Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

V. Les espaces libérés

1. Famille et société

Volltext

1Lorsque le modèle social soviétique fut appliqué dans les démocraties populaires, la mère patrie du socialisme avait depuis longtemps déjà fait marche arrière dans sa conception et sa pratique vis-à-vis de la famille. La valeur de celle-ci comme fondement de la société avait été reconnue, le divorce, tout en restant relativement facile, n’était pas bien vu, le libertinage sexuel banni, les sentiments et les devoirs familiaux étaient à nouveau remis à l’honneur. Les sources en la matière, depuis les brochures éducatives jusqu’à l’Encyclopédie Soviétique, en passant par les œuvres littéraires, confirment unanimement cette réhabilitation de la famille et des mœurs traditionnelles. En matière de mœurs, on citait les propos de Lénine opposé au libertinage et l’on ne se référait guère à des écrits tels que la Quadrature du cercle de Kataïev ou, encore moins, comme les poèmes de la grande poétesse Akhamatova, jugés d’un érotisme malsain. Le membre du parti qui transgressait le code de la morale sexuelle et familiale, attirait sur lui les foudres du parti, gardien de la morale communiste en tous genres.

2L’exemple de Pavel Morozov, dénonciateur de son père comme « ennemi » ne fut certes pas effacé. Le Parti et la Patrie continuèrent à représenter des valeurs supérieures aux sentiments filiaux, mais le cas exemplaire du fils patricide fut moins exalté après la guerre qu’il ne l’avait été avant.

3Si bien que les dirigeants communistes d’Europe centrale préférèrent adopter un profil bas en la matière, voire même un visage rassurant. Dans la Pologne catholique, plus encore qu’en Hongrie. Néanmoins, tout en assurant que « Marie ne sera pas collectivisée », par allusion aux rumeurs que les communistes hongrois de 1919 avaient l’intention d’abolir la famille et introduire l’amour libre, le parti n’entendait pas laisser glisser de ses mains tout moyen de contrôle et d’influence sur la cellule fondamentale de la société. Il voulut avant tout la soustraire à l’influence des églises. Opération réussie en Hongrie dans la période stalinienne. Tandis que, jusqu’en 1948, le chef du parti hongrois, Mátyás Rákosi se faisait photographier près de fonts baptismaux tenant ses filleuls dans les bras, après cette date baptêmes et mariages à l’église devinrent beaucoup plus rares pendant une décennie. En Pologne, nous y viendrons, la résistance contre la laïcisation forcée était plus forte, de même que l’attachement au lien du mariage, alors qu’en Hongrie en moyenne 300 mariages sur 1 000 finissent en divorce, voire même, pour 1987, 451, près de la moitié. Un record mondial. Il se traduit aussi dans la natalité, la Hongrie étant l’unique pays en déficit démographique net. Depuis 1980, la Hongrie compte chaque année quelque 10 000 âmes de moins : la population d’une petite ville de province.

4La dissolution progressive des liens familiaux n’avait certes pas été « planifiée » à ce point par les architectes de la nouvelle société. Mais le but initial, toujours dans le cas hongrois, a été atteint : l’autorité morale de l’église et l’influence de la religion ne peuvent rien contre la dissolution progressive de la famille.

5Le second objectif du parti avait été de soustraire les jeunes à l’influence des parents. Le cas polonais illustre le succès mitigé de cette entreprise. Il montre aussi la différence entre les deux pays en revue sous les autres aspects de la politique familiale.

  • 1 Voir à ce propos l’article « Une enquête sur la jeunesse polonaise » in : Temps modernes, vol. 13, (...)

6Dans les premières années de la nouvelle Pologne, l’appel du parti adressé aux jeunes afin qu’ils se tournent vers le nouvel horizon socialiste – contrairement à la génération plus récalcitrante de leurs parents – n’est pas resté tout à fait sans écho. Les sources fiables font certainement défaut, mais l’on propage une image montrant la jeunesse participer activement aux nouveaux rites politiques, adhérer – plus que n’importe quelle autre classe d’âge –, aux organisations de masse, nous la verrons exceller dans la dévotion au nouveau régime et à la nouvelle idéologie. Sans doute, ce portrait porte également la marque de la propagande qui le diffusait dans les années cinquante et au-delà. Il dévoile toutefois les efforts du parti pour diviser la société non seulement selon le critère de classe, mais également selon celui de génération. La déstalinisation met fin à cette tentative ; nous retrouvons la jeunesse, ou au moins sa partie la plus active, dans le mouvement de contestation où son action et ses revendications peuvent étonner par leur radicalisme1. Désormais la jeunesse jouera un rôle éminent dans tout mouvement de contestation ; de la révolte estudiantine de 1968 jusqu’aux grèves d’août 1980, toutes les explosions de mécontentement populaire se caractériseront par la participation massive des jeunes qui joueront le rôle de « catalyseur ». Les jeunes ne sont donc plus les hérauts du message révolutionnaire. Au contraire, c’est le groupe d’âge des 18 à 30 ans qui, très important numériquement dans la société polonaise qui est une société jeune, est sous-représenté dans les organisations politiques et sociales officielles. Le parti, avons-nous dit dans le chapitre consacré à son sujet, éprouve – contrairement d’ailleurs à ses opposants politiques – des difficultés majeures à recruter parmi les jeunes. Le projet a, manifestement, échoué.

7Or, si les traces de la politique qui voulait porter les antagonismes idéologiques dans les familles se perdent autour de l’année 1956 et si l’on ne semble nullement vouloir renouer avec cette forme de « politique familiale », on poursuit, d’une manière plus souple peut-être, les tentatives visant à adapter la famille aux exigences du système. On peut dire que depuis lors, la politique en Pologne vise plutôt à soustraire la famille à l’influence d’une institution qui servait naguère de guide incontesté dans les questions relatives à la vie familiale et dont l’enseignement structurait la vie des familles par ses usages et ses sanctions : réduire l’ascendant de l’Eglise sur les familles polonaises devient désormais un des objectifs primordiaux de la politique du régime.

8Les méthodes qu’emploie l’Etat socialiste dans sa tentative de déloger l’Eglise en tant qu’arbitre des questions de la vie familiale sont multiples. Commençons par les manifestations les plus visibles, « spectaculaires » de ce combat, les tentatives, souvent gauchies, d’imiter les cérémonies religieuses du mariage (le mariage civil est non seulement obligatoire, il prend également une forme plus solennelle), du baptême (on introduit un « baptême » civil pour concurrencer le religieux). Le pouvoir d’attraction de telles festivités socialistes reste toutefois fort limité.

  • 2 Edward Ciupak, Religijność młodego Polaka (La religiosité du jeune Polonais), Warszawa, Ksiazka i W (...)
  • 3 Selon Edward Ciupak, un sociologue intéressé avant tout par les phénomènes de la religiosité des je (...)

9En même temps que la famille se montre très résistante aux tentatives de la décomposer, elle se montre, en Pologne en tout cas, fortement attachée aux valeurs traditionnelles, religieuses avant tout. Le nombre de mariages célébrés à l’Eglise, de baptêmes2, de confirmations, le nombre d’élèves dans les cours de catéchisme, pour ne pas mentionner les fêtes religieuses qui appartiennent à la vie privée des Polonais, témoignent explicitement de la volonté des familles polonaises de sauvegarder les rites ancestraux, de voir leurs enfants grandir dans un univers de valeurs différentes de celles que propage l’idéologie officielle3.

  • 4 Dans une enquête récente organisée par l’Institut de recherche sur les problèmes de la jeunesse (In (...)
  • 5 Les enquêtes et recherches effectuées dans les années soixante-dix ainsi que celles faites après l’ (...)

10Rien ne semble avoir changé dans cet attachement des Polonais à leurs parents, au contraire, les jeunes, autant que les personnes âgées, disent voir le sens de leur vie dans la famille4. Si l’on regarde les statistiques et les enquêtes des dernières années, on a même l’impression que l’importance de la famille en tant que valeur dans la vie des Polonais se soit accrue, tandis que diminuait le nombre de personnes qui recherchaient l’« autoréalisation » dans le travail, dans l’action sociale et politique. La fuite dans le privé est le seul refuge où, faute de moyens de satisfaire ses aspirations matérielles et culturelles, le jeune Polonais puisse trouver satisfaction ?5

11On pourrait dire que la famille polonaise se porte bien aujourd’hui : la croissance démographique qui connut ses hauts et ses bas se stabilise à un niveau parmi les plus élevés en Europe, les liens familiaux continuent à jouer un rôle social et économique important dans une situation où les services sociaux qui étaient censés prendre leur place n’arrivent à satisfaire ni la demande ni les exigences les plus modestes de qualité.

  • 6 Les statistiques concernant le divorce nous permettent d’entrevoir les rapports qui existent en Pol (...)

12Certes, examinée de ce point de vue, la famille polonaise se porte bien et ne montre pas de signes de décomposition. Ceci étant vrai, il est également vrai qu’elle s’est sensiblement transformée depuis la prise du pouvoir par les communistes. La famille tout en restant la cellule de base de la société et le cadre privilégié d’identification affective, montre un aspect sensiblement différent de celui de la famille d’avant la guerre. Les changements dont nous parlons ne sont pas inconnus des autres pays, des pays occidentaux par exemple, qui ont, eux aussi, connu les processus d’industrialisation, de l’entrée des femmes dans la vie professionnelle, de la diffusion plus générale d’une scolarisation toujours plus longue. Autant de phénomènes qui changèrent le visage de la famille en Pologne et en Europe : nombre de fonctions sociales et économiques que remplissait la famille traditionnelle n’est plus rempli par la famille « moderne ». Là où les transformations économiques et sociales étaient les plus fulgurantes – ainsi dans les grands centres urbains des pays industrialisés – l’on peut observer le phénomène d’une lente érosion de la structure familiale : croissance démographique faible sinon négative, de plus en plus de ménages de personnes vivant seules. Toutefois, comparée aux pays hautement développés, la Pologne conserve des structures familiales plus intactes. La principale raison de cette divergence réside dans les différents niveaux de développement économique des pays en question ; les conditions matérielles qui permettent la transformation des familles en des cellules de plus en plus petites n’existaient pas en Pologne avec sa crise du logement chronique, ses problèmes d’approvisionnement, ses opportunités restreintes d’avancement matériel. On pourrait dire que le règne du communisme en Pologne, avec toutes les conséquences qu’il comporte, freine les transformations sociales et contribue aujourd’hui au maintien de certaines structures qui n’auraient probablement pas su résister aux assauts d’une autre « modernité »6.

13Vue dans cette perspective, la famille polonaise serait non seulement un bastion où les individus, conservant les liens de solidarité familiale, défendent un espace de liberté et d’indépendance par rapport à un pouvoir qui tend à politiser l’ensemble de la vie de la société et de ses membres, elle apparaîtrait également comme une institution qui s’est d’une certaine manière adaptée aux exigences désormais réduites du régime. Si le maintien des structures familiales est, d’un côté, un moyen de sauvegarder l’autonomie d’une sphère du « privé » que le pouvoir voulait rendre conforme à l’imagerie idéologique d’une « société socialiste », la famille apparaît, d’un autre côté, comme une institution sociale dont le succès repose dans une certaine mesure sur le manque bien réel d’autres possibilités d’affirmer ladite autonomie.

14L’échec d’une idéologie qui s’apprêtait à étatiser la sphère du « privé » n’est pas resté limité à la seule politique familiale. Il s’est avéré que l’individu, dans ses multiples rôles – père, mère, fils ou ami – n’était pas aussi malléable que les idéologues voulaient le croire. Dans ses modes de comportement et dans sa mentalité il est resté, nous diront les exégètes de l’idéologie, loin derrière les transformations des structures sociales et économiques. Où que l’on regarde, il ne rappelle en rien l’homme modèle dévoué à la cause. S’il se conforme aux mots d’ordre venus d’en haut, il le fait par réalisme, sinon par résignation.

15Ceci dit, il faudrait se demander jusqu’à quel point le parti au pouvoir, conscient de la difficulté de former l’homme nouveau, s’est résigné à s’accommoder de l’homme ancien ? Jusqu’à quel point les petites libertés que l’homo sovieticus a pu sauvegarder, représentent-elles un véritable départ de la voie indiquée par le projet initial ? La relative autonomie de la sphère du « privé », n’est-elle pas une concession pragmatique servant d’exutoire dans un espace social devenu par trop étroit, réglementé, asphyxiant ? En effet, nombre d’observateurs des sociétés socialistes d’aujourd’hui disent que l’attitude « libérale » du pouvoir à l’égard de tout ce qui se fait dans le domaine du privé est à considérer comme une tactique quasi machiavélique visant à détourner l’attention de ses sujets des questions politiques fondamentales. Le pouvoir se contenterait désormais d’un « homme modèle » amputé, réduit au strict minimum dans les questions politiques.

16Quoi qu’il en soit des desseins du pouvoir, il reste indéniable que le domaine du « privé », celui qui comprend et la vie familiale et les comportements, les manières d’agir, les motivations des hommes, a résisté à l’assaut du « politique » qui voulait en faire un instrument supplémentaire de sa domination sur la société.

Anmerkungen

1 Voir à ce propos l’article « Une enquête sur la jeunesse polonaise » in : Temps modernes, vol. 13, n° 137-138, pp. 78-103. Loin d’être représentative, cette « enquête » du Sztandar Młodych, ancien organe de l’Organisation des Jeunesses Communistes, en référant les réponses à la question « La politique, t’intéresse-t-elle ? », dit ce qui suit : « En gros, on peut affirmer que le regain d’intérêt pour la politique a été influencé par le réveil des polémiques dans la presse, par la véracité des informations, par une façon plus objective de présenter les événements internationaux. »

2 Edward Ciupak, Religijność młodego Polaka (La religiosité du jeune Polonais), Warszawa, Ksiazka i Wiedza, 1984, p. 79 ; où l’auteur constate la popularité des rites religieux (mariage, baptême) ; selon une étude de S. Skorzyńska, Młodziez w świetle ankiety “Moj światopogląd” (La jeunesse à la lumière de l’enquête « Ma vision du monde »), Więz, 1960, n° 7-8, 70,6 % des jeunes personnes déclarent vouloir se marier à l’Eglise. Selon la même enquête, 74 % des jeunes déclarent vouloir éduquer leurs enfants en conformité avec les enseignements de la religion catholique. Cité par E. Ciupak, op. cit., p. 73.

3 Selon Edward Ciupak, un sociologue intéressé avant tout par les phénomènes de la religiosité des jeunes, les pratiques religieuses, y compris la catéchisation, seraient considérées par les parents polonais comme une méthode d’éducation très importante. Voir : Oblicza polskiego katolicyzmu (Les aspects du catholicisme polonais), Warszawa, Biblioteka Augustinum, 1984, p. 121.

4 Dans une enquête récente organisée par l’Institut de recherche sur les problèmes de la jeunesse (Instytut Badania Problemów Młodzieży), 63 % des jeunes personnes interrogées considèrent la famille comme la « valeur » la plus importante. Cité par : Barbara W. Olszewska, “Poglądy Młodzieży” (Les opinions de la jeunesse) in : Polityka, n° 19, 10.05.1986, p. 5.

5 Les enquêtes et recherches effectuées dans les années soixante-dix ainsi que celles faites après l’imposition de l’Etat de guerre en 1981 ont prouvé que les Polonais s’intéressent principalement, sinon exclusivement, au bien-être individuel et de leurs familles. Le sociologue S. Nowak proposa de donner à ce phénomène le nom de « vide sociologique » existant entre les principales institutions sociales telles que la famille et le cercle d’amis d’un côté et toutes les institutions à l’échelle nationale de l’autre. Voir : Zdzisław Pietrasik, “Mniej niż zero” (Moins que zéro), in : Polityka, n° 6, 11.02.1984, p. 6. Cf. Krystyna Iwanicka, Anna Karwinska, “Rodzina w spoleczeństwie” (La famille dans la société) in : Odra, vol. 26, n° 2, février 1986, pp. 13-17.

6 Les statistiques concernant le divorce nous permettent d’entrevoir les rapports qui existent en Pologne entre le degré de développement social et économique d’un côté et la « solidité » des structures familiales traditionnelles. Nous remarquons par exemple une différence notable entre le nombre de divorces dans les centres urbains d’un côté et à la campagne de l’autre. Si la moyenne des divorces en Pologne est de 1,4 par 1 000 habitants (un taux relativement bas d’ailleurs comparé aux pays tels que la Hongrie ou la RDA), il atteint 2,0/1 000 dans les villes contre 0,6/1 000 à la campagne. Voir : Mały Rocznik Statystyczny 1986 (Petit Annuaire Statistique 1986), Warszawa, Główny Urząd Statystyczny, 1986, pp. 35-36.