Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Côté jardin, côté cour

 | 
Laurent Monnier
, 
Yvan Droz

Débats

Réseaux financiers au Niger et dans la Corne de l’Afrique

Jean-Michel Servet

Texte intégral

  • 1 Je remercie l’équipe des Cahiers qui a relu cet article, en particulier Gilbert Rist pour ses nombr (...)
  • 2 J’ai développé une approche socio-économique de la confiance dans L’euro au quotidien. Une question (...)

1L’équipe des Nouveaux Cahiers de l’iuéd1 m’a invité à commenter deux contributions relatives à des pratiques commerciales au Niger d’une part et au Somaliland d’autre part. Sans nul doute mes nouveaux collègues voulaient-ils ainsi me rappeler à mes obligations africanistes après deux années d’indianité. J’ai délibérément lu ces textes comme deux leçons sur l’immersion de l’économique et du financier dans la logique des jeux sociaux. Leurs auteurs montrent que les rapports d’échange et de financement qui sont nécessaires à la reproduction matérielle et sociale des groupes humains ne peuvent fonctionner sans y inclure des éléments qui sont extérieurs à cet « économique » parce qu’ils relèvent notamment de l’ordre de la confiance2. Un tel rappel est tout à la fois évident et nécessaire.

2Afin d’analyser les rapports de production, d’échange et de financement, ou du moins ce qui dans la vie courante est aujourd’hui pense comme tels, les modernes refondateurs de la discipline économique et leurs héritiers néolibéraux ont reconstruit la science dite économique soit comme une analyse d’une dimension institutionnelle particulière et supposée déterminante des autres dimensions du social, soit comme une analyse d’un comportement rationnel universel. Certains d’entre eux pensent le champ de ce savoir comme totalement autonome par rapport aux dimensions supposées distinctes qui composent le « social » et qui constitueraient un ensemble flou largement superflu pour comprendre et analyser ce qui serait l’essentiel, autrement dit le plus déterminant dans le fonctionnement des sociétés. D’autres économistes ont une démarche impérialiste par rapport aux autres disciplines, à cause de la place accordée à la rationalité dite économique dans l’ensemble des comportements humains : toute pratique humaine se trouve absorbée par l’économique car elle est réduite à une rationalité d’allocation efficiente de certains moyens limites à des fins. A lire certains économistes du main stream, le rappel de cette critique du savoir économique parait toujours d’actualité, d’autant plus que certains historiens, sociologues ou démographes ont été séduits par ce formalisme.

3Au-delà de l’unité de la période et de l’espace géographique africain, les diversités et les similitudes de ces deux terrains, que je ne connais que par lecture, sont frappantes. Citons-en quelques-unes :

  • Le nomadisme présent dans les deux régions crée certains points communs, mais les rapports sociaux, et par conséquent les cultures et les types de rationalité en jeu et de contraintes subies, différent et opposent l’Afrique de l’Est et ses liens orientaux à l’Afrique centrale et occidentale.

  • L’histoire politique de ces nations, toutes deux nées pour l’essentiel de découpages sans fondements autres que les volontés des colonisateurs, est beaucoup plus conflictuelle à l’est de l’Afrique que dans l’ancienne petite colonie française du Niger à la frontière du vaste Nigeria anglophone ; cette partie de l’Afrique orientale a été soumise à des intérêts contradictoires anglais, français, italiens, éthiopiens, arabes, etc., et de façon plus récente à des conflits entre des tribus et des clans qui ont retrouve une certaine liberté d’action et un imaginaire de leur passe.

  • La hiérarchie et l’articulation des différents niveaux de circulation des marchandises et des modes de paiement et de crédit donnent à voir similitudes et différences.

  • Les marchandises, objets de ces échanges, ne sont pas les mêmes, même si elles peuvent révéler dans leurs usages comme biens importes et comme biens de distinction sociale des fonctions analogues de construction sociale de la rareté.

  • Les formes de logique sécuritaire et du pari de la confiance nécessaire à des relations séparées par la distance géographique obéissent à des principes généraux communs, mais les liens noues, dans le cas du Somaliland, par la contrebande et les compensations financières à grande distance, et, dans le cas du Niger, autour de la corruption des douaniers ne peuvent évidemment qu’avoir de fortes spécificités.

  • Les stratégies des acteurs dans des situations d’information imparfaite et d’incertitude pourraient donner lieu à des formalisations superficielles alors que les modes réels d’action diffèrent considérablement.

