-plan de la communauté  ? Associations et tontines à (...)

12Scruter le contexte impose également une étude des aspirations. Le texte de Jules Bagalwa Mapatano est clair sur le sujet : pour trouver une place dans la société suisse, et aussi dans leur propre communauté ou dans leur propre couple, des femmes congolaises constituent des associations. Cette recherche de statut individuel en utilisant le collectif se retrouve dans maintes sociétés d’Afrique subsaharienne. Dans un nouveau contexte géographique, ces femmes recomposent leur existence en faisant appel à des traits culturels communs, à des pratiques qui se déroulaient dans les sociétés dont elles sont originaires. Ce crédit et ces rencontres servent tout à la fois à mieux s’intégrer dans la société d’accueil, par une insertion professionnelle et économique, et aussi, pour certaines, à gagner ou conforter un statut dans la société d’origine (investissements, achat de maison...). Toutefois, on regrette que l’auteur n’élargisse point son analyse en aval de la constitution de ces associations et qu’il n’étudie pas le contexte politique et économique qu’elles reconstruisent. En effet, chaque femme aspire à gagner un meilleur statut par son adhésion, et non pas seulement de l’argent. Toutefois, en n’incluant dans ses entretiens que des femmes membres des associations, et donc en excluant celles qui ne veulent ou ne peuvent s’y affilier, l’auteur évite de regarder l’« envers du décor »... Or, si nous effectuons une comparaison avec les associations à Douala6 par exemple, le mode associatif est certes un « amortisseur social » et un outil de promotion sociale, mais aussi, en même temps, un mode de cristallisation et de renforcement des inégalités, puisqu’une partie de la population ne peut y participer et que les conditions d’adhésion se fondent sur une situation sociale inégalitaire. Pour participer à une association à tontine élevée ou dans laquelle l’entraide économique en cas de « malheur » est substantielle, il faut avoir les moyens de payer une cotisation élevée. Nous trouvons ici la limite de la contextualisation à « outrance » : à force de contextualiser, on « oublie » de réinsérer son contexte dans un système plus large...

13Finalement, ces quelques remarques constituent des propositions d’approfondissement des travaux de recherche des auteurs dans plusieurs directions :

  • une analyse comparative de situations de prime abord analogues, afin de suggérer de nouvelles pistes de recherche (sorcellerie, vie associative des femmes, etc.) ;

  • une réinsertion du contexte étudié dans un système contextuel plus large, aucune société n’étant refermée sur elle-même.

14Mais ces deux textes ont les qualités de leurs défauts : puisque les auteurs étudient un sujet dans un contexte donné, ils se donnent les moyens de saisir un ensemble de causes explicatives et de conséquences du thème analysé, la façon dont les paramètres se conjuguent et font système, et ainsi les recompositions imaginaires et sociales de ces sociétés.

  • 7 Serge Latouche, « Les limites de l’éclectisme », intervention au séminaire MAUSS de novembre 2003.

15Une recherche en sciences sociales et humaines ne peut faire fi du contexte. Une étude analytique décontextualisée, surtout si elle se fonde sur des concepts, risque de réifier l’objet d’étude, comme s’il existait en soi. La religion ou le don, pour ne prendre que des concepts à la mode, ne peuvent nous éclairer dans notre analyse de populations (imaginaire, pratiques.) que si on les recontextualise. « Contrairement à la tradition d’une certaine science sociale, ce ne sont pas les concepts : la religion, l’économie, le capitalisme, le don, etc. qui ont besoin au départ d’être clarifiés, c’est la réalité : l’expérience du monothéisme chrétien, juif ou islamique, l’histoire particulière de l’économie marchande occidentale, les formes d’échange et de réciprocité dans les sociétés archaïques... Les concepts sont des éléments que l’intellect se donne pour comprendre ces réalités. Leur obscurité éventuelle vient de l’usage qui en a été fait pour désigner des choses hétéroclites. Ainsi, des concepts comme développement et idéologie, tellement mis à toutes les sauces ne veulent plus dire grand-chose. Ils sont écrasés depuis longtemps sous leur propre poids d’usage et d’usure. »7

16La religion ou le don n’ont de sens que si nous observons et comprenons les gens qui donnent ou reçoivent, ou qui exercent une pratique ou une croyance religieuse... Le don ou la religion de qui ? Quand ? Où ? Le don en soi, la religion en soi, ou l’association et la sorcellerie en soi, pour en revenir à nos deux textes, ou même la sociabilité dans la « maison africaine » en soi, pour reprendre cette fois le sujet de ce Cahier, n’existent pas : il ne s’agit que de don, de religion, d’association, de sorcellerie ou de sociabilité de personnes contextualisées.

Notes

1 Cf. Gilles Séraphin, Vivre à Douala. L’imaginaire et l’action dans une ville africaine en crise, coll. « Villes et entreprises », Paris, L’Harmattan, 2000.

2 Edward Evan Evans-Pritchard, Sorcellerie, oracles et magie chez les Azandé, traduit de l’anglais par Louis Evrard, Paris, Gallimard, 1972 [1937].

3 Peter Geschiere, Sorcellerie et politique en Afrique. La viande des autres, coll. Les Afriques, Paris, Karthala, 1995.

4 Eric de Rosny, Les yeux de ma chèvre. Sur les pas des maîtres de la nuit en pays douala (Cameroun), coll. Terres humaines, Paris, Plon, 1981; idem, La nuit, les yeux ouverts. Récit, Paris, Seuil, 1996.

5 Des fonctionnaires qui ont perçu des arriérés de salaire et constituent un petit capital initial investi en vache(s) – l’« argent de la vache ».

6 Gilles Séraphin, « La société civile en arrière-plan de la communauté  ? Associations et tontines à Douala », in Le désarroi camerounais. L’épreuve de l’économie-monde, Georges Courade (dir.), Paris, Karthala, 2000, pp. 191-214.

7 Serge Latouche, « Les limites de l’éclectisme », intervention au séminaire MAUSS de novembre 2003.

Auteur

Sociologue; chargé de cours à l’Université Paris-Sud et rédacteur en chef de la revue Recherches familiales.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable