Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

V. Les espaces libérés

2. La reconquête de l’espace public

Texte intégral

1Sous le regard presque incrédule de l’opinion publique internationale, un mouvement social appuyé par l’Église avait réussi, il y a dix ans, à faire reculer l’Etat communiste totalitaire. C’était en 1980, lorsque le syndicat Solidarność avait imposé au parti régnant un « partage des sphères », un « contrat social » limitant le pouvoir communiste aux domaines politiques. Les moyens, notamment militaires, de ce dernier s’avérèrent certes assez puissants pour briser l’élan et contraindre le mouvement Solidarnosc à la clandestinité pour plus de huit ans. Malgré cet échec, lui aussi provisoire, cette décennie, qui avait connu également aussi l’avènement de Gorbatchev et l’échec du kadarisme, entrera dans l’histoire comme celle de la plus profonde mutation du communisme septuagénaire.

2Une mutation à l’issue incertaine et qui se présentera sous des formes différentes d’un pays communiste à l’autre. Mais la décennie, dès 1980, est d’ores et déjà marquée par le recul du totalitarisme et la récupération de pans entiers de l’espace public par la société. En Pologne le syndicat refoulé s’est maintenu tout au long de la décennie et, de concert avec l’Eglise, il occupait de larges espaces idéologiques, culturels, éducatifs et d’information. Le même phénomène s’était produit en Hongrie dans des formes plus variées, moins unitaires, des mouvements d’action et associatifs. Et au bout du chemin, malgré la variété des formes, les sociétés civiles des deux pays convergent vers le dépassement de « l’espace civil » en direction de la reconquête de l’espace politique… La marche vers la démocratie pluraliste et l’Etat de droit a commencé. Notamment, dans une large mesure, par la légalisation de Solidarnosc comme premier pas, suivi par sa victoire électorale, pendant qu’en Hongrie, une nouvelle loi sur les associations et les partis ainsi que la préparation d’une nouvelle loi électorale, la révision des procès politiques et l’annulation des procédures arbitraires ont ouvert la voie à la mise en place d’un système institutionnel et d’un ordre juridique nouveaux.

3Pour comprendre cette évolution qui prit une allure vertigineuse en 1988-1989, il faut toutefois remonter en arrière. Pour la Pologne à l’histoire de Solidarnosc que nous avons ébauchée plus haut ; pour la Hongrie à l’intensification du mouvement des associations et des actions contestatrices à la même époque.

4Parmi ces dernières une place de choix devrait être consacrée à la prise en charge par la société du sort des minorités hongroises dans les pays voisins, à savoir en Roumanie, en Tchécoslovaquie et en Yougoslavie. Le caractère pluridimensionnel du problème, ainsi que la variété des actions, rendent impossible d’en faire ici le récit. Ce qui importe dans l’optique de cette étude c’est, davantage que la description de la situation de ces minorités et des initiatives prises par les Hongrois en leur faveur, le fait que la société civile s’est substituée dans ce domaine à l’Etat. Car l’Etat communiste, encore en pleine possession de ses moyens, s’est longtemps dérobé ; précisément aussi longtemps, jusqu’au milieu de la décennie, qu’il put résister à la pression de l’opinion publique.

5Celle-ci, certes, n’a jamais cessé de regarder au-delà des frontières qui, depuis la fin de la Première guerre mondiale et le Traité de Trianon du 4 juin 1920, l’avait séparée, sauf pendant la brève parenthèse des arbitrages de Hitler, de trois millions de Hongrois incorporés dans les Etats successeurs. Le rappel de cette longue période de séparation est nécessaire pour comprendre la nature du problème et sa résurgence dans la vie publique du pays. Pendant le régime d’avant-guerre du régent Horthy, le traité de Trianon était considéré comme une catastrophe nationale et le symbole d’une injustice intolérable. A part le nationalisme pur et simple, un nationalisme nourri par la conscience d’une identité fondée sur la Hongrie millénaire de la Couronne de Saint Etienne, ce sentiment général s’explique aussi par le fait qu’il arrive rarement dans l’histoire qu’un pays soit mutilé de deux tiers de ses territoires et populations et qu’il perde, en plus des minorités ethniques qu’il avait auparavant dominées, presque un tiers de ses autochtones. Si bien que la révision du Traité et la récupération des territoires et populations magyars sont devenus le leitmotiv de la pensée et de l’action politiques ainsi que de la conscience collective.

6Après la seconde guerre, la Hongrie s’est retrouvée dans une situation identique. A cette différence près que le parti communiste, après avoir vainement tenté d’infléchir l’attitude des Alliés – de l’URSS en premier lieu, étant donné que toute la région était tombée sous sa « juridiction » – s’est résigné au fait accompli et s’efforça de faire oublier les griefs historiques à l’opinion. Il les a placés, y compris le sort des minorités magyares, sous la protection de « l’internationalisme socialiste », celui-ci étant censé résoudre les problèmes ethniques par la vertu inhérente à la doctrine. On connaît le résultat. Ce que Moscou n’a pas réussi à atteindre à l’intérieur de ses propres frontières étatiques, ne pouvait pas mieux réussir dans les pays de son glacis d’Europe de l’Est, déchirés par les antagonismes nationaux et ethniques depuis des siècles. La nation hongroise en est sans doute la plus touchée en raison de sa dispersion entre la mère patrie et les Etats voisins, mais le contentieux subsiste entre Polonais, Tchèques, Slovaques, Serbes, Bulgares, Albanais et Moldaves également.

7Si la politique des « compensations », cette vieille recette diplomatique, a pu atténuer la tension nationaliste en Pologne grâce à son extension vers l’Ouest en « échange » des territoires plus vastes perdus au profit de l’Union soviétique, il n’en a rien été pour la Hongrie. Celle-ci ne pouvait être « déplacée » plus à l’ouest sur des « territoires recouvrés » comme la Pologne. La plaie de Trianon est restée ouverte, avec en plus l’indifférence du nouveau pouvoir en place vis-à-vis du sort des minorités hongroises à l’étranger. Il n’est pas de notre propos d’évaluer quelle était dans cette politique – ou plutôt de l’absence de politique en la matière – la part de l’indifférence, la part de résignation devant une fatalité et la part de l’idéologie. En ce qui concerne les frontières, le parti communiste, pas plus qu’un quelconque autre, n’y pouvait rien. Quant au sort des minorités, sa responsabilité est sans aucun doute infiniment plus grave. Se contentant de quelques arrangements plus ou moins favorables aux Hongrois au-delà des frontières, Budapest adopta une attitude sourde et muette vis-à-vis de la détérioration de la situation des Hongrois, en particulier en Roumanie. Considérant cela comme une politique d’abandon, l’opinion hongroise fut frappée, en plus, d’interdiction d’en parler.

  • 1 Le groupe le plus compact des 2 millions de Hongrois de Transylvanie est constitué par les Sicules, (...)

8C’est dans cet état de refoulement qu’intervinrent les premières manifestations de protestation. Dès les années 1970 – sporadiquement même avant – des écrivains, comme le grand poète Gyula Illyés, suivis d’historiens et d’autres intellectuels, commencèrent à soulever publiquement les torts subis par l’ethnie hongroise en Roumanie et en Tchécoslovaquie. En Roumanie où, au grand scandale de l’Europe cultivée, les autorités avaient supprimé l’Université hongroise de Cluj (Kolozsvár), de nombreuses écoles secondaires et primaires ainsi que d’autres établissements culturels, et avaient en même temps poursuivi une politique de dé-magyarisation accélérée. Celle-ci s’est produite sur le plan des découpages administratifs, aboutissant à la disparition d’une véritable autonomie régionale des Hongrois de Transylvanie de même que sur le plan de la réorganisation économique favorisant les Roumains au détriment des Hongrois1, ainsi que par la persécution systématique des porte-parole des intérêts des ethnies minoritaires. Un génocide culturel, une langue et une culture en perdition… Jusque dans les noms originels hongrois des villes et des villages… La « systématisation » ordonnée par le Conducador Nicolae Ceausescu y mettrait, par la disparition des villages, un point final au cas où ce projet dément finirait par aboutir.

9En conséquence des exactions, les actions de protestation se multiplièrent en Hongrie. Le régime Kádár avait d’abord essayé de les réduire au silence, entre autre par des interdictions et punitions frappant les intellectuels de Hongrie qui avaient pris fait et cause pour leurs congénères persécutés et pour la défense de la culture hongroise. Par exemple la persécution subie en Tchécoslovaquie par un écrivain hongrois, Miklós Duray, avait eu des répercussions de ce genre en Hongrie : le poète Sándor Csoóri qui avait soutenu sa cause, fut frappé de mesures disciplinaires. L’écrivain István Csurka avait aussi subi différentes mesures et brimades à cause de prises de position similaires.

10Au fur et à mesure de l’affaiblissement de l’autoritarisme du régime Kádár, le mouvement en faveur des minorités hongroises à l’étranger s’amplifiait. Ou vice-versa : l’amplification de ce mouvement contribua à l’affaiblissement du régime. Quelles que soient les relations de cause à effet, dès le milieu des années 1980, l’Etat-Parti hongrois opéra un revirement assez spectaculaire. Ne fut-ce que pour couper l’herbe sous les pieds de l’opposition, le gouvernement de M. Kádár s’est mis à lancer des notes de protestation à l’adresse des autorités roumaines, exigeant le redressement de nombreux torts causés à la minorité hongroise. János Kádár avait même rencontré à la frontière le Conducador roumain pour aplanir les divergences. Peine perdue.

11Accusé, malgré ces premiers gestes, de continuer une politique d’abandon des Hongrois séparés, le parti de Kádár finit par s’activer davantage. Il suffit de mentionner le fait d’avoir mis sur pied un institut scientifique ayant pour but d’étudier la diaspora, ainsi que la levée quasiment totale du tabou-minorité.

12En tous cas vers la fin des années 1980 le cas des minorités hongroises est sujet libre dans les médias, dans les livres et même dans les manifestations publiques.

13Le régime Kádár et sa postérité n’avaient sans doute pas atteint le but principal de cette opération, à savoir la constitution d’un capital de légitimité auprès de l’opinion. Irrémédiablement perdue, la portion de légitimité obtenue dans les années 1970 grâce à l’amélioration des conditions de vie, ne put être récupérée dans les années de vaches maigres par le biais patriotique. Il n’en reste pas moins que dans ce registre de la vie publique, la question de la Transylvanie ne constitue plus un fossé entre la classe politique et la société civile. Tout le monde ou presque parle désormais le même langage. Un langage qui se traduit aussi en actes, comme le montre l’action conjointe de la société et des autorités pour les réfugiés venant ces derniers temps de Roumanie. Estimés à une trentaine de milliers en 1989, ces derniers trouvent accueil, refuge et aide en Hongrie. Toutefois, c’était bien la société civile, entre autres les églises et les organisations d’entraide civiles, avec l’argent de collectes, qui était à l’origine des générosités gouvernementales plus tardives.

  • 2 Brève histoire de la Transylvanie, sous la rédaction de Constantin Daicoviciu et de Miron Constanti (...)

14Un point encore particulièrement éloquent de ce dossier sur l’opinion publique et les relations entre l’Etat et la société mérite mention. Il s’agit de l’histoire millénaire de la Transylvanie. Celle-ci avait en fait été confisquée, jusqu’à la falsification pure et simple, par l’histoire officielle roumaine. Il suffit de lire, entre autres, en traduction française, n’importe quelle version de cette histoire2 pour se convaincre de la roumanisation excessive, jusque dans les noms de magnats hongrois roumanisés, des faits pourtant marqués par la présence magyare. L’histoire officielle roumaine a ceci de particulier qu’elle dénonce la domination hongroise tout en minimisant sa portée et son impact sur le développement social, économique et culturel.

15La polémique entre historiens roumains et hongrois ne date certes pas de l’époque de Ceausescu. Sa pierre d’achoppement la plus lourde ayant toujours été un problème de « priorité » ; laquelle des deux nations, roumaine ou hongroise, avait-elle peuplé la première la Transylvanie ? Une question que nous ne prenons pas en considération en raison de son importance mineure. Sauf sur le plan strictement scientifique, il est en fait absolument indifférent que quelques tribus, prétendument daco-roumaines (version roumaine) se soient installées en Transylvanie avant la conquête hongroise d’il y a mille ans ou que celles-là soient venues après (version hongroise). Dans les deux hypothèses le fait demeure que la Transylvanie, par excellence multinationale, avec une forte minorité allemande hautement civilisée, avait été tout au long de ces siècles le siège de la partie hongroise, partie politiquement dominante aussi bien pendant les périodes d’unité juridique avec la Hongrie que pendant les périodes de la principauté (relativement) indépendante et, après, d’administration autrichienne installée après l’éloignement de l’empire ottoman au xviie siècle.

  • 3 Erdély története (Histoire de la Transylvanie) sous la direction de Béla Kpöeczi, Budapest, Akadémi (...)

16L’historiographie hongroise de l’époque communiste avait, de son côté, englobé dans sa condamnation du nationalisme hongrois la domination des seigneurs hongrois de Transylvanie également. Toutefois, elle n’admit jamais la version roumaine des faits. Elle sortit même de sa réserve, observée pendant plus d’une décennie, dès les années 1970 et, plus particulièrement dès 1980. De nombreuses publications scientifiques avaient alors étoffé, à la base de recherches et d’interprétations nouvelles, l’histoire plusieurs fois centenaire de la Transylvanie. Parmi celles-ci une grande synthèse en trois volumes éditée par l’Académie des Sciences de Hongrie et qui réfute cette fois catégoriquement la version roumaine3.

17L’enjeu ici est national. Il fait partie d’une nouvelle prise de conscience d’identité dont nous retrouverons les éléments dans le chapitre consacré à la culture et à l’histoire. Mais la réoccupation par la société de l’espace public se poursuit également sur d’autres terrains, plus spécifiques que la conscience nationale. Entre autres sur le plan des associations particulières et de la représentation des intérêts particuliers des régions, des corps et des corporations.

18En ce qui concerne le dernier point, des progrès, jugés insuffisants par les uns, nuisibles par d’autres, ont déjà été faits sous le régime Kádár. Comme il ressort de notre analyse des structures du parti, la décentralisation économique allait de pair avec une curieuse innovation appelée souvent corporatisme. Un corporatisme ayant emprunté certaines caractéristiques d’une société « féodale ». Ceci dans le sens de « féodalités » créées autour de l’autorité d’une personne, grand patron dans un ministère de branche ou d’une unité administrative, et, son entourage. Des « féodalités » donc à la soviétique, comme celles du célèbre Gaydar Aliyev en Azerbaïdjan ou des Saraf Rachidov et Akhmadjane Adilov en Ouzbékistan. A cette différence près que les « fiefs » hongrois n’avaient pas, comme celui d’Adilov, leurs prisons privées creusées en souterrains. Ces féodalités apparaissent plutôt comme des centres corporatifs sous la coupe d’une personne ou d’un groupe influents d’une branche de production, de service ou de distribution. Au niveau des pouvoirs ils sont les intermédiaires entre les pouvoirs publics proprement dits (ministères, départements du parti) d’un côté et, de l’autre, les subalternes de leurs secteurs ou localités respectifs. Sans doute, ils représentent donc quelque chose et font entrer dans le processus de redistribution (des salaires, des commandes, des matières etc. etc.) jusqu’alors centralisé des intérêts particuliers. Dans ce sens, ils sont les éléments d’un système de représentants d’intérêts divergents et diffus au détriment du système totalitaire centralisé. D’autre part, né de la corruption et du trafic généralisé d’influences, ils sont des corps malsains et qui empêchent plutôt que stimulent la création d’un véritable système de représentation d’intérêts.

  • 4 Voir entre autres Mihály Bihari, Politikai rendszer és demokrácia (Système politique et démocratie) (...)

19L’analyse de ce curieux système « d’arbitrage des intérêts » qui remplace le – ou se superpose au – dirigisme centralisé est l’objet d’une multitude d’études et de discussions sociologiques et politologiques. Selon l’avis unanime, ce système de marchandage se trouve intégré dans le mécanisme politique et le processus de décision4.

20Les « groupes de pression » sont, bien évidemment, un phénomène connu dans d’autres systèmes politiques également. Les « lobbies » sont des puissances occultes de la vie politique, américaine notamment. Cependant ces groupes puissants ne remplacent pas, comme cela semble être le cas en Hongrie, le système de représentation politique composé des élus, pas plus que les organisations syndicales et autres groupements professionnels ou d’autodéfense. A la différence des démocraties libérales, mais aussi de la Pologne… l’effervescence démocratique en Hongrie avait à peine amorcé un mouvement syndical autonome. Il existe, certes, parmi les associations récemment créées quelques syndicats, mais, comme nous l’avons déjà indiqué, moins dans les milieux ouvriers que parmi les intellectuels, chercheurs et enseignants. Le grand élan pour recréer un réseau d’associations autonomes n’en reste pas moins un composant important de la renaissance hongroise.

  • 5 Egyesületek Magyarországon 1982 (Associations en Hongrie 1982), Kôzponti Statisztikai Hivatal, Buda (...)

21Tant en Pologne qu’en Hongrie, l’Etat totalitaire avait brisé les associations héritées du régime d’avant-guerre. Elles étaient, comme nous l’avons relevé, particulièrement nombreuses dans ce dernier pays : 14 365 en 1932 – chiffre confirmé par une étude de l’Office central statistique publiée en 19845.

22Selon la même étude, il y avait 6 570 associations en Hongrie en 1982, avec 2,3 millions de membres, sans compter les organisations sociales tels que les syndicats et les organisations ecclésiastiques. Entre ces deux données statistiques il y a cependant toute une histoire qu’il est impossible, en l’état actuel des informations, de résumer en chiffres. Toujours selon la même source citée, 63 % des 6 570 associations existantes c’est-à-dire 4 139 ont été fondées après la libération – calcul qui donne à croire que 2 431 anciennes auraient survécu au « grand nettoyage ». D’après une autre donnée, à savoir le chiffre additionné des associations formées avant 1945, leur nombre serait 1 722. Toutes ces informations statistiques laissent cependant de côté la question de fond, à savoir l’absence de leur autonomie.

23Certes, parmi les quelque quatorze mille associations du régime d’avant-guerre, une proportion très élevée avait été créée par diverses autorités étatiques, patronales et autres, mais plusieurs autres milliers – il est impossible de fournir des chiffres – jouissaient d’une autonomie politique, financière et idéologique indiscutable. Les autorités de surveillance, essentiellement le ministère de l’Intérieur, se limitaient à veiller sur la régularité des statuts et le fonctionnement de l’association ; régularité certes étroitement définie selon les canons du régime autoritaire, mais conforme toutefois à l’ordre constitutionnel et juridique en vigueur. Or, à la différence de l’ancien régime, l’Etat totalitaire exerce, soit directement par son administration, soit par l’intermédiaire de ses organisations, une tutelle totale et une ingérence permanente. C’est l’Etat-Parti qui forme les associations nouvelles, c’est lui qui transforme les anciennes, c’est lui qui les dirige. Seules quelques-unes, placées notamment sous l’autorité des Eglises, avaient échappé sous le système stalinien et post-stalinien à cette tutelle encombrante. Si bien que pour l’opinion publique ces associations étaient des organisations étatiques d’encadrement plus que des cadres de sociabilité librement constitués et autonomes. Les membres d’une société de chasse ou de pêche (il y en avait plus de 1 400 en 1982) se réunissaient le dimanche, certes pour pratiquer leur sport favori, mais cela sous l’œil vigilant de l’autorité locale de surveillance et qui lui imposait aussi les personnes de confiance chargées de la présidence. En outre, l’exemple déjà cité de ce journal de pêcheurs où il est question plus souvent de Lénine et de la révolution que des poissons, n’est pas unique, loin de là…

24Et cela dit, nous passons sur plusieurs milliers d’associations paramilitaires, de sport et de loisirs dont le but affiché est autant politique que véritablement sportif ou culturel.

25Tout le vaste réseau des associations est cependant le lieu et l’objet d’un grand chambardement depuis une dizaine d’années et, plus particulièrement, depuis la fin des années 1980. A tous les niveaux, de petites associations et clubs locaux aux associations de savants et d’artistes ont secoué la tutelle et le contrôle des autorités, quelles qu’elles soient, parti, ministère, administration locale, syndicat officiel ou organisation centrale. Il est encore impossible d’évaluer la portée de ces efforts, tout à fait récents et se déployant dans des milliers d’associations, mais le désir et l’élan d’émancipation semblent difficilement contenables par les autorités. A tous les niveaux on élit de nouveaux présidents et directions, on critique les méthodes autoritaires, on organise des conférences et des programmes non-conformistes. Et l’information passe : journaux, radio et même la télévision dans certains cas, diffusent les nouvelles de la vie associative en pleine mutation.

26Dès les débuts de cette effervescence, il n’était pas exclu que tout le réseau d’encadrement soigneusement construit par l’Etat-Parti pouvait lui glisser des mains et devenir le cadre d’une vie sociale autonome et pluraliste.

27Toutefois, l’attention du grand public porte davantage sur la formation de nouvelles associations que sur la transformation des anciennes. Cet intérêt est justifié. Les nouvelles sont plus directement politiques et oppositionnelles que les anciennes à l’exception notable des associations d’écrivains, d’artistes, de savants, de journalistes. En outre, la formation des nouvelles sociétés est en règle générale l’aboutissement – ou l’échec dans certains cas – de longues luttes contre le pouvoir et la bureaucratie.

28Avant de fournir quelques exemples parmi les centaines de cas, il est nécessaire d’expliquer d’une part la différence entre la première phase de ce mouvement et la seconde, actuelle, et, d’autre part, la différence entre la Pologne et la Hongrie.

29Le terme de société civile n’était pas encore courant quand, vers la fin des années 1970, la société s’est mise en marche pour la conquête de certains « espaces » de la vie civile. Ce mouvement diffus et spontané visait à la libération de la vie privée des citoyens et à l’élimination des contraintes idéologiques et politiques entravant leurs activités économiques et socio-culturelles. Sans programme ni organisation il voulait parvenir à conclure un « contrat social » avec le pouvoir en place pour réaménager le système sans recourir à la violence. Selon ce contrat, au départ tacite, l’Etat-Parti pouvait garder les rênes du pouvoir politique en contre-partie de la garantie des libertés civiles, par ailleurs inscrites, mais lettres mortes, dans la Constitution.

30Pendant qu’en Hongrie ces idées gagnaient du terrain tout au long du « kadarisme », en Pologne l’élan fut nettement brisé par le coup d’Etat du 13 décembre 1981. Mais, en ce qui concerne l’ampleur et l’élan du mouvement, la société civile respective des deux pays, nonobstant leur différence, finirent par se rejoindre. Cette fois il est aisé de marquer la date du nouveau tournant : 1988-1989 auront été le point de départ d’un « contrat social » autrement important que dans les années 1970 et 1980. Car, comme nous l’avons dit, le mouvement déborde, cette fois-ci, le cadre de la société civile dans l’acception étroite du terme. Il revendique maintenant non seulement quelques espaces, mais pratiquement tout le terrain, il revendique… la liberté.

31Si, au départ, des facteurs tels que la politique des droits de l’homme, le processus d’Helsinki, la détente avaient sans doute renforcé les mouvements d’opposition, dix ans après l’Afghanistan les changements opérés par Gorbatchev avaient joué un rôle décisif. Certaines différences entre la Pologne et la Hongrie se dessinent.

32La formation puis la multiplication d’associations et de clubs se poursuivent sans aucun doute dans les deux pays, mais cela à cette différence près qu’en Pologne, l’Eglise et Solidarité planent au-dessus de l’évolution, tandis qu’en Hongrie, il n’existe aucune organisation oppositionnelle comparable.

33Dans cette situation, les associations occupent une place plus importante en Hongrie qu’en Pologne. Toutes proportions gardées, c’est le réseau informel de ces formations multiples qui constitue, en lieu et place d’un mouvement social rassemblé sous l’égide du syndicat, la société civile, partie à la conquête des libertés civiles et de la liberté politique. Dans ce cas également l’avenir seul pourrait dire, au travers de toutes sortes de regroupements, d’alliances et de ruptures, de quoi le pluralisme hongrois sera fait dans les années 1990 ? En attendant, les associations se multiplient et occupent le centre et de l’espace social et de l’espace politique.

  • 6 Depuis quelques années, l’Institut sociologique du parti, dirigé par György Aczél, longtemps un des (...)

34Ne parlons pas ici de celles qui, sous surveillance plus stricte (ou relâchée depuis peu), ont été jugées assez inoffensives pour subsister tant en Pologne qu’en Hongrie, de même d’ailleurs que dans les autres pays communistes. Elles sont nombreuses, nous l’avons dit, dans les domaines sportif, culturel, de vulgarisation scientifique sans parler des pompiers ou des philatélistes. Encore que le collectionneur de timbres, correspondant avec des étrangers, de même que l’espérantiste d’emblée suspect… avaient longtemps eu la vie dure comme agents potentiels de l’impérialisme. De nos jours le philatéliste est tranquille et, dans le cas hongrois, fait partie d’une association de 157 000 membres, la plus nombreuse après celle des automobilistes. Le rôle des sociétés de culture locale est en revanche autrement important. A première vue inoffensive et en effet longtemps confinée à la collecte d’informations historiques et culturelles de la localité ou du département, l’association historique ou de sauvegarde de monument est devenue le foyer d’une sub-culture authentique et féconde. D’après l’étude statistique citée sur les associations en 1982, il y en avait seulement 90 dans toute la Hongrie, avec quelque 40 000 adhérents. Leur nombre s’est multiplié depuis cette date et leur travail de conservation des traditions de la société locale compte parmi les plus importants antidotes contre l’uniformisation culturelle du régime.6

35A part ce terrain fertile et riche de la vie sociétale, les lumières sont braquées, comme nous l’avons dit, sur les groupements soit clandestins, soit nouvellement créés depuis le milieu de la décennie 1980. Selon un classement simple, ils sont d’ordre :

  • Religieux ;

  • Culturel ;

  • Ecologique ;

  • De représentation d’intérêt ;

  • De « débat public », et enfin, tout récemment, d’ordre ;

  • Politique à visage découvert.

36Il faut se limiter, dans ce domaine si vaste et varié, à quelques exemples.

37Contrairement à la Pologne où l’Eglise catholique dispose de moyens et multiplie ses activités sociales, le plus souvent par les paroisses, leurs clubs et centres culturels, les églises officielles hongroises ont affiché un profil bas. Elles se sont bornées à remplir leur ministère sans grands risques et péril depuis l’installation du régime Kádár. A la recherche d’activités non-conformistes, soit en matière spirituelle soit sur le plan moral, il faut se tourner vers les églises non-reconnues et les groupes autonomes. Leur influence sur la population et sur l’auto-affirmation de la société civile n’était probablement pas grande, mais, ne serait-ce qu’à travers leur courage, ils ont insufflé à la société, au-delà du cercle limité de leurs adeptes, un esprit de persévérance non négligeable.

  • 7 Zsuzsa HorvÁth, « Le ferment de l’Eglise : les mouvements des communautés de base en Hongrie », dan (...)

38Vu l’importance de l’Eglise catholique, représentant autrefois quelque 63-65 % de la population, mentionnons en premier lieu les mouvements autonomes les plus importants de cette confession. Ce sont sans doute les « communautés de base » telles que le Regnum Marianum, les « bulanyistes » (du nom du frère piariste György Bulányi), les groupes « Focolare », de « Taizé » et autres7.

39La hiérarchie catholique les avait toujours mal vus depuis la fin de la guerre et surtout depuis son concordat avec le régime Kádár. Mgr Lékai, le primat défunt, avait employé tous les moyens, jusqu’à la persécution, pour entraver leur action auprès des fidèles. Cela à tel point que les autorités de l’Etat pouvaient s’en décharger… Ce n’est que l’intervention du pape Jean-Paul II en faveur des communautés de base qui amena la hiérarchie catholique de l’Eglise hongroise à atténuer sa pression sur quelques-unes, telles les communautés du Regnum Marianum, tout en l’exerçant contre les plus récalcitrantes, comme les groupes dits « Buisson » du père Bulányi. Mais ces derniers ont connu aussi des difficultés à Rome. La doctrine et l’action du père Bulányi furent soumises à l’examen de la Congrégation pour la doctrine de la foi présidée par le cardinal Joseph Ratzinger et qui, après discussion, avait fait promettre à Bulányi de s’amender. Toutefois, l’acte de soumission du père Bulányi ne fut pas jugé suffisant car, deux ans après, en 1987, celui-ci fut à nouveau condamné pour désobéissance. En fait Bulányi, se référant à la dignitatis humanae réclama la liberté de conscience et, en outre, préconisa pour l’avenir l’éventualité d’une structure de l’Eglise différente de l’officielle et fondée précisément sur les communautés de base.

40La condamnation pour désobéissance est très grave dans l’Eglise catholique. Mais il n’est pas nécessaire d’examiner l’aspect doctrinal des écrits du père Bulányi pour constater que, dans l’optique laïque, sa désobéissance a un caractère essentiellement politique. S’il n’obéit pas à ses supérieurs dans l’Eglise, c’est parce qu’il n’obéit pas à leurs consignes d’obéissance vis-à-vis de l’Etat communiste. Cela commence par l’existence et l’organisation de ses communautés de base échappant au double contrôle de la hiérarchie et de l’Etat, cela continue par la revendication de la liberté de conscience et cela finit par le refus du service armé, problème éternel dans tous les conflits entre l’autorité séculaire et les objecteurs de conscience.

41Mais l’éternel change aussi… Rien n’illustre mieux la profondeur des mutations que l’introduction officielle du service auxiliaire dans la Hongrie, encore communiste, en 1989.

42Et puisque les problèmes de la vie spirituelle et de l’attitude vis-à-vis de l’armée et du service militaire se trouvent imbriqués également dans la vie d’autres groupes religieux, il faut mentionner dans ce chapitre sur les associations, les sectes. Plusieurs d’entre elles ont été longtemps objets de persécutions policières telles que les Témoins de Jehova ou les Anabaptistes à cause de leur pacifisme, mais aussi en raison de leur simple existence échappant à la fois au contrôle étatique et ecclésiastique.

43Les plus nombreux sont les Témoins de Jehova et les Baptistes (comptant chacun quelque 15 000 adeptes) ainsi que les petites églises libres des Adventistes, des Méthodistes de la Communauté évangélique de Pentecôte, et des Nazaréens (exemptés de service militaire depuis plus longtemps que les autres objecteurs de conscience pacifistes).

44Par ailleurs les mouvements pacifistes, qu’ils soient religieux ou laïcs, n’ont pas gagné une influence comparable à ceux de l’Allemagne de l’Est ou de la Tchécoslovaquie. Le Mouvement de la paix provoqua la méfiance vis-à-vis des initiatives pacifistes de tout genre.

45Quant aux associations et mouvements culturels, lors de l’enquête privée que nous avons menée en 1987, il n’y en avait que quelques dizaines dont plusieurs abritées par des organisations officielles telles que les Jeunesses communistes (KISz) et le Front Patriotique Populaire placé alors sous la direction du réforme-communiste le plus connu, M. Imre Pozsgay. D’après M. Mihály Horváth, grand animateur, depuis décédé, du mouvement associatif, une vingtaine de clubs indépendants fonctionnaient alors sous les auspices du Front. Ils formaient aussi un Conseil des clubs pour la promotion de ces activités.

  • 8 Outre les entretiens avec plusieurs animateurs, nous tirons nos informations des bulletins et tract (...)

46Le plus ancien et le plus célèbre des clubs indépendants était – et est resté – le “Rakpart Klub” (Club du Quai) fondé par Mihály Horváth et ses amis. Plusieurs fois interdit, forcé à déménager et même à changer provisoirement de nom, ce club qui existe depuis 1982, avait organisé une centaine de réunions, avec quelque 300-400 personnes chaque fois, entre 1982 et 1986. Depuis lors, son auditoire avait triplé et, fait plus important, son modèle a fait tache d’huile. De nombreux clubs et cercles réunissent à l’heure actuelle un public vaste pour discuter en toute liberté des problèmes de société, de culture, de l’économie de marché, de l’histoire et de l’identité nationale, des minorités… la liste complète embrasserait tous les domaines de la vie nationale. Parmi les autres cercles et clubs célèbres de ces années, si proches, mais encore difficiles, mentionnons le Club Bethlen (du nom du prince de Transylvanie), le Cercle 405, le Cercle de jeunes sociologues et, surtout la vingtaine de sociétés fondées sous divers noms dans plusieurs facultés ainsi que dans les collèges de spécialisation du niveau secondaire supérieur8.

47Des activités identiques se poursuivent dans le mouvement – un mouvement spontané, inarticulé – des foyers culturels, surtout dans les provinces, villes et villages. Outre le réseau des foyers officiels, placés sous le contrôle des conseils départementaux et municipaux, des foyers indépendants s’installent soit dans des locaux de fortune soit dans des maisons construites avec de l’argent collecté. Des activités de nature identique se déploient dans les ciné-clubs. L’un des animateurs de ce mouvement, M. Lányi, nous avait indiqué le chiffre de 120 clubs indépendants en 1987, sans compter les « officiels ».

48Un autre chercheur, et lui-même animateur de mouvement, Péter Györi nous avait renseigné sur l’état d’associations plus spécialisées, telles que celle des handicapés moteur cérébraux qui devait, inexplicablement, lutter des années durant pour sa reconnaissance officielle, et les associations de la population tzigane, subissant, elles aussi, des tracasseries bureaucratiques d’une part et des divisions internes d’autre part. Une association indépendante et démocratique tzigane n’a pu définitivement s’installer qu’en avril 1989, mais la Société de culture tzigane avait déjà été légalisée en 1986. Remarquons brièvement que le problème des Tziganes est un des plus douloureux. Sédentarisés par la force, les Tziganes ont de graves problèmes d’adaptation sociale et culturelle, tiraillés qu’ils sont entre l’intégration assimilatrice et l’intégration en tant que minorité nationale-culturelle. Ils souffrent également de l’hostilité à peine cachée d’une large partie de la population hongroise qui leur « reproche »… de proliférer trop rapidement. Leur nombre est en fait inconnu. Les estimations varient entre 350 000 et 500 000 sur une population totale de 10 millions 600 000 habitants.

49Parmi les associations indépendantes la plus connue et la plus militante avait longtemps été la SzETA, à savoir l’association pour l’entraide aux pauvres que nous avons déjà mentionnée.

50Les associations sportives et de loisirs, que nous avons déjà rapidement mentionnées, sont certainement les plus nombreuses, mais il nous est impossible de mesurer leur degré d’autonomie par rapport aux autorités administratives de contrôle (conseils municipaux et départementaux pour la plupart à savoir pour environ 6 000). Elle était pratiquement nulle… jusqu’à l’effervescence sociétale de la fin des années 1980. Et dès qu’un groupe sortant des chemins battus (chasse, pêche, automobilisme, vulgarisation scientifique, etc.) voulait se faire reconnaître comme association, les obstacles se multipliaient. Ainsi, celle des naturistes dût-elle se battre pour se livrer en toute tranquillité au nudisme à des endroits désignés. L’exemple est peut-être « léger » vu l’habillement réduit à sa plus simple expression, mais le nombre des adeptes n’en reste pas moins impressionnant : il n’est pas loin de 100 000.

51Il était déjà question aussi du mouvement écologiste. Sous l’aile protectrice du Front Populaire et d’autres grandes organisations, maints problèmes de pollution et autres dégâts causés à la nature ont été, dès les années 1980, discutés et portés à la connaissance de l’opinion publique. C’est au milieu de cette décennie que la protection de l’environnement est devenue une cause mobilisatrice voire même formatrice d’une opinion publique plus vaste, plus consciente de l’enjeu et plus militante.

  • 9 Parmi les publications opposées au projet, mentionnons la brochure du juriste-écologiste László Sól (...)

52Tout avait commencé dès 1981 par quelques articles de János Varga suivis d’autres dans les revues Valóság, Új Tükör, ensuite dans des publications ad hoc portant à la connaissance du public la réalisation d’un ensemble de barrages et de centrales électriques sur le Danube. Projet ancien, mais qui était arrivé à maturation, entre 1983 et 1985, et qui provoqua alors des vagues de protestation, la formation d’une demi-douzaine de cercles, clubs et mouvements contestataires du projet ainsi que la publication d’articles, de brochures et de tracts. Contre – mais aussi pour !9

53Parmi les associations et cercles opposés au projet se trouvaient « Les Bleus », le « Cercle du Danube », les « Amis du Danube », les « Référendaires » exigeant l’organisation d’un référendum et ainsi de suite. Diverses pétitions ont obtenu jusqu’à plus de 6 000 signatures en 1985 déjà, nombre à multiplier par dix ou davantage pour estimer le soutien aux actions plus récentes. A noter encore que le soutien extérieur venu du Parlement Européen qui s’est ému, et accompagné d’un « prix Nobel alternatif » de 25 000,00 dollars attribués au Cercle du Danube n’ont pas manqué de donner de l’élan aux mouvements… et durcir l’attitude du gouvernement. D’où l’acharnement des autorités pour la défense du projet et sa campagne d’intimidation sur les députés au Parlement qui avaient été invités, chacun individuellement, à discuter de la chose avec les « responsables » de l’Etat-Parti. A la séance d’octobre 1988, malgré les pressions, quelques dizaines de députés votèrent contre ou s’abstinrent.

54Il n’est pas du propos ni de la compétence de l’auteur de se prononcer sur le fond de ce débat qui prit la proportion d’une confrontation entre les pouvoirs publics et la société civile.

55Les arguments des opposants vont des dégâts à l’environnement et aux réserves naturelles d’eau potable, à la dénonciation de sa contre-productivité économique en passant par la défiguration des plus beaux rivages et à la destruction d’inestimables sites archéologiques et j’en passe… Le gouvernement et le parti, quant à eux, contre-attaquent, défendent la rentabilité du projet, déclarent que les dégâts ne seront pas irrémédiables et que, de toute façon, le gouvernement se doit de respecter les accords conclus avec la Tchécoslovaquie et l’Autriche, parties prenantes. Elles le sont en fait : la Tchécoslovaquie, partenaire principal, s’est déjà engagée loin dans les travaux qui lui apportent des avantages dans la navigation fluviale et un surplus énergétique considérable ; et l’Autriche, assurant le financement, profitera de l’énergie qui lui est indispensable en raison de l’abandon d’un projet comparable en Autriche elle-même, sous la pression de l’opinion alarmée…

56Dans cette situation extrêmement complexe, l’Académie des Sciences hongroises avait toutefois vivement critiqué le projet et refusé de donner sa caution au gouvernement. Sa position avait été rendue publique dans tous les journaux et publiée dans des revues. Par ailleurs, dans les milieux scientifiques, seuls, ou presque, les experts en matière hydraulique avaient soutenu le projet ; tandis que parmi les économistes, les experts en agriculture, en aménagement de territoires, sans parler des écologistes à proprement parler ou des archéologues, les opposants constituent la grande majorité.

57L’issue de la confrontation était encore incertaine en été 1989 ; il est plus que probable que la poire sera coupée en deux. Le gouvernement devant céder, il abandonne la construction du second barrage au niveau de Nagymaros, tout en respectant son contrat pour le premier, au niveau de l’escalier de Bös-Gabcikovo, près de la frontière autrichienne.

58Quelle que soit cependant la fiabilité des arguments scientifiques, techniques et économiques, la véritable question… n’est pas là. En tout cas, dans l’optique de notre étude, la polémique et le combat sur le Danube revêtent le caractère d’un conflit entre l’Etat et la société, alimenté par la méfiance du public vis-à-vis des gouvernants et mettant en jeu des priorités différentes de part et d’autre. Quant à la méfiance, elle s’explique en deux mots. Elle est des plus profondes en raison de quarante ans de mode de gouvernement totalitaire et autoritaire, en raison du manque de transparence et de publicité des débats, en raison de la gabegie économique qui avait coûté cher, très cher. Tout ce qui vient de ce gouvernement est d’emblée suspect et l’est surtout quand il s’agit d’une transformation irréversible de la voie d’eau qu’est le Danube. Et sur ce point, à la méfiance profonde, générale, s’ajoute la divergence quant aux priorités ou, plus pertinemment dit, aux valeurs. L’opinion publique hongroise est hyper-réceptive aux problèmes économiques et probablement la mieux avertie en la matière parmi les populations de la région, mais placée devant un projet économiquement peu convaincant qui menace une partie de son patrimoine, elle n’hésite pas, les événements le démontrent, à défendre ce dernier. D’un autre côté, la valeur de l’engagement pris par Budapest vis-à-vis du gouvernement tchécoslovaque ne représente pas grand-chose. Et c’est peut-être un euphémisme…

59Quoi qu’il en soit, le combat pour la protection du Danube est à la fois d’ordre politique et d’ordre symbolique. Son issue en dira long sur l’issue plus globale de l’affrontement en cours.

60A propos des associations, pour la plupart informelles, de représentation d’intérêts, nous avons constaté plus haut dans ce chapitre, qu’elles réunissent rarement les représentants élus d’une catégorie professionnelle ou locale. Des invalides aux automobilistes, elles sont des groupements de particuliers, réunis pour se protéger, ou bien alors des lobbies, constitués pour des objectifs autrement spéciaux sinon inavouables. Beaucoup d’autres types d’association en revanche semblent être appelées à jouer un rôle dans la transition du socialisme réel… à la démocratie réelle. Elles le remplissent déjà comme corps intermédiaire. Plusieurs d’entre elles dépassant même la ligne de séparation entre le domaine social et le domaine politique. Plus d’un parti politique naissant trouve en fait son origine dans une de ces associations, tel que le Forum Démocratique ou la Société des Démocrates Libres qui feront leur apparition en tant que partis aux prochaines élections. Comme Solidarność en Pologne, montrant que la séparation de la société civile d’avec la société politique n’aura peut-être été, dans les pays communistes, qu’une longue parenthèse…

Notes

1 Le groupe le plus compact des 2 millions de Hongrois de Transylvanie est constitué par les Sicules, Hongrois habitant aux pieds des Carpathes de Nord-Est où la région autonome hongroise avait été établie en 1952.

2 Brève histoire de la Transylvanie, sous la rédaction de Constantin Daicoviciu et de Miron Constantinescu, Bucarest, éditions de l’Académie de la République Socialiste de Roumanie, 1965. Outre ce volume de 467 pages, il existe une version en deux volumes ainsi qu’une multitude de monographies et d’écrits ponctuels.

3 Erdély története (Histoire de la Transylvanie) sous la direction de Béla Kpöeczi, Budapest, Akadémiai kiadó, 1988.

4 Voir entre autres Mihály Bihari, Politikai rendszer és demokrácia (Système politique et démocratie), Budapest, éditions de la Faculté des Sciences étatiques et juridiques, Département de Politologie de l’Université « Lorand Eötvöst », 1989 (deuxième édition). Bihari, comme LÁszló Lencyel, Csaba GombÁr, Péter Schmidt, Zsolt Papp, László Bruszt, Elemér Hankiss et toute une pléiade d’autres sociologues et politologues, démontre la spécificité de ce « système dans le système » ainsi que l’enchevêtrement des intérêts et des décisions économiques avec le politique.

5 Egyesületek Magyarországon 1982 (Associations en Hongrie 1982), Kôzponti Statisztikai Hivatal, Budapest, 1984.

6 Depuis quelques années, l’Institut sociologique du parti, dirigé par György Aczél, longtemps un des dirigeants du parti, s’est également penché sur l’étude des sociétés locales. Voir notamment la série de publications intitulée précisément Helyi Társadalom (Société locale). Les travaux indépendants sont encore plus nombreux et importants ; ils s’inscrivent dans la tradition de la sociographie dite « populiste » ou « des explorateurs de villages » des années 1930 et 1940. Voir aussi l’ouvrage documentaire exceptionnellement riche de Bálint Magyar, Dunaapáti, op. cit. Enfin, nous remercions le chercheur hongrois András A. Gercely qui nous a communiqué ses travaux, en partie en manuscrit, consacrés à l’étude des sociétés locales.

7 Zsuzsa HorvÁth, « Le ferment de l’Eglise : les mouvements des communautés de base en Hongrie », dans Archives des Sciences Sociales des Religions, n° 65/1, 1988, ainsi que, du même auteur, “Free Christian Congregation in Hungary” dans Religion in Communist Lands, 1984 et, sur le même sujet, en hongrois, dans la revue Világosság (Clarté), n° 6, 1977. Voir aussi les écrits de Jànos Wildmann, notamment “A magyar katolikus hierarchia és a bâziscsoportok”, « La hiérarchie catholique hongroise et les communautés de base » dans Magyar Füzetek (Cahiers hongrois), n° 14-15, Paris, 1984. Dans le même numéro Adam Michnik, « Le catholicisme polonais et l’Etat totalitaire » (en traduction hongroise). Voir aussi dans le n° 18 de la même revue, Paris, 1987, le rapport anonyme d’une personnalité ecclésiastique hongroise sur l’attitude des évêques, ainsi que notre entretien avec le Père BulÁnyi à Budapest en 1988, et sa correspondance, en manuscrit, avec le cardinal Ratzinger.

8 Outre les entretiens avec plusieurs animateurs, nous tirons nos informations des bulletins et tracts de ces associations, souvent éphémères, ainsi que de nombreux articles de revues et de journaux dont If jusági Szemle (Revue de la Jeunesse), 1986/6 (article de Máté Szabó), Állam és igazgatás (Etat et Administration), XXXVII/3, mars 1987 (article de György KollÁth), plusieurs numéros de la revue Valóság (Réalité). Les articles consultés avaient été publiés avant la nouvelle loi de 1988 sur les associations. Avant cette loi, les associations se débattaient avec les autorités qui interprétaient arbitrairement les dispositions juridiques éparses et contradictoires. Pour une tentative de clarification dès 1983 voir la brochure du ministère de la Culture sur Les associations culturelles, édition spéciale, Budapest, 1983.

9 Parmi les publications opposées au projet, mentionnons la brochure du juriste-écologiste László Sólyom, A társadalom részvétele a környezetvédelemben (La participation de la société dans la protection de l’environnement), Budapest, 1986 (avec bibliographie) ainsi que ses articles dans différents périodiques ; la revue Természetvédelem (Protection de la Nature) publiée sous les auspices du Club écologiste des Jeunesses Communistes, la revue Magyar Tudomány de l’Académie des Sciences, ayant consacré entre autres son n° 4/1986 aux problèmes du projet hydraulique, le bulletin samizdat Vizjel (Marque d’eau) ainsi que la brochure illustrée Bös-Nagymaros. Változó Dunatáj (Bös-Nagymaros. Paysage danubien changeant), Budapest, 1988, pour la défense du projet. Entre-temps, depuis 1988 des centaines d’écrits ont vu le jour pour alimenter de part et d’autre le débat.

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable