Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

IV. Les partenaires ennemis

3. Le phénomène Solidarność

Texte intégral

  • 1 “Umowa społeczna” (contrat social), c’est le nom précis que les signataires de l’accord conférèrent (...)
  • 2 Pour une description de la cérémonie voir : Jean-Yves Potel, Gdańsk. La mémoire ouvrière 1970-1980, (...)

1Le 31 août 1980, l’histoire offrit aux Polonais un curieux spectacle « en direct ». Assis à la table dans la salle du « Service d’Hygiène et de Sécurité du Travail » des chantiers navals « Lénine » à Gdansk, un émissaire du gouvernement polonais, le vice premier ministre Mieczysław Jagielski et un ouvrier électricien totalement inconnu, une plaquette avec l’effigie de la Madone de Czestochowa au revers, signaient un « contrat social »1. Les spectateurs, ceux présents dans la salle et ceux cloués à leurs postes de télévision, voyaient en outre le buste du fondateur du premier Etat ouvrier et paysan « assister » impassible à l’insolite cérémonie lors de laquelle Lech Walesa, ouvrier moustachu dont le nom allait bientôt devenir mondialement célèbre, agitait un stylo à bille de dimensions spectaculaires et apposait2 – au nom de ses collègues d’entreprise et, en effet, des « masses laborieuses » du pays entier – sa signature à un document par lequel le pouvoir communiste s’engageait à renoncer à une parcelle de son pouvoir absolu.

  • 3 Voir à ce propos les témoignages suivants : Lech Walesa, Un chemin d’espoir. Autobiographie, Paris, (...)
  • 4 Au sujet du concours des intellectuels aux grévistes : Lech Walesa, op. cit., pp. 23 7-238 ; J. Y. (...)

2Le symbolisme de la scène ne s’arrêtait pas là. Les journées qui avaient précédé la signature de l’accord étaient remplies de symboles et réminiscences historiques qui servaient tantôt d’avertissement, tantôt de source d’espoir, qui mobilisaient pour l’action et portaient réconfort aux protagonistes de cette histoire qui, plusieurs jours durant, tint le monde sous son emprise. Les symboles religieux et nationaux qu’affichaient les grévistes ; les paysans qui apportaient des vivres aux hommes enfermés dans les usines et vivaient ainsi en pratique l’alliance entre ouvriers et paysans3 ; jusqu’aux intellectuels venus pour assister les ouvriers4 lors des négociations : tout conspirait à faire de ces « arrêts de travail » d’août 1980 un événement inédit et historique.

3Or l’issue des grèves de Gdansk qui, en se propageant tel un incendie, gagnèrent immédiatement les autres régions de Pologne, fut plus originale encore que ne l’était cette atmosphère de tension et de détermination, entrecoupée de moments d’hilarité qui pouvaient faire penser à une liesse populaire. La signature que le vice-premier ministre Jagielski mit en bas de l’accord de Gdansk changea à jamais le paysage social.

  • 5 Pour une théorie des crises sociales en Pologne et de leur rôle en tant que régulateurs du développ (...)

4L’originalité était frappante et, effectivement, elle n’échappa pas aux observateurs des événements polonais de l’été et de l’automne 1980. L’issue de la crise d’août se distinguait clairement de tous ses précédents historiques. Certes, tout n’était pas rupture, l’on pouvait aussi bien apercevoir des moments de continuité. Ainsi tous les gestes rituels que le pouvoir s’était habitué à effectuer en réponse aux éruptions du mécontentement populaire furent dûment exécutés : le premier secrétaire du parti, Edward Gierek, a dû se démettre de ses fonctions pour faire place à un autre homme de l’appareil (Stanislaw Kania) ; des changements dans l’équipe dirigeante eurent lieu, les habituelles promesses du renversement du cours de la politique économique furent faites, les salaires augmentés. Au-delà des signes de continuité il y en avait cependant d’autres, plus remarqués à l’époque, qui annonçaient une rupture. En signant l’accord de Gdansk, l’Etat socialiste s’est déclaré prêt à tolérer l’existence d’une organisation sociale indépendante, surgie de ce néant qu’était aux yeux de tous les régimes socialistes, l’opposition illégale. Il a donc dû, à contrecœur sans doute, envisager une autre solution de la crise sociale que celle qui s’épuisait dans quelques gestes rituels et quelques réajustements momentanés de la stratégie économique5.

5L’organisation que le gouvernement s’est engagé à respecter n’était de surcroît pas des moindres, puisqu’il s’agissait d’un syndicat, d’ouvriers qui exprimaient le désir de fonder une représentation autonome et indépendante des instances politiques de « leur » Etat populaire. Toute la charge de cette revendication – premier point de la liste présentée aux négociateurs gouvernementaux par les ouvriers des chantiers Lénine – est là ; tout l’embarras qui en résulte pour l’idéologie à l’aide de laquelle le régime construisait, des années durant et sans lésiner sur les moyens, l’édifice de sa présumée légitimité, est facilement mesurable. Qu’il ait dû céder à la pression populaire s’explique par les conditions dans lesquelles il s’est trouvé au lendemain du mouvement de protestation de juillet-août 1980, une situation caractérisée avant tout par la faiblesse d’un pouvoir ébranlé jusqu’à ses fondements.

6Les dix années qui s’étaient écoulées depuis la précédente révolte des ouvriers du littoral – celle de décembre 1970 – ont laissé au pouvoir un héritage qu’il aurait probablement préféré ne pas assumer. Initiées par un soulèvement ouvrier et sa répression, les années soixante-dix étaient censées, selon les promesses de la nouvelle équipe au pouvoir dirigée par Edward Gierek, devenir une période de « décollage économique », où la modernisation économique entraînerait celle des structures sociales, où l’accroissement du bien-être individuel contribuerait à la stabilité d’un pouvoir politique en quête de nouvelles sources de légitimité. Lors des journées dramatiques de décembre et janvier 1970-1971, le nouveau premier secrétaire, Edward Gierek, promit aux ouvriers de relever le niveau de vie, promesse qui trouva sa première manifestation concrète dans la révocation des hausses de prix ordonnées peu avant par l’équipe de Gomulka. De pair avec cette promesse allait l’annonce d’une nouvelle politique économique qui sortirait des sentiers battus de la « petite stabilité » gomulkienne et donnerait le coup d’envoi à la combien nécessaire modernisation du pays : la construction d’une « seconde Pologne ». Aux questions et doutes qui surgirent on ne donna pas de réponse cohérente.

7Or, quoique le programme de Gierek, si véritable programme il y avait, frappe aujourd’hui par son incohérence et sa superficialité, on doit admettre qu’au moment où ses grandes lignes avaient été énoncées, il éveilla non pas l’enthousiasme, mais répondit aux attentes d’une société déçue par quatorze ans de « petite stabilité » et, en effet, d’immobilisme gomulkien. Par son « pragmatisme » même, il semblait assurer aux Polonais les conditions de vie matérielles dignes d’un Etat européen du xxe siècle.

  • 6 Avec sa politique de croissance importée, Gierek assure au pays un taux de développement spectacula (...)
  • 7 Au sujet des réformes économiques voir : Janusz G. Zielinski, Potskie reformy gospodarcze. Trzy wyk (...)
  • 8 Mauro Martini, “Il POUP nei sedici mesi di Solidarność” in : Quaderni della Fondazione Giangiacomo (...)
  • 9 Un sondage organisé fin 1980 par l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie polonaise (...)
  • 10 Cité par : Barbara Torunczyk (éd.)., Gdańsk 1980 oczyma swiadkow (Gdańsk 1980 vu par les témoins), (...)

8L’effort de modernisation entrepris dans les années 70 fera de la Pologne une société industrielle, plus fortement urbanisée, mieux instruite et plus ouverte au monde extérieur et se soldera… par un échec économique sans précédent. C’est que, dès le tout début, la modernisation « formule Gierek » créa de forts déséquilibres économiques. L’application irréfléchie de la stratégie de croissance réussit initialement à obscurcir des problèmes6 qui n’éclateront que plus tard, mais alors avec une force redoublée. Les moyens considérables destinés au processus de modernisation du pays sont obtenus en premier lieu grâce aux crédits étrangers et, d’autre part, grâce à l’exploitation traditionnelle du secteur agricole au profit de l’industrie. Or les moyens ainsi mobilisés, investis dans des structures industrielles souvent obsolètes et soumises aux aléas de la direction hyper-centralisée, tardent à porter les fruits escomptés et sont dilapidés. Les méthodes centralistes de gestion s’avèrent d’ores et déjà incapables de maîtriser un mécanisme économique toujours plus complexe7. Des erreurs dont les résultats exacerbent les déséquilibres déjà graves d’une économie privée de mécanismes régulateurs du marché. La crise devient visible pour tout citoyen, sous forme de queues devant les magasins, de prix qui grimpent, de listes d’attente pour les appartements et tout autre bien « de luxe », de l’environnement qui se dégrade et de la corruption qui s’élargit. Elle est visible et ressentie d’autant plus douloureusement que les aspirations matérielles de la société sont entre-temps devenues plus grandes. Au milieu des années soixante-dix la crise – une crise qui n’est que le prolongement de celle qui avait mené aux révoltes ouvrières de Gdansk et de Szczecin et qui fut momentanément désamorcée par la « nouvelle politique » de Gierek et, voudrait-on être plus précis, par l’argent du « capitalisme périclitant » – éclate au grand jour. Pour y remédier, le pouvoir lance une manœuvre économique qui, sans toucher au système de commandement de l’économie, s’apprête à sortir la Pologne de l’embarras moyennant la réduction du niveau de vie des « classes laborieuses ». Or, la réaction des ouvriers aux remèdes proposés par le parti est la même qu’en décembre 1970. En juin 1976, grèves et manifestations ont lieu dans plusieurs villes (celles de Radom et Ursus seront les plus violentes) pour protester contre les hausses de prix annoncées par le gouvernement. Le régime Gierek préfère reculer devant le mécontentement massif de la population. Tout en réprimant par la force les manifestations ouvrières, il abandonne le projet du « réajustement » des prix – pièce maîtresse de la manœuvre. Dans l’important domaine économique, la société et le pouvoir sont arrivés à une impasse dont on ne peut pas, à ce moment précis, entrevoir l’issue. C’est sur ce fond de l’échec de la politique économique, politique digne d’un Lénine et visant à réanimer le système moribond avec l’argent de ses adversaires, que la société polonaise fait les premiers pas vers l’auto-organisation, vers la création d’espaces autonomes, un cheminement qui aboutira, quatre ans plus tard, à la création de « Solidarité ». Et tandis que la société entreprend les premières tentatives d’émancipation à la fois pleines de hardiesse et, si l’on considère leur rayonnement immédiat, encore timide, le parti semble s’éloigner de plus en plus des problèmes réels du pays, accélère le processus de sa « marginalisation »8. Lorsque la crise culmine dans les grèves de l’été 1980, les capacités du parti à la désamorcer se trouvent réduites. Elles le sont non seulement à cause de la mollesse d’un appareil rongé par la corruption et aliéné aussi bien de la société que de sa propre base qui n’est nullement disposée à le soutenir jusqu’au bout9, mais aussi à cause de cette évolution que la société civile polonaise a accompli depuis la crise de juin 1976. C’est que lors des grèves d’août 1980 elle ne sera plus prête à s’en remettre au pouvoir pour satisfaire ses exigences. Au pouvoir, elle ne fera plus confiance. Sentiment encore diffus au moment où le mouvement de protestation gagne le pays, le déficit de confiance aura été exprimé par un ouvrier anonyme dans un entretien avec le correspondant du Monde, Bernard Guetta : « En 1956, j’ai accueilli avec enthousiasme le retour de Gomulka au pouvoir. Vint la désillusion. En 1970, j’ai salué la nomination de Gierek. Une désillusion de plus. Aujourd’hui je ne fais confiance qu’à nous-mêmes, à nos propres forces »10.

9Pour comprendre le cheminement de cette idée qui, née dans le milieu d’intellectuels oppositionnels après le pogrome de 1968, s’est transformée peu à peu en credo de l’homme de la rue, il faut revenir en arrière. Ce sont, en effet, toutes les expériences faites par les sociétés socialistes depuis plus de trente ans, qui contribuent à ce lent apprentissage. Les échecs répétés – dans l’URSS de Krouchtchev, dans la Pologne de Gomulka et la Tchécoslovaquie de Dubcek – des projets de réforme sous la tutelle du parti signent la fin du réformisme. Si l’on veut accorder une chance aux réformes et à la démocratisation, il faut compter davantage sur « ses propres forces » que sur la bonne volonté des dépositaires du pouvoir, diront les théories du « réformisme par en bas » (Leszek Kolakowski) et du « nouvel évolutionnisme » (Adam Michnik). Exprimée initialement par Leszek Kolakowski dans ses écrits publiés au début des années soixante-dix, l’idée devient le fondement théorique de l’action de l’opposition polonaise dans la deuxième moitié de la décennie, de la fondation du KOR (Comité de la défense des ouvriers) et d’autres organisations indépendantes, des activités éditoriales « hors censure », de l’enseignement parallèle et clandestin. En exposant le programme et les objectifs du mouvement de l’opposition démocratique, Jacek Kuron dira :

  • 11 Jacek Kuron, “W stronę demokracji” (Vers la démocratie) in : Krytyka, n° 3, hiver 1978-1979, p. 17. (...)

Nous avons conclu que la caractéristique fondamentale du système totalitaire, c’est la volonté de déposséder la société de son organisation propre, c’est-à-dire de l’atomiser en détruisant les liens sociaux. C’est pour cette raison que l’auto-organisation de la société, la création d’organisations autogérées et indépendantes des autorités étatiques, unissant une grande partie sinon la majorité de la société, devient l’élément essentiel de toute action en faveur de la démocratie11.

10Avant que la stratégie ne soit soumise à une vérification à grande échelle durant la période de Solidarité, les premières tentatives de l’appliquer, bien que limitées, n’ouvrent pas moins une nouvelle étape dans les rapports entre l’Etat-parti et la société.

  • 12 Voir à ce propos : François Bondy, „Die Dissidenten – eine unbekannte Grösse“ in : Europa-Archiv, n (...)

11Certes, la pléthore des organisations indépendantes et la multiplicité des activités « oppositionnelles » spontanées qui apparaissent aujourd’hui comme les préliminaires de l’explosion d’août 1980 ne doivent pas faire oublier qu’à l’époque de son bourgeonnement, la contestation reste un phénomène fort limité qui ne concerne que des cercles restreints d’intellectuels, d’étudiants, moins encore d’ouvriers. Tous les observateurs en question s’accordent sur le fait que le phénomène reste marginal dans sa dimension statistique, bien que ses dimensions morale et symbolique ne soient pas à sous-estimer12.

  • 13 « L’Appel à la société et aux autorités de la République populaire de Pologne », considéré comme l’ (...)
  • 14 Peter Raina, Independent Social Movements..., p. 371 ; Jan Jozef Lipski, Kor, pp. 208-209.
  • 15 Janusz Rozek, Poustanie chłopskiego Komitetu Samoobrony społecznej Ziemi Lubehkiej (La naissance du (...)
  • 16 Peter Raina, Independent Social Movement..., pp. 326-335 ; J. J. Lipski, KOR, pp. 177-182.
  • 17 La liste des cours offerts par l’Université se trouve chez P. Raina, Independent Social Movements.. (...)
  • 18 Jerzy Jedlicki, Forma i tresc umowy spolecznej (La forme et le contenu du contrat social), Warszawa (...)
  • 19 Le nombre de titres publiés dans les années 1976-1980 est impressionnant. Certains, comme Robotnik (...)
  • 20 Le livre de Adam Michnik, Kościół, lewica, dialog (L’Eglise, la gauche, le dialogue) annonce et déc (...)
  • 21 Bronisław Baczko, Les imaginaires sociaux. Mémoires et espoirs collectifs, Paris, Payot, 1984, pp.  (...)

12A commencer par la fondation du KOR en septembre 197613, à travers les premiers comités fondateurs des « “syndicats libres” qui voient le jour dans les régions de Gdansk et de Silésie »14, les comités d’autodéfense paysanne qui naissent dans les régions sud-est du pays, connus pour leurs traditions de militantisme agricole15, les « Comités estudiantins de solidarité » qui se multiplient dans les villes universitaires (Varsovie, Poznan, Wroclaw, Gdansk, Szczecin)16, jusqu’à la fondation d’une « Université volante » animée par soixante membres éminents de la communauté scientifique polonaise, et qui dispense un enseignement alternatif dans des domaines aussi variés que la philosophie, la psychologie, l’histoire, l’économie17, le pullulement d’initiatives marque le réveil d’une société civile déterminée à « reconstruire les liens sociaux fondamentaux » détruits par bientôt 35 ans de paternalisme communiste18. La découverte d’intérêts communs et la renaissance d’un tissu social s’expriment également au travers d’initiatives éditoriales, instrument principal de l’activité oppositionnelle19. Et si l’activité oppositionnelle reste, comme nous venons de le signaler, restreinte, si le rayonnement des nouvelles organisations indépendantes est, par la force des choses, limité, c’est l’Eglise polonaise qui, grâce à son autorité au sein de la société, aide le sentiment de solidarité, d’une communauté de destin et de valeurs, à se répandre, contrecarrant par là même les desseins d’atomiser la société. Certes, la hiérarchie ecclésiastique polonaise dirigée par le primat Wyszynski évite d’engager son autorité dans un débat politique qui dépasse la vocation spirituelle de l’Eglise. Toujours est-il qu’elle ne peut qu’appuyer les revendications du mouvement oppositionnel tant que celles-ci ont pour objet les valeurs que l’Eglise défend depuis longtemps contre l’usurpation de l’Etat athée. Le rapprochement entre l’Eglise et l’opposition démocratique, favorisé en outre par l’évolution de la pensée des milieux contestataires20, s’accélère sensiblement sous l’impact de l’élection d’un pape polonais et la puissante vague d’enthousiasme populaire déclenchée par l’événement. L’enthousiasme atteindra son zénith lors du premier voyage du pape dans son pays natal en 1979, dont l’importance pour le processus de l’émancipation de la société polonaise sera reconnue unanimement par les oppositionnels. Pour tout un chacun, c’était un signe visible de la puissance collective de la Nation, réunie, solidaire, réaffirmant à elle-même son existence impérissable. En 1981, rétrospectivement, cette expérience apparaît comme l’une des conditions du mouvement populaire dont est issue Solidarité21. Evénement symbolique, certes, appartenant au domaine des « impondérables » et dont il est difficile de mesurer l’impact. Il n’empêche que c’était un impact réel, décisif peut-être. Car l’événement annonçait un mouvement, une révolution qui, elle aussi, portait en elle une charge d’aspirations plus morales que matérielles, plus « existentielles » que sociales :

  • 22 Marcin Krol, “Inna rewolucja (Une autre révolution) in : Res Publica, n° 7, 1980, p. 3.

La crise a donc eu des causes psychiques… Ce n’était donc ni une révolution « sociale », ni « politique », mais plutôt une révolution morale et « existentielle » dont le but principal était de nous démontrer que nous vivions encore, que nous étions encore capables de réactions humaines simples : faire le bien, être amis, respecter la vérité22.

13C’est dire aussi que le pouvoir qui affrontait les grévistes, devait compter avec leur détermination de ne plus se contenter de promesses dont on savait qu’elles équivalaient, dans le meilleur des cas, à une victoire illusoire. Le parti ouvrier accepta donc une solution négociée de la crise d’août et permit à Solidarité de se constituer en une organisation légale et vite devenue puissante, et, alors même que le syndicat naissait, on pouvait déjà se rendre compte qu’il ne devenait un syndicat sensu stricto.

14Commençons toutefois par les premiers pas des Syndicats Professionnels Indépendants et Autogérés Solidarność sur la scène nationale.

  • 23 Jerzy Holzer, „Solidaritat“. Die Geschichte einer freien Gewerkschaft in Polen, München, Verlag C.H (...)

15Il y avait tout d’abord le facteur qui devait, à lui seul, garantir au syndicat indépendant une place de choix au sein de la société polonaise : les effectifs de la nouvelle organisation professionnelle augmentaient à vue d’œil – ils atteindront 9,5 millions au moment du premier congrès de Solidarność en septembre 198123 – et cette croissance même ne permettait pas au pouvoir d’ignorer son nouveau partenaire.

16Le nouveau syndicat ne manquait donc pas de membres et de sympathisants qui s’identifiaient avec sa cause et étaient prêts à la défendre, à s’engager dans ses activités. Il restait encore à lui fixer des objectifs et à définir son champ d’action dans cette situation qui passait à juste titre pour inédite. Dans un système politique en mutation, le syndicat cherchera sa place.

17Durant les seize mois de son existence légale, le mouvement Solidarité aura à débattre de son rôle dans la société et au sein de l’Etat, à définir son attitude à l’égard du système politique et du parti qui en est 1’« incarnation », il aura à formuler son projet d’une autre société, devenue autre, grâce à son existence.

18Ainsi, ouvrant une brèche dans la façade monolithique du système communiste en Pologne, le débat politique et social du temps de la « Pologne de Solidarnóśc » se confond avec l’histoire même du mouvement syndical, de la société et du communisme polonais. Un « épisode », l’expérience de Solidarnóśc ne l’était point. Au contraire, ce sont bel et bien ses prolongements et ses ramifications qui, indépendamment des changements et des ruptures qui ont entre-temps eu lieu, constituent, aujourd’hui comme hier, la trame principale de l’histoire polonaise.

  • 24 « Pologne : le dossier de Solidarité », L’Alternative, Supplément n° 14 contient la liste complète (...)

19Les grèves de l’été 1980 et l’organisation syndicale qui en est issue démontrèrent que ce que la population demandait c’était précisément le respect de son droit à la participation dans le processus de la gestion économique, sociale et politique du pays. Les revendications des grévistes couvraient un large éventail de problèmes allant des questions plus strictement matérielles des salaires, de la « justice sociale », de l’approvisionnement, jusqu’aux revendications plus immédiatement politiques concernant la censure et la libération des prisonniers politiques24. Ainsi, dans les négociations qui précédèrent la signature de l’accord du 31 août, le problème principal qui allait accompagner l’existence du mouvement syndical indépendant et qui était destiné à dresser contre lui le parti-Etat, apparut dans toute son inextricable complexité : comment assurer la survie d’une organisation autonome au sein d’une société « étatisée » ?

  • 25 Les objections du tribunal de Varsovie furent communiquées à Lech Walesa dans une lettre datée du 1(...)

20Le problème ne tarda en effet pas à éclater au grand jour à peine un mois après la signature des accords de Gdansk, alors que le syndicat déposait auprès du tribunal de Varsovie sa requête d’enregistrement formel. Dans le projet des statuts présenté par Solidarité, les juges trouvèrent des passages qui n’étaient, selon leur opinion, qui reflétait sans doute très fidèlement l’avis des instances suprêmes du parti, conformes ni aux accords de Gdansk précédemment signés, ni aux provisions de la constitution de l’Etat populaire et qui, en plus, ne respectaient pas les engagements internationaux de la Pologne25. Le syndicat avait, entre autres, négligé de spécifier explicitement dans les statuts qu’il reconnaissait le rôle dirigeant du parti ouvrier unifié au sein de l’Etat polonais et, ce faisant, il a enfreint l’ordre constitutionnel – disaient les juges.

  • 26 Les accords de Szczecin furent signés le 30 août, un jour avant la signature des accords de Gdansk. (...)
  • 27 La signature des accords de Jastrzebie intervint le 3 septembre. Il y était principalement question (...)

21Voilà le problème posé d’une manière un peu plus claire. Le rejet de la requête d’enregistrement par le tribunal de Varsovie provoqua, comme on pouvait s’y attendre, la grogne des ouvriers qui répondirent à cette provocation en agitant la seule arme qui était à leur disposition : celle d’une reprise des grèves à peine terminées par la signature des accords de Gdansk, de Szczecin26 et de Jastrzebie27.

  • 28 Sur le problème de l’annexe et de l’enregistrement de « Solidarité » voir les articles suivants : E (...)
  • 29 Lech Walesa, op. cit., p. 313.

22Le 10 novembre, sous la pression de la menace d’une grève, le pouvoir s’inclina et accepta un compromis qui équivalait à une reconnaissance définitive de Solidarność. Le rôle dirigeant du parti dans l’Etat ne fut pas inscrit dans les statuts du syndicat28. Ce dernier joignit toutefois à ses statuts une annexe dans laquelle il se déclarait prêt à respecter le rôle dirigeant du parti dans l’Etat, en soulignant par là même que le « rôle dirigeant » ne concernait pas le fonctionnement et les structures internes du syndicat qui devait rester authentiquement autonome29.

23A l’approche de Noël 1980, la plupart des conflits régionaux purent être désamorcés. Après les grands bouleversements des mois précédents, le pays s’apprêtait à célébrer les fêtes de fin d’année dans la pénurie, certes, mais aussi dans un calme relatif, trompeur peut-être. A l’approche des fêtes, les Polonais eurent même l’occasion d’assister à une cérémonie qui aurait pu devenir le symbole de l’entente entre les trois forces qui, chacune à sa manière, dominaient la scène nationale : c’est le dixième anniversaire des grèves de décembre 1970 et les ouvriers des chantiers navals de Gdansk sont prêts à dévoiler un monument à la mémoire de leurs collègues tombés sous les coups de feu de la police lors des manifestations dix ans auparavant. A la cérémonie commémorative participent côte à côte la population de Gdansk, les représentants du syndicat avec à leur tête Lech Walesa, le primat de Pologne et le président du Conseil d’Etat, Henryk Jablonski.

  • 30 Selon les statistiques officielles, les années 1980-1981 contribuent à exacerber la crise économiqu (...)

24Une fois formellement reconnu, le syndicat pouvait affronter les nombreux problèmes qui préoccupaient sa base et le pays tout entier. La situation économique était désastreuse, l’approvisionnement devenait de plus en plus précaire30, obligeant le gouvernement à introduire le rationnement d’un grand nombre de biens de première nécessité. Sur le fond de cette paralysie économique, le mécontentement de la société s’accentuait. Malgré l’existence de Solidarité, rien ne semblait changer dans le domaine économique et des conditions matérielles d’existence, sauf en pire. Les ouvriers des différentes régions de la Pologne, forts de la victoire récemment remportée, manifestaient leur volonté de changement. Il ne s’agissait pas de déposséder le parti de son pouvoir, mais plutôt de circonscrire le pouvoir du parti, de le soumettre à un contrôle en lui opposant la résistance d’une société organisée. Restait à savoir si ce type particulier de pouvoir que le parti s’était habitué à exercer pouvait être limité de manière « partielle », moyennant des réformes qui s’arrêtaient au seuil de la révolution. Voilà la question, nullement nouvelle, sur la réformabilité du système communiste, posée à nouveau dans des circonstances différentes, en présence d’un mouvement social autonome dont l’existence peut tout d’abord paraître à la fois une preuve et un gage des profondes mutations du système communiste en Pologne. Et, à ce but lointain, se joignait le désir compréhensible de sortir de la crise qui apparaissait sous la forme de pénurie, de l’arbitraire d’une bureaucratie inefficace, des privilèges d’une nomenklatura corrompue.

  • 31 Jadwiga Staniszkis, Pologne..., p. 135.
  • 32 Il s’agissait de textes et dessins diffamatoires, disait la propagande officielle, au sujet de l’Un (...)
  • 33 Sur les tensions provoquées par les conflits sociaux locaux voir : Lech Walesa, op. cit., p. 284.

25Un peu partout en Pologne éclatèrent des grèves régionales, locales, souvent limitées à une seule entreprise, par lesquelles les travailleurs essayaient d’attirer l’attention sur leurs griefs et revendications. Il y allait tantôt d’un bonze local corrompu et inepte dont la population attendait impatiemment le départ : en janvier-février 1981, le regain de la mobilisation de masse est provoqué par ce problème précis et les actions de protestation amènent le gouvernement à limoger le premier ministre Pinkowski, jugé « incapable de communiquer avec Solidarité »31. Il s’agit tantôt de l’approvisionnement d’une ville, encore plus misérable que toutes les autres (grèves de Zyrardów). Ce peut être le personnage du directeur de l’entreprise qui est la cause du conflit, ce peut être un incident du genre de celui de l’aciérie Katowice, où la direction interdit aux instances du « Syndicat » de diffuser des écrits jugés « anti-étatiques »32. Il peut également être question d’un article attaquant grossièrement Solidarité ou un de ses dirigeants dans le journal local du parti. Les grèves n’éclatent pas toujours, on parvient parfois à un accord autour d’une table de négociations. Qu’on en vienne à la grève ou que suffise la seule menace de grève pour induire le gouvernement à engager des négociations, les conflits locaux alimentent l’atmosphère de tension et d’incertitude qui contribue pour sa part à rendre plus ardue la recherche de compromis et de solutions durables33. Les multiples affrontements locaux appartiennent au tableau d’une confrontation « totale » entre le pouvoir et la société, avec la société jouant le rôle de celui qui lance le défi, qui exige des changements, qui réclame une rupture avec le passé. Alors les causes des conflits, souvent d’importance secondaire au niveau national, sont reléguées au second plan, ce qui devient désormais le centre d’intérêt du public et des protagonistes de la confrontation, c’est la confrontation même, son but et sa logique. Et puisque les rapports entre le pouvoir et les représentants syndicaux de la société se caractérisent avant tout par la méfiance mutuelle, on a tendance à voir dans les conflits locaux, dans la manière de les aborder et dans leur naissance même une expression et un moyen de la politique globale de chacun des partenaires. Pour Solidarité, la dérive vers la confrontation est le fruit d’une politique préméditée du parti qui « traîne les pieds », retarde les réformes, défend à la fois les vestiges de son pouvoir et les personnages qui le détiennent. Pour le parti par contre, une grève qui éclate à Zyrardow, une autre qui a lieu dans une aciérie silésienne, bien que locales et provoquées par des problèmes ponctuels, n’en est pas moins un signe révélateur qui montre à l’évidence que Solidarność n’a aucune intention de devenir un partenaire de dialogue. L’objectif que servent les grèves et la tension qui en résulte serait celui de faire pression sur le pouvoir, de lui arracher une après l’autre les positions de commande pour, à la fin, l’anéantir. A travers les négociations et les accrochages des premiers mois entre le syndicat et le pouvoir nous voyons donc se dessiner cet antagonisme qui mènera à l’état de guerre et à l’interdiction du syndicat.

  • 34 Voir : Tygodnik “Solidarność, n° 9, 29.05.1981, p. 14 ; Cf. Jerzy Holzer, op. cit., pp. 165-166.
  • 35 Au sujet de la lutte des paysans pour l’enregistrement de leur organisation professionnelle voir : (...)

26Pour le moment, le bras de fer entre le pouvoir et le syndicat continuait sans qu’on put entrevoir son issue. Loin de s’épuiser, les sources de conflits augmentaient en nombre avec le passage du temps. C’est que, suivant l’exemple victorieux des ouvriers-grévistes, les autres milieux sociaux entrèrent en scène pour présenter leurs revendications et reprendre en main leurs destinées. Après plusieurs mois de préparatifs et de tiraillements avec les autorités, les étudiants s’organisèrent en 1’« Union indépendante des étudiants » (NZS) qui fut enregistrée officiellement le 17 février 198134 ; les paysans individuels commencèrent une bataille qui allait durer plusieurs mois et au terme de laquelle ils ont pu fonder leur propre syndicat – la « Solidarité rurale »35.

27Quelle est, dans cette situation, la politique du syndicat, quels sont ses moyens d’action hormis celui qui lui a assuré ses premiers succès, à savoir la grève ? Quels sont, enfin, ses objectifs à court ou à long terme ?

28Aussi bien ses dirigeants que ses adhérents semblent convaincus que dans le système actuel, il n’y a pas de place pour un syndicat indépendant. La certitude qu’il faille réformer le système et amener le pouvoir à emprunter la voie du « renouveau » semble répandue. Le syndicat doit se faire accepter à la fois en tant que partenaire de l’Etat-parti et en tant que représentant de la majorité de la société. Pour pouvoir devenir un jour un syndicat sensu stricto, Solidarność est tout d’abord obligée d’agir en tant que mouvement social qui veille à ce que soient créées et maintenues les conditions de sa propre existence. Et en tant que mouvement social, Solidarność devient un point de rassemblement pour tous ceux qui aspirent à la réforme, au changement et au dépassement du système du socialisme réel. La multiplicité des opinions, des stratégies et des tactiques politiques prônées par les membres du syndicat a pour effet que le programme de celui-ci n’est pas, en tout cas avant le premier congrès d’août-septembre 1981, formulé avec précision. La survie même de l’organisation, son développement dans un environnement institutionnel hostile, semblent être ses préoccupations majeures. Quant aux projets concernant l’Etat et la société, le syndicat est non seulement à court de solutions réalistes, il semble également réticent à formuler sa stratégie, se retranchant d’ailleurs derrière les accords de Gdansk par lesquels il a renoncé à jouer un rôle dans la vie politique du pays. Les propositions de réforme du système et des institutions doivent venir du côté du parti, le syndicat compte limiter son rôle à celui du critique.

  • 36 Mentionnons ici les pressions que les pays frères exercent sur la direction du parti polonais pour (...)
  • 37 Ainsi le titre d’un numéro spécial de L’Alternative.
  • 38 Jadwiga Staniszkis, dans son ouvrage Pologne – la révolution autolimitée, Paris, Presses Universita (...)
  • 39 Cité par : Jerzy Holzer, op. cit., p. 133.

29L’action de Solidarność se développe, dès le début, dans un environnement social qui lui est favorable, dans un environnement « politique » – à la fois national et international36 – qui lui est, par contre, hostile. C’est à cette situation d’un conflit global entre une « société en dissidence »37 et le pouvoir, que la stratégie du syndicat essaie, dans un premier temps, de répondre. En effet, le premier des 21 points des revendications des ouvriers de Gdansk – celui qui réclamait la reconnaissance du syndicat indépendant – reposait sur la conviction que rien ne pouvait être obtenu du parti à défaut d’une organisation sociale indépendante. En tant que modèle de l’émancipation de la société, ce projet d’auto-organisation allait dans deux directions, non pas opposées mais complémentaires. En s’organisant dans des structures indépendantes et autogérées tel le syndicat Solidarność, la société polonaise se dotait simultanément d’un moyen de pression pour contrôler, censurer si nécessaire, les initiatives du pouvoir, pour pousser ce dernier à donner satisfaction aux exigences de ses sujets. La conquête d’un espace autonome permettait d’un autre côté à la société de subvenir dans une plus large mesure à ses propres besoins, de vivre et d’évoluer sans attendre la consécration du politbureau ou d’une autre instance dirigeante du parti38. Il était possible, disait-on par exemple, de promouvoir la cause de la liberté de la culture et de la pensée sans avoir préalablement obtenu l’autorisation de l’office central de la censure. Toutes ces libertés doivent être, dira Adam Michnik dans un texte intitulé Le temps de l’espoir et publié en septembre 1980 dans le Biuletyn Informacyjny, « arrachées au pouvoir, car une société n’a jamais reçu ses droits en cadeau »39.

30Alors que le syndicat indépendant grandit, que le nombre de ses adhérents augmente, que ses structures, tant au niveau national que régional, se solidifient et que les autres milieux sociaux – les étudiants, les journalistes, les paysans – se mobilisent pour l’action, la stratégie ébauchée dans les années soixante-dix par les activistes de l’opposition politique semble répondre à la nouvelle réalité du pays. Forts de l’appui de la majorité, les syndicalistes s’engagent dans un dialogue avec un pouvoir qui paraît à la fois paralysé et dogmatique. Peu importe, puisque de ce pouvoir-là, on n’attendait en tout cas aucune initiative réformatrice, tout au plus prévoyait-on qu’il allait tenter de freiner le processus des transformations. La réticence de l’establishment communiste d’accepter la nouvelle réalité sociale, aussi déplorable qu’elle soit, ne met donc pas en question le programme de Solidarność.

31C’est cette ligne directrice que suivra la politique du syndicat durant les seize mois de son existence légale, mettant l’accent principal tantôt sur le dialogue avec le pouvoir en vue de l’introduction des changements institutionnels considérés comme nécessaires, tantôt sur les activités indépendantes d’une société mobilisée et solidaire.

32Aux yeux des syndicalistes, les deux champs d’action du « mouvement social » qu’est devenu Solidarité sont inséparables. Il s’ensuit que la réussite dans un domaine est en même temps une condition nécessaire du succès dans l’autre.

  • 40 Jusqu’à la dernière rencontre entre Lech Walesa, cardinal Jozef Glemp et le général Jaruzelski, le (...)

33En réfléchissant sur les formes et le contenu du dialogue entre la société et le pouvoir, le syndicat dit clairement que le dialogue en question n’est possible qu’à condition que la société puisse s’organiser librement, que dans le dialogue qu’elle est appelée à mener, elle puisse s’exprimer par l’intermédiaire d’une organisation et de personnes qui jouissent de sa confiance et qui ont obtenu de sa part un mandat incontestable. Toutes les autres formes de « dialogue » que le pouvoir essaie d’institutionnaliser en proposant des organes consultatifs aux compétences peu précises et composés d’une multitude d’organisations sociales souvent fictives40, ne sont qu’un simulacre destiné à neutraliser l’influence de Solidarność, à rendre le « dialogue » aussi imaginaire qu’avant. Un dialogue fructueux entre le pouvoir et la société peut avoir lieu uniquement dans le cadre de ce « contrat social » qui fut signé à la fin août 1980 et dont la clause principale concerne l’existence d’une représentation indépendante des travailleurs. Il serait par contre vide de contenu si la société ne marquait pas constamment sa volonté d’y prendre part, d’exercer un contrôle efficace au regard de la gestion du pays par le pouvoir. Le « modèle Solidarność » préconise donc une mobilisation soutenue de la société appelée à participer activement à la vie publique.

  • 41 Il nous serait impossible ne serait-ce que d’énumérer tous les problèmes sociaux et économiques qui (...)
  • 42 “O sytuacji w kraju i w Zwiảzku supplément à Tygodnik Solidarność, n° 19, 07.08.1981.
  • 43 Lech Walesa, le président du syndicat, décrira ses activités de la manière suivante : « Je passe ce (...)
  • 44 Les différentes discussions réformatrices auxquelles prenaient part et qu’initiaient, en effet, les (...)

34Dans sa fonction première de partenaire de l’Etat-parti dans le processus du dialogue, Solidarité s’engage dans de multiples négociations sur un nombre impressionnant de sujets41, elle fait entendre sa voix dans le débat général où l’on discute des moyens pour sortir le pays de la crise. Solidarność qui est censée s’abstenir de toute activité politique, doit, en tant que partenaire de ce « dialogue » qui appartient au processus des réformes, prendre position à l’égard des problèmes politiques. « Tout en disant que nous ne voulons pas prendre le pouvoir et que nous ne sommes pas un parti politique », constatera un conseiller du syndicat et un proche collaborateur de Lech Walesa, « nous présentons des revendications qui touchent à la vie publique de l’Etat et aux institutions étatiques. Nous exigeons donc des changements de législation, cette législation qui ne permet pas à la société d’agir en souverain. Et nous possédons en ce moment la force, à savoir le syndicat, qui est capable d’imposer le changement de la situation juridique »42. Or, bien que présent lors des négociations, le syndicat n’a pas, dans le processus de la prise des décisions, de rôle qui serait défini clairement soit au niveau national, soit régional ou local. Lorsque des grèves éclatent un peu partout en Pologne, lorsque des conflits entre différents groupes professionnels et l’Etat-employeur s’exacerbent, les représentants du syndicat sont là pour trouver une issue pacifique de la crise, ils sont là pour convaincre leurs propres adhérents et pour arracher au gouvernement des concessions43. Tandis que des conflits régionaux contribuent à l’augmentation de la tension, et malgré la position naturellement fragile du syndicat dans la structure politique du pays, les représentants de Solidarność participent à des tâches législatives en soumettant leurs propres projets de réforme, en critiquant ceux du gouvernement, en discutant les réformes désirées et désirables de l’entreprise, de l’enseignement de l’histoire, du service de la santé, de la censure et de l’enseignement supérieur44.

35Rôle et objectif premiers, avons-nous dit, par lesquels l’organisation syndicale essaie de créer l’espace social qui lui serait favorable. C’est à ce niveau-là que des tentatives pour définir la place de Solidarité dans le système politique polonais – c’est-à-dire de tracer les limites de la participation populaire à la gestion du pays – sont entreprises et qu’il est en même temps très difficile de concevoir une formule d’entente entre les deux partenaires. Quant au parti, il a, en général, de la peine à trouver, en son sein, cet élan réformateur qui lui permettrait non pas tellement de se mettre à la tête du mouvement « rénovateur », mais tout au moins de le suivre en l’acceptant et, ce faisant, de préserver le peu qui lui reste d’autorité. Là où – comme à Torun – naissent des initiatives spontanées visant à « démocratiser » les structures du parti, l’appareil essaie de les bloquer. Aussi bien les dirigeants de Solidarność que la population dans son ensemble doivent avoir l’impression – à commencer par la crise autour de la reconnaissance des statuts du syndicat libre et à travers de nombreux autres conflits – que le but réel du parti est de contenir le changement.

  • 45 Artur Hajnicz, “Siły antysocjalistyczne (Les forces anti-socialistes) in Tygodnik Solidarność, n°  (...)
  • 46 Tadeusz Mazowiecki, “Poczảtek rozmów (Le début des pourparlers) in : Tygodnik Solidarność,  1, 0 (...)
  • 47 G. Mink, J.Y. Potel, loc. cit.
  • 48 Pour une exposition de ces opinions voir les comptes rendus de la discussion au sein du KKP (Comité (...)

36Le syndicat, quant à lui, se considère lui-même comme le gage principal de ce que la presse gouvernementale, dans son souci de rappeler la continuité de la Pologne d’avant et d’après août 1980, appelle à l’unisson « le renouveau ». Les activistes et les conseillers du syndicat le disent et le répètent quand l’occasion se présente, dans leurs analyses de la situation actuelle et lorsqu’ils portent leur regard sur l’avenir. « Contrairement à l’année 1956 », dira un article de l’hebdomadaire Solidarność, « cette fois-ci le processus des transformations a commencé non pas au sein du parti mais en dehors de lui. En manifestant à plusieurs reprises sa fermeté et sa détermination, le puissant mouvement social, né en août, a prouvé qu’il était le garant de l’irrévocabilité de ce processus »45. C’est donc Solidarité, au sein de laquelle est organisée la majorité de la classe ouvrière polonaise, qui est à l’avant-garde du « renouveau », c’est l’Etat qui doit suivre, qui doit, comme le dit à la veille des pourparlers avec le gouvernement un conseiller du syndicat et le rédacteur en chef de son organe de presse, Tadeusz Mazowiecki, « s’adapter à la nouvelle situation créée par le mouvement social »46. L’opinion que Solidarność, par sa seule naissance, ait déjà changé les contours du système politique et social en Pologne, qu’elle ait réussi, comme avaient dit d’autres observateurs, à « faire reculer, en Pologne, les limites du possible pour un temps déjà exceptionnellement long47, n’était, aurait-on dit, que le constat d’une vérité évidente. En tant que fondement d’une pratique sociale, la constatation que voici devint une prémisse qui allait s’avérer dangereuse. Elle portait les plus radicaux des militants du syndicat à parler d’une paralysie complète du pouvoir, de la possibilité jugée imminente de poser la question fondamentale d’un « partage du pouvoir ». A entendre la voix d’un Jacek Kuron par exemple, on a l’impression que le pouvoir communiste ne survit que par la bonne grâce de Solidarność qui limite ses objectifs pour ne pas provoquer une intervention étrangère48.

37En cette année 1981, la position du syndicat était-elle aussi puissante que certaines analyses de l’époque voudraient nous le faire croire ? Certes, dans son conflit avec le pouvoir l’organisation disposait d’atouts importants : le nombre impressionnant de ses adhérents dont nous venons de parler, un soutien encore plus général qu’elle recevait de la part de la société et, en fin de compte, la faiblesse présumée d’un pouvoir qui montrait des signes de décomposition.

38Toujours est-il que la puissance de Solidarność et, si l’on ne craint pas de mettre un signe d’égalité, de la société, ne se traduisit point par des actes législatifs qui la sanctionneraient. Les structures du pouvoir restaient en place, de même que les principales structures économiques. Le premier volet du programme syndical restait à réaliser presque dans sa totalité.

  • 49 Ibid, pp. 187-188.
  • 50 Sergiusz Kowalski, “Polski syndrom (Le syndrome polonais) in : Tygodnik Solidarność, n° 15, 10.07. (...)
  • 51 C’est une problématique qui est perçue clairement par une grande partie des conseillers du syndicat (...)
  • 52 L’auto-dissolution du KOR annoncée lors du premier Congrès de Solidarność serait un fait indicatif (...)

39Quant à l’autre composante, celle qui invitait la société à conquérir des espaces de liberté, à s’auto-organiser, tout en faisant des progrès considérables, sa réalisation rencontrait les mêmes obstacles que la réforme générale du système. En effet, il n’y avait pas de bases légales pour l’existence de mouvements indépendants autres que Solidarność, la fondation de chaque club de discussion et de chaque cercle de lecture avait, tout comme par le passé, besoin de l’aval du parti qui, bien qu’affaibli, restait encore au pouvoir. L’activisation de la société, la renaissance de cette multiplicité de liens qui seraient caractéristiques d’un organisme social vivant se faisaient attendre. Il y avait peut-être d’autres raisons à cela que la seule opposition du « centre » à la prolifération de mouvements autonomes. La société elle-même, se reconnaissant dans le syndicat indépendant, tardait à agir. Solidarność était son représentant au niveau national et elle attendait de Solidarność de lui assurer son autonomie. Dans un sondage effectué par un centre de recherches du syndicat, les interrogés disent que le syndicat doit s’occuper de tous les problèmes du pays49. Cette attitude montre, mise à part sa confiance dans le syndicat, que la société voit avant tout la dimension proprement politique des problèmes du pays. Elle ne voit pas encore la possibilité d’exercer une influence réelle sur le cours des événements par le moyen d’une activité spontanée « à la base ». Ainsi le postulat de l’auto-organisation de la société reste pour le moment limité à une seule organisation, celle du syndicat indépendant. Et lorsqu’apparaissent des organisations indépendantes, elles ne peuvent que se rallier au grand mouvement syndical pour lui donner son appui ou pour lui demander son assistance. Le vide social créé par quarante ans de pouvoir communiste continue d’exister, dira un article de l’organe du syndicat, pour constater ensuite que Solidarność n’est pas en mesure de le remplir. Car en tant que mouvement social général, elle devient une confédération de la nation qui tend inéluctablement vers l’unité50. Un développement qui pourrait être considéré comme preuve que la société, en s’organisant dans une structure qui privilégie l’unité, voit la confrontation avec le pouvoir se dérouler au niveau politique. En même temps, le but de la stratégie qui préconise la reconstruction de liens sociaux autonomes, la création de multiples organisations indépendantes vouées à la promotion de différents intérêts de la société, cet objectif qui pourrait être compris comme la « dépolitisation » de sphères toujours plus étendues de la vie sociale51, reste très lointain. Il en est ainsi malgré que la société soit devenue plus active durant les seize mois de sa relative indépendance. Or, hormis le fait que le regain d’activité sociale se limite presque exclusivement à l’organisation syndicale52, il y a également le fait qu’elle s’épuise dans une large mesure dans des actes certes importants, mais de nature symbolique.

40Une marée d’écrits non-censurés, journaux syndicaux, livres, feuilles volantes et affiches, investit le pays avide de connaître son passé, son présent, les perspectives d’avenir. Les personnages connus jadis avant tout de la police secrète tel le chef de la maison d’édition NOWA, sortent de la clandestinité, accordent des interviews à l’hebdomadaire syndical Solidarność, voire aux journaux du parti. Les activités restent symboliques, mais c’est grâce à elles que la société obtient pour la première fois la possibilité de se connaître, de connaître son histoire et sa culture dans leur plénitude. Et tandis qu’un événement comme l’attribution du Prix Nobel de littérature à Czeslaw Milosz, un poète qui, grâce aux soins de la censure, reste inconnu dans son pays, souligne encore davantage la nécessité de redessiner le tableau de la culture et de l’histoire, le mouvement social se voue également à cette tâche.

41L’édition, dont on ne peut plus dire qu’elle est clandestine étant donné qu’elle circule librement à travers le pays, les discussions (ainsi celle sur les événements de mars 1968 qui se tient à l’Université de Varsovie, une autre, consacrée à la révolte ouvrière de 1956 a lieu à l’Université de Poznan), la construction de monuments à la mémoire d’ouvriers tombés sous les coups de la police de l’Etat populaire (à part le monument érigé à Gdansk, un autre est construit à Poznan pour marquer les événements sanglants de l’année 1956), autant de gestes et d’actes qui indiquent la volonté de se réapproprier les domaines de l’histoire et de la culture.

42Les rapports entre le pouvoir communiste et le syndicat indépendant se détérioraient progressivement. Après le congrès extraordinaire du POUP qui s’était tenu en juillet dans la capitale, les espoirs d’une victoire claire et sans ambiguïtés des forces réformistes au sein du parti devaient se dissiper. Aussi bien la composition des délégués au Congrès que le résultat des élections effectuées avant sa clôture se caractérisaient principalement par l’élimination des tendances « radicales ». Stanislaw Kania qui était devenu chef du parti au lendemain des grèves d’août 1980, fut réélu au poste suprême, les présumés représentants du courant réformateur – tel le premier secrétaire du parti à Gdansk, Fiszbach, ainsi que les porte-paroles des « conservateurs » communistes – tel le membre du politbureau Grabski, n’ont, par contre, pas été confirmés dans leurs positions.

43Les effets du congrès n’ont pas pu satisfaire les attentes même les plus « réalistes », d’autant moins que la politique poursuivie par le parti à l’égard de Solidarność ne devenait nullement conciliatrice. C’est alors, approximativement durant ce mois qui sépare le congrès du parti du premier congrès national de Solidarité que les conflits qui, bien qu’ils ne soient pas nouveaux, entrent dans une phase qu’on pourrait dire nouvelle. En août, les représentants gouvernementaux menés par le vice premier ministre Rakowski, responsable des rapports avec les syndicats, interrompent les négociations en reprochant à ceux-ci de viser ouvertement la prise du pouvoir.

  • 53 Pour une description des élections et leurs résultats, voir : Leszek Bedkowski, Janusz Reiter, “Po (...)

44Le conflit de propagande s’exacerbe. Victime d’attaques toujours plus virulentes de la propagande officielle, Solidarité répond par le refus d’admettre les journalistes de la télévision d’Etat à son congrès qui ouvre ses portes à Gdansk, la ville de la naissance du syndicat et le siège de ses instances dirigeantes. « La télévision ment », constatent les affiches qui ornent l’édifice de la halle sportive où se rassemblent les 818 délégués du syndicat. Le congrès, qui se tient en deux étapes et dure en tout 18 jours, se termine début octobre par l’élection de la direction du syndicat (une procédure on ne peut plus démocratique fait que les élections durent cinq jours53), et l’adoption d’un programme.

  • 54 T.G. Ash, op. cit., p. 225. Pour une traduction française du programme adopté au 1er Congrès de Soi (...)

45Composé de huit chapitres, ce programme qui est également une tentative d’auto-définition, ne contient point le mot « socialisme »54. De ses huit chapitres, un seul parle du rôle de Solidarité en tant que syndicat sensu stricto. Le reste de ce remarquable document contient des propositions pour le redressement de la situation économique, dessine la vision d’une « République autogérée », réclame un nouveau « contrat social » pour remplacer celui, resté inopérant, d’août 1980.

  • 55 Le projet du programme adopté – non sans modifications, non sans une discussion parfois animée – pa (...)
  • 56 Ibid., p. 223.
  • 57 C’est ainsi que dans son premier numéro, Glos Wolny, le bulletin quotidien du Congrès, caractérise (...)

46C’est donc un programme qui dépasse largement les limites de ce qui est d’habitude considéré comme le champ d’activité d’un mouvement syndical. Les auteurs55 en sont pleinement conscients, ils justifient les incursions dans la sphère politique par l’incapacité de l’Etat-parti de se réformer durant l’année qui suivit la signature des accords de Gdansk. Le parti resté prisonnier de son immobilisme, le syndicat doit, nous disent les auteurs du programme, assumer ses responsabilités face à la nation, il doit « prendre toute mesure nécessaire pour sauver le pays du déclin et la société de la misère, de l’apathie et de l’auto-destruction »56. Les délégués donnent expression à la conviction que « ce qui semblait être, en août 1980, le couronnement d’une grande lutte ouvrière, s’avéra être le début d’un chemin long et difficile »57. C’est un langage clair par lequel Solidarność se définit elle-même plutôt comme un mouvement social dont l’objectif primordial serait de promouvoir les réformes des structures étatiques et sociales, que comme un syndicat qui se limiterait à la défense des droits des travailleurs. Le sens des responsabilités vis-à-vis du bien public impose une telle auto-définition, ne serait-ce que parce que la défense des droits des travailleurs ne peut être efficace que lorsque les problèmes fondamentaux du pays seront résolus ou sur la voie de l’être. La « République autogérée », l’aboutissement des réformes prônées par Solidarité – mouvement social, permettrait aux Polonais de se sentir responsables des destinées du pays. Or, c’est précisément cette responsabilité que le pouvoir ne veut en aucun cas déléguer, conscient qu’elle équivaut à une délégation du pouvoir proprement dit.

  • 58 On y vend une brochure intitulée « Sous l’occupation soviétique – l’entrée de l’armée soviétique en (...)
  • 59 C’est à propos de l’incident de Katowice évoqué plus haut que le chef de la milice de la voïvode di (...)

47Munie de son programme, forte de ses presque dix millions de membres, Solidarité entre dans la dernière phase de son existence légale, une phase qui ne durera plus que soixante-dix jours environ. Alors que le parti change de premier secrétaire – en septembre, Wojciech Jaruzelski remplace Stanislaw Kania –, que des grèves continuent dans différentes régions (ainsi, au début novembre 1981, durent les grèves de Zyrardow, de Tamobrzeg, à Radom, dans la région de Zielona Gora), que des accrochages entre la « foule » et la police ont lieu (ainsi à Katowice où la police intervint pour mettre fin à la vente de publications clandestines dans la rue58), que Lech Walesa rencontre le premier secrétaire Jaruzelski et le primat de Pologne Monseigneur Glemp, la crise s’approche de son dénouement. Un dénouement dont le pouvoir commence à parler de manière plus ou moins voilée. Au parlement, le gouvernement menace de passer une loi interdisant les grèves, dans les journaux, des représentants des forces de l’ordre ventilent la possibilité d’une utilisation de la force59.

  • 60 Au sujet de la surprise que fut pour les syndicalistes l’imposition de l’état de guerre voir : Maci (...)
  • 61 Voir : J.J. Szczepanski, Kadencja, Paris, Libella, 1988, p. 100.

48Toujours est-il que le dénouement du treize décembre prend le syndicat et la société au dépourvu. A Gdansk se tient une conférence de la commission nationale de coordination (KKP), les leaders syndicaux y sont présents au complet, la tâche de la police chargée de les arrêter sera relativement facile60. A Varsovie, on en est au dernier jour du Congrès de la culture polonaise. Il n’aura pas lieu, les participants qui se rendront ce matin là au Palais de la Culture verront la porte fermée, un griboullis informant les créateurs polonais qu’« en vertu d’une décision du président de la ville de Varsovie, le Congrès de Culture a été dissout »61.

49Huit ans après la signature du « contrat social », sept ans à peine après sa mise à mort, alors que la réforme – qu’elle s’appelle Perestroïka ou autre – est à l’ordre du jour dans l’ensemble du bloc communiste, et qu’elle entre en Pologne dans une phase nouvelle, le phénomène Solidarność refait surface. Certes, il n’avait, en réalité, jamais disparu, malgré les assurances proférées par les autorités qui voulaient faire croire que Solidarność n’existait plus, qu’elle n’était plus un partenaire de dialogue et que son chef, Monsieur Walesa, était un citoyen comme tous les autres. Ni la répression, qui l’obligea à se réfugier dans l’illégalité, ni les tentatives de lui substituer des « forums de dialogue » sous la tutelle du parti, n’ont réussi à la faire disparaître du paysage politique et social de la Pologne. Il s’est avéré impossible de sortir le pays de sa crise profonde sans la participation de la société. Laissées aux soins du parti, les réformes, pour autant qu’on essayait sérieusement de les réaliser, s’enlisaient, le pays s’enfonçait dans un immobilisme sans issue.

50En 1989, après les grèves de l’été 1988, les négociations autour de la table ronde et les élections du 4-18 juin dans lesquelles le pouvoir essuya un cuisant échec, on parlait à nouveau de dialogue et de Solidarność, en admettant plus sincèrement cette fois que c’est d’un dialogue entre le pouvoir et l’opposition qu’il s’agit. Huit ans après les expériences de Solidarność, les conditions du dialogue sont devenues, il n’y a pas de doute, propices. Le parti au pouvoir finit, dans cette année de la grande mutation, par accepter un pluralisme réel aux niveaux social et, chose nouvelle, politique.

  • 62 J. Jedlicki in Zeszyty OPSZ, p. 10.
  • 63 Au sujet de cette contradiction inhérente à la stratégie du syndicat voir l’intéressant article de (...)
  • 64 Il y avait, certes, des voix préoccupées et pessimistes, se dissociant clairement de l’optimisme de (...)

51Solidarité a dû, elle aussi, tirer quelques leçons de son expérience manquée. Elle n’a sans doute pas renoncé à ses idéaux, à son but lointain de contribuer à la renaissance d’une Pologne libre et indépendante. Toutefois, en tant que mouvement social, l’expérience de Solidarność a montré à la fois les chances et les limites de la stratégie de libération moyennant la mobilisation d’une société civile solidaire. L’expérience n’a probablement pas contredit ceux qui, avant qu’elle ne commence et pendant qu’elle se déroule, voyaient dans la pression exercée sur le pouvoir par une société solidaire le seul moyen de faire éclater les structures bureaucratiques du système communiste. Il n’empêche qu’elle a relativisé cette vision en montrant qu’une pression qui s’arrêtait au seuil de la révolution, au seuil de la prise du pouvoir effective et qui préconisait – selon les mots mêmes d’un conseiller du syndicat – un Etat « où le gouvernement ne proviendrait point de la volonté de la majorité de la nation, mais où il ne pourrait pas non plus gouverner contre cette volonté »62, n’était pas suffisante pour reléguer au passé d’une manière irrévocable le système du communisme totalitaire. Car il y avait, dans cette vision particulière de la cohabitation entre la société et le pouvoir, une contradiction qui mettait en question le réalisme. En prônant un programme qui préconisait des réformes économiques et sociales de grande envergure, en revendiquant l’amélioration des conditions matérielles d’existence, Soidarność semblait postuler l’existence d’un Etat fort et capable d’initiative. En insistant d’autre part sur le rôle de la société dans la vie d’une République qu’il voulait « autogérée », le syndicat envisageait l’affaiblissement progressif d’un Etat auquel il voulait disputer, l’un après l’autre, des domaines toujours plus nombreux de la vie collective63. En effet, ce qui peut étonner l’observateur des événements polonais des années 1980-1981, c’est que le grand bouleversement marqué par la naissance de Solidarność et par sa croissance fulgurante changea si peu les structures économiques, politiques et sociales du pays. Certes, une puissante organisation autonome était née, des opinions et des tendances politiques s’y cristallisaient librement. Or, lorsque les activistes de Solidarność percevaient la faiblesse croissante d’un pouvoir en train de se décomposer et disaient – ainsi Jacek Kuron lors d’une discussion au sein de la KKP (Commission de Coordination) à Gdansk : « Il n’y a pratiquement plus de gouvernement » – lorsqu’ils jugeaient nécessaire d’accroître la pression pour pousser ce même pouvoir vers les réformes, ils se trompaient manifestement et sur le rapport des forces entre le pouvoir et le mouvement social64 et sur la détermination du pouvoir communiste – non seulement polonais mais aussi et surtout international, c’est-à-dire soviétique – de maintenir les structures de sa domination. Ils se trompaient manifestement sur la possibilité de changer de système sans provoquer une révolution qui dépasserait ces limites qu’ils ont, en réalité, respectées jusqu’à la fin. Et si le syndicat croyait être capable de contraindre le pouvoir au compromis, tout en étant persuadé que de ce compromis, le pouvoir n’en voulait point, le 13 décembre 1981 fournit la preuve que sans l’accord du pouvoir, sans ce compromis préalable, toute velléité de sortir des cadres du système totalitaire restait vouée à l’échec.

52L’histoire qui suivit l’imposition de l’état de guerre était, en effet, celle d’une impasse prolongée. Les deux rivaux ne pouvant faire à moins l’un de l’autre et en même temps refusant – le refus plus net venait, il est vrai, du côté du parti – de reconnaître cette interdépendance, aucun projet de réforme, que ce soit dans le domaine économique ou politique, ne pouvait aboutir. Le résultat en est connu : les huit ans qui se sont écoulés depuis l’imposition de l’état de guerre n’ont pas apporté une amélioration sensible des conditions de vie en Pologne, les perspectives d’avenir restent toutes autres que brillantes. Dans un sens, les années de la « normalisation » apparaissent aux Polonais comme autant d’années gaspillées, même si la contribution de Solidarité à l’histoire polonaise demeure à la fois réelle et cruciale.

53Et elle l’est redevenue, sur un autre plan et dans une nouvelle perspective dans cette année cruciale de 1989 qui vit le retour de Solidarność sur la scène politique. Les élections de juin 1989 n’ont pu laisser subsister aucun doute : l’opposition, jouissant de l’appui de l’écrasante majorité de la société avait remporté une victoire telle que le parti, incapable de gérer le pays et porter la responsabilité d’une catastrophe nationale, dut reconnaître sa défaite.

54L’histoire continue… et elle peut réserver des moments difficiles, douloureux. Mais cela appartient à une autre page de l’histoire, au-delà des objectifs de cet essai. Celui-ci se termine avec la formation d’un gouvernement issu, dans sa grande majorité du mouvement Solidarité.

Notes

1 “Umowa społeczna” (contrat social), c’est le nom précis que les signataires de l’accord conférèrent, dans une étrange unanimité, au document.

2 Pour une description de la cérémonie voir : Jean-Yves Potel, Gdańsk. La mémoire ouvrière 1970-1980, Paris, François Maspéro, 1982, pp. 210-211.

3 Voir à ce propos les témoignages suivants : Lech Walesa, Un chemin d’espoir. Autobiographie, Paris, Fayard, 1987, p. 238 et p. 243 ; Barbara Torunczyk, Gdańsk 1980 oczyma świadków (Gdańsk 1980 vu par les témoins), Londres, Polonia Book. Fund, 1980, p. 84 et p. 105.

4 Au sujet du concours des intellectuels aux grévistes : Lech Walesa, op. cit., pp. 23 7-238 ; J. Y. Potel, op. cit., pp. 205-206.

5 Pour une théorie des crises sociales en Pologne et de leur rôle en tant que régulateurs du développement économique du pays, voir l’ouvrage de Jadwiga Staniszkis, Pologne – la révolution autolimitée, Paris, PUF, 1982, 335 p. Cf. Jadwiga Staniszkis, “On Some Contradictions of Socialist Societies: the Case of Poland” in : Soviet Studies, n° 2, 1979, pp. 167-187. Les crises seraient devenues, selon le chercheur, une partie intégrante du système dont elles corrigeaient les déséquilibres – principalement économiques – les plus flagrants.

6 Avec sa politique de croissance importée, Gierek assure au pays un taux de développement spectaculaire – 10,2 % en moyenne – dans les années 1971-1975 (Mały Rocznik Statystyczny 1979 (Petit Annuaire statistique 1979), Varsovie, 1979, p. 87). L’essor de la consommation peut être illustré par les chiffres suivants : par rapport à l’année de base 1960 (100), le revenu moyen augmente et atteint 169 en 1975, 187,9 en 1980 et 192,1 en 1981, pour retomber ensuite à 144,2 en 1982, c’est-à-dire au-dessous du niveau de l’année 1973. Maly Rocznik Statystyczny 1955, pp. xxx-xxxi.

7 Au sujet des réformes économiques voir : Janusz G. Zielinski, Potskie reformy gospodarcze. Trzy wyklady (Les réformes économiques polonaises. Trois conférences), Londres, Odnowa, 1974, 136 p. ; Cf. Eugène Zaleski, « La crise économique polonaise : Causes et remèdes » in : Revue d’Etudes comparatives Est-Ouest, n° 1, mars 1982, pp. 6-7.

8 Mauro Martini, “Il POUP nei sedici mesi di Solidarność” in : Quaderni della Fondazione Giangiacomo Feltrinelli, La Polonia e i sedici mesi di Solidarność ; n° 22, 1982, pp. 120-121.

9 Un sondage organisé fin 1980 par l’Institut de Philosophie et de Sociologie de l’Académie polonaise des sciences et rendu public en mars 1981 par l’hebdomadaire Kultura de Varsovie (Kultura, 22 mars 1981) est révélateur au sujet de l’attitude de la base du parti à l’égard de Solidarność. Il en ressort que 58,4 % des militants de base appuyaient les accords d’août (60 % pour la moyenne nationale), tandis que 44,9 % des militants étaient favorables aux nouveaux syndicats, contre 9,8 % qui y étaient opposés. Il s’avère en outre que seuls 47,8 % des interrogés voulaient voir le rôle du syndicat limité à la défense des intérêts des travailleurs.

10 Cité par : Barbara Torunczyk (éd.)., Gdańsk 1980 oczyma swiadkow (Gdańsk 1980 vu par les témoins), Londres, Polonia Book Fund, 1980, p. 32.

11 Jacek Kuron, “W stronę demokracji” (Vers la démocratie) in : Krytyka, n° 3, hiver 1978-1979, p. 17. Cf. Jacek Kuron, “Wysli o programie dzialania” (Réflexions sur le programme d’action) in : Aneks (Londres), n° 13/14, 1977 ; Jacek Kuron, “Sytuacja kraju a program opozycji” (L’état du pays et le programme de l’opposition) in : Biuletyn Injormacyjny (Bulletin d’information), n° 3, avril 1979, où l’auteur réaffirme l’importance du principe d’auto-organisation : « Le programme de l’auto-organisation de la société polonaise dans des mouvements sociaux indépendants est la seule possibilité de réaliser les objectifs de l’opposition et de satisfaire les aspirations de la société ».

12 Voir à ce propos : François Bondy, „Die Dissidenten – eine unbekannte Grösse“ in : Europa-Archiv, n° 13, 1977, pp. 389-398 ; Andrzej Szczypiorski, “The Limits of Political Realism in : Survey, vol. 24, n° 4 ; Andrzej Szczypiorski, „Dissidenten und Wirklichkeit“ in : Europa-Archiv, n° 6, 1978, pp. 181-188 (texte publié en polonais dans Krytyka, n° 8, été 1978). Selon les informations mêmes du KOR, l’action d’aide aux ouvriers victimes de la répression avait des dimensions plutôt modestes. (Wypadki czerucowe i działalność Komitetu Obrony Robotników (Les événements de juin et les activités du Comité pour la défense des ouvriers), Warszawa, KOR, mai 1977, p. 8 [texte dactylographié]). Selon une source provenant des milieux d’opposition, 604 familles auraient été assistées par le KOR durant la première année de son activité. (Stefan Kawalec, Demokratyczna opozycja w Polsce. Wydarzenia czenucowe i rok dziatalnosci KOR (L’opposition démocratique en Pologne. Les événements de juin et une année d’activité du KOR), Warszawa, Biblioteka “Głosu, 1979, pp. 18-19 et p. 21.

13 « L’Appel à la société et aux autorités de la République populaire de Pologne », considéré comme l’acte fondateur du KOR, fut signé par 14 personnes et rendu public le 23 septembre 1976. Voir : Jan Jόzef Lipski, Komitet Obrony Robotników KOR, Komitet Samoobrony Społecznej (Le comité de défense des ouvriers KOR, Comité d’autodéfense sociale), Londres, “Aneks, 1983, pp. 47-48, Cf. Stefan Kawalec, op. cit., p. 15-16 ; Peter Raina, Independent Social Movements in Poland, Londres, London School of Economics and Political Science, 1981, pp. 183-185 qui contient la traduction anglaise de la lettre et de la déclaration diffusée par l’organisation un an après sa fondation, alors qu’elle change de nom et devient « Comité d’autodéfense sociale KOR ».

14 Peter Raina, Independent Social Movements..., p. 371 ; Jan Jozef Lipski, Kor, pp. 208-209.

15 Janusz Rozek, Poustanie chłopskiego Komitetu Samoobrony społecznej Ziemi Lubehkiej (La naissance du Comité d’autodéfense sociale des paysans de la région de Lublin), Warszawa-Lublin, Biblioteka Ruchu Chłopskiej Samoobrony Społecznej – Zeszyt I, 1979, pp. 15-16 ; Peter Raina, Independent Social Movements..., p. 115.

16 Peter Raina, Independent Social Movement..., pp. 326-335 ; J. J. Lipski, KOR, pp. 177-182.

17 La liste des cours offerts par l’Université se trouve chez P. Raina, Independent Social Movements..., pp. 349-350. La déclaration annonçant la fondation de la « Société des cours académiques » qui devint connue sous le nom « Université volante » fut rendue publique le 22 janvier 1978. Ibid., pp. 344-345.

18 Jerzy Jedlicki, Forma i tresc umowy spolecznej (La forme et le contenu du contrat social), Warszawa, NOWA Towarzystwo Kursów Naukowych, 1980, p. 10.

19 Le nombre de titres publiés dans les années 1976-1980 est impressionnant. Certains, comme Robotnik (Ouvrier) atteignent des tirages non-négligeables (20 000 exemplaires selon J.J. Lipski, KOR, p. 199), d’autres offrent aux divers milieux la possibilité de s’exprimer sans entraves : ainsi Zapis, le périodique qui publie les écrivains qui voient leurs œuvres refusées par les maisons d’édition étatiques. Pour un aperçu des activités d’édition indépendante voir : Joanna M. Preibisz, Polish Dissident Publications: An Annotated Bibliography, New York, Praeger Publishers, 1982, 382 p.

20 Le livre de Adam Michnik, Kościół, lewica, dialog (L’Eglise, la gauche, le dialogue) annonce et décrit ce processus de rapprochement.

21 Bronisław Baczko, Les imaginaires sociaux. Mémoires et espoirs collectifs, Paris, Payot, 1984, pp. 213-215.

22 Marcin Krol, “Inna rewolucja (Une autre révolution) in : Res Publica, n° 7, 1980, p. 3.

23 Jerzy Holzer, „Solidaritat“. Die Geschichte einer freien Gewerkschaft in Polen, München, Verlag C.H. Beck, 1984, p. 163.

24 « Pologne : le dossier de Solidarité », L’Alternative, Supplément n° 14 contient la liste complète des revendications des grévistes de Gdansk ainsi que les procès verbaux des négociations qui se sont déroulées au chantier naval « Lénine ».

25 Les objections du tribunal de Varsovie furent communiquées à Lech Walesa dans une lettre datée du 1er octobre 1980. Voir : Jerzy Holzer, op. cit., p. 144.

26 Les accords de Szczecin furent signés le 30 août, un jour avant la signature des accords de Gdansk. Comparés à ces derniers, les accords de Szczecin étaient moins clairs au regard des problèmes politiques les plus importants. Ainsi les points concernant la fondation des syndicats libres et les garanties pour les ouvriers qui avaient participé à la grève étaient formulés de manière à permettre plusieurs interprétations. Voir : J. Holzer, op. cit., pp. 125-126.

27 La signature des accords de Jastrzebie intervint le 3 septembre. Il y était principalement question de questions économiques et sociales qui concernaient directement les mineurs. Voir : J. Holzer, op. cit., p. 131.

28 Sur le problème de l’annexe et de l’enregistrement de « Solidarité » voir les articles suivants : Ewa Berberyusz, « Załảcznik » (Annexe) in : Kultura, 23.11.1980 ;

29 Lech Walesa, op. cit., p. 313.

30 Selon les statistiques officielles, les années 1980-1981 contribuent à exacerber la crise économique qui dure depuis 1978. La crise conduit en effet à l’effondrement avec une chute du PNB de 25 %.

31 Jadwiga Staniszkis, Pologne..., p. 135.

32 Il s’agissait de textes et dessins diffamatoires, disait la propagande officielle, au sujet de l’Union soviétique.

33 Sur les tensions provoquées par les conflits sociaux locaux voir : Lech Walesa, op. cit., p. 284.

34 Voir : Tygodnik “Solidarność, n° 9, 29.05.1981, p. 14 ; Cf. Jerzy Holzer, op. cit., pp. 165-166.

35 Au sujet de la lutte des paysans pour l’enregistrement de leur organisation professionnelle voir : Gabriel Janowski, Pawel Kapuscinski, “Droga do rejestracji in : Tygodnik “Solidarność, n° 7, 15.05.1981, p. 3 (L’enregistrement effectif intervient le 12.05.1981).

36 Mentionnons ici les pressions que les pays frères exercent sur la direction du parti polonais pour l’amener à mettre un terme à la dangereuse expérience de Solidamość. Voir par exemple « Lettre du PCUS au POUP, 5 juin 1981 » publiée par Le Monde, 10 juin 1981.

37 Ainsi le titre d’un numéro spécial de L’Alternative.

38 Jadwiga Staniszkis, dans son ouvrage Pologne – la révolution autolimitée, Paris, Presses Universitaires de France, 1982, pp. 134, voit en l’affranchissement limité de la société le but principal des masses ouvrières au moment de la création du syndicat. La recherche d’alternatives à la structure du pouvoir en place ne vint que plus tard, avec la prise de conscience progressive des ouvriers engagés dans les luttes syndicales : « Pourtant, à la création de « Solidarité », écrit-elle, « la majorité de ses membres ne croyaient pas qu’il y eut une alternative quelconque à la structure du pouvoir en vigueur. Tout ce qu’ils espéraient, c’était de pouvoir se dégager suffisamment de cette structure pour organiser de façon indépendante un maximum de fonctions sociales (information, éducation, secteurs industriels coopératifs, etc.). Dans un sens, ce désir faisait écho à la doctrine d’une société indépendante de l’Etat prônée par le KOR ».

39 Cité par : Jerzy Holzer, op. cit., p. 133.

40 Jusqu’à la dernière rencontre entre Lech Walesa, cardinal Jozef Glemp et le général Jaruzelski, le pouvoir persistera dans sa volonté de construire un « front national » composé de sept participants, une solution qui aurait sensiblement réduit le rôle de Solidarność en la plaçant sur le même pied que les organisations politiques et sociales qui ne survivaient que de la bonne grâce du parti. Voir : Lech Walesa, op. cit., p. 350.

41 Il nous serait impossible ne serait-ce que d’énumérer tous les problèmes sociaux et économiques qui deviennent sujets de débat au sein du syndicat et entre le syndicat et le pouvoir.

42 “O sytuacji w kraju i w Zwiảzku supplément à Tygodnik Solidarność, n° 19, 07.08.1981.

43 Lech Walesa, le président du syndicat, décrira ses activités de la manière suivante : « Je passe cette période (début 1981) à voyager sans cesse pour participer aux négociations entre grévistes et autorités. Les conseillers et experts du syndicat ne me quittent pas un instant. Ils sont partout où les conflits se propagent », op. cit., p. 314.

44 Les différentes discussions réformatrices auxquelles prenaient part et qu’initiaient, en effet, les membres du syndicat, ont trouvé leur écho sous forme d’articles et commentaires dans l’organe du syndicat Tygodnik Solidarność qui nous a servi de guide à travers ce débat aux aspects multiples.

45 Artur Hajnicz, “Siły antysocjalistyczne (Les forces anti-socialistes) in Tygodnik Solidarność, n° 6, 08.05.1981, p. 6.

46 Tadeusz Mazowiecki, “Poczảtek rozmów (Le début des pourparlers) in : Tygodnik Solidarność,  1, 03.04.1981, p. 1.

47 G. Mink, J.Y. Potel, loc. cit.

48 Pour une exposition de ces opinions voir les comptes rendus de la discussion au sein du KKP (Comité national de coordination) qui s’est déroulée à Gdansk à la veille du premier congrès du syndicat : “O sytuacji w kraju i w Zwiazku (L’état du pays et du syndicat), supplément à Tygodnik Solidarność, n° 19, 07.08.1981. Cf. la discussion lors du séminaire organisé en mai 1981 par le « Centre d’Etudes sociales et professionnelles » de la Commission nationale de coordination (Osrodek Prac Społeczno-Zawodowych KKP) : “Niezależny ruch zwiảzkowy w polskim systemie społeczno-politycznym (Le mouvement syndical indépendant dans le système socio-politique de la Pologne), Zeszyty OPSZ (Cahiers de OPSZ), n° 1, Warszawa, Instytut Wydawniczy Zwiảzkow Zawodowych (à usage interne), 1981, pp. 5-35.

49 Ibid, pp. 187-188.

50 Sergiusz Kowalski, “Polski syndrom (Le syndrome polonais) in : Tygodnik Solidarność, n° 15, 10.07.1981, pp. 4-5.

51 C’est une problématique qui est perçue clairement par une grande partie des conseillers du syndicat. Cf. la discussion sur « Le mouvement syndical indépendant dans le système socio-politique polonais », citée plus haut, où les participants (Jacek Kuron, Jerzy Szacki, Wojciech Lamentowicz entre autres) mettent l’accent sur l’importance des « liens sociaux horizontaux » dans la démocratisation du pays. Voir surtout l’intervention du sociologue Jerzy Szacki, pp. 32-33.

52 L’auto-dissolution du KOR annoncée lors du premier Congrès de Solidarność serait un fait indicatif et symbolique dans ce contexte. Dans la déclaration présentée le 23.09.1981, le jour du cinquième anniversaire de sa fondation, le Comité dit ceci : « Nous considérons que tous ceux qui acceptaient jadis les objectifs du Comité pour la défense des ouvriers et, plus tard, du Comité d’autodéfense sociale “KOR, doivent aujourd’hui – selon leurs compétences et capacités – soutenir Solidarité et agir dans ses rangs ou pour sa cause ». Voir : Jan Jόzef Lipski, KOR, Londres, “Aneks”, 1983, p. 422.

53 Pour une description des élections et leurs résultats, voir : Leszek Bedkowski, Janusz Reiter, “Po osiemnastu dniach zakonczyl obrady I Zjazd NSZZ Solidamość” (Après 18 jours le premier congrès de Solidarité clôt ses délibérations) in : Grazyna Pomian (éd.), Polska Solidarnosci, pp. 391-396 ; Cf. T.G. Ash, The Polish Revolution, Solidarity 1980-1982, pp. 216-218.

54 T.G. Ash, op. cit., p. 225. Pour une traduction française du programme adopté au 1er Congrès de Soidamość voir : Le programme de Solidamość. Texte intégral élaboré par le Congrès des délégués à Gdansk, le 7 octobre 1981, Lille, Presses Universitaires de Lille, 1982, 58 p. (L’opuscule contient également la liste des 21 revendications présentées par les ouvriers des Chantiers Lénine lors des grèves d’août 1980).

55 Le projet du programme adopté – non sans modifications, non sans une discussion parfois animée – par le congrès, fut préparé par la « commission du programme » présidée par l’historien et conseiller de Lech Walesa, Bronislaw Geremek. Voir : T.G. Ash, op. cit., p. 222.

56 Ibid., p. 223.

57 C’est ainsi que dans son premier numéro, Glos Wolny, le bulletin quotidien du Congrès, caractérise les déceptions et les espoirs qui persistent au bout d’une année d’existence du syndicat libre. (Głos Wolny, n° 1, p. 1).

58 On y vend une brochure intitulée « Sous l’occupation soviétique – l’entrée de l’armée soviétique en Pologne en 1939 », des poèmes de Milosz, le livre « Le marxisme polonais » et des photos de Katyn. Voir : Tygodnik Solidarność, 30.11.1981.

59 C’est à propos de l’incident de Katowice évoqué plus haut que le chef de la milice de la voïvode dit, lors d’une conférence de presse : « L’utilisation de force ne poserait aucun problème. » Loc. cit.

60 Au sujet de la surprise que fut pour les syndicalistes l’imposition de l’état de guerre voir : Maciej Lopinksi, Marcin Moskwit, Mariusz Wilk, Konspira. Rzecz o podziemniej Solidarności, Paris, Editions Spotkania, 1985 (II édition), pp. 9-16.

61 Voir : J.J. Szczepanski, Kadencja, Paris, Libella, 1988, p. 100.

62 J. Jedlicki in Zeszyty OPSZ, p. 10.

63 Au sujet de cette contradiction inhérente à la stratégie du syndicat voir l’intéressant article de Laura Boella, “Il cupo rimbombo. Società civile e Stato nel programma di Solidarnośćin : L’Ottavo Giorno, Studi e documentazione sui paesi dell’Est, n° 0 (numéro spécial : Polonia ’82, Solidarność), février 1982, pp. 15-16.

64 Il y avait, certes, des voix préoccupées et pessimistes, se dissociant clairement de l’optimisme de la plupart des syndicalistes qui ne voyaient que leur propre force et la faiblesse du pouvoir. Citons une voix anonyme qui, sous le titre « L’essai de polémique », dit des vérités troublantes : « Le processus de démocratisation en Pologne vient à peine de commencer : le combat vient à peine de commencer. (...) Les autorités disposent du pouvoir de créer et faire exécuter les lois, mais aussi de forces de l’ordre et militaires. (...) Nous, de quelles armes disposons-nous ? » Tygodnik Solidarność, n° 5, 1.05.1981, p. 4. Une réévaluation critique de la politique poursuivie par les instances dirigeantes du syndicat vint après le choc du 13 décembre 1981 et allait dans deux sens opposés, contribuant à une polarisation des opinions. Il y avait d’un côté les militants qui soutenaient que Solidarité ne fut pas assez radicale, qu’elle aurait dû accepter la bataille qui lui fut livrée par le gouvernement. D’autre part, une fraction importante arrivait à la conclusion que le syndicat s’est laissé entraîner dans une lutte qu’il ne pouvait pas gagner et que la seule politique réaliste était celle du compromis. De ces deux attitudes face à la politique et la défaite de la Solidarité légale se développèrent les différentes stratégies de la résistance illégale au régime de l’état de guerre. Une tendance radicale – incarnée entre autres par l’organisation “Solidarność walczảca (Solidarité combattante) – prônait la lutte politique jusqu’à la grève générale. Voir à ce propos les opinions de Jacek Kuron exposées dans ses Tezy o wyjściu z sytuacji bez wyjścia (Thèses sur l’issue d’une situation sans issue, 1983) où il propose de préparer la société polonaise à liquider le régime d’occupation par un soulèvement général. La tendance opposée, plus réaliste, nous semble-t-il, dans son appréciation de la volonté populaire de résistance, misait sur la lente auto-organisation de la société, sur l’initiative à la base et l’utilisation de toute possibilité d’action légale. Le milieu de Varsovie de la « Solidarité » illégale avec à sa tête Zbigniew Bujak contribua de manière décisive à l’élaboration de la conception que le même Bujak nomma « la société en résistance » et qui préconisait une longue marche vers la libération. Voir à ce propos : Maciej Lopinski, Marcin Moskit, Mariusz Wilk, Konspira. Rzecz o podziemniej Solidarnośći (La conspiration. A propos de la Solidarité illégale), Paris, Editions Spotkania, 1985 (seconde édition), surtout le chapitre vi, pp. 68-77 dont nous avons tiré les citations ci-dessus.