4Un élément de leur histoire propre relie fortement les deux espaces. Ce sont des régions que traversaient depuis des siècles des réseaux de commerce à grande distance. La colonisation, avec les fragmentations de l’espace qu’elle a instituées et que les décolonisations ont pour l’essentiel cru bon de pérenniser, a transformé ces liens de commerce en autant de pratiques de contrebande. Lorsque ce commerce est demeure légal, lors du franchissement des frontières, des prélèvements par les Etats ou les douaniers, qui privatisent ainsi à leur avantage tout ou partie de la taxation publique, ont été introduits. Les crises politiques les plus récentes – de façon extrême dans le cas du Somaliland – ont fortement perturbe les flux matériels et financiers séculaires de ces nomades commerçants.

  • 3 Sur la notion de dette, voir les travaux de Charles Malamoud repris dans Michel Aglietta, André Orl (...)

5Le cadre des transactions, fonde dans le cas du Somaliland pour l’essentiel sur des logiques de contrebande et de transferts par compensation largement illégaux, diffère de celui des convois du Niger s’appuyant sur la corruption. Toutefois, au-delà de cette diversité, au cœur des jeux économiques et financiers décrits, des liens de dette relient ces hommes (il semble que les acteurs soient ici surtout des hommes). Au-delà des apparences de règlements pour les uns comptants et pour d’autres diffères (règlements qui sont trop peu inventories, estimes et analyses pour connaitre les modalités matérielles précises des transferts), la construction de la confiance s’appuie sur la dette3. Ce lien de dette peut prendre des visages divers jusqu’a faire croire dans certains cas que, dans le prétendu anonymat du marché, la relation est un « contrat entre deux » (ainsi dans les engagements et avantages symétriques entre corrupteur et corrompu). Or, dans ces relations qui se donnent ainsi à voir et à penser comme étant privées et plus précisément bilatérales et horizontales, au-delà de cette apparence, notamment parce que interviennent évaluations et contreparties monétaires, comme dans toute relation financière, le « tiers est inclus » ; autrement dit, la société, et donc ses réseaux visibles (ceux de la parente, de la religion, de l’origine, tous ceux qui sont concentres dans des institutions claniques ou ethniques) mais aussi invisibles, se trouvent impliques pour permettre à la dette de se solder instantanément ou de se perpétuer. La dette, qui fait dépendre les échangistes les uns des autres et sans laquelle les produits et les avoirs ne pourraient pas circuler, apparait à des degrés divers dans les deux contributions comme un fait social total. Par cette expression, nous entendons

  • que les relations de dette-créance et de paiement mettent en jeu les diverses dimensions du social – ce qui est qualifie d’économique est immerge dans l’ensemble des rapports sociaux et de la culture ; et

  • qu’a l’inverse de la représentation des économistes qui déterminent le social par l’économique ou de la représentation des sociologues qui englobent l’économique dans le social, l’économique, lorsqu’il émerge comme rapport spécifique – d’ou l’illusion de son autonomie –, a pour support l’ensemble du social qui le détermine et lui permet d’être pense comme sphère distincte. Chaque collectif humain institue selon un mode spécifique les moments, les espaces, les fonctions, etc., qui permettent, avec une intensité plus ou moins forte, à des rapports de production, d’échange et de financement – que l’on rassemble sous l’étiquette « économique » – de fonctionner en apparence de façon autonome et d’être penses et institutionnalises ainsi par les acteurs de ces pratiques.

6Autrement dit, ces relations de dette-créance et de paiement ne peuvent être comprises que si elles sont inscrites dans des systèmes ou les hiérarchies de valeurs morales se combinent pour former une totalité qui permet aux opérations d’être soldées ou de se renouveler.

7De ce point de vue, il est frappant de constater que plus les tensions sociales – faisant émerger une logique économique dominante dans les relations – sont fortes, plus la représentation de la totalité sociale s’estompe et plus les relations de dette et de paiement sont pensées comme bilatérales (le politique au sens large n’intervenant que comme un instrument de sanction et de répression, et non en tant que principe organisateur). Comme l’approche économique est seulement capable de produire – si j’ose dire – des sommes de chiffres et de quantifier certains éléments de relations, elle est incapable de hiérarchiser le qualitatif des relations en jeu. Elle aplatit les valeurs et ne peut pas parvenir à cerner le tout qui permet ces échanges de biens et de services. Nous reviendrons sur cette opacité créée par l’approche économiste en termes de marché.

8Dans ces sociétés, dont l’idéologie n’est pas celle de l’« Occident marchand », les relations financières et commerciales entre les personnes et les institutions ne masquent pas une partie de la réalité des réseaux sociaux sous-jacents aux transferts économiques et financiers. Sans doute est-ce parce que ces Etats semblent largement incapables de fournir l’ordre stable nécessaire au bon fonctionnement de ce que l’on désigne couramment comme l’économique : ce sont donc des institutions sociales qui doivent le faire. Dit autrement, contrairement à des oppositions factices, l’Etat est une condition essentielle de développement du « marché » ; lorsque la puissance publique est défaillante, les conditions sociales des processus de circulation des biens et des avoirs sont plus manifestes afin de pourvoir à cette carence.

9Un point essentiel sur lequel les textes sont malheureusement trop silencieux est le degré d’endettement des groupes sociaux les uns vis-à-vis des autres et les chaines de ces dettes. Les débiteurs sont décrits comme s’ils payaient toujours en temps voulu. Deux raisons peuvent expliquer ce silence. D’une part, les situations de crise et de hausse de prix rendent le crédit particulièrement couteux et risque. D’autre part, les taux d’intérêt que les délais de paiement entrainent sont le plus souvent implicites dans ces sociétés musulmanes, c’est-a-dire qu’ils sont inclus dans, et par conséquent masques par, des marges commerciales négociées par marchandage ou fixées par coutume.

10Le danger, lorsque l’on traite de ces formes entre modernité et tradition du crédit et du paiement, est de les réduire implicitement à des formes modernes, de croire à la réalité du marché anonyme – dont les économistes auraient la clé –, marché s’opposant aux machines étatiques et collectives. Autrement dit, le danger est de ne pas comprendre la dimension utopique (ou fictive, pour reprendre une expression de Karl Polanyi dans la Grande transformation) du marché comme principe organisateur général, de penser que le marché « n’est pas encore la » ou est « encore imparfait ». On en vient alors à rechercher ou à présupposer dans ces formes d’échange les éléments en gestation de ce futur suppose et à sous-estimer la permanence des réseaux de relations personnelles et leurs forces (y compris donc dans nos propres sociétés).

11Ainsi, ce qui, dans une pratique financière, passe pour une relation économique moderne devrait plutôt être compris comme un lien de transfert entre domine et dominant. L’acquittement d’une marge bénéficiaire plus forte, par exemple, ne relève pas alors du monde capitaliste du profit ou de l’intérêt, mais de celui de formes anciennes de la rente, et il renvoie à l’opposition entre les pouvoirs différents nés des diverses formes de richesses mobiles et immobiles et aux capacités inégales de se mouvoir au sein des différentes sphères de la modernité et de la tradition. Les textes sont, je le regrette, trop silencieux sur ces processus d’enrichissement et d’appauvrissement nés des transferts. Il est fréquent que des autorités traditionnelles modernisées accaparent une partie des revenus des migrants lors de leurs transferts aux membres de la famille restes sur place. Au Niger, on voit bien de grands commerçants investir dans les convois et prélever par avance une marge sur les bénéfices anticipes des petits revendeurs.

12Les sources ne recensent pas toutes les dettes et les créances d’une même personne ; cela permettrait de reconstituer ces transferts et les logiques d’exploitation dans ce qui est formellement un contrat marchand. Il est nécessaire ici de rappeler l’opposition à laquelle toute discipline se trouve confrontée à des degrés divers : celle entre les échelles micro et macro de l’observation et de l’analyse.

13La différence entre les deux types d’approche ne concerne pas la taille de l’objet étudie mais l’échelle à laquelle on l’observe. De façon générale, par exemple, l’échelle de l’analyse économique (qu’il s’agisse de la théorie dite micro ou macro) est de type macro par ses types de raisonnements et ses matériaux. Le travail d’archives de l’historien ou d’enquêtes de terrain de l’anthropologue est de type micro (sauf si l’historien procédé par statistiques quantitatives par sondages). Bien évidemment, la plupart des textes tendent plus ou moins à jouer sur les deux niveaux : l’analyse macro prendra des exemples (c’est-a-dire des éléments micro) pour illustrer une situation globale alors que l’analyse micro inscrira les fractions de relations bilatérales saisies à la base, un mariage par exemple ou la rente d’un bien foncier, dans les contraintes globales de fonctionnement du système (élément macro).

14La difficulté consiste à passer sur un même terrain de l’une à l’autre échelle et d’articuler macro et micro analyse et observation. Or, ce passage du micro au macro, et inversement, est indispensable pour saisir les réseaux. Pour connaitre un réseau, il ne suffit pas de décrire des liens bilatéraux, mais (et je reconnais que cela est tres difficile) il faut aussi montrer les liens indirects unissant les personnes dans un ensemble donne dont ils n’ont eux-mêmes pas nécessairement conscience. L’idéal pour reconstituer un réseau serait sans doute de suivre les séries de dettes-créances et de paiements et de retrouver l’identité de chacun des partenaires successifs impliques, ce qui constituerait un travail qui ne pourrait être réalisé que de manière tout à fait exceptionnelle, surtout lorsque cela recouvre contrebande, transfert illégal par compensation ou corruption… Mais cela permettrait d’avoir une meilleure perception quantitative des flux financiers concernes et des jeux d’enrichissement et d’appauvrissement des personnes et des groupes.

15Une différence essentielle qui distingue les sociétés dites traditionnelles et les sociétés contemporaines dites occidentales est que nous perdons – en grande partie par l’illusion du marché – la conscience et la connaissance de ces chaines de relations. Nous avons invente et institutionnalise des mécanismes et des instruments financiers qui rendent inutiles, pour les acteurs, ce type de connaissance, tout en produisant parallèlement de nombreux réseaux invisibles dont les acteurs n’ont pas conscience. A l’échelle d’un village, d’une petite ville ou d’un clan, la plupart des personnes peuvent identifier l’autre alors que nous vivons dans une impression de grand anonymat. Dans les chaines de crédit et de paiement en cause ici, il est possible d’identifier une partie des relations autres que financières qui unissent les partenaires des échanges, et ainsi de retracer une fraction de leurs réseaux, mais seulement par une chaine composite de relations bilatérales. Il existe des médiations, dans certains cas spatiales, dans d’autres personnelles. Mais comment ne pas donner l’impression que le marché est anonyme lorsque l’approche est à macroéchelle et que l’on perd le fil des relations interpersonnelles ? Je suis tente de dire que plus l’observation et l’analyse est de type macro, plus la référence au marché (comme principe explicatif) est forte, même si celui-ci est censé « exister » en subissant les influences d’autres institutions ; inversement, plus l’échelle d’observation et d’analyse est micro, plus la force de l’argumentaire en termes de marché s’estompe au profit d’une logique de réseaux au sein desquels les liaisons interpersonnelles prédominent.

  • 4 Manfred Kochen (ed.), The Small World, Norwood, NJ, Ablex Publishing Company, 1989, cite par Alain (...)
  • 5 Voir en particulier les travaux de Mark Granovetter, dont certains sont traduits en français dans L (...)

16Je voudrais faire ici une courte allusion aux conclusions de travaux contemporains sur les réseaux sociaux qui montrent que nous vivons, nous aussi, dans des mondes de liens personnels, dont nous voyons exceptionnellement la trame et les frontières car l’idéologie de l’individu nous fait ignorer les chaines qui nous unissent nécessairement les uns aux autres. Voici, pour illustrer notre propos, les résultats d’enquêtes réalisées pour mesurer la densité des réseaux. A l’échelle des Etats-Unis, si l’on donne pour objectif à une personne A, prise au hasard, de transmettre à une personne B, elle aussi prise au hasard, un document par l’intermédiaire d’une personne X que A connait personnellement, qui le transmet à une personne Y que X connait personnellement, et ainsi de suite jusqu’a cette personne B dont on indique soit le domicile, soit le lieu de travail (ce qui veut dire que chacun va activer ses réseaux pour s’approcher de l’inconnu), il faut en moyenne un peu plus de six intermédiaires dans le premier cas (domicile) et quatre dans le second cas (profession), avec un temps de parcours lui-même très variable. Des expériences et estimations menées à l’échelle de la planète donnent environ une douzaine d’intermédiaires4. Cette plongée dans la modernité pour définir et mesurer ce que peut être un réseau, et l’enchevêtrement de tous les réseaux, au sein d’une société a pour unique objectif de relativiser le prétendu anonymat du marché et de ne pas surestimer la spécificité, voire l’anormalité que l’on attribue souvent à l’économique et à la finance en Afrique. Il est tout aussi révélateur que des enquêtes5 aient montre, dans des sociétés dites développées, que lorsque l’on demande à des individus comment, selon eux, procédé généralement un demandeur d’emploi pour trouver du travail, les enquêtes se référent dans leur majorité à des catégories qui sont celles de l’offre et de la demande et du marché, alors que si l’on interroge des personnes sur « la façon dont elles ont elles-mêmes trouve leur emploi actuel », celles-ci se réfèrent dans leur majorité à des mécanismes qui sont ceux des réseaux et des connaissances interpersonnelles.

17Cela ne signifie pas qu’il n’existe aucune pratique de marché et que tout est illusion, surtout en ce qui concerne les marchés financiers. Mais nous savons tous que ceux-ci sont des mécanismes organises et que le contrôle direct des Etats est considérable (le phénomène contemporain dit de globalisation financière ne saurait exister sans la permissivité même des Etats et des politiques). Dans la modernité, l’Etat tient lieu d’instrument de socialisation nécessaire au fonctionnement du marché ; il est l’indispensable « commissaire-priseur » imagine par Léon Walras. Quand il y a défaillance de l’Etat, on comprend mieux pourquoi les réseaux sociaux deviennent les supports nécessaires des échanges, avec tous les mécanismes d’accaparement et d’exploitation dont bénéficient ceux qui occupent des positions dominantes ou stratégiques au sein de ces réseaux.

  • 6 Je renvoie ici à ma contribution au dernier numéro des Nouveaux Cahiers de l’iuéd, « Renoncer au my (...)

18Dans les pratiques dites marchandes, il convient de distinguer6 ce qui est généralement confondu sous un même terme et qui est une tension bien vivante dans ce type de relation : la logique de la place de marché et celle du lien de clientèle.

  • Dans la relation que l’on peut qualifier, notamment à la suite du travail de Michelle de La Pradelle, de place de marché, qui est une relation contractuelle, les partenaires de l’échange font comme s’ils étaient égaux et identiques, et ne font pas référence à leur qualité sociale pour nouer la relation ; le paiement met fin à une relation pensée comme indépendante d’autres relations de paiement parallèles, précédentes ou suivantes. Cet anonymat et cette stricte égalité des acheteurs et des vendeurs sont nécessaires au jeu formel de la place de marché – le fait de faire comme si – et ont pour conséquence l’unité des prix pour une même marchandise à l’équilibre des transactions.

  • Le lien de clientèle est une relation hiérarchisée, qui se perpétue et se reproduit dans le temps et dont la logique de la contrepartie exacte peut ne pas être l’élément central. C’est ainsi que le marchandage a pour objectif essentiel non de fixer le prix d’une marchandise, mais d’abord d’établir l’estime de la relation à l’autre à travers la chose ou le service.

19Or, l’idéologie de la place de marché domine aujourd’hui notre représentation des échanges et rend opaques les réseaux qui en fait se cachent dans l’anonymat présume de rapports penses comme bilatéraux et horizontaux.

20Au sein du tissu de dettes qui, horizontalement et verticalement, suivent la trame des réseaux sociaux visibles et invisibles, une question traverse les deux contributions, celle de la position à la fois créditrice et débitrice d’un grand nombre d’intervenants. On peut se demander si la situation récurrente de crise, qui oblige peut-être à réduire les créances pour éviter les pertes, n’est pas un facteur qui développe la relation de place de marché par rapport à la logique de clientèle qui s’appuie généralement sur la dette permanente.

21Je pense que cette question est nodale pour l’analyse en termes de réseaux. Parce qu’elles occupent des positions sociales différenciées et doivent faire face à leurs obligations à des rythmes et à des moments divers, les personnes se trouvent alors, pour un grand nombre d’entre elles, en situation à un moment donne tout à la fois de débiteurs et de créanciers. Plus le taux d’impayés et de report temporel des dettes et des créances augmente, plus les degrés de dépendance à travers la finance s’affermissent. Quand les blocages de la circulation des produits sont importants, le simple fait de pouvoir les transcender (de passer ces frontières) permet tout à la fois de reproduire sa position dominante vis-à-vis de ceux qui sont incapables de le faire et qui doivent recourir à ces médiateurs, et, à travers les prélèvements pour ce service rendu, de fournir les conditions matérielles de reproduction de cette domination.

  • 7 Viviana A. Rotman Zelizer, The Social Meaning of Money, New York, BasicBooks, 1994 ; voir, en franç (...)

22Aux raisons socio-économiques il convient d’ajouter une cause culturelle et mentale sans laquelle cette situation serait moins fréquente. Et cette cause nous éloigne plus encore des dogmes des économistes. La vision fonctionnelle de la monnaie et des instruments financiers développée par la plupart des économistes repose sur l’hypothèse implicite d’une forte fongibilité de la monnaie, la capacité indifférenciée de son usage et de sa substitution. En fait, et cela a été admirablement analyse pour la société américaine par Viviana Zelizer7, un ensemble de contraintes morales cloisonne l’usage qui est fait des moyens de paiement. Le cloisonnement monétaire n’est donc pas une spécificité des monnaies archaïques comme certains avaient pu le croire à la suite notamment des travaux de Paul Bohannan en Afrique (1960).

  • 8 Nous avons abordé cette question à propos de nombreuses sociétés africaines dans « Démonétarisation (...)

23Autrement dit, ce que l’on gagne par tel ou tel type d’activité ou ce que l’on reçoit en héritage ou sous toute autre forme de don et de transfert n’est pas utilise de manière indifférenciée. Les personnes ont une certaine représentation morale et culturelle de l’usage possible et impossible de l’«  argent » selon sa provenance. Non seulement les dépenses mais également les dépôts, les emprunts et les prêts permettent aux populations, grâce à des supports monétaires et à des pratiques financières multiples, de gérer leurs avoirs et leurs paiements tout en se conformant à ces obligations morales. Dans les situations de crise, les personnes usent parfois de stratégies complexes pour respecter ces cadres moraux. Nous savons très peu de choses, dans les deux textes, sur ces degrés de fongibilité et de cloisonnement8. Or, la morale de l’argent, différente selon les sociétés, les caractérise de façon essentielle, tout autant que leurs façons de manger, de s’aimer, de chanter, de danser, de prier ou de produire.

24Cette observation sur les pratiques monétaires et financières est aux antipodes de l’hypothèse de substituabilité que développent les manuels d’économie et qui permet notamment d’appliquer aux « individus » la seule rationalité de leurs intérêts « économiques ». Ces deux articles, traitant l’un du Niger et l’autre de la Corne de l’Afrique, ouvrent des pistes utiles pour approfondir notre connaissance des modes de circulation des biens et des logiques de financement.

Notes

1 Je remercie l’équipe des Cahiers qui a relu cet article, en particulier Gilbert Rist pour ses nombreuses suggestions.

2 J’ai développé une approche socio-économique de la confiance dans L’euro au quotidien. Une question de confiance (Paris, Desclée de Brouwer, 1998), et dans un ouvrage collectif en codirection avec Philippe Bernoux, La construction de la confiance (Paris, AEF [Association d’économie financière] ; Montchrestien, 1997).

3 Sur la notion de dette, voir les travaux de Charles Malamoud repris dans Michel Aglietta, André Orléan (dir.), La monnaie souveraine, Paris, Odile Jacob, 1998.

4 Manfred Kochen (ed.), The Small World, Norwood, NJ, Ablex Publishing Company, 1989, cite par Alain Degenne, Michel Forsé, Les réseaux sociaux, Paris, A. Colin, 1994.

5 Voir en particulier les travaux de Mark Granovetter, dont certains sont traduits en français dans Le marché autrement, Paris, Desclée de Brouwer, 2000.

6 Je renvoie ici à ma contribution au dernier numéro des Nouveaux Cahiers de l’iuéd, « Renoncer au mythe du marché pour penser des alternatives », in Brouillons pour l’avenir. Contributions au débat sur les alternatives (Christian Comeliau [dir.], Geneve, iuéd ; Paris, PUF, 2003, pp. 61-74).

7 Viviana A. Rotman Zelizer, The Social Meaning of Money, New York, BasicBooks, 1994 ; voir, en français, sa contribution à Exclusion et liens financiers. Rapport du Centre Walras 2002 (Jean-Michel Servet, Isabelle Guérin [dir.], Paris, Economica, 2002, pp. 425-429) et la thèse d’Isabelle Guérin, Femmes et économie solidaire, Paris, La Découverte, 2003.

8 Nous avons abordé cette question à propos de nombreuses sociétés africaines dans « Démonétarisation et remonétarisation en Afrique occidentale et équatoriale », in Michel Aglietta, André Orléan (dir.), op. cit., pp. 289-324.

Auteur

Economiste; professeur à l’Institut universitaire d’études du développement (Genève).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable