Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

Conclusion. La débâcle du communisme

Texte intégral

« Probablement un régime de parti monopolistique serait menacé de mort s’il était affecté, corrompu, par l’esprit démocratique du compromis »
Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965, p. 87

1La démocratie se lève-t-elle à l’Est ? Il y a deux ans, au début de 1988, la question aurait semblé incongrue. L’ère de Mikhail Gorbatchev avait certes déjà commencé en URSS, le régime Kádár en Hongrie était, lui, à bout de souffle et quelques signes annonciateurs de changement étaient apparus à l’horizon du régime Jaruzelski en Pologne. Mais de régime pluraliste, démocratique ou « semi-démocratique » comme il est d’usage de dire à propos de la Pologne depuis les élections de 1989 et la formation du gouvernement de Mazowiecki, il n’était pas question, si ce ne fut au fond des âmes. Libérés certes de prison à fin 1986 (ou même avant), les dirigeants de l’opposition polonaise n’entraient pas dans le jeu politique. Les négociations avec le gouvernement en vue de franchir le premier cap vers la liberté n’étaient pas sérieusement envisagées avant l’échec du référendum lancé par le POUP fin novembre 1987 et les grèves d’avril-mai 1988. L’on peut retenir comme date significative le tournant du 31 août 1988, date de la rencontre entre Lech Walesa et le ministre de l’intérieur C. Kiszczak où le projet de réunir le pouvoir et l’opposition autour d’une « table ronde » avait été lancé. Presque jour pour jour, un an plus tard, le 12 septembre 1989, Tadeusz Mazowiecki présenta au Parlement polonais le premier gouvernement depuis 40 ans en Europe de l’Est présidé par un catholique du mouvement Solidarité, et dans lequel le parti communiste n’occupe que quatre fauteuils sur 24 avec, en plus, un des quatre postes de vice-premier ministre.

2La chronologie des événements en Hongrie n’est pas très différente malgré les décalages et les dissimilitudes structurelles entre les deux pays. Retenons-en ici seulement le fait, non sans importance, que la séparation entre la société civile et le pouvoir de l’Etat-Parti avait été moins prononcée en Hongrie et que le régime Kádár avait joui d’une plus grande confiance que celui du général Jaruzelski, pour ne pas dire plus. Nonobstant, les signes de désagrégation du pouvoir monolithique apparurent en Hongrie à peu de chose près en même temps qu’en Pologne. La liberté de presse, l’élan d’émancipation de la société civile sous forme d’associations et d’actions sociales avaient pris une ampleur sans précédent dès 1987 et, comme en Pologne, l’année suivante s’est avérée le moment d’un tournant plus clair et selon toute probabilité décisif dans la marche vers la démocratie. En deux mots, pour les développer ensuite : c’était l’année de la mort politique de János Kádár suivie, un an après, en mai 1989, par son élimination définitive (et sa mort en juillet) ainsi que par la réhabilitation d’Imre Nagy, la révision totale du jugement officiel sur la révolution de 1956 et, pour finir, l’amorce du démantèlement du système de parti unique.

3Il restait certes, une multitude de décisions à prendre et de faits à accomplir pour en arriver aux élections libres prévues pour 1990, et à la formation d’un gouvernement issu de ces élections. Il restait aussi – et sur ce plan-là la Pologne n’est guère plus avancée – toute l’incertitude qui plane sur l’avenir en ce qui concerne la grave crise économique, les relations avec l’Union soviétique et les autres pays du Pacte ainsi que, last but not least, le démarrage et le fonctionnement du nouveau régime.

4Quelle que soit la réponse à ces questions – qui impliquent aussi l’avenir de Mikhaïl Gorbatchev – le parcours des deux dernières années constitue un événement historique sans précédent. Après 40 ans de domination sans partage, le communisme comme système s’est effondré dans deux pays du bloc, l’Union soviétique n’est pas intervenue pour empêcher la débâcle, et, depuis fin 1989, la démocratie se lève partout à l’Est, de Berlin Est à Prague et à Sofia. Ce qui tenait de l’utopie il y a encore un an ou deux, le totalitarisme est définitivement brisé et il y a peu de chance que le communisme puisse revenir au pouvoir sous sa forme post-stalinienne atténuée. L’événement est historique. La page est tournée. Malgré toutes les incertitudes qu’aucun observateur lucide ne saurait complètement ignorer, le changement est irréversible.

5Quant au Pacte de Varsovie il est trop tôt pour émettre un jugement tranché. Son avenir fait partie d’un ensemble de facteurs et de négociations plus globaux et qui pourraient se prolonger pendant une assez longue période. Le fait toutefois demeure. Dans une Europe coupée en deux, le Pacte de Varsovie comprenant en son sein des pays intérieurement libres et démocratiques ne serait plus la même chose qu’avant. Si bien que le temps dit de l’Europe de Yalta semble également révolu, ouvrant la voie à une période de relations internationales pleine sans doute d’embûches et retournements temporaires possibles, notamment en raison de la question allemande, mais basée sur des données nouvelles. La brèche ouverte en Pologne et en Hongrie, et dans l’Union soviétique de Gorbatchev, annonce une période aussi difficile que prometteuse pour l’Europe et, en fin de compte, pour le monde entier.

6C’est, littéralement, « à l’heure où nous mettions sous presse » que tomba le mur de Berlin et commença la remise des pendules à l’heure à Prague et en Bulgarie pendant qu’au large de Malte les présidents Bush et Gorbatchev entamèrent l’une des négociations les plus importantes de l’après-guerre. Mais qui est le Napoléon et qui est l’Alexandre de ce radeau, si loin du Niémen et de Tilsit… ? Tout ce que nous savons est que l’Europe et le monde de demain seront totalement différents de l’ordre né de la seconde guerre mondiale.

7Que s’est-il donc passé pour en arriver à la situation présente, inimaginable il y a seulement un an ?

8Les éléments d’explication qui sont décelables dans l’état actuel des informations, appartiennent à trois grands ensembles de facteurs déterminants, à savoir au triangle Moscou-pouvoir communiste-société civile. Facteurs internes, donc, sans interférence décisive du monde occidental, même si les relations Est-Ouest depuis l’avènement de Gorbatchev les enveloppent et influencent indirectement. Le fond profond de la crise qui éclate au grand jour, avec ses revirements longtemps impensables, est en fait l’incapacité du régime communiste de se réformer autrement qu’avec l’aide de l’Occident et, par conséquent, en réduisant les tensions et le fardeau du maintien de sa position hégémonique militaire et géo-politique. Le retrait d’Afghanistan en avait été le premier signe important, annonciateur d’une nouvelle politique étrangère avec l’Alliance atlantique et aussi, d’une autre manière, avec ses propres alliés au sein du Pacte de Varsovie. L’Union soviétique, avec ou sans Gorbatchev, cherche et continuera sans doute de chercher à s’en tirer avec de résultats optimaux pour ses intérêts et le maintien de son statut de superpuissance, mais la révision, à certains égards d’ores et déjà très importante de sa politique mondiale n’est pas seulement une sorte de décor au fond de la scène où se déroule la mutation intérieure du bloc communiste.

9Il est tout au moins prématuré, sinon même absurde, de placer les événements de Pologne et de Hongrie dans la vision d’un effondrement cataclysmal de la puissance soviétique. Avec Gorbatchev encore moins que sans lui… Pendant les premières années de son accession à la magistrature suprême du pouvoir soviétique, les médias et les observateurs, à quelques exceptions près, n’ont pas cessé de poser la question de ses intentions « sincères ». Est-il « sincère » ou, au contraire, un homme de sérail, un apparatchik comme les autres ; seulement plus rusé et plus habile pour séduire ses adversaires ? Ses intentions réformistes ne seraient-elles que des opérations cosmétiques à l’intérieur et poudre aux yeux de ses interlocuteurs occidentaux ? L’empire soviétique, avec naturellement sa masse dominante russo-soviétique, resterait dans cette hypothèse aussi irréformable qu’avant son avènement. Elle survivrait comme grande puissance expansionniste irréductible, et comme une sorte de pays du Tiers monde, un peu mieux loti que la plupart des autres, pour sa population.

10Depuis peu de temps, on pourrait situer le moment entre la XIXconférence de PCUS en juin-juillet 1988 et la refonte du Soviet Suprême avec comme président Mikhaïl Gorbatchev lui-même, la question se pose autrement. L’opinion publique mondiale, très largement façonnée par les médias, perçoit désormais le chef du Kremlin comme un homme déterminé à foncer dans la direction qu’il s’était fixée, mais en même temps comme un homme excessivement autoritaire (André Sakharov ne manquait, lui non plus, aucune occasion de mettre en évidence la tendance dictatoriale du secrétaire général et le danger d’accumuler dans ses mains tous les pouvoirs) et en même temps vulnérable pour s’être mis à dos toute la gigantesque Nomenklatura. L’échec patent de la perestroïka, c’est-à-dire, pour l’essentiel, l’insuccès total sur le plan économique, ainsi que la désintégration de l’Etat fédéral et les graves troubles ethniques ne font que renforcer, jour après jour, la perception de sa fragilité.

11Il est impossible de prévoir l’avenir. Au pire il se peut qu’au moment de la parution de ce livre qui fonde une partie importante de ses interprétations sur la seconde phase, plus nettement réformiste de l’ère de Gorbatchev, celui-ci aura été évincé du pouvoir. Il reste au moins deux commentaires à faire à propos des doutes émis sur la « sincérité » de l’homme ainsi qu’à propos de la « gorbymanie » (le mot est en cours dans la presse américaine) et des pronostics anxieusement sombres en ce qui concerne sa chute peut-être imminente.

12Le fait est, d’abord, que Mikhaïl Gorbatchev est, à ce jour en tout cas, le secrétaire général du PCUS, et sa sincérité et sa ruse appartiennent, à l’homme aussi certes, mais également à sa fonction. Si l’on entend par « sincérité » que, « sincère », il serait l’homme à vouloir détruire ou affaiblir la puissance de l’Etat-Parti qu’il dirige, la question est mal, très mal posée. Il ne faut pas voir en lui quelqu’un qu’il n’est pas. Ce qu’il cherche en toute vraisemblance, c’est le renforcement de sa position jusqu’à, s’il le faut, un pouvoir dictatorial au détriment de la démocratie, mais aussi et avant tout le contraire de ce que souhaitent ses adversaires en Occident, à savoir le renforcement de son système. Si bien que la « Gorbymanie » lui attribuant les doux rêves d’un « vrai » démocrate réformateur confronté aux méchants loups qui rôdent autour du berger est aussi idiote que sa représentation, en partie déjà révolue, d’un simple continuateur doué d’un peu plus de charme que ses prédécesseurs. Il est, répétons-le, le secrétaire général de son parti… Un leader extrêmement talentueux et intelligent, qui peut réussir dans la tâche qui est la sienne, qui peut aussi, certes échouer contre l’opposition qui se lève contre lui et sa politique. Toutefois, avec Gorbatchev, l’Union soviétique de demain serait une puissance plus redoutable que, sans lui, sous la direction d’une équipe ou d’un secrétaire du parti « conservateur », faisant, ne serait-ce que partiellement, marche arrière.

13Quel que soit cependant le scénario le plus vraisemblable, le temps où, dans l’hypothèse de la poursuite des réformes de Gorbatchev sans incident majeur, l’Union soviétique sortirait renforcée de l’épreuve de la perestroïka n’est pas proche. Pour un long moment historique, la révision déchirante de la politique de Puissance de Moscou ainsi que sa période de mutation intérieure seront plus favorables à la paix qu’à la guerre, et au progrès et à la prospérité qu’à l’immobilisme et à la pauvreté. Plus favorable, aussi, à long terme, au relèvement de la population de l’URSS après près d’un siècle d’oppression et de conditions de vie misérables. La question de savoir si, en cas de réussite, le monde verra un communisme soviétique réformé ou simplement un pays – un monde – rénové, n’a pas plus d’importance que celle de la « sincérité » de Gorbatchev. Lui-même, peut-être, n’a pas une vision précise de l’avenir et encore moins du nom qu’il faudrait donner, ou inventer, pour qualifier le changement. Mais changement il y a et il y aura. Quel que soit le jugement qu’on puisse porter, à ce jour, sur son entreprise, l’homme, encore certes énigmatique, avait lancé un pari sans précédent dans l’histoire. Survivra-t-il ou pas ? Il n’est pas du propos de ce livre d’esquisser une réponse.

14Quoi qu’il en soit, dans un sens il convient de dissocier, et, dans un autre, relier avec insistance les perspectives est-européennes avec l’Union soviétique.

15Car, avant de parler de la dynamique propre à l’évolution polonaise et hongroise permettant de la dissocier du cas soviétique, il est interdit de minimiser « l’effet Gorbatchev » sur cette évolution et, d’autre part, oublier la persistance de la puissance soviétique dans toute la région. L’une et l’autre de ces assertions sont des truismes, mais qu’il est peut-être utile de rappeler.

16Quant à « l’effet Gorbatchev », son impact sur l’opinion publique des pays ici directement concernés apparaît en toute clarté. Si, à Berlin et à Prague, la presse avait dû passer sous silence plus qu’une manifestation fracassante du « nouvel esprit » du chef du Kremlin et les autorités interdirent même la vente de certains numéros de la Pravda et de l’Ogoniok, il en était tout autrement à Budapest et à Varsovie. Les médias ont tout rapporté, le public suivait chaque étape de la glasnost et de la perestroïka en s’enhardissant de leurs promesses. Nous verrons encore quelques exemples. L’on en sait, en revanche, beaucoup moins sur l’effet du « téléphone rouge ». Car, même si le temps des oukases est révolu, des concertations fréquentes soit en « ligne directe » soit en consultations avec plus de civilité se poursuivent régulièrement entre le Kremlin et les autres partis. Leur secret n’est certes pas divulgué, mais en cas de divergence majeure… on le saurait. Entre autre par la lecture et le décodage des communiqués et des commentaires, le ton, le langage. Sans parler des informations confidentielles qui filtrent, qui avaient filtré même dans les temps de plus stricte rigueur et discipline qu’à présent. Il y a ainsi tout lieu de croire que les décisions fondamentales de ces derniers temps n’avaient pas été prises par MM. Jaruzelski, Kádár, Grosz et autres Rakowski ou Kiszczak tout seuls, sans l’aval des maîtres du Kremlin, ou d’une partie importante de ceux-ci. En fait, il y a longtemps déjà que le Kremlin n’avait pas qu’une seule antenne pour dicter une volonté unique, mais plusieurs « émissions » adressées à des « récepteurs » également variés. Autrement dit, la divergence des tendances à Moscou se répercute sur celles des partis frères. A Varsovie et à Budapest c’était sans doute le cas, permettant aux groupes les plus convaincus de la nécessité impérative du changement radical et, ô combien déchirant, de sauter le pas.

  • 1 ... Et qui n’ira pas sans conflits et tiraillements. Outre l’appareil du parti, celui de l’Etat est (...)

17D’autre part, comme nous l’avons fait remarquer, sous d’autres formes et par d’autres moyens, la présence soviétique déterminera encore, peut-être longtemps, les perspectives. Cela, non seulement au niveau des relations internationales tant globales que régionales – au sein du Pacte de Varsovie – mais également dans les structures et fonctionnement des nouveaux régimes pluralistes. Pour quatre ans tout au moins l’opposition polonaise avait, publiquement, donné aux POUP les garanties qu’on sait au niveau de la présidence de l’Etat et dans la composition du gouvernement1. En Hongrie, en plus du poids de sa présence, l’Union soviétique dispose de plus d’un levier pour peser sur la politique du pays émancipé de sa tutelle directe, mais non pas de son influence dans divers corps de l’Etat et dans l’économie.

18En tout état de cause, l’Union soviétique possède de nombreux moyens d’intervention dans les affaires dites intérieures des autres pays communistes et elle ne se prive pas de les utiliser. Dans une direction ou dans une autre. Hier, pour rassurer les dirigeants de l’Allemagne de l’Est de leur soutien ; aujourd’hui pour les amener à changer de cap. La même chose en ce qui concerne la Tchécoslovaquie ou la Roumanie. La Pologne désormais libre et la Hongrie en voie d’installer le pluralisme ne font pas exception.

19Il importe néanmoins, comme nous l’avons proposé, de dissocier aussi les cas polonais et hongrois de celui de l’URSS et du reste du bloc. La transformation d’ores et déjà accomplie avait créé un état de choses sur lequel il est impossible pour Moscou de revenir avec brutalité (militaire ou autre) sans désavouer une politique d’ouverture vers l’Occident. En outre, l’emploi de la force doit être considéré comme totalement exclu vu l’aggravation des problèmes intérieurs de l’URSS, de la Baltique au Caucase, ainsi que le danger de s’empêtrer, surtout avec une Pologne qui ne manque pas de moyens de résister, dans une véritable guerre.

20D’autre part, dans les deux pays ici concernés, les choses sont allées vraiment « trop loin ». Jusqu’à un point de non-retour en ce qui concerne la psychologie des populations, la multiplication des organisations sociales issues de la société civile, la prolifération des partis, l’adoption par les parlements de lois garantissant les libertés fondamentales et la transformation démocratique des institutions. Et enfin : où est la force sur laquelle l’espoir des nostalgiques de l’ancien régime pourrait s’appuyer ? L’armée et la police politique sont en train d’être soustraites aux ordres du parti et – chose encore plus fondamentale – le parti lui-même n’est que l’ombre de ce qu’il avait été.

21On peut certes évoquer à ce propos plusieurs précédents dont l’effondrement du PCH en 1956. Après l’intervention soviétique, János Kádár avait réussi à le reconstituer et en faire l’instrument du pouvoir longtemps exclusif de la nouvelle classe politique. Mais le processus actuel est différent. C’est plutôt une nouvelle classe moyenne qui s’est formée comme classe dominante avec l’entrecroisement des intérêts corporatistes, régionaux et particuliers qui, dans un système de « marchandage » généralisé domine et gère le pays. Ce n’est pas le parti militant d’antan, celui qui mettrait le pays à feu et à sang pour se préserver, qui est présent, mais plutôt un syndicat d’intérêts mutuels qui chercherait plutôt à se réintégrer dans un nouveau système, que de se battre pour faire revenir l’ancien… déjà en lambeaux. Rappelons aussi, enfin, que l’argument de 1956 peut aussi amener à la conclusion que, sans appui militaire soviétique, le parti communiste hongrois avait déjà démontré son extrême vulnérabilité.

22Quant au POUP qui comptait encore deux millions de membres avant son sabordage en janvier 1990, il est un facteur politique faible – peut-être proportionnellement plus faible que le – ou les futurs partis communistes en Hongrie, mais semble en revanche défendre avec bec et ongles la portion de pouvoir qui lui avait été réservée par l’accord conclu avec l’opposition avant les élections.

23Il n’en reste pas moins qu’en Pologne comme en Hongrie, ce n’était pas seulement la pression de la société civile représentée par l’opposition (Solidarność, Eglise, partis politiques) qui les avait délogés. Il faudrait parler dans les deux cas plutôt d’implosion que d’explosion.

24Nous voulons dire par cela que, contrairement aux événements de 1956 et aux nombreuses révoltes en Pologne, c’était, en 1988-1989, moins la pression extérieure que la désintégration intérieure qui avaient conduit Jaruzelski en Pologne et les successeurs de Kádár en Hongrie à déclarer forfait. Car c’est bien cela qui leur est arrivé.

  • 2 La force ou la raison. Histoire sociale et politique de la Pologne 1980-1989, op. cit.

25Pour ce qui est de la Pologne, le processus avait été long et, toutefois sans événement marquant et spectaculaire. Dans un ouvrage récent, l’historien français Georges Mink2 en retrace les jalons pendant et après l’action légale de Solidarność. Le point essentiel qui ressort de ses analyses est moins une succession d’affrontements dramatiques entre société civile et pouvoir politique communiste qu’un pourrissement inexorable de la situation.

26Il faudrait certes reprendre les répercussions de nombreux événements qui ne manquent pas de dramatique voire de tragique, comme par exemple l’assassinat du père Popieluszko en 1984, comme l’action clandestine de Solidarność, comme le troisième pélerinage du Pape en Pologne… Il n’en reste pas moins que le syndicat clandestin avait aussi beaucoup perdu de son influence par l’usure du temps, par le peu d’empressement du cardinal Glemp et d’une partie de la hiérarchie de l’Eglise à soutenir le militantisme de ses éléments radicaux et peut-être aussi d’autres facteurs inhérents à un gigantesque mouvement social qui n’est ni parti, ni syndicat, ni organisation de résistance, tout en étant tous les trois en un seul corps.

  • 3 La Nouvelle Alternative, n° 15, septembre 1989 ; Beszélö, n° 26 et suivants de 1989 (notamment l’ar (...)

27Les figures de proue du mouvement n’ont par ailleurs jamais caché cette vérité. Tout récemment encore, dans un article d’Elisabeth Kulakowska, et dans un entretien qu’elle avait eu avec Adam Michnik, il est question de « l’impasse » de Solidarité, de la chute du nombre de ses adhérents. Mais aussi, comme Michnik le dit, de l’enrichissement de ses expériences et de sa maturation politique. Faisons remarquer entre parenthèses qu’il y a peu, la véritable opposition en Hongrie se limitait au petit groupe de brillants intellectuels de « l’Opposition démocratique » (devenue entre-temps Ligue des Démocrates Libres, SzDSz), éditeurs de Samizdats, théoriciens de haute volée, comme János Kis, György Bence, János Kenedi et une dizaine d’autres, ainsi qu’au mouvement, non moins de haut niveau, de la tendance dont était issu le Forum Démocratique3. Mais revenons à la Pologne.

28L’échec du référendum – formulé de façon délibérément ambiguë par le gouvernement pour désorienter la population – avait certes été un signe d’alarme pour les détenteurs du pouvoir. Ils avaient dû se rendre compte, en fin 1987, que leur gestion rencontre la même méfiance après six ans d’efforts – tièdes et malhabiles – de « consolidation » et que, par conséquent, le fossé entre la classe politique et la société civile était resté, comme avant, infranchissable.

29L’absence de véritables réformes et même des grandes lignes d’un programme digne de ce nom avait poussé la Pologne au bord d’une catastrophe sans relève possible. D’où le changement – les grèves d’avril-mai 1988 en avaient encore souligné la nécessité incontournable – amenant au début du dialogue avec l’opposition, puis aux « tables rondes » et pour finir aux élections mettant fin au monopole politique du POUP.

  • 4 Nous paraphrasons par ces termes l’ouvrage déjà cité d’Emmanuel Todd.

30Après la prise en charge brutale, mais pas encore totale du pays en 1944-1945, après sa bolchévisation totalitaire en 1948-1949, après le malentendu tragique avec Gomulka en 1956 et, par la suite, après la faillite de la « grande promesse » de l’époque de Gierek, le parti polonais était reparti à la conquête de la société en espérant pouvoir effacer l’empreinte du vent de la liberté de l’époque de Solidarność. En vain. Si l’on accepte cette périodisation un peu sommaire, l’avènement de Jaruzelski à la faveur d’un coup de force, préparé en secret, on le sait depuis les révélations du colonel Kukliński, dès la première heure des accords de Gdansk en 1980, était ainsi la cinquième offensive des communistes polonais. Son échec semble sonner le glas de sa chute finale4.

31En résumé, la conjonction de trois facteurs principaux ont conduit à la faillite de 40 ans de communisme en Pologne. La montée, plusieurs fois réprimée, mais à chaque fois resurgie de la société civile de ce pays profondément ancré dans la civilisation européenne et dans lequel d’identité de la nation est inséparable de l’Eglise catholique. La déchéance, plusieurs fois retardée, mais jamais redressée du parti au pouvoir, son usure, son incapacité manifeste de gérer une crise morale, politique et économique. Un vrai désastre. L’effet Gorbatchev enfin, dans les limites et avec les réserves que nous avons jugé nécessaires de formuler dans ces pages.

32L’on retrouve, à quelques nuances près et suivant un déroulement quelque peu différent, les mêmes facteurs décisifs dans le cas de la Hongrie.

33En ce qui concerne « l’effet Gorbatchev », sa variante hongroise est analogue à la polonaise pour ce qui est de l’opinion publique. Outre la presse qui, avant comme après le limogeage de János Kádár, reproduisit toutes les révélations historiques et tous les événements et discours politiques de la glasnost et de la perestroïka, des publications de textes réunis en gros volumes contribuèrent encore à l’information du public et à son encouragement à monter le ton – et le contenu – des revendications économiques et politiques. En revanche, pendant que le général Jaruzelski qui aurait voulu devenir le Kádár polonais, avait sauté dans le train de Gorbatchev, son homologue hongrois Kádár l’avait délibérément manqué… En effet, il n’avait eu de cesse d’affirmer, sans nommer bien sûr Gorbatchev, que la Hongrie n’avait pas de leçon à prendre en matière de réformisme de qui que ce soit.

34Sur le fond, nos analyses politiques et économiques dans les chapitres de ce livre le montrent, Kádár certes n’avait pas tort. Même dans le gouffre où elle s’est enfoncée vers la fin du règne de Kádár, l’économie hongroise resta à tout point de vue plus performante et le niveau de vie plus élevé qu’en Russie. Quant aux libertés politiques, quoique très limitées jusqu’à la chute de Kádár, le citoyen hongrois n’avait rien à envier au soviétique. L’obstination de Kádár provoqua néanmoins une réaction violente contre lui, en dépit de sa relative popularité pendant tout au moins une quinzaine d’années, pour plusieurs raisons. Le « modèle hongrois », bloqué précisément parce que Kádár l’avait jugé satisfaisant, était vieux de 20 ans, usé, fatigué et empêtré dans ses insuffisances. La chute du niveau de vie, le gonflement de la dette et surtout l’absence d’une véritable alternative pour sortir de la crise avaient alors créé une vague de mécontentement sans précédent depuis 30 ans. Contrairement à l’image dynamique de la direction gorbatchévienne, celle de Kádár, malgré l’impasse de la Perestroïka sur le plan concret des faits, apparut comme dépassée par les événements.

35Tout comme son discours, son style, son mode de direction, son paternalisme désuet, son manque d’imagination. Dans ce pays où le bien-être relatif pendant la phase ascendante de la réforme avait créé le « consensus » si longtemps vanté autour de Kádár et la stabilité du parti, l’effondrement du mythe d’une Hongrie prospère et allant de l’avant provoqua un retournement brusque aussi bien dans l’opinion qu’au sein du parti. Celui-ci perdit, en l’espace d’un an ou deux, le peu de crédibilité qu’il avait possédé ; pour le reconquérir, il sacrifia Kádár et, en le perdant, finit par perdre tout son aplomb, toute sa contenance.

36János Kádár mourut deux fois : politiquement d’abord, lors de sa dégradation, moralement ensuite, lors de son élimination définitive (suivie de sa mort physique) en mai 1989 lorsque, avec lui, le kadarisme est tombé en déliquescence. Ses successeurs de peu d’envergure, sans personnalité ni compétence ne purent que constater la faillite et changer de cap pour sauver les meubles par le démantèlement du système.

  • 5 Voir Országgyülési Tudósitások (Compte rendu des débats parlementaires), 12 janvier 1989.

37Car, dans le climat de mécontentement économique généralisé, les critiques et les revendications politiques ont pris également une allure plus rapide et plus radicale. Une allure à vrai dire vertigineuse. Cette évolution rapide commença par la question de la responsabilité des dirigeants. Pendant que Kádár était encore en fonction, c’était lui et ses collaborateurs les plus proches qui furent visés. L’homme, populaire encore peu de temps auparavant, fut ouvertement critiqué dès 1987 dans les journaux, dans les émissions des médias et même, chose jamais vue, dans les réunions du parti… souvent transmises par la télévision. Pour la première fois dans l’histoire du communisme, la déchéance du Chef ne s’est pas produite dans les coulisses, mais devant l’opinion publique sidérée de millions de téléspectateurs. Et immédiatement après son éviction, en 1988, ses successeurs, notamment Károly Grosz et János Berecz furent pris dans le collimateur. En très peu de temps ils perdirent toute autorité. On leur reprocha leur inconsistance et leur incapacité de proposer un programme crédible pour sortir du marasme. Et, pour être crédible, un tel programme devait s’attaquer non pas aux symptômes mais aux racines du mal, autrement dit au système. Un système qui avait déjà, en 1988 et au début de 1989, jeté du lest en renonçant à la position de monopole du parti communiste dans des domaines sensibles comme l’encadrement de la jeunesse et, point fondamental, dans le gouvernement. A sa séance du 10 janvier 1989, le Parlement commença ses débats sur un projet de loi – qui fut ensuite adopté – sur les associations. Celles-ci, désormais, pouvaient être créées et fonctionner pratiquement aussi librement que dans les démocraties occidentales. Le droit d’association, selon le ministre de la Justice Kálmán Kulcsár qui présenta le projet au Parlement, s’étendait aussi aux partis politiques5.

38Certes, une loi spéciale sur les partis politiques, ainsi qu’une loi électorale et un projet de Constitution devaient encore passer par le Parlement, mais le droit d’association fut un acte décisif vers le pluralisme et la démocratie. Au moment de l’adoption de la loi une multitude d’associations nouvellement créées fonctionnaient déjà et parmi elles… des partis politiques reconstitués, comme l’ancien parti social-démocrate, ou nouvellement créés comme le Forum Démocratique. Le pluralisme était entré dans les faits. Mais l’opinion publique exigea désormais la poursuite du processus jusqu’au bout : jusqu’au démantèlement total du système communiste. Celui-ci, dans la pratique gouvernementale quotidienne, cessa d’exister au printemps 1989. Le parti était sur la défensive et accepta, à l’instar du parti communiste polonais, d’engager des négociations autour d’une table ronde avec les représentants de l’opposition.

39Négociations longues et difficiles pendant l’été et l’automne 1989. Mais, bien que le parti eût imposé à l’opposition une « table triangulaire » en y incluant les représentants des organisations de masse, comme les syndicats, le Front Populaire Patriotique d’obédience communiste, sur tous les points importants l’opposition fit reculer le pouvoir. En attendant la nouvelle Constitution, l’ancienne est modifiée sur des points non moins essentiels que… l’abolition de la démocratie populaire par la proclamation, le 23 octobre 1989, jour anniversaire de la révolution de 1956, de la République hongroise à la place de la République populaire dominée quarante ans durant par le parti unique. Les journaux publient, et ensuite le Parlement adopte, la loi électorale ouvrant la voie aux élections libres de printemps 1990 qui verra naître la démocratie puraliste à l’issue du scrutin. Une démocratie sans accord préalable avec le parti communiste, sans quotas déterminés à l’avance en sa faveur. Des nouvelles lois déterminent également le sort de la fortune considérable du parti communiste (il doit céder à l’Etat les immeubles, les équipements et autres biens acquis au dépens du contribuable) ainsi que de celui… de son armée privée, la Milice Ouvrière. Question cruciale s’il en est, plus que toute autre. Pour finir, la Milice dépose ses armes et se dissout sans accroc, dans le calme. Autre point sensible : le parti se retire des lieux de travail. Les ministères, les entreprises et même l’armée et la police ne sont plus directement sous contrôle, et la loi interdit désormais les activités politiques partisanes dans ses lieux. Et nous passons sur d’autres dispositions légales, sur la propriété, dont la propriété de la terre, la liberté d’entreprise et de commerce, le code pénal…

40L’opposition salue alors ces lois, appelées « lois cardinales » qui changent la physionomie politique du pays avant même la formation du gouvernement démocratique issu des élections. Un seul point litigieux reste en suspens : l’élection du Président de la République au suffrage universel avant les élections législatives. Un référendum lancé par la Ligue des Démocrates Libres, appuyée par trois autres partis (mais non pas par le Forum Démocratique, pas plus que, bien entendu, par le parti communiste) demande au peuple, appelé à voter, de renvoyer cette élection. L’opposition l’emporte avec une faible majorité, mais la cause est jugée : les présidentielles auront lieu après les législatives, diminuant les chances d’Imre Pozsgay, candidat du parti.

41Mais le parti lui-même est-il encore Le Parti ?

42Le gouvernement en place jusqu’aux élections, était encore, tout au long de cette période de transition, un gouvernement largement dominé par les membres de l’ancienne formation communiste au pouvoir depuis 40 ans. Toutefois, outre le fait que celui-ci s’est converti au réformisme radical et qu’il a pris les dispositions légales en vue de l’installation de la démocratie, le parti communiste s’est transformé lui-même en une sorte de parti communiste post-communiste.

43Il serait en fait difficile d’apprécier le changement en termes plus précis bien que la mutation accomplie semble radicale et irréversible. Rappelons les faits.

44C’est dans cet état de crise, de désarroi, voire même de dépérissement que le parti convoque le XIVe congrès, le 6 octobre 1989. Des débats jamais vus… Ouverts, houleux, conflictuels, souvent chaotiques pendant quatre jours. En grande partie retransmis en direct par la Radio, la Télévision et largement reproduits et commentés par la presse, une presse qui prend toutes ses libertés. Les délégués sont en état de choc. Le recul manque encore à l’historien pour évaluer avec toutes ses nuances, mais une impression est nette : rien ne ressemble ici à un congrès communiste. Les tendances et les « plate-formes » se multiplient et s’entre-déchirent. La scission est dans l’air. Non seulement deux, mais quatre ou cinq partis pourraient sortir du débat passionnel. Finalement, au prix de compromis laborieux, l’unité de façade sera conservée. Il n’y aura pas de scission, mais il n’y aura pas de… MSzMP non plus. Du congrès sort le MSzP, Parti Socialiste Hongrois avec, à défaut de programme, une déclaration d’intentions entérinant les changements en cours dont… sa propre déchéance. Il est désormais dirigé par un « quatuor », MM. Rezsö Nyers, président, Károly Grosz, ancien secrétaire général, Miklós Németh, président du Conseil des ministres et Imre Pozsgay, chef de file des réformateurs.

45Unité factice, fragile et en fin de compte désastreuse parce que les quelques 700 000 membres qui sont encore inscrits au parti (160 000 l’ayant déjà quitté depuis 1988) ne s’y retrouvent pas. Pour les uns, le nouveau parti ne s’est pas vraiment rénové dans le sens démocratique, pour les autres il a trahi le communisme, et pour d’autres encore, peut-être la majorité, il n’est ni chair ni poisson, mais une formation hybride, sans projet de société, sans base sociale, sans identité ni idéologie.

46Le désarroi se traduit dans les faits. Moins de 5 % des 700 000 membres adhérent au nouveau parti qui se veut à la fois nouveau et héritier de l’ancien, socialiste et communiste… Cette situation désastreuse n’était certes pas définitive. Entre octobre 1989 et le printemps de 1990 l’unité éclata en plusieurs morceaux. L’aile la plus orthodoxe se regroupant dans un groupe nostalgique des temps purs et durs, les partisans du centre restant sous l’ancienne étiquette de MSzMP, et le MSzP se convertissant, non sans ambiguïté, en parti socialiste type européen… avec toutefois un zeste de communisme dans sa tarte à la crème.

47Il est donc trop tôt pour faire l’analyse politique des nouveaux partis issus de la débâcle. Une chose demeure cependant sûre : le communisme avait fait faillite et ne reviendra plus jamais au pouvoir. Implosé sous l’effet de la banqueroute, de l’inefficacité de sa gestion, de ses dissensions et de sa perte d’identité, il avait fini sa course et s’est sabordé.

48Il faudrait néanmoins faire preuve de manque total de lucidité que de ne pas apprécier à sa juste valeur le facteur principal du changement, à savoir l’opinion publique surgie des profondeurs de la société civile.

  • 6 Voir aussi Magyarország politikai évkönyve 1988 (Annuaire politique de Hongrie), Budapest, 1989.

49Ce qu’on appelle opinion publique s’est exprimé pendant ces deux années décisives au travers de l’intelligentsia, c’est-à-dire les intellectuels de plume et de d’opinion. C’est un peu partout comme ça, dans le monde entier et spécialement dans les pays communistes de Moscou à Pékin. Mais pas en Pologne… Il manque en Hongrie une organisation comparable à Solidarność et à ses ramifications dans les usines et dans les villages. Cette différence (qui n’est pas nécessairement défavorable pour le développement du système pluraliste en Hongrie et qui, par ailleurs risque de prolonger l’impasse en Pologne) a pour conséquence que l’opinion publique hongroise s’exprime essentiellement dans les médias. Selon une tradition qui remonte à l’époque de 1956, et possède aussi des racines historiques lointaines, les écrivains et les journalistes jouent un rôle décisif dans l’intensification du conflit entre la société civile et le pouvoir6.

50Trois vastes actions sociales y avaient toutefois fortement contribué. La protestation contre la construction de centrales hydro-électriques sur le Danube, la situation de la minorité hongroise en Roumanie et l’afflux de réfugiés venant de ce pays, et, enfin, l’immense « dossier » de 1956.

51Nous n’avons pas à revenir ici sur les deux premières, si ce n’est pour ajouter que dans l’affaire des réfugiés hongrois (mais aussi roumains) de Roumanie, le gouvernement finit par agir et cela avec beaucoup d’efficacité et de dignité. Tout comme, par ailleurs, à propos du passage des réfugiés Est allemands, mais c’était un autre genre d’opération qui n’entre pas dans ces réflexions.

52Sur toute la ligne donc, la société civile fait reculer l’Etat-Parti, tout comme dans les domaines économiques, politiques et de l’information.

53Le plus grand triomphe de l’opinion fut toutefois emporté dans un domaine autrement sensible : celui du jugement officiel sur les événements de 1956, sur l’installation du régime Kádár et la répression se soldant par environ 400 exécutions dont les victimes du procès d’Imre Nagy en 1958.

54Pendant plus de trente ans personne ne pouvait y toucher. 1956 était une contre-révolution et Imre Nagy un traître qui méritait la potence – voilà le dogme sur lequel reposait la « légitimité » du gouvernement de János Kádár. C’est ce que claironnaient les discours officiels et qu’enseignaient les manuels scolaires. Le limogeage de János Kádár en mai 1988 n’y changea rien. Ses successeurs, avec en tête le nouveau secrétaire général Károly Grósz, maintinrent l’accusation : « Il était juste d’envoyer Imre Nagy au tribunal… » – déclara-t-il au magazine Newsweek en juillet 1988.

55La direction du parti était cependant divisée sur ce sujet comme sur d’autre part ailleurs. Pendant que le secrétaire général affichait sa position fermement opposée à toute réhabilitation politique de cette page capitale de l’histoire, des mesures de clémence vinrent atténuer la rigueur comme par exemple le décret de grâce accordé aux victimes de la répression, promulgué le 1er octobre 1988. Mais grâce n’est pas réhabilitation et encore moins révision judiciaire et politique. Or, c’est une révision franche et totale qu’exigea l’opinion publique au nom de la vérité historique. Entre-temps, nous y reviendrons encore, une commission s’est formée en juin 1988 sous la présidence de Miklós Vásárhelyi, ancien chef de presse et compagnon d’Imre Nagy, pour réclamer que justice soit rendue à cette vérité historique. Néanmoins, ceux qui réclamèrent la même chose dans la rue, entre autres occasions le 16 juin 1988, lors du trentième anniversaire du procès, avaient été matraqués par la police et les prétendus « meneurs » tels que l’éditeur Gábor Demszky et l’ancien dirigeant du conseil ouvrier de 1956 Sándor Rácz furent amenés au poste de police. Un scénario familier qui s’était reproduit, des années durant, le 15 mars, anniversaire de la révolution nationale de 1848 ainsi qu’aux anniversaires de la révolution de 1956.

56L’affaire semblait être dans l’impasse pendant près d’un an, c’est-à-dire jusqu’au printemps 1989. Le comité TIB, c’est le sigle hongrois du comité pour la justice historique créé en juin de l’année précédente, continua son travail de propagande dans la presse qui, elle, prit de plus en plus de liberté. Des négociations discrètes eurent lieu avec divers représentants du parti et du gouvernement à propos de l’exhumation des restes des victimes et de leur enterrement décent. Mais longtemps, les autorités refusèrent d’aller plus loin. Le changement décisif s’est produit au printemps 1989, peu avant la disparition définitive de János Kádár de la scène politique, en mai de cette année, lorsqu’il fut relevé des fonctions honorifiques qu’il avait encore gardées. Entre mars et juin, le parti avait pris deux décisions historiques. Il renonça à son monopole politique ouvrant la voie au pluralisme démocratique et révisa son jugement sur la révolution de 1956 et le procès d’Imre Nagy.

57Le 16 juin 1989, 31 ans après sa mise à mort, Imre Nagy et ses compagnons d’infortune furent ainsi enterrés une seconde fois. Et non pas quasiment en secret, par les familles, comme l’avait envisagé le parti communiste, mais en public, entourés par la nation en deuil.

58Le déroulement de cet événement extraordinaire est encore dans toutes les mémoires. En Hongrie, la vie s’est arrêtée pour un jour, la Télévision nationale avait transmis la cérémonie du matin jusqu’au soir quand les dernières couronnes mortuaires furent déposées sur les tombeaux des cinq victimes du procès et des près de 400 autres exécutés et quand les dernières oraisons funèbres se turent. Selon les estimations dignes de foi, 250 000 personnes avaient rendu à ses héros les derniers hommages, défilant en cortège à la Place des Héros, lieu des grandes manifestations.

59Le 16 juin 1989, non seulement les victimes du communisme avaient été enterrées, mais toute une époque. L’époque du communisme. En même temps que les funérailles, commencèrent, comme nous l’avons dit, les négociations entre le pouvoir et l’opposition autour de la table ronde qui aboutirent à l’Etat de droit et à la démocratie. Le parti communiste, bien qu’ébranlé, était encore au pouvoir, possédant ses organisations et une partie de ses fidèles. Son implantation et son influence étaient encore probablement plus fortes que celles du parti communiste polonais qui avait subi une déconfiture humiliante aux élections et s’est maintenu… grâce aux accords préalablement conclus avec le syndicat Solidarność. Un accord semblable est exclu en Hongrie. Mais si le parti obtenait aux élections un score assez honorable, il pourrait entrer dans un gouvernement de coalition, avec une ou plusieurs formations politiques émergées dans la foulée de la tempête politique de 1989. Quoiqu’il en soit, le parti communiste ne pourra plus jamais gouverner seul. Une page de l’histoire est définitivement tournée.

60Devant tous ces développements qui s’enchaînent, l’observateur reste toutefois déconcerté. L’historien de demain ou d’après-demain y apportera certainement son explication, mais les données visibles de ce tremblement de terre politique n’en fournissent pas une explication suffisante.

  • 7 Voir entre autres sources concordantes, le numéro de septembre 1989 déjà cité de la revue La Nouvel (...)

61Malgré le mécontentement de la population, la pression sociale n’était pas assez forte en Hongrie – en Pologne non plus, par ailleurs – pour contraindre le parti à une reculade de telle ampleur et entraînant des conséquences si décisives, probablement définitives. Quant à la révolte des intellectuels, elle se nourrissait d’elle-même, et forte de ses succès remportés sur le pouvoir, elle s’intensifia mois après mois, mais n’entraîna dans son sillage ni ouvriers ni paysans, et même pas la vaste couche moyenne des employés et des indépendants. La plus grande victoire de Solidarność, à savoir les élections qui l’avaient portée au pouvoir, s’est produite à un moment de grande faiblesse. Elle ne comptait plus, selon les estimations7 qu’environ 3 millions de membres, un tiers ou moins de ses effectifs de 1980-1981. Quant à la « révolution blanche » hongroise, elle s’est déroulée dans le calme, sans incident majeur et sans risque apparent d’explosion.

  • 8 Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965, p. 87.

62Le régime s’est désagrégé. Par implosion plutôt que par explosion. Caducité de ses fondements idéologiques, manque de combativité et incapacité de renouvellement de son programme d’action – les signes avant-coureurs de sa décrépitude ont été depuis fort longtemps observés. Ils confirment aussi la remarque perspicace de Raymond Aron citée en exergue : « Probablement un régime de parti monopolistique serait menacé de mort s’il était affecté, corrompu, par l’esprit démocratique du compromis »8. Car le parti hongrois, davantage que les autres, à la seule exception du POUP dans la Pologne de « l’été de Solidarność », avait assuré sa survie ainsi que ses succès relatifs pendant la floraison du « modèle hongrois » par des concessions assez substantielles au profit d’une plus grande liberté économique et aussi politique. Il était, pour reprendre l’expression du penseur français « affecté, corrompu » dans son essence par l’esprit du compromis, au point d’en perdre sa propre cohésion. Il est arrivé à l’extrême limite de la libéralisation ; limite au-delà de laquelle il ne lui resta que l’alternative d’un retour brutal en arrière (jusqu’où, cependant ?) ou la fuite en avant jusqu’à l’essoufflement. Jusqu’à la perte de son identité.

63Certains partis communistes sont conscients de cette alternative impitoyable devant laquelle les a placés l’histoire. Le parti communiste italien avait opté pour le second terme, en tentant de reprendre son souffle en se modernisant. Le Parti communiste français pour le premier, gardant son identité contre vents et marées… mais au risque de s’éclipser définitivement. Consciemment ou non, Mikhaïl Gorbatchev cherche (jusqu’où, cependant ?) la voie médiane.

64On peut supposer qu’il ait donné la même recommandation aux dirigeants du parti hongrois. Mais celui-ci, arrivé à bout de course, avait-il encore un choix ? Pour certains intellectuels hongrois engagés dans la lutte politique, le choix du retour en arrière avec un parti redressé, un « parti de l’ordre », semblait encore possible en 1989. Pour d’autres, parmi eux l’auteur de cet ouvrage, le point de non-retour était atteint, le processus de désintégration du parti communiste devenait irréversible.

65La société civile, point de départ de cet essai à un moment où elle avait encore été jugulée par le pouvoir post-totalitaire, mais intact, du parti, est allée bien au-delà d’un projet limité à son émancipation dans la seule sphère des libertés civiles. Est dépassée aussi sa fonction limitée à la seule protection des droits du citoyen. Elle est, dans ces pays, « le pouvoir qui arrête le pouvoir » et qui, dans la perspective d’une évolution harmonieuse, a désormais toutes les chances de devenir le véritable souverain.

Notes

1 ... Et qui n’ira pas sans conflits et tiraillements. Outre l’appareil du parti, celui de l’Etat est dominé par la haute et la basse Nomenklatura qui n’est pas prête à céder sa place, et dont la coopération est loin d’être assurée. Mais cela appartient à une page de l’histoire sur laquelle cet ouvrage ne s’aventurera pas.

2 La force ou la raison. Histoire sociale et politique de la Pologne 1980-1989, op. cit.

3 La Nouvelle Alternative, n° 15, septembre 1989 ; Beszélö, n° 26 et suivants de 1989 (notamment l’article de János Kis, « Le compte à rebours a commencé ») ; le périodique Hitel (Crédit), organe du Forum Démocratique.

4 Nous paraphrasons par ces termes l’ouvrage déjà cité d’Emmanuel Todd.

5 Voir Országgyülési Tudósitások (Compte rendu des débats parlementaires), 12 janvier 1989.

6 Voir aussi Magyarország politikai évkönyve 1988 (Annuaire politique de Hongrie), Budapest, 1989.

7 Voir entre autres sources concordantes, le numéro de septembre 1989 déjà cité de la revue La Nouvelle Alternative, articles d’Elisabeth Kulakowska, de Ludmilla Wolinska ainsi que l’entretien d’Elisabeth Kulakowska avec Adam Michnik.

8 Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, Paris, Gallimard, 1965, p. 87.