Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Côté jardin, côté cour

 | 
Laurent Monnier
, 
Yvan Droz

Lignes

Somaliland, pays entrepôt et État en devenir

François Piguet

Texte intégral

  • 1 MNS/SNM, à dominante issak (la principale confédération clanique du Nord).

1Le Somaliland, cas particulier en Afrique, est né d’une lutte de libération et de la volonté du Mouvement national somalien1 de revenir aux frontières coloniales de 1960, celles d’avant l’unification des deux Somalies britannique et italienne. La construction du nouvel Etat, toujours dépourvu de reconnaissance internationale, est pour une grande part l’œuvre des anciens, des chefs traditionnels et de la société civile.

2Cette construction profite du dynamisme des hommes d’affaires issak, dans une zone de tout temps orientée vers le commerce maritime dont les circuits économiques passent par les pays du Golfe et l’Europe. Le commerce, à l’instar des mouvements politico-militaires, repose sur des réseaux claniques et le clientélisme qui en découle. Cela a contribué à l’édification d’un Etat minimum qui sied à la tradition nomade, dont la liberté de commerce est revendiquée par les traders qui animent les réseaux de l’économie formelle et les réseaux gris d’import-export. Ces circuits s’appuient sur trois sources de revenu : l’exportation du bétail, les remittances en provenance de la diaspora et la réexportation de biens importés vers les Etats de la région, Ethiopie et Kenya. Cette situation doit beaucoup aux hommes qui ont forgé des réseaux solides, capables de concurrencer les structures dites « modernes » du commerce international.

Somaliland : de la colonisation à l’isolement

3Le partage colonial de la fin du xixe siècle a fragmenté l’espace des Somali en tutelles italienne, anglaise, française et éthiopienne. Après une décennie de présence égyptienne (1874-1884) à Berbera, Harar et Zeilah, un des principaux axes caravaniers de l’époque, les Britanniques ont pris le contrôle de la zone côtière. Dans la foulée de ce dépeçage territorial, Harar et l’Ogaden passent sous juridiction éthiopienne. En effet, un empire chrétien séculaire était soucieux d’expansion face aux ambitions coloniales européennes. L’origine du Somaliland est à rattacher à la volonté de constituer un véritable hinterland du port d’Aden situé sur la rive asiatique du détroit de Bab-el-Mandeb, dépendance de l’Inde britannique.

  • 2 Nom de la confédération clanique dominante, présente du nord au sud de l’espace somali avec notamme (...)
  • 3 La grande majorité des Somali appartient à l’une ou l’autre des confréries de l’ordre soufi, princi (...)

4De 1899 à 1920, Mohammed ’Abdille Hassan, un Darod2 surnommé le « Mad Mullah », affronte à la tête de ses derviches la puissance coloniale britannique. Toutefois, le combat du « Sayyed », considéré comme un héros national somalien, ne fait pas l’unanimité et les Issak ont été nombreux à combattre aux côtés des troupes coloniales britanniques, afin de garantir l’intégrité de leurs espaces pastoraux. Soixante ans plus tard, l’antagonisme entre Issak et Darod refait surface, de même que l’appartenance à des confréries musulmanes rivales3, Qadiriya pour de nombreux Issak ou Salihiya pour les partisans de Mohammed ‘Abdille Hassan. Celles-ci constituent toujours un important ancrage identitaire à même de transcender les divisions claniques.

5Après la brève occupation italienne du Somaliland au début de la Seconde Guerre mondiale (1940-1941), la Grande-Bretagne est amenée à administrer militairement l’ensemble de l’espace somalien. C’est de cette époque que datent les rapprochements politiques opérés au sein de la petite élite somalienne réunie dans la Somali Youth League (Ligue de la jeunesse somalienne) et où les Issak jouent un rôle de premier plan. Les années 1950 marquent ainsi le début du processus d’indépendance caractérisé par un renforcement des liens entre Nord et Sud.

  • 4 D’une superficie de 176’120 kilomètres carrés, l’ancienne colonie britannique du Somaliland comptai (...)
  • 5 Flux financiers consécutifs à l’interdiction en 1982 des opérations dites du franco valuta – auxque (...)

6Le Somaliland accède à la pleine souveraineté le 26 juin i9604 et quatre jours plus tard, le 1er juillet 1960, l’ex-territoire britannique rejoignait le Sud (ex-Somalie italienne) pour former la Somalie unifiée. Toutefois, le Nord apparaît rapidement excentré par rapport à Mogadiscio, malgré le rôle prééminent des grands commerçants issak dans la capitale. La défaite de l’Ogaden en 1977 face à l’Ethiopie constitue un véritable tournant qui force les Somaliens à abandonner leurs revendications expansionnistes et à se replier sur les problèmes intérieurs. La « politique des clans » sujette à toutes les manipulations ne tarda pas à resurgir. Au Nord, des ressentiments de plus en plus vifs vis-à-vis du pouvoir central se sont fait jour. Outre le manque d’investissement en équipements, deux prémisses laissent présager un conflit interclanique : la mainmise de l’Etat central sur les flux financiers5 et la présence de nombreux réfugiés ogadeni favorisés par Mogadiscio. Ce conflit se laisse deviner à travers la compétition pour l’accès aux pâturages et à l’eau, doublée d’intérêts politiques appuyés par des enjeux financiers et commerciaux.

  • 6 Capitale du Somaliland, fondée par Sheikh Madar, chef d’un établissement de la confrérie Qadiriya. (...)
  • 7 Voir M.-A. Pérouse de Montclos, Migrations forcées et urbanisation, Les Dossiers du CEPED, n° 63, P (...)

7Dans ce contexte, le MNS, fer de lance de la dissidence issak fondé en 1981, a déclenché la lutte armée. Sept années plus tard, l’Ethiopie et la Somalie liquident le contentieux issu de la guerre de l’Ogaden. Privés de leur base arrière éthiopienne, les combattants du MNS lancent une vaste offensive en direction des principales villes : Hargeisa6, Burao et Erigavo. Face à l’infiltration d’éléments MNS, l’armée somalienne, appuyée par l’aviation, a méthodiquement bombardé ces localités afin d’en reprendre le contrôle. Selon diverses estimations, ces combats ont fait près de 40’000 morts, tandis que 400’000 civils ont trouvé refuge dans des camps installés le long de la frontière sur territoire éthiopien7. En l’espace d’une décennie, on assiste à un chassé-croisé de réfugiés de part et d’autre de la frontière, devenus autant de relais possibles pour des activités commerciales transfrontalières extralégales. Plusieurs camps situés en territoire éthiopien se sont très rapidement transformés en localités frontières à l’activité commerciale débordante, en particulier celui d’Hartisheik, proche de Jijiga, chef-lieu du territoire somali sous juridiction éthiopienne.

  • 8 Les combats acharnés qui ont opposé Habr Awal et Habr Yunis, deux clans issak rivaux, ont ravagé à (...)
  • 9 M.-A. Pérouse de Montclos, op. cit.

8Après la défaite de l’armée de Siyad Barre en janvier 1991 et la proclamation de l’indépendance du Somaliland le 18 mai, l’installation d’une administration émanant du MNS s’est avérée difficile et n’a pas évité la résurgence des conflits interclaniques, attisés par des rivalités au sein de la confédération issak (1994-1997)8. Toutefois, l’appareil politico-militaire du MNS dominé par les Issak est demeuré très isolé, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Parallèlement, les conseils d’anciens ont à plusieurs reprises joué les médiateurs en vue de restaurer un semblant d’autorité et de stabilité au Somaliland9. Outre les conciliations entre clans rivaux, les anciens ont aussi joué un rôle déterminant dans la tenue des conférences nationales (shir) qui ont permis la mise en place des institutions du pays. Enfin, la Constitution du 8 mars 1997 a institué le Guurti, équivalent d’un sénat, dans lequel siègent les anciens et les chefs de clan. Cependant, les Issak n’ont pas réussi à rallier l’ensemble des clans minoritaires (Issa, Dolbahante et Warsangali), présents à l’intérieur des frontières de l’ancienne colonie britannique. Cette situation attise périodiquement des tensions avec Djibouti à l’ouest et la région Madjertein du Puntland à l’est.

  • 10 M. Turner, « Somaliland. Renaissance d’une terre oubliée », Courrier international, n° 450, juin 19 (...)
  • 11 Président du Somaliland de 1993 à son décès, le 3 mai 2002.

9A ce jour, le Somaliland demeure isolé sur la scène internationale. Contrairement aux nouveaux Etats d’Europe de l’Est, d’Asie centrale où encore de l’Erythrée voisine, il ne jouit pas d’une reconnaissance de sa souveraineté. Envers et contre tout, la communauté internationale maintient la fiction d’un Etat somalien unitaire. Cette situation handicape le pays, qui se voit exclu des accords commerciaux officiels et ne peut entretenir des contacts à l’étranger en utilisant des services postaux directs10. Cependant, malgré le manque de moyens de l’administration, les turbulences internationales et le décès du président Mohamed Ibrahim Egal en 200211, le Somaliland s’est lancé dans un processus électoral susceptible de renforcer la stabilité du pays. La victoire du vice-président Dahir Riyale Kahin, issu du clan Gadaboursi minoritaire lors des élections présidentielles du 14 avril 2003 face à Ahmed Mohamed Silanyo, un des leaders historiques du MNS, est susceptible d’amener le Somaliland à transcender la politique des clans.

Une économie caractérisée par une intense circulation de l’argent, des hommes et des marchandises

  • 12 M. Turner, op. cit.
  • 13 Chiffres maxima évoqués par le Dr Ismael Ibrahim Ahmed, « First Conference on Reconstruction Strate (...)

10Outre l’exportation du bétail, activité qui remonte à la période de colonisation britannique, et récemment contrecarrée par deux embargos imposés par l’Arabie saoudite, l’économie du Somaliland repose d’abord sur les transferts financiers en provenance de sa diaspora, du commerce de contrebande entre les pays du Golfe, l’Ethiopie et le Kenya, et, dans une moindre mesure, de l’aide internationale. Si, dans les années 1980, les transferts de la diaspora ont largement soutenu la lutte du MNS, on a assisté, depuis la fin des combats en 1997, à un timide redémarrage de l’économie privée, précisément grâce à ces transferts. Désormais les investissements sont orientés vers la construction et les activités commerciales, tandis que des immigrés de retour inaugurent de nombreuses activités high-tech (télécommunication, informatique, etc.). Ainsi, la principale source de devises étrangères est constituée par les envois de fonds des expatriés qui, selon diverses évaluations, atteindraient entre 200 et 300 millions de dollars par an12, voire même 500 millions13, alors que les exportations de bétail ne rapportent au maximum que 180 millions de dollars.

  • 14 La seconde agence de transferts financiers après Al-Barakat, opérant dans le sud de la Somalie.
  • 15 M.-A. Pérouse de Montclos, op. cit.

11En l’absence d’un réseau d’agences bancaires, des maisons hawilad – spécialisées dans le transfert de fonds –, telles que Dahab Shiil14, dotée d’un réseau de correspondants couvrant les cinq continents, jouent le rôle de banques informelles. Grâce aux moyens de télécommunication modernes, des versements peuvent être effectués à toute heure du jour ou de la nuit. Centralisé par les correspondants de l’agence hawilad qui disposent de comptes bancaires, l’argent est disponible à Hargeisa, ou ailleurs, dès l’instant où le versement est certifié15. Un système qui repose entièrement sur la confiance et l’usage des moyens de télécommunication modernes. Ce système de transferts de fonds opérés par les immigrés s’avère essentiel à la subsistance des familles demeurées au pays. On peut aisément faire l’hypothèse que l’importance des transferts – phénomène orienté dans le sens ville-campagne – varie selon les lignages et les clans. Ainsi, les groupes nomades n’en bénéficient qu’indirectement à travers leurs parents établis en ville.

12Au Somaliland, les activités de change reposent donc également sur la confiance. Au cœur du marché de la capitale, nombreux sont les simples étals à même la rue qui exposent, sans protection apparente, des piles de billets de banque de provenances diverses. Sous sa forme fiduciaire ou scripturale, la monnaie est omniprésente dans les économies urbaines, et des transactions importantes échappent aux réseaux bancaires modernes.

  • 16 Le « khat » ou « qat » (catha edulis), plante narcotique très en vogue dans la Corne de l’Afrique e (...)
  • 17 F. Grignon, « “Touche pas à mon khat”. Rivalités méru-somali autour d’un commerce en pleine expansi (...)

13Voyager ne semble pas représenter un frein aux activités commerciales et, à défaut d’une nationalité reconnue, la détention de nombreux passeports permet à l’élite somalilandaise d’obtenir des visas en bonne et due forme. Les documents d’identité sont ceux des pays de la diaspora, en particulier les pays du Golfe, et les passeports proviennent des Etats voisins : Djibouti, Ethiopie et Somalie, voire le Kenya où une importante communauté issak est établie depuis l’époque anglaise. Cette communauté joue un rôle clé dans le commerce de biens durables tels que l’électronique et dans les circuits d’exportation du khat16 produit au pied du mont Kenya17. Quant aux éleveurs transhumants, ils continuent de franchir les frontières voisines avec l’assentiment de certains douaniers, sur la foi de la simple reconnaissance du lignage. Ainsi, pour ces « petites mains » des échanges transfrontaliers, la relation interpersonnelle remplace la présentation de documents d’identité.

14Toutefois, les difficultés de l’heure (l’embargo saoudien sur les exportations de bétail, le renforcement des contrôles douaniers éthiopiens et un contexte régional et international polarisé par la guerre contre le terrorisme) affectent ces échanges commerciaux dont l’origine remonte au temps des caravanes. Cette situation contribue à réorienter les flux financiers extérieurs vers des dépenses de consommation en vue de compenser la baisse des revenus. Les remittances sont d’abord consacrées aux dépenses de subsistance, une attitude motivée par les injonctions du court terme, généralement accompagnée par une baisse des soutiens en numéraire ou en nature accordés par les citadins à leur parentèle des zones rurales. L’effet conjugué de ces contractions de flux financiers a entraîné un ralentissement de l’investissement privé affecté à la reconstruction. Cette évolution est susceptible de mettre à mal le fragile équilibre instauré depuis six ans.

Une économie commerciale extralégale tirant parti de la tradition

15Les échanges avec l’Ethiopie enclavée ont entraîné la réactivation du port de Berbera et des transports routiers. Une évolution d’autant plus marquée que le conflit entre l’Erythrée et l’Ethiopie a vu cette dernière dépendre quasi exclusivement du port de Djibouti. De leur côté, plusieurs grands commerçants issak opérant à Djibouti ont redéployé leurs activités à partir de Berbera et d’Hargeisa. En effet, la concurrence fiscale avec Djibouti a créé les conditions d’un recentrage au profit du Somaliland, véritable Etat entrepôt, où les perspectives de profit et de réexportations illégales en direction de l’Ethiopie apparaissent meilleures. Ce rééquilibrage n’a pas seulement profité aux infrastructures portuaires et routières réhabilitées avec l’appui de l’Union européenne, mais il a incité des hommes d’affaires à développer des activités de service telles les télécommunications, trois compagnies de téléphone opérant à Hargeisa. L’alimentation en électricité est assurée par plusieurs minicentrales privées qui distribuent du courant à l’échelle d’un quartier. Une production électrique, ingénieusement improvisée à l’aide de moteurs de chars ou de camions russes, fait tourner les générateurs. Quant aux liaisons aériennes, elles sont assurées par la compagnie Dallol qui relie régulièrement Hargeisa à Djibouti, Dire Dawa, Nairobi et Dubaï. Outre les passagers, ces liaisons jouent un rôle essentiel dans l’acheminement de la marchandise en provenance des pays du Golfe et dans celui du khat d’Ethiopie et du Kenya. L’arrivée d’un vol 113 en provenance de Dubaï s’avère toujours haut en couleurs, avec des passagers chargés de multiples bagages et paquets contenant les achats divers effectués dans le plus vaste marché hors taxe du Moyen-Orient.

16Le commerce de contrebande en direction de l’Ethiopie concerne tant les biens de consommation entrant dans le pays que les produits d’exportation : bétail, café et khat. Ainsi, le Somaliland et Djibouti, alors qu’ils ne possèdent sur leur sol ni caféiers ni un nombre de têtes de bétail en suffisance, sont officiellement classés parmi les exportateurs de ces produits qui franchissent frauduleusement la frontière éthiopienne. En sens inverse, bon nombre de produits manufacturés sont acheminés sur les marchés éthiopiens sans que des droits de douane ne soient acquittés. De nombreuses boutiques à Addis-Abeba et dans les grandes villes du pays vendent des vêtements, du matériel électronique et d’autres produits importés « détaxés ». Etant donné le nombre élevé de ces boutiques, ce commerce parallèle offre un moyen de subsistance à une multitude d’intermédiaires et permet à de nombreux Ethiopiens d’acquérir des biens manufacturés importés, autrement inaccessibles à leur niveau de revenu.

  • 18 Ethiopian Herald, 19 janvier 2003.
  • 19 Les prix du transport entre Hartisheik, situé à proximité immédiate de la frontière du Somaliland, (...)
  • 20 Sur les marchés de Dire Dawa et d’Harar, en mars 2003, le sucre était vendu à 440 ETB le quintal, c (...)

17Depuis le dernier trimestre 2002, les autorités éthiopiennes – sous la pression américaine – ont pris des mesures afin de contrôler le trafic frontalier. Officiellement, il s’agit de contrecarrer l’entrée des armes qui entretiennent les conflits intérieurs, tels que la guerre larvée entre Afar et Issa. Il s’agit également d’éviter que cette région faiblement contrôlée ne devienne un lieu de refuge pour des éléments liés à la mouvance Al Qaida. Enfin, les autorités éthiopiennes se font fort de récupérer des taxes douanières en limitant le commerce de contrebande18. Après plusieurs mois de contrôle, le coût du transport a fortement augmenté dans l’est de l’Ethiopie19 et les fréquents accrochages entre la police et les contrebandiers renforcent l’insécurité le long des principaux axes routiers. En mars 2003, les prix de certaines denrées de base telles que l’huile, le sucre et la farine ont, en l’espace de six mois, augmenté de 30 à 70 %20, affectant une population déjà confrontée à une grave crise de subsistance. Quant aux grands commerçants du Somaliland, ils ont perdu une part importante de leurs débouchés.

La place de l’économie parallèle dans une zone déstabilisée

18Les circuits financiers parallèles et la contrebande préexistaient aux divisions actuelles de l’espace somali. En Somalie, il s’agissait à l’origine de stratégies adoptées en vue de contrecarrer les effets du dirigisme économique instauré par le régime du président Siyad Barre. Avec la dislocation de l’Etat dès janvier 1991, les réseaux d’importations parallèles comme les autres sources de gains en devises sont devenus autant d’enjeux stratégiques, et les milices claniques s’affrontent périodiquement dans le but de s’assurer le contrôle de certains marchés, à commencer par ceux du khat et des armes, mais également celui des denrées acheminées par l’aide internationale.

19En raison de l’enchevêtrement entre économie formelle et circuits parallèles, les réseaux qui effectuent ce type de transactions sont très convoités et subissent le plus souvent la mainmise d’officiels ou de militaires de haut rang sur les flux financiers ou la marchandise.

  • 21 François Piguet, op. cit.

20En revanche, au Somaliland, les principaux traders (tycoons) conservent la maîtrise des réseaux commerciaux tout en tenant la dragée haute au personnel politique. Leurs opérations s’effectuent désormais dans un contexte sécurisé. La pacification a redonné aux acteurs civils un rôle de premier plan, quand bien même la situation demeure fragile : les autorités du Somaliland ont clairement opté pour un « Etat minimum » afin de se rallier les principales factions du pays mais aussi, et surtout, par manque de moyens. A l’intérieur du Somaliland, il y a lieu de considérer le coût élevé des transports et le système d’octroi, source principale de financement des pouvoirs locaux grâce aux barrages routiers percevant des taxes douanières intérieures. Ce phénomène n’est pas sans conséquences sur le niveau des prix et surtout sur la vitesse de circulation des marchandises. Il contribue également à promouvoir des pratiques frauduleuses telles que détournements et passe-droits. Par ailleurs, l’Etat somalilandais s’avère toujours incapable d’instituer une base fiscale rationnelle. Avec un budget public estimé à quelque 20 millions de dollars annuels, les difficultés de trésorerie sont chroniques et le niveau de rémunération de la fonction publique demeure largement en deçà du coût de la vie21.

Mobilité des hommes et solidarités familiales élargies

  • 22 La généalogie des lignages et leur articulation dans les sous-clans et clans jouent un rôle central (...)

21L’assistance financière par le biais des remittances constitue une obligation sociale liée à l’organisation de la société clanique somali, où la hiérarchie des lignages et des clans demeure impérative22. En temps de guerre, l’assistance intracommunautaire relève des obligations familiales vis-à-vis des réfugiés apparentés d’une part, des obligations identitaires et politiques par rapport au combat engagé sur une base clanique d’autre part. Par conséquent, les structures communautaires sont à même d’appuyer financièrement le périple des migrants et de contribuer à l’entretien de ceux qui sont en attente. Cette migration internationale intracommunautaire contribue à renforcer les liens au sein d’une entité « ethnique » éclatée entre la région d’origine, souvent déstabilisée, et la diaspora. Dans le même temps, ces déplacements offrent une occasion d’opérer une meilleure répartition du poids de l’assistance parmi les différents segments de la communauté et constituent le vivier dans lequel les réseaux commerciaux se développent.

  • 23 Ce type de contrat peut parfaitement porter sur des dizaines de milliers de dollars.
  • 24 R. Marchal, The Outcomes of US Decision on al-Barakaat, Paris, CERI/CNRS, 2002.

22Dans le monde des affaires somali – y compris les pays de la diaspora -, les réseaux de correspondants et les contrats oraux afférents reposent sur la confiance réciproque. Un tel système contribue à une grande fluidité des transactions23. Ici, plus que les taux d’intérêt ou d’escompte, c’est la réciprocité qui est de mise. Cependant, l’oralité des transactions et l’absence de documents comptables ont récemment valu des déboires aux agences hawilad ; l’agence Al-Barakat en particulier s’est vue nommément accusée d’avoir opéré des transferts au profit de réseaux terroristes24.

23L’élite du Somaliland, qui représente la quasi-totalité du contingent des expatriés insérés dans les structures socio-économiques modernes, perpétue les pratiques de solidarités familiales élargies. Les réseaux commerciaux et le clientélisme deviennent les nouveaux pôles de la recomposition sociale, qui reposent sur des distinctions lignagères. Les acteurs les plus dynamiques sont présents à tous les échelons du marché : dans les circuits du commerce « moderne » respectueux des procédures d’importation et au niveau des importations parallèles (alimentées dans les pays de la Corne de l’Afrique par des femmes, les charchari, qui opèrent à partir des pays du Golfe, voire au-delà). Cette activité de convoyage de la marchandise compte pour beaucoup dans le commerce des biens manufacturés. Si vous désirez acquérir du matériel informatique dernier cri, plusieurs boutiques d’Hargeisa vous permettent de choisir sur catalogue. Ensuite, un correspondant à Dubaï effectuera l’achat et, grâce à un convoyeur, la marchandise parviendra à destination dans un délai d’une semaine.

Une économie de comptoir s’appuyant sur la diaspora

24Durant les années de guerre et au-delà, la promotion sociale a été assurée par la migration, et la majorité de l’élite somalienne a d’ores et déjà intégré ces circuits dans l’espoir d’exercer une activité rémunératrice et d’améliorer ses conditions d’existence. Pour la famille restée au pays, cette situation lui permet de survivre grâce aux apports extérieurs. Aujourd’hui, les difficultés d’assimilation dans les pays d’accueil renforcent les réseaux de la diaspora ; les liens avec le pays d’origine demeurent vivaces dans l’émigration où les règles sociales de la solidarité familiale et clanique subsistent. A noter cependant que l’émigration somalienne est relativement jeune comparativement à de nombreuses autres diasporas et la question demeure ouverte quant à l’attitude de la seconde génération réputée plus distante par rapport au pays d’origine.

25Ainsi, assiste-t-on à une résurgence des structures sociales primaires à tous les niveaux de la filière ? Les effets conjugués de la crise économique et de la guerre entraînent-ils un repli sur les valeurs de la famille, du lignage et du clan ? Le clientélisme qui en découle en est-il renforcé ?

  • 25 S. Gildas, « Des mondes en mouvement », Migrations : la planète en courants, supplément à Libératio (...)

26« Les réseaux de ces diasporas, leur capacité à maîtriser des espaces internationaux, multipolaires, leur plasticité, leur aptitude à se recomposer face aux fluctuations de la conjoncture locale ou internationale, contribuent indiscutablement à alimenter, et souvent même à amplifier, les courants migratoires, réguliers et clandestins. Ainsi, par des chemins plus ou moins opaques circulent en permanence les travailleurs et leurs familles, en même temps que l’information, la marchandise et les capitaux. »25

27Le phénomène « diasporique » a connu une forte extension, comme si la formation des réseaux ethniques transnationaux constituait une réponse à l’instabilité régionale, voire mondiale. Les réseaux des diasporas représentent une véritable stratégie de riposte à la fermeture des frontières qui s’oppose à la libre circulation des hommes. Ces situations répondent aux exigences d’entreprises commerciales « ethniques » en pleine expansion, dont la plupart s’appuient d’abord sur la diaspora et ses filières ethniques. La solidarité contraignante que celles-ci supposent est la source de la cohésion du groupe. Ainsi l’individu redoute une mise à l’écart qui le conduirait à une mise à mort sociale. Il vit dans un état de dépendance également exploité par les mouvements politico-militaires.

28Par ailleurs, d’un point de vue économique, les stratégies qui regroupent les individus à l’échelle du lignage ou du clan constituent une réponse face à la globalisation des échanges de marchandises et de capitaux.

Réhabilitation du Somaliland au sortir d’un long conflit

29L’économie du Somaliland s’est partiellement relevée grâce à la dynamique de la reconstruction des villes en grande partie détruites et à la création de nombreuses entreprises axées sur les activités de négoce et de services. Si les exportations de bétail demeurent l’épine dorsale de l’économie, on constate par ailleurs un effort de remise en culture des terres arables. Dans le district d’Hargeisa, la plupart des fermes d’avant-guerre ont été réhabilitées avec leur système d’irrigation. La production locale de khat est en mesure d’influencer le prix des exportations éthiopiennes, où le khat de basse qualité a vu son prix chuter. Cependant, l’agriculture locale ne peut guère produire au-delà de 20 % des besoins alimentaires hors élevage de la population, et les contraintes externes subsistent. Il s’agit essentiellement des incertitudes climatiques et du manque de savoir-faire des agriculteurs qui supervisent le plus souvent des travailleurs journaliers oromo engagés par les propriétaires somali.

  • 26 Nom vernaculaire de la datte sauvage balamite aegyptae, un buisson endémique dans les régions basse (...)

30Agriculture mise à part, le manque de diversité de la production est en partie lié à des représentations culturelles issues du système des castes et à des interdits quant à l’exercice de certaines activités artisanales considérées comme dégradantes ou impures. Par exemple, le fait que les peaux tannées de qualité doivent être importées, de même que du sel ou encore une partie du miel, démontre à quel point les productions à petite échelle à destination du marché intérieur sont négligées. D’autres produits locaux comme l’encens, la gomme arabique, le henné ou des produits oléagineux comme le kulan26 et la culture du sésame pourraient contribuer à une plus grande diversification de la production. Si ces productions sont susceptibles de satisfaire le marché local, voire au-delà, les perspectives de gains demeurent modestes en comparaison de ceux escomptés par les activités de pur négoce et plus particulièrement d’import-export.

31La forte croissance de la consommation de khat, en milieu urbain principalement, constitue un autre facteur de blocage. Outre les problèmes de santé entraînés par sa consommation, le khat représente une ponction financière considérable sur le revenu des ménages et une sortie importante de ressources en direction de l’Ethiopie et du Kenya. Une part considérable des gains du commerce transfrontalier, dont la balance est particulièrement favorable au Somaliland, est consacrée à l’acquisition de cette drogue douce passée d’une consommation « festive » à une dépendance quotidienne qui affecte toutes les couches sociales. Ainsi, les contrats comme les discussions politiques de la plus haute importance trouvent leur solution au cours d’interminables séances de khat dès la mi-journée, ce qui n’est pas sans conséquences sur le rendement et les horaires de travail.

32Les populations somali, jusqu’ici confinées à l’élevage, au commerce ou à des postes dans la fonction publique, manquent cruellement de savoir-faire relatif aux autres activités productives. Ainsi, agriculture, artisanat et procédés de fabrication divers demeurent l’apanage des castes inférieures ou des Oromo et constituent autant d’opportunités négligées par les Somali. Toutefois, un des effets de la crise somalienne qui perdure depuis plus de deux décennies est l’ébauche du changement des représentations sociales, alors que la précarité économique pousse certains vers une reconversion à des tâches directement productives hors élevage.

Perspectives de crise régionale

  • 27 F. Piguet, Promotion and Support of the Agriculture in Hargeisa Region, Project Proposal to the Eur (...)
  • 28 Les embargos imposés à la suite d’épizooties de fièvre de la vallée du Rift, de février 1998 à mai (...)

33La situation internationale laisse entrevoir des risques de crise susceptibles de remettre en cause la stabilité du Somaliland. Les exportations de bétail, qui drainent la production pastorale régionale, ont été sévèrement affectées par les embargos successifs motivés par des épidémies de fièvre dans la vallée du Rift. En effet, plus de la moitié du cheptel exporté à partir du port de Berbera provient d’un hinterland situé en territoire éthiopien. Institués en février 1998 puis en septembre 2000, les deux embargos ont touché de plein fouet la seconde source de devises du Somaliland : 2,7 millions de têtes exportées en 1997, pour un montant de près de 180 millions de dollars27. A terme, ces mesures sont susceptibles de mettre en péril l’approvisionnement de la région du fait que les exportateurs de bétail avaient pour habitude de retourner environ 80 % de leurs gains sous la forme d’importation de denrées. En 1998, le maintien du niveau de ces importations malgré la baisse du pouvoir d’achat des pasteurs nomades est très certainement en relation avec la guerre erythréo-éthiopienne28. Aujourd’hui, face au second embargo, il est encore malaisé d’en mesurer tous les effets, compte tenu d’un contexte international nouveau et des contrôles institués le long de la frontière éthiopienne.

34La baisse des transferts en numéraire et en nature de la ville vers la campagne affecte très sévèrement l’agriculture irriguée, sans compter que les principales zones de cultures pluviales (districts d’Hargeisa et de Gabileh) sont sujettes aux caprices de la pluviométrie. A Gabileh, par exemple, il s’agit essentiellement d’investissements djiboutiens. Toutefois, il convient de voir que les retours de la diaspora varient selon les clans et certaines minorités, surreprésentées dans les tâches agricoles, en sont même totalement exclues. Ailleurs, nombreux sont ceux qui bénéficiaient des retombées d’un commerce transfrontalier où les camps de réfugiés situés le long de la frontière éthiopienne ont depuis une décennie contribué à une part non négligeable de l’approvisionnement du pays en denrées de base. Aujourd’hui, ce commerce tend à se tarir du fait de la baisse du nombre de réfugiés consécutive aux programmes de rapatriement du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et, plus récemment, des mesures draconiennes de contrôle frontalier instituées par les autorités éthiopiennes.

35L’économie de subsistance à laquelle est réduite la majorité de la population nécessite un recours accru aux petites activités marchandes, afin d’acquérir le minimum nécessaire à la subsistance et à quelques obligations financières (taxes, dépenses sociales). Pour beaucoup d’acteurs aujourd’hui, le commerce informel de détail s’inscrit dans des stratégies de pluriactivité où une part importante de la famille investit du temps. Pour de nombreux habitants, l’entrée dans l’informel constitue une stratégie de survie, liée à la rapide réurbanisation du Somaliland. En particulier, le microcommerce assure la divisibilité de la marchandise, qui permet à la majorité de la population pauvre d’acquérir sa subsistance au jour le jour.

36De leur côté, les grands commerçants usent des liens lignagers pour étendre leur réseau international d’action, mais cette captation des richesses sociales de la communauté ne s’opère jamais au profit d’un seul. La famille, le sous-clan en bénéficient ipso facto. Les groupes politiques prennent également part à ces réseaux par souci de préserver certains intérêts politiques et de tirer parti de ces sources de gain. Par ailleurs, l’assistance intracommunautaire et l’aide humanitaire, comme l’argent engagé par les services de coopération au développement, sont ainsi appelées à participer à l’effort de reconstruction. Toutefois, des détournements pour usage privé ne sont pas rares.

  • 29 Les embargos ont mis fin au système de troc qui permettait aux éleveurs d’être payés directement en (...)
  • 30 Malgré une certaine détente sur le marché des exportations de bétail perceptible depuis le mois d’o (...)

37Hors des centres urbains et de la frontière éthiopienne, les blocages d’une économie basée sur l’élevage ont pour conséquence une dégradation des termes de l’échange, tant pour le cheptel d’exportation que pour celui dévolu à la consommation locale29. Jusqu’en 1998, de nombreux intermédiaires dans le commerce du bétail d’exportation (dillali, jeeble, etc.), de même que les grands commerçants, importateurs de denrées, ont largement eu recours au troc « bétail contre denrées », qui garantit des termes de l’échange relativement plus favorables à l’éleveur. A la suite de l’embargo, ces échanges ont été brusquement monétisés, renforçant du même coup la vulnérabilité des « producteurs » qui ne disposent guère de réserves en numéraire et voient les termes de l’échange bétail-céréales se dégrader30. Par ailleurs, à la suite des rapatriements opérés par le HCR et des contrôles institués par les autorités éthiopiennes, le commerce régional à partir des camps, tel Hartisheikh, a fortement régressé. Le pays a été ainsi privé d’un approvisionnement en denrées de base bon marché, particulièrement la zone agropastorale frontière qui avait largement bénéficié de ce trafic jusqu’ici.

***

38Le retour aux frontières coloniales et la création de l’Etat somalilandais, toujours à la recherche d’une reconnaissance internationale, offrent toutefois un cadre institutionnel à une économie régionale très active. Celle-ci repose sur trois piliers : les exportations de bétail, les transferts de fonds de l’étranger ou remittances, et la réexportation de biens manufacturés, acquis sur le marché détaxé de Dubaï pour la plupart. Ainsi, le Somaliland est devenu un véritable Etat entrepôt qui redistribue légalement ou non des biens manufacturés dans la sous-région. Négoce et contrebande ont suscité la création d’entreprises très actives au sein d’une toile de relations commerciales mondialisées, lesquelles s’appuient à la fois sur la diaspora, l’élite commerciale du pays et, au-delà, les éleveurs nomades convoyeurs et gardiens de la tradition. Malgré la forte inégalité des gains et des positions sociales acquis, les réseaux économiques ainsi structurés sont encore largement empreints de la sociabilité traditionnelle des sociétés de pasteurs nomades, bien que s’appuyant en priorité sur un clientélisme clanique. Ces entreprises commerciales font preuve d’une extrême flexibilité. L’anticipation et l’exploitation des occasions liées aux différentiels de prix constituent une forme originale d’adaptation à la modernité. Ainsi, les longues après-midi de palabres agrémentées de khat sont souvent à l’origine de plans commerciaux audacieux et en matière de politique, elles tiennent lieu de salle des pas perdus. La construction de cet Etat minimum au sein duquel prospèrent les entreprises commerciales doit également beaucoup à la société pastorale. Grâce à des emprunts à la tradition, les chefs de clan et les anciens ont pleinement retrouvé leur rôle de modérateurs au point d’avoir marginalisé une partie du personnel politique issue du mouvement armé de libération. Toutefois, l’édifice demeure fragile et la relative prospérité du Somaliland est toujours avant tout tributaire de la conjoncture économique internationale et d’une relative stabilité politique et économique régionale, notamment en Ethiopie, principal hinterland de l’économie somalilandaise. Les menaces que laisse planer la déstabilisation chronique qui affecte le reste de la Somalie sont elles aussi à prendre en compte.

Bibliographie

Ambroso G., The Somali Clan System : An Introduction to Somali Society and History, draft, Jijiga Office, Ethiopia, UNHCR, 1999.

Bryden M., Report on Mission to Somaliland, Addis Ababa, UN-EUE, December 1994.

Frushone J., Somaliland, Welcome Home to Nothing : Refugees Repatriate to a Forgotten Somaliland, US Committee for Refugees, December 2001.

Geshekter Ch., « Entrepreneurs, Livestock, and Politics : British Somaliland 1920-1950 », Entreprises et entrepreneurs en Afrique (xixe et xxe siècles), tome I, Paris, L’Harmattan, 1983, pp. 265-283.

Gildas S., « Des mondes en mouvement », Migrations : la planète en courants, supplément à Libération, n° 3136, 22 juin 1991.

Grignon F., « “Touche pas à mon khat”. Rivalités méru-somali autour d’un commerce en pleine expansion », Politique africaine, n° 73, mars 1999, pp. 177-185.

Hélène J., « Le Somaliland tente d’oublier la guerre et de sortir de son isolement », Le Monde, 3 juillet 1997.

IRIN (Integrated Regional Information Networks), Somalia : A Question of Recognition, IRIN Special, October 7, 2001.

Little P., The Global Dimensions of Cross-border Trade in the Somalia Borderlands, paper prepared for the OSSREA, Sixth Congress on Globalisation, Democracy and Development in Africa : Future Prospects, Dar es Salaam, 24-28 April 2000.

Marchal R., « La Somalie, nouvelle cible de “Justice illimitée” ? », Politique africaine, n° 84, décembre 2001.

—, Le Somaliland entre construction et reconstruction de l’Etat, Paris, CERI/CNRS, 2001.

—, The Outcomes of US Decision on al-Barakaat, Paris, CERI-CNRS, 2002.

Mbembe A., De la postcolonie. Essai sur l’imagination politique dans l’Afrique contemporaine, coll. Les Afriques, Paris, Karthala, 2000.

Miller N.N., « The Other Somalia », Horn of Africa, vol. 5, n° 3, 1982, pp. 3-19.

Pérouse de Montclos M.-A., Migrations forcées et urbanisation, Les Dossiers du CEPED, n° 63, Paris, CEPED (Centre français sur la population et le développement), 2001.

Piguet F., « Corruption, détournements et captation du pouvoir au Somaliland », in Blundo G. (dir.), Monnayer les pouvoirs. Espaces, mécanismes et représentations de la corruption, Nouveaux Cahiers de 123 l’iuéd, n° 9, Genève, iuéd ; Paris, PUF, 2000, pp. 269-283.

—, « Les filières des migrants et réfugiés du Somaliland (N.-O. de la

Somalie) », in Bocco R., Djalili M.-R. (dir), Moyen-Orient : migrations, démocratisation, médiation, Paris, IUHEI/PUF, 1994, pp. 41-62.

—, Promotion and Support of the Agriculture in Hargeisa Région, Project Proposal to the European Commission – Somalia Unit, within the programme Strengthening of Food Security through Decentralised Cooperation in North-West Somalia/Somaliland, submitted by Caritas Spain with Caritas Switzerland as implementing NGO, Nairobi, February 1999, 17 p.

Prunier G., Somaliland : Birth of a Nation, draft, 1994.

—, « Somaliland, le pays qui n’existe pas », Le Monde diplomatique,

octobre 1997, p. 18.

Spencer P., The Pastoral Continuum : The Marginalisation of Tradition in East Africa, Oxford, Oxford University Press, 1998.

Tuquoi J.-P., « La République autoproclamée du Somaliland en proie aux dissidences ethniques », Le Monde, 12 août 1995.

Turner M., « Somaliland. Renaissance d’une terre oubliée », Courrier international, n° 450, juin 1999, p. 34.

UN-OCHA, A Study on Minorities in Somalia, ReliefWeb, OCHA, August 1, 2002.

—, Internally Displaced Persons, report on Somalia 1, UN-OCHA, August 1, 2002.

Waller R., « Ecology, Migration and Expansion », African Affairs, n° 84, 1985, pp. 347-370.

Notes

1 MNS/SNM, à dominante issak (la principale confédération clanique du Nord).

2 Nom de la confédération clanique dominante, présente du nord au sud de l’espace somali avec notamment les clans Ogadeni (Ethiopie et Kenya), les Majertein (Puntland) et d’autres clans non affiliés, Dolbahante et Warsangali (Somaliland) ainsi que les Marehan, le clan de l’ancien président Siyad Barre.

3 La grande majorité des Somali appartient à l’une ou l’autre des confréries de l’ordre soufi, principal mouvement mystique de l’islam : Ahmidiya, Dandarawiya, Qadiriya, Rifaiyah, Salihiya.

4 D’une superficie de 176’120 kilomètres carrés, l’ancienne colonie britannique du Somaliland comptait une population de 450’000 habitants en 1960. Celle-ci est actuellement évaluée entre 2 et 2,5 millions d’habitants, sans compter environ un million de Somali originaires du Nord établis à l’extérieur du territoire.

5 Flux financiers consécutifs à l’interdiction en 1982 des opérations dites du franco valuta – auxquelles la communauté issak expatriée contribuait largement. Dans les années 1980, on comptait environ 300’000 travailleurs immigrés somaliens dans les pays du Golfe, dont la moitié en provenance du Nord. Les importations de marchandises en Somalie offrent la possibilité de rapatrier indirectement les bénéfices des exportateurs et l’épargne des travailleurs émigrés. Le système franco valuta permet d’importer des biens sans que la transaction nécessite une sortie de devises du pays. Des commerçants détiennent des devises, notamment les exportateurs de bétail qui sous-facturent les transactions et ont pris l’habitude de conserver une partie de leurs recettes d’exportation à l’étranger. Par ailleurs, ces commerçants sont également en mesure de se procurer des devises sur le marché parallèle et en collectent auprès des Somaliens qui travaillent à l’étranger. L’argent ainsi récolté est investi dans les importations les plus variées, et la contrepartie en shillings somali versée aux familles restées dans le pays est issue du produit de la vente de ces marchandises. Ce système d’échanges commerciaux « gris », né de l’écart croissant entre le taux de change officiel du shilling somalien par rapport au taux du marché parallèle a connu un développement considérable. Cf. N.N. Miller, « The Other Somalia », Horn of Africa, vol. 5, n° 3, 1982, pp. 3-19.

6 Capitale du Somaliland, fondée par Sheikh Madar, chef d’un établissement de la confrérie Qadiriya. La ville est située à un carrefour sur la route caravanière menant de l’Ogaden aux ports de la côte du golfe d’Aden. Hargeisa est devenue le siège de l’administration britannique en 1942.

7 Voir M.-A. Pérouse de Montclos, Migrations forcées et urbanisation, Les Dossiers du CEPED, n° 63, Paris, CEPED (Centre français sur la population et le développement), 2001.

8 Les combats acharnés qui ont opposé Habr Awal et Habr Yunis, deux clans issak rivaux, ont ravagé à plusieurs reprises les villes de Berbera, Burao et Hargeisa, et entraîné un nouvel exode de la population civile.

9 M.-A. Pérouse de Montclos, op. cit.

10 M. Turner, « Somaliland. Renaissance d’une terre oubliée », Courrier international, n° 450, juin 1999, p. 34.

11 Président du Somaliland de 1993 à son décès, le 3 mai 2002.

12 M. Turner, op. cit.

13 Chiffres maxima évoqués par le Dr Ismael Ibrahim Ahmed, « First Conference on Reconstruction Strategies and the Challenge beyond Rehabilitation », 20 octobre-1er novembre 1998.

14 La seconde agence de transferts financiers après Al-Barakat, opérant dans le sud de la Somalie.

15 M.-A. Pérouse de Montclos, op. cit.

16 Le « khat » ou « qat » (catha edulis), plante narcotique très en vogue dans la Corne de l’Afrique et au Yémen. L’Ethiopie, le Kenya et le Yémen en sont les principaux producteurs et exportateurs.

17 F. Grignon, « “Touche pas à mon khat”. Rivalités méru-somali autour d’un commerce en pleine expansion », Politique africaine, n° 73, mars 1999, pp. 177-185 ; F. Piguet, « Corruption, détournements et captation du pouvoir au Somaliland », in Monnayer les pouvoirs. Espaces, mécanismes et représentations de la corruption, G. Blundo (dir.), Nouveaux Cahiers de l’iuéd, n° 9, Genève, iuéd ; Paris, PUF, 2000, pp. 269-283.

18 Ethiopian Herald, 19 janvier 2003.

19 Les prix du transport entre Hartisheik, situé à proximité immédiate de la frontière du Somaliland, et les villes d’Harar et de Dire Dawa ont explosé, passant de 70 ou 80 ETB (birrs) à 400 ou 500 ETB pour environ 50 kilogrammes de marchandise, cela en raison de la multiplication des intermédiaires et des transbordements.

20 Sur les marchés de Dire Dawa et d’Harar, en mars 2003, le sucre était vendu à 440 ETB le quintal, contre 340 ETB six mois auparavant (+29,4 %), l’huile atteignant le prix de 185 à 190 ETB le jerrycan de 20 litres, contre 110 ETB six mois auparavant (+72,7 %). Enfin, la farine de blé était vendue 160 ETB le quintal, contre 120 ETB six mois plus tôt (+33,3 %). Compte tenu de la forte volatilité des prix, la farine de blé peut atteindre momentanément le prix de 200 ETB (change moyen : 6.5 ETB pour 1 franc suisse, 8.5 ETB pour 1 dollar).

21 François Piguet, op. cit.

22 La généalogie des lignages et leur articulation dans les sous-clans et clans jouent un rôle central dans les relations sociales à l’intérieur comme à l’extérieur des lignages, bien qu’elles reposent largement sur une fiction construite. La tradition orale relatant l’histoire de Semale, récit éponyme pour les Somali, constitue un récit fondateur qui participe à l’imposition d’une hiérarchie des clans et à leur identité.

23 Ce type de contrat peut parfaitement porter sur des dizaines de milliers de dollars.

24 R. Marchal, The Outcomes of US Decision on al-Barakaat, Paris, CERI/CNRS, 2002.

25 S. Gildas, « Des mondes en mouvement », Migrations : la planète en courants, supplément à Libération, n° 3136, 22 juin 1991, p. 4.

26 Nom vernaculaire de la datte sauvage balamite aegyptae, un buisson endémique dans les régions basses et côtières du pays. Outre un fourrage ligneux très prisé des camelins, la datte sauvage est consommée sous différentes formes et constitue un excellent produit oléagineux.

27 F. Piguet, Promotion and Support of the Agriculture in Hargeisa Region, Project Proposal to the European Commission – Somalia Unit, within the programme Strengthening of Food Security through Decentralised co-operation in North-West Somalia/Somaliland, submitted by Caritas Spain with Caritas Switzerland as implementing NGO, Nairobi, February 1999, 17 p.

28 Les embargos imposés à la suite d’épizooties de fièvre de la vallée du Rift, de février 1998 à mai 1999, puis de septembre 2001 et à ce jour seulement partiellement levé par les autorités yéménites, sont également à mettre en relation avec les investissements saoudiens dans des ranches en Argentine, en Australie et en Nouvelle Zélande.

29 Les embargos ont mis fin au système de troc qui permettait aux éleveurs d’être payés directement en denrées. Désormais, ils sont soumis aux prix du marché caractérisés par une tendance longue de chute des prix du cheptel, alors que les prix des denrées de base demeurent stables ou augmentent.

30 Malgré une certaine détente sur le marché des exportations de bétail perceptible depuis le mois d’octobre 2002, il semble que la situation demeure bloquée en ce qui concerne l’Arabie saoudite et, comme chaque année, des rumeurs concernant une levée de l’embargo s’amplifient à l’approche des mois de ramadan et du hadj, qui concentrent quelque 40 % des exportations en l’espace d’un trimestre.

Auteur

Economiste; chercheur associé à l’Institut universitaire d’études du développement (Genève).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable