Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

IV. Les partenaires ennemis

2. Le rôle de l’Église

Texte intégral

  • 1 Documentation catholique, t. LIV, 1957, col. 228. Sermon prononcé le 9 décembre 1956.

1Après sa libération en 1956 le cardinal Wyszyński reprend les rênes de l’Eglise par un appel à la paix et à la réconciliation : « l’Eglise pardonne tous les torts… »1.

2Dès lors, l’Eglise retrouve une certaine liberté d’action, ainsi l’enseignement religieux est rétabli dans les écoles, le gouvernement reconnaît les administrateurs apostoliques nommés par Rome dans les territoires recouvrés et peu après plusieurs journaux interdits obtiennent l’autorisation de reparaître. La constitution de cinq clubs d’intellectuels catholiques est-elle ainsi autorisée et cinq députés catholiques, reconnus comme tels par la hiérarchie, sont élus à la Diète. L’épiscopat doit accepter en échange une procédure de nominations épiscopales qui outrepasse ses pouvoirs et que le Vatican se refusera d’entériner jusqu’en 1989, mais qu’il admettra officieusement. Cependant, ce printemps dans les relations avec le pouvoir fut de courte durée et quoiqu’il n’était plus question qu’il mène une guerre ouverte, elle fut néanmoins larvée et s’ingénia à coups de chicanes et restrictions à ronger ce qu’il avait dû concéder. L’établissement d’une société laïque était toujours à l’ordre du jour. Se succédèrent la suppression de l’enseignement religieux, la censure de certains articles, l’appel sous les drapeaux de séminaristes, procédure sans fin pour l’obtention d’autorisations à bâtir de nouveaux lieux de cultes. Les autorités ne perdirent pas une occasion pour diviser le clergé et tentent même d’opposer le cardinal Wysziński, présenté comme un conservateur, au jeune archevêque de Cracovie, Karol Woytyla.

  • 2 Polityka wyznaniowa, Tło, warunki, realizacja, (La politique confessionnelle. Base, conditions, réa (...)

3Déjà à partir de 1958, dans une lettre adressée aux membres du parti, le Comité central du POUP constate que l’activité de l’épiscopat est dirigée contre le pouvoir populaire2.

  • 3 K. Dola, Kościół Katolicki w Polsce w latach 1944-1976. Kronika wydarzen, (L’Eglise catholique en P (...)
  • 4 Orędzie Episkopatu Polski do rodziców katolickich, (Message de l’épiscopat polonais aux parents cat (...)
  • 5 Lettre de l’épiscopat polonais au gouvernement, in La Documentation Catholique, t. LX, col. 624.

4Le ton est donné. Le 4 août 1958, paraît une circulaire du ministère de l’éducation nationale sur le respect du principe de la laïcité des écoles, selon laquelle les croix dans les salles de classe, les prières et la participation des enseignants dans l’organisation des offices religieux sont incompatibles avec le caractère laïc des écoles, les religieux et les religieuses sont écartés de l’enseignement3. Suivront en une litanie sans fin, décrets et interdictions tels celui sur les actes d’état civil ou la mise sous contrôle de l’éducation nationale des grands séminaires. L’épiscopat réagira et le cardinal Wyszyński adressera un message aux parents d’élèves4 et, en 1961, la situation s’aggrave encore – sur 28 000 écoles, l’enseignement de la religion n’est dispensé que dans 6 500 d’entre elles, pour se tarir bientôt. Quant à la presse officielle, elle dispense largement une propagande anti-religieuse où « obscurantisme », « ignorance », « réaction » sont à l’ordre du jour lorsqu’elle parle de l’Eglise. En juillet 1961, la Diète en séance plénière vote une nouvelle loi sur l’éducation : l’enseignement de la religion est ainsi banni du système scolaire. Les députés du groupe Znak ne peuvent que s’abstenir. La kyrielle des décrets se poursuivra, sans fin : imposition exorbitante sur les revenus et biens immobiliers de l’Eglise (65 %), interdiction des processions et des pélerinages, des associations à caractère religieux, liquidation des petits séminaires réouverts en 1956, fermeture des écoles dirigées par des congrégations religieuses, suppression de couvents de religieuses, licenciement systématique des sœurs hospitalières. C’est la société civile qui est touchée tout autant que l’Eglise elle-même : 72 hôpitaux se voient tout à coup dépourvus de personnel, 37 internats sont fermés ainsi que 322 écoles maternelles. L’épiscopat répond à ces mesures par une lettre au gouvernement où il est dit : « on doit se rendre à l’évidence que l’Etat tend à la suppression totale de toute vie religieuse »5. Le rapport du colonel Morawski qui apparaît – par indiscrétion – à la connaissance publique, montre clairement que le clergé est soumis à une surveillance policière.

  • 6 Lettre des évêques polonais aux évêques allemands, in D.C., t. LXIII, col. 431, 1966.

5La situation se dégrade de plus en plus et, courant 1965, au moment où le Saint-Siège inaugure sa politique à l’Est, les relations entre l’Eglise et l’Etat en Pologne sont à nouveau très tendues. Une violente campagne anti-religieuse va éclater au niveau national à l’occasion de la célébration du Millénaire de la Pologne et du christianisme polonais. Le prétexte en est une lettre collective adressée par les évêques polonais aux évêques allemands à la fin du Concile Vatican II, dans laquelle ceux-ci manifestaient qu’ils sont frères Jésus-Christ, et qui s’achevait par un appel à l’oubli et au dialogue après avoir longuement énuméré les crimes des Allemands à l’égard de la Pologne : « Nous accordons notre pardon et nous sollicitons le vôtre »6. L’appel, interprété, a soulevé une polémique et des questions dans la presse allemande. On en alla jusqu’à se demander si la frontière sur l’Oder et la Neisse n’était pas remise en cause. Bref, la réaction de Gomulka fut violente, le régime ressentit durement cette première tentative de l’Eglise pour s’affirmer face à l’Etat. La presse, la radio, le parti se mobilisèrent pour dénoncer l’intrusion de l’Eglise dans la politique, et ce qui plus est – dans la politique étrangère, appelant à la trahison des intérêts vitaux du pays. Néanmoins, la tension devait retomber très bientôt au vu de l’énorme audience de l’Eglise lors des commémorations à Czestochowa et le régime, miné par des divisions internes, cessa ses attaques. Dans l’immédiat ce furent le Pape et le Cardinal qui firent les frais du conflit : Paul VI, invité à présider la célébration du millénaire par le cardinal Wyszyhski se vit proposer un « non » catégorique et sans appel des autorités polonaises. Et le Cardinal n’obtint pas de passeport pour se rendre à Rome… pour s’être permis de prendre trop de libertés dans un domaine qui était la chasse gardée du régime. Tout au long de l’année 1966, les attaques se succédèrent contre l’Eglise et le cardinal Wyszyóski. La presse dénoncera son action, insistant sur son conservatisme et son étroitesse d’esprit au moment par exemple, où les épiscopats hongrois puis yougoslaves acceptent de signer des accords avec leurs gouvernements et de cautionner ceux que le Vatican a négociés.

6Depuis la mort du cardinal Sapieha, la Pologne n’en a plus qu’un : l’archevêque de Varsovie. La Curie estime qu’en en nommant un second, non seulement elle ne porte nullement atteinte à l’autorité du cardinal Wyszyński face au pouvoir, mais qu’elle renforce ainsi la hiérarchie catholique. Paul VI décide donc de donner le chapeau au jeune archevêque de Cracovie, Mgr Karol Wojtyla.

7L’année va se clore par l’instauration d’une coexistence beaucoup plus calme entre l’Etat communiste polonais et l’Eglise catholique alors que la Pologne va être le théâtre d’événements autrement graves. Graves à plusieurs égards : d’une importance primordiale pour l’Eglise qui jusque-là s’était toujours battue pour ses droits – « Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu », en un combat juridique contre l’Etat dont elle ne contestait pas la légitimité mais le caractère athée. Là, elle entrait dans le domaine du politique : droit à la dignité, à la liberté d’expression et une prise de position nette et claire contre l’antisémitisme. Grave pour elle-même car cimentant deux tendances en son sein : celle du cardinal primat et celle du jeune cardinal Wojtyla – protecteur des intellectuels et partisan sans réserve de l’aggiornamento. Enfin, primordiale, car elle posait son rôle de relais entre la société civile et le pouvoir communiste, une société civile qu’elle avait toujours recueillie sous son égide aux jours sombres de son histoire et dont elle devenait la médiatrice.

8Le Théâtre National de Varsovie présente, dans une mise en scène de Dejmek, le drame d’A. Mickiewicz Les Ayeux, composé après l’insurrection de 1831, réprimée violemment par le tsar. La pièce a un caractère patriotique et fait partie du répertoire. Le metteur en scène a voulu célébrer le cinquantième anniversaire de la révolution d’octobre, mais, le public en fait une lecture contemporaine, liée à la situation actuelle de la Pologne. Les autorités décident de suspendre la pièce et cette interdiction fait office de détonateur dans une situation déjà très lourde.

9Le film des événements fait boule de neige : une protestation destinée à la Diète et qui a recueilli plus de trois mille signatures entraîne l’interpellation par les forces de l’ordre de trois étudiants, deux autres sont expulsés de l’Université. En réponse, toutes les hautes écoles de Varsovie s’embrasent et le 8 mars 1968 un meeting de deux mille personnes se tient dans l’enceinte de l’université où les manifestants adoptent une résolution qui réclame la libération des camarades détenus, la réimmatriculation des relégués et… la remise à l’affiche de la pièce.

10En coulisses se prépare un règlement de comptes à un tout autre niveau et qui mûrit depuis fort longtemps déjà. La pièce de Mickiewicz et le drame des étudiants n’en furent que le prétexte.

  • 7 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, t. II, p. 195.

11Tandis que le mouvement prend de l’ampleur et que des comités d’étudiants se forment dans tous les centres universitaires, au quinze mars plus de mille personnes sont arrêtées. Les purges commencent : à l’université où étudiants et professeurs – les uns exmatriculés, les autres mis à pied, exclus du parti, abandonnent des chaires et des facultés qui sont momentanément fermées, mais surtout dans l’appareil, sapé par les difficultés économiques d’une part et une situation héritée des réformes avortées de 1956 d’autre part, mettant en conflit Gomulka et les « partisans » du général Moczar avec les jeunes universitaires du parti, entraînant une lutte pour le pouvoir7. Mais, débordé – Gomulka donne dans l’odieux en autorisant aux siens de jouer la carte antisémite. Une campagne anti-sioniste est déclenchée décapitant des pans entiers de l’économie et du monde de la culture, jetant l’opprobre sur tous – acteurs et figurants. Il faudra près de vingt ans à la société civile pour prendre conscience de ce problème qui est le sien, et non celui de « l’autre », cela coïncidera avec la prise en charge d’elle-même. Le cardinal Wyszyński réagit immédiatement, dans un sermon prononcé le 11 avril 1968, il dénonce le racisme et l’antisémitisme :

  • 8 A. Martin, La Pologne défend son âme, Paris Fribourg, Ed. Saint-Paul, 1977, pp. 153-154.

Nous sommes témoins de faits si douloureux que notre cœur défaille… On dirait qu’une certaine catégorie de personnes n’a plus droit ni à la justice ni à la charité fraternelle. Nous avons été témoins d’événements qui dépassent tout ce qu’on pourrait imaginer. Que nous reste-t-il à faire sinon nous écrier, en toute vérité : « notre très grande faute » ? Moi, votre évêque, je vous supplie de défendre vos cœurs, votre pensée et vos sentiments contre ce monstrueux déferlement de haine et de mensonges. Si je pouvais le faire, comme je le désire ardemment, je tomberais à genoux devant tous les outragés dans notre patrie. Je leur dirais à tous et à chacun : « Frère, pardonne-leur, car ils ne savent ce qu’ils font » !
Je te demande pardon, parce que c’est peut-être ma faute, la faute de l’évêque de Varsovie de ne pas avoir assez proclamé la loi de l’amour sans égard aux différences de langues ou de races… Voici que pèse sur nous l’ombre atroce du racisme renaissant… Je vous en supplie : quittez ce chemin ! Mais que puis-je faire ? Oui, je voudrais me prosterner devant tous, les outragés et ceux qui les outragent, en proclamant le commandement du Seigneur, la loi de l’amour fraternel…8

  • 9 A. Michnik, L’Eglise et la gauche. Le dialogue polonais, Paris, Ed. du Seuil, 1977, pp. 82-83.

12L’Eglise aurait pu considérer les événements de mars « comme un épisode interne entre les communistes »9, elle a su toutefois déceler dans la révolte des étudiants et des intellectuels leurs aspirations à la liberté, à la démocratie et à la justice ; ces derniers vont devenir la charnière entre la hiérarchie et la société civile. Citons encore Adam Michnik :

Il faut dire que les évêques n’avaient pas tellement de raisons de sympathiser avec les intellectuels, qui, non seulement, avaient lutté contre l’Eglise et la religion chrétienne avant octobre, qui avaient passé une bonne partie de leur vie dans les rangs du Parti ouvrier polonais unifié, et qui de plus, juste avant les événements de mars, ne cachaient pas leur hostilité envers l’Eglise ; non seulement ils ne protestaient pas contre les répressions qui frappaient l’Eglise, mais ils écrivaient dans les périodiques qui prônaient systématiquement l’athéisme. Les évêques n’avaient pas plus raisons de sympathiser avec le groupe de jeunes étudiants que la presse montait en épingle, réunis autour de Kuroń et de Modzelewski, car le texte du programme de ce groupe, ce qu’on a appelé « la terre ouverte au POUP » portait toutes les caractéristiques de l’obscurantisme antireligieux de la gauche…

13L’ère Gomulka est à son déclin et si, entre l’Eglise et l’Etat, on est encore loin d’une entente cordiale, ce n’est plus la tension continue des années précédentes.

14En 1969, les évêques enverront au pape Paul VI un « Mémorandum au pape » où il est demandé qu’il réorganise définitivement les diocèses de l’Oder-Neisse et reconnaisse les frontières du pays.

15Puis arrive décembre 1970. Les grèves éclatent et la côte balte flambe. Tout le pays est paralysé pendant qu’au Plénum du CC du POUP Gomulka, désavoué par Brejnev, tombe. Le roi est mort, vive le roi ! En avril 1971, le gouvernement accepte d’ouvrir officiellement des négociations d’ensemble avec le Saint-Siège et un an après, un pas important est fait sur la voie de la négociation : le 29 juin 1972 le Vatican reconnaît les frontières occidentales de la Pologne et crée neuf diocèses de plein exercice dans les territoires recouvrés.

16Les phases de détente vont se succéder aux tensions avec toujours les mêmes sujets de discorde – l’enseignement religieux, la liberté d’expression, la construction de nouvelles églises, le droit d’association. Au mois de novembre 1974 le processus de normalisation des relations parvient au stade des plénipotentiaires qui maintiendront un contact permanent entre le Saint-Siège et Varsovie.

17La situation suit son cours alors qu’au mois de juin 1976 une nouvelle crise éclate avec la flamblée de grèves à Radom, Ursus, Plock… et une répression policière et des licenciements sans précédent depuis la marée de sang qui a emporté l’équipe Gomulka en 1971.

18Les évêques se rangent délibérément du côté des ouvriers et, pour la première fois se dressent en porte-parole de la société civile et en défenseurs des droits fondamentaux.

19Il faut ajouter que plusieurs mois auparavant la situation s’était envenimée à propos de la nouvelle constitution et de son fameux article 3 inféodant l’Etat au parti, et que les négociations avec le Vatican s’en trouvèrent suspendues.

20Le 16 octobre 1978, Karol Wojtyla devient successeur sur le trône de Saint-Pierre.

21L’année 1979 s’inscrit comme l’un des plus grands chocs spirituels dans la Pologne de l’après-guerre : la visite d’un pape polonais sur sa terre natale. Mis à part le contexte politique lié aux relations entre l’Etat polonais laïc et le Saint-Siège, elle fut liée à un contexte social comme pourrait en témoigner, à titre d’exemple, le véritable exode de population, suivant « son » pape lors du pélerinage pontifical.

22Les grèves de la côte balte qui devaient s’étendre au pays tout entier et donner naissance à Solidarność marquent un nouveau tournant dans les rapports entre l’Eglise catholique et la société civile. Dans un premier temps le syndicat fut entouré aussi bien par la hiérarchie que par les intellectuels, catholiques ou pas. Vers la fin de la période légale de Solidarność toutefois, un phénomène nouveau apparaît, celui de l’émancipation de sous l’égide de l’Eglise, sans que pour autant les données fondamentales ne fussent changées : tant au niveau de la spiritualité que de l’influence du clergé.

23La mort du cardinal primat Stefan Wyszyński, le 28 mai 1981, fut un deuil national ressenti par l’âme de toute la nation, tant la tête de l’Eglise polonaise s’était identifiée avec tout ce qu’on pourrait penser comme résistance civile au pouvoir communiste. Lorsqu’au début juillet de la même année le cardinal Glemp fut nommé primat de Pologne, l’ombre de Wyszyński couvrait l’homme sinon la dignité.

24Les années quatre-vingt se caractérisent par une métamorphose. Nous sommes témoins d’une sortie de la société polonaise du système d’identification bipolaire Eglise-Parti. Avant l’instauration de l’état de siège, l’existence d’un mouvement social institutionnalisé a eu pour effet non seulement une distanciation plus grande de l’Eglise, mais fort probablement aussi une laïcisation des fidèles renforcée encore par la présence de très nombreux prêtres aux côtés de leurs paroissiens. Au rythme de la structuration de la société civile, l’Eglise et surtout son clergé de base, est allée vers la société.

25Le 13 décembre 1981 retournera cette tendance, car c’est dans l’espace ecclésiastique que les Polonais vont, naturellement, trouver refuge, communiquer librement et faire circuler l’information sans entraves. L’Eglise a accueilli les syndicalistes traumatisés en leur prodiguant réconfort moral et encouragement à la poursuite de leurs activités. C’est encore elle qui s’est chargée d’organiser et de distribuer l’aide aux familles des internés d’abord et une aide plus générale ensuite créant entre autres le Comité d’aide aux Internés auprès du Primat, un Comité Social, un Comité Juridique pour ne citer que ceux-là, à titre d’exemple. Elle a été de nouveau placée dans la position du seul représentant institutionnel toléré de la population face au pouvoir. Dans la situation de l’heure, le primat de Pologne et l’épiscopat ont dû adapter une ligne de conduite nouvelle, perçue souvent comme ambiguë aussi bien par l’homme de la rue, que par les élites. Il n’était plus possible d’opposer une résistance à outrance comme l’avait fait le Cardinal Wyszyński dans les années cinquante face à une soviétisation totale de la vie sociale et spirituelle et les conditions n’étaient pas non plus celles de l’usure et de la guerre « froide » des années soixante, moins encore celles de la répression « douce » de l’ère Gierek. Il a fallu éviter à la Pologne l’irrémédiable d’une part, empêcher la spirale de la haine et surtout préserver, autant que faire se peut les acquis. Dans cette conjoncture, le comportement et les actes du primat ne pouvaient que soulever de nombreuses réserves et pour l’Eglise elle-même le risque était d’importance, car accepter de négocier avec le pouvoir pour que le deuxième pèlerinage du pape puisse avoir lieu, accorder une priorité absolue au maintien de la paix civile entraînait le risque d’être interprété comme une acceptation – même implicite – du processus de la normalisation et de détacher de nombreux Polonais de l’Eglise, de diviser le clergé. L’homélie du primat du 13 décembre est révélatrice et elle est aussi la déclaration d’une ligne de conduite claire : « Peu importe que l’on puisse accuser l’Eglise d’être lâche, de temporiser, d’atténuer des attitudes sociales… il n’est pas de valeur plus grande que la vie humaine ». A partir de là ce prince d’Eglise investi du rôle de prince politique s’efforcera de trouver la cohérence la plus grande dans une incohérence jugée nécessaire. Appel au calme, demander aux acteurs de reprendre leur travail à la télévision, déclarations pour le moins surprenantes à la veille de la grève de fin 1982, déplacement du curé Nowak de sa paroisse d’Ursus… autant de décisions prises comme des capitulations. De décembre 1981 à juin 1983 tous les efforts de la hiérarchie ne tendent qu’à rendre possible le voyage du Pape et cela malgré la levée des boucliers de 300 prêtres de la voïévodie de Varsovie fin 82 ou la lettre circulant dans la presse clandestine et accusant le primat de trop grande soumission.

26Le pèlerinage pontifical en juin 1983 fut autrement cathartique que le premier et redonna à la population la force que l’usure de la répression et du marasme lui avaient fait perdre.

27Le clivage Eglise-Nation n’eut pas lieu, et dans sa démarche, le primat s’est avéré être un continuateur conséquent du Cardinal Wyszyński.

28Jean-Paul II eut une rencontre privée avec L. Walesa et deux entretiens avec le Général Jaruzelski, sans parler de nombreuses rencontres avec le clergé et les intellectuels. Le voyage et surtout les nombreuses homélies du Pape ont armé moralement les fidèles à long terme. L’épiscopat et le clergé abritant et organisant expositions, soirées littéraires ou conférences, organisant des représentations théâtrales assuraient le quotidien. Les deux bloquaient le processus normalisateur.

29L’année 1984 allait donner la preuve que la politique du primat n’avait rien d’une capitulation et en premier lieu montrer l’importance que le clergé et l’Eglise avait prise dans la résistance à la normalisation. Les prêtres de la nouvelle génération avaient épousé le discours social de Solidarność ainsi le Père Popieluszko à Varsovie, le père Nowak à Ursus, le père Jancarz à Nowa Huta – cœur populaire de Cracovie, ou encore le père Jankowski – confesseur de Lech Walesa – à Gdansk. Et c’est à l’aune des réactions du pouvoir qu’on peut mesurer le poids de l’action de l’Eglise : le général Jaruzelski s’est inquiété de « ceux qui confondent les chaires avec les micros de Radio Europe Libre (la plus écoutée depuis qu’elle émet) et “la guerre des crucifix” » – qui dans la mémoire sociale a dû en éveiller une autre : celle de Gomulka en lutte contre l’Eglise et qui entraîna des mouvements de grève des élèves et des enseignants.

30Dans l’esprit du pouvoir, en cette année 1984, les enjeux du conflit semblent s’être déplacés des entreprises vers les paroisses. Le primat doit céder du terrain et c’est l’affaire du père Nowak déplacé de sa paroisse de Ursus qui éveilla une vague d’indignation, huit personnes feront une grève de la faim pour faire revenir la hiérarchie sur sa décision.

31A la conférence nationale du POUP, des délégués s’en prennent vivement à 1’« intolérance de l’Eglise » et, quelques mois plus tard, la presse soviétique dénonce « l’influence croissante de l’Eglise catholique ».

32L’ambiance en est aux hostilités ouvertes, d’autant plus qu’aux élections municipales il n’y a eu que 60 % de participants malgré l’amnistie votée par la Diète à l’occasion de la fête nationale.

33Au-delà du marasme de la situation revitalisée au niveau humain, il est vrai – par la venue du Pape, une laborieuse négociation se déroule entre le Primat et le pouvoir au sujet du fond d’aide à l’agriculture privée qui réunit plus d’une dizaine de fois les représentants de l’épiscopat avec les autorités. En toile de fond, d’autres problèmes seront négociés, ainsi la libération des onze détenus de Solidariność et de l’ex-KOR, nota bene aussi conseillers du syndicat délégalisé.

34Le 19 octobre 1984, le père Popieluszko l’un des prêtres les plus populaires du pays est enlevé, le 3 novembre 500 000 personnes assistent à ses obsèques, le 7 février 1985, ses assassins, trois membres de la police politique seront condamnés à l’issue d’un procès quasi-public.

35C’était l’une des erreurs les plus graves du pouvoir et qui sonne le glas de ses variantes de normalisation, faisant apparaître au grand jour la faiblesse du principal atout de la normalisation : les forces de répression. Il est hors de question de capter les intellectuels catholiques ou de se servir du crédit de l’Eglise auprès de la société civile, et pour autant qu’il y en eut, tout clivage au sein du clergé disparaîtra.

36De nouveau, l’Eglise, pourvue de puissantes structures ecclésiastiques, omniprésentes sur tout le territoire de la Pologne, dans un pays où le sentiment national et le catholicisme se confondent, verrouillera le processus de normalisation.

37« Posons clairement la question, le crime visait bien cette victime-là et à travers elle, le clergé, Solidarność, toute la société, tout le mouvement social », dira l’hebdomadaire Mazowsze, revue clandestine de l’opposition.

38La succession de Mikhail Gorbatchev au poste de premier secrétaire du PCUS aura une indubitable influence sur la recherche d’un consensus par le pouvoir polonais et les visites consécutives des ministres des affaires étrangères autrichien et allemand (M. Genscher ayant ajourné sa visite en Pologne, justement lors de l’affaire Popieluszko) impriment un ton nouveau.

39En septembre, le primat se rendra aux Etats-Unis, où à part les contacts avec la hiérarchie catholique américaine il demandera la levée des sanctions.

40L’impact informatique de l’Eglise fut notable sur les élections à la Diète, où selon les sources de l’opposition la participation ne fut que de 60 %.

41L’opposition entrée dans la clandestinité le 13 décembre 1981 fait une tentative de retour à la vie publique « au grand jour » et, début janvier 1986, Lech Walesa écrira une lettre ouverte au primat pour l’exhorter à réclamer une amnistie, qui sera négociée lors de la dixième rencontre entre le cardinal Glemp et Jaruzelski fin avril.

42Une amnistie partielle aura en effet lieu en juillet, suivie d’une promesse de libérer tous les prisonniers politiques, donnée début septembre et réalisée le même mois.

  • 10 Entre autres nombreuses analyses, tant polonaises que françaises ou anglo-saxonnes nous recommandon (...)

43Le prince au pouvoir invite lors de sa visite officielle en Italie le Pape à effectuer un troisième pèlerinage en Pologne. Catharsis ou dopage ?, comme se le demande Georges Mink dans un ouvrage récent10.

44Toutefois, l’interview du cardinal Glemp accordée à la Literatournaia Gazeta, tout en étant un fait sans précédent permettrait de déceler du côté soviétique une ouverture qui a permis deux ans plus tard la formation d’un gouvernement polonais par un intellectuel catholique…

45L’Eglise sera mise pourtant à rude épreuve à nouveau lors des vagues de grèves qui commencent à déferler sur le pays, ainsi celles des aciéries de Nowa Huta ou des chantiers navals de Gdansk et qui s’étendront sur les deux années à venir. Les intellectuels catholiques y vont faire leurs armes sous l’égide de l’Eglise en tant que négociateurs ou médiateurs.

46Les efforts de la hiérarchie seront marqués en 1989 par la « relégalisation » (sic) de Solidarność et par l’ouverture, le 6 février, de la « table ronde » à laquelle appelait Walesa depuis sa rencontre avec M. Kiszczak.

Vers un nouveau concordat

  • 11 Gazeta Wyborcza Solidarności (La Gazette électorale de Solidarność), n° 50, 17.07.1989, pp. 1 et 5  (...)

47Le 17 juillet 1989, le Vatican déclare dans un communiqué que « le Saint-Siège et la Pologne ont rétabli des relations diplomatiques au niveau de la nonciature apostolique, pour le Vatican, et au niveau de l’ambassade, pour la Pologne »11. Un processus, long de plus d’une vingtaine d’années vient d’aboutir. Ainsi, l’Eglise catholique polonaise renoue avec une tradition historique interrompue le 12 septembre 1945 par la dénonciation unilatérale du Concordat par le gouvernement communiste.

  • 12 Gazette électorale de Solidarność, op. cit., p. 5.

48Il s’agit du premier pays communiste à nouer de telles relations avec le Vatican et qui pourraient servir de modèle à la Hongrie et à la RDA, selon la Gazette électorale de Solidarność, qui attribue ces intentions au Pape Jean-Paul II12.

  • 13 Tygodnik Solidarność, Hebdomadaire Solidarność, n° 8 (45), I année, p. 2.
  • 14 Fondateur et rédacteur en chef du mensuel Więź (Lien), aujourd’hui directeur de son collège rédacti (...)

49La reprise des relations diplomatiques entre les deux Etats a été rendue possible grâce au vote, le 17 mai 1989, par la Diète polonaise, d’une loi réglant les rapports juridiques entre l’Eglise et l’Etat. Vote suivi de deux autres décrets autorisant la liberté de culte et permettant à l’Eglise de construire et de diriger des écoles religieuses13. Rappelons en passant, que l’Eglise a joué un rôle de premier plan dans l’ouverture des négociations entre le gouvernement et l’opposition, qui ont conduit en ce même mois de mai à un accord historique sur des réformes économiques et politiques et qui devaient déboucher sur des élections et de profondes transformations démocratiques. Bras de fer entre la société civile et le pouvoir communiste, où l’Eglise a joué tantôt le rôle de médiateur, tantôt celui de modérateur, qui sont traditionnellement les siens, et qui fut couronné le 19 août 1989 par la nomination à la fonction de premier ministre – fait sans précédent dans un pays communiste – d’un des membres les plus éminents de l’opposition, Tadeusz Mazowiecki14.

50Quant à l’Eglise elle-même, après la désignation du Nonce apostolique, elle se verra doter d’un nouveau découpage territorial, de nouveaux diocèses et métropoles qui mettront fin à un état surrané quelque peu, héritage remontant encore aux partages de la Pologne et aux changements successifs des frontières résultant des Première et Seconde guerres mondiales.

  • 15 Hebdomadaire Solidarność, op. cit., p. 2.

51Un chapitre des relations Eglise-Etat vient de se clore et que résume cette lettre du Saint-Père, adressée au cardinal-primat J. Glemp, en date du 11 avril 1989 et anticipant les accords : « [...] l’acte dont il est question servira au bien de la Pologne en renforçant la souveraineté de l’Etat, fondée sur l’entière souveraineté des droits de la société... »15.

52Il ne serait pas aventureux d’avancer qu’elle en ouvre un nouveau, aussi bien dans le domaine des relations internationales de la Pologne que dans celui l’Etat et de l’Eglise et où cette dernière aura encore à assumer ce rôle de relais éternel qui est le sien.

Notes

1 Documentation catholique, t. LIV, 1957, col. 228. Sermon prononcé le 9 décembre 1956.

2 Polityka wyznaniowa, Tło, warunki, realizacja, (La politique confessionnelle. Base, conditions, réalisations), ouvrage coll. sous la direction de W. Mysłek et M. T. Staszewski, Interpress, Varsovie, p. 280.

3 K. Dola, Kościół Katolicki w Polsce w latach 1944-1976. Kronika wydarzen, (L’Eglise catholique en Pologue dans les années 1944-1976. Chronique des événements), in Historia Kościóla w Polsce, (Histoire de l’Eglise en Pologne), ouvrage col., t. II, Poznań-Varsovie, 1979, pp. 192-254.

4 Orędzie Episkopatu Polski do rodziców katolickich, (Message de l’épiscopat polonais aux parents catholiques), in Listy Pasterskie Episkopatu Polski, (Lettres pastorales de l’épiscopat polonais 1945 1974, Paris, Ed. du Dialogue, p. 179.

5 Lettre de l’épiscopat polonais au gouvernement, in La Documentation Catholique, t. LX, col. 624.

6 Lettre des évêques polonais aux évêques allemands, in D.C., t. LXIII, col. 431, 1966.

7 François Fejtö, Histoire des démocraties populaires, t. II, p. 195.

8 A. Martin, La Pologne défend son âme, Paris Fribourg, Ed. Saint-Paul, 1977, pp. 153-154.

9 A. Michnik, L’Eglise et la gauche. Le dialogue polonais, Paris, Ed. du Seuil, 1977, pp. 82-83.

10 Entre autres nombreuses analyses, tant polonaises que françaises ou anglo-saxonnes nous recommandons en particulier celles de Georges Mink, La force ou la raison. Histoire sociale et politique de la Pologne 1980-1989, Paris, ed. La Découverte, 1989.

11 Gazeta Wyborcza Solidarności (La Gazette électorale de Solidarność), n° 50, 17.07.1989, pp. 1 et 5 ; Agence Reuter du 17.07.1989.

12 Gazette électorale de Solidarność, op. cit., p. 5.

13 Tygodnik Solidarność, Hebdomadaire Solidarność, n° 8 (45), I année, p. 2.

14 Fondateur et rédacteur en chef du mensuel Więź (Lien), aujourd’hui directeur de son collège rédactionnel ; député à la Diète du groupe Znak (le Signe) de 1965 à 1972 ; expert et conseiller de Solidarność et rédacteur en chef de l’Hebdomadaire Solidarité.

15 Hebdomadaire Solidarność, op. cit., p. 2.