Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La démocratie se lève à l’Est

 | 
Miklós Molnár

IV. Les partenaires ennemis

1. Classes sociales et société civile

Texte intégral

1Les études sociologiques polonaises et hongroises, mais même les simples données statistiques permettent aisément de se faire une idée des profondes transformations de la stratification des populations. Des classes anciennes, telles la noblesse terrienne et la bourgeoisie, ont disparu, d’autres, comme celle des employés de l’Etat ont passé dans d’autres mains. Dans la IIe partie de cette étude le lecteur pouvait repérer les principaux indices des changements opérés pendant la période du stalinisme. D’autres changements se sont produits au fur et à mesure de l’industrialisation et du développement du secteur tertiaire. La répartition de la population active selon les catégories professionnelles rend par ailleurs aléatoire la notion classique de classe sociale. Une partie des paysans par exemple est salariée d’entreprises agricoles étatiques tandis que d’autres, la grande majorité en Hongrie, est membre de coopératives exploitant les terres et les autres ressources naturelles. En Pologne subsiste toutefois une paysannerie individuelle forte. Les intellectuels sont également loin de constituer une entité sociologique, si ce n’est, et encore approximativement, au niveau de l’instruction reçue. Le paysage social présente encore d’autres caractéristiques en raison, d’une part des situations liées aux privilèges politiques et, d’autre part, à l’émergence d’un secteur économique privé.

2En ce qui concerne l’organisation de la société, elle est restée jusqu’aux temps les plus récents une organisation « verticale », sous le contrôle de l’Etat-Parti, laissant très peu de marge aux initiatives locales, professionnelles ou, il va sans dire, individuelles. L’autonomie territoriale (voïvodies en Pologne, comitats en Hongrie) et communales était de pure forme, les organes élus sans pouvoir de décision. L’Etat-Parti omniprésent régissait également les entreprises jusque dans les coopératives théoriquement indépendantes. L’organisation verticale prévalait aussi dans les structures professionnelles : syndicats, associations… jusque dans les associations de culture et de loisirs.

3Dans des sociétés aussi quadrillées toute évasion de la contrainte totalitaire semblait longtemps impossible. Seule la cellule familiale et la vie spirituelle intime avaient pu y échapper, plus en Pologne qu’en Hongrie, et encore au risque de brimades et de sanctions. La société semblait être littéralement coupée en deux, entre la classe politique détentrice de tous les pouvoirs et la société civile réduite à sa plus simple expression.

  • 1 De Koestler à Czeszlaw Milosz, de la Sociologie du communisme de Jean Monnerot au Pouvoir confisqué (...)

4Toutefois cette image, présentée dans une multitude d’ouvrages souvent de qualité1 a subi des fissures, ainsi qu’après, des transformations plus difficiles à fixer car plus fluides que la précédente.

5Sans entrer dans la même catégorie, les manifestations autonomes de la société, la diversification des centres et des groupes d’intérêt avaient déjà dilué l’uniformité et le monolithisme du système. Ne serait-ce qu’à cause de la rivalité des grands corps de l’Etat constitués, tels que les appareils bureaucratiques, la police, l’armée, les diverses mafias économiques et territoriales. Processus encore mal connu, mais qui, la plupart du temps derrière la façade lisse du Kremlin-siège-et-symbole de tout pouvoir, avait déjà joué le rôle d’agent dissolvant. En Hongrie, peut-être davantage qu’en Pologne, des oppositions figées, depuis la fin des années 1970, la sociologie, mais aussi de simples reportages, font état d’une différenciation d’autre nature, de caractère essentiellement économique, mais débordant largement sur le territoire des intérêts politiques, sociaux, de rang, de prestige. Laissons ici de côté les aspects sordides des nombreux abus de pouvoir et de trafic d’influence si souvent étalés dans les journaux aussi bien en Hongrie qu’en Pologne et, depuis l’avènement de Gorbatchev, en Union soviétique également. A savoir les villas construites par la main-d’œuvre payée par l’Etat ou par des soldats, avec des matériaux… dérobés, les pavillons de chasse ainsi que les repas somptueux toujours aux frais du contribuable et les trophées abattus par des rafales de mitrailleuse. Plus important que les cas concrets, tout un système de trafic d’influence avait en fait favorisé les abus individuels. D’un côté, le pouvoir discrétionnel des potentats aux échelons les plus variés, faisant d’un président de conseil local ou d’un directeur d’entreprise un maître tout puissant sur son tas de fumier. D’autre part, grâce à l’interdépendance grandissante des « décideurs », l’allocation des ressources se faisait par une procédure semi-officielle de marchandages. Cela également à tous les échelons, du ministère au conseil local, de la macro à la micro-économie, portant sur tous les domaines, de la fixation de l’enveloppe globale des salaires aux permis d’exportation directe en passant par l’allocation de devises et de matières premières.

6Chacune des parties défendant ses intérêts propres, le système national de marchandage n’a pas manqué de créer des féodalités, des clientèles et des groupes de pression multiples. Salaires, primes, promotions et mille autres avantages matériels dépendant du succès du chef, petit ou grand, gérant d’entreprise ou administrateur de service, les liens de dépendance, d’interdépendance, de vassalité, d’allégeance ou, au contraire, d’hostilité ou de rivalité se multiplièrent également à l’infini. Comme, certes, dans toute société, mais, en l’occurrence, sans l’effet modérateur du contrôle social et de la transparence ou, si l’on veut, de la glasnost.

7S’imaginer, en pareilles circonstances, la préservation de la séparation étanche entre la classe politique et la société civile relève de l’illusion, religieusement entretenue, du « peuple » non contaminé par la déchéance morale des gens de la « haute ». En fait, à la faveur du système de marchandage et de « donnant donnant » s’est développée une « zone grise », où la recherche du profit réciproque rapproche les gens ayant, par ailleurs, des situations différentes par rapport au pouvoir et à la classe politique. Quitte à reprendre plus loin l’aspect proprement économique de la question, remarquons ici la difficulté qui en découle pour donner une définition de la société civile et ses relations avec la société politique. Dans le creuset de la « zone grise » (imaginaire) il n’est pas possible de tracer la limite où l’une finit et l’autre commence. L’on sait, en revanche, que de vastes couches de la population, estimées autour des 20 % en Hongrie et à davantage en Pologne, vivent en dessous du seuil de pauvreté (les statistiques hongroises font, depuis peu, la différence entre la pauvreté tout court, mesurée selon les critères d’un minimum vital, et la pauvreté dite sociale, déterminée selon les besoins minimaux d’une vie tant soit peu décente). En outre, il existe un prolétariat nombreux (mais impossible à chiffrer) ainsi que des couches d’employés réduits à vivre de leur seul salaire, sans possibilité de profiter des combines, le plus souvent légalisées, du « système D ». Outre les retraités, les Tziganes et autres laissés pour compte, c’est ainsi la classe ouvrière au pouvoir qui se trouve la plus éloignée des auges…

  • 2 Nous voulons remercier M. Elemér Hankiss de son esprit de coopération et d’ouverture. Il a mis à no (...)

8Le pionnier hongrois des études sur la société civile, et qu’il préfère définir comme « seconde société », le sociologue Elemér Hankiss a élaboré les variables d’une définition plus fine que la nôtre pour prendre en considération la diversité des critères d’appartenance à l’une ou à l’autre des deux sociétés, la « première » et la « seconde ». Parmi ces variables, citons celles « d’homogénéité versus différenciation et intégration », de « verticalité versus horizontalité », de « descendance versus ascendance », de « dominance économique versus dominance politique », de « visibilité versus non-visibilité » tout en incluant parmi les variables d’autres oppositions telles que la position respective des uns et des autres vis-à-vis de l’idéologie et de l’acceptation ou, au contraire, du refus de la légitimité du régime2. Malgré l’approche différente du sociologue hongrois, nous croyons pouvoir discerner quelque convergence avec la nôtre à propos précisément de l’autre versant de ses définitions, à savoir les variables de l’enchevêtrement des positions individuelles. Au fait, d’après nos observations, l’individu, malgré les oppositions ci-dessus relevées, peut bien participer à la fois à la « première » et à la « seconde » société, avoir un fil d’intérêt le liant à l’une et à l’autre sans inclure dans cette dualité la part du mimétisme que le régime impose à chacun pour survivre.

  • 3 Fleuve souterrain, oiseaux de nuit, Paris, Laffont, 1986.

9Ces réserves faites, montrant que la définition de la confrontation de la société civile avec la société politique comme le heurt de deux blocs étanches nous semble fausser la réalité et être calquée sur l’antique concept de la lutte des classes, cette opposition existe. Elle est transcendante, dépasse l’ordre imposé voire même le fait reculer jusqu’à ses derniers retranchements, comme nous le verrons dans la relation des derniers développements. Longtemps « fleuve souterrain, oiseau de nuit » comme le personnage insaisissable du roman de Tadeusz Konwicki3, la société civile s’étale aujourd’hui au grand jour et s’apprête à devenir le tout. Mais, pour saisir son vol, nous croyons devoir relater également ses péripéties, ses ambiguïtés ainsi que quelques étapes difficiles de son ascension. Si ce n’est pas en Pologne, en Hongrie – et à plus forte raison en Union soviétique – de nombreux champions du renouveau avaient, il y a peu encore, docilement suivi la « ligne ». D’autres, qui proclament aujourd’hui devant les caméras de Télévision leurs opinions radicalement critiques, l’an passé avaient été battus par des policiers. L’action qui se déroule de nos jours dans une multitude d’organisations civiles, s’était déployée au sein d’organisations officielles, telles que, pour ne citer que les plus célèbres, les associations d’intellectuels.

10C’est donc sur un terrain accidenté, tantôt dans des cadres légaux tantôt comme « rivière souterraine », et toujours en lignes de forces entrecroisées que s’est développée une société civile laissant derrière elle l’encadrement social vertical comme une coquille vide.

11Examinons d’abord le rôle qu’avaient joué dans cette lente mutation les classes sociales : aristocratie, noblesse, bourgeoisie ? Tout le monde sait, mais il n’est pas inutile de le rappeler : liquidées en tant que classes, disloquées jusque dans les familles, elles ont disparu. Le communisme en avait fait table rase pour, en plus des raisons politiques et économiques, rendre plus difficile ou à jamais impossible la reconstruction de la société civile. Il en incombait ainsi à d’autres classes et groupes sociaux de rompre les cloisonnements de l’encadrement imposé par le pouvoir. A savoir aux ouvriers, aux paysans, aux intellectuels, eux-mêmes emmurés dans des compartiments en apparence parfaitement contrôlables. L’objectif principal, plus important que l’aspect économique, de la collectivisation de l’agriculture avait été précisément le regroupement des paysans, traditionnellement « individualistes », dans des unités soumises à au moins quatre autorités de direction et de surveillance : à l’Etat central (Office du Plan et ministère de l’Agriculture), au Parti (directives de l’appareil central et contrôle direct par l’organisation locale), aux conseils administratifs à tous les échelons et enfin au contrôle immédiat des dirigeants kolkhoziens, exécutants des ordres supérieurs. En Pologne, où une large partie de la paysannerie put garder ses exploitations individuelles, les moyens de pression économiques ont supplanté les méthodes d’intervention et de contrôle directs, sans pour autant supprimer entièrement ces dernières, permettant au village de préserver une partie de sa vie sociale d’antan.

  • 4 Voir aussi IIe partie, chapitre 4.
  • 5 Vu les appellations multiples de ces sociétés, clubs et autres centres nous avons emprunté l’expres (...)

12L’encadrement des ouvriers était d’emblée et toujours tâche plus facile pour le parti que la régulation de la paysannerie. Promu théoriquement au rang de classe au pouvoir, le prolétariat le plus « véritable », celui de l’industrie s’est vu d’emblée privé de tout moyen d’autodéfense grâce à l’étatisation pure et simple des syndicats. Ces derniers, résultat d’un combat centenaire, fierté de trois générations, bravant à la fois le patronat et l’Etat étaient parmi les toutes premières organisations à être confisquées, étatisées, spoliées et privées de l’arme principale de leur combat à savoir du droit de grève. Simultanément, l’Etat-Parti avait mis la main sur les multiples clubs et associations sportifs et culturels, autre fierté du mouvement ouvrier, tant en Pologne qu’en Hongrie, comme partout en Europe. Au chapitre sur les associations, le lecteur trouvera quelques données chiffrées4, mais faisons remarquer ici que, après les avoir confisqués, l’Etat de la démocratie populaire s’efforçait de combler le vide par la création d’un nombre supérieur de centres culturels dans les usines ainsi que dans les municipalités et les arrondissements. Dotés de moyens matériels et de personnel qualifié, ces « ateliers de la culture »5 ont sans doute joué un rôle éducatif culturel non négligeable.

13Pologne et Hongrie présentent, sur ce plan également, certaines différences importantes. Comme nous le verrons plus loin à propos des Eglises, en Pologne, l’animation culturelle autonome, échappant donc au contrôle de l’idéologie étatique, a été prise en charge par de nombreuses paroisses.

14Enfin, aucune classe sociale n’est autant physiquement cloisonnée que la classe ouvrière. Elle l’est de par la nature de l’organisation de la production industrielle qui s’effectue dans les usines, séparées du monde extérieur par des murs, des entrées gardées et un système de fabrication, commun au monde industriel, privant l’ouvrier de toute individualité. Le régime socialiste, force est de constater, n’a rien changé à cet état d’aliénation pourtant dénoncé comme le grand mal du capitalisme par Marx, Engels et leur postérité. Un état d’aliénation que les ouvriers du socialisme réel ont vu plutôt s’aggraver du fait de la détérioration simultanée des conditions matérielles du travail, des moyens de résistance et du pouvoir d’achat. Perdante sur toute la ligne, la classe ouvrière peut être désignée, sans excès de langage, comme la classe la plus démunie et la plus défavorisée des sociétés de l’Europe communiste.

15A noter aussi que son infortune, pourtant notoire, perce à peine au grand jour. Elle est rarement objet de représentation littéraire et artistique pour au moins deux raisons. Les rares tentatives de la révéler, comme par exemple dans quelques nouvelles de Tibor Déry (Derrière le mur, Le géant, Le papillon blanc) n’ont pas manqué d’entraîner les foudres du parti. D’autre part, l’accès des écrivains – et des journalistes – à l’univers prolétarien, tant professionnel que privé, est resté extrêmement limité. Quelques créations artistiques avaient seulement percé le mur du silence tels que les films de Wajda (L’homme de marbre et L’homme de fer) et des romans et nouvelles, par ailleurs peu connus, d’écrivains hongrois (Le cimetière de rouille d’Endre Fejes, Makra d’Ákos Kertész).

16L’apparition du grand mouvement Solidarité avait certes rompu le silence d’une façon tonitruante. Elle avait en même temps rompu le cloisonnement entre ouvriers, intellectuels, étudiants qui, dans les années 1960 et 1970, montèrent au combat en ordre dispersé. Rien de pareil n’est cependant à signaler pour la Hongrie où, malgré de rares exceptions, le monde derrière les murs des usines est resté terra incognita pour les élites intellectuelles. Ce n’est que dans les derniers temps, vers la fin des années 1980, que la condition et les mentalités collectives ouvrières commencent à être perçues au travers des mass médias. Toutefois, sous réserve de surprise de « dernière minute » comme ç’avait été le cas de la révolution de 1956, l’élite intellectuelle hongroise connaît peu de choses du comportement prévisible des ouvriers soit dans l’éventualité d’une action de confrontation avec le pouvoir, soit dans la perspective d’élections libres ou de restructuration douloureuse. L’on peut certes supposer certains comportements découlant du mécontentement et qui rendent peu vraisemblables soit un vote ouvrier favorable au parti communiste soit une acceptation sans résistance du chômage, de la baisse continue du pouvoir d’achat et d’autres sacrifices, mais néanmoins, la grande perdante du socialisme réel reste la grande inconnue des années – ou seulement des mois ? – à venir.

17La paysannerie a cessé d’être la classe la plus nombreuse en Europe centrale depuis l’industrialisation et l’urbanisation de ces pays dans les années 1950-1960. Elle représente pourtant près d’un tiers de la population en Pologne et un cinquième en Hongrie. Les paysans sont venus grossir, comme dans les régions plus développées du monde, les populations urbaines. Le village reste néanmoins un ancrage social et culturel solide sans lequel le paysage politique et humain serait incompréhensible. Commençons par la Pologne.

18Classe numériquement dominante au moment de la prise du pouvoir par les communistes, la paysannerie polonaise sera également une des premières à profiter matériellement du bouleversement politique intervenu en 1944.

19La réforme agraire, la distribution de terres dans les « territoires recouvrés » sont des mesures qui répondent aux anciennes revendications de la classe paysanne et des mouvements politiques qui la représentaient.

20Dans les premières années de la Pologne populaire, alors que le parti paysan PSL de Mikolajczyk figure encore parmi les « alliés » des communistes au sein d’un gouvernement d’unité nationale, la politique agraire des communistes est, peu ou prou, conforme au programme exposé en juillet 1944 et dont un des points principaux pourrait être résumé brièvement à l’aide du slogan : « la terre aux paysans ».

  • 6 Des 6,497 mille hectares disponibles dans les territoires occidentaux 3,686 mille furent effectivem (...)
  • 7 Andrzej Korbonski, op. cit., pp. 97-98 cite l’intéressant rapport de la Mission de la FAO au sujet (...)
  • 8 Jean-Charles Szurek, Aux origines paysannes de la crise polonaise, Le Paradou, Actes-Sud, Hubert Ny (...)

21C’est dans les « territoires recouvrés » que les communistes auront, dans un premier temps, la possibilité de jeter les bases de ce qu’ils considèrent comme la future structure agraire d’une Pologne socialiste. L’administration des nouvelles voïvodies occidentales de la Pologne est, depuis le tout début, confiée à un super-ministère (celui des « Territoires recouvrés » justement), à la tête duquel est placé Wladyslaw Gomulka, le secrétaire général du Parti ouvrier. Là où ils sont les maîtres incontestés de l’administration et où ils ne doivent pas tenir compte des attentes d’une paysannerie qui attend depuis des décennies de pouvoir « mettre la main » sur les champs seigneuriaux, les communistes peuvent préparer l’avenir. Les premiers résultats de cette politique sincèrement communiste peuvent ainsi être mesurés lors d’un examen des statistiques relatives aux effets de la réforme agraire : dans les voïvodies occidentales, 40 %6 des terres arables restent « propriété d’Etat », le noyau d’un futur système d’agriculture socialiste, composée de coopératives et de gigantesques fermes étatiques selon le modèle des « sovhozes ». Là où – comme en Pologne centrale et de l’est – la fondation de grandes fermes étatiques n’est pas possible à cause d’une trop forte pression sur la terre des paysans et des anciens ouvriers agricoles, l’application par les communistes du principe de « justice sociale » conduit par contre – comme le relèvent les politiciens du PSL et les observateurs indépendants, telle une mission de la FAO qui visite la Pologne en 19477 – à la naissance d’un monde agraire économiquement faible, condamné à l’inefficacité des exploitations-naines dont 61,2 % ne dépassent pas les 5 ha., ce qui constitue 27,1 % de toutes les terres arables8. Ici aussi, on semble préparer le terrain pour la future collectivisation en réduisant au départ la force de résistance de la paysannerie.

  • 9 Eugeniusz Gorzelak, Polityka agrarna PRL (La politique agricole de la Pologne populaire), Warszawa, (...)

22Bien avant que ne soit lancée la campagne pour la collectivisation qui est censée faire disparaître la paysannerie au sens traditionnel du terme, alors que Gomulka est encore chef du parti, la politique économique des communistes désigne le secteur agricole et, partant, la paysannerie comme ceux qui doivent porter le gros du fardeau de la reconstruction et de l’industrialisation du pays. La paysannerie n’échappera pas au processus de socialisation et l’éviction de Gomulka – celui qui, disait-on, freinait « la construction du socialisme à la campagne » – signe le début d’une offensive qui, avec intensité variable, durera jusqu’en 1956, l’année de sa faillite spectaculaire9.

23L’échec est patent et, avec Gomulka de nouveau à la direction du parti, il sera officiellement reconnu. « La paysannerie nous hait à cause de (notre) politique », dira Gomulka lors d’une réunion du bureau politique qui précède le VIIIe Plénum et son élection au poste de Ier Secrétaire du parti.

24Avec le succès de la « contre-révolution » paysanne de 1956 commence la longue période de la cohabitation inconfortable entre une paysannerie traditionnelle et le pouvoir populaire. Le parti était condamné à s’accommoder d’une paysannerie qui est étrangère à la nature du système et qui se laisse difficilement intégrer dans une société socialiste.

  • 10 Władysław Bienkowski, Otwόrzmy okno na wieś (Ouvrons la fenêtre sur la campagne) in : Nowa Kultura, (...)

25Or la politique agricole du pouvoir qui essaie – sans bien y réussir – de forcer la paysannerie dans le carcan de l’économie planifiée ou bien, comme le dit Wladyslaw Bieńkowski, « d’organiser l’agriculture sans les paysans »10 ne sera pas abandonnée complètement. Son résultat a été décrit ainsi par un chercheur français :

  • 11 Jean-Charles Szurek, op. cit., p156 ; cf. Wladyslaw Bienkowski, Kryzys rolnictwa czy kryzys palit (...)

C’est donc toujours le même parti pris théorique qui guide systématiquement les dirigeants polonais, quels qu’ils soient. Incapables d’imaginer une agriculture autre que grande, collective et socialiste, malgré les démonstrations théoriques et pratiques de l’adaptation de l’exploitation familiale à une économie socialiste, incapable aussi – et heureusement – de mener à terme cette théorie, ils oscillent depuis 36 ans entre deux politiques agricoles, gaspillant les ressources humaines et financières des paysans et de toute la société11.

  • 12 La politique discriminatoire de l’Etat à l’égard de la paysannerie privée peut être illustrée par l (...)
  • 13 Polska Akademia Nauk. Wydzial Nauk Rolniczych i Lesnych (Académie polonaise des sciences. Départeme (...)

26Après plus de quarante ans de politique discriminatoire à l’égard de la paysannerie le pouvoir n’a pas réussi à la faire disparaître12. La politique en question a cependant eu comme résultat de pétrifier les structures inefficaces de l’agriculture polonaise telles qu’elles étaient, issues de la réforme agraire. En effet, la classe paysanne reste aujourd’hui une classe numériquement importante étant donné, qu’en 1979, 27,3 % de la population continue d’être employée dans l’agriculture13. En jugulant le développement économique de la classe paysanne le gouvernement communiste a, paradoxalement réussi à maintenir en vie une paysannerie qui a entre temps disparu dans d’autres pays comparables à la Pologne.

  • 14 Voir l’opinion d’un chercheur exprimée dans l’ouvrage collectif : Augustyn Wüs, Rolnictwo polskie n (...)
  • 15 Rolnictwo polskie... tableau n° 4.

27Le maintien des structures « archaïques »14 est illustré en premier lieu par le grand morcellement des exploitations agricoles existantes : en Pologne, une personne travaillant dans le secteur agricole dispose d’à peine 3,52 ha de terres agricoles, contre 16,79 ha en France, 8,13 en Allemagne fédérale et 6,09 en Hongrie15. Par conséquent, l’efficacité de l’agriculture polonaise reste bien au-dessous des possibilités offertes par le climat et les capacités économiques du pays.

28Maintenue dans un état de sous-développement, la classe paysanne polonaise conserve ainsi certaines de ses caractéristiques de naguère, ces mêmes caractéristiques qui alimentaient le mépris des communistes à son égard. L’attachement à certaines valeurs traditionnelles – y compris les valeurs religieuses –, son conservatisme tant décrié continuent à marquer sa vie. Harcelé par une bureaucratie étatique qui le considérait comme un vestige condamné à disparaître, le paysan semblait jouer un rôle secondaire dans la vie sociale de la Pologne. Certaines choses ont entre-temps changé : l’Etat a dû reconnaître que la crise chronique dans laquelle il avait plongé l’agriculture du pays était parmi les raisons principales des crises sociales périodiques qui secouaient la société polonaise ; le mauvais approvisionnement des centres urbains, résultat direct de sa politique agricole, risquait à plusieurs reprises de mettre en danger le « pouvoir populaire ».

  • 16 C’est également l’avis des spécialistes de l’Académie polonaise des sciences, exprimé dans l’ouvrag (...)

29Depuis la crise des années 1980, le pouvoir a essayé de ménager les agriculteurs. Une série de nouvelles lois, leur garantissant la durabilité de leurs propriétés, a été promulguée, on est même allé jusqu’à permettre aux agriculteurs individuels d’acheter des terres appartenant à l’Etat, on procéda à l’allégement des charges fiscales. Ce revirement, permettra-t-il à la paysannerie de se moderniser et de se développer à son propre rythme, sans l’intervention des instances politiques ? Il semble aujourd’hui que même un changement radical de la politique gouvernementale ne suffira pas à modifier dans un bref délai la situation sociale et économique de la paysannerie polonaise. Ce processus aurait sans doute besoin d’une réforme radicale de l’environnement économique dans lequel fonctionne l’agriculture, une réforme qui, bien qu’annoncée depuis des années, tarde à porter des fruits. On pourrait même dire aujourd’hui que l’éternel problème de l’agriculture polonaise dépend non plus d’un abandon par l’Etat communiste des préceptes idéologiques surannés qui avaient jusqu’ici inhibé le développement de l’agriculture mais d’une restructuration générale du système économique16.

  • 17 Ferenc Donáth, Demokratikus földreform Magyarországon, 1945-l947 (Réforme agraire démocratique en H (...)

30Pour procéder à la comparaison d’au moins quelques traits de l’évolution parallèle des paysanneries polonaise et hongroise il faut remonter loin en arrière. N’ayant pas à sa disposition, comme le gouvernement de la nouvelle Pologne, de « territoires recouvrés », la réforme agraire hongroise avait été faite sur un fonds plus réduit que la réforme polonaise, à savoir sur les propriétés expropriées représentant 3 millions 200 000 hectares. Les terres distribuées aux paysans pauvres, ouvriers agricoles, valets de ferme, n’ont pu leur donner qu’environ 3 hectares en moyenne contre le double de la dotation moyenne individuelle en Pologne. Il en résulte finalement, le calcul comprenant aussi les anciennes propriétés paysannes, que l’agriculteur hongrois moyen est encore plus faible que le polonais, mais la différence n’est pas significative. Dans les deux cas, environ 60 % des exploitations restent en dessous de 5 hectares et sont économiquement condamnées à végéter et politiquement condamnées à disparaître17.

  • 18 De Béla Kun à János Kádár, op. cit., pp. 211-212.

31En effet, dès 1948 la population rurale hongroise subit la même pression que la polonaise pour renoncer à ses terres et entrer dans les coopératives. Avec un résultat à peine moins dérisoire qu’en Pologne : seuls 20 % des paysans hongrois avaient fini par se plier et entrer dans les kolkhozes18. Mais au prix de violences, vexations et souffrances infiniment plus intolérables que dans le pays frère. D’après un historien hongrois, entre 1948 et 1955, environ 400 000 paysans avaient été condamnés à des amendes et peines diverses par les tribunaux sans compter les coups, blessures, tortures voire assassinats commis par la police sans aucune forme de procès et qui ne figurent sur aucun document. 400 000 parmi 2 millions : 1 sur 5… Dans un discours rapporté par les journaux hongrois du 20 février 1989 le ministre d’Etat et membre du Bureau Politique M. Pozsgay avait indiqué un chiffre supérieur : 600 000 paysans auraient été internés : pas loin d’un sur trois !

  • 19 Bálint Magyar, Dunaapáti 1944-1958 (Sociographie documentaire), Vác, 1986, pp. 213, 239, 248, 255, (...)

32Leurs souffrances remplissent une bibliothèque. Il suffit de lire la monographie sur un village de 6 500 habitants, Dunaapáti19, pour s’en faire une vague idée. Tiges de maïs laissées sur pied : procédure pénale. Abattage de cochons sans autorisation : procédure pénale. Négligence de la livraison de graisse de cochon : procédure pénale. Manque de vigilance dans le rangement des « documents »… de l’école du village rendant possible « l’accès des ennemis de l’Etat à des informations importantes » : procédure administrative et obligation de dénonciation à la police. Action pénale contre Mme Imre Fa pour cause de la hauteur insuffisante de son échelle et l’absence d’extincteur d’étincelles : 510 Forint d’amende ou 15 jours d’arrêt, 5 décembre 1949. Action pénale contre Mme Imre Fa pour cause d’omission du nettoyage de son trottoir, 420 Forint d’amende ou 15 jours d’arrêt. 15 décembre 1949 : nouvelle amende. 15 février 1950 : Mme veuve Imre Fa offre volontairement à l’Etat 43 arpents de terres (24 hectares).

33Interview avec Mme Imre Horváth : sous la contrainte, elle avait cédé ses terres à l’Etat sans contrepartie, en 1950. Il lui resta 15-16 arpents (9 hectares). En 1951, elle fut imposée de 22 000 Forint, la valeur d’une maison…

34Interview avec M. György Kosaras, « koulak » (22 hectares en possession des trois générations de la famille) accusé de négligence dans la livraison de graisse de cochon. Trois ou quatre jours de détention au poste de police (avec sept autres paysans) local, sept jours au poste du chef-lieu du département, à quatre dans une minuscule cellule, avec une ration journalière de nourriture d’un morceau de pain. Ensuite, il est enchaîné sept jours dans la prison.

35Extrait du procès-verbal de la réunion du Conseil municipal du 29 décembre 1950 : « Il faut surveiller avec vigilance le travail de l’ennemi (de classe), des koulaks, de la réaction cléricale, afin que ne reste pas impunie la moindre action ennemie… »

36En 1953, la pression s’atténue en Hongrie grâce au « cours nouveau » proclamé par Imre Nagy à la suite de la semi-disgrâce de Rákosi infligée par Khrouchtchev et ses coéquipiers. Une partie considérable des kolkhozes déclare sa dissolution et le retour des terres à leurs propriétaires. A peine 18 mois plus tard, nouvelle pression grâce au retour au pouvoir intégral de Rákosi. En octobre 1956 : débandade quasiment totale du système coopératif sous l’effet de la révolution. Le même effet en Pologne grâce au retour au pouvoir de Gomulka.

37Situation différente en Hongrie. Après une pause d’environ trois ans, le gouvernement hongrois de János Kádár procède à une « re-collectivisation » massive, pratiquement intégrale.

38Ce résultat avait été obtenu par la combinaison de la pression politique, économique et physique : les actes de violence, notamment l’emprisonnement des chefs de familles, propriétaires, pendant plusieurs jours pour « stimuler la réflexion ». Eh bien, « réflexion faite », les paysans avaient « choisi » d’entrer dans « le commun ». Et les comptes faits, ils ne s’en trouvaient pas trop malheureux. Grâce à la combinaison heureuse de méthodes et de technologies d’exploitation moderne de grandes entreprises agricoles et de méthodes individuelles, parcellaires ainsi qu’un système contractuel entre l’entreprise et les membres (unités familiales ou plus larges), les coopératives commencèrent à prospérer. Elles se mirent aussi à créer des petites entreprises manufacturières de transformation, de sous-traitance, de transport local. L’Etat cherchait avant tout l’augmentation de la production agricole, la rentabilité économique. La chasse au koulak fut arrêtée. Pour faire marcher l’entreprise on avait besoin de leur compétence et savoir-faire. Quant au marché, il devint pratiquement libre, sans entraves étatiques. Et les marchés, physiquement parlant, florissaient, partout, dans les villages, les villes, la capitale.

39« Enrichissez-vous… » La politique agraire libérale mit fin non seulement aux queues en serpent devant les magasins, mais fut aussi le point de départ et, longtemps le pilier, de la réforme économique perçue, probablement à tort, comme un petit Wirtschaftswunder. Elle l’était certes dans la grisaille et la pénurie socialiste environnantes. L’agriculture commença, elle aussi à s’essouffler notamment en raison des coûts de production trop élevés et le tarissement du marché international pour les produits agricoles hongrois, comme les produits laitiers, la viande et les céréales surabondants en Europe. Mais cela appartient aux pages suivantes. Jusqu’au milieu des années 1980 l’agriculture demeura le secteur le plus sain de l’économie hongroise et nourrissait bien son homme. Le paysan vivait à l’aise, dépensait beaucoup d’argent au point de susciter la jalousie d’autres couches de la population, les villages rajeunissaient. A la place des anciennes maisons allongées à péristyle et couvertes de chaume (ressemblant à quelques-unes des maisons paysannes dans les Dombes en Aine) on ne voit que des maisons neuves en briques, toit en tuiles, grille en fer forgé, parterres de fleurs. Dommage pour le pittoresque. Mais quel régal d’avoir l’électricité, l’eau courante, salle de bains, cuisinière électrique…

  • 20 Statisztikai Evkönyv 1987 (Annuaire... 1987), op. cit., pp. 136 et 143.

40Le paysan moyen vit mieux que jamais auparavant, le produit agricole a doublé. C’est insuffisant, mais la Hongrie restait le seul pays socialiste qui avait globalement réussi l’impossible : la collectivisation de l’agriculture. Encore que le rendement du secteur privé sous forme de lopins personnels des membres des coopératives et de micro-exploitations privées de la population non-agricole demeure proportionnellement largement supérieure aux deux secteurs socialistes, étatique et coopératif. Selon les statistiques de 1986 il existait dans le pays 623 000 lopins dans les coopératives et, chiffre qui fait réfléchir, 792 000 petites exploitations privées et auxiliaires produisant en valeur 102 milliards de Forints contre 464 milliards produits par les secteurs socialistes dont 144 milliards cependant provenant d’activités non-agricoles. Produits laitiers et, davantage, fruits et légumes : plus d’un million de tonnes de fruits privés contre plus de 600 000 dans les entreprises, 1 million 580 000 tonnes de légumes privés contre 644 000 dans le secteur socialiste20.

41Le nombre des agriculteurs fond, comme partout dans le monde. Ils représentent encore quelque 18 % de la population active produisant environ autant de pourcentage du produit intérieur brut jusqu’à 1987. Depuis cette part diminue abruptement.

42Constituent-ils encore une classe sociale rurale traditionnelle ? Ils habitent en villages ou, comme depuis cinq siècles, dans des bourgs et bourgades et ont sans doute gardé des mœurs et coutumes anciennes sinon, parfois, archaïques. Publicistes et écrivains de la tendance populiste, très particulière, se plaignent souvent de la disparition, de nombres de villages anciens, de la paysannerie des ancêtres, cette classe sociale de vieille souche et aux mœurs non contaminées par la frivolité et la modernisation. Il appert toutefois à l’observateur que la culture paysanne, dans le sens large, anthropologique du terme, avait bien résisté aux vicissitudes, souvent terribles des transformations et de la violence des autorités communistes. Quoique fortement diminuée, elle constitue encore un segment particulier de la société et lui imprime sa mentalité et sa coloration. Elle est jusqu’à nos jours un facteur, le plus souvent passif et taciturne, mais important de la société civile.

43L’autre classe, à laquelle il avait été donné de jouer au contraire le rôle le plus actif dans la longue marche pour la liberté, est plus difficilement saisissable. Nous parlons des intellectuels. En Hongrie comme en Pologne.

  • 21 Az értelmiség utja az osztályhatalomhoz, Berne, Université Libre protestante hongroise en Europe, 1 (...)
  • 22 Edition hongroise pp. 118-119 : éd. française, p. 150.

44Qui sont-ils ? Pourquoi utilise-t-on souvent le terme d’intelligentsia pour les désigner ? En 1978, deux sociologues-écrivains hongrois, György Konrád et Ivan Szelényi ont proposé une étude explicative sur l’origine historique et sociale et le rôle des intellectuels dans les pays d’Europe de l’Est21. Un livre à mi-chemin entre la méthode marxiste d’analyse sociale et la méthode historique et qui apporte sans doute beaucoup d’éléments instructifs sur le sujet, mais que nous ne pouvons pas suivre. Selon ce livre « la marche au pouvoir des intellectuels » est déterminée par le fait de détenir le monopole décisionnel dans la redistribution rationnelle – c’est-à-dire le pouvoir économique – en dépit du fait que la fonction redistributive proprement dite n’est pas effectuée par l’ensemble de la classe, mais seulement par un groupe restreint de celle-ci, à savoir la bureaucratie de l’Etat et du Parti22. Cette dernière serait « l’ordre » ou « l’état » dominant le processus de redistribution ou encore, suivant la traduction française et l’explication du terme français choisi, la « caste dominante ».

45La distinction entre l’ensemble des intellectuels en tant que « classe » et le groupe restreint des « décideurs » de l’appareil est tout à fait justifiée, mais nous la voudrions encore plus nette que les auteurs cités. En tout cas dans l’optique de la présente étude le pouvoir de l’appareil à redistribuer le produit national n’est pas une fonction intellectuelle, mais ce qu’il est « à proprement parler » : une fonction bureaucratique. Nous ne discutons pas ici, ni ailleurs, de la nature de « classe », de « caste » ou de nomenklatura de cette bureaucratie estimant que les dénominations qu’on lui donne (on l’appelle aussi “establishment” ou la « nouvelle classe » d’après Djilas) ne sont que des interprétations sémantiques du phénomène sui generis qui est le pouvoir communiste. Or dans cette optique – qui avait été adoptée pour les besoins de cette étude et sans prétention extensive, – plus large – il importe peu qu’une partie du personnel bureaucratique puisse être considérée comme intellectuelle en raison de sa formation supérieure, notamment technocratique. L’accès d’intellectuels de formation à des fonctions « redistributrices » au sein de l’appareil nous paraît la conséquence de l’élévation du niveau de l’instruction des gens dans toutes les sociétés contemporaines y compris avec les sociétés régies par le parti unique communiste. Le relèvement du niveau qui en résulte ne manquera certes pas d’exercer une influence sur le mode de gestion – non seulement économique – sans pour autant justifier les espoirs liés à la « convergence des systèmes » (communiste et capitaliste) grâce à la domination de la technocratie. Ce qui donne l’apparence d’une convergence, c’est que la crise générale du système communiste appelle des remèdes inspirés du libéralisme qui sont mieux appliqués par un fonctionnariat instruit que par les cadres sélectionnés en raison de leurs mérites.

46Il n’en résulte pas cependant que l’ingénieur-fonctionnaire soit un intellectuel au pouvoir, mais seulement que le pouvoir utilise, voire même intègre en son sein des intellectuels promus en raison de leur savoir. Il en était par ailleurs toujours comme ça : la proportion des intellectuels dans la direction du parti, plutôt formés, il est vrai, en sciences humaines que « technocratiques », était plus forte que celle des ouvriers… Dans ce sens, « la marche des intellectuels au pouvoir » aurait commencé dès l’époque de Marx, d’Engels, de Kautsky, de Plékhanov et de ces pléiades d’autodidactes brillants qui avaient marqué l’histoire du mouvement.

47Les intellectuels occupent par conséquent une place à part dans la conception de cette étude, une place distincte de la bureaucratie fut-elle, de plus en plus, constituée de fonctionnaires instruits. L’accès de ces derniers à des leviers de commande ne signifiant pas l’accès des intellectuels au pouvoir. Nous parlerons donc de ces derniers comme de membres d’une « intelligentsia », terme par lequel nous voudrions désigner ceux qui « pensent la société ».

48Ces derniers se trouvent ou se retrouvent en fait à des lieux différents et mouvants où l’exercice de la fonction très particulière de servir la société par la parole les distingue de leur confrère du même métier ou de leur camarade de promotion.

49Nous ne pourrions en aucune façon, par conséquent, prendre l’intelligentsia des pays communistes pour une catégorie sociologique tant soit peu stable. Si au xixe siècle l’élite pensante et agissante appelée l’intelligentsia était limitée à un groupe social peu nombreux, il en est autrement cent ans après et, davantage encore, dans les pays et pendant les décennies en revue. En Pologne et en Hongrie, les intellectuels engagés dans le combat – mené entre autre précisément contre la technocratie « redistributrice » – avaient connu certes des fluctuations importantes, mais dans les moments cruciaux, comme en 1956 dans les deux pays, en 1968 et en 1980-81 en Pologne, entre 1986 et 1989 en Hongrie, sont devenus légion. En cherchant leur place dans la société civile – qui elle-même passe, au niveau de ses manifestations, par des flux et des reflux – il serait trompeur, par exemple, de faire l’inventaire des membres actifs des associations d’écrivains, d’artistes, de journalistes et du Cercle Petöfi seuls, sans compter les dizaines de milliers d’intellectuels grossissant leurs rangs au fur et à mesure des événements. Au débat Lukács, en été 1956, il y avait quelques centaines de participants, quelques semaines après cinq mille à d’autres occasions, et peut-être dix fois autant, qui sait ?, dans la rue le 23 octobre.

50Il serait également pour le moins aléatoire de décrire l’intellectuel pensant, agissant, engagé, selon des critères éthiques et/ou d’affiliation politique. Il fut un temps où cette notion impliquait, surtout en France, l’engagement révolutionnaire ou « progressiste ». L’intellectuel était de gauche. Membre du parti, compagnon de route ou, tout au moins prosoviétique et partisan du mouvement de la paix… Ou, plus tard, frère-ennemi des bien-pensants, titiste, maoïste, che-guévariste, tiers-mondiste, anti-atomiste. Quant aux autres… ? Cet élitisme exclusiviste, si souvent à rebours, n’était pas étranger à la formation de la nouvelle intelligentsia dans les pays communistes, nous l’avons constaté notamment à propos du grand débat sur la définition des intellectuels en Pologne immédiatement après la guerre. En revanche, le lecteur français chercherait en vain dans ce pays ou en Hongrie après 56 quelque ressemblance avec les tribulations des intellectuels français en mal d’une idéologie et d’une cause révolutionnaires.

51En Pologne, par ailleurs non seulement après 1956, mais dès l’arrivée du nouveau régime, les intellectuels catholiques n’ont jamais admis l’hégémonie idéologique communiste imposée par la contrainte. Et, après les déchirements et les désillusions des décennies suivant 1956, le paysage intellectuel polonais a repris toutes ses couleurs, y compris avec le cas de figure d’anciens communistes passés en dissidence.

52Le parti n’a jamais surmonté la cassure de 1956. Pas plus en Hongrie qu’en Pologne. Cela ne veut certes pas dire qu’il n’y avait plus d’intellectuels communistes. Mais peu nombreux et, fait plus grave, en général de peu d’importance. On a vu certes quelques rares ralliements suscités en Pologne par l’espoir mis en Gomulka et en Hongrie… par le désespoir provoqué par l’écrasement de la révolution comme c’était le cas de l’écrivain populiste influent Lászlό Németh. L’opportunisme comme motif n’est pas non plus à exclure pour plusieurs intellectuels, comme l’avait déclaré le poète polonais Zbigniew Herbert dans une interview retentissante, déjà mentionnée. Malgré l’attitude si souvent héroïque dont ils avaient fait preuve, suscitant l’admiration, les intellectuels sont des hommes, et la qualité d’écrivain ne donne pas un brevet de moralité. Ça n’est pas par ailleurs, l’aspect éthique de leur révolte ou, inversement, les motifs internes des accommodements que nous cherchons à éclairer ici, mais plutôt la tendance qui se dégage des fluctuations. Dans les moments de crise, les intellectuels ont toujours été le fer de lance de la protestation sociale et morale contre le régime en place et dans les périodes de creux et de consolidation, la tendance générale était en revanche à l’adaptation. Ce phénomène était plus marqué en Hongrie qu’en Pologne en raison de la stabilisation du régime de Kádár après la période de répression à la suite de la révolution de 1956. Le « libéralisme » hongrois avait profité aussi aux intellectuels, savants, artistes, écrivains en particulier. Grâce à la politique culturelle de György Aczél, bras droit de János Kádár pendant deux décennies, les intellectuels ont eu la vie tranquille et la possibilité de publier des œuvres qui auraient jadis été qualifiées de non recevables, à condition de ne pas toucher aux tabous toujours en vigueur. Ceux qui refusaient de se plier à la règle du jeu, tel que le poète Sándor Csoόri pour ne citer que lui, avaient souvent été frappés d’interdiction et d’autres tracasseries, voire même de mesures policières. György Konrád était du nombre ainsi que les éditeurs et auteurs des publications clandestines.

53Ces derniers, surtout, n’ont pas manqué de dénoncer les effets pervers de la trêve conclue entre le pouvoir et une fraction large et importante de l’intelligentsia. Sans aller jusqu’à accuser celle-ci d’opportunisme ou de corruption morale, ils ont montré que le repli de nombreux artistes créateurs sur leur univers intérieur était, tout en permettant de produire des œuvres de valeur, conforme au vœu de l’Etat-Parti, d’orienter la société vers un « consensus » apolitique. D’aucuns parlaient même d’infantilisation des individus et de leur entraînement dans une existence démunie de valeurs spirituelles, éthiques et nationales.

54Sans tenter de faire ici la chronique et le bilan d’une si longue période, mouvementée en Pologne, plus calme en Hongrie, force est de constater que le résultat global et final est assez comparable à la production intellectuelle d’un pays libéral « normal ». Peu de chefs-d’œuvre, mais quelques-uns quand même. Beaucoup de grands artistes et écrivains ont pu trouver un second souffle comme Tadeusz Konwicki ou Tibor Déry, d’autres, comme le poète hongrois Gyula Illyés ont continué plus ou moins imperturbablement leur chemin, les modes d’expression inspirés par l’art occidental sont tombés sur un terrain fertile et, après tout, il n’y avait ni plus ni moins d’œuvres de qualité artistique moyenne qu’ailleurs. C’était dans les années encore très difficiles, en 1959, qu’est paru, pour ne citer que celui-ci, le plus grand roman de l’après-guerre à savoir l’Ecole à la frontière de Géza Ottlik. Quant au film, la cinématographie polonaise et hongroise se sont hissées au rang mondial le plus élevé malgré les entraves, les tracasseries et, parfois, la « mise en boîte » prolongée de quelques films jugés trop critiques selon les canons officiels.

55Surtout quand la vérité de l’œuvre artistique faisait éclater la vérité tout court, la vérité de la vie sous le socialisme. En revanche, dès que cette vérité accablante pouvait être mise au compte de la direction des prédécesseurs… les interdits sautaient. C’est ainsi que les films polonais et hongrois de grands maîtres tels que Wajda, Jancsό, Makk et tant d’autres avaient révélé au monde à la fois les horreurs du stalinisme et du post-stalinisme, en même temps que le génie créateur intarissable de la culture est-européenne.

56Quel rôle avait donc joué les intellectuels ? On les a trouvés tantôt résignés et effacés, tantôt à l’avant-garde de la révolte de la société contre le pouvoir, ainsi qu’une partie d’eux accourus au secours du pouvoir. Ces derniers toutefois ne lui étaient pas d’un grand secours. De plus en plus embourbé dans ses propres contradictions, isolé de la société civile et paralysé par l’absence de perspectives d’un véritable renouveau, le Parti-Etat n’avait pu désormais mobiliser, ne serait-ce qu’une frange importante de l’intelligentsia sous ses bannières. Malgré la différence des attitudes prises par les intellectuels à des moments divers de ces décennies, il n’est pas excessif de considérer que leur rôle était et reste globalement un rôle d’avant-garde ou de support dans la longue marche de la société civile vers l’émancipation.

57Une place spéciale doit être réservée ici à l’opposition, distincte à la fois des associations, de la critique oppositionnelle littéraire allant du poète Sándor Csoόri aux plus jeunes comme György Petri, ainsi que, à plus forte raison, des courants non-conformistes au sein du parti communiste. Il s’agit du petit groupe, connu sous le nom d’« Opposition démocratique », composé d’intellectuels post-marxistes au départ, dans les années 1970, évoluant au fil des années vers une philosophie démocratique radicale. Leurs publications en samizdat, dont la revue Beszélö (Parloir), « racontent » cette évolution intellectuelle ainsi que leur combat au travers de centaines d’études et articles théoriques, philosophiques, politiques, économiques de haut niveau. Il serait difficile d’en rendre compte ici, de même que de tenter de reconstituer les itinéraires intellectuels qui les avaient conduits à se regrouper et, souvent, à s’éloigner les uns des autres.

58Mentionnons au moins, pêle-mêle, quelques-uns des fondateurs et des chefs de file : János Kis, György Bence, János Kenedi, Miklόs Haraszti, György Krassό, Ferenc Köszeg…

59Cette opposition démocratique est en même temps inséparable, sur le plan des idées, du courant né sous l’impulsion d’Agnes Heller et de Ferenc Fehér, anciens disciples de Georges Lukács, ainsi que du groupe de sociologues critiques animé par l’ancien Président du Conseil des ministres passé à l’opposition, András Hegedüs. Elle est inséparable aussi des écrivains et sociologues contestataires tels que György Konrád, Iván Szelényi, Zsolt Csalog, István Eörsi, Miklόs Vajda, Zoltán Zsille ou encore des romanciers comme Jόsef Lengyel ou Miklόs Mészöly, Iván Mándi ou Péter Lengyel, Imre Kertész ou toute une pléiade de la génération des Nádas, Eszterházy, Kraszna-horkai.

60Il faut mentionner aussi un autre lien, celui qui attache les uns et les autres aux « anciens » de l’entourage d’Imre Nagy, tels que Miklόs Vásárhelyi et Ferenc Donáth ainsi qu’aux historiens György Litván et Miklόs Szabό ou aux « vétérans » du Cercle Petöfi comme András B. Hegedüs et aux grandes figures, aujourd’hui décédées, comme Gábor Tánczos.

61Dans ce très bref rappel que nous souhaitons développer dans une étude séparée, il faut encore relever trois points.

62Jusqu’à la fin des années 1980 ces oppositions, toutes tendances réunies, avaient mené le combat pour la liberté et le renouveau. Elles bénéficièrent sans doute d’une certaine tolérance des pouvoirs publics, une tolérance paternaliste, toute relative certes, mais rendant possible la poursuite de leur activité, notamment dans les publications clandestines. Parmi les éditeurs de ces publications nommons seulement Lászlό Rajk, fils du dirigeant communiste exécuté en 1949, et Gábor Demszky.

63Ils n’étaient sans doute pas seuls, ni ces derniers comme distributeurs de samizdats (il y en avait par ailleurs plusieurs, déjà mentionnés comme Hirmondό (Messager) et autres), ni les précédents comme auteurs représentants de familles politiques différentes. Mais ils avaient été les premiers.

64Les uns et les autres se trouvèrent, après la désintégration du parti unique, dispersés dans divers partis et mouvements. Le noyau de l’Opposition démocratique s’est regroupé dans la Ligue des Démocrates Libres (sigle hongrois : SzDSz). Dans ce sens, c’est cette formation qui peut en revendiquer la primauté. Quant à l’autre partie des opposants de la première heure, elle s’est orientée, dans sa majorité, vers la grande formation Forum Démocratique.

65La seconde remarque concerne le rapport entre l’émigration hongroise, essentiellement parisienne, et l’opposition. Une revue fondée à Paris par Pierre Kende, les Magyar Füzetek (Cahiers hongrois) avait publié, dès son premier numéro de 1978 jusqu’au dernier qui paraîtra en 1990, les écrits les plus importants de l’Opposition démocratique ainsi que ceux de nombreux auteurs d’autres tendances oppositionnelles. Elle remplissait, plus modestement, mais non moins dignement, le même rôle de relais que la revue polonaise Kultura. Parmi ses animateurs mentionnons François Fejtö, István Kemény, Béla Király (New York), István Borsody (Pitsburgh), György Schöpflin (Londres), Iván Varga (Canada) et feu Zoltán Szabό.

66Parmi les nombreuses revues de l’émigration Irodalmi Ujság (Gazette Littéraire) de Paris, dirigé par Tibor Méray, et Uj Látόhatár (Nouvel Horizon) de Munich, sous la direction de Gyula Borbόndi et de Jόzsef Molnár, ont apporté des contributions non moins importantes dans les domaines de la littérature et de la critique.

Notes

1 De Koestler à Czeszlaw Milosz, de la Sociologie du communisme de Jean Monnerot au Pouvoir confisqué d’Hélène Carrère d’Encausse, la littérature, l’histoire, la sociologie occidentales avaient dépeint en une multitude d’ouvrages le système d’encadrement des sociétés communistes.

2 Nous voulons remercier M. Elemér Hankiss de son esprit de coopération et d’ouverture. Il a mis à notre disposition le manuscrit anglais de son dernier ouvrage en préparation sur le même sujet, mais traité dans une conception élargie, East European Alternatives: Are there any ? Il est entre-temps paru en hongrois sous le titre Középeuropai alternativák (Alternatives centre-européennes), Budapest, Közgazdasági és Jogi Könyvkiadό (Editions économiques et juridiques), 1989.

3 Fleuve souterrain, oiseaux de nuit, Paris, Laffont, 1986.

4 Voir aussi IIe partie, chapitre 4.

5 Vu les appellations multiples de ces sociétés, clubs et autres centres nous avons emprunté l’expression de l’ouvrage de Jόzsef Kovalcsik, déjà cité, qui fait l’historique de ce développement et aboutit à un bilan globalement favorable. A noter aussi cependant que de nombreux foyers culturels, bibliothèques et salles communes de spectacles, laissés à l’abandon, sont tombés dans la décrépitude.

6 Des 6,497 mille hectares disponibles dans les territoires occidentaux 3,686 mille furent effectivement assignés aux paysans individuels. Voir : Andrzej Korbonski, Politics of Socialist Agriculture in Poland, op. cit., p. 97.

7 Andrzej Korbonski, op. cit., pp. 97-98 cite l’intéressant rapport de la Mission de la FAO au sujet de la réforme agraire polonaise : « [...] ce type de distribution n’a fait que changer une forme d’administration économiquement inefficace et socialement indésirable en une autre forme, également indésirable ».

8 Jean-Charles Szurek, Aux origines paysannes de la crise polonaise, Le Paradou, Actes-Sud, Hubert Nyssen, Editeur, 1982, p. 46.

9 Eugeniusz Gorzelak, Polityka agrarna PRL (La politique agricole de la Pologne populaire), Warszawa, Paristwowe Wydawnictwo Naukowe, 1987, p. 52.

10 Władysław Bienkowski, Otwόrzmy okno na wieś (Ouvrons la fenêtre sur la campagne) in : Nowa Kultura, n° 18, 29 avril 1956.

11 Jean-Charles Szurek, op. cit., p156 ; cf. Wladyslaw Bienkowski, Kryzys rolnictwa czy kryzys palityki rolnej (Une crise de l’agriculture ou une crise de la politique agricole ?), Paris, Instytut Literacki – Biblioteka “Kultury” tome 193, p. 26 et suivantes.

12 La politique discriminatoire de l’Etat à l’égard de la paysannerie privée peut être illustrée par les chiffres suivants : disposant de 24,2 % des terres, le secteur dit socialiste possède 37 % de la valeur des investissements « fixes » et 55,5 % de la valeur de machines, tracteurs et instruments techniques ; ce secteur privilégié ne fournit par contre que 22,4 % de la production agricole du pays. Voir ; Bolesław Struzek, op. cit., p. 5. Cf. Eugeniusz Gorzelak, op. cit., p. 172.

13 Polska Akademia Nauk. Wydzial Nauk Rolniczych i Lesnych (Académie polonaise des sciences. Département des sciences agricoles et forestières), Rolnictwo polskie wczoraj i dziś. Materiały na LVI Sesję Zgromadzienia Ogόlnego (L’agriculture polonaise hier et aujourd’hui. Matériaux présentés à la cinquante-sixième session de l’Assemblée générale : ci-après : Rolnictwo polskie...), sans lieu ni date (1981 ?), p. 24.

14 Voir l’opinion d’un chercheur exprimée dans l’ouvrage collectif : Augustyn Wüs, Rolnictwo polskie na przełomie lat siedemdziesiątych i osiemdziesiątych (L’agriculture polonaise au tournant des années soixante-dix et quatre-vingt), in : U zrodel polskiego kryzysu (Aux origines de la crise polonaise), Warszawa, Państwowe Wydawnictwo Naukowe, 1985, pp. 340 : « Aucune amélioration de la structure agraire n’a eu lieu dans les années soixante, le progrès était minime dans la période suivante. Comme résultat nous avons toujours une structure agraire archaïque qui a de surcroît tendance à se stabiliser ».

15 Rolnictwo polskie... tableau n° 4.

16 C’est également l’avis des spécialistes de l’Académie polonaise des sciences, exprimé dans l’ouvrage Rolnictwo polskie... p26 ; cf. Polish Agriculture, Economic Quarterly, Hiver 1988, Paris (Published by members and associates of NSZZ Solidarnosc), p. 17 : “[...] Polish farmers very much want to make agriculture more up-to-date and more productive. And yet, the possibilities are limited since the crisis conditions in Poland only allow for small and very slow improvements”.

17 Ferenc Donáth, Demokratikus földreform Magyarországon, 1945-l947 (Réforme agraire démocratique en Hongrie, 1945-1947) ; cf. aussi notre ouvrage cité, De Béla Kun à János Kádár, op. cit., pp. 153-154 et Bibliographie.

18 De Béla Kun à János Kádár, op. cit., pp. 211-212.

19 Bálint Magyar, Dunaapáti 1944-1958 (Sociographie documentaire), Vác, 1986, pp. 213, 239, 248, 255, 269-271, 324.

20 Statisztikai Evkönyv 1987 (Annuaire... 1987), op. cit., pp. 136 et 143.

21 Az értelmiség utja az osztályhatalomhoz, Berne, Université Libre protestante hongroise en Europe, 1978. Traduction française : La marche au pouvoir des intellectuels. Le cas des pays de l’Est, traduction de Georges Kassai et Pierre Kende, Paris, éd. du Seuil, 1979.

22 Edition hongroise pp. 118-119 : éd. française, p. 150.