Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Côté jardin, côté cour

 | 
Laurent Monnier
, 
Yvan Droz

Propos

Laurent Monnier et Yvan Droz

Texte intégral

1

Points d’appui
L’Afrique moderne : entre cour et jardin

Points d’appuiL’Afrique moderne : entre cour et jardin

Eric Morier-Genoud

2Du 6 au 8 février 2003 s’est tenu à Genève un colloque organisé par l’iuéd et la SSEA (Société suisse d’études africaines), dont la thématique, Côté jardin, côté cour. Regards pluriels sur l’économie actuelle de la « maison africaine », s’articulait autour de l’interrogation : « Comment penser la sociabilité en Afrique aujourd’hui ? » En introduction au thème, Laurent Monnier et Yvan Droz proposaient une courte problématique, partiellement reprise dans leur essai qui ouvre le Cahier dans la rubrique Lignes, alors que les huit autres contributions regroupées dans Lignes ont toutes fait l’objet d’une présentation au colloque de février 2003.

3L’inspirateur du thème Côté jardin, côté cour est l’écrivain congolais Tchicaya U Tam’si, dont le roman Ces fruits si doux de l’arbre à pain se lit comme la chronique d’une famille bourgeoise à Brazzaville peu après l’indépendance. Conçue comme une mise en scène de l’élite politique congolaise, cette histoire nous fait voir le monde, les hommes et les choses à partir d’un double site d’observation : le côté jardin, où l’action se déroule dans la transparence, et le côté cour, réservé aux initiés. Le recours au roman pour appréhender les figures du pouvoir dans les sociétés africaines et cerner la complexité du politique, en particulier dans ses liens avec le religieux, se transforme en parcours initiatique. En l’occurrence, l’auteur congolais est un médiateur entre les cultures. Son roman est un « objet interculturel », produit de la culture occidentale qui « informe » sur le fonctionnement de la société congolaise. L’interrogation avec laquelle le narrateur omniscient achève son récit, « Etait-ce un monde à l’envers ? », est aussi celle adoptée par les éditeurs de ce Cahier. Ils rejoignent également l’incertitude de Tchicaya U Tam’si lorsque l’on cherche à expliquer la nature des phénomènes abordés. La contribution de Laurent Monnier et d’Yvan Droz introduit le thème du Cahier par une courte étude sur l’ambivalence des acteurs politiques, selon qu’on les observe côté jardin ou côté cour, sur l’histoire de l’économie « informelle » et sur la migration comme métaphore de la trajectoire humaine. L’argumentation s’appuie sur leurs propres recherches au Congo (RDC) et au Kenya.

4Prenant prétexte de l’affrontement factionnel que provoque l’élection présidentielle au Bénin, Théophile Vittin nous fournit une chronique savoureuse sur l’art d’administrer « la maison Bénin » et explique les logiques du politique en opposant la vitrine démocratique du modèle que l’on observe côté jardin à la cuisine interne de son côté cour. Il décrit les mécanismes du système qu’elles impliquent, les imaginaires ou encore les registres magico-religieux qu’elles mobilisent. La prédation de l’Etat, relève l’auteur, assure un avantage certain au chef de l’Etat en place, car la redistribution ne touche que les partisans ou les clients de la faction présidentielle au détriment des autres. Dès lors, Théophile Vittin s’interroge : « Jusqu’à quand continuera-t-on à raisonner comme ce ministre justifiant en aparté la manducation et autres pratiques particularistes par le fait que “quand tout le monde marche sur la tête dans un pays, il est inutile de vouloir jouer au sot en marchant sur les deux pieds” ? »

5C’est par la description d’une maison située dans un vieux quartier de Ouagadougou et de ses habitants, dont il fut le familier pendant de longues années, que Sylvain Froidevaux aborde le thème de la sociabilité. A la mort du patriarche, maître de la maison, de sérieuses rivalités surgissent autour de l’héritage. La « maison » se donne à voir comme un microcosme articulé au macrocosme qui l’entoure, la société et l’Etat. L’anthropologue suggère un parallèle entre la pratique politique au niveau des familles et des clans et celle concernant les factions pour le contrôle de l’Etat. L’affrontement des factions semble toujours déboucher sur une réconciliation comme, à l’inverse, l’entente entre factions n’est jamais définitive. Par ailleurs, face aux carences de l’Etat dans les politiques publiques, une sociabilité urbaine se reconstruit au moyen d’une dynamique associative ou par le détournement de la loi. S’agit-il là d’une sociabilité « à l’envers » ou négative ? s’interroge Sylvain Froidevaux, qui lui préférerait l’épithète de sociabilité « subversive » dans la mesure où elle « serait l’expression d’une contestation symbolique de l’autorité de l’Etat ».

6Sandra Bornand étudie les relations entre les griots (jasare) et les nobles dans les sociétés zarma au Niger. Traditionnellement, le besoin d’ostentation des nobles les conduisait à entretenir des griots pour célébrer leurs exploits. Cette sociabilité particulière n’a pas disparu. Avec le déclin de la noblesse, les griots ont continué à servir tous ceux qui prétendent assumer une position dominante dans la société moderne et démocratique, où la médiatisation et la théâtralisation du pouvoir demeurent des gages de succès dans la compétition factionnelle. L’idéologie de l’ostentation est au cœur des valeurs qui fondent les relations des populations zarma avec leurs élites. Ainsi, des hommes politiques contemporains semblent de plus en plus attirés par la charge de chef de canton de leur région d’origine. Le jasare n’est donc pas un « simple » amuseur public, mais un instrument du pouvoir : il est celui par qui se construit le prestige d’un individu, car l’art de la parole – lorsqu’elle est articulée par une voix de maître – devient une force. Pour Sandra Bornand, la revalorisation du pouvoir traditionnel n’est donc pas incompatible avec la modernité. En effet, la compréhension des phénomènes dits traditionnels est une clé pour déchiffrer les enjeux politiques d’aujourd’hui.

7Le Somaliland existe comme Etat, et pourtant il n’est pas reconnu par la communauté internationale : cette ancienne colonie britannique, intégrée à la Somalie lors de la décolonisation, a acquis de facto son indépendance à la suite d’une décennie de guerre civile (198-1991). Comme le relève François Piguet, cet Etat, bien que fragile, résulte d’une entente entre des chefs de clan et des traders ayant conservé le contrôle de réseaux commerciaux d’exportation du bétail. Ils s’appuient surtout sur d’importantes diasporas pourvoyeuses de moyens financiers grâce aux transferts internationaux : « un système qui repose entièrement sur la confiance et l’usage des moyens de télécommunication modernes ». L’économie locale demeure tributaire du pastoralisme et les réseaux économiques sont largement réglés par des pratiques de clientélisme clanique propres aux sociétés nomades. Le Somaliland s’est transformé en entrepôt, grand réservoir de biens de consommation modernes, acquis sur les marchés « hors taxe » des pays du Golfe et réexportés légalement ou non vers des pays voisins. Cette stabilité du Somaliland, estime François Piguet, pourrait toujours être remise en cause par les aléas de la conjoncture internationale et la menace de reprise d’une crise régionale : exportations de bétail sévèrement freinées par des embargos sous prétexte d’épizooties, contrôles plus drastiques des frontières, dégradation des termes de l’échange, déstabilisation résultant du chaos qui prévaut en Somalie voisine. Mais le commerce à longue distance est antérieur aux frontières coloniales et les rapports de confiance qui lient tous les partenaires de la chaîne commerciale sont tributaires d’une sociabilité séculaire, qui protège des incertitudes conjoncturelles de la mondialisation dans l’espace postcolonial de la Corne de l’Afrique en voie de restructuration.

8Dans la même ligne, Mahaman Tidjani Alou montre que certains réseaux marchands se sont développés au Niger sous la forme de convois afin de contourner les mesures de contrôle douanier imposées par les institutions monétaires internationales pour lutter contre la fraude. L’économie « informelle » ne se laisse guère dompter, car les marchands n’ont jamais ressenti le besoin de « formaliser » leurs activités commerciales. Au quotidien, les convois relèvent d’une sociabilité traditionnelle fortement personnalisée, impliquant la corruption, qui fonctionne – aujourd’hui comme hier – dans le cadre de relations de confiance palliant les inconvénients conjoncturels de la mondialisation. Les chefs de convoi ne sont pas des inconnus, mais des commerçants qui ont accumulé un important capital social tout au long de leur carrière. Les convois reposent donc sur une économie institutionnelle structurée, fortement intégrée dans les dynamiques actuelles de la mondialisation ; ils participent à la constitution d’un nouveau circuit commercial, du Niger à la Péninsule arabique, qui s’est substitué au réseau néocolonial orienté vers l’Europe.

9Les aventures de Nestor Lepina et de son projet d’implantation d’élevage bovin dans sa région d’origine, relatées par Lay Tshiala, se situent dans le contexte de la réhabilitation économique d’une région rurale du Congo à la suite d’une rébellion dont la dimension messianique exprimait les attentes déçues des populations rurales trois ans après l’indépendance. L’armée congolaise de Mobutu, appuyée par l’Occident, avait alors réprimé cette rébellion, et des projets de coopération avaient été lancés à partir de la Belgique et de l’Europe en vue de contribuer au développement de la région, dont les populations avaient été durablement traumatisées. Cette situation explique sans doute la facilité avec laquelle une « grande peur », celle d’être enlevé par le Blanc mutumbula (ou le Noir à la solde de ce dernier), hanta à cette époque toute la population du doyenné rural de Mateko. Selon les rumeurs, ce personnage mythique capturait des indigènes à la tombée de la nuit et les transportait dans un camion fermé vers un lieu secret où ils étaient transformés en vaches pour être ensuite mangés. Dès lors, la croyance se répandit également que certaines vaches étaient le résultat de cette transformation, plongeant dans la perplexité ceux qui les avaient acquises. Comme le relève Lay Tshiala, la sociabilité au village implique que chacun s’interroge sur les événements de la vie quotidienne, afin d’en identifier les signes ou les présages qui permettront de régler ensuite son propre comportement. Mais cette interrogation n’est pas toujours concluante, car on ne peut se fier aux seules apparences ! Le désenchantement que provoqua l’indépendance, puisqu’elle n’avait profité qu’à une minorité, et les divisions exacerbées lors de la guerre civile contribuèrent à amplifier l’imaginaire inquiet de toute une population. C’est ainsi que Nestor Lepina passa pour être lui-même un de ces Noirs à la solde des Blancs, ce qui lui valut le surnom de Mundel a bangoma (le « Blanc des vaches »). Il subit alors une véritable persécution de la part des siens. Cela n’empêcha pas que deux décennies plus tard l’élevage bovin se soit répandu avec succès dans toute la région et que la viande de vache soit très prisée à l’occasion des fêtes.

10Jules Bagalwa Mapatano décrit le fonctionnement de tontines de femmes congolaises immigrées en Suisse. En étudiant ces associations mutuelles d’épargne et de crédit très populaires au Congo, il tente d’évaluer les conséquences de l’exil sur la condition de la femme congolaise. Au Congo, le modèle patriarcal assigne en principe un rôle de subordonnée à la femme au sein du couple. En Suisse, comme au Congo, les femmes s’organisent en tontines pour accéder au crédit, étant donné les difficultés et les frais qu’impose l’accès aux banques. De plus, la confiance qui procède de relations personnalisées est un élément essentiel du fonctionnement de la tontine (likelemba), car les partenaires décident de verser à périodes fixes (par exemple chaque mois) une somme d’argent et la totalité des sommes est redistribuée à tour de rôle à chacune des personnes associées. Entrer dans une tontine, c’est donc se forcer soi-même à l’épargne, car il faut verser périodiquement la cotisation due. Dans la tradition communautaire, la dimension sacrée de la tontine était suffisante pour exclure tout manquement. En Suisse, les partenaires paraissent accorder une grande importance à la personnalité et au charisme de la personne choisie comme responsable de la tontine, la Mama Likelemba. C’est souvent elle qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de la tontine, dans le choix des membres comme personnes de confiance, etc., assumant ainsi un rôle de leader social. Par ailleurs, il semble que non seulement la possession d’un permis de séjour durable, mais aussi l’exercice d’un emploi stable et rémunéré soient des critères implicites ouvrant l’accès à la tontine. Comme on le voit, les critères qui définissent le profil de la personne de confiance varient du contexte congolais au contexte helvétique. L’argent des tontines est utilisé pour réaliser un achat ou un investissement, ici ou au Congo. Il peut aussi contribuer à la survie familiale, tout en maintenant des liens sociaux avec des compatriotes. Sur la base des cas abordés, il semble cependant difficile de tirer un bilan du fonctionnement des tontines de Congolaises en Suisse. Chaque likelemba se donne ses propres règles pour répondre aux besoins des associées, au sein des réseaux de sociabilité auxquels elles appartiennent, et qui peuvent être différenciés. Alors qu’au Congo ces pratiques féminines d’auto-organisation s’inscrivent souvent dans une division sexuelle des tâches, en Suisse, elles se mettent en place en étroite négociation avec les époux, qui ont compris les avantages communs que les couples peuvent tirer des actions entreprises grâce aux tontines.

11Till Förster nous rappelle que les théories relatives à la mondialisation n’ont pas seulement une étendue globale au niveau macrosociologique ; leurs affirmations quant aux pratiques individuelles et collectives prétendent aussi à une certaine universalité. Or, ces affirmations se fondent sur des présupposés peu problématisés, difficiles à vérifier ou à infirmer empiriquement. L’accélération du temps, la compression de l’espace, l’imbrication des horizons d’action sont invoquées comme des caractéristiques de la mondialisation, mais on ne sait pas dans quelle mesure cette dernière se distingue de processus antérieurs de changement social. Partant des pratiques d’acteurs individuels et sociaux, et montrant quelles options ils choisissent, rejettent ou ignorent, l’auteur montre comment les caractéristiques de la mondialisation peuvent être soumises à une vérification empirique de type ethnologique.

12Les deux articles qui figurent dans la rubrique Débats développent et complètent les contributions qu’ils sont censés commenter. Prenant prétexte des recherches empiriques présentées sur les pratiques commerciales au Somaliland et au Niger, Jean-Michel Servet montre qu’au-delà de leur diversité, contrebande dans un cas et corruption dans l’autre, « la construction de la confiance s’appuie sur la dette ». Les transactions commerciales donnent parfois l’illusion d’un anonymat du marché, lorsqu’il s’agit d’un contrat liant deux parties, alors qu’en fait les relations de dette et de paiement ne sont pas autonomes les unes des autres mais s’inscrivent dans une totalité sociale, où les liens personnels sont bien réels mais occultés par l’idéologie de l’individualisme, surtout lorsque l’approche est macroéconomique.

13Par sa défense de l’approche contextuelle, Gilles Séraphin ne fait que mettre en valeur la pertinence des articles de Lay Tshiala et de Jules Bagalwa Mapatano. En effet, la chronique sur le phénomène mutumbula s’apparente à une histoire, où le chercheur laisse transparaître sa posture de témoin, et l’étude sur les tontines de Congolaises en Suisse n’a pas la prétention d’être autre chose qu’une étude de cas, l’auteur reprenant les informations recueillies au cours des entretiens ; chacun d’entre eux se situe ainsi dans le contexte de la trajectoire vécue par la personne interrogée.

14Ce Cahier donne ensuite la Parole à Gauthier de Villers, bon connaisseur de la littérature consacrée à la notion d’informel, pour une mise au point bienvenue. Gauthier de Villers constate que l’observation des phénomènes informels dans leur contexte particulier peut susciter des lectures fortement opposées des « évolutions africaines », au point qu’il serait vain de tenter une explication qui procéderait par confrontation d’analyses particulières qui elles, suggère-t-il, pourraient être classées en deux catégories : celles qui recourent à la notion d’informel pour mettre en évidence l’évolution positive de telle ou telle société africaine, et celles qui, au contraire, mettent en exergue leur dérive dans la violence ou l’arbitraire. En effet, « l’informalisation est en soi un processus ambivalent », dit-il, et – pourrait-on ajouter – l’explication doit tenir compte à la fois du contexte et du regard de l’observateur. Dès lors, n’est-il pas superflu de vouloir adopter « un point de vue global » qui ne serait qu’une analyse particulière de plus à ranger dans l’une des deux catégories retenues ? Comme le suggère Jean-Michel Servet, l’observation est toujours différente selon que l’échelle est micro ou macro. Dès lors, ne serait-ce pas le poste d’observation « global » qui serait surdéterminant dans la qualification des phénomènes observés ? Le débat est ouvert.

15Enfin, comme à chaque livraison, le Cahier se clôt avec des Points d’appui qu’Eric Morier-Genoud inscrit résolument dans le cadre de l’Afrique moderne : il identifie chez la majorité des auteurs qu’il a recensés « une progression “paradoxale” de la modernité, […] jouée, construite et négociée chaque jour, à tous les niveaux ». Cette appréciation nous semble également rendre compte des contributions qui composent l’ensemble de ce Cahier.

Table des illustrations

Titre Points d’appuiL’Afrique moderne : entre cour et jardin
Crédits Eric Morier-Genoud
URL http://books.openedition.org/iheid/docannexe/image/2366/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteurs

Politologue; chargé de cours à l’Institut universitaire d’études du développement (Genève).

Anthropologue; chargé de cours et directeur adjoint chargé de la recherche à l’Institut universitaire d’études du développement (Genève).

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable