Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

IV. Les partenaires ennemis

4. Les métamorphoses du parti

Texte intégral

  • 1 Pour le parti polonais, voir l’ouvrage cité de M.K. Dziewanowski, ch. 11 ; pour le parti hongrois, (...)

1Petits groupes clandestins avant la fin de la guerre, les partis communistes polonais et hongrois sont devenus des partis de masse, comptant des centaines de milliers d’adhérents après leur installation aux postes de commande, puis jusqu’à trois millions en Pologne après la prise du pouvoir, et à plus d’un million en Hongrie une fois les partis socio-démocrates absorbés. Cette opération, baptisée « rétablissement de l’unité socialiste », a été menée en 1948 par la ruse et la corruption, accompagnées de pressions, de violences et de purges à l’encontre des socialistes récalcitrants. Après l’unification, les purges ont recommencé et se sont soldées, surtout en Hongrie, par l’exclusion massive d’anciens socio-démocrates ainsi que par des procès et des emprisonnements affectant un grand nombre de « coopérants » dociles, tels Árpád Szakasits (ancien chef du PSD devenu chef de l’Etat avant de se retrouver en prison) et György Marosán, d’obédience communiste, véritable artisan de l’unification forcée1.

  • 2 Selon les plus récentes recherches, publiées entre autres dans le journal Magyar Hirlap (Gazette de (...)

2« L’épuration-bolchévisation », que rendait nécessaire le « tournant vers la dictature du prolétariat », touchait ainsi au cœur le vieux parti social-démocrate, par ailleurs déjà précédemment « épuré » de ses militants les plus fidèles et de ses chefs traditionnels, tels que Károly Peyer, Antal Bán, Anna Kéthly. Mais elle touchait aussi les communistes ; en effet, la direction (Rákosi, Gerö, Farkas, Révai) voulait chasser les « traîtres intérieurs » infiltrés dans le parti et elle frappa un grand coup à l’occasion du procès Rajk, s’en prenant notamment à des éléments indécis ou jugés peu sûrs. Condamnés à mort (et exécutés le 24 septembre 1949) ou frappés de lourdes peines, Rajk et ses compagnons d’infortune avaient été considérés comme la fine fleur du parti clandestin, adulés du parti et haïs de l’opinion publique non communiste. Si on ajoute que, selon les révélations ultérieures (diffusées en 1988-1989), ce ne sont pas moins de 30 procès impliquant d’anciens militants qui ont eu lieu au début des années 1950, on se rend compte de l’ampleur des ravages. Le nombre des victimes, dont plusieurs dizaines avaient été exécutées, se montait à plus de 700 ; par ailleurs, d’innombrables cadres moyens avaient été exclus, limogés ou destitués2.

  • 3 T. Toranska, op. cit., pp. 140, 263, passim.

3Certes, la terreur sévissait contre tous les ennemis et les suspects, qu’ils soient hommes d’Eglise, démocrates, koulaks, social-démocrates ou communistes indésirables dans la plupart des démocraties populaires. L’absence de données chiffrées rend l’étude comparée impossible. Toutefois, en Allemagne de l’Est, la vie des militants a été épargnée et les procès ont été rares ; en Pologne, la grande vague des exécutions et des emprisonnements s’est déroulée non pas après 1948, – proclamée l’année du « tournant stalinien » –, mais avant, se soldant par environ 150 000 victimes3. En revanche, à part « l’affaire Gomulka », il n’y a pas eu en Pologne de procès comparables aux affaires montées de toutes pièces qui ont été celles de Kostov en Bulgarie, de Rajk en Hongrie, d’Anna Pauker et de nombreux autres dirigeants en Roumanie et, celle de Slansky et de ses co-accusés en Tchécoslovaquie. Et le procès d’Imre Nagy enfin, en 1958, avec sa cohorte de répression faisant des centaines de victimes et des milliers de condamnations à l’emprisonnement.

4La Pologne et l’Allemagne de l’Est faisant exception, il faut admettre que le procès Rajk et ses suites, dont le procès de János Kádár, s’inscrivent dans la logique infernale des procès soviétiques des années 30. Ils ont été mis sur pied pour éliminer les rivaux, réels ou potentiels, du groupe au pouvoir et pour créer un climat de guerre psychologique contre l’impérialisme et les « traîtres » à sa solde, en l’occurrence, Tito en premier lieu. Le procès Rajk visait aussi, à la faveur de ce climat empoisonné, l’éradication de toute velléité, non seulement de « déviation » mais aussi d’autonomie intellectuelle et de créativité au sein du parti.

  • 4 Cf. Christian Jelen, Les normalisés, Paris, Albin Michel, 1975.

5Le parti, de même que toute l’opinion publique, en est sorti abasourdi en 1953, à la suite du programme réformiste de Nagy et des révélations successives sur les crimes du parti hongrois, puis sur ceux de Staline. On en a déjà évalué les conséquences dans les chapitres précédents. A la différence du parti hongrois, le POUP fut moins gravement touché, en raison précisément d’une répression légère. Toutefois, les différences momentanées, dues aux circonstances extérieures, s’estompent chaque fois sous l’effet des « normalisations ». Retour à la « normalité » en Hongrie sous le régime Kádár, apaisement des tensions sous le règne de Gomulka puis, à la faveur de sa chute, sous Gierek, à nouveau encore après l’étouffement temporaire de Solidarité. « Normalisation » aussi en Tchécoslovaquie après l’intervention soviétique de 19684… Toutes ces secousses ont eu des conséquences extrêmement graves, dont le dépeuplement des partis et leur nécessaire reconstruction grâce au recrutement de centaines de milliers de nouveaux membres pour remplacer les déchus et les déçus. La même chose s’est produite aux niveaux les plus élevés. Tous les postes et mandats, du district au bureau politique, ont changé plusieurs fois de titulaire ; le poste suprême de premier secrétaire n’a pas fait exception à cette règle. Seuls János Kádár et le Bulgare Todor Jivkov ont réussi à se maintenir au pouvoir pendant plus de 30 ans.

6A travers tous ces bouleversements, le parti a-t-il lui aussi vraiment changé ? Il est impossible de répondre à cette question simplement par « oui » ou par « non ».

7A première vue il reste, à défaut d’un noyau stable, une classe politique plus ou moins identique à elle-même. Une « classe » aux frontières floues en ce qui concerne les personnes qui la composent, mais définie par rapport aux types d’hommes, aux voies, aux choix de carrières, au mode de sélection et de formation, ainsi qu’aux relations menant aux postes « nomenklaturisés ». La sociologie des élites reste encore à faire ; elle pourrait éclairer ce mécanisme de sélection qui comporte un élément de contre-sélection excluant les plus indépendants. L’observation empirique permet toutefois d’affirmer que Le Parti se reproduit, en tant qu’entité dominée par les comités directeurs et l’appareil bureaucratique, fidèle aux principes et à la stratégie de base. Peu importe, dès lors, que le groupe des « décideurs » soit appelé classe politique, establishment, nomenklatura ou autre.

8D’où le fait, sans doute étonnant, que le Parti soit resté le même type d’organisation stalinienne et post-stalinienne en dépit de tous les changements. Cela vaut en tout cas jusqu’à la fin de la décennie 1980-1990.

  • 5 « Heureusement ou malheureusement les systèmes ne réalisent pas entièrement leur essence », Raymond (...)

9Au vu des observations qui suivent, le lecteur pourrait ressentir un sentiment de confusion concernant le caractère totalitaire du parti. D’emblée, il faut préciser que ce sont les faits historiques qui induisent un flottement dans la nature du phénomène totalitaire. La perception ne fait que suivre les variations du système depuis la mort de Staline jusqu’aux bouleversements de l’ère de Gorbatchev. Il importe aussi d’avoir à l’esprit que, comme Raymond Aron l’avait fait remarquer, les systèmes politiques ne déploient pas toutes leurs potentialités5. Il n’y a peut-être jamais eu de système totalitaire qui soit allé jusqu’au bout de son projet…, si ce n’est celui de la folie meurtrière des Khmers rouges. Ce cas de figure mis à part, les totalitarismes les plus accomplis, comme ceux de Staline ou de Hitler, avaient laissé une marge, étroite, à l’activité d’une certaine frange de la société. Cette marge s’est sensiblement élargie après la mort de Staline. Mais c’est la persistance de la tendance à l’emprise totale qui est le critère du totalitarisme. Or, cette tendance, prise comme une mission dirigeante, est encore profondément enracinée dans le parti au cours des années post-staliniennes, malgré le « dégel », malgré le desserrement de l’étau au niveau de la pratique gouvernementale. Le parti reste l’instrument principal de la prise et du maintien du pouvoir, comme il l’était à l’origine, et il est toujours prêt à le défendre en cas de menace. Dans ce sens-là, il demeure une organisation totalitaire par excellence. « Jusqu’à quand allons-nous encore parler de totalitarisme » ? – s’interrogeait un observateur britannique à propos des récents développements dans le monde communiste secoué par les innovations de Gorbatchev. Si cette question est pertinente, encore que sujette à caution, pour les dernières années de cette décennie, elle ne l’est pas pour la longue période brejnévienne ni, bien entendu, pour le parti qui est toujours prêt à recommencer. Compte tenu des nombreux éléments qui sont venus atténuer le caractère totalitaire de l’institution et de son modèle de gouvernement social, une telle affirmation peut choquer. Pourtant, dans l’optique du projet de société dont le parti est le seul porteur, le concept de totalitarisme demeure l’outil d’analyse indispensable, et ce, même si le régime totalitaire se trouve affaibli et sur la défensive.

  • 6 Voir La Première Internationale. Recueil de documents publié sous la direction de Jacques Freymond, (...)

10La tradition qui sous-tend cette tendance au totalitarisme, même dans une position faible, remonte aussi loin que la tentative de Marx pour forger la Première Internationale en arme de combat révolutionnaire, entre 1864 et 1872. Nous avons déjà mentionné son conflit avec Bakounine ainsi que le fait que Marx n’ait pas songé, comme l’affirment certains historiens de l’anarchisme, à consituter un parti ouvrier international strictement organisé ; bien plus, après l’affaiblissement de l’Internationale, il encouragea la formation de partis ouvriers nationaux. Il n’en demeure pas moins qu’il avait préconisé la transformation de son organisation en un parti politique. C’est pourquoi il a montré une telle persévérance dans sa lutte contre les opposants, notamment Bakounine et les siens, espérant que « les échanges d’idées et les discussions [...] ne manqueraient pas d’engendrer graduellement un programme théorique commun ». Unité théorique, unité d’organisation et unité d’action, voilà les principes selon lesquels les pères fondateurs de la doctrine auraient voulu organiser l’instrument du combat, ce parti politique avant la lettre qu’avait été la Première Internationale6. Certes, Lénine n’a pas connu les documents, inédits à l’époque, concernant l’action de Marx au sein de la Première Internationale. Mais, instinctivement peut-être, – et avec davantage de radicalisme et de volontarisme –, il avait tiré à partir du passé du mouvement révolutionnaire, des conclusions très proches des principes organisateurs de son illustre prédécesseur. Il a déjà été question (cf. Ie partie, ch. 2) des principes posés par Lénine dès 1902, soit à l’aube du bolchévisme, dans Que faire ? L’on connaît aussi l’application des règles du fameux « centralisme démocratique » au sein du mouvement communiste bolchevique. Parti d’avant-garde, parti de militants dévoués corps et âme à la cause révolutionnaire, parti organisé strictement et hiérarchiquement de bas en haut… qui devient, à l’inverse, une organisation structurée de haut en bas, un parti à la discipline de fer dans lequel les décisions prises ne tolèrent plus aucune contradiction et sont exécutoires même pour les anciens opposants. Cette discipline comprend un élément de mysticisme que Lénine avait sans doute emprunté au jeune fanatique russe Netchaiev qu’il a toujours admiré et qui est peut-être, avec Tkatchev et Tchetnychevski, l’inspirateur de cette éthique qui subordonne toute autre considération morale à la cause révolutionnaire.

  • 7 Miklós Molnár, A Short History of the Hungarian Communist Party, Boulder, Westview Press, Folkeston (...)

11Il est clair que le navire communiste a subi plusieurs avaries mais, au niveau du discours et du comportement affiché à l’extérieur, les principes mêmes n’ont connu aucune véritable entorse. Le communiste doit rester, même s’il ne l’est pas en réalité, un modèle d’abnégation, de morale, d’intransigeance et d’obéissance. Aujourd’hui, cela n’est sans doute qu’une fiction dans la majorité des cas, mais cette fiction reste, du fait de la mission dictée par l’Histoire et du messianisme qui en découle, le fondement de la légitimité de la domination du parti unique sur la société. En même temps, elle demeure la règle dans la vie interne du parti, un parti où l’épuration pour indiscipline et manquement aux devoirs contribue principalement à maintenir la cohésion (et ce, non seulement pendant l’ère de Staline). Dans le parti hongrois de M. Kádár, un PC réputé pour son esprit plus ouvert, 7 639 membres ont été expulsés et 17 591 radiés entre 1980 et 1985, soit 2,9 % des effectifs. Au cours du lustre précédent, 3,5 % des membres avaient connu le même sort. Chiffres certes sans comparaison avec l’époque des grandes purges. En 1949, d’après les documents du parti, 178 850 membres avaient été expulsés après l’unification forcée avec le Parti-social-démocrate7. En tout, entre 1948 et 1956, 350 000 membres ont été exclus, quelque 30 000 rayés et 100 000 rétrogradés, sur un total d’un million (1 million 128 000 au sommet). Les mœurs se sont donc adoucies, mais gare à celui qui s’oppose à la « ligne » ou se comporte de manière blâmable. Le parti reste et doit rester une sorte d’armée, même si ses officiers sont devenus plus indulgents.

  • 8 W. Góra, K. Grunberg, Geneza i pierwsze lata Polski Ludowej (La genèse et les premières années de l (...)

12C’est avant l’unification que le parti socialiste polonais est soumis à un processus « d’épuration » qui se répercute sur ses effectifs ; alors qu’il comptait de 700 000 à 750 000 adhérents à la fin de 1947, ses effectifs baissent à 531 000 à la veille du Congrès d’unification8.

  • 9 Partia w liczbach (Le parti en chiffres), Warszawa, KC PZPR, mars 1956 ; cf. Leszek Grzybowski, Rob (...)

13Quant à la politique de « discipline par l’épuration », les chiffres dont nous disposons pour la Pologne des années 1949-1956 ne sont pas très complets. Pour la période entre le Ier et le IIe Congrès (1949-1954), on parle de 276 000 membres exclus du parti et de 413 000 adhésions environ. Les effectifs auraient dû augmenter de 130 000. Or, il n’en est rien et l’on enregistre une baisse de 70 000 membres. Il est difficile de savoir quel fut le sort des 200 000 communistes perdus par le parti « en cours de route » : ont-ils été exclus, rayés ou considérés comme des « âmes mortes » ? Toujours est-il que les mesures de discipline ont, fort probablement, frappé plus de 450 000 détenteurs de la carte du parti durant les cinq années qui vont du Ier congrès au IIe9.

14Plusieurs crises au sein des partis communistes apportent une correction à cette image. La discipline s’est fissurée plus d’une fois en Pologne, en Hongrie et en Tchécoslovaquie.

15L’un des autres phénomènes récents est sans doute la perméabilité du parti, une certaine « osmose » entre la classe politique et la société civile. Un autre phénomène à retenir reste cependant que, jusqu’au moment particulièrement critique de leur existence, à savoir l’année 1989, tous les partis communistes ont, dans la foulée des tempêtes, reconstitué un noyau dur, résistant aux assauts déstabilisateurs.

16Le parti post-stalinien se reproduit donc lui-même au travers des crises ; il doit être crédité d’une incontestable capacité de résistance.

  • 10 Cf. plus loin dans ce chapitre.

17Nous essaierons d’en élucider certaines raisons. Il faut d’abord se rappeler qu’il s’agit d’un phénomène à deux facettes. La corrosion du parti entraîne un certain degré d’amalgame avec l’environnement social, mais cela n’empêche nullement la reproduction d’un noyau extrêmement conservateur et puisssant10. Si l’on n’appréhende pas cette complexité de structure du parti, on ne saurait comprendre pourquoi un régime discrédité et incompétent, incapable d’assurer le progrès technique et le bien-être, se maintient encore au pouvoir.

18En effet, jusqu’à l’impasse de 1989, c’était toujours le parti, son corps d’officiers pour l’essentiel, qui continuait à dicter la loi et à l’appliquer en se plaçant au-dessus d’elle et qui décidait d’octroyer ou non certaines concessions.

19Pouvoir à la fois législatif, exécutif et judiciaire, le parti restait donc l’arbitre suprême et c’est dans ce sens que, malgré les nombreux assouplissements du système, le concept de totalitarisme demeure fondamental pour comprendre les conflits, les crises et les convulsions dont l’Europe communiste est le théâtre depuis la mort de Staline.

20Le concept du totalitarisme, appliqué autant à la nature interne des partis communistes qu’à leur mode de gouvernement, demande néanmoins à être nuancé. La domination communiste, tout en gardant intacts ses fondements totalitaires, a subi des modifications importantes, inégalement réparties dans le temps et dans l’espace. Jusqu’en 1955 environ, le communisme yougoslave semblait être un « modèle de libéralisation », grâce notamment à sa rupture avec le Moscou de Staline et à l’autogestion. Ensuite, il y a eu le processus de déstalinisation qui reste malgré tout un événement historique d’une immense portée, faisant de Krouchtchev le champion du réformisme rénovateur. Quant à la révolution hongroise de 1956, au « communisme à visage humain » de Prague et aux secousses polonaises aboutissant au mouvement de Solidarité, il s’agit aussi d’événements qui, malgré les « normalisations » qui les ont en apparence réduits en poussière, ont façonné en profondeur le système et les hommes.

  • 11 Hannah Arendt, Le système totalitaire, Paris, Seuil, 1972, pp. 22-23.

21Il y a un quart de siècle, dans une nouvelle introduction écrite entre 1966 et 1971 et que nous avons déjà citée, Hannah Arendt avait jugé nécessaire de nuancer, parfois substantiellement, ses propos sur le totalitarisme soviétique. « Le signe le plus clair que l’Union soviétique ne peut être qualifiée de totalitaire au sens strict du mot est, bien sûr, la renaissance étonnamment rapide et riche des arts et des lettres pendant la dernière décennie », écrit-elle. Sur un plan plus général, elle ajoute que « le peuple de l’Union soviétique est sorti du cauchemar du règne totalitaire pour connaître les rigueurs, les dangers et les injustices multiples de la dictature du parti unique » ; elle exprime ensuite une réserve, non moins fondamentale, en disant que cette « forme moderne de tyrannie n’offre aucune des garanties du régime constitutionnel », que « le pouvoir en URSS est illégitime en dernière analyse » et que, par conséquent, « d’un moment à l’autre le pays peut donc retomber dans le totalitarisme… » Réserves d’importance capitale, mais suivies néanmoins d’une conclusion assez étonnante, et prématurée, selon laquelle le totalitarisme, « le plus horrible des régimes », a connu sa fin en Russie avec la mort de Staline tout comme en Allemagne avec la mort de Hitler11.

22Tiraillée entre doutes et certitudes, la célèbre théoricienne du totalitarisme cherche aussi un troisième terme, peut-être introuvable, entre « le définitif » et « le provisoire », plus encline au premier qu’au second, tant les changements intervenus vers un adoucissement des mœurs lui semblent importants. Sans être irréversible, à défaut des garanties démocratiques nécessaires, le processus (et ses zigzags) lui paraît entamé ; c’est un début qui appelle une suite.

23Nous nous trouvons ici confrontés à une question qui est sur toutes les lèvres, mais à laquelle l’histoire apporta déjà sa réponse. En attendant, aucun pays du socialisme réel n’avait pu basculer dans le « camp » de la démocratie véritable sans les garanties réclamées par Hannah Arendt. L’une des têtes pensantes de la révolution hongroise de 1956, le journaliste Miklós Gimes, avait déjà analysé le problème très lucidement. « Rien, avait-il dit, ne sera gagné tant que les changements ne seront pas irréversibles ». C’est cette garantie qu’avait recherchée le mouvement Solidarité en forçant la main au pouvoir pour signer les accords de Gdansk et en luttant pour l’enregistrement officiel du syndicat libre auprès des tribunaux. L’histoire a montré cependant que, dans les régimes de type soviétique, même les garanties formelles sont insuffisantes. La proclamation de l’état de guerre le 13 décembre 1981 et la répression qui s’ensuivit n’ont pu réduire à néant le mouvement, ni d’ailleurs l’espoir qu’il représente, mais elles ont mis fin pour huit ans à cette sorte de « contrat social » qui promettait la coexistence du pouvoir avec la société civile, dans le respect des accords. Et voilà que, huit ans plus tard, les négociations recommencent… Les événements de Pologne, intervenus après la mort d’Hannah Arendt, justifient donc a posteriori à la fois son optimisme (les changements ne sont pas provisoires parce que le processus continue) et son pessimisme (ils ne sont pas définitifs). Vingt ans après les réformes impulsives de Krouchtchev, nous assistons aux tentatives de Gorbatchev, mais l’on se demande si Gorbatchev est lui-même « définitif »…

24Aucun des changements ne l’a été avant 1989. Mais le processus lui-même l’est peut-être. C’est ce dont témoignent trente ans de combats, toujours perdus, mais jamais définitivement abandonnés, pour des objectifs fondamentalement identiques. Car ce n’était pas la mort de Staline à elle seule qui était à l’origine des combats, mais les aspirations de la société civile, des hommes vivant en société et qui, au gré des formes diverses de leur combat, repartaient toujours à l’assaut.

25Ainsi, les mutations des partis au pouvoir sont indissociables de cette lutte. Si nous les divisons ici, cela tient uniquement à un souci d’analyse exigeant une telle approche.

26En ce qui concerne le parti, jusqu’aux derniers développements il a conservé, malgré les changements, les instruments ultimes du pouvoir absolu, à savoir le monopole et la force.

27Il n’en demeure pas moins que, par deux fois dans l’histoire des dernières décennies, deux partis communistes, – le hongrois en 1956, le polonais en 1980-81 –, sont arrivés au bord de la faillite, voire au fond du précipice dans le cas hongrois ; toutefois, le parti cède, s’il est contraint à un recul tactique, sur quelques-unes de ses prérogatives, mais il n’abandonne pas le pouvoir, il reste seul maître à bord, au prix du recours à la force s’il le faut. La « normalisation » reste le concept-clé du parti : il se réserve la possibilité de déterminer ce qui est normal et ce qui ne l’est pas.

28C’est dire aussi que tous les réformismes, le meilleur comme celui de Prague, le plus humilié comme celui de la Pologne, le plus efficace comme celui de János Kádár dans sa période faste des années 70, avaient été les répliques du modèle totalitaire post-stalinien, sinon stalinien. Si ce n’est un homme, c’est une oligarchie qui dispose toujours du recours à la coercition grâce à la force armée, la sienne ou celle du voisin soviétique, pour faire respecter sa loi. Aussi longtemps qu’il en est ainsi, le parti reste le pouvoir législatif, économique, judiciaire, médiatique et, dans une bien moindre mesure, le pouvoir idéologique. Tant qu’il gardait ces pouvoirs cumulés, deux forces seulement auraient pu les lui enlever : soit sa propre armée entrée en dissidence, précisément pour sauver l’essentiel, soit une révolution populaire victorieuse.

29On a vu ici brosser une image assez ancienne du pouvoir communiste, comme si les secousses de plus de trois décennies n’avaient rien changé à sa nature profonde. En réalité cependant, le parti, ou plus exactement, chaque parti en tant qu’élément du système communiste dominé par Moscou, a su garder jusqu’à la fin des années 1980 sa capacité de rétablir son pouvoir décisionnel sans pour autant demeurer identique à lui-même sur tous les plans et dans chacun des pays concernés.

30Il nous fallait esquisser d’abord l’élément de continuité pour aborder le changement. Celui-ci se manifeste dans la diversification du parti, dans son recul devant la société civile et son interférence avec celle-ci et enfin, dans le dépérissement de son idéologie.

31Commençons par la diversification interne de l’institution. Il serait vain de chercher les indices de sa mutation intérieure dans le recrutement et la composition sociale de ses membres, malgré le fait que cette dernière ne soit pas restée inchangée. Car les partis au pouvoir, contrairement bien entendu aux partis communistes oppositionnels, demeurent des organisations auto-régulatrices. Tandis que ceux-là s’accroissent ou reculent, trouvent ou perdent de la clientèle selon les variations de l’opinion publique, les partis au pouvoir décident de qui ils seront composés demain.

32Certes, cette constatation ne se veut pas absolue. Nous allons voir que le facteur démographique par exemple ne peut être escamoté par de simples décisions et que d’autres facteurs non « contrôlables » jouent également un rôle, même limité, dans la composition du parti. Toujours est-il que le développement de l’institution reste sous contrôle ; il est en quelque sorte planifié au lieu d’être laissé à l’arbitrage spontané des opinions et des mentalités. Dans ce sens, Raymond Aron avait tort de considérer les partis communistes comme des phénomènes de société.

33Ils contrôlent souverainement leur propre développement. (Nous parlons toujours de l’ère post-stalinienne d’avant 1989.) L’état major détermine le nombre souhaitable d’adhérents (et par conséquent le processus de renouvellement), de même que les proportions entre cadres et simples membres, entre ouvriers et originaires d’autres strates sociales, entre hommes et femmes, entre habitants de diverses régions.

34En fait, sans renoncer complètement à son caractère de classe prolétarienne, le parti veut aussi refléter les changements intervenus sur les plans professionnel, social et scolaire. On peut supposer que cela se répercute d’une part sur les méthodes de direction et de gestion de l’Etat ainsi que sur la mentalité et le comportement des communistes et, d’autre part, sur l’attitude des couches instruites vis-à-vis du parti en tant que voie d’accès à la fonction publique et possibilité de carrière.

35Par ailleurs, apparaissent des signes semblables dans le POUP, le parti communiste polonais, et dans le parti hongrois. A cette différence près cependant que, contrairement au POUP, dont nous verrons plus bas le déclin à travers les chiffres, le parti hongrois n’a cessé de croître depuis la saignée de 1956. A cette date, le premier chiffre fourni par le parti, reconstruit sous le nom de Parti Socialiste Ouvrier Hongrois, était de 37 818 membres, soit moins de 5 % de ses effectifs antérieurs. Il lui fallut dix ans pour en arriver à 580 000, pour monter ensuite progressivement à 870 992 selon les procès-verbaux du dernier congrès de 1985. Depuis lors, l’on assiste à un déclin qui s’accélère au fur et à mesure de la crise économique et à une crise politique aboutissant au limogeage denos Kádár en mai 1988. Au moins 100 000 membres ont quitté le parti avant déjà les désertions de 1989.

36La situation du POUP est pire.

  • 12 Marek Henzler, X Zjazd. Członkowie i delegaci (Le dixième congrès. Membres et délégués) in Polityka (...)

37Le parti polonais ne réussit pas à recruter parmi les jeunes. Après les années de Solidarité, les tendances qui étaient déjà perceptibles, s’accentuent davantage. A l’approche du Xe Congrès en 1986, les jeunes de moins de 29 ans constituent à peine 7,5 % de tous les membres du parti, contre 15 % avant la crise des années 1980-198112.

38Une autre tendance s’accentue également : le POUP compte de moins en moins d’ouvriers.

  • 13 Marek Ziółkowski, Individuals and the Social System: Values, Perceptions and Behavioral Strategy, p(...)

39Pour des raisons aisément compréhensibles, il est impossible d’établir avec certitude pourquoi on devient communiste en Pologne ou en Hongrie dans les années 80. Mais, vu le prestige déclinant du parti aussi bien que de l’idéologie marxiste-léniniste qui, sans être mesurable, apparaît même dans la presse légale et le discours officiel, il est vraisemblable que les motivations individuelles relèvent, davantage que par le passé, de choix professionnels. Selon un sondage d’opinion réalisé en Pologne, « le support du système… est beaucoup plus fort dans le groupe le plus instruit et occupant les positions professionnelles les plus hautes et que celui-ci craint de perdre. Ce groupe compte aussi le plus fort pourcentage de membres du parti »13.

  • 14 A Magyar Szocialista Munkàspárt XIII. Kongresszusànak jegyzökönyve, op. cit., p. 12.

40C’est sans doute à ce niveau-là que réside l’une des différences entre les générations. Etre communiste, même cadre, représente certes moins de privilèges qu’à l’époque stalinienne, mais aussi moins de harcèlement, moins d’appels au dévouement et à l’héroïsme, moins d’incertitudes. L’on peut à son gré sortir du parti sans risquer la déchéance sociale. En Hongrie, entre 1980 et 1985, 19 188 membres ont quitté le parti (2,2 %). [En même temps, comme on l’a vu plus haut, 7 639 membres ont été exclus (0,9 %) et 17 591 radiés (2 %).]14

  • 15 Titre de l’ouvrage de Vincent Savarius (de son vrai nom, Béla Szász).

41Moins de passion, moins d’héroïsme, davantage de choix individuels : la vie à l’intérieur du parti s’est dédramatisée, voire banalisée. Le parti est devenu plutôt une assemblée de « gestionnaires » qu’une organisation combative de militants fervents et dévoués corps et âme à la Cause. L’on y chercherait en vain des candidats au martyre ou des « volontaires à l’échafaud »15. Le parti, certes, s’est déjà fonctionnarisé une première fois à l’époque de Staline, mais sous l’impulsion encore du « grand dessein », de la construction du socialisme dont le caractère délirant était loin d’apparaître dans toute sa monstruosité aux communistes. Le temps, déjà long, des désillusions avait apporté, depuis, son lot de lucidité et de cynisme rapprochant, malgré tout, fonctionnaires et simples sujets (et vice-versa). Le commun des mortels n’aime pas les cadres, mais ceux-ci sont souvent les cousins, les supérieurs sur le lieu de travail ou, plus rarement, les subordonnés.

42Les années 1980, et même la décennie précédente, avaient ainsi apporté un changement important au statut social des cadres. Ils sont moins craints, moins isolés ; ils affichent moins de superbe qu’auparavant.

43Ce changement apparaît encore plus marqué en ce qui concerne le grand nombre de simples adhérents. C’est ce qui m’avait amené à affirmer, dans une autre étude, que d’après mes observations et mes lectures, il y a une sorte d’osmose entre d’un côté la classe politique et surtout les communistes sans grade et, de l’autre, la société civile. Affirmation certes sujette à caution, mais qui repose sur des indices observés en Hongrie, aussi bien dans la vie quotidienne qu’au niveau intellectuel où opposants, communistes et non-communistes se côtoient. Tel membre ou même tel secrétaire de cellule du parti n’est pas moins critique que le citoyen ordinaire ; intellectuels communistes ou non s’expriment dans le même sens dans les journaux, les revues ou sur la place publique. Ce phénomène s’est accentué en Hongrie pendant et après le processus d’éviction de János Kádár, à un point tel que plus d’un observateur croyait ressentir la même atmosphère survoltée que pendant la période d’effervescence qui avait abouti à la révolution de 1956… Derrière la fronde anti-Kádár (surprenante par la rapidité de son évolution), les circonstances en 1987-1988 étaient pourtant très différentes de celles des années 1953-1956. Nous y reviendrons ainsi que, préalablement, sur le moral des troupes du parti. Mais il faut tout d’abord, à propos de cette analyse, faire une réserve pour le cas polonais.

44Si, en Hongrie, la cloison entre le parti et la société civile semble être perméable, surtout au niveau du “rank and file”, elle paraît en revanche quasiment imperméable en Pologne. Nous verrons l’importance de ce clivage insurmontable à propos de l’analyse de la société civile, aux chapitres suivants, ainsi qu’à propos des derniers développements, à savoir les négociations pour la re-légalisation du syndicat Solidarité. Mais retenons d’ores et déjà que la séparation plus nette et brutale entre pouvoir et société civile qui caractérise la Pologne depuis plus d’une décennie et surtout depuis la création de Solidarité en août 1980 se reflète également dans le miroir du parti.

  • 16 Voir : Sprawozdanie z prac Komisji KC PZPR powolanej dla wyjaśnienia przyczyn i przebiegu konfliktó (...)

45Un des indicateurs les plus importants est le déclin numérique du parti qui définit dans une certaine mesure le poids de l’organisation à l’échelle de la société, même si ce déclin numérique n’affecte pas directement son pouvoir de décision. Les effectifs atteignent leur apogée en 198016. Il y a presque 3 200 000 membres et candidats quand éclateront les grèves à Gdansk et dans les autres villes de Pologne. Avec un accroissement numérique si rapide, l’appartenance au parti perd définitivement le caractère d’un choix idéologique proprement dit pour devenir, comme il est dit plus haut, une question de « choix professionnels ». L’adhésion au parti de maints ingénieurs, journalistes et « managers socialistes » porte la marque indélébile de l’opportunisme.

46Telle est la situation en Pologne à la fin des années soixante-dix, alors que l’opportunisme individuel reflète fidèlement l’absence d’un projet social authentique. La poursuite de la promotion sociale au niveau individuel remplace la réflexion sur les possibilités de promouvoir le développement de la société tout entière (réflexion rendue impossible par le contrôle totalitaire exercé par le parti). La naissance de Solidarité mettra fin au règne incontesté de l’opportunisme et du cynisme à l’égard de la politique et de l’action sociale collective ; de ce fait, les données fondamentales du problème s’en trouveront changées.

47Le contrepoids de l’institution sociale autonome, les espoirs que suscite son existence, se font sentir au niveau non seulement des choix individuels mais également de l’attitude de la société envers les choix de ses membres. 300 000 personnes quittent le parti entre août 1980 et le IXe Congrès extraordinaire qui se tient en juillet 1981. Après décembre 1981, le processus de recrutement ne retrouve plus la dynamique de naguère, bien qu’il s’accélère lentement.

48Une autre tendance, signalée plus haut est que le parti ouvrier unifié compte de moins en moins d’ouvriers. Si la diminution relative de cette catégorie socio-professionnelle reflète les transformations économiques et sociales d’une société qui est en train de se moderniser, la baisse absolue du nombre d’« ouvriers-membres du parti » est plus préoccupante. C’est, une fois encore, l’expérience Solidarité qui contribue à ce que la classe ouvrière se détourne de « son parti » : à la suite des événements d’août 1980 et, dans une plus large mesure, de décembre 1981, le nombre d’ouvriers inscrits au parti diminue de 36 % : de l 265 000, il passe à 810 000. De par sa composition sociale, le parti communiste polonais devient de plus en plus clairement un parti de fonctionnaires.

  • 17 Rocznik polityczny i gospodarczy 1984 (Annuaire politique et économique 1984), Warszawa, Państwowe (...)

49A la fin de l’année 1983, le parti compte 2 188 000 membres, dont 39,3 % d’ouvriers, 9 % de paysans, 50,1 % de personnes provenant de l’intelligentsia et 1,6 % d’autres couches sociales. Durant cette même année 1983, 158 500 personnes ont quitté le parti ou en ont été exclues, contre 4 500 seulement qui y adhéraient17.

50Une fois dissipées les illusions sur la possibilité d’une cohabitation pacifique entre le pouvoir et la société, le clivage entre le parti d’un côté et la société de l’autre se manifeste avec toute la netteté voulue ; il semble risqué de parler à cette occasion d’une osmose.

51Au contraire, le conflit d’intérêts est perçu très clairement, de part et d’autre, comme excluant tout compromis.

52Malgré sa cure d’amaigrissement plutôt brutale, le POUP, parti absolument dominant, sinon unique, est resté une force politique redoutable. Pour tenter d’évaluer la réalité de sa puissance, il nous faut donc reposer la question de son imperméabilité ou de « l’osmose » avec la société civile. Car même dans l’hypothèse – qui n’est qu’une hypothèse d’école – du refus absolu de la société civile de se compromettre avec lui, le contraire n’est pas exclu : l’inclination d’une part de ses membres pour ladite société. Cette inclination s’est d’ailleurs révélée nettement en 1980-1981 quand plusieurs centaines de milliers de communistes polonais ont adhéré au syndicat d’opposition Solidarité. Une situation inédite, parce que jamais auparavant, un membre du parti communiste n’avait eu l’opportunité de se rallier à un mouvement oppositionnel de masse, tout en gardant un pied dans le parti. En Tchécoslovaquie, c’était dans l’ensemble le gros du parti qui avait été gagné par le réformisme venu d’en haut ; dans la Hongrie de János Kádár, le même phénomène s’était produit « en douceur » et, lorsque la crise frappa, c’est à nouveau le gros du parti qui s’est soudain détourné du vieux leader disqualifié, à peu près comme en 1956 lorsque le « parti » – c’est-à-dire l’appareil et la direction –, s’est retrouvé paralysé et seul…, sans membres.

53L’instabilité des effectifs du parti n’est plus à prouver : elle a été démontrée plus d’une fois massivement, dans les faits. Dans le cas du parti polonais, cela avait pris la forme d’un fait accompli. Si l’on avait interdit aux membres de se rallier à Solidarité, cela aurait provoqué une saignée aussi insupportable qu’inopportune et déstabilisante. Le parti avait, par ailleurs, fait bonne mine à mauvais jeu : l’un des membres du Bureau politique, Madame Zofia Grzyb, ayant été jusqu’à l’autome 1981 membre également de Solidarność… Manipulation, peut-être. De ce fait, cette dame amphibie est vite sortie de l’eau, comme beaucoup d’autres communistes qui avaient flirté avec le syndicat d’opposition, soit par opportunisme, soit par conviction. Il n’en reste pas moins que la double allégeance a été un phénomène de masse et on ne sait combien de communistes gardant dans leurs poches la carte du parti sont restés solidaires avec le mouvement appelé précisément Solidarité.

54En fait, en cas de crise aiguë, le noyau du parti peut se retrouver seul, amputé de sa base. Il ne reste en pareille circonstance que la nomenklatura, cramponnée au bateau qui coule, parce qu’elle n’a pas d’autre alternative. Cette différence entre la nomenklatura et les simples membres est une chose à la fois facile et difficile à expliquer. Peut-être cela découle-t-il de la nature amorphe de tout parti de masse, surtout dans le cas d’un parti aussi « enflé » que le sont les partis communistes d’Europe de l’Est. En Hongrie, il compte 8 % de la population totale, à peu près 17 % de la population active. En Pologne, il représente 5,5 à 6 % environ de la population totale, 12,5 à 13 % de la population active. La méfiance viscérale des dirigeants de tous les temps vis-à-vis de la masse (et vis-à-vis du peuple) joue peut-être un rôle à ce niveau-là, parce que le simple membre du “rank and file” n’est jamais associé au véritable pouvoir et que, par conséquent, la « démocratisation du parti » est impossible. Nous en reparlerons. Pourquoi le parti se reconstruit-il après les saignées, pourquoi une partie plus ou moins large de ses membres lui reste fidèle et/ou pourquoi il trouve de nouvelles recrues ?

55La nature humaine…, est-on tenté de dire pour trouver une explication. Quoi qu’il en soit de la nature humaine, insondable, l’intérêt individuel et professionnel reste un facteur d’attirance. Cette attirance faiblit d’ailleurs parmi les jeunes, surtout parmi les jeunes travailleurs manuels. Comme l’enquête polonaise déjà citée l’avait montré, les diplômés et les étudiants manifestent plus d’intérêt à faire carrière par la voie du parti que les jeunes ouvriers. Il faut aussi rappeler que l’appartenance au parti, même sans grade, n’est pas dépourvue de certains avantages. Elle profite surtout aux camarades de rang élevé, malgré la disparition de certains privilèges trop voyants comme les magasins spéciaux (en Hongrie). Mais au niveau moyen aussi, le cadre de la nomenklatura roule en voiture de service avec chauffeur… Signe troublant : ils ne conduisent pas, comme si le fait d’avoir un chauffeur à sa disposition marquait davantage le statut social que de se trouver au volant de sa propre voiture… Une voiture qu’ils ont, ou auraient, les moyens d’acheter.

56C’est dire aussi que le phénomène du « petit blanc communiste » existe toujours. « Petit blanc » disions-nous car, en comparaison avec les membres de la véritable classe politique, le chef de bureau ou d’entreprise moyenne est aussi inférieur que l’était le petit blanc colonial face aux propriétaires des grandes plantations.

57Pour toutes les catégories petites et moyennes, les avantages sont considérables. Qu’il s’agisse d’attribution d’appartements (dont la pénurie sévit dans tous les pays communistes), de terrain à bâtir, de facilités de voyage, de primes ou d’augmentations de salaire, le parti favorise les siens, à l’échelle locale davantage peut-être qu’à l’échelle nationale. La revue Új Tükör de Budapest, par ailleurs bien-pensante, avait par exemple révélé qu’une coopérative disposant de vastes terrains agricoles y avait introduit l’eau, l’électricité et les canalisations… pour offrir à des camarades de jolies parcelles pour villas (y compris des généraux et des fils de hauts dignitaires). Et, dans une autre coopérative de la même région, près de la capitale, le secrétaire du parti évincé pour incompétence, a trouvé son bonheur comme directeur d’une sous-entreprise de la même coopérative, avec, à la clé, la gérance d’un petit restaurant, pendant qu’un autre membre du comité du parti recevait prime et augmentation de salaire sans justification, à la grande indignation des autres collaborateurs.

58Un autre exemple récent relaté par la presse hongroise : celui d’un haut fonctionnaire limogé en raison de son incompétence et son impopularité… qui fut nommé conservateur de musée sans jamais avoir mis ses pieds dans un tel lieu.

59Exemples que l’on pourrait multiplier à l’infini : au « petit blanc » du parti, petits privilèges ou pots-de-vin, aux grands, des affaires juteuses en plus de la Mercedes noire de fonction avec chauffeur.

60Autrement dit, il est toujours profitable de bénéficier des faveurs du pouvoir dans un régime de parti unique, de même que (qui le contredirait ?) dans une démocratie. Si l’attirance qu’exercent ces avantages est plus forte en régime communiste qu’ailleurs, c’est en partie parce que la voie de la carrière privée est extrêmement étroite.

61La règle susmentionnée souffre tout de même certaines exceptions, notamment pour les professions libérales, les gens de plume ou les artistes ; de plus, la désapprobation morale de l’opinion publique joue un certain rôle de frein. Cela ne signifie pas que le système politique communiste se moralise ; la corruption, le népotisme et le clientélisme prennent des formes plus sournoises et s’étendent, en dehors de la classe politique, aux nouveaux riches et aux spéculateurs, mais l’exigence d’une moralisation de la vie publique demeure. Sous la pression de celle-ci, les avantages inhérents à la possession de la carte du parti se sont amenuisés, ainsi que le privilège grisant de posséder une minuscule parcelle de pouvoir sur les hommes et les choses. D’où aussi ce phénomène d’interpénétration que nous sommes en train d’examiner, en utilisant les faibles moyens de vérification qu’apportent journaux et observations directes, entre le communiste sans grade et son environnement social. Le clivage est plus sensible entre la nomenklatura et ses troupes.

62Ce phénomène n’est pas entièrement nouveau. Déjà, à la fin des années 1940, dans la période du stalinisme intégral, le parti hongrois avait institué une carte spéciale pour les « travailleurs du parti ». Ceux-ci, au nombre d’environ 100 000, représentaient alors environ 12 % des effectifs. Le système de cette carte spéciale a été abandonné, mais maintenu dans son essence du fait que « les travailleurs du parti » – grosso modo la nomenklatura – sont restés attachés à la division centrale des cadres. Bien sûr, il ne s’agit pas de personnes physiques ; la mort naturelle ainsi que la mort politique ont plus d’une fois changé la composition de cet “establishment”, tout comme d’ailleurs la composition des effectifs. Deux millions de Hongrois, soit 1 adulte sur 3, ont été, à un moment ou à un autre, membres du parti. Mais il a toujours existé un corps spécial de fonctionnaires et d’activistes « plus égaux » que les autres…

  • 18 Pour le PCUS, voir la Pravda du 5 juillet 1988 ; pour le PC de Hongrie, les procès-verbaux en hongr (...)

63C’est pourquoi le projet de « démocratisation » du parti est à l’ordre du jour depuis… la disparition de Staline. Il l’a été sous Khrouchtchev (et l’on sait sur quelles résistances de l’appareil il s’est brisé), en Pologne à plusieurs reprises, en Hongrie à l’époque du premier gouvernement d’Imre Nagy, au Printemps de Prague… Il l’est sous Gorbatchev en Russie, provoquant des chambardements de personnes et d’habitudes, mais limitant en même temps la « démocratie » au « centralisme démocratique », à savoir à la liberté, réelle ou prétendue, des discussions. Le pouvoir décisionnel ainsi que la conduite des affaires restent ainsi réservés, précisément, à un « centre », terme recouvrant le groupe de la haute hiérarchie momentanément en selle. Par ailleurs, il n’y a qu’à éplucher les comptes rendus de la XIXe conférence du parti communiste de l’Union soviétique pour s’apercevoir du caractère rhétorique des réformes relatives à la démocratisation du fonctionnement intérieur du parti. Il en va de même, avec peut-être un accent de résolution plus ferme, pour le texte adopté par la Conférence des 20-22 mai 1988 du parti hongrois18.

64Il est déjà exceptionnel que le Comité Central d’un parti communiste post-totalitaire joue un rôle déterminant dans la formulation de la politique menée par le Bureau Politique. Les rares cas connus, par exemple le soutien du CC obtenu par Imre Nagy en automne 1954 contre ses adversaires staliniens, Rákosi et ses associés, se sont produits lors de fortes divisions au sein de la direction, parmi lesquelles la tendance qui l’avait emporté était elle-même fermement installée au pouvoir. Dès que les rapports de forces ont tourné au désavantage de celle-ci, le même Comité Central courut soutenir le nouveau vainqueur. On l’a vu dans le cas du duel entre Nagy et Rákosi, ou plus d’une fois dans celui de Khrouchtchev contre ses adversaires dits « antiparti », ou encore dans la Pologne de Gomulka… Seul le Printemps de Prague n’a pas été marqué par de tels retournements depuis l’accession de Dubcek aux postes de commande. Au contraire, à l’exception du petit groupe des conservateurs staliniens, le Printemps de Prague a bénéficié du soutien du Comité Central, d’une partie importante de l’appareil et des organisations de base. Preuve en est le déroulement secret de la réunion du Congrès réitérant son appui à la politique de Dubcek et de son équipe en pleine invasion soviétique.

65Par ailleurs, le Comité Central était toujours le lieu de manipulation de la part de l’un ou de l’autre groupe dirigeant en quête d’une « légitimation » de sa ligne… ou de son coup de force contre le groupe opposé.

66Quant aux membres du parti organisés en cellules ou en organisations plus vastes, il est encore plus rare qu’on les voit déterminer la ligne politique et la composition des organes dirigeants. A notre connaissance, seule la Conférence de 1988 du parti hongrois, avec ses préparatifs presque fiévreux, fait partiellement exception à la règle. En fait, les réunions préparatoires, largement retransmises par les médias, avaient exercé une forte pression sur l’issue des débats, – une issue incertaine jusqu’au dernier moment. S’accrochant au pouvoir, János Kádár est resté incrédule jusqu’au vote qui, tout en lui donnant le titre honorifique de président du parti, a mis fin à plus de trente ans de position dominante, longtemps consensuelle, puis rapidement discréditée.

67Le règlement des partis communistes étant fondé sur le célèbre principe léniniste du « centralisme démocratique », le parti en tant qu’appareil dirigeant veut à tout prix préserver l’unité. Unité factice, parce qu’il y a toujours eu des courants divergents et, depuis l’ère de Staline, des tendances opposées. En Hongrie, depuis le début des années 1980, ces oppositions se manifestent au grand jour, amenant comme nous l’avons déjà dit, un membre de la haute direction, M. Rezsö Nyers, à déclarer qu’il y avait « deux partis en un seul », un parti de la réforme et un autre, opposé. Toutefois, quoique publiquement déclarée dans les journaux et revues, l’existence de ces oppositions ne fut pas formellement reconnue jusqu’à 1989. Il était toujours contraire aux règlements de former des fractions ou autres groupes organisés au sein du parti, le « fractionnisme » étant considéré de Lénine à Gorbatchev comme un danger aussi dangereux (ou davantage) que le pluralisme social. Nous verrons, dans les derniers chapitres de cet essai, devant quelle alternative se trouvaient les partis au pouvoir désireux de promouvoir le pluralisme des opinions et de la socialisation, tout en s’accrochant aux vieux principes de l’unité et du centralisme démocratique. Le parti hongrois voit dès 1988 déjà émerger sur son horizon un parti communiste de « vieux croyants », un parti « pur et dur », à sa gauche, et l’éventuelle émergence d’un parti ou fraction révisionniste, un parti de « rénovateurs », à sa droite. Mais n’anticipons pas davantage et revenons sur certains traits de l’évolution dans les années 1980, notamment au sein du parti polonais confronté au grand mouvement social de Solidarité.

68Dans les faits, sans pour autant accepter l’existence légale de tendances divergentes, le parti polonais s’est trouvé déchiré également. Nous avons déjà parlé de l’érosion de ses effectifs, ainsi que du dédoublement des allégeances d’un grand nombre de ses membres (environ un tiers). Du même coup, le parti a admis, ne fut-ce que tacitement, la division entre les courants conservateur et rénovateur, ce dernier cherchant le rapprochement avec la société qui avait mis radicalement en question sa légitimité. Et comme toujours en pareille circonstance, un courant médian, « centriste », s’est formé, dont le chef du gouvernement, nommé en 1988, M. Rakowski, a été longtemps un représentant. Mais, en même temps, la pression de la société civile était perçue comme intolérable par un noyau suffisamment puissant du parti pour provoquer la rupture que l’on connaît, à savoir le coup de force du général Jaruzelski. En fait, quand ce « noyau dur » se sent menacé jusque dans son pouvoir, il a tendance à serrer les rangs, à passer aux pertes et profits les défections et autres dommages idéologiques.

  • 19 Nous nous référons entre autres aux procès-verbaux de la « Commission Grabski », publiés par la mai (...)
  • 20 Michal Jagiełło, Quelques réflexions sur l’appareil du parti 1980-1981 (Kilka refleksji o aparacie (...)

69De nombreuses sources19 permettent d’éclairer ces réactions contradictoires du parti pendant la crise de 1980-81, qu’il avait vécue dans sa confrontation avec Solidarité. Dans une analyse publiée par la revue clandestine Krytyka, un haut fonctionnaire polonais, Michal Jagiello20, écrit ceci : « Le choc provoqué par les événements d’août, la peur de l’intervention armée, l’impréparation psychique et intellectuelle à la situation qui s’était produite, tout ceci fit qu’on ne vit pas, à l’intérieur du parti, de force prête à jouer une seule carte : celle d’appuyer les attentes de la société ». Nous lisons plus loin : « Les “libéraux” étaient un petit îlot dans la mer de l’appareil qui, dans son ensemble, s’opposait de plus en plus résolument à la direction de Kania et de Kazimierz Barcikowski et favorisait, de plus en plus ouvertement, Stefan Olszowski, Tadeusz Grabski et Stanislaw Kociolek ». Nous citerons encore un fragment de l’analyse : « Les effets psychologiques de la pression exercée par “Solidarność” sur les hommes de l’appareil devaient (souligné dans l’original) conduire à la consolidation de cette structure… Commença alors, c’est-à-dire après quelques mois, le boycottage des solutions préconisées par Kania et considérées par l’appareil comme opportunistes, molles, signant la capitulation du parti ».

70C’est dire aussi qu’en cas de crise compromettant son hégémonie, le parti peut se replier sur ses tendances conservatrice et médiane pour sauvegarder dans une certaine mesure son homogénéité et, avant toute chose, sa position sur l’échiquier. Mouvement de repli qui avait été plus ou moins prévisible en Pologne, tout au moins lors du congrès extraordinaire tenu en juillet 1981, cinq mois avant l’état d’exception promulgué par les forces du général-premier secrétaire Jaruzelski et préparé, on le sait depuis les révélations de Kuklihski, dès 1980. Congrès terne, si l’on veut, mais précisément parce que la tendance favorable au rapprochement avec le mouvement social s’y était montrée extrêmement faible.

71Force de l’un, faiblesse de l’autre, certes, mais il ne faut pas oublier que nous reconstituons ici une expérience in vitro, un processus qui s’est produit sous la haute surveillance de Moscou. Menace suspendue sur la nation polonaise, cette surveillance était le couvercle protecteur qui permit au parti sa consolidation, toute relative.

72Malgré leur capacité de reproduire les structures politico-étatiques, les partis communistes, tant en Pologne qu’en Hongrie, ne sortirent pas indemnes de leurs épreuves respectives. Le décalage chronologique n’interdit pas de faire ici quelques réflexions d’ordre général. D’autant plus qu’au moment où la crise éclate au grand jour en 1980-81 en Pologne, la crise du kadarisme est déjà latente en Hongrie ; elle reste endémique en Pologne tout au long de la décennie.

73Elle se manifeste différemment au niveau des sociétés, notamment du fait que, en Hongrie, elle tourne autour de la réforme, de son essoufflement et de son inefficacité, tandis qu’en Pologne, à défaut de toute réforme tant soit peu crédible, les deux parties, société et parti communiste, se regardent en chiens de faïence. Il n’empêche que l’on peut observer tout au moins deux caractères comparables dans l’évolution du pouvoir communiste des deux pays, tardivement rejoints par l’URSS de Gorbatchev, à savoir l’érosion de leurs pouvoirs sur la société et sur les mentalités.

74Fin des temps héroïques, fin d’un certain esprit révolutionnaire mythique, – nous l’avons déjà constaté à propos du climat politique. Fin d’une certaine morale au-dessus de la morale tout court. La banalisation du parti allait de pair avec la banalisation de l’idéologie dans un temps, déjà ancien, quand l’idéologie s’est transformée en vulgate utilitaire, véhiculée par la langue de bois. Dans un second temps, le temps présent, elle se dégrade et se meurt. Et avec elle se dissipe, conjointement, tout un outillage millénariste, messianique, prométhéen. Le mirage de la Cité nouvelle de mille ans, peuplée de la « race particulière » des communistes et de « l’homme nouveau » s’évapore.

75La dissolution de l’idéologie, et du discours qui la véhicule, se manifeste à tous les niveaux. Au niveau inférieur, on la retrouve dans les slogans du 1er mai ou du jour de la victoire, dans les affiches vantant en permanence le socialisme, le communisme, les héros stakhanovistes ou autres ; il en va de même dans la presse, la radio, la télévision. Dans les médias, en Hongrie, bien avant le crépuscule du « libéralisme » de Kádár, des revues officielles telles que le mensuel Valóság (Réalité) ou Mozgó Világ (Monde en mouvement) critiquaient ouvertement le système institutionnel et le parti, mettant en doute le régime à parti unique, voire la domination soviétique. Il n’y avait plus aucun tabou. Les quotidiens ne tardèrent pas à emboîter le pas. Les samizdats certes subsistent, mais ils se distinguent de moins en moins de la presse officielle, produite grâce à l’argent de l’Etat. A un autre niveau, l’éclipse de l’idéologie se manifeste dans le discours politique, dépouillé des références rituelles au marxisme-léninisme, à la supériorité du socialisme, en un mot aux clichés martelés pendant 70 ans en Russie, 40 ans dans les démocraties populaires. Le recul de l’idéologie est visible partout ; il est manifeste et il s’accompagne du spectacle qui tient en haleine le public aussi bien dans le monde occidental que dans les sociétés directement concernées, à savoir le spectacle des révélations historiques. Nous en examinerons quelques-unes plus loin.

76Il faut d’abord esquisser ici ce qu’il y a derrière le spectacle. Car, au travers des choses simples de la vie quotidienne, de l’enseignement et des informations révélatrices, c’est un monde qui meurt, le monde des idées du communisme. Personne ne saurait dire combien de temps durera encore son agonie et qui prononcera sur sa dépouille l’oraison funèbre, mais le processus est irréversible. L’impact de la mort idéologique sur la mort du parti et du système, et vice versa, a désormais une importance indéniable.

77A des degrés divers, le doute et l’incroyance s’installent dans les eaux profondes, parmi les gens simples autant que dans les rangs de la classe politique de plus en plus démoralisée. Il est difficile de croire que, de la faillite des anciennes croyances, le moral des militants puisse renaître sur la base d’une éthique nouvelle, créatrice d’un « nouveau communisme ».

  • 21 Göyrgy Marosán, Leltár-végrendelet (inventaire (et) testament) dans Mozgó Világ (Monde en mouvement (...)

78Comme le déclare M. György Marosán, vieux militant, ancien compagnon de route social-démocrate, puis haut dignitaire du parti, « le socialisme est en crise à l’échelle mondiale. Il a perdu son éclat, son grand impact. »21.

79Le doute ronge la foi et les fondements éthiques du communisme. Certes, le coup porté par les révélations (qui continuent d’ailleurs), avait déjà ébranlé l’édifice jusque dans ses fondements, mais la démoralisation générale n’avait fait que commencer par les premières vagues de déstalinisation. Le parti hongrois s’est complètement désintégré, jusqu’au naufrage dans les jours dramatiques de 1956. Le parti polonais, quant à lui, n’en est pas loin. Mais, comme nous l’avons dit, une reconstruction partielle à base de réformisme, s’est avérée réalisable pour une durée plus ou moins longue dans les deux pays. Le parti denos Kádár ainsi que le parti polonais ont retrouvé un degré, plutôt bas, de cohésion et d’esprit de communauté. Ne serait-ce qu’un vestige de l’ancienne morale héroïque, la communauté communiste se sentirait encore investie, non d’une mission rédemptrice, mais de la conviction de remplir, plus ou moins correctement, la fonction de classe politique. En Pologne, ce fut pour peu de temps ; l’échec des projets grandioses de l’époque de Gierek dissipa l’illusion – ou auto-suggestion – de l’utilité sociale de l’action du parti. En Hongrie, le réformisme de Kádár nourrissait en revanche la bonne conscience du parti par les succès, tout relatifs mais au départ incontestable, de la nouvelle gestion économique. C’est ce qui nous avait fait dire, dans une autre étude consacrée à l’histoire du parti communiste hongrois, que le parti denos Kádár s’était restructuré et stabilisé en se donnant le rôle de gestionnaire. Au détriment sans doute de l’idéologie révolutionnaire et sans parvenir à élever la fonction publique au niveau des exigences formulées par Max Weber dans son „Politik als Beruf“, sans atteindre à cette éthique de responsabilité qui dit : « nous devons répondre des conséquences… », et encore moins à la complémentarité de l’éthique de conviction et de l’éthique de responsabilité. Cela serait trop demander à une classe politique qui n’a jamais connu la notion de responsabilité professionnelle et dont l’éthique de conviction a été brisée. Pour sa survie, il était déjà utile que, aussi longtemps que le pays n’ait pas eu à déchanter, le slogan de la réforme se soit révélé un succédané efficace aux grandes idées de jadis. Il lui a donné, sinon une légitimité, du moins un nouveau souffle et un « état de grâce »… prolongé abusivement.

80En Union soviétique, le parti avait démontré plus d’une fois sa capacité de reconstruire une base idéologique assurant sa cohésion et sa légitimité internes.

81Autrefois cette base était solide, résistant aux contestations provenant de l’extérieur de ses rangs. Le parti devait mener le prolétariat à l’accomplissement de sa mission historique et cette conviction millénariste élevait ses membres au-dessus des critères de la morale ordinaire.

82Staline n’avait pas tort d’exalter la supériorité de cette « race » trempée de sang et d’acier, pour s’assurer sa fidélité et sa cohésion interne. On aurait tort de sous-estimer la force morale qui en résultait et qui avait servi, au moins autant que les avantages et les privilèges, au maintien de « l’unité du parti » et de « l’esprit de parti » (partïnost, Parteilichkeit) au travers des pires épreuves. Une « force morale » à la moralité factice, voire délibérément trompeuse.

83Dans le discours de Staline et des intellectuels qui avaient exalté cette morale de la « race » communiste, il y avait une forte dose de supercherie mais, expression authentique ou imposture, il n’est pas resté sans effet.

84Et si l’on peut supposer que « les années terribles » ont ébranlé la foi, la guerre l’a à nouveau raffermie, notamment par la promotion au rang de cette race supérieure des héros de la Grande Guerre Patriotique. Ceux-ci y apportèrent l’ardeur de leur combat, l’exaltation des sacrifices et l’admiration du chef. Staline le Généralissime n’était plus seulement le successeur légitime de Lénine, mais aussi une nouvelle personnalité, sacrée par la victoire.

85Quiconque visitait à Moscou le Mémorial des héros érigé comme un musée-temple à la gloire des vainqueurs, devait sentir la force qui en émanait.

86Mutatis mutandis, le même phénomène pouvait être observé dans les rangs des autres partis communistes, également ébranlés, en particulier par le Pacte. En France, en Italie, en Tchécoslovaquie et ailleurs, le nouveau rassemblement s’est fait sous la bannière de la résistance, sous celle du « parti des fusillés », des Gabriel Péri et Julius Fucik, et des valeurs qu’ils représentaient, dont la haine vouée aux fascistes et aux collaborateurs. Tout a donc été mis en place pour recréer un système de valeurs soutenant une morale communiste millénariste, patriotique-sacrificielle, dominatrice, empreinte de l’amour du chef et du sentiment de supériorité du « peuple élu ». Le prolétariat mythifié reste certes porteur du message de « l’Histoire » « découverte » par Marx, mais c’est le parti qui s’y identifie et qui l’incarne.

87Quiconque ne voit dans le parti que la « machine », simple instrument des chefs, sans en reconnaître la charge émotionnelle de la mission sacrée, ne peut que rester pantois face à son efficacité qui ne s’explique pas par la seule terreur policière. Et l’on reste déconcerté aussi devant la monstruosité qu’il a engendrée : le mépris total de la personnalité d’autrui, de ses droits, de sa dignité et de son existence en tant qu’humain. Le mépris et l’arrogance communistes naissent, entre autres, de la conviction d’être le peuple élu.

  • 22 Cité dans János Kis : Vannak-e emberi jogaink ? (Avons-nous des droits de l’homme ?), Paris, Les li (...)

88Dans son essai sur les droits de l’homme, le philosophe hongrois János Kis cite et commente un précepte de Lukács selon lequel « seul l’acte meurtrier peut être – tragiquement – moral s’il est commis par celui qui sait… qu’il est interdit de tuer en toutes circonstances »22.

  • 23 Ibid., p. 214.

89Mais la transgression de cette interdiction lui confère justement une valeur morale (tragique), l’élevant grâce à l’aveu de sa culpabilité (sous-entendu, pour servir une cause supérieure), au-dessus à la fois du criminel de droit commun et de l’homme moyen effarouché par le crime. Il devient, dans l’horreur de son acte de transgression, un héros tragique23. Et János Kis de faire remarquer que Lukács ne considère absolument pas l’idée que la victime de la violence révolutionnaire ait droit à une considération morale. Il y a là, pourrait-on ajouter, une inversion totale de la morale ordinaire, parce que c’est le meurtrier qui devient (le) héros (de la tragédie) et la victime (le) coupable, parce que son immolation la rejette dans les poubelles de l’Histoire.

  • 24 T. Toranska, op. cit., p. 263.

90Rappelons aussi l’immense succès du roman Cendre et diamant (et du film qui en a été tiré) ; le héros, plein d’idéalisme, luttant contre le communisme, périt dans un tas d’ordures…, dans les poubelles de l’histoire. Et environ 40 ans plus tard, répondant à une question de T. Torańska sur les exécutions et les fusillades de résistants dans les forêts, Jakub Berman, l’un des dirigeants les plus marquants du parti polonais, déclare : « Je ne nie pas par ailleurs que les jeunes gens qui luttaient dans les forêts n’aient eu un idéal, mais je constate qu’ils luttaient pour une mauvaise cause, perdue d’avance, car elle était fondée sur des principes absurdes »24.

91Certes, Berman parle ici d’une situation de guerre civile. « Nous tirions. Que pouvions-nous faire d’autre ? Nous laisser fusiller ? » Néanmoins, la notion de « principes absurdes » attribuée à l’adversaire rime avec celle de « poubelles de l’histoire », ainsi qu’avec la réflexion philosophique de Lukács sur la transgression légitimée de la morale « ordinaire ».

92La question de savoir si la réflexion de Lukács a ou n’a pas de lien avec son passé de commandant qui avait fait décimer ses soldats dans une bataille de l’armée rouge hongroise de 1919 est, au fond, secondaire. C’est sa portée morale qui compte, en ce qu’elle fonde l’éthique du parti, subordonnant toute considération sur la vie et la mort à l’intérêt révolutionnaire. Prenons un autre exemple : dans un récit jadis célèbre, Le Chocolat, de Tarassov Rodionov, le camarade Soudine, un communiste à toute épreuve, se trouve innocemment mêlé à une intrigue politique parce que sa femme avait accepté une ou deux paires de bas et quelques barres de chocolat d’une contre-révolutionnaire. En ce qui concerne Soudine, ses camarades savent et reconnaissent que cette peccadille n’entame en rien son honneur, mais ils l’exécutent quand même… pour laver de tout soupçon le parti qu’il représente. Et Soudine meurt, fier et joyeux, pour l’avenir de la Cause.

  • 25 Le Chocolat est paru en 1922 et fut critiqué à cause de la représentation faussée du parti. Membre (...)

93Ce genre de littérature fanatique n’a plus cours. Sa popularité, notamment dans les milieux communistes occidentaux, date des années 192025. Elle n’a plus sa place dans l’éthique de partis qui, de petits groupes exaltés, sont devenus des partis de masse, dont les membres sont peu susceptibles de se trouver devant une situation comparable. Il n’en reste pas moins que cet esprit avait empreint la « vulgate agit-prop » destinée à façonner « les bons camarades ». Au nom du parti, pour le parti et par lui, la mise à mort de l’innocent est licite.

94Il se peut qu’il faille chercher, dans le sentiment de répugnance vis-à-vis de ce principe érigé en morale, l’origine de tous les changements.

95Quoi qu’il en soit, le code moral actuel – s’il y en a un –, réglant le comportement des membres du parti, n’a plus grand chose à voir avec celui des « temps héroïques », sinon dans les souvenirs de quelques vétérans. A part cela, comme nous l’avons dit, le fanatisme se fait rare, l’exaltation révolutionnaire est absente, le romantisme couleur de sang est passé de mode. Aujourd’hui, non seulement personne n’écrirait Le Chocolat, mais aucun écrivain n’irait chercher son inspiration dans les thèmes et conflits moraux de Fadeiev ou de Galina Nikolaieva ou, plus généralement, dans les modèles et conventions littéraires se rapportant à l’épopée révolutionnaire. Les thèmes de la grande guerre patriotique connaissent aussi une éclipse. Certes, il s’agit là de thèmes usés jusqu’à la corde, mais qu’on pourrait transposer dans l’époque présente s’il y avait soit une demande sociale soit un ordre, en haut lieu, visant à réinjecter dans la société les valeurs fondatrices d’autrefois. Le désir de le faire n’a sans doute pas totalement disparu de la classe politique, comme en témoigne la résistance des vétérans contre la désacralisation de l’épopée stalinienne.

96Cependant, « les temps héroïques » des uns sont « les années terribles » des autres et, souvent, la même personne voit le passé d’un autre œil que peu de temps auparavant. La glosnost de la fin des années 1980 aura représenté dans l’histoire du communisme la grande mutation des mentalités collectives.

97Si le conflit des valeurs est encore aigu en Russie, il est dépassé en Europe centrale où le communisme en tant que système, en tant que doctrine et en tant que valeur morale s’est vu complètement discrédité jusque dans les rangs du parti. Et avec lui s’est écroulé également le rêve de l’homme nouveau qui devait sortir des luttes et du travail d’éducation communistes. Sujet magistralement traité par Michel Heller et tourné en satire sous la plume à la fois féroce et complaisante d’Alexandre Zinoviev, l’Homo Sovieticus inspire aujourd’hui un mélange de mépris et de commisération.

98Heureusement pour la santé mentale de leurs habitants, communistes y compris, la Pologne et la Hongrie ont vite renoncé à jouer aux démiurges de l’ère nouvelle. Seuls quelques romans et pièces de théâtre du réalisme socialiste en gardent la trace, ainsi que quelques autres peut-être, marqués par la déception. Mais, aujourd’hui, même le temps des illusions perdues est révolu. Il est rare qu’un personnage de ce genre, encore moins qu’un héros, « positif » ou non, apparaisse dans les pages d’une œuvre littéraire. Personnage préhistorique, la figure du communiste est tout simplement obsolète. Une race a disparu.

99L’intelligentsia de la plume qui avait supporté – ou tacitement accepté – la suprématie du parti, s’en est complètement détournée. La « pensée captive » de Czeslaw Milos appartient définitivement au passé, à un passé depuis longtemps révolu.

100En Pologne et en Hongrie, on peut l’affirmer, il n’y a plus un seul écrivain, cinéaste ou artiste, qui se prêterait à défendre ce passé et pas une seule autorité qui oserait l’exiger.

101Le parti communiste se trouve dans un vide éthique. De son « code », il ne reste d’écho que dans des éditoriaux, dans quelques brochures de propagande et manuels scolaires. Et même ceux-ci – nous y reviendront plus en détail – évitent davantage, d’année en année, de trop insister sur l’histoire modelée selon les canons idéologiques. En Union soviétique, selon les journaux, le désarroi est tel que l’enseignement de l’histoire fut tout bonnement suspendu pour l’année scolaire 1988-1989… En Pologne et en Hongrie, une telle mesure d’urgence est dépassée depuis longtemps. Malgré le caractère souvent encore archaïque et dogmatique des manuels, aucun professeur ne compromettrait sa dignité et sa réputation devant les élèves en leur enseignant le passé à travers le prisme du marxisme-léninisme. Par conséquent, le cumul de l’échec politique, économique et moral prive la classe politique de tous les fondements sur lesquels repose sa prétention de diriger la société. L’élément nouveau dans cette situation d’illégitimité est qu’elle n’est pas seulement perçue de l’extérieur, mais aussi vécue de l’intérieur, dans la conscience collective de ses membres.

102Aurions-nous trop insisté, dans ces pages, sur la dimension idéologique et morale de la crise du communisme ? En effet, cette dimension semblait depuis longtemps réduite aux clichés de la langue de bois. Malgré l’injection de légitimations neuves, tels que l’anti-nazisme, le mouvement de la paix ou la « démocratie nouvelle », aucune valeur n’est venue remplacer celle de la mission historique de la révolution prolétarienne, cet acte fondateur qui s’est lui-même transformé en simple domination de Grande Puissance. Toutefois, ces succédanés avaient rendu possible la survie du communisme pendant des décennies sous ses variantes quelque peu réformées, notamment en ravalant sa façade par les efforts, réels ou purement verbaux, de la « déstalinisation ». Par ailleurs, le réformisme, y compris avec sa version perestroïka, s’avèrent, de plus en plus, comme la dernière tentative de transformer un système non-réformable. C’est sa « chute finale » qui pointe à l’horizon, non pas son renouvellement.

103Dans ces conditions, l’insistance sur l’évacuation de sa dimension idéologique, ne semble pas de trop. La dimension économique, décrite à d’autres endroits de cet ouvrage, n’explique pas, à elle seule, la fin de toute une époque historique, marquée par sa présence.

104Les dernières tentatives réformistes soulignent cette fin dans une autre optique. Du moment que le verrou idéologique saute, se dissipe l’écran entre la réalité d’une part et la vision communiste, de l’autre. Rien ne protège désormais le regard communiste du spectacle affligeant des choses que le système avait créé ; la fuite dans le paradis artificiel de l’utopie n’est plus possible ; l’imaginaire se dissipe, la langue de bois perd la parole, sous l’effet de la vérité éclatée.

105Une dernière réflexion pour clore ce chapitre sur le parti. Il concerne le thème déjà abordé de sa capacité de renouvellement intérieur.

  • 26 Adam Michnik, « Le nouvel évolutionnisme », dans 1956 Varsovie Budapest. La deuxième révolution d’O (...)

106Nous avons parlé de l’échec de la démocratisation intérieure du parti, ainsi que de l’épuisement de son idéologie. Les deux phénomènes sont liés à la faillite économique. Il serait alors tout à fait normal de voir surgir de nouveaux courants réformistes/révisionnistes, comme cela avait été le cas à plusieurs reprises avec Imre Nagy, Khrouchtchev, Dubcek, pour n’en mentionner que quelques-uns. Or, jusqu’à l’entrée en scène de Gorbatchev, le révisionnisme semblait être une source tarie ou, tout au plus, réduite à sa forme de réformisme prudent, à la manière de János Kádár. En Pologne, disait à ce propos Adam Michnik, dans un colloque tenu en 1976, « les événements du mois de mars 1968 ont marqué la limite du révisionnisme. A ce moment-là, le lien qui unissait l’intelligentsia révisionniste au Parti fut définitivement coupé : on ne pouvait plus compter sur la démocratisation de la direction du parti »26. Quant à la Tchécoslovaquie, Adam Michnik ne put que constater l’évidence et, lors d’une conversation à Varsovie en février 1987, il tira le bilan de toutes les expériences manquées. Le révisionnisme avait fait long feu.

107L’entrée en scène de Mikhail Gorbatchev, plus exactement le déclenchement de son offensive contre l’immobilisme brejnevien et pour un renouveau sous le signe de la transparence et de la restructuration a fait resurgir la question de savoir jusqu’où ce mouvement pourrait – et voudrait – aller dans la mise en cause des racines du mal. Quoi qu’il en soit, il s’agit là d’un courant rénovateur conduit par l’homme au pouvoir qui contrôle lui-même toute menace de dérapage à sa « droite », de même qu’il fait tout pour vaincre les résistances à sa « gauche ». Il y a peu de chance que l’effervescence qui règne en Union soviétique fasse naître un courant révisionniste plus radical que celui du Prince actuellement au pouvoir.

108Quant aux courants depuis longtemps à l’œuvre en Pologne et en Hongrie, mais récemment galvanisés par les nouveaux choix pris par Moscou, ils sont en revanche plus autonomes. Nous verrons l’effet puissant de leur action : pression sur le pouvoir pour la reconnaissance de Solidarité aboutissant à sa victoire en Pologne, pression pour l’éviction de János Kádár (mai 1988), suivie d’une offensive menée contre ses successeurs pour les amener au pluralisme social et au multipartisme politique.

109L’action des tendances autonomes n’est pas restée sans effet sur la masse des membres du parti. Celle-ci s’est affaiblie ; les communistes polonais et hongrois quittent les rangs par dizaines de milliers. Toutefois, tant que le parti demeurait suffisamment fort, ses membres (surtout l’appareil et les militants) préfèraient soutenir la direction, même si elle est amenée à composer avec les oppositions, plutôt que de laisser se développer une opposition intérieure.

110Il y avait certes dans les deux pays des groupements, souvent importants numériquement, qui se sont dressés contre la « ligne officielle ». Le mouvement Solidarité avait même provoqué l’adhésion massive de communistes au syndicat libre. En Hongrie, mais dans une moindre mesure, des communistes, surtout des intellectuels, ont également manifesté leur désaccord à plus d’une occasion.

111A aucun moment cependant, il n’y a eu de courant oppositionnel se réclamant d’idées et de programmes tant soit peu cohérents. L’arbre mort du communisme ne produit même plus une branche que l’on pourrait replanter.

112Ainsi, jusqu’à la débandade généralisée, et le parti hongrois MSzMP, et le POUP polonais avaient préservé l’unité factice espérant sauvegarder sinon leur pouvoir illimité d’autrefois, tout au moins un parti fort, bien implanté au centre des pouvoirs publics.

113Ils durent, le MSzMP le premier, déchanter. Son XIVe congrès d’octobre 1989 proclama, dans sa résolution finale, sa propre dissolution en tant qu’« Etat-parti », et la fondation d’une nouvelle formation, le MSzP socialiste. Par la suite, en l’espace de quelques mois, il a cédé sa fortune à l’Etat, a dissout sa milice ouvrière et a déclaré se retirer des entreprises. Pour plus d’un observateur, il se serait ainsi tout bonnement sabordé… ouvrant la voie à l’auto-liquidation des autres partis communistes.

114La pression de la foule n’était, en Hongrie, sans doute pas assez forte pour expliquer, à elle seule, un acte suicidaire. Mais la suite des événements, jusqu’à Berlin, Prague, Bucarest et Varsovie, ne l’avait-elle pas a posteriori justifié ?

Notes

1 Pour le parti polonais, voir l’ouvrage cité de M.K. Dziewanowski, ch. 11 ; pour le parti hongrois, l’ouvrage cité de M. Molnár, De Béla Kun à János Kádár, ch. 7.

2 Selon les plus récentes recherches, publiées entre autres dans le journal Magyar Hirlap (Gazette de Hongrie, 6 février 1989), les victimes parmi les dirigeants et cadres supérieurs communistes et socio-démocrates se dénombrent comme suit : 62 personnes ont perdu la vie, 382 ont été condamnées à des peines de prison et 336 ont été internées entre 1949 et 1954. Le nombre effectif des victimes a sans doute été supérieur, mais il ne constitue qu’une part infime des dizaines de milliers de victimes « ordinaires ». Cf. plus haut, IIe partie, chapitre 4.

3 T. Toranska, op. cit., pp. 140, 263, passim.

4 Cf. Christian Jelen, Les normalisés, Paris, Albin Michel, 1975.

5 « Heureusement ou malheureusement les systèmes ne réalisent pas entièrement leur essence », Raymond Aron, Démocratie et totalitarisme, op. cit., p. 89.

6 Voir La Première Internationale. Recueil de documents publié sous la direction de Jacques Freymond, textes établis par Henri Burgelin, Knut Langfeldt et Miklós Molnár, Genève, Droz, 1962, t. II, p. 271. Cf. aussi Miklós Molnár, Le déclin de la Première Internationale. La Conférence de Londres de 1871, Genève, Droz, 1963.

7 Miklós Molnár, A Short History of the Hungarian Communist Party, Boulder, Westview Press, Folkestone, Dawson, 1978, p. 60.

8 W. Góra, K. Grunberg, Geneza i pierwsze lata Polski Ludowej (La genèse et les premières années de la Pologne populaire), Warszawa, Instytut Krajów Socjalistycznych PAN, 1985, p. 310 ; cf. Krystyna Kersten, op. cit., p351.

9 Partia w liczbach (Le parti en chiffres), Warszawa, KC PZPR, mars 1956 ; cf. Leszek Grzybowski, Robotnicy w PZPR 1948-1975 [Les ouvriers dans le POUP], Warszawa, Książka i Wiedza, 1979, pp. 33-34.

10 Cf. plus loin dans ce chapitre.

11 Hannah Arendt, Le système totalitaire, Paris, Seuil, 1972, pp. 22-23.

12 Marek Henzler, X Zjazd. Członkowie i delegaci (Le dixième congrès. Membres et délégués) in Polityka, n° 27, 5 septembre 1986.

13 Marek Ziółkowski, Individuals and the Social System: Values, Perceptions and Behavioral Strategy, p26, communication présentée au colloque sociologique de Jablonna en février 1987.

14 A Magyar Szocialista Munkàspárt XIII. Kongresszusànak jegyzökönyve, op. cit., p. 12.

15 Titre de l’ouvrage de Vincent Savarius (de son vrai nom, Béla Szász).

16 Voir : Sprawozdanie z prac Komisji KC PZPR powolanej dla wyjaśnienia przyczyn i przebiegu konfliktów społecznych w dziejach Polski Ludowej (Compte rendu de la Commission du CC du POUP créée pour élucider les raisons et le déroulement des conflits sociaux dans l’histoire de la Pologne populaire) in : Nowe Drogi, numéro spécial, automne 1983, p. 56.
Année Nombre d’adhérents (en milliers)
1977 2 718,0
1980 3 091,9
1981 2 824,0
1983 2 185,7
1984 2 117,3
1985 2 115,4
1986 2 125,8
Sources : Petits Annuaires statistiques 1985 et 1986 ; Marek Henzler X Zjarzd, Członkowie i delegaci, in : Polityka, n°  27, 05.07.1986, p. 5.

17 Rocznik polityczny i gospodarczy 1984 (Annuaire politique et économique 1984), Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Ekonomiczne, 1985, pp. 126-127.

18 Pour le PCUS, voir la Pravda du 5 juillet 1988 ; pour le PC de Hongrie, les procès-verbaux en hongrois de la Conférence nationale du Parti Socialiste Ouvrier Hongrois, Budapest, éd. Kossuth, 1988.

19 Nous nous référons entre autres aux procès-verbaux de la « Commission Grabski », publiés par la maison d’édition « Kultura » de Paris (Protokoły tzw. Komisji Grabskiego. Tajne Dokumenty PZPR [les procès-verbaux de la Commission Grabski. Documents secrets du POUP], Paris, Instytut Literacki, 1986, Biblioteka “Kultury” – Tom 415, 430 p.).

20 Michal Jagiełło, Quelques réflexions sur l’appareil du parti 1980-1981 (Kilka refleksji o aparacie partyjnym 1980-1981), Krytyka, n° 18, Varsovie, 1984, pp. 128-145.

21 Göyrgy Marosán, Leltár-végrendelet (inventaire (et) testament) dans Mozgó Világ (Monde en mouvement), 1988/1, p. 91.

22 Cité dans János Kis : Vannak-e emberi jogaink ? (Avons-nous des droits de l’homme ?), Paris, Les livres des « Cahiers hongrois », 1988, p. 212.

23 Ibid., p. 214.

24 T. Toranska, op. cit., p. 263.

25 Le Chocolat est paru en 1922 et fut critiqué à cause de la représentation faussée du parti. Membre actif de l’association des écrivains révolutionnaires prolétariens, Alexandre Tarassof Rodionov poursuivit toutefois une carrière d’écrivain militant. Il disparut au cours des purges de 1938.

26 Adam Michnik, « Le nouvel évolutionnisme », dans 1956 Varsovie Budapest. La deuxième révolution d’Octobre, Paris, Seuil, 1978, pp. 201-214.