Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

V. Les espaces libérés

4. La confiscation de l’histoire et le retour aux sources

Texte intégral

  • 1 Cf. « La mort d’une société », IIe partie du présent ouvrage.
  • 2 Nous autres, Paris, Gallimard, 1971.

1Une société qui meurt perd aussi sa mémoire. C’était probablement l’idée qui avait présidé à l’opération la plus fantasmagorique de la construction de l’homme nouveau de la Cité nouvelle du communisme1. La proposition inverse est également juste : pour faire mourir la société, il faut lui confisquer sa mémoire, son passé historique et son patrimoine culturel, en un mot, les sources de son identité. En outre, la priver de ses sources d’information la rend incapable de s’orienter dans le monde contemporain. Ainsi, pour utiliser la société comme « matière première à modeler », le parti communiste avait besoin d’hommes amnésiques et privés des moyens de capter les signaux extérieurs, à l’exception bien sûr, des ondes émanant du pouvoir. Bien avant Georges Orwell, l’écrivain russe Eugène Zamiatine2 avait déjà décrit cette opération de science-fiction dans son roman Nous autres dont le héros, l’homme n° D-503, est le constructeur de Y Intégral, la machine à intégrer dans le système les immensités de l’univers puisque la sphère terrestre avait déjà été réduite à l’Etat unique.

  • 3 Michel Heller, La machine et les rouages. La formation de l’homme soviétique, op. cit.

2La réalité, certes, n’avait pas dépassé la fiction. Mais, comme tant d’autres auteurs l’avaient révélé, « la machine et les rouages », quoique grippés, tournent depuis sept décennies3. Ce n’est que depuis la fin des années 1980 que l’lntegral commence à se désintégrer…

3Les signes du retour aux sources de l’identité nationale confisquée et de la mémoire historique et culturelle déformée sont aujourd’hui légion. Les arts et les lettres reprennent leur liberté, aussi bien en Russie qu’en Pologne et en Hongrie, le passé refoulé resurgit. Il suffit d’ouvrir le journal du matin pour retrouver des noms, des événements et des images/gommés pendant la longue hibernation. Zamiatine, Pilniak, Pasternak, Soljénitsyne réapparaissent. Après Boukharine et quelques autres, aujourd’hui c’est Zinoviev qui est réhabilité en Russie, Imre Nagy en Hongrie. L’« affaire de Katyn » fait l’objet de révélations jusque dans les médias de l’Union soviétique. La presse soviétique, en premier Argumenty i Fakty, publication officielle du Comité central, publie le protocole Hitler-Staline. Le Sénat polonais condamne l’intervention du Pacte de Varsovie à Prague en 1968 et… présente ses excuses au peuple tchécoslovaque. Informations glanées au hasard dans les journaux récents.

4Cet ouvrage ne saurait recenser un dixième ou un centième des faits nouveaux. Il tentera tout au plus de récapituler quelques bouts du chemin qui y avaient conduit, depuis la Gleichschaltung de l’époque stalinienne en Europe centrale jusqu’aux premiers dégels. Pour commencer, et comme exemple significatif, l’Histoire.

  • 4 Georges Orwell, 1984, Paris, Gallimard, 1950, pp. 62-63, 221.

5Au royaume totalitaire imaginaire de Georges Orwell, l’histoire est à l’honneur. Tout un ministère, le ministère de la Vérité, s’emploie jour et nuit à la falsifier. La police de la pensée veille à ce que toute pensée soit extirpée. Le Commissariat des archives se charge de l’exécution. Documents, journaux, livres sont réécrits et réimprimés sans relâche afin que rien d’autre n’existe « qu’un présent éternel dans lequel le Parti a toujours raison »4.

  • 5 Ibid., pp. 303-30

6L’on veille aussi à ce que la vérité du Parti soit parfaitement assimilée par la population grâce à la « double-pensée » et à la « novlangue » permettant de refouler soit l’ancienne connaissance du passé historique soit de « garder à l’esprit deux croyances contradictoires et de les accepter toutes les deux »5.

7L’histoire est bel et bien ancilla ideologiae. L’alignement des historiens en Europe centrale ne s’est pas fait, certes, du jour au lendemain. Des marxistes, il y en avait peu. Et le parti resta, jusqu’à la bolchévisation, indulgent ou peu exigeant vis-à-vis des historiens qui avaient simplement fait leur métier. Il les laissait faire, d’autant plus que les points les plus sensibles n’appartenaient pas encore à l’histoire, mais plutôt à l’actualité politique. Il n’en reste pas moins qu’en Pologne, le « déplacement » du pays à l’ouest, à la suite de la guerre, crée immédiatement une sensibilité qui touche aussi, il faut le dire, de nombreux historiens non marxistes. Beaucoup d’entre eux comprirent qu’il fallait repenser l’histoire du pays dans ses frontières nouvellement tracées. Après 1949 cependant, l’Etat-Parti se fait plus exigeant. Il crée, nous y reviendrons, de nouvelles institutions, fait réécrire les manuels scolaires, limoge des professeurs. La majorité des historiens refuse toutefois de se prêter à la manipulation de l’histoire. Dans des conditions difficiles, ils mènent un combat inégal pour la vérité historique. Le travail de l’historien ne se fait pas dans la quiétude des archives et des cabinets de travail, mais sur la place publique, sous l’œil vigilant des gardiens de l’orthodoxie. C’est un métier dangereux qui, outre les qualités professionnelles, requiert du courage.

  • 6 Correspondance de Napoléon 1er, 1808, t. 16, Paris, Plon, 1864, n° 13 735 (pp. 488-490).

8Mais pourquoi, au fond, ces polices de la pensée s’intéressent-elles tellement aux choses du passé, souvent même d’un passé lointain ? Certes, les princes de tous les temps y avaient prêté attention. « Il est de la plus grande importance, écrit Napoléon au ministre de l’Intérieur Crétet, de s’assurer de l’esprit dans lequel écriront les continuateurs [de Velly]… Un ouvrage tel que Velly, tel que l’Abrégé chronologique du président Hénault, ne doit pas avoir qu’un seul continuateur. Lorsque cet ouvrage bien fait et écrit dans une bonne direction aura paru, personne n’aura la volonté et la patience d’en faire un autre, surtout quand, loin d’être encouragé par la police, on sera découragé par elle »6.

9Cette lettre date d’il y a bientôt deux siècles. L’attention que porte le régime socialiste à l’histoire apparaît néanmoins plus insistante encore que celle des princes d’autrefois.

  • 7 Cf. Dans l’excellent ouvrage de Marc Ferro, Comment on raconte l’Histoire aux enfants à travers le (...)

10Il y a à cela quelques raisons particulières7.

11Il n’est aucun parti qui ne cherche à prouver sa légitimité par référence au passé historique. La quête d’une légitimité historique du parti communiste est d’autant plus impérative que les autres sources de légitimation de son pouvoir, dont tout simplement les élections libres, lui font défaut. En outre, la prise du pouvoir révolutionnaire – la révolution ersatz qui s’est produite dans les démocraties populaires – interrompt une continuité historique. La rupture est justifiée, comme on le sait, par la référence à l’avenir, à la Cité nouvelle, « aux lendemains qui chantent », mais cette justification ne fournirait qu’une légitimité hypothétique et douteuse sans référence au passé. Le présent, le hic et nunc du parti n’est doté de sens que dans la mesure où le double travail de destruction de l’ordre ancien et la construction de l’ordre nouveau s’intègrent dans un processus historique.

12La nécessité de s’y inscrire est par ailleurs l’un des fondements idéologiques du marxisme-léninisme sur lesquels il n’est pas nécessaire d’insister ici. Elle est d’importance majeure également pour des raisons plus immédiates, à savoir pour donner à la politique du parti une intelligibilité et une rationalité accessibles au simple citoyen. Les historiens ont peut-être raison de mettre en doute la conception positiviste de la continuité linéaire de l’histoire (ou la caricature de cette conception) suggérant une évolution, avec certes des ruptures et des détours, de nature somme toute causale. Il n’en reste pas moins qu’une telle vision est ancrée dans les mentalités collectives de l’Europe moderne. Pour être intelligible, l’histoire doit être présentée comme une affaire de générations qui se succèdent, comme une affaire de traditions, comme un héritage qui se transmet de père en fils.

13Le parti communiste excelle en la matière, réussissant même le pari audacieux de se placer, lui, le parti par excellence internationaliste, dans la coulée de l’histoire nationale. L’on connaît, au sortir de la seconde guerre mondiale, peu de discours aussi nationalistes que celui des Gomulka, Rákosi ou autres dirigeants communistes d’Europe centrale.

14Pour ce faire, il a fallu que le parti mène une opération en apparence simple, mais en réalité extrêmement délicate et compliquée. A la fin de l’opération, il devait faire figure d’incarnation des traditions historiques les plus précieuses, de porteur des plus hautes valeurs culturelles, d’aboutissement d’un combat ininterrompu pour la liberté et l’indépendance. L’héritier présomptif se posa comme héritier exécuteur du testament des héros de la nation.

15Il fallait alors, d’entrée de jeu, tracer une trajectoire historique unique conduisant à la voie unique du socialisme. Une voie unique sans pluralisme d’aucune sorte. L’histoire doit présenter en conséquence une image semblable, tissée des fils de la lutte des classes, de la succession des combats pour la liberté. Le parti construit par conséquent la nouvelle histoire, celle des « traditions progressistes ». Le reste, c’est-à-dire une multitude de trajectoires, d’événements et de personnages, est ou bien simplement gommé, ou bien restructuré pour représenter l’ennemi de classe, la réaction, les forces rétrogrades. La réécriture est aussi une question de langage. Les clichés remplacent les hommes.

16La réécriture de l’histoire hongroise peut servir d’illustration à cette opération. Il suffit de fournir quelques exemples.

17Le fil conducteur, comme on l’a dit, est le combat pour la liberté. La liberté politique, l’indépendance nationale, la justice sociale. L’idéal type, pour ainsi dire weberien, aurait été d’inventer une histoire de toutes pièces. Le parti dut cependant se résigner à faire un « remake » en utilisant des éléments réels et en les retouchant et mythifiant, selon ses besoins.

18Il dut en même temps tenir compte de la sensibilité de la population qui n’aurait pas accepté qu’on lui vole son histoire. L’histoire faite par le parti utilisa donc dans une large mesure les héros et les épisodes entrés dans la conscience nationale. La guerre d’Hitler aidant, le parti lance donc la formule de « Quatre siècles d’histoire pour l’indépendance » représentée comme une lutte ininterrompue contre l’Allemand envahisseur depuis l’accession au trône de Ferdinand Ier en 1526 jusqu’à Hitler, en passant par tous les Habsbourg et Habsbourg-Lorraine. Une lignée de héros progressistes en émerge sans blesser la sensibilité de l’opinion : les princes István Bocskai, Gábor Bethlen, Ferenc Rákoczi II, Kossuth, le tribun de la guerre d’indépendance de 1848-49, le poète Petöfi et le général Bem, par ailleurs Polonais, tous héros et symboles du même combat.

19On n’oublie pas certes 150 ans de domination ottomane, mais l’on jette un voile pudique sur le rôle des Habsbourg dans la défaite infligée aux Turcs ainsi que sur certains épisodes gênants tels que l’écrasement de la guerre d’indépendance de 1848-49 par l’armée russe.

20Voile aussi sur le rôle certes controversé, mais en partie positif de l’empire des Habsbourg. L’historiographie hongroise, à partir des années 1960, a largement rectifié l’image, mais selon l’interprétation communiste initiale la cohabitation avec l’Autriche, y compris avec la période de la double monarchie, était à peine autre chose que quatre siècles d’oppression et de colonisation. Une représentation relativement facile à faire accepter parce que, sous une forme plus grossière, elle correspondait à une tradition nationaliste dite « kuruc » (désignant les guerriers anti-allemands des insurrections du xviie et du début du xviiie siècles) et « quarante-huitarde ».

21Il était plus difficile de gommer ce qui avait fait partie auparavant d’une représentation pluraliste plus nuancée de l’histoire telle que la vénération de François Joseph Ier ou la fascination culturelle de la Vienne de la fin du siècle. Difficile aussi de trouver la place dans le nouveau Panthéon marxiste pour un Széchenyi, chef de file des réformistes, grand rival de Kossuth, et pourtant « le plus grand de tous les Hongrois » selon ce même Kossuth.

22A propos de 1848, il faut savoir que cette révolution et guerre d’indépendance furent – et peut-être reste – le grand événement de l’histoire qui à la fois unit et divisait la nation pendant quatre générations. Unie dans la représentation mythique d’une « nation qui se soulève comme un homme » (l’image est de Kossuth), cette même nation se trouvait divisée à propos de l’évaluation des pertes et profits ou de l’estimation des tendances et des personnages. La réécriture communiste trancha une partie du débat en attribuant le rôle le plus positif à la gauche radicale proche de Petöfi, à la gauche pré-prolétarienne symbolisée par Mihály Táncsics et enfin à Kossuth, bien sûr. Personnage effectivement dominant, il resta le symbole de la lutte contre l’oppression allemande et du combat populaire. Un épisode d’une solennité frôlant le comique montre le souci du parti de représenter l’homme selon la ligne en cours. Lors de la célébration du centenaire de la révolution de 1848, on remplaça l’ancien monument de Kossuth devant le Parlement par un monument d’une nouvelle conception. La statue de Kossuth fut entourée de nouvelles figures, naturellement plébéiennes. Quant au Kossuth de marbre qui sur le monument ancien regardait en bas, pleurant sur la révolution écrasée, il eut droit à une statue à la tête haute, regardant l’avenir avec foi et optimisme… Symbole de l’imaginaire communiste, il voyait déjà tout ce que nous savons.

23A propos du même épisode, le parti se devait aussi de retoucher l’image de l’armée russe du général Paskievitch, venu en 1849 à la rescousse de Vienne pour écraser les rebelles hongrois. Cocasse… L’on a sorti alors du chapeau un certain officier russe Goussev qui aurait déserté son drapeau pour passer à la juste cause des révolutionnaires hongrois. Aussitôt, une petite rue élégante fut baptisée rue Goussev, avec une plaque commémorative. Par malheur, le capitaine Goussev n’a jamais existé… Mais une fois inventé, le personnage est devenu immortel. La petite rue porte toujours son nom.

24Dans le chapitre gommage et retouche, voici encore quelques exemples.

25En ce qui concerne l’histoire de 1919,1a République des Conseils et la dictature du prolétariat subissent d’abord un effacement considérable. Jadis fierté du parti, sa lettre de noblesse dans le mouvement communiste international, le régime de Béla Kun occupa une place on ne peut plus modeste. Il fut présenté comme un fait révolutionnaire progressif, mais dans une large mesure raté à cause de ses chefs. Sauf quelques-uns comme Mátyás Rákosi.

26L’explication en est simple. Au moins 80 % des dirigeants de la République des Conseils périrent, Béla Kun en tête, dans les purges de Staline. N’en réchappèrent que quelques anciens sociaux-démocrates retournés en Hongrie et quelques autres personnes, comme Rákosi lui-même, ayant eu la chance de se trouver dans les prisons de Horthy à l’époque des purges.

27Tout cela n’intéressa guère l’opinion hongroise. L’autre explication en revanche la concerne un peu plus. Si 1919 fut effacé, c’est parce que le sectarisme et la terreur de la dictature d’alors n’entrèrent pas du tout dans la ligne politique de la démocratie populaire semi-pluraliste et patriotique. Encore une révision de l’histoire qui profita au parti. Elle lui donna quelque crédibilité auprès de ses partenaires de coalition ainsi que dans la société civile marquée par les mauvais souvenirs de l’événement.

28L’histoire rééditée selon les circonstances passa aussi sous silence un événement autrement traumatisant : le traité de Trianon de 1920. Jusqu’à la Conférence de la Paix de Paris, après la deuxième guerre mondiale, le Parti Communiste Hongrois, de même que l’opinion publique, nourrissaient encore quelques espoirs en ce qui concerne une légère rectification des frontières de 1920 à la Conférence de 1946.

29Peine perdue. Dès lors, parler de frontières de Trianon évoqua par la force des choses un « nouveau Trianon » que le parti ne sut pas éviter, malgré ses relations avec le parti frère soviétique.

  • 8 Voir aussi mon article « Deux histoires pour un pays » dans la Revue des Sciences morales et politi (...)
  • 9 Les lieux de la mémoire, I. La République, sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1984 (...)

30Penser l’histoire d’une certaine façon, ou selon le terme courant hongrois, conformément à la « conscience collective », est l’élément constitutif principal de l’identité nationale. Chaque classe politique s’efforce de la façonner selon son idéologie, mais en essayant de la calquer sur l’image la plus répandue dans la société civile. Le sentiment d’une identité collective fondée, dans une large mesure, sur l’histoire est avant tout un lien. Il y a cependant une différence entre l’histoire savante et l’histoire plus ou moins mythique, nourrie par l’imaginaire populaire. Cette histoire ancrée dans l’imaginaire populaire est composée d’un nombre très restreint d’éléments. Une dizaine, une douzaine, mais tous chargés de symboles8. Symbole des « origines glorieuses », symbole de la grandeur d’antan, symbole de la chrétienté, symbole de la solitude et du destin tragique de la nation… A chacun correspondent des « lieux de la mémoire », comme le dirait Pierre Nora9. Comme la main droite embaumée de Saint-Etienne, la Couronne, le champ de bataille de Mohács (1526), Trianon… Ou le tombeau supposé du poète Sándor Petöfi, blessé à mort à Segesvár (Transylvanie) par un Cosaque de l’armée russe, accourue au secours des Habsbourg en 1849. On le fouille et on en discute depuis 140 ans. Dans la foulée de l’effervescence de la Hongrie de nos jours, les journaux sont pleins de la « découverte » du tombeau et des restes du cadavre… en Sibérie. Le poète ne serait pas mort, mais aurait été seulement blessé et capturé…

31Pour revenir aux mythes fondateurs d’une certaine identité (mélange du réel et de l’imaginaire), l’intérêt du parti n’était pas de les démolir, mais de les récupérer et les transformer sans provoquer trop d’indignation. Cela marchait bien pour les origines glorieuses et même pour la grandeur d’antan. Pour la chrétienté aussi, dans la mesure où il s’agissait de défendre une civilisation – transformée en mode de production – supérieure à celle de l’empire ottoman. Le symbole de la solitude posa déjà problème. Il était chargé d’une signification anti-slave vis-à-vis des voisins devenus pays frères. Une autre note d’accompagnement du symbole de la solitude évoquait un thème encore plus dangereux, un thème de la poésie et de l’imaginaire populaire vieux de plusieurs siècles. Celui du soldat hongrois se battant et mourant entre « deux païens », le païen allemand à l’ouest et le païen turc au sud-est. Un glissement de sens insaisissable, parce que tacite et imperceptible, transforma le païen turc en russe.

32Le symbole du destin tragique s’était créé après la défaite de la guerre d’indépendance de 1848-49. Mais il est devenu la représentation englobante de toutes les défaites depuis la bataille de Mohács. Il fallait donc réaccorder toute une histoire – une tâche plus difficile que la réinterprétation de quelques événements ponctuels. D’autant plus que le thème du destin tragique était accompagné d’une véritable note de désespoir : celui de la mort collective, de la disparition de la nation, de cet îlot entouré d’ennemis…

33Nous avons mentionné l’un des artifices employés. Il consistait à présenter l’histoire comme une succession ininterrompue de luttes pour la liberté aboutissant à la prise du pouvoir par le prolétariat. Tout est bien qui finit bien.

34Mais cela ne suffit pas pour mettre en nouvelle musique tout le passé et arracher ce sentiment tragique dans lequel les Hongrois, il faut le dire, se complaisaient et se reconnaissaient. A l’artifice de l’optimisme révolutionnaire vint donc s’ajouter le thème de l’ennemi intérieur, le thème de la trahison des classes dominantes… C’est ce qui éclaire, par exemple, le curieux glissement dans l’historiographie communiste à propos de la bataille de Mohács de 1526. Glissement curieux parce que la nouvelle interprétation voulait accréditer l’idée que, tout compte fait, cette bataille de 1526 fut perdue… en 1514. Date de l’insurrection paysanne conduite par György Dózsa, cruellement réprimée par la noblesse et saignant à blanc les forces vives de la nation. Cela, certes, n’est pas entièrement faux. Mais la bataille désastreuse eut lieu quand même en 1526. La défaite s’explique par plusieurs causes et la noblesse incriminée, malgré son égoïsme et ses dissensions, n’était pas simplement une bande d’assassins. Elle était la noblesse. Le but de cette opération, et de ses semblables, était de faire d’elle, et ensuite, de la bourgeoisie, le bouc émissaire de tous les échecs.

  • 10 Cf. László Péter, “A nemzeti mult legendái es tilalomfái” (Les légendes et les tabous du passé nati (...)

35Parmi les nombreux débats qui avaient eu lieu à propos de ces interprétations, il faut mentionner au moins le débat déclenché par Erik Molnár, membre du Comité central et directeur de l’Institut d’histoire de l’Académie jusqu’à sa mort en 1966. Molnár est parti en guerre contre le nationalisme et subjectivisme historique au nom d’une science marxiste respectant selon lui les lois objectives de l’évolution. Malgré les réserves qu’on peut formuler à l’encontre de sa conception, Erik Molnár et ses disciples ont le mérite d’avoir débarrassé l’histoire de beaucoup de falsifications. En particulier de celle qui consistait à mettre en accusation les classes possédantes. Comment se fait-il, s’est-il demandé, que le paysan qui n’avait rien reçu de la patrie luttait toujours pour elle et la noblesse, qui avait tout, la trahissait en permanence ?10 Ayant montré l’absurdité de cette représentation qui avait comme but de justifier la domination du parti au nom des déshérités de l’histoire, Molnár a libéré les historiens d’un certain nombre de tabous et de contraintes, au plus grand bénéfice des sciences historiques.

36Le débat a donné aussi un élan à l’opinion publique, et aux traditions de la société civile. Celle-ci regardait en effet avec consternation les « remakes » continuels du passé et la destruction consécutive de tout un système de valeurs lié, qu’on le veuille ou non, au rôle historique de la noblesse. Cette relation est sans doute très complexe.

37Elle véhicule aussi certains mythes qui n’ont rien à voir avec les faits, tels que, par exemple, les origines sinon troyennes, hunnoturques de la nation hongroise. Si bien que la flatterie ultra nationaliste du parti avait pu un moment égarer l’opinion. Mais pas pour longtemps. Grâce aux travaux sérieux des historiens, la société hongroise d’aujourd’hui a admis quelques vérités moins flatteuses que certaines des représentations anciennes, tout en préservant les valeurs traditionnelles.

  • 11 Outre les monographies consultées, voir les contributions dans les six volumes, dont cinq en deux t (...)
  • 12 Je remercie ici l’historien hongrois Géza Mezei qui a contribué à ce survol rapide de l’évolution d (...)

38L’histoire est aujourd’hui un « espace » libéré de la culture, du savoir et de la conscience. Certes, pas encore dans l’enseignement et les manuels. Mais dans les recherches, les ouvrages, les revues, les tabous ont sauté, les déformations ont été redressées. Il serait long d’énumérer ici les étapes de cette évolution et les travaux, ne serait-ce que les plus importants, de ce retour aux sources11. Parmi les plus importants, mentionnons toutefois Iván T. Berend, György Ránki et Péter Hanák qui, plus de vingt ans durant, ont renouvelé la recherche et l’interprétation de la période du dualisme ainsi que de l’histoire économique. Et pêle-mêle quelques noms arbitrairement choisis au gré des lectures du présent auteur : István Diószegi, Miklós Szabó, Domokos Kosáry, Emil Niederhauser, György Szabad, Tibor Hajdu, Gyula Juhász, György Litván, Miklós Lackó, Mária Ormos, Kálmán Benda…12

  • 13 Elizabeth K. Valkenier, “Sovietization and Liberalization in Polish Postwar Historiography in : Jo (...)

39Sur le plan des idées, des institutions, des contraintes et de l’émancipation de sous la tutelle, l’historiographie polonaise avait suivi un chemin quasiment identique13. Le VIIe Congrès des historiens tenu à Wroclaw en septembre 1948, le lancement de revues marxistes (voir plus haut, IIe partie de cet ouvrage), la fondation d’une association d’historiens marxistes, la création de la section des sciences sociales à l’Académie, l’introduction à l’école de nouveaux manuels ainsi qu’une multitude de mesures administratives et d’offensives idéologiques avaient jalonné la mise au pas de la profession. Et, après 1956, les mesures de relâchement, les dissidences et finalement l’éclosion d’une science historique se libérant des entraves.

40Parmi les thèmes sensibles se trouvent (déjà !) le baptême de la Pologne par Mieszko 1er et le couronnement de Chrobry. Pour l’histoire traditionnelle, c’est avec le baptême en 966 que commence l’histoire nationale, mais aussi l’entrée de la Pologne dans le monde de la civilisation chrétienne et de la culture européenne. Le déplacement « discret » dans l’accent marxiste ne modifie pas le fait, mais occulte seulement la dimension religieuse. Or, cette dimension était, et est restée, le fondement de l’appartenance de la Pologne à l’Occident chrétien. L’Eglise polonaise, force à la fois spirituelle et sociale, sut sauvegarder sa propre vision de l’histoire nationale, différente et, souvent, concurrente de celle des communistes. Ce fut d’ailleurs contre l’Eglise et la vision de l’Histoire de celle-ci que Gomulka dirigea ses attaques les plus virulentes dans la période du millénaire de l’Etat polonais. Or, l’engagement des Eglises en faveur d’une alternative historique à opposer aux constructions idéologiques des marxistes est un sujet spécifique. (Ne serait-ce qu’en raison de la dimension spirituelle dont elle se double, cette alternative exige une analyse séparée et approfondie que nous ne pouvons pas développer dans le cadre de cet essai.)

41Mais il y a peut-être plus que cela. Car la nouvelle interprétation ne souligne pas seulement la portée politique de la fondation de l’Etat, mais aussi son orientation anti-germanique. La différence sur ce point semble une légère nuance puisque l’historiographie traditionnelle n’avait pas, elle non plus, abandonné la conception d’une Pologne de la dynastie des Piasts et son extension à l’Ouest ; mais avec l’accent mis sur cette orientation, il s’est agi, au lendemain de la guerre, de retrouver la frontière Oder et Neisse… pour oublier l’amputation des provinces orientales au profit de l’Union soviétique.

42Finalement, sans minimiser pour autant le remodelage idéologique de toute l’histoire selon les canons du marxisme et la lutte de classes, c’est là, dans les relations polono-russes que se trouve le cadavre dans le placard. Là… jusqu’aux cadavres de Katyή.

  • 14 Jòzef Jasnowski, “Analiza propramòw szkolnictwa wyzszego i wytycznyrh prac naukowych w zakresie his (...)

43Comme le disait un auteur, « la nouvelle situation dans laquelle s’est trouvé le pays fait en sorte que les intérêts de l’historiographie polonaise concordent avec les aspirations du gouvernement qui veut détourner l’attention du public des territoires orientaux et la diriger vers les terres recouvrées de l’Ouest »14.

  • 15 Le KRN (Conseil national du peuple), le parlement des années 1944-1947, crée la distinction « Croix (...)
  • 16 Tadeusz Czastka, “Podreczniki szkolne dla dzieci i mlodziezy (Manuels scolaires pour enfants et je (...)
  • 17 Ibid., p. 148.

44C’est ainsi que l’histoire de la Pologne devait aller de son premier roi à Staline. C’est ainsi que, pour revenir au départ, les guerres du roi Chrobry menées contre l’Empire furent justes, mais celles qui l’opposaient à la Russie de Kiev, expansionnistes. On accorde, à ne pas en douter, une grande importance aux combats contre l’Ordre teutonique, avec comme point culminant, la bataille de Grunwald de 141015, qui est saisie comme occasion pour louer la solidarité entre les Slaves. Selon le premier manuel communiste d’histoire polonaise, introduit dans les écoles secondaires pour l’année scolaire 1951-1952, de Grazelda Missalowa et de Janina Schoenbrenner, les avantages de cette solidarité sont évidents : ce furent les chevaliers de Smolensk qui gagnèrent la bataille16. L’expansion de l’Etat polonais vers l’Est qui commence en même temps que les guerres contre l’Empire germanique (Chrobry mena une expédition contre Kiev) et qui aboutit, comme point culminant à l’union polono-lituanienne, est une évolution déplorable qui détournait l’attention de la menace allemande et qui, dernière conséquence, mena à la disparition de l’Etat polonais. C’est ainsi que l’Union de Lublin de 1569 n’est digne que d’un bref commentaire : « L’Union de Lublin offrait aux seigneurs polonais la possibilité de maintenir l’occupation des terres ukrainiennes. Elle avait pour but de faciliter d’autres conquêtes à l’Est. Elle barrait la route à l’unification de la Biélorussie et de l’Ukraine ainsi qu’à l’indépendance de la Lituanie17. » La politique de la République polono-lituanienne, les guerres contre la Moscovie sous le règne de Stefan Batory par exemple, sont considérées comme des actions réactionnaires entreprises au profit des grands hobereaux de l’Est et contre les intérêts du peuple polonais tout entier. L’Hetman Chodkiewicz qui devait sa célébrité aux défaites qu’il avait infligées aux armées de Moscou et à l’occupation de cette ville, est condamné à disparaître du manuel des deux historiennes communistes.

45Plus nous nous approchons du présent et plus le passé, interprété à l’aide du matérialisme historique, devient méconnaissable. La responsabilité pour les partages de la Pologne est attribuée presque exclusivement à Frédéric II de Prusse, Catherine de Russie ne fait que « reprendre » les terres ukrainiennes et biélorusses.

  • 18 Henryk Wereszycki, “Polish Insurrections as a Controversial Problem in Polish Historiography, in : (...)

46Les insurrections du xixe siècle18, problème central s’il en est, subissent aussi leur réinterprétation à la lumière du marxisme. Et ainsi de suite : la renaissance de l’Etat polonais après la première guerre, la période de Pilsudski et de ses successeurs, la guerre.

47Nous ne parlons pas ici des silences, des falsifications et des polémiques, plus récentes, sur l’histoire du parti et du mouvement ouvrier comme la liquidation de tout l’état-major du parti polonais dans les purges. Cela passionne certes les intellectuels et les historiens du parti, mais pas l’opinion publique plus vaste, ni la société civile. Comme nous l’avons fait remarquer à propos de l’affaire Rajk en Hongrie et, à plus forte raison, des vicissitudes des partis communistes, arbitrairement interdits, reconstitués, à nouveau interdits par le Komintern, le Hongrois et le Polonais moyen ne considèrent pas ces éléments comme partie intégrante de leur histoire.

  • 19 Parmi les œuvres littéraires est paru en français Jerzy Andrzejewski, Sous le regard des autres, Pa (...)
  • 20 Mentionnons toutefois les travaux pionniers, déjà cités, de György Száraz, Egy elöitélet nyomában ( (...)

48Les rapports polono-juifs sont d’un accès autrement difficile. Dans un premier temps, après la guerre, ils furent abordés notamment par des romanciers, tels Jerzy Andrzejewski et Kazimierz Brandys, comme les vestiges de l’antisémitisme d’un « mauvais passé » révolu. Et, dans le même esprit, entre autres dans un recueil d’essais et, certainement, dans des articles et autres ouvrages que nous ne connaissons pas19. Par la suite cependant, l’antisémitisme et le sort des Juifs polonais allaient multiplier les « pages blanches » de l’histoire, tout comme en Hongrie jusque vers les années 1970. Pour des raisons politiques, mais autant aussi pour des raisons de psychologie collective, surtout en ce qui concerne la Pologne, ce sujet reste toutefois à la fois controversé et passé sous silence. Il n’est pas possible dans ces pages d’en faire le bilan historiographique20.

  • 21 Josef Jasnowski, Analyse des programmes..., op. cit. en polonais, p. 83.

49L’éducation, selon le nouvel esprit marxiste, avait été un objectif prioritaire. A l’Université, dès 1949-1950. Dans les lycées, les anciens manuels sont retirés en 1951-1952 et sont remplacés par de nouveaux. En Pologne, sur 13 manuels, six ont pour auteurs des Polonais et sept des Soviétiques, les ouvrages de ces derniers étant traduits en polonais21. Quant à leur contenu, les quelques extraits cités ci-dessus en donnent une idée.

  • 22 Történelem. Gimnázium III (s.d.) et Történelem. Gimnázium IV, Budapest, Editions de manuels scolair (...)

50Nous ne connaissons pas de cas semblable (peut-être par ignorance) en Hongrie. Les livres d’histoire pour les écoles ont été écrits par des historiens hongrois dans la tradition marxiste-léniniste. Ils furent un peu dégrossis après 1956, mais sans grand changement. Le manuel pour la 11e année de gymnase (lycée) dans les années 1970, est la 13e édition du même ouvrage. Ses 4 parties portent sur le retrait du féodalisme à partir de 1789, sur sa transition au capitalisme, sur le capitalisme classique et, pour varier le menu, sur le développement du capitalisme... Le manuel pour la IVe année du gymnase connut sa 11e édition en 1978. Il commence par l’épanouissement du capitalisme, il continue (IIe partie) par la Première guerre et la révolution bolchévique (mais pour que l’élève ne puisse pas s’égarer, il porte en sous-titre « Les débuts de la crise générale du capitalisme... ») ; IIIe partie : « La Hongrie et la Première guerre mondiale. La première dictature du prolétariat dans notre pays ». La IVe partie porte le titre « La construction du socialisme en Union soviétique ». (Et, toujours pour la bonne mesure, la crise générale du capitalisme...) Ainsi suivent les trois dernières parties22.

  • 23 László P. Luka, “A nemzeti öntudat elsorvasztása. Tallózás a hazai elemi iskolai tanköny vekben (L (...)

51Enfin, quelques exemples tirés des manuels des écoles primaires. La tendance est nette : c’est la soviétisation des valeurs historiques, entre autres à travers la célébration des fêtes. Les fêtes religieuses et familiales, Noël, Pâques, ont disparu. De Noël, il ne reste que le sapin, du jour de Saint-Etienne, la fête de la Constitution. Mais disparaissent aussi, ou s’atrophient, les fêtes nationales traditionnelles au bénéfice des fêtes du parti et de l’Union soviétique. En quatrième primaire, sur 26 pages consacrées aux fêtes, 12 portent sur l’URSS et son armée de libération, 5 sur la République des Conseils de 1919, 4 sur le 1er mai. L’on retrouve des pourcentages semblables dans les autres manuels23.

52Les fêtes nationales sont aussi supprimées ou transformées. Pendant 40 ans, le 15 mars, anniversaire de la révolution de 1848, avait été jour non-férié. Comme en Pologne le 3 mai, jour de la Constitution de 1793 et le 11 novembre, jour de l’armistice et de la renaissance de l’Etat polonais.

53Tout cela change depuis à peine deux ans avec les mutations politiques fulgurantes de 1988 et 1989. A Budapest, le 15 mars 1988, les manifestants avaient été matraqués par la police. En 1989, le jour de la révolution de Petöfi fut proclamé fête nationale... et le sera sous peu le 23 octobre... jour de cette autre révolution, en 1956, contre le totalitarisme.

54Mais bien avant déjà ces victoires remportées tout récemment sur l’obscurantisme idéologique du régime, l’historiographie avait fait de grands progrès en Pologne comme en Hongrie.

55Pendant l’époque de Solidarność et tout au long de ses sept ans de clandestinité, le passé refait surface et ce sont ceux de ses aspects que les communistes étaient particulièrement soucieux d’enterrer qui resurgissent les premiers. Un bref survol de l’édition clandestine, des sujets et problèmes historiques débattus dans la presse oppositionnelle et lors des séminaires de l’Université volante et des cercles de lecture, se lit comme une liste d’événements historiques escamotés, occultés et censurés durant les quarante ans du règne communiste. Y figurent dans des positions privilégiées, les relations polono-soviétiques avec la guerre des premières années d’indépendance, le sort des Polonais des territoires occupés en 1939, en vertu du pacte Ribbentrop-Molotov, le massacre de Katyn, l’insurrection de Varsovie de 1944. Evénements complétés par l’histoire de la Pologne populaire depuis l’instauration, à Lublin, du premier centre du pouvoir communiste en 1944, à travers l’élimination des opposants politiques dans les années 1944-1948, le référendum truqué de 1946 et les élections qui, de libres qu’elles étaient censées être conformément aux décisions de Yalta, devinrent les premières d’une longue suite de « consultations populaires » factices et dépourvues de sens. L’histoire qu’il convient à ce moment d’appeler « alternative », se penchera également sur les événements des années 1956-1957 et les chances manquées de la déstalinisation, sur l’agonie du réformisme en 1968 et sur les révoltes ouvrières de la dernière décennie. Il y aura également, dans cette panoplie de sujets, l’histoire de la République polonaise des années 1918-1939, la naissance des mouvements politiques modernes – socialisme et nationalisme – au tournant du siècle, l’on s’interrogera sur les traditions démocratiques de la res publica nobiliaire, tout comme sur les efforts de « modernisation » de l’Etat polonais à la fin du xviiie siècle.

  • 24 Voir : Tygodnik Solidarność, n° 7, 15.05.1981, p. 7 : article sur les négociations entre Solidarité (...)
  • 25 Une discussion à ce sujet eut lieu à l’Université de Varsovie entre les journalistes de l’hebdomada (...)
  • 26 “Propozycje programowe” (Projets de programme) in : Zeszyty Edukacji Narodowej (Cahiers d’éducation (...)

56Le travail de démystification se poursuivra à un rythme accéléré durant les seize mois de l’existence légale du syndicat. Les publications de ce dernier – ainsi le Tygodnik Solidarność (Hebdomadaire Solidarność) – consacreront beaucoup de place aux sujets historiques, publiant des articles sur le pogrome de Kielce, les personnages historiques, les nouveaux programmes d’enseignement de l’histoire24. L’on s’interrogera sur la place réservée à l’histoire dans le processus du « renouveau » national25. Ralenti par la proclamation de l’état de guerre, ce travail de grande envergure et mené au grand jour se réfugie à nouveau dans la clandestinité où l’on élabore des programmes pour un enseignement indépendant de l’histoire26. Le travail ne sera point interrompu. Au contraire, il gagnera peu à peu la presse et les publications officielles, contribuant à la décomposition de la vision officielle du passé. L’on aura non seulement créé une commission polono-soviétique chargée de remplir les pages blanches de l’histoire des relations entre les deux pays, mais on permettra la publication des ouvrages historiques et des souvenirs parus dans l’émigration. Et tandis que les noms des batailles figurant sur le monument du soldat inconnu ont récemment été complétés par ceux des combats polono-russes, la société polonaise semble sur la voie de redevenir le patron de son histoire, ce qui ne manque pas de poser de sérieux problèmes au communisme polonais. C’est qu’en redessinant le tableau de l’histoire nationale, la société polonaise oblige le parti communiste à redéfinir et son rôle et sa place dans la continuité du devenir historique. Or, la place que lui réserve, en anticipant les développements, l’histoire dans sa version sociétale, est celle – peu éminente – d’une parenthèse et d’un détour douloureux.

Notes

1 Cf. « La mort d’une société », IIe partie du présent ouvrage.

2 Nous autres, Paris, Gallimard, 1971.

3 Michel Heller, La machine et les rouages. La formation de l’homme soviétique, op. cit.

4 Georges Orwell, 1984, Paris, Gallimard, 1950, pp. 62-63, 221.

5 Ibid., pp. 303-30

6 Correspondance de Napoléon 1er, 1808, t. 16, Paris, Plon, 1864, n° 13 735 (pp. 488-490).

7 Cf. Dans l’excellent ouvrage de Marc Ferro, Comment on raconte l’Histoire aux enfants à travers le monde entier, Paris, Payot, 1981, les chapitres 8, 9 et 10 sur l’URSS et la Pologne.

8 Voir aussi mon article « Deux histoires pour un pays » dans la Revue des Sciences morales et politiques, 1986.

9 Les lieux de la mémoire, I. La République, sous la direction de Pierre Nora, Paris, Gallimard, 1984. Voir en particulier le chapitre « Entre mémoire et histoire » de Nora.

10 Cf. László Péter, “A nemzeti mult legendái es tilalomfái” (Les légendes et les tabous du passé national) dans Belsö tilalomfák (Tabous intérieurs), München, 1982, p. 163.

11 Outre les monographies consultées, voir les contributions dans les six volumes, dont cinq en deux tomes, de Magyarország története (Histoire de la Hongrie), publication collective qui comptera 10 volumes, Budapest, 1976. Pour les débats sur l’historiographie hongroise, nous avons consulté des revues dont Századok (Siècles), Történelmi Szemle (Revue historique), l’article important de Domokos Kosáry, “Viták a történeti tudományok területén a hetvenes években” (Débats sur les sciences historiques dans les années 1970), Publications du département des sciences philosophiques et historiques de l’Académie des Sciences, XXIX/1-2, 1980, pp. 119-136, ainsi que l’ouvrage de Miklós Lackó, Válságok-választások (Crises et choix), Budapest, 1977, et le compte rendu Történelem és Közgondolkodás (Histoire et mentalité collective), Congrès scientifique à Eger 16-18 juin 1982, Budapest, ed. Kossuth, 1982.

12 Je remercie ici l’historien hongrois Géza Mezei qui a contribué à ce survol rapide de l’évolution de l’historiographie par la rédaction d’une étude préalable plus détaillée (85 pages en ms.).

13 Elizabeth K. Valkenier, “Sovietization and Liberalization in Polish Postwar Historiography in : Journal of Central European Affairs, vol. 19, n° 2, July 1959 ; Stanislaw Bebenek, “Spory historyczne w polskiej prasie kulturalnoliterackiej lat 1945-1948 (Les débats historiques dans la presse culturelle et littéraire polonaise des années 1945-1948) in : Dzieje Najnowsze, vol. 6, n° 2, 1974 ; Pawel Korzec, “Materialy do studiòw nad historiografia Polski Ludowej (w zakresie historii najnowszej) (Matériaux pour l’étude de l’historiographie de la Pologne populaire (dans le domaine de l’histoire contemporaine)), in : Zeszyty Historyczne (Paris), n° 20, 1971 ; Czeslaw Madajczvk, “W sprawie badaήz zakresu najnowszej historii Polski (A propos des recherches sur l’histoire contemporaine de la Pologne), in : Kwartalnik Historyczny, vol. 64, n° 1, 1957.

14 Jòzef Jasnowski, “Analiza propramòw szkolnictwa wyzszego i wytycznyrh prac naukowych w zakresie historii (Analyse des programmes d’enseignement supérieur et des directives pour les travaux scientifiques dans le domaine de l’histoire) in : Encyklopedia wiedzy o kraju, vol. 3 : Sowietyzacja kultury w Polsce, Paris, “Kultura, Décembre 1952.

15 Le KRN (Conseil national du peuple), le parlement des années 1944-1947, crée la distinction « Croix de Grunwald ».

16 Tadeusz Czastka, “Podreczniki szkolne dla dzieci i mlodziezy (Manuels scolaires pour enfants et jeunes) in : Encyklopedia wiedzy o kraju, vol. 5, Paris, juillet 1953, p. 148.

17 Ibid., p. 148.

18 Henryk Wereszycki, “Polish Insurrections as a Controversial Problem in Polish Historiography, in : Canadian Slavonic Papers, vol. 9, 1967, p. 117.

19 Parmi les œuvres littéraires est paru en français Jerzy Andrzejewski, Sous le regard des autres, Paris, Balland, 1986 ; voir en polonais le recueil Martwa Fala (Vague morte), Zbiór artykulów o antysemitizmie (recueil d’articles sur l’antisémitisme), Varsovie, “Wiedza, 1947. Un nouveau débat eut lieu pendant et après l’époque Solidarność notamment dans des revues catholiques comme Tygodnik Powszechny.

20 Mentionnons toutefois les travaux pionniers, déjà cités, de György Száraz, Egy elöitélet nyomában (Sur les traces d’un préjugé), Budapest, 1976, réédité dans un recueil d’études plus vaste sous la direction de Péter Hanák, ed. Gondolat, 1984 ; les nombreux travaux de Viktor Karády notamment dans le recueil Zsidóság az 1945 utini Magyarországon (Les Juifs et la Hongrie d’après 1945), Paris, Cahiers hongrois, 1984 et, du même auteur « Les Juifs, l’Etat et la monarchie bicéphale » dans Le génie de l’Autriche-Hongrie, Etat, société, culture, sous la direction de Miklós Molnár et de André Reszler, Paris, PUF, 1989.

21 Josef Jasnowski, Analyse des programmes..., op. cit. en polonais, p. 83.

22 Történelem. Gimnázium III (s.d.) et Történelem. Gimnázium IV, Budapest, Editions de manuels scolaires, 1978. Nous avons pu également consulter les directives du ministère de l’Education adressées dans les années 1950 aux professeurs chefs de classes. Sur les 26 heures réservées à des questions concrètes entre novembre et mai, 12 portent sur des problèmes pédagogiques, 14 autres sans exception sur Lénine, Staline, Ràkosi, la révolution d’Octobre, le parti... (Circulaire s.d. en possession de l’auteur).

23 László P. Luka, “A nemzeti öntudat elsorvasztása. Tallózás a hazai elemi iskolai tanköny vekben (L’étiolement de la conscience nationale. En glanant dans les manuels scolaires des écoles primaires hongroises), Katolikus Szemle (Revue catholique), Rome, n° 3, 1982.

24 Voir : Tygodnik Solidarność, n° 7, 15.05.1981, p. 7 : article sur les négociations entre Solidarité et le ministère de l’éducation. Cf. Teresa Bochnic, “Sprawy oswiaty (Problèmes de l’éducation) in : Tygodnik Solidarność, n° 18, 31.07.1981, p. 9.

25 Une discussion à ce sujet eut lieu à l’Université de Varsovie entre les journalistes de l’hebdomadaire et les historiens. Voir : Tygodnik Solidarność, n° 6, 08.05.1981, p. 6 ; Cf. Wojciech Karpinski, “Wyjscie z milczenia” (Sortie du silence) in : Tygodnik Solidarność, n° 7, 15.05.1981, p. 4 ; Dybciak, “Tajemnica Polslci jest pamiec Polakow” (Le secret de la Pologne c’est la mémoire des Polonais) in : Tygodnik Solidarność, n° 10, 05.06.1981.

26 “Propozycje programowe” (Projets de programme) in : Zeszyty Edukacji Narodowej (Cahiers d’éducation nationale), Paris, mars 1986 (première édition à l’Ouest), pp. 55-64.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable