Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

V. Les espaces libérés

3. Comment sortir de la crise économique ?

Texte intégral

1Dans les chapitres précédents consacrés aux diverses tentatives polonaises pour consolider la situation et au « modèle hongrois » sous le régime Kádár, cette étude fournit en complément quelques brèves informations sur les problèmes économiques. Il s’agit de problèmes quasiment permanents provenant non seulement des erreurs de gestion, mais aussi et surtout des principes directeurs et des structures de l’économie socialiste. Dans les deux pays, certes, la réforme est à l’ordre du jour depuis plus de deux décennies, entraînant des changements inégaux. Dans les deux cas, elle contribua à une amélioration de la performance globale et de l’approvisionnement de la population, grâce au développement des secteurs privés, mais sans porter remède au mal congénital des secteurs socialistes, étatiques et coopératifs. Ce constat doit être sans doute nuancé, notamment en raison des différences entre les économies polonaise et hongroise ; mais le fait fondamental demeure pour l’ensemble des pays communistes. Les secteurs privés fonctionnent tant bien que mal, leur résultat dépendant dans une large mesure de la marge de liberté que leur accorde l’Etat. Les secteurs étatiques et coopératifs piétinent, mais, certes, moins en RDA et en Hongrie qu’ailleurs, malgré les mesures, connues de tous, qu’on y apporte : décentralisation et dérégulation, relative autonomie des entreprises, plus de réalisme dans la fixation des prix, un peu d’innovation technique, pour augmenter la compétitivité.

  • 1 Marie Lavigne, Les économies socialistes soviétiques et européennes, Paris, Armand Colin, 1979, sup (...)

2L’évaluation de la situation économique polonaise est une tâche particulièrement ardue. Il n’y a au fond qu’une seule certitude : elle est mauvaise, sinon catastrophique et insupportable pour la population. Avec, en plus, des fluctuations brusques provoquées par l’incohérence de la politique économique et la pagaille dans l’exécution. Depuis l’échec cuisant en 1980 de la politique ambitieuse d’Edward Gierek – qui avait pourtant amélioré la gestion, libéralisé la société civile et l’économie privée – la Pologne n’a pas de politique économique. Les investissements ont chuté dans des proportions qu’aucun pays socialiste n’avait jamais connues : – 7,9 % en 1979, – 12,3 % en 1980, – 22,7 % en 1981, – 16 % en 19821… Certes, après ces années de crise, ils ont remonté.

  • 2 « Le bloc soviétique après Brejnev : la perspective économique », dans W. Brus, P. Kende, Z. Mlynar(...)

3Chute aussi sans précédent du revenu national entre 1979 et 1982 ainsi que de la production industrielle, de la productivité du capital et de celle du travail dans l’industrie. Les revenus réels ont baissé de 20 % pour la seule année 1982. Durant toutes ces années, la Pologne connut sans doute le déclin le plus accentué de sa croissance. Par la suite pourtant, elle remontera la pente. Depuis 1985, le revenu national augmente, il atteint plus de 5 % en 1986, 2 % en 1987, 4,5 % en 1988. La production industrielle croît également régulièrement, tout comme en Bulgarie et à peu près au même rythme, voire plus rapidement qu’en Hongrie. Cela dit, l’accélération et/ou le ralentissement de la croissance n’est en soi ni un mal ni un bien. En comparaison avec la croissance forcée des années 1950, c’est un « signe de maturité », selon l’expression de Wlodimierz Brus. Mais, ajoute-t-il, « la décélération… n’a pas ralenti, mais au contraire a accentué les déséquilibres structurels qui caractérisent les économies soviétiques »2.

  • 3 Statiszttkai évkönyv 1987, op. cit., p236.

4Parmi les autres maux qui frappent particulièrement la Pologne (en compagnie de la Roumanie et de l’Union soviétique), c’est la pénurie qui vient en tête. Il nous paraît inutile d’en brosser le tableau. Le spectacle des queues interminables devant les magasins d’alimentation et d’articles de première nécessité est familier à tous les lecteurs de journaux et à plus forte raison à tous les touristes étrangers qui en font l’expérience sur place. Une vie économique dans laquelle la meilleure part du temps, de l’énergie et de la résistance nerveuse des habitants est absorbée par la recherche d’une livre de pain, d’un morceau de (mauvaise) viande et d’un kilo de légumes ne peut tout simplement pas marcher. L’une des clés de la réussite, toute relative, de la réforme hongroise, a été la suppression de la pénurie alimentaire. Ce n’est pas le cas en Pologne. En outre, tandis qu’un ménage hongrois dépense 30 % de ses revenus pour l’alimentation3, (le retraité en revanche 40 %), le Polonais y met la moitié de ses recettes.

  • 4 Pawel Dembinski, Les économies planifiées. La logique du système, Paris, Seuil, 1988, p. 300. Voir (...)

5La Pologne est aussi lourdement endettée. En gros : 38 milliards $ de dette en devises convertibles pour 38 millions d’habitants. Mille $ par tête. Seule la Hongrie la bat avec ses 18 milliards pour 10 millions et demi d’habitants, 1 700 $ pour chacun. Le coefficient du service de la dette (en pourcentage d’une année d’exportation) fut toutefois légèrement plus favorable deux ans avant pour la Hongrie : à savoir 60 contre 67 à la charge de la Pologne (20 pour la Tchécoslovaquie, 25 pour l’URSS, 41 pour la Bulgarie : moyenne 36 pour les sept pays du bloc)4. Les effets pervers de ce que Pawel Dembinski appelle « l’attrait de la croissance à crédit » n’est plus à démontrer. D’autant plus que dans une économie de pénurie, contrairement à ce qui se produit dans l’économie de marché, le vendeur est roi et le client l’esclave, qui se précipite sur tout ce qui est à vendre.

6En ce qui concerne, enfin, les perspectives de la réforme, la Pologne reste aussi à la traîne. Il sera question plus loin dans ces pages des problèmes structurels et politiques de l’application des règles de l’assainissement économique. Concrètement, en Pologne, quelques mesures ont certes été prises après les années de crise 1979-1982. Nous avons relevé quelques-uns de leurs résultats. Il n’empêche que le « second round » de la réforme, annoncé et souhaité depuis 1985, tarde encore. La population elle-même y étant réticente, elle vota de façon ambiguë lors du référendum de 1987. Les votes pour une réforme plus radicale n’ayant pas obtenu plus de 50 % des voix, elle ne fut pas entreprise, sur décision de l’Assemblée nationale, le Sejm.

  • 5 Symposium on Economic Reforms in the European Centrally Planned Economies, Vienna, 24-29 November 1 (...)

7Après avoir énuméré les difficultés et les contradictions de l’économie polonaise, le rapporteur d’un colloque de la Commission économique pour l’Europe des Nations Unies, Aleksandar M. Vacic, l’un des dirigeants de cette organisation, déclara : « Etant donné les facteurs ci-dessus énumérés il semble qu’en fait il y avait seulement une place étroite pour des réformes économiques rapides sur une vaste échelle dans la Pologne des dernières années… ». Et un autre rapporteur, le professeur et académicien Jan Muzjel de Varsovie de se limiter dans son allocution, à la même réunion, à des objectifs qui ressemblent plus à un plan quinquennal d’ancien style qu’à un programme de réforme en profondeur5.

8Apparemment, l’intendance suivra seulement, dans la meilleure des hypothèses, la résolution de la crise politique qui s’amorce depuis les élections de 1989 et la formation du nouveau gouvernement.

9Les priorités sont quelque peu différentes en Hongrie où la crise du réformisme, certes vicieux et insuffisant, mais pratiqué depuis 20 ans, a déclenché la chute du régime Kádár.

10Sur le plan économique, c’est néanmoins la Hongrie qui est la plus avancée des pays communistes avec, dans un tout autre genre, l’Allemagne de l’Est. Il n’en reste pas moins qu’après 20 ans, la RDA se trouve, elle aussi, au bord de la catastrophe.

11Toujours en Hongrie, tous les chiffres indicateurs de la santé ou de la maladie, sont en rouge. Le revenu national, qui avait déjà chuté en 1985 puis remonté en 1986 et 1987, chuta à nouveau de plus de 4 % en 1988. La production intérieure brute de l’industrie ainsi que la productivité accusèrent la même tendance à la baisse. Le bilan du commerce extérieur, en devises convertibles, excédentaire dans la première moitié des années 1980, devint déficitaire en 1986 et 1987, puis à nouveau excédentaire en 1988. Ce léger redressement reste cependant nettement insuffisant eu égard à la balance des payements dont l’état catastrophique est dû à l’endettement. En fait, en plus du déficit budgétaire équivalent à quelque 1 milliard de $, la dette extérieure de la Hongrie a à peu près doublé en l’espace de trois ans pour arriver au chiffre record de plus de 18 milliards de $ en 1988. Le service de la dette avoisinant les 2 milliards de $ par an, le pays est au bord de la faillite. Pour éviter de déclarer son insolvabilité, le gouvernement vit d’expédients et quémande des dons et des prêts nouveaux aux pays riches et tente d’attirer des capitaux étrangers.

12Les derniers développements dans ce domaine remontent à l’été 1989 lorsque, après la visite du président Bush en Pologne et en Hongrie, la Communauté européenne et Jacques Delors en personne reçurent le mandat des 7 pays les plus riches, réunis au sommet de Paris en juillet 1989, d’organiser un plan de secours et de redressement.

13Il est toutefois assez clair que cette action spectaculaire n’est pas une panacée. Les pays communistes d’Europe centrale se trouvent, toutes proportions gardées, dans une situation semblable à celle des pays du Tiers-monde. Avec Opéra et Académie des Sciences, comme le disait Henry Kamm, correspondant du New York Times. A savoir dans le cercle vicieux du besoin vital d’emprunter pour stimuler la croissance et la modernisation et de l’incapacité de rembourser en raison des difficultés politiques et sociales de l’opération. Les règles d’austérité imposées aux pays débiteurs sont nécessairement impopulaires et, à trop forte dose, déstabilisatrices.

14Or la Hongrie, et davantage encore la Pologne, sont des pays déjà déstabilisés par 40 ans de gabegie économique aggravée par la crise aiguë des dernières années. Ils devraient procéder à une véritable restructuration, au remaniement depuis longtemps différé de tout le système économique étatique, dans une situation politique et sociale tendue à l’extrême.

15Pour commencer, il est très difficile, dans les deux pays, de charger encore davantage la population. Le Hongrois moyen vit certes mieux que le Polonais, mais la perte continuelle du pouvoir d’achat est aussi insupportable pour celui qui est relativement plus riche que pour le plus pauvre. Le Hongrois ne compare pas son niveau de vie à celui du Polonais ou du Soviétique ni même à celui qui avait été le sien en des temps plus misérables, il y a vingt ans et plus. Il le compare à celui de l’an qui précède… Or, comme nous l’avons déjà indiqué, le pouvoir d’achat ne cesse de baisser. L’inflation est certes plus mesurée en Hongrie qu’en Pologne où elle atteignit 26,5 % en 1987 et plus de 60 % en 1988. Les chiffres correspondants pour la Hongrie sont de 8,6 % en 1987, et de 15,7 % en 1988. Mais la montée des prix à la consommation n’est que très partiellement compensée. Les salaires réels culminant en 1980 ont régulièrement perdu un ou deux points chaque année, puis près de 5 % au cours de la seule année 1988. Pendant quelque temps, les revenus complémentaires tirés du travail en sus (heures supplémentaires, travaux privés, potagers, etc..) avaient encore plus ou moins compensé la perte, mais dès 1987 le revenu net par habitant (total de tous les revenus) baissa également. Davantage pour les pauvres que pour les plus fortunés. A un point tel que le nombre de familles vivant au-dessous du seuil de la pauvreté avait doublé pour toucher désormais quelque 20 % de la population. L’appauvrissement se répercuta sur la consommation. Tandis que l’Etat dépensait de plus en plus (en creusant le déficit budgétaire et en gonflant la dette extérieure) le particulier, lui, dépensait de moins en moins. Pour la première fois en 1988 la consommation par habitant fit une chute brutale : près de 5 %. Ce phénomène s’étendit à la consommation des produits alimentaires, notamment viande, produits laitiers, sucre, ce qui ne s’était pas vu en Hongrie depuis 30 ans. Sans vouloir exagérer son importance, il faut croire que ce fait a joué un rôle non négligeable dans le déclin rapide de la popularité du régime Kádár et de sa succession immédiate. D’autant plus que, toujours en 1988, parallèlement au renchérissement, un nouveau système d’impôts entra en vigueur, frappant assez lourdement les professions libérales ainsi que les revenus complémentaires des sala ries. Jusqu’alors, l’immense majorité des contribuables ne payait tout simplement pas d’impôts personnels. Sans entrer ici dans les détails, l’Etat prélevait ses recettes directement des entreprises et de la circulation des marchandises. Cette fois, l’impôt jusqu’alors invisible devint visible, provoquant une vague de mécontentement.

16Le système d’imposition, en principe sans doute nécessaire, mais mal conçu, fut corrigé en 1989 mais maintenu, avec, en plus, les autres restrictions visant à serrer la vis de l’économie hongroise emballée. Des mesures économiques non moins impopulaires ont également frappé la population polonaise qui dut subir en 1989 l’augmentation, longtemps différée, des prix à la consommation. Les prix ont pratiquement triplé.

17C’est donc dans ces pays, l’un exsangue, l’autre au bout de l’exaspération qu’il va falloir opérer le changement le plus radical qu’ils aient jamais connu depuis l’inauguration de l’économie socialiste.

18La direction du changement est claire pour tout le monde, y compris pour la classe politique. C’est l’économie de marché. Personne ou presque ne se fait plus d’illusions sur la viabilité d’une industrie nationalisée à 80 %, dévoreuse d’énergie, de matière première, de main-d’œuvre, de paperasse… et produisant des articles invendables sur le marché international. Elle n’est ni rentable ni compétitive. Elle avait déjà gaspillé ses ressources et ses réserves et continue néanmoins de tourner, comme avant, avec des subventions parce qu’elle ne se heurte pas, comme une entreprise capitaliste, au verdict du marché.

19Il est peut-être utile de rappeler à cet endroit que le « verdict » du marché sanctionne plus d’une chose : la demande pour un article, sa qualité, sa nouveauté, etc., ainsi que, au bout de la chaîne, son inputdont l’importance se mesure par 1’“output”, la sortie de la marchandise, sa valeur sur le marché, le prix qu’on en obtient. Là est le profit. L’on n’investit par conséquent dans la fabrication d’un bien qu’en prévision de ce qu’il rapporte. Ainsi la barrière contre laquelle bute un investissement capitaliste est « dure ». Au contraire, les investissements socialistes se heurtent à une barrière « molle », érigée par l’Etat-Patron et son budget, un budget également « mou » car arbitraire, peu soucieux de rentabilité et concocté en fonction d’une multitude de considérations non-économiques. Si bien que, contrairement à l’idée répandue, le chef d’entreprise socialiste n’est point un homme qui n’a pas d’intérêt personnel dans la gestion et qui, de ce fait, n’en a cure. Il a intérêt à obtenir un maximum d’allocations de la part de l’Etat qui les distribue, pour investir, agrandir, innover, augmenter sa production ainsi que les primes et les salaires… Et puisque la barrière de l’investissement est « molle », il est porté à la dépense et au gaspillage et non point à l’utilisation rationnelle des allocations.

20Le « modèle hongrois » a certes amélioré les choses en entrebâillant la porte du marché et en diminuant l’interventionnisme étatique. Ce n’est plus un « Etat maximaliste » dirigiste qui gère l’économie sur le plan et les directives, mais un Etat qualifié de « redistributeur » qui laisse une marge au rôle régulateur du marché et gère le « reste » (toujours gigantesque) par un processus de marchandage généralisé entre les agents économiques et le pouvoir public, lui-même, en arbitre suprême. Son arbitrage s’exerce moins au niveau de la production, laissée dans une large mesure à la discrétion des entreprises, qu’à celui des investissements. A défaut de marché financier, l’Etat demeure en fait le seul véritable capitaliste, propriétaire et en même temps banquier bailleur de fonds.

  • 6 Dans le cadre restreint de cette étude nous ne pouvons en signaler que quelques-uns. Voir János Kor (...)
  • 7 Voir entre autres le document intitulé Fordulat és reform (Tournant et réforme) élaboré dans sa ver (...)
  • 8 László Lengyel, Végkifejlet, op. cit., p52.

21Il existe sur l’état de l’économie hongroise une littérature d’experts nombreux et remarquables6. Ils jouissent d’une réputation internationale et constituent un « capital » non négligeable pour le redressement. Ils ont élaboré ces derniers temps de nombreux projets et propositions pour sortir le pays de la crise économique7. Mais il est plus facile d’émettre un diagnostic que de prescrire les remèdes. L’insuffisance, voire l’inefficacité de la réforme est un truisme. Pour certains spécialistes de l’économie, l’Etat communiste est arrivé à la limite des concessions accordées à l’économie de marché sous toutes ses formes. Et, s’il n’en peut plus, il n’est pas réformable au-delà du seuil déjà atteint. L’économie sera par conséquent libérale ou elle ne sera que la continuation de l’état actuel hybride, sans perspective d’amélioration. Elle ne sera pas, dans ce cas de figure, un « socialisme de marché » dont rêvent certains réformateurs naïfs (vaguement inspires de la théorie d’Oscar Lange), mais une économie hybride où ne fonctionneront « ni le plan ni le marché ». C’est d’ailleurs l’état actuel des choses. Pour illustrer les erreurs de navigation à vue qui y avaient conduit, László Lengyel cite dans son ouvrage la métaphore spirituelle d’un économiste soviétique qui se demande : « Où a débarqué Christophe Colomb »8. Comme lui, les partis à la recherche de leur Inde ont trouvé un autre continent… un univers totalement inconnu, jamais exploré auparavant.

  • 9 János Kornai, Régi és új ellentmondâsok és dilemmák (Contradictions et dilemmes anciens et nouveaux (...)

22Le brillant économiste hongrois János Komai qui, avec sa théorie sur la pénurie, avec son concept de la « barrière budgétaire molle », a démonté tout le mécanisme vicieux de l’économie du « socialisme réel », et rénové la pensée en la matière est, lui aussi, sceptique quant à la viabilité de la réforme. Il pose comme problème final, précisément, la réformabilité du système : «... le processus de réforme pourrait-il aller plus loin, au-delà de sa limite atteinte en Hongrie ? Ou bien la Hongrie d’aujourd’hui marque-t-elle plus ou moins les limites ultimes (c’est nous qui soulignons) de la réforme ? Car les changements mineurs ultérieurs dans le système, aussi souhaitables qu’ils soient, ne sont pas pertinents en ce qui concerne le fond de la question »9.

23Et Kornai d’ajouter qu’en tant que citoyen de son pays, il souhaite des réponses plus positives. En tant que conseiller (occasionnel) du gouvernement, il peut essayer d’influencer les choses, mais en tant que chercheur il se réserve le droit de douter.

24Selon une autre analyse, il y a d’ores et déjà deux économies distinctes, la seconde étant l’économie de marché, comprenant aussi le secteur agricole avec ses PME complémentaires. La seconde économie a devant elle des perspectives de développement notamment parce que son efficacité est supérieure à la capacité de rendement de la « première économie ». Ses perspectives de croissance et de modernisation seraient aussi meilleures. Avec les biens immobiliers qu’elle possède, son parc de machines et ses autres équipements, la seconde économie possède aussi une part de plus en plus grande des richesses tandis que le capital investi dans l’industrie étatique périmée perd progressivement de sa valeur. La conclusion est nette : ce n’est pas la peine de s’occuper du sort de la première… Elle mourra de sa belle mort.

  • 10 Voir à ce propos nos estimations au chapitre sur le régime Kádár.

25D’après cette logique, qui, sur le fond, n’est pas très différente de la première des deux conceptions – la seconde économie fonctionnerait intégralement selon les lois du marché. Comme une Hong Kong capitaliste à qui il est promis qu’elle restera libérale après son retour à la Chine et, comme le sont déjà la région de Canton et quelques autres espaces économiques libérés de l’économie planifiée. Ceux-ci sont, cependant, à l’heure qu’il est sur l’horloge historique, plutôt des « poumons de respiration » du géant chinois que des modèles appelés à proliférer. En Hongrie, de même qu’en Pologne, tout est différent. Les « zones capitalistes » sont disséminées partout. En outre, leur apport à l’économie nationale globale est de loin plus important qu’en Chine (sans parler de l’Union soviétique)10.

26La question est de savoir si ce secteur privé, dispersé en mille et une petites unités, poursuit ou non de façon significative son développement ces dernières années, grâce à l’élargissement des facilités juridiques que lui accorde le régime et grâce à sa propre dynamique ? Car c’est seulement dans cette perspective (qui s’élargirait encore plus sous un gouvernement démocratique) que ce secteur pourrait petit à petit gagner tout le terrain et devenir le secteur économique dominant.

  • 11 János Kornai, op. cit., p. 375-376.

27En l’état actuel et flou des choses, il est impossible de répondre. Dans son livre publié en 1988, János Kornai émet une opinion qui confirme celle que nous avons évoquée plus haut : « Il est impossible, écrit-il, d’évaluer toute l’ampleur du secteur privé formel, – donc réglementé – et informel puisque ce dernier, par définition, n’est pas inventorié. Rudimentairement évalué, entre un quart et un cinquième de l’économie nationale est produit par ce secteur – le secteur privé – dans sa totalité. Au moins trois quarts des familles hongroises participent sous une forme ou sous une autre à la seconde économie ». Et à Kornai de développer que l’importance de ce secteur ne se mesure pas par sa production effective, mais par son existence et par les possibilités qu’il ouvre11.

  • 12 János Kornai, op. cit., pp. 224-225. De nombreuses études d’istván R. Gábor, grand spécialiste de l (...)

28L’auteur, précité, évalue à 20 % ou davantage la part que le secteur privé non officiel apporte comme ajout au produit intérieur brut. Cela en raison de la performance supérieure à celle de tous les autres secteurs. Le temps de travail dépensé dans l’ensemble du secteur privé représente 33 % du total national dont 14 % dans le privé officiel et 19 % dans l’inofficiel (ce qui n’est pas statistiquement enregistré)12.

29Mais la croissance du secteur privé « formel », officiellement reconnue et par conséquent figurant dans les relevés statistiques est également assez importante. Le nombre des « privés » atteint 295 000 en 1988 contre 263 000 un an auparavant et près de 165 000 seulement en 1984. Cela n’est certes que le 6,1 % de la population active, mais, comme nous l’avons vu, ces chiffres ne représentent que le nombre et le pourcentage des personnes travaillant à plein temps dans le secteur privé officiel. Il faut aussi compter, en sus, les « privés noirs », ainsi que l’apport économique provenant des activités complémentaires des salariés ainsi que des paysans kolkhoziens.

30Une troisième conception adopte comme point de départ l’état actuel des institutions. D’après elle, la réforme de 1968 a déplacé toute l’économie, non pas dans une quelconque économie de marché, mais dans le système institutionnalisé de « marchandage-arbitrage d’intérêts ». Par conséquent, selon cette conception, il n’y a pas de « première » et de « seconde » économies séparées l’une de l’autre. L’Etat reste le client principal de tous. Il passe les commandes aussi au secteur privé et celui-ci participe au système de marchandage. La réforme devrait donc s’appliquer à l’ensemble de l’économie.

31Quelles que soient les conceptions théoriques, l’Etat est encore le « patron » de l’économie nationale. Le gouvernement postkadarien essaye de gérer la crise par des mesures et des demi-mesures inspirées des recommandations des institutions financières internationales et des créditeurs en général. L’impôt sur le revenu, l’augmentation des prix à la consommation, la modernisation du système bancaire et l’apparition timide – dérisoire – d’une bourse de valeurs… font partie du lot, de même que les efforts tendant à mieux contrôler les dépenses publiques. L’Etat tente aussi, désespérément, d’attirer des capitaux étrangers en offrant des conditions avantageuses aux « joint ventures », aux entreprises mixtes. Le nombre et l’importance de ces dernières restent toutefois limités. Les capitaux étrangers, espoir suprême des dirigeants politiques, des experts ainsi que de l’opinion publique, n’affluent pas. Il manque, en Hongrie comme en Pologne, le facteur principal d’attraction : la confiance.

  • 13 Voir Les coentreprises Est-Ouest. Aspects économiques, commerciaux, financiers et juridiques. Commi (...)

32Les coentreprises (joint ventures) Est-Ouest jouissent des faveurs des médias qui en parlent fréquemment. Leur importance économique réelle a été jusqu’à présent modeste. D’après un rapport spécial des Nations Unies13, 168 coentreprises ont été créées en Europe communiste entre 1972 et 1987. Sans compter les « Polonia », petites entreprises créées par des étrangers d’origine polonaise. La Hongrie est en tête avec 110, suivie de l’Union soviétique avec 19, la Bulgarie avec 15, la Pologne avec 13 (sans les 744 « Polonia »). En Roumanie, sur les 9 coentreprises fondées, 4 ont cessé leurs activités. La Tchécoslovaquie vient au dernier rang avec 2 coentreprises. Parmi les partenaires, ce sont l’Allemagne et l’Autriche qui viennent en tête, suivies, de loin, par les Etats-Unis et la Suisse (17 entreprises). Il y a 4 partenaires français. A noter que le nombre des partenaires est légèrement supérieur aux « joint ventures ». Le contraste avec la Chine est saisissant. Selon l’estimation d’un haut fonctionnaire chinois, il y aurait eu 4 000 coentreprises par actions en 1987. Le total cumulatif des investissements directs entre 1979 et 1986 s’élèverait, selon ce rapport, à 8 milliards 215 millions de dollars. Les auteurs du rapport ne disposaient pas de données chiffrées sur le montant des investissements en Europe de l’Est. L’estimation du total ne dépasserait pas les 500 millions de dollars.

33Les événements de 1988-1989 en Pologne et en Hongrie pourraient stimuler les investisseurs étrangers, à condition que ces pays puissent faire preuve de stabilité. Il est trop tôt pour faire des pronostics, mais on est bien loin des résultats mirobolants qu’espèrent les rêveurs.

34Le facteur de confiance reste le problème majeur, aussi bien pour les partenaires que pour la population. Car les mesures principales d’un véritable assainissement économique n’ont pas toujours été prises. Malgré le cri d’alarme des experts, entre autres de nombreux économistes communistes, la plupart des entreprises appartenant à l’Etat reste déficitaire et a, à peine ou nullement, procédé à la modernisation de son équipement et, surtout, de sa gestion. « Nous glissons inexorablement vers le niveau d’un pays du Tiers monde », lit-on de plus en plus souvent dans les journaux. L’immense quantité de dollars gaspillés a alimenté, par ailleurs, la consommation. Celle de l’Etat, avant tout, mais aussi celle des particuliers. Si le niveau de vie fut d’abord maintenu au début des années 1980 et, ensuite, sa baisse freinée jusqu’en 1987, ce fut en partie grâce à l’utilisation des prêts pour le maintien des salaires et au soutien artificiel des prix.

35Pour des raisons idéologiques – entend-on souvent dire. Cette explication nous semble peu convaincante. Les vrais obstacles de la perestroïka tant hongroise que polonaise sont ailleurs : la restructuration est impopulaire et risque de déstabiliser le régime. En outre, elle déstabilise et marginalise la classe politique au pouvoir.

  • 14 Statisztikai Evkönyv, 1987, op. cit.

36Pour ce qui est du premier aspect du problème, celui des répercussions sociales d’une grande réforme des structures, il est connu de tous. On ne peut pas « remplacer » l’industrie étatique par une industrie privée surgie du néant ou presque. En 1987, il y avait en Hongrie 1 043 entreprises industrielles étatiques occupant l 258 000 travailleurs, contre certes plusieurs milliers d’entreprises coopératives et diverses autres communautés économiques, mais qui n’occupaient que 250 000 travailleurs. Cela sans compter les ateliers d’artisans (60 000 paires de bras). L’Etat produit 80 % de la valeur de la production industrielle14.

37Il n’y a ni entrepreneurs ni capitaux pour « privatiser » ce gigantesque appareil de production en grande partie démodé et délabré et, en outre, chargé d’employés inutiles, en surnombre. L’on pourrait certes sauver les entreprises les plus performantes et moderniser et rationaliser quelques autres. Mais il restera toujours le fardeau de toutes celles qu’il faudrait fermer avec la conséquence que tout le monde redoute : le chômage. Certes, toute l’Europe occidentale est passée par là, mais un pays « socialiste » est encore plus vulnérable au fléau du chômage car le plein emploi et la sécurité de l’emploi y sont les seuls avantages assurés aux salariés. En outre, rien de sérieux n’a été prévu pour affronter le chômage, ne serait-ce qu’en raison du manque de moyens financiers. Les risques d’une déstabilisation sociale sont par conséquent très sérieux et un gouvernement démocratique libéral issu d’élections libres serait aussi impuissant à la contenir que les gouvernements communistes. La Pologne fournira le premier test.

38D’autre part, comme nous l’avons fait remarquer, la grande et véritable restructuration toucherait la classe politique, dans ses privilèges, voire dans son existence même. Car le problème n’est pas exclusivement économique, loin de là. Pour rationaliser l’économie, il faut rationaliser toute l’administration publique : les appareils du parti, de l’Etat, des municipalités, des organisations.

  • 15 Au nombre d’environ 10 000 permanents de l’appareil s’ajoutent les secrétaires, propagandistes, etc (...)
  • 16 Voir 168 óra (168 heures), hebdomadaire reproduisant les émissions les plus écoutées de la télévisi (...)
  • 17 Elemér Hankiss, Kelet-europai alternativák (Alternatives est-européennes) Budapest, Közgazdasâgi és (...)

39En premier, le parti à lui seul devrait licencier quelque 20 000 à 30 000 fonctionnaires, bureaucrates, miliciens, enseignants du marxisme-léninisme15. Avec un subside étatique fortement diminué et la fonte de ses effectifs (selon une interview à la télévision du directeur administratif adjoint du parti, Gábor Hovan, le parti comptait, en juillet 1989, 700 000 membres cotisants ; il y en avait 870 000 l’année précédente)16, le parti est déjà obligé de réduire sensiblement son train de vie. Son budget avait été estimé à 3 milliards 229 millions de florins pour 1989, dont deux milliards de subventions étatiques. Le Parlement a tronqué de moitié la contribution de l’Etat. Les premiers chômeurs seront donc nécessairement les fonctionnaires du parti, suivis de près par des dizaines de milliers de fonctionnaires économiques et administratifs. Dans une étude récente17 (et auparavant dans un article de la revue Valóság), le brillant sociologue hongrois Elemér Hankiss développe l’idée que l’élite politique communiste pourrait troquer son pouvoir bureaucratique contre un pouvoir gestionnaire, d’hommes d’affaires, soit en déménageant du bureau au marché, soit en établissant des liens familiaux et de clientèle avec la nouvelle classe des hommes d’affaires. Hankiss donne nommément l’exemple du ministre polonais Mieczyslaw Wilczek, copropriétaire d’une entreprise canadienne de fourrures. « Membre du parti, multimillionnaire, ministre de l’industrie. Comme s’il sortait d’un roman de Balzac », écrit l’auteur.

40Un tel processus de conversion (ou plutôt, dirions-nous, d’enchevêtrement entre la classe politique et la nouvelle bourgeoisie) est sans doute en cours, aussi bien en Hongrie qu’en Pologne. Il en sortira peut-être, comme le pense ce sociologue, une nouvelle élite politico-économique forte et nombreuse. Reste à savoir ce qu’il adviendra de la grande masse des fonctionnaires, aussi inutiles comme bureaucrates qu’incapables dans le domaine des affaires ?

41En outre, sur le plan proprement économique, le problème de la gestion reste entier. En l’état actuel des choses, le pouvoir décisionnel est toujours entre les mains de la haute bureaucratie alliée, depuis belle lurette, aux « barons » des grandes entreprises. Ces alliés disposent d’un pouvoir décisionnel qu’ils ne sont pas prêts à lâcher pour le mirage d’une conversion et encore moins… pour une retraite au coin d’une cheminée, comme en rêve le Borodin du roman d’André Malraux. Ce pouvoir, il faudrait le leur arracher : mais qui pourrait le faire ? Un gouvernement communiste ? Il saperait la base même de son pouvoir. Un nouveau gouvernement, issu d’élections pourrait – tant que l’économie dominante resterait le secteur étatique –, tout au plus licencier les communistes incapables et mandater de nouveaux « commissaires » à la place des anciens. De nouveaux « barons », vraisemblablement plus incompétents que les anciens… Les cadres d’une économie de marché ne sortent pas, armés comme Pallas Athéna, du flanc de la statue de la Liberté.

42Et pourtant, tous les avis d’experts convergent sur ce point : c’est le pouvoir, souvent occulte, de la Sainte Alliance des bureaucrates et des barons (une alliance qui se reproduit, comme nous l’avons dit, jusqu’aux échelons inférieurs du système) qu’il faut briser et auquel il faut substituer le mécanisme du marché.

  • 18 Manuscrit, 133 pages. Le rapport fut soumis au parti et au gouvernement à la rentrée d’automne 1989

43Cet objectif figure en bonne place dans les propositions et plans de sauvetage nombreux élaborés ces derniers temps. Entre autres, dans le plan de redressement des commissions de travail d’un grand Comité de réforme économique. En tout, près de 200 experts y ont participé. L’un des principaux rapports, intitulé « Programme triennal de restructuration et de stabilisation économique », daté de mai 1989, propose une trentaine de mesures. Sous la lettre A. figurent des mesures de rationalisation budgétaire, des mesures monétaires restrictives, un plan de stabilisation des salaires réels pour 1992 (jusque-là ils continueront à baisser), et enfin une politique anti-inflationniste. Sous la lettre B., on trouve des propositions pour la stimulation de l’exportation, la promotion des PME, la possibilité de l’investissement de capitaux étrangers. Comme dans d’autres projets et études, une place importante est réservée aux questions de propriété. La commission susmentionnée suggère une réforme radicale de la propriété étatique, en remplaçant l’Etat par les communautés. Un autre train de propositions concerne les prix, l’impôt, la bourse, le système bancaire. Viennent ensuite les économies nécessaires sur les postes des subventions, de la défense, de l’administration. Les mesures de rationalisation de la gestion et du développement technique ferment cette section. La partie C. est essentiellement consacrée aux problèmes monétaires, visant la convertibilité du florin comme objectif à moyen terme18.

44Le menu est vaste. La digestion sera longue et difficile. Outre la pesanteur des appareils, le bas niveau technologique, la lenteur des innovations, la pénurie des capitaux et d’autres difficultés, il y a, on l’a vu, tout l’univers mental de la classe politique qui résiste au changement. Comme en Union soviétique où, malgré l’ouverture du courant faite par la glasnost, la perestroïka reste dans les limbes.

  • 19 Je remercie mon collègue Norman Scott et l’économiste hongrois László Leugyel de leurs conseils et (...)

45Peut-être, paradoxalement en apparence, le démarrage de la réforme en Pologne sera-t-il plus rapide que le redémarrage de la réforme hongroise qui a beaucoup perdu de sa crédibilité ? Le passage rapide en Pologne à une économie, ne serait-ce qu’à moitié libérée des entraves bureaucratiques, pourrait produire des effets semblables aux débuts de la réforme hongroise de 1968. Quoiqu’il en soit, tous les pays d’Europe de l’Est se trouvent, à des niveaux différents, à la croisée des chemins. Les retardataires, comme la Tchécoslovaquie, vont affronter des difficultés grandissantes à cause de leur immobilisme. Celles-ci ne seront pas non plus épargnées aux plus avancés, comme la Pologne et la Hongrie ainsi que, de plus en plus, l’URSS, à cause des tourments d’une transformation de grande envergure accompagnée de chômage, de troubles sociaux, d’inflation, de corruption, de démoralisation. Mais au bout du tunnel dans lequel ils se trouvent, se profile toutefois un système économique plus efficace et plus prometteur19.

Notes

1 Marie Lavigne, Les économies socialistes soviétiques et européennes, Paris, Armand Colin, 1979, supplément mis à jour, 1983, p. 11.

2 « Le bloc soviétique après Brejnev : la perspective économique », dans W. Brus, P. Kende, Z. Mlynar, Les systèmes soviétiques après Brejnev. Les crises des systèmes de type soviétique, dirigé par Zdenek Mlynar, étude n° 5, 1984.

3 Statiszttkai évkönyv 1987, op. cit., p236.

4 Pawel Dembinski, Les économies planifiées. La logique du système, Paris, Seuil, 1988, p. 300. Voir aussi du même auteur L’endettement de la Pologne ou les limites d’un système, Anthropos, 1984.

5 Symposium on Economic Reforms in the European Centrally Planned Economies, Vienna, 24-29 November 1988, New York, United Nations, 1988.

6 Dans le cadre restreint de cette étude nous ne pouvons en signaler que quelques-uns. Voir János Kornai, A hiány (La pénurie), Budapest, Közgazdasági és Jogi Könyvkiadó, 1980 (publié aussi en anglais et en français) ; Tibor Liska, Okonosztat, Budapest, 1966, ainsi que Koncepciá és kritika (Conception et critique). Débat sur la proposition de Tibor Liska concernant le « secteur d'entreprise socialiste», Budapest, ed. Magvetö, 1985. Pour une réflexion et une synthèse récentes sur les conceptions économiques et politiques de la période, voir László Lengyel, Véghifejlet (L'aboutissement), Budapest, Közgazdasági és Jogi Könyvkiadó, 1989 ; nous avons également consulté les autres ouvrages de János Kornai, ainsi que les études et articles de revue de László Antal, Tamás Bauer, Iván T. Berend, István Kemény, Sándor Kopátsy, István R. Gâbor, György Matolcsy, Márton R. Tardos, Tamás Sárközy, dans les revues Valoság, (Réalité), Közgazdasági Szemle (Revue économique), Gazdaság, (Economie), Mozgó Világ (Monde en mouvement), Magyar Füzetek (Cahiers hongrois, Paris) ainsi que quelques manuscrits, grâce à l'obligeance de leurs auteurs.

7 Voir entre autres le document intitulé Fordulat és reform (Tournant et réforme) élaboré dans sa version finale en 1986 et présenté le 27 septembre 1987 à une conférence de divers courants réformistes, entre autre communiste, à Lakitelek. Ce document d’environ 40 pages imprimées présente un projet de restructuration économique inspiré de l’économie de marché sur la base déjà des insuffisances flagrantes constatées et analysées à cette date, c’est-à-dire deux ans avant l’éclatement de la crise sociale et politique. Il fut, avec plusieurs documents complémentaires, publié dans la revue Medvetánc (Danse de l’ours), n° 2/1987, mise en vente en 1988. Depuis, plusieurs autres projets de réforme ont vu le jour.

8 László Lengyel, Végkifejlet, op. cit., p52.

9 János Kornai, Régi és új ellentmondâsok és dilemmák (Contradictions et dilemmes anciens et nouveaux), Budapest, ed. Magvetö, 1989.

10 Voir à ce propos nos estimations au chapitre sur le régime Kádár.

11 János Kornai, op. cit., p. 375-376.

12 János Kornai, op. cit., pp. 224-225. De nombreuses études d’istván R. Gábor, grand spécialiste de l’économie privée, analysent plus en détail ces phénomènes. Voir entre autres ses articles dans la revue Valóság. Voir aussi dans la revue hongroise, éditée à Paris, Magyar Füzetek (Cahiers hongrois) les contributions d’István Kemény.

13 Voir Les coentreprises Est-Ouest. Aspects économiques, commerciaux, financiers et juridiques. Commission économique pour l’Europe des Nations Unies, New York, 1988, pp. 107 et 167, passim.

14 Statisztikai Evkönyv, 1987, op. cit.

15 Au nombre d’environ 10 000 permanents de l’appareil s’ajoutent les secrétaires, propagandistes, etc., payés par les organes étatiques et les entreprises. Il y a aussi la milice ouvrière, véritable « armée privée » du parti.

16 Voir 168 óra (168 heures), hebdomadaire reproduisant les émissions les plus écoutées de la télévision et de la radio, n° 12/I, 25 juillet 1989. Voir aussi HGV (Hebdo de l’économie mondiale), 4 février 1989.

17 Elemér Hankiss, Kelet-europai alternativák (Alternatives est-européennes) Budapest, Közgazdasâgi és Jogi Könyvkiadó, 1989, pp. 326-332.

18 Manuscrit, 133 pages. Le rapport fut soumis au parti et au gouvernement à la rentrée d’automne 1989.

19 Je remercie mon collègue Norman Scott et l’économiste hongrois László Leugyel de leurs conseils et observations pour la rédaction de ce chapitre